Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > J’ai testé pour vous les solutions du NPA...

J’ai testé pour vous les solutions du NPA...

Ultime objectif pour dissoudre les objectifs de profit, de rentabilité, de spéculation et leurs contradictions : il suffit de changer les propriétaires !!

A l’heure où Robert Hue prend le large du PCF, quelque chose nous dit que la tentative de Jean-Luc Mélenchon de constituer un équivalent de Die-Linke en France n’est pas encore rendue. On regardera davantage du côté du NPA pour entrevoir l’esquisse du « projet » proposé par la gauche dite radicale. Car, au delà d’une parfaite maîtrise du système médiatique du leader de cette nouvelle formation, que doit on attendre sur le fond de cette initiative ? Quand on regarde du côté du site très léché du NPA, on reste un peu sur sa fin. En dehors des appels « à faire converger le mécontentement » dont on notera le souci systématique de leur donner un écho médiatique, quelques articles de « fond » seulement. 

Dont un, à la une du site justement, assez caricatural d’une certaine pensée paresseuse mais surtout prétentieuse dans ses analyses et, la plupart du temps, vaine en termes de propositions. Ainsi, dans son long article sur « la crise et les réponses à y apporter », un responsable du bureau national de la LCR assène les très classiques « ... il n’y a pas de situation sans issue pour le capitalisme ... jusqu’à ce qu’il y ait son renversement » et autres « crise systémique ». Tout cela est accompagné d’analyses qui ne sont pas dénuées de pertinence : que ce soit sur la diminution de la part des salaires dans la valeur ajoutée, la baisse tendancielle des investissements productifs au profit de bulles spéculatives etc.

Rien de très nouveau et on peut lire en d’autres termes des analyses plus étayées sur le sujet d’économistes Kéneysiens tels que J. Stiglitz ou le prix Nobel P. Krugman. Sauf que ces économistes là font des propositions qui font cruellement défaut à l’extrême gauche « blin bling ». Et notre « sous commandant » du NPA de poursuivre « l’analyse » sur un autre site : « il faut un anticapitalisme pur qui pose la question du socialisme. Face à la logique des profits, il faut substituer celle des besoins sociaux. » « Il faut ». Il y a toujours une logique faussement enfantine aux incantations de la « gauche radicale » : elle tend à nous faire croire qu’on peut changer un système « méchant » par un autre plus « gentil ». Ce faisant, la conduite de politiques publiques , les incitations, les leviers démocratiques ne font pas partie de ses priorités. Le cœur de son argumentation porte sur la nature même d’un modèle qu’elle peine d’ailleurs à définir.

On a quelques pistes sur le site du NPA qui liste des références mettant l’accent sur « des revendications contre les déréglementations financières, les taxations des transactions financières, les paradis fiscaux, le non-paiement de la dette, le contrôle des capitaux, la levée des secrets bancaire et commercial, la nationalisation des banques sans indemnisations et leur création au niveau étatique ou para-étatique, comme la Banque du Sud appuyée sur Cuba et les régimes progressistes ».

Entendez, les grandes démocraties carcérales, corrompues voire nourries à la rente pétrolière : celles que le petit peuple est en train de lâcher contre la nouvelle bourgeoisie, comme lors des récentes municipales au Venezuela, par exemple. Ainsi donc, ce ne sont pas les régulations qui pérennisent le « système » qui sont les solutions à creuser mais la remise en cause de la propriété privée, le contrôle « par les travailleurs », pris comme une entité homogène, sensée portée des mécontentements et des revendications qui « convergent ».

Seuls ces « travailleurs » porteraient une alternative intrinsèquement meilleure : celle d’un capital approprié et piloté par eux. Ultime objectif pour dissoudre les objectifs de profit, de rentabilité, de spéculation et leurs contradictions : il suffit de changer les propriétaires !! Cela a le mérite de nous éviter le détail et le l’efficacité d’un programme de TF1. C’est dans le contenu de cette pensée binaire qu’il faut peut être trouver les causes du succès de l’alibi « de gauche » à un corps social et un système médiatique en quêtes de repères.


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • bob 2 décembre 2008 12:03

    Les partis anarcho-communistes ont toujours prone la mise en commun des biens de production au detriment des capitalistes prives ( le capitalisme devient alors d’etat et ne disparait pas).
    Dans les faits averes (URSS, Chine, bloc de l’est, Coree du Nord...), une petite partie de la population s’empare de la tres grosse majorite du capital au detriment bien evidemment des travailleurs et exploitent ceux-ci. C’est ainsi que l’on voit les pires effets du moyen-age (servage, famine, discrimination sociale forte...) dans des pays qui pretendent revolutionner le systeme.
    On comprendra qu’il s’agit la d’un extreme et qu’entre la corruption generalisee d’un UMPS-modem degenere, d’un anarcho-communisme obsolete et d’un nationalisme sterile peut s’ouvrir une voie plus constructive.
    Il reste qu’une regulation du systeme capitaliste est necessaire pour eviter les consequences que l’on connait actuellement.


    • geko 2 décembre 2008 13:15

      Je m’associe aux commentaires de bob ! Le NPA n’a pas vocation à gouverner ! Il constitue une radicalisation face aux excès avérés du système en place  ! Rien de surprenant !

      "il n’y a d’harmonie qu’autant que les intérêts des hommes se répondent ; hors de cette situation particulière, pas de cohésion sociale, pas de corps social"

      La fable des abeilles


    • Emile Red Emile Red 3 décembre 2008 14:12

      " Les partis anarcho-communistes "

      1er mots, 1ère connerie... si vous connaissez un parti anarchiste, faites le savoir, et c’est bien peu connaître et l’histoire et votre propre société que de mélanger anarchistes et communistes.
      Le reste est dans la même ligne, ramassis d’inepties dues à une inculure crasse et de bavardages issus des médias ramollissant les neurones.

      Commentaire nul. 


    • Ian 3 décembre 2008 16:42

      Bakounine, Malatesta et d’autres parlaient clairement de parti anarchiste. Mais certainement pas de gouvernement anarchiste. Ne mélangeons pas tout.

      Le NPA comprend anarchistes, marxistes et autres altermondialistes.
      C’est un projet de refondation politique des anticapitalistes au delà des clivages historiques.

      C’est bien en ça qu’il inquiète les classes dirigeantes de notre pays. Le patronat vit dans la crainte de la naissance d’une Vème Internationale depuis des années...


    • bob 2 décembre 2008 12:06

      Il faut encore souligner que si demain le capitalisme d’etat devait dominer, c’est la majorite des biens des petites-gens qui serait saisis en priorite. Les grandes fortunes, tenues au courant avant tout le monde, auraient deja emigre vers des cieux plus clement.


      • maxim maxim 2 décembre 2008 13:42

        Bob ...

        ce qu’il s’est déjà produit à l’arrivée des Socialo Communistes en 81 ,les gens vraiment friqués se sont vite taillés ailleurs ....

        après ,il y en a du gouvernement de l’époque qui s’en sont mis dans les poches ,mais motus ! faut pas en en parler,ça fâcherait certains !


      • cpt.kirk cpt.kirk 2 décembre 2008 13:16

        @ bob :
        juste pour info
        L’expression anarcho communisme n’a absolument aucun sens mais est par contre très pratique pour rejeter en masse toutes les théories dites d’extreme gauche en faisant référence à Staline ou à la Corée du Nord. Elle temoigne surtout d’une ignorance affligeante de ces deux mouvements que sont le communisme et l’anarchie.
        Avant de balancer ce genres de stéréotypes consternants de bêtise, je vous inviterais à vous renseigner un minimum sur les base de ces doctrines.
        Le communisme vise a centraliser le pouvoir au mains d’élus du peuple.
        L’anarchisme s’oppose à toute forme de pouvoir et ne recherche qu’a libérer les hommes par l’éducation et l’autogestion.
        Quand à votre deuxieme post je pense que vous vous trompez. Ce que vous décrivez n’est pas du communisme mais bien du sarkozisme.



        • geko 2 décembre 2008 13:54

          Le problème ne vient pas des doctrines mais de leur mise en oeuvre toujours dévoyées pour l’intérêt ou la folie de quelques uns !


        • rem 2 décembre 2008 14:54

          "Le communisme vise a centraliser le pouvoir au mains d’élus du peuple."

          Le communisme prône une société sans classe, sans état et sans propriété privée.

          Ce que vous nommez est la démocratie ( pouvoir du peuple ) indirecte


        • foufouille foufouille 2 décembre 2008 17:49

          c’est le "socialisme" qui concentre le pouvoir dans le netat


        • kolymine 2 décembre 2008 22:08

          l’anarchisme c’est une société sans etat, et sans classe
          le communisme c’est une société sans classe et sans Etat..

          tu dis que l’anarchisme veut eduquer l’homme pour qu’il puisse vivre sans etat ? alors ton anarchisme, c’est le communisme...
          la dictature du proletariat c’est une phase de transition..

          ’fin au final, les anarchiste et les communistes, s’entendent très bien tant qu’il parle de l’etat de la société au final, la ou on diverge c’est sur les moyens d’y arriver.
          je suis curieux de savoir comment tu compte eduquer les hommes pour l’autogestion tout ca, sans détruite l’appareil d’etat qui sert d’instrument à l’opression de la bourgeoisie sur le proletariat. ibidem, je suis curieux de savoir comment tu fais tenir cette nouvelle société sous les coup de boutoir des alliés des bourgeois dans les autrs pays ? et dans ton pays meme ?
          bref tu veux l’anarchisme ? alors aide les communiste.


        • foufouille foufouille 2 décembre 2008 22:38

          @ koly truc
          l’anarchie a rien a voir avec le communisme
          si tu cherche tu trouveras
          il faut faire peter la societe pour avoir l’anarchie


        • Ian 3 décembre 2008 00:25

          Précisons que marxisme et anarchisme visent effectivement tous les deux le même objectif : le communisme.

          C’est-à-dire une société sans classes et sans Etat, fonctionnant selon le principe "de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins".

          Les deux sont anticapitalistes et visent l’abolition de la propriété privée des moyens de production, base du capitalisme permettant aux capitalistes de s’enrichir du travail d’autrui par le mécanisme de la plus-value.

          Anarchisme et marxisme visent le même objectif, mais pas avec les mêmes moyens. Bien qu’il y ait à l’intérieur de chacun des multitudes de courants plus ou moins proches.

          Rappelons que les marxistes et les anarchistes étaient ensemble dans la Ière Internationale (l’Association Internationale des Travailleurs).


        • Z Z 3 décembre 2008 11:40

          "ibidem", vous êtes sûr ?


        • sisyphe sisyphe 2 décembre 2008 14:44


          Entendez, les grandes démocraties carcérales, corrompues voire nourries à la rente pétrolière : celles que le petit peuple est en train de lâcher contre la nouvelle bourgeoisie, comme lors des récentes municipales au Venezuela, par exemple.

          Ah bon !
          Quand on tente de faire un article qui se présente comme une analyse, on évite de trahir son côté propagandiste, par des mensonges. 

          Que je sache, depuis 10 ans, lors de multiples élections démocratiques, le parti de Chavez est systématiquement confirmé par le peuple, et également lors de celles du 27 Novembre 2008, où la participation a été plus forte que jamais : 65,45%, et où les "chavistes" remportent 17 états sur 22.

          Rien que ces contre-vérités suffisent à discréditer totalement l’ensemble de cet article de propagande. 

          Au suivant.


          • Voltaire Voltaire 2 décembre 2008 15:15

            Cher Sisyphe, j’apprecie vos commentaires, mais là vous faites une interprétation erronée des élections au Vénézuela. Ces élections ont constitué un revers pour le président Vénézuelien : il a perdu laplupart des régions les plus peuplées, malgré son omniprésence médiatique. Les campagnes continuent de voter pour son parti, mais les villes principales se sont détournées, en votant notamment pour d’autres candidats ex-chavistes mais qui dénoncent sa main mise sur le pouvoir. Chavez est un bon exemple de leader dont le socialisme sert de prétexte pour se maintenir au pouvoir (d’où son insistance à vouloir modifier la constitution pour rester 15 ans de plus...).


          • sisyphe sisyphe 2 décembre 2008 18:10

            Malgré avoir, effectivement perdu quelques grands villes (dont Caracas), le parti de Chavez a confirmé sa domination, en conservant 17 états sur 22. 
            Pas étonnant que les grandes villes aient voté pour l’opposition ; ce sont celles où il y a le plus de bourgeois, remontés contre la politique de Chavez. 
            Quoi qu’il en soit, il est toujours très largement majoritaire. 
            Et pour ce qui est de sa volonté de prolonger sa durée au pouvoir, je rappelle qu’il a soumis la question, démocratiquement, au peuple vénézuelien, par référendum, qu’il y a subi un échec qu’il a accepté en entériné. 

            Pour ce qui est de l’omniprésence médiatique, je crois que nous n’avons (nous, français, spécialement, de même qu’italiens, par exemple), aucune leçon à lui donner.


          • kolymine 2 décembre 2008 22:10

            d’accord avec vous sisyphe
            j’ajouterais, que visiblement le peuple venezualien à lui bien compris, comme en son temps le peuple russe qu’on ne change pas de capitaine en pleine tempete.


          • Jean-paul 3 décembre 2008 03:27

            Le Venezuela et Chavez vu par sysiphe !!!!!!!!!!
            On croirai entendre un discours de l’apprenti dictateur Chavez .


          • Jean-paul 3 décembre 2008 05:54

            @ sysiphe 

            Chavez a perdu Caracas et ses bourgeois .Alors la bravo pour la propagande chaviste .
            Vous devriez mieux vous informer ou etre plus objectif .
            Chavez a perdu Caracas et sa banlieue ( les bidonvilles ) a cause de la violence et de l’insecurite qui y regne .
            Les intellectuels ont vote pour l’opposition .
            Il a aussi perdu dans les etats tres peuples .


          • Ian 3 décembre 2008 07:40

            Je n’aime pas particulièrement le personnage de Chavez, mais le traiter d’apprendi dictateur, c’est un peu comme dire Sarkozy=Hitler ou des conneries du même genre.
            Il faut être un peu sérieux quand-même...


          • Gilles Gilles 3 décembre 2008 10:52

            Sisyophe

            "Pas étonnant que les grandes villes aient voté pour l’opposition ; ce sont celles où il y a le plus de bourgeois, remontés contre la politique de Chavez.
            "

            Connais tu le Venezuela ? Le nombre de "bourgeois" est minime et les "ranchos" où s’entassent la plèbe abritent des millions d’habitants.

            Les campagnes sont de plus bien plus conservatrices et trés loin d’être socialistes. Ils votent Chavez car ils y gagnent mais sont trés trés loin d’adhérer a son idéologie

            Chavez a aussi beaucoup d’adhérents parmi les "petits bourgeois" et les entrepreneurs (dont certains sont privilégiés grâce aux commandes d’état et par les caudillos locaux avec qui ils copinent)

            Le clivage Chavez anti-Chavez est multiple et n’a que peu avoir avec la lutte des classes à la française. Chavez est le genre de personne, un peu comme Sarko, qui suscite adhésion sans réserve sur sa personnalité ou haine radicale.......


          • Ian 3 décembre 2008 12:14

            Ben Chavez lui-même se fout pas mal du socialisme ça tombe bien.

            La bourgeoisie vénézuélienne est très puissante et fortement appuyée par les USA. Elle détient encore aujourd’hui la majorité des médias du pays et mène une propagande assez violente.

            La situation vénézuélienne est effectivement complexe...


          • Jean-paul 3 décembre 2008 14:49

            @ ian
            Chavez detient tous les medias et sa propagande est violente .Et malgre cela il a perdu a Caracas et sa banlieue .
            Apprenti dictateur car il aurait voulu etre un Fidel Castro dont il se dit le fils sprituel .
            Vous oubliez de parler de la corruption , de la violence ,du narco traffic ,des petro dollars .


          • Ian 3 décembre 2008 16:51

            Jean-paul : pourtant votre affirmation est totalement fausse. La majorité des médias vénézuéliens sont aux mains de l’opposition bourgeoise.
            Avec RCTV, celle-ci avait 80% de part de marché sur les télévisions hertziennes. Depuis ça s’est un peu équilibré entre télé publique (pro-chaviste) et télé d’opposition (violemment anti-chaviste), avec toujours un avantage pour ces dernières.

            Je n’aime pas particulièrement Chavez, mais j’aime encore moins la propagande mensongère utilisée contre lui. Il y a certainement plus de liberté de la presse et de pluralisme au Venezuela qu’en France, où quasiment tous les médias sont détenus par Bouygues/Bolloré/Dassault/Lagardère, ou par l’Etat.
            Il n’y a pas la moindre chaîne de télé hertzienne d’opposition en France par exemple. Et côtés pressions et attaques sur les journalistes, on est servi.

            Sur la situation au Venezuela, je vous conseille de prendre un peu de recul par rapport à la propagande de nos médias justement, et d’essayer d’aller voir au fond des choses pour savoir ce qu’il en est vraiment.
            Des critiques envers Chavez et le chavisme, il y en a plein à faire. Inutile de se rabattre sur les mensonges véhiculés par nos médias, qui reprennent sans la moindre analyse les "infos" de l’opposition anti-chaviste.


          • max14z max14z 2 décembre 2008 15:41

            Arrétez ac toute cet politique de m***** !!!!! capitalisme ou communisme ? droite ou gauche ? pendaison ou fusillade je dirais plutôt !!!!!!!
            sérieux faudrait peut etre remettre en questions les systèmes qu’on nous impose et cherchez une solution nouvelle...il faut que tout sa change et pour cela, excusez moi le terme, mais va sans doute falloir vous bouger le cul !!!! parce-que c’est pas notre président qui va se secouez la nouille pour nous.... !!!! ^^


            • Absurde Absurde 3 décembre 2008 08:41

              Le NPA on ne demande qu’à y croire. Et le meilleur moyen pour qu’on y croie, c’est l’exemple. 


              - Depuis que le LCR existe, combien a-t-elle créé de coopératives alimentaires ou agricoles ? 


              - Combien a-t-elle repris de PME pour en confier la gestion à leurs employés ? 


              - Combien a-t-elle loué ou acquis de locaux destinés à l’accueil et à la prise en charge de sans-logis et de travailleurs dans l’incapacité de se loger ? 


              - Quelle action peut revendiquer la LCR auprès des jeunes des cités et des zones rurales en matière de diffusion et de partage des savoirs ? 

              . . . 


            • taktak 3 décembre 2008 11:17

              Reaction typiquement populiste et poujadiste ?

              "OUeeeeeééééééé et Moi Monsieur, je j’v’ou dit que les cocos c’est des hypocrites, hein, y parait qu’il y en a qui sont propriétaires de leurs maisons.... des hypocrites quoi !!!!!"

              => niveau zéro de la culture politique, vous raisonnez avec des apriori et des affects diffusés depuis des années insidieusement par les médias.

              Bref, le NPA ou tout autre parti anticapitaliste explique :

              - que le système capitaliste est la cause première des maux de notre société

              - qu’en conséquence les réformes ne peuvent qu’en atténuer les effets, mais non y mettre fin

              - qu’il faut changer de modèle économique : en constatant que ce sont la minorité qui posséde les grands moyens de productions qui décident, il semble logique que pour que la société soit juste et démocratique il faut que ce soit la collectivité qui posséde les grands moyens de productions pour pouvoir diriger.

              Cela ne remet pas en cause la propriété privé, du moment qu’elle ne donne pas le pouvoir d’exploiter autrui.
              Cela ne signifie pas non plus que le revenu, et les besoins doivent être uniformisés....
              Mais juste que tout les hommes doivent être libre et égaux en droit et en devoirs, et que les droits de l’hommes ne sont pas la liberter d’entreprendre et de profiter des autres.


            • huck 2 décembre 2008 16:35

              Article chiant et orienté. Chiant car on y retrouve la prose du financier, élitiste à souhait et corporatif. Et orienté car ce n’est pas une analyse objective mais un proces fait par un UMPiste.


              • minidou 2 décembre 2008 17:06

                Il y a cependant la théorie des centres de gravité. Si le NPA, comme jadis le PC, réalisait des score importants aux élections, les partis dits "de gouvernement" verraient leur boussole sociale pencher à gauche, et se mobiliseraient d’avantage contre les problèmes sociaux.
                Les plus grandes avancées sociales en France ont été le fait de De Gaulle, mais dans le cadre d’un compromis historique avec un PCF à 25% des suffrages.
                Un NPA à 20% briserait les illusions sociale-libérales d’un PS qui ne sait plus où il va ! Et influencerait certainement les débat à l’UMP vers moins de dogmatisme libéral (conservateur pour le coup !)...


                • foufouille foufouille 2 décembre 2008 17:52

                  de gaulle etait un type et tres honnete
                  actuellement on a juste des elephants plouutocrates, voleurs et menteurs


                • belmachoire belmachoire 2 décembre 2008 17:56

                  Le PCF n’a JAMAIS eu 25% des suffrages....


                • foufouille foufouille 2 décembre 2008 19:02

                  crisse aidant besancenont peut arriver a 25%


                • belmachoire belmachoire 2 décembre 2008 20:52

                  Je ne comprends pas cette façon de "noter" la pertinence des commentaires... Je n’ai fait que rétablir une vérité et je la confirme : le PCF n’a JAMAIS eu 25% des suffrages... Il y a quelqu’un pour dire le contraire ?


                • kolymine 2 décembre 2008 22:13

                  moi, le pcf à fait jusqu’à 29% apres 45.. mais bon on vous en veux pas de pas le savoir :)


                • geko 2 décembre 2008 22:16

                  Ici la notation est fonction des opinions politiques et des effets claniques !

                  Si vous contredisait quelqu’un une fois il y a de fortes chances qu’il vous moinssse systématiquement quelque soit le contenu ! Ce côté binaire semble correspondre au côté militant qui s’absout de toute capacité à raisonner par soi-même et laisser son affect ou ses frustrations s’exprimer !
                  Ce n’est pas une régle généralisée mais une tendance assez forte !


                • Ian 3 décembre 2008 00:31

                  Pour répondre à belmachoire, le PCF faisait 29% des suffrages à la Libération.
                  Jusque dans les années 70, il représentait plus de 20% de la population, sans compter son nombre de militants.

                  C’est difficile à imaginer aujourd’hui, je te l’accorde ! ;)


                • Absurde Absurde 3 décembre 2008 08:32

                  @foufouille :

                  De Gaulle était très honnête, oui. A première vue. 
                  A seconde vue, on se souvient des exactions de sa police politique, le SAC, dirigée par Charles Pasqua, du massacre de Charronne, commandité par le collaborateur Maurice Papon, nommé par ses soins Préfet de police de Paris. On se souvient aussi de la mainmise du Général sur l’Ortf, de l’mniprésence au sein de cet Ortf d’une cellule de censure catholique, d’un ministère de l’Information, toutes choses qui donnent des idées à certains... 


                • foufouille foufouille 3 décembre 2008 11:44

                  @ absurde

                  bien sur, c’etait un general apres tout
                  il a fait des conneries
                  seulement, il a demande au peuple si il devait rester
                  actuellement, meme condamne, les ploutocrates restent en place

                  lui, il a quand meme fait des trucs bien pour une longue periode. aucun politiciens actuel ne peut en dire autant


                • belmachoire belmachoire 2 décembre 2008 17:54

                  Il n’a pas testé les solutions du NPA. Il a juste regardé l’étiquette sans lire la posologie... Un conseil : pour comprendre quoique ce soit à l’extrême gauche il faut au moins avoir, dans sa vie, eu ou avoir des raisons d’en faire partie... Bref le Besançonisme c’est comme l’alccolisme faut avoir essayé pour comprendre...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès