Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Fusions des régions : quand Hollande se prend pour un patron peu (...)

Fusions des régions : quand Hollande se prend pour un patron peu inspiré

C’est fait : à peine 5 mois après l’annonce d’un big bang de notre organisation territoriale, le président de la République vient d’annoncer son premier plan, qui vise à fusionner les régions pour les passer de 22 à 14. Un plan davantage digne d’une entreprise cotée pour augmenter ses profits.

Une proposition effarante
 
La proposition faite par François Hollande ressemble un peu trop au plan que pourrait concocter le comité de direction peu imaginatif d’une entreprise en difficulté qui ne verrait son salut que dans la baisse des coûts, sans proposer la moindre perspective de croissance ou même de remise en question. Pour faire quelques économies, la majorité propose donc de réduire le nombre de régions comme les entreprises fusionnent des départements ou des organisations nationales. Une illustration de plus du naufrage idéologique complet du PS au pouvoir.
 
S’il faut bien reconnaître que la régionalisation, accélérée par ces mêmes socialistes il y a trois décennies a provoqué certains abus et une augmentation sans doute pas totalement justifiée des dépenses des collectivités territoriales, le plan proposé hier n’y répond qu’en surface. Traiter les régions séparément des autres collectivités est une aberration. Pourquoi fusionner les régions ? Et quelles compétences doivent-elles gérer ? Quelle sera l’articulation avec les départements ? Le gouvernement se contente d’afficher de nouvelles cartes pour remplir l’actualité, laissant penser que l’organisation de l’Etat est similaire à celle des entreprises. Quelle défaite de la pensée pour ceux qui ont encore le culot de s’appeler socialistes !
 
Le problème, ce sont les régions

Car la réforme présentée est totalement contradictoire avec la volonté affichée de supprimer les départements. En effet, le fait d’augmenter la taille des régions, et donc d’éloigner plus encore les capitales régionales de leurs administrés, légitime plus encore l’action des départements, qui resteront beaucoup plus proches des besoins locaux qui paraîtront bien petits pour les futurs mastodontes régionaux. Pour l’instant, la disparition des départements reste programmée en 2020 : il en faut du temps pour imaginer comment s’en passer  ! Il faut espérer que d’ici là, nous ferons reculer un gouvernement qui a déjà une bonne pratique de la marche arrière.

Ce faisant, François Hollande passe à côté de ce qu’une bonne réforme territoriale pourrait être : la suppression pure et simple des régions, pour refaire des départements l’échelon principal de notre organisation territoriale, avec les communes, en supprimant les communautés, de manière à supprimer deux couches de notre mille-feuille territorial tout en s’appuyant sur les deux structures les plus anciennes, les plus solides et qui demeurent aujourd’hui les plus importantes. Enfin, difficile de ne pas y voir un outil d’affaiblissement de l’Etat par rapport à l’Europe et un manque de considération caractéristique de l’importance des traditions et de l’histoire.
 
La réforme territoriale aurait mérité un beau débat. Mais après l’échec de la majorité précédente avec le bien mauvais rapport Balladur, la nouvelle majorité semble également devoir se casser les dents. Une nouvelle illustration de la décomposition avancée du PS et de l’UMP.

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 4 juin 2014 10:47

    Lisez l’article de Nabum...il résume en une phrase l’essentiel...pas la peine de tourner en rond.. !


    • Michel DROUET Michel DROUET 4 juin 2014 10:55

      Encore la théorie du complot bruxellois, ou du complot américain, ou d’autres.

      A force de ne voir les choses qu’au travers de ce prisme, on finira comme la Corée du Nord.


      • diogène diogène 4 juin 2014 10:56

        Alors là, mon vieux, vous êtes en pleine science fiction !


        La régionalisation animée par Deferre a atteint le but que son géniteur visait : accentuer le clientélisme des barons mafieux.

        Mais en même temps, elle répondait à un vœu de son copain Delors : affaiblir les états européens et leurs lois sociales pour créer une organisation européenne régionale, atlantiste et néo-libérale.

        Ce but-là aussi a été atteint.

        Le remède à ce cancer n’est pas un retour en arrière, mais un autre projet.
        Reste à savoir quelle force, quelle énergie est capable de concevoir et porter un tel projet.


        • LE CHAT LE CHAT 4 juin 2014 11:19

          tout à fait d’accord ,
          ce charcutage s’est fait après consultation uniquement des grands féodaux socialistes et en catimini ,et uniquement selon les interêts socialistes !


        • Fergus Fergus 4 juin 2014 15:51

          Bonjour, le Chat.

          « Intérêts socialistes » ? Lesquels ? Car en l’état actuel de décrépitude du PS, bien malin celui qui peut dire, y compris parmi les caciques de ce parti, quels peuvent être ces intérêts.


        • Croa Croa 4 juin 2014 11:49

          Les régions personne n’en voulait sauf De Gaulle (en apparence.) De Gaulle a démissionné à cause de ça et d’autres ont fait les régions à sa place sans redemander la permission au peuple Français.
          Bientôt il y aura un peu moins de régions... Et alors ? De toute façons on ne nous demandera pas notre avis !


          • Fergus Fergus 4 juin 2014 15:53

            Bonjour, Croa.

            Exact. Et au bout de quelques années, tout le monde aura oublié les griefs d’aujourd’hui. Des griefs de surcroît contradictoires d’une personne à l’autre, et a fortiori d’un parti à l’autre.


          • zygzornifle zygzornifle 4 juin 2014 11:52

            Sacré Hollande , il va de bordel en merdier et il transforme le tout en foutoir....


            • Trelawney Trelawney 5 juin 2014 11:54

              .... et avec me sourire !


            • Scual 4 juin 2014 12:22

              La contre-révolution des traitres avance... que faire, les français au cerveau lavé par la télévision votent pour leurs ennemis et quand ils se rebellent ils choisissent le parti qui ferait encore pire.

              Ce n’est que le début de la destruction.


              • Fergus Fergus 4 juin 2014 15:49

                Bonjour, Laurent.

                Heu... petit correctif : Hollande, au contraire, se prend pour un patron inspiré. Ce qu’il n’est manifestement pas !

                Cela dit, même imparfaite, la réforme territoriale est une urgente nécessité.


                • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 4 juin 2014 22:49

                  La fusion Auvergne-Limousin me semble cohérente.


                  • diogène diogène 5 juin 2014 10:22

                    Ben justement, c’est pas ce qui est prévu !!!

                    Pouvez-vous m’expliquer votre commentaire ?

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 juin 2014 06:12

                    Il s’agit ni plus ni moins de mettre fin à l’unité de la République.
                    Discours de Hollande en Corrèze, Janvier 2014 :

                    « Les Régions doivent être plus fortes qu’aujourd’hui.
                    De nouvelles compétences leur seront transférés : aides aux entreprises, développement économique.... » Et notez bien cette phrase :

                    « Un pouvoir règlementaire local leur sera confié pour leur permettre d’adapter la règle nationale au territoire. »
                    C’est la fin des lois nationales applicables sur tout le territoire.

                    C’est la mise en place des euro-régions, et le début de la fin des Etats Nations.

                    Ce que l’ultralibéralisme redoute, c’est le rôle législatif des Etats, capables de voter des lois en faveur de l’ intérêt général, en faveur des intérêts stratégiques de la France, en faveur du modèle social français.

                     Diviser pour mieux régner ! voilà la devise que Hollande est chargé d’appliquer pour en finir avec « les rigidités » françaises qui empêchent le renard de naviguer librement dans le poulailler...
                    Sortons au plus vite de l’ UE, cette machine crée contre les peuples !


                    • ZenZoe ZenZoe 5 juin 2014 10:45

                      Comme l’auteur, je pense que c’est l’échelon régional qui aurait du être supprimé. Surtout que là on va avoir des régions très étendues - quid du service de proximité au public, parce qu’internet ne règle pas tout ? Où va-t-on mettre la capitale sans léser qui que ce soit ? On sait aussi que les infrastructures n’existent pas encore (routes et lignes de chemin de fer directes...) pour voyager à l’intérieur des super régions - on imagine le bocson lors des réunions de travail communes !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès