Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Hortefeux à volonté sur le social !

Hortefeux à volonté sur le social !

Après avoir tranché à coups de quotas dans la matière humaine, non sans dégâts, voici notre ministre affecté aux affaires sociales. A lui les manettes ! Bien sûr, il n’y connaît rien mais justement, c’est le but recherché : un ministre qui n’a aucune fibre sociale et qui saura couper, trancher, sans états d’âme dans les budgets sociaux.

Lui qui a restreint la politique de regroupement familial se voit chargé de la famille ! Lui qui a expulsé des clandestins, se voit confier une tâche presque identique : prêter main forte à Christine Boutin qui veut expulser les pauvres des HLM sous-occupés ! Petit tour d’horizon - morne horizon ! - de ce que présage l’attribution du ministère des affaires sociales à Brice Hortefeux.

D’abord, observons qu’une action concertée semble se dessiner avec la réduction des crédits du planning familial décidée par Roselyne Bachelot, la ministre de la santé. Il semble que sanitaire et social vont avancer main dans la main dans le même sens : celui des restrictions. Le planning familial fait partie de la politique familiale, c’en est le volet sanitaire. Le centre de planification familiale est (on dira bientôt "était") un des lieux d’accueil pour les jeunes filles et les mères qui y trouvent conseils et information sur la contraception, l’IVG, le contrôle des naissances, les infections sexuellement transmissibles, la violence conjugale, sexuelle...Mais voilà, l’heure est aux restrictions budgétaires et l’éducation familiale n’est plus une priorité. Alors que la question se posait plutôt de savoir de combien il fallait revaloriser le tarif (qui est de 8 euros de l’heure) les rémunérations des bénévoles devenus des professionnels grâce à une formation dispensée de 400 heures, c’est en sens inverse qu’il est tranché : moins d’argent ! Même s’il est vrai que le budget du planning familial n’a jamais eu les faveurs du gouvernement, ce gouvernement-ci essaie manifestement de refiler le financement en douce aux collectivités locales. Il y a celles qui voudront bien s’en charger et les autres, ce qui créera des inégalités d’accès à ces services sur le territoire français.

Mais revenons aux missions gérées en propre par Brice Hortefeux. Ce dernier est en charge du ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville.

Il aura donc à traiter le travail et les Relations sociales : un rapport officiel (repris ici par Le Monde) nous apprend justement que le "travailler plus pour gagner plus" est un échec). Il devra s’occuper des relations avec les partenaires sociaux et des suites de la grève du jeudi 29 janvier qui vont lui donner de quoi s’occuper puisque Sarkozy a déclaré qu’il rencontrerait les syndicats pour imposer son calendrier et ne pas tenir compte de leurs revendications ni de la manifestation pourtant déclarée "légitime" par lui.

Le Handicap : Les coupes sombres ont commencé avant l’arrivée du nouveau ministre. Handicapés. Ainsi, et alors que la PCH (allocation qui remplace l’AAH) a vocation, aux termes de la loi Handicap du 11 février 2005, à prendre en charge l’ensemble des dépenses liées au handicap, donc les frais de transports, un décret a plafonné la prise en charge de ces frais à 12.000 euros sur 5 ans, soit 200 euros par mois en moyenne et plusieurs caisses d’assurance maladie avaient fermé le robinet. Or les frais réels supportés par les personnes handicapées ou leur famille peuvent être très nettement supérieurs. D’où un tollé légitime qui a infléchi un peu la position du gouvernement, lequel a rendu une sorte de jugement de Salomon. Mais la question n’est pas réglée pour autant et les coups de boutoir peuvent reprendre à tout moment.

La Politique de la ville : c’est-à-dire la SRU (Solidarité et Renouvellement urbains) : Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, a déclaré que l’Assemblée nationale suivrait le Sénat en refusant à son tour toute modification de la loi SRU sur le logement social, dans le cadre du projet de loi Logement de Christine Boutin. Mais ce n’est pas un cadeau du gouvernement, c’est un recul de ce dernier face aux manifestations nombreuses de mécontentement tout-à-fait justifiées des professionnels de la politique de la ville justement relayées par les sénateurs en octobre. Pour rappel, le gouvernement avait voulu comptabiliser l’accession sociale à la propriété dans le quota de 20% de logements sociaux pour échapper à l’obligation imposée par la loi SRU aux communes de plus de 3.500 habitants.

La Politique du logement : Alors que le projet de loi Boutin sur le logement est examiné à l’Assemblée depuis mardi, la polémique fait rage. Le Figaro a mis en ligne une interview vidéo d’Etienne Pinte, député maire des Yvelines. Celui-ci, bien que faisant partie de l’UMP, n’hésite pas à déclarer « absurde » que certaines sommes votées au Parlement n’aient pas encore été dépensées. Il pointe le risque évident d’un ajustement à la baisse des crédits 2010 si tous les crédits ne sont pas consommés, malgré les besoins criants.

Voilà sous quels auspices débute le ministère des affaires sociales version Brice Hortefeux et nous n’avons cité ici que ces quelques exemples bien connus. Le lieutenant de Sarkozy, fils de banquier de Neuilly et parrain d’un des fils du président, est aussi l’ami des riches qu’il aura à coeur de satisfaire en compensant les généreux cadeaux fiscaux par des prélèvements arbitraires sur les budgets sociaux.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Yena-Marre Yena-Marre 30 janvier 2009 11:29

    Un titre digne du canard enchainé , je n’imaginais pas rire de ce triste clown . Tout le reste est à son image : inquietant . je me console en me disant qu’il etait pressenti pour l’interieur , brrr ! ice hortefeux çà fait froid dans le dos .


    • LE CHAT LE CHAT 30 janvier 2009 11:52

      un libéral fasciste pour appliquer les noirs desseins de la World company ! http://www.syti.net/GuerreSociale.html


      • Alex 30 janvier 2009 17:16

        Lobotomised spotted smiley


      • Yena-Marre Yena-Marre 30 janvier 2009 17:52

        Le chat merci pour le lien .


      • Alex 30 janvier 2009 20:49

         smiley


      • JL JL 30 janvier 2009 12:22

        "Une politique de relance ne peut se concevoir que si on préfère à la loi de Say selon laquelle il ne peut exister d’insuffisance de la demande, la vision keynésienne qui voit dans l’insuffisance des investissements l’origine d’une croissance durablement insuffisante pour absorber la main-d’œuvre disponible et éviter le chômage. Pour y remédier, des dépenses publiques doivent se substituer aux dépenses privées qui manquent et accroître la demande anticipée par les entrepreneurs." (Arnaud Parienty, Alternatives Economiques)

        Le gouvernement n’augmente pas les dépenses publiques, au contraire, il est en train de les réduire massivement !


        • JL JL 30 janvier 2009 12:23

          Claude Guéant invité sur FI le 5/12/08 disait : "On ne peut faire de relance par la consommation à cause des importations".

          Que signifie cette phrase ? En toute logique, cela revient à dire ni plus ni moins, que le pouvoir d’achat des Français est trop élevé, avec ou sans relance. De là à penser que le gouvernement avec son slogan "travailler plus pour gagner plus" est, ou bien schizophrène ou bien menteur, voire les deux !

          Ps. Bravo pour votre titre.


        • La Taverne des Poètes 30 janvier 2009 13:14

          Que des faits avérés et sourcés. Lesquels contestez-vous ?


        • darthbob darthbob 30 janvier 2009 13:51

          Merci à l’auteur pour cet éclairage sur la nomination surprenante d’un quasi-membre de la famille de not’président.

          Le planning familial est un test grandeur nature du démantellement de la politique sociale qui se prépare.

          Si ça passe sans accroc, vous verrez la suite illico.

          A tous et à toutes, travailleurs sociaux, prenez garde !


          • A. Nonyme Trash Titi 30 janvier 2009 16:49

            La Taverne,

            vous affirmez que le "travailler plus, pour gagner plus" est un échec, et vous citez Le Monde. Le Monde qui titre :"... n’a pas eu l’effet escompté".

            Ça n’a pas eu autant d’impact qu’attendu, certes, mais il n’est pas question d’échec, nuance somme toute importante.

            Je trouve important que les propos soient mesurés. Vous interprétez la réalité de façon partisane. Mais bon, c’est de bonne guerre...


            • K K 30 janvier 2009 17:21

              dans les faits : ceux qui avaient deja leurs heures sup remunerees ont profite de la defiscalisation partielle. Ceux qui faisaient des heures sup sans qu’elles soient payees, n’ont vu aucun changement (cadres). Et ceux qui ne faisaient pas d’heures sup n’en font toujours pas. On peut donc dire que c’est un echec.


            • Yohan Yohan 30 janvier 2009 16:59

              Le chantier est lourd, l’ingenieur va devoir s’ingénier. On pourra d’ailleurs rapidement juger la compétence du chef de travaux sur les premières dispositions qu’il va devoir prendre pour endiguer la fuite munumentale apparue dans les plomberies de l’emploi


              • Absurde Absurde 30 janvier 2009 18:34

                Il est l’homme qu’il faut... pour précipiter le pays dans la rue et du même coup, la chute du sarkozisme. 

                Hortefeux au Social, c’est comme si Le Pen partait en visite officielle à Douala, Alger ou Tel Aviv, c’est comme si Maurice G. Dantec était nommé à la Culture et le général Aussaresses à la Jeunesse et aux Sports, c’est comme si on allait chercher Adolf Eichmann au fin fond de sa tanière brésilienne pour le nommer ministre de la Santé. 

                Hortefeux au Social, c’est comme mélanger de l’éther, de l’alcool à brûler et de l’essence à la lessive que l’on met dans sa machine à laver pour détacher un bleu de travail, c’est comme vouloir soigner une éruption d’acné au vitriol ou confier une livre de Semtex à un groupuscule de skinheads et les lâcher rue des Rosiers. 

                Hortefeux au Social, c’est comme garder affamé une horde de rottweilers pour les abandonner ensuite dans une cour de récréation, c’est comme organiser un barbecue dans une raffinerie de pétrole, se balader à poil dans une rue de Dubaï, brandir un drapeau américain au nez et à la berbe d’Ahmadinejad, pisser sur une bannière de l’OM déployée sur le Cours Belzunce un soir de match Marseille-PSG comptant pour le classement en 1ère division. 

                Hortefeux : The Right Man at The Right Place... pour en finir une fois pour toutes avec le sarkozisme. 


                • Papybom Papybom 30 janvier 2009 21:53
                  En France, tous fini par des chansons. Pour lui, souvenez-vous..   Loin du cœur et loin des yeux De nos villes, de nos banlieues La patrie meurt peu à peu Peu à peu     Rien qu’une chanson pour eux  Pour ne plus fermer les yeux C’est beaucoup et c’est bien peu Pour nos vieux   Loin des textes et de nos vœux De nos pauvres et miséreux Nous mourons de l’Hortefeux Peu à peu  

                  • chmoll chmoll 31 janvier 2009 08:33

                    hortefeux, tention ça rigole plus là

                    c bétot le retour du STO, comme en l’an 40 koi


                    • Pourquoi ??? 31 janvier 2009 08:56

                      Il a montré qu’il savait casser de l’immigré, maintenant il va tout faire pour montrer à son mêmêtre qu’il sait aussi casser du social.

                      Nommer Hortefeux à ce poste, c’est comme si NS avait déclaré au JT de 20 H. " je vais repousser le social hors de nos frontières"

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès