Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Jean-François Copé reconverti en clown inextinguible

Jean-François Copé reconverti en clown inextinguible

« Nous avons gagné la bataille des idées et de la constance. » (7 décembre 2016).

_yartiCopeJF2016B01

Il y a des individus qu’on croyait clowns et qui sont devenus des personnalités autoritaires et sans cœur (Kirk Douglas en avait touché quelques mots en septembre 2016). Et il y a aussi des personnalités politiques qui ont fait le chemin contraire : d’autoritaires, elles sont devenues… des clowns. Le meilleur exemple actuel, c’est Jean-François Copé.

Depuis la campagne des petits pains au chocolat, en 2012, on savait que Jean-François Copé avait un grand sens de l’humour, qu’il a mis à profit en se présentant à la "primaire de la droite et du centre". Il y a montré son talent caché d’humoriste et de comique, un peu dans l’imitation de Louis de Funès qui, dans le fim "Le Zizanie", martelait son programme électoral à qui voulait l’entendre : "Mon programme se décline en trois points : le plein emploi, le plein emploi et le plein emploi !". Jean-François Copé, lui, ne cessait de répéter : "Mon programme se décline en trois points : la sécurité, la sécurité et la sécurité !".



Quand on est candidat, on doit toujours s’attendre à être battu. Mais là, ce n’était pas être battu. C’était être quasiment laminé, dispersé façon puzzle (comme disait un ami), avec ses quelque 12 787 voix au premier tour du 20 novembre 2016. On l’appelle désormais Monsieur 0,30% !

Mais Jean-François Copé, qui nourrissait des rêves de grandeur et qui était si sûr qu’il serait élu Président de la République en 2017, est aussi quelqu’un capable d’assumer ses défaites, capable de dire les choses franchement, et capable aussi de supporter les humiliations que la vie politique peut procurer.

Le 20 novembre 2016, les Français ont donc perdu un homme d’État, mais ils ont gagné un humoriste au talent fou. Dont l’autisme introduit la démarche comique. Du grand art et surtout l’espoir d’une grande carrière qui s’ouvre à lui. Loin des urnes.

Un exemple ? Bien sûr. Ce courrier qu’a envoyé Jean-François Copé à ses rares zélateurs de la primaire le 7 décembre 2016. Il lui a fallu une vingtaine de jours pour digérer l’amère défaite, mais il avait déjà rebondi, en faisant campagne pour Alain Juppé au second tour (un adepte, comme lui, des ordonnances), puis, au soir du second tour de la primaire LR le 27 novembre 2016, en offrant sans scrupules ses services à… François Fillon !

Alors, puisqu’il n’a pas eu des millions d’électeurs, personnellement, il fallait bien parler de la forte participation : « Les millions d'électeurs qui se sont déplacés ont dit très clairement leur désir d'une droite assumée qui porte des réformes radicales, qui revendique son amour de la patrie et qui lutte sans concession contre la délinquance, l'intégrisme islamiste et l'immigration illégale. ».

Ce qui lui a permis d’en déduire en beauté sur son avenir politique : « En bref, si je suis très loin d'avoir emporté la primaire, je crois cependant pouvoir dire que nous avons gagné la bataille des idées et de la constance. » !

Il a évidemment repris son laïus sur les changements de veste successifs (très apprécié par son public) : « Comme vous le savez, j'avais soutenu pour le second tour Alain Juppé car il défendait la méthode de gouvernance par ordonnances que j'avais placée au cœur de ma propre campagne. Mais j'ai dit, dès l'issue finale du scrutin, que je me rangeais désormais à fond derrière François Fillon. ».

_yartiCopeJF2016B03

On ne change pas une équipe qui perd ! Jean-François Copé a ainsi conclu sa lettre de remerciement : « Vous me connaissez, vous savez que je ne renonce jamais. Vous savez ma détermination. Vous savez que mon désir de servir la France est inextinguible. À la place qui sera la mienne, dans les mois à venir, je vais continuer à porter la ligne de la droite décomplexée. ».

Quand un homme politique n’est plus dangereux, il devient un objet de curiosité. C’est peut-être ce qui a trompé Ségolène Royal quand elle a énuméré les vertus supposées de Fidel Castro. Elle croyait que le régime castriste n’était plus dangereux…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (11 janvier 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Jean-François Copé reconverti en clown inextinguible.
Second tour de la primaire LR du 27 novembre 2016.
Premier tour de la primaire LR du 20 novembre 2016.
Jean-François Copé, le boulanger décomplexé de Meaux.
La copéisation de l’UMP.
Jean-François Copé vaguement élu à la tête de l’UMP.
Choc de rivalité entre Copé et Fillon.
L’ambitieux Jean-François Copé.
Fillon vs Copé.
Le débat télévisé entre Copé et Fillon (25 octobre 2012).
Débat Copé vs Mélenchon (17 novembre 2011).

_yartiCopeJF2016B04

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.35/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • scorpion scorpion 11 janvier 10:50

    Nous avons là une parfaite synthèse de l’inutile. Rakototo pondant un article inintéressant sur un personnage insignifiant dont tout le monde se fout.... Quelle audace ! Merci Rakototo pour les percutants points de vue dont vous alimentez régulièrement ce site. 


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 janvier 11:22

      @scorpion

      inutile, pourquoi ?

      C’est toujours intéressant de voir l’évolution de ces politiques « en opposition fondamentale » les uns contre les autres lors des élections, qui se rallient ensuite les uns les autres le lendemain. Si ça se trouve, ce personnage « dont tout le monde se fout » finira premier ministre comme un certain M Valls, qui n’avait pas brillé à la primaire socialo.

      Là où je ne suis pas d’accord, c’est lorsque l’auteur tire sur une ambulance en panne : ironiser sur les 0.3% de JF Copé, quel courage smiley


    • Neo Neo 11 janvier 11:23

      Scorpion,

      C’est ce qui s’appelle enfoncer le Clown ...


    • amiaplacidus amiaplacidus 11 janvier 11:51

      Rakotoarison, je vous prends en flagrant délit de non respect des conventions de Genève : on ne tire pas sur une ambulance et encore moins sur un corbillard.


      • zygzornifle zygzornifle 11 janvier 14:59

        c’est le clown de lui même .....


        • François Vesin François Vesin 11 janvier 15:22

          Il n’empêche que ce Copé est un visionnaire...

          regardez sa position sur les piscines : il y 
          pratiquait la mixité politiciens-gangsters avant
          même que la directive ne l’impose !!! Trop fort...

           

          • MAIBORODA MAIBORODA 11 janvier 18:03

            Bah ! Copé ne vaut pas un kopeck !
            Tout juste un pain au chocolat à 0,30 euros.

            • izarn 11 janvier 19:54

              Il n’y a pas du tout à s’étonner que Copé soutienne Fillon ! C’était prévu d’avance...
              Primaires cinéma à LR...Dire que j’ai failli m’interesser à ce cirque...
              Comme quoi un poste télé est un objet dangereux...A manier avec précaution...

              Au PS, je coupe tout. J’attends que Valls soit choisi, comme Juppé. smiley
              Montebourg « la surprise » contre Valls ringardisé comme Sarkosy ?
              Peu importe !


              • lautrecote 12 janvier 08:51

                un clown inextinguible.. ça me laisse rêveur...


                • ENZOLIGARK 12 janvier 08:56

                  « Nous avons gagner la bataille des idees et de la constance » ... , mais il aurait pu aussi rajouter avec un grand sourire d ’ initie  : NOUS AVONS GAGNER ENCORE LA LIBERTE EN PRESERVANT NOTRE IMMUNITE ... ! . ... AFF ИСС pe a Corsica * ... 


                  • xana 12 janvier 17:51

                    Sylvain tu nous soûles...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès