Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Grèce : les Banksters ont gagné

Grèce : les Banksters ont gagné

Le bal des vampires peut continuer : Bruxelles a sauvé momentanément tous les spéculateurs de la ploutocratie mondiale.

La fanfare des marchés financiers a salué d’un bond de plus de 2% en quelques minutes l’accord largement prévisible sur la dette grecque, Tsipras n’ayant pas la carrure d’un chef d’État. Celui que Mélenchon qualifiait d’espoir pour la Grèce vient de faire aux grecs ce que Sarkozy avait fait aux français en 2005.

Pourrait-on lui en vouloir quand c’est le lieu commun dans le monde occidental de ne proposer aux urnes qu’un fossoyeur de liberté et de la dignité de son peuple ?

Quel chef d’État actuellement n’est pas à la solde de la finance internationale. Poser cette simple question, revient à reconnaître les chefs de « l’axe du mal ».

Le drame grec a été commenté et analysé à sens unique par des journalistes aux ordres de ceux qui les paient, ressassant à temps et à contretemps que les grecs ne sont que des feignants, des profiteurs, quand ils ne sont pas des fraudeurs.

La Grèce a tout simplement été victime d’un attentat financier.

Les confessions de l’ex-assassin financier, John Perkins se retrouvent dans la mise à sac de la Grèce :

 Pour l’essentiel, mon boulot consistait à identifier les pays détenant des ressources qui intéressent nos multinationales, et qui pouvaient être des choses comme du pétrole, ou des marchés prometteurs, des systèmes de transport. Il y a tant de choses différentes. Une fois que nous avions identifié ces pays, nous organisions des prêts énormes pour eux, mais l’argent n’arriverait jamais réellement à ces pays ; au contraire, il irait à nos propres multinationales pour réaliser des projets d’infrastructures dans ces pays, des choses comme des centrales électriques et des autoroutes qui bénéficiaient à un petit nombre de gens riches ainsi qu’à nos propres entreprises. Mais pas à la majorité des gens qui ne pouvaient se permettre d’acheter ces choses, et pourtant ce sont eux qui ployaient sous le fardeau d’une dette énorme, très semblable à celle de la Grèce actuellement, une dette phénoménale.

Et une fois [qu’ils étaient] liés par cette dette, nous revenions, sous la forme du FMI – et dans le cas de la Grèce aujourd’hui, c’est le FMI et l’Union européenne – et posions des exigences énormes au pays : augmenter les impôts, réduire les dépenses, vendre les services publics aux entreprises privées, des choses comme les compagnies d’électricité et les systèmes de distribution de l’eau, les transports, les privatiser, et devenir au fond un esclave pour nous, pour les sociétés, pour le FMI, dans votre cas pour l’Union européenne. Fondamentalement, des organisations comme la Banque mondiale, le FMI, l’UE sont les outils des grandes sociétés multinationales, ce que j’appelle la corporatocratie.

Tous ceux qui ont une once de pouvoir dans le monde savent très bien quand ce mécanisme est en train de se produire quelque part sur la planète. John Perkin l’a très bien décrit dans son ouvrage en prenant exemple sur l’Argentine ainsi que plusieurs pays d’Amérique latine qui ont été victimes du même processus. Ceci explique certainement les changements politiques survenus en Amérique du Sud depuis une vingtaine d’années. Quand les peuples n’ont plus rien à perdre, il semble que leur conscience politique s’élargisse de façon inversement proportionnelle à la taille du garde-manger.

La seule différence qu’il y a entre un pays en crise ou un autre se retrouvant sous les fourches caudines de l’austérité, ne dépend que de la souplesse d’échine de ceux qui détiennent un mandat du peuple.

Quand la mise à sac d’un pays se fait sans attentat, c’est que l’affaire est menée par une équipe aussi brillante que celle du Fouquet’s. Durant les années Sarkozy, outre l’or de la France, toute son infrastructure a été bradée dans un silence assourdissant pendant que la dette explosait de plus de 600 milliards d’euros.

La mondialisation pilotée depuis plus de trente ans sous toutes ses formes : de la délocalisation à la loi Bolkestein ne sont que la mise en place d’un asservissement des peuples à la sauce « Communiste » dirigée par une nomenklatura « élue au suffrage universelle ».

 Le mystère Varoufakis

Après l’écrasante victoire du « non » au référendum grec, la démission de Varoufakis paraissait étonnante. Celle-ci a été interprétée comme une incompatibilité de travailler entre l’ancien ministre des Finances et la Troïka. Aujourd’hui, après l’incroyable soumission d’Alexis Tsipras, on se demande si Varoufakis ne connaissait pas déjà le dénouement et refusait d’y être associé ?

Son testament politique se retrouve dans sa dernière intervention et sa mise en garde pour la France :

« Ma conviction est que le ministre des finances allemand veut que la Grèce soit évincée de la monnaie unique pour susciter une crainte de tous les diables chez les français et leur faire accepter son modèle d’une zone euro disciplinaire. »

On maintient notre analyse du 3 juillet dernier ainsi que sa conclusion :

 De toutes les manières, que le « oui » ou le « non » l’emporte, les Grecs ne disposent d’aucune crédibilité pour réintroduire le drachme. Ils devront donc retourner à la table des négociations. La seule différence sera l’équipe qui ira présenter un plan qui ne changera rien. Les Grecs doivent accepter toutes les conditions au détriment de leur peuple, les prétentions de la finance internationale qui ne leur remettra jamais leur dette. Ce serait remettre en question celle de tous les peuples. Aujourd’hui la Grèce, demain l’Espagne, l’Italie ou la France ? Quel peuple se révoltera ? Contre l’asservissement bancaire, aucun !

L’étrange passivité de Vladimir Poutine depuis deux mois présageait que la cause était entendue. S’il nous a semblé, au début de l’année, que l’alliance Gréco-Russe contre la ploutocratie mondiale était possible, il nous est vite apparu que le temps n’était pas encore venu. Les 80 milliards de prêt socialisés à venir et offerts par la Troïka ne feront que retarder et amplifier la prochaine crise. Il va falloir maintenant se retourner vers les taux obligataires des dettes souveraines. Le torchon commence à brûler.


 

David Bonapartian et Denissto

www.agenceinfolibre.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • diogène diogène 13 juillet 2015 14:53

    Haec propter illos scripta est homines fabula
    qui fictis causis innocentes opprimunt. 


    • fred.foyn Le p’tit Charles 13 juillet 2015 14:58

      @Diogène...Phèdre dans le texte++++


    • Baltha 13 juillet 2015 15:28

      @diogène
      « Cette histoire est écrite pour ces hommes qui oppriment l’innocent avec de faux prétextes. »

      En est-ce la traduction la plus fidèle ?



    • fred.foyn Le p’tit Charles 13 juillet 2015 15:30

      @Baltha...Pour moi oui..Après un « vrai » linguiste trouvera à redire.. !


    • fred.foyn Le p’tit Charles 13 juillet 2015 14:56

      Excellent résumé de la crise de ce pays abandonné par son pire ministre sur l’autel de la finance..Tsipras est allé « Tapiner » pour quelques euros (80 milliards..) qui vont vite retourner dans les banques..et la Grèce disparaitra faute de cons-battants... !


      • rotule 13 juillet 2015 20:18

        @Le p’tit Charles
        il a négocié avec le pistolet sur la tempe. Il aurait peut être du déposer une plainte à la Cour Européenne il y a quelques mois. (voir un article de Mediapart récent). Peut-il encore le faire ? Le groupe informel EuroGroup lui a mis la corde au cou a serré fort.
        Ne lui jetons pas la pierre, il ne la mérite pas.
        Et quelles révélations sur le fonctionnement de l’Europe ! Merci les Grecs !


      • Croa Croa 13 juillet 2015 23:09

        À rotule « Et quelles révélations sur le fonctionnement de l’Europe ! »
        *
        À quelque chose malheur est bon et le fait est que beaucoup de gens, voire presque tous le monde (sauf ici) ne savaient pas de quelle nature était l’euro ! Même Monsieur Tsipras se faisait des illusions apparemment !
        *
        Je recommande cet excellent article de La Tribune (surprenant de la part de ce journal !)


      • fred.foyn Le p’tit Charles 14 juillet 2015 08:02

        @rotule...Vous défendez un traitre..c’est votre droit...Vous devez donc aussi défendre Hollande (tout aussi traitre que Tsipras..).. ?


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 14 juillet 2015 16:21

        @rotule

        oui LE BAL DES VAMPIRES : Lagarde draghi sapin juncker et cie

        il ne manque que tapie cahuzac et bismuth et son ministre des finances roi de la magouille et de la vente d’hippodromes soros et cie bron buchman hcbs cebnp  !!!!!!!


      • Pyrathome Pyrathome 13 juillet 2015 15:04
        Grèce : les Banksters ont gagné

        .

        Non, ils ont juste réussi à obtenir encore un peu de temps avant le tsunami qui va tous les balayer avec leur montagne de papier sans valeur......


        • Lemaïsjekiff Neo-str 13 juillet 2015 22:31

          Pyrathome,

          « papier sans valeur...... »

          Ah peut-être bien que dans un futur il en auront ... Au patrimoine des intitulés vestige de la connerie/bêtise humaine ...

          Sans dec Pyra t’as vu THE dette 12 095 ... pfffff ... Limite on en rigole ... Vaudrait mieux ne plus prendre leurs conneries avec sérieux ... On s’en tamponne complet de leur système de persécutés et persécution  !

          Alors ouais tu vois Pyra pour revenir à la phrase du départ, dans un futur espérons que tout ceci ne soit que vestige et que l’être humain soit passé enfin à autre chose ...


        • Croa Croa 13 juillet 2015 23:16

          À Pyrathome
          Tu rêves !
          Pour eux la fête continue et la prochaine crise se terminera dans la même continuité jusqu’au moment où, en effet ça ne passera plus... Sauf que rien ne les balayera car les pertes seront payées par la communauté comme d’hab. ! 


        • franck milo franck milo 13 juillet 2015 15:32

          Je pensais qu’ A. Tsipras était du marbre dont on fait les statues, il est en fait de la faïence dont on fait les bidets.


          • zygzornifle zygzornifle 13 juillet 2015 16:01

            Une fois de plus la dictature écrase la démocratie ..... Tripas c’est écrasé sur le mur de Merkel .....


            • Croa Croa 13 juillet 2015 23:22

              À zygzornifle
              Quelle dictature ? Mme Merkel est un pantin comme les autres ’’élites’’ de l’Union Européenne et il n’y a là dedans aucun dictateur mais seulement un système totalitaire.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 juillet 2015 07:59

              @Croa
              Derrière Merkel, il y a Washington, qui ne veut pas déstabiliser l’ UE, pour des raisons géostratégiques : OTAN & TAFTA. Le couple franco allemand est une légende urbaine pour les Français. En 2004, a été signée « l’ Alliance germano américaine pour le 21e siècle. » 


            • zygzornifle zygzornifle 13 juillet 2015 16:03

              Dire qu’il nous reste un Macron en stock petit baron des Rothschild ,il faudrait leur louer quelques mois pour qu’il remette un peu d’ordre la bas .....


              • Donbar 13 juillet 2015 16:40

                Pour dire un parfait traître, désomais : un Tsipras.
                Pauvres idiots de Grecs qui ont cru à l’Union européenne et à son Euro.
                Aux suivants !


                • rotule 13 juillet 2015 20:21

                  @Donbar
                  Attendez avant de juger. Et imaginez que les banques de votre pays sont fermées, que vous n’avez pas de quoi payer les salaires et les retraites, que les hopitaux sont fermés ou indigents,, .... attendez un peu. Et allez passer vos vacances en Grèce, tant que l’UE ne vous pas pas encore pris tous vos petits sous.


                • hgo04 hgo04 13 juillet 2015 20:52

                  @rotule
                  J’irai en allemagne.. mettre le feu !!!


                • Croa Croa 13 juillet 2015 23:26

                  À Donbar
                  Ces idiots y croient encore ! En s’accrochant à l’€ comme des moules à leur rocher ils méritent même un peu leur sort.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 juillet 2015 08:04

                  @rotule
                  Quand la BCE ferme le robinet en euros pour les banques, n’importe quel gouvernement peut transformer les billets en euros, en monnaie nationale, en mettant un tampon dessus par la Banque centrale. Cf « la tragédie de l’euro », de nombreux pays ont changé de monnaie.
                  C’est un problème technique qui ne présente aucune difficulté.


                  Comme la Grèce fonctionne largement avec du liquide, ce ne sont pas les billets qui doivent manquer en Grèce ! Mais cela suppose que le Gouvernement soit déterminé à sortir de l’ euro.
                  Ce qui n’est pas le cas de Syriza.

                • HELIOS HELIOS 16 juillet 2015 11:18

                  @rotule
                  la France n’est pas la Grece : une semaine de greves générales et de manifs et le gouvernement saute... ou bien l’armée anglaise, allemande et espagnole interviennent comme cela est explicitement autorisé par le traité de Lisbonne ....




                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 juillet 2015 17:53

                  Changer l’ Union européenne de l’intérieur, comme le prétendent les Réformateurs de la Gauche européenne est une utopie qui vient de montrer ses limites et de s’écraser sur le mur des réalités.
                  L’UE, on l’aime telle quelle est, ou on la quitte.


                  C’est pour cela que l’ UPR a été créée en 2007, pour rassembler provisoirement les Français sur un programme de consensus, pour en sortir définitivement.
                  L’UE n’est pas réformable.

                  • Aristide 13 juillet 2015 18:05

                    @Fifi Brind_acier


                    Vous tenez une forme à l’UPR, pas de vacances ni de canicule, du rentre dedans à la manière des vendeurs de voiture. Allons Fifi, la répétition est un dispositif assez efficace pour la pédagogie, à forte dose cela devient assez rébarbatif.

                    Tel les SAPIR et autre LORDON, prévisionniste à marc de café, ils prévoient la sortie de l’Euro, l’explosion de l’UE pour dans bientôt. Bon , bientôt c’est entre un an et quelques dizaines d’années, cela il ne le savent pas.

                    Asselineau, Vaseline, lui travaille sur du velours, il assène depuis quelques temps que la sortie de l’UE et de l’Euro est la panacée, la réponse à tous nos problèmes, du chômage à la réindustrialisation, ...., il ne risque rien à annoncer cela vu la probabilité proche de zéro, je suis gentil, de mise en oeuvre de son programme.

                    Continuez Fifi, la période est propice aux prévisions, ....


                  • GrandGuignol GrandGuignol 13 juillet 2015 19:36

                    @Aristide

                    Tiens encore le troll « illuminé »Aristide, qui vient répandre la bonne parole en insultes et arguments en plastiques, qui ne propose rien de rien, et ne sait que critiquer du haut de sa montagne de sagesse... smiley


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 juillet 2015 20:39

                    @Aristide
                    La différence entre les trolls dans votre genre et nous, c’est qu’à l’ UPR, tout le monde est bénévole...


                  • JMBerniolles 13 juillet 2015 22:59

                    @Aristide

                    Pour traiter ainsi des gens comme jacques sapir, je connais moins Lordon, qui ont le courage et l’intelligence de penser hors de l’orthodoxie servile, il faut avoir le niveau excusez moi.

                    Le démonstration vient d’être faite que l’Euro est l’instrument majeur d’exploitation et de domination des peuples de l’eurozone qui est par ailleurs en pleine déconfiture économique.

                    Donc effectivempent la sortie de l’Euro est le début de l’affranchissement du carcan austéritaire imposé par le système. C’est loin d’être suffisant.

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 juillet 2015 07:32

                    @JMBerniolles
                    Sapir, comme Berruyer ( site les Crises) sont pour la sortie de l’euro, et en font une très bonne analyse, mais pas pour la sortie de l’ UE. Ils espèrent « une Autre Europe à la St Glinglin », projet qui on le voit avec la Grèce, n’est pas possible.


                  • JMBerniolles 14 juillet 2015 13:14

                    @Fifi Brind_acier


                    Mais la soi-disant « Europe » n’est qu’un système économique dominant où l’Euro est au centre de l’exploitation et de la domination des peuples.

                    Le sortie de l’Euro est le premier geste après il y a une suite obligatoire, - la mise en place d’un certain protectionnisme, les acoords d’échanges commerciaux, ...- .
                    Pour la Grèce il y a aussi la délicate question de l’OTAN. 

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 juillet 2015 19:55

                    @JMBerniolles
                    L’Union européenne c’est un ensemble de Traités qui se sont empilés depuis le Traité de Rome, signé (déjà !) par Guy Mollet de la SFIO. Ce n’est pas qu’un système économique.


                    Sur le plan politique, les Traités ont transféré les droits régaliens des Etats aux Instances non élues, la BCE, la Commission européenne, le FMI et l’ OTAN. Dans cette vidéo : «  Pourquoi l’ Europe est comme elle est ? » Asselineau donne une liste des compétences dont les Etats ne disposent plus.

                    Par exemple, depuis Maastritch, les politiques de défense et les politiques étrangères sont décidées par l’ OTAN (article 42). Voici quelques exemples d’articles parmi les plus toxiques. 


                  • HELIOS HELIOS 16 juillet 2015 12:24

                    @Aristide
                    Fifi n’a toujours pas compris (ou fait semblant) que pour sortir d’un gang aussi puissant que l’UE actuelle, il faut se rassembler... rassembler tous ceux qui veulent agir.. comme cela se fit en 45 où communistes, patriotes etc le firent... 


                    Or l’UPR veut jouer seul dans son coin : pas d’alliance d’objectif avec Marine Le Pen, donc on en conclut immédiatement que l’UPR ne veut pas sortir de l’UE,ni d’aucunes autres institutions.

                  • Phalanx Phalanx 13 juillet 2015 17:55

                    Il semble bien que les gauchistes a la Tsipras aient la trahison dans le sang. Son histoire de referundum, c’etait juste une tentative desesperee d’obtenir de meilleures conditions de la part des creanciers, mais il n’a jamais serieusement considere une reprise en main du pays. 


                    Par sa trahison, il vient d’ouvrir une autoroute au retour des colonels. Il va falloir surveiller de pres la progression de Aube Doree.

                    Par ailleurs, il ne faut pas non plus tomber dans le miserabilisme, les grecs ont fait n’importe quoi des miliards qui leur ont ete pretes, il est normal qu’il y ait un retour de manivelle. Ce n’est pas de l’« austerite », c’est un retour la normale. Par contre, il ne sont pas non plus oblige de se laisser dissoudre dans le mondialisme. 
                    Des creanciers, ca s’envoie paitre.

                    • Onecinikiou 13 juillet 2015 18:30

                      @Phalanx


                      Tripras est un gauchiste, comme Mélenchon. Pour cette raison c’est aussi un européiste fanatique. 

                      Comme Mélenchon en pareille situation, bien que ce dernier s’en défende (« le bruit et la fureur », et mon cul sur la commode), aucun ne courrait le risque ou prendrait l’initiative de la déconstruction de l’Union politique et économique même qu’il n’ont cessé d’appeler de leurs voeux depuis Maastricht. 

                      Ils sont avant tout victimes de leurs aveuglements idéologiques marxisant : ce sont des internationalistes. Ils méprisent les nations historique d’Europe. Ils méprisent les patries, les sentiments d’appartenance nationaux, qu’ils considèrent comme de ennemis à abattre. Ils appelent à leur dépassement. Plus que des internationalistes, ce sont désormais des fédéralistes, car là est le véritable enjeu.

                      Ce sont des adversaires résolus de toute souveraineté nationale. Et on comrpend pourquoi Mélenchon et ses alter ego fistugent l’Allemagne : c’est sans doute la dernière nation d’Europe à faire valoir ses intérêts légitimes et son souverainsime contre la volonté de l’eurocratie mondialiste à dominanate américaine à laquelle nos gauchistes ont fait allégeance. 

                      D’ailleurs, le fait que les Etats-Unis, le FMI, la plupart des membres de l’Union, ont sommé l’Allemagne au bord de la rupture, de céder sur le plan d’aide à la Grèce (une « aide » qui la soutient comme la corde soutient le pendu, et qui ne règle strictement AUCUN problème sur le long terme) devrait interloquer nos éminents géostratégiciens. Cela devrait leur mettre la puce à l’oreille. 

                    • Croa Croa 13 juillet 2015 23:41

                      À Phalanx « les grecs ont fait n’importe quoi des miliards qui leur ont ete pretes »

                      Pas les grecs ! Leur ’’élites’ d’autrefois s’étaient juste vendues aux escrocs de la finance et des industries dominantes : L’argent est en effet passé de la finance à la finance en passant par l’industrie, laquelle n’était pas grèque ou si peu en proportion des autres entreprises de pillage... Bref, ça s’est passé comme en Afrique et tout ça finalement n’est qu’escroqueries !


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 juillet 2015 08:07

                      @Phalanx
                      Vous devriez surtout surveiller tous les Partis politiques qui prônent eux aussi « une Autre Europe à la St Glinglin » : le NPA, le PCF/ FG, le FN, Debout la France, les Chevènementistes, par exemple, ou « Nouvelle Donne », « Nous citoyens » , si vous ne voulez pas vous faire « SYRIZER » en 2017 !!


                    • franc 15 juillet 2015 11:40

                      @Onecinikiou

                      - Attention à ne pas confondre l’internationale marxiste avec le mondialisme capitaliste

                      -

                      l’internationale marxiste respecte les nations car comme l’étymologie l’indique pour qu’il y ait internationalisme il faut qu’il y ait des nations .je pourris citer des extraits de marx où il exprime la phase nécessaire des nations comme de l’Etat du moins dans une période transitoire.

                      -

                      les mélenchons et autres gauchistes ne sont pas des marxistes mais utilisent seulement une phraséologie marxisante pour tromper les gens ,ils sont en fait pour le mondialisme capitaliste.

                      -

                      J’ai peur que Tsipras ressemble à Mélenchon bien qu’il soit plus intelligent et plus honnête ,ou du moins qu’il tombe dans le mélenchonisme mondialiste tout cela parce qu’il refuse ou a peur de sortir de l’euro et de l’union européenne . 


                    • aimable 20 juillet 2015 08:17

                      @Croa
                      les élites , politiques et financières boivent et les peuples trinquent !!!


                    • Alain 13 juillet 2015 17:58

                      Ca avait commencé en 1929 aux USA, une grave crise du capitalisme, parmi les pires. On s’était arrangé pour exporter autant qu’on pouvait le faire les pbs vers l’europe et seule la guerre avait réussi à faire reprendre du souffle au capitalisme.

                      Ca a commencé avec les subprimes, aux USA, et tant qu’à faire autant en refoutre une couche en Europe histoire de ne pas avoir à payer ses conneries. Et puis, finalement, y’a suffisament de bons toutous en Europe, çà passera comme une lettre à la poste. Ils s’entredéchireront. Voilà 2015, les pays craquent. Mais on peut pas dire que les USA soient flamboyants, c’est le déclin quand même.
                      Rien ne vaut une bonne guerre... avec les russes ou les chinois, au choix
                      Tiens, tiens, les chars leclerc en cette veille de 14 juillet sont en Pologne. Mais non, mais non, on ne prépare pas la guerre. N’écoutez pas les menteurs. Ecoutez plutôt la radio et la télé. Et surtout consommez !!!

                      D’ailleurs, bientôt on aura La Clinton ou le Bush ou peut-être quelqu’un d’autre. On s’en fout, nous les think tanks (en anglais dans le texte). N’importe qui tant qu’il votera les budgets de guerre histoire qu’on se relève un peu. Et puis, de toute façons, y’a plus assez de matières premières sur Terre pour le paquets de bédouins qu’on est. Autant écrémer...


                      • Petit Lait 13 juillet 2015 18:09

                        Les états de l’UE, France et Allemagne en tête, le FMI, la BCE, le FESF sont les créanciers de la Grèce aujourd’hui. Pas les banques. Un peu de précision aide à la crédibilité... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès