Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > L’envie élyséenne d’Alain Juppé, l’homme de Jacques (...)

L’envie élyséenne d’Alain Juppé, l’homme de Jacques Chirac

« En politique, on n’est jamais fini. Regardez-moi ! » (Alain Juppé, lauréat du 12e Grand Prix 2014 du Press Club de France, humour et politique, remis le 29 septembre 2014 à Paris pour sa petite phrase dans "Libération" du 18 novembre 2013).

yartiJuppe201401

Aidé par des sondages favorables, l’ancien Premier Ministre Alain Juppé effectue un retour sur l’avant-scène politique très remarquable.

Le maire de Bordeaux et coprésident provisoire de l’UMP était l’invité de la seule grande émission politique à la télévision "Des paroles et des actes" sur France 2 le jeudi 2 octobre 2014.

Cette émission est intervenue juste après des déclarations tenues au journal "Le Figaro" par l’ancien Président de la République Jacques Chirac qui, du haut de ses presque 82 ans (dans un mois et demi) et malgré les déclarations assassines de son épouse Bernadette sur Europe 1 le 28 septembre 2014, a carrément adoubé celui qu’il a toujours considéré comme son dauphin, son héritier, son fils aîné spirituel (les deux autres étant Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy), comme "le meilleur d’entre nous" : « J’ai toujours su qu’Alain Juppé serait au rendez-vous de son destin et de celui de la France. (…) Peu de choses pouvaient me faire plus plaisir, pour moi-même, pour lui et surtout pour notre pays. » (1er octobre 2014).

Il ne manque plus que l’appel de Valéry Giscard d’Estaing, et, pourquoi pas ? d’outre-tombe, de Georges Pompidou et de Jacques Chaban-Delmas, pour compléter le tableau. Je plaisante un peu, pourtant, l’hypothèse d’Alain Juppé me paraît très sérieuse.

Dans l’offre politique actuelle, Alain Juppé représente tout ce qui manque à la France depuis le départ de Jacques Chirac en 2007 : une autorité, une capacité à rassembler, une volonté de ne plus cliver mais au contraire de pondérer les aspérités d’une société à la cohésion sociale très fragile, une compétence, une expérience. J’ajouterais même, mais rien n’est jamais acquis dans le domaine affectif, une stabilité conjugale qui devrait ne regarder certes personne mais qui permettrait quand même d’en finir avec les ragots d’alcôves présidentielles qui viennent encore de faire la risée des médias étrangers.



La bataille de la primaire ouverte à l’UMP pour l’élection présidentielle de 2017 va être rude, car Alain Juppé ne sera pas seul : il y aura probablement en face de lui Nicolas Sarkozy, François Fillon et d’autres candidats comme Xavier Bertrand. Si son image paraît plutôt élogieuse auprès des Français sondés dans les enquêtes d’opinion, il a quelques obstacles à franchir pour convaincre qu’il pourrait faire un bon Président de la République de 2017 à 2022.

L’émission toujours autant interminable animée par David Pujadas est devenue de plus en plus une sorte de séance de psychanalyse de groupe qui n’a rien de politique. Mettre l’invité face aux critiques de ses concitoyens. Pour Alain Juppé, qui devait entendre la réaction qui ne lui était pas favorable des militants UMP venus écouter Nicolas Sarkozy à Lambersart le 25 septembre 2014, c’était un véritable exercice d’introspection où il a dû passer au peigne fin tous les handicaps qu’on lui impute.

yartiJuppe201404

D’abord, c’est un élément majeur constitutif de la personnalité et c’est factuel, son âge. Il a 69 ans et à la fin de son quinquennat éventuel, il aurait 76 ans, ce qui est beaucoup dans des fonctions qui nécessitent énergie, réactivité, endurance (et être candidat, cela en nécessite même encore plus !). Alain Juppé a retourné ce défaut en avantage, en évoquant son expérience au service de l’État, et aussi, sa capacité à ne pas refaire les mêmes erreurs.

L’autre caractéristique factuelle, c’est sa condamnation judiciaire en 2004. Il a sans doute payé pour d’autres, cela lui a brisé son chemin présidentiel de l’époque, et même si c’est du passé, même si la peine a été totalement purgée, il aura du mal à convaincre de sa volonté de moralisation de la vie politique. C’est pourquoi Alain Juppé est revenu sur le sujet en renonçant à la notion d’exemplarité, mais en parlant d’honnêteté, rappelant que la cour d’appel avait attesté qu’en aucun cas, il n’y avait eu d’enrichissement personnel dans les affaires le concernant.

Ensuite, sa trajectoire politique a montré qu’il était capable de beaucoup d’arrogance, peu à l’écoute des partenaires sociaux et avec le profil du technocrate froid. Ce trait de caractère, rappelé assez méchamment par Bernardette Chirac, ne semble cependant plus d’actualité. À Bordeaux, il est au contraire un maire ouvert et rassembleur, prêt à prendre les meilleures propositions, apprécié de ses administrés. Au contraire, certains militants UMP sembleraient plutôt le taxer de "droite molle", ce qui n’a pas manqué de l’amuser avec justement son (ancienne) réputation d’autoritarisme (rappelant sa malheureuse expression « droit dans les bottes » pour résister aux dures grèves de fin 1995).

yartiJuppe201402


Enfin, la difficulté réside également dans ses réseaux, qui seraient assez peu développés depuis dix ans, voire quasiment inexistants. À l’exception des anciens ministres Benoît Apparu et Hervé Gaymard, ainsi que du député-maire du Havre Édouard Philippe, aucun leader national de l’UMP ne se qualifient ouvertement de juppéistes, au risque de rimer avec passéiste. Félicitant Bruno Le Maire pour la rédaction d’une chartre pour la primaire, Alain Juppé n’a pas douté qu’il serait de convaincre de nombreux parlementaires le moment venu. En effet, comme François Hollande assez seul en 2010, les élus n’hésitent pas à aller soutenir celui que les sondages placeront en tête de liste, pour simplement être plus sûrs de gagner l’élection présidentielle.

N’étant pas à l’Assemblée Nationale, ni impliqué dans la direction de l’UMP depuis 2004, cela lui permet aussi de dire qu’il ne connaissait pas l’entreprise Bygmalion (à l’inverse de François Fillon qui, le même jour, rappelait que cette entreprise était connue à l’UMP depuis longtemps, comme prestataire du parti, cela pour mettre en défaut Nicolas Sarkozy qui affirmait ignorer jusqu’à son nom encore récemment).

Au fil de sa prestation télévisée, Alain Juppé n’a pas manqué de citer en référence quelques socialistes comme Michel Rocard et Lionel Jospin, et s’exprimé avec détail et modération sur la situation catastrophique des finances publiques (le seuil symbolique des 2 000 milliards d’euros de dette publique ayant été franchi au 2e trimestre 2014).

yartiJuppe201405


Opposé à Jean-Marie Le Guen, le Secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement (le PS n’avait-il donc aucun leader politiquement plus important à lui opposer ?), Alain Juppé a expliqué avec détail que les 21 milliards d’euros d’économies présentés dans le projet de budget 2015 ne correspondaient pas à une diminution des dépenses publiques, mais à une réduction de l’augmentation des dépenses ! Le Ministre des Finances et des Comptes publics Michel Sapin a toujours adoré jongler avec les chiffres, à les tordre pour communiquer des éléments de langage rassurants. Pourtant, la réalité est là et le déficit ne sera pas maîtrisé à 3% avant 2017 dans les meilleures projections …du gouvernement.

Alain Juppé a su répondre sur le bon ton à une responsable associative qui lui avait posé une question à la limite de l’insulte, préjugeant sur ses capacités à faire reculer les discriminations, en lui opposant son action à Bordeaux où le conseil municipal venait justement de décider d’une nouvelle initiative pour lutter contre les discriminations.

Face à la députée FN Marion Maréchal-Le Pen, Alain Juppé a voulu affronter l’idéologie du FN sur l’immigration ou sur l’islam, thèmes qu’avait choisis Marion Maréchal-Le Pen dans sa prestation (des thèmes qui tournent visiblement à l’obsession, j’aurais voulu mieux connaître les positions du FN pour redresser l’économie française et réduire le chômage). Si Alain Juppé est par exemple favorable à une réforme de l’aide médicale aux étrangers, surtout pour des actes prévus à l’avance afin de ne pas encourager un tourisme médical, c’est pour que les nationaux qui cotisent puissent avoir les mêmes droits et surtout pas pour exclure les étrangers de la solidarité nationale (notamment en ce qui concerne les maladies infectieuses).

yartiJuppe201406


La plupart des journalistes posant des questions à cette émission ne cherchaient pas vraiment à faire de la politique, ni à essayer de comprendre ce qu’Alain Juppé proposait aux Français, mais à lui faire dire une petite phrase pour en faire un scoop. Ainsi, beaucoup de lourdeur dans les questions pour tenter un dérapage sur ses relations avec Nicolas Sarkozy qui avait déclaré le 21 septembre 2014 qu’il l’avait rencontré à l’âge de 20 ans et qu’il aurait besoin de lui. Symétriquement, Alain Juppé a juste répondu qu’il avait rencontré pour la première Nicolas Sarkozy à l’âge de 30 ans et qu’il aurait, lui aussi, besoin de lui.

Est-ce que l’ancien Premier Ministre de Jacques Chirac a réussi à convaincre les téléspectateurs que son envie de l’Élysée était à la fois réelle et porteuse d’espoir pour l’avenir du pays ? Je le souhaite en tout cas, car c’est exactement le type de personnalité dont le pays a aujourd’hui besoin, quelqu’un à l’autorité naturelle (elle n’a jamais été remise en cause), aux compétences confirmées et reconnues, et qui a réellement changé dans son écoute avec le peuple. Bref, ni un hyperprésident, ni un président mollement normal.

Il reste que le processus de la primaire ouverte au centre droite risque de se transformer assez rapidement en "Vacances mortelles", titre du téléfilm qui était curieusement diffusé sur une autre chaîne de télévision juste après la (très longue) prestation d’Alain Juppé.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (3 octobre 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Sondages favorables à Alain Juppé.
Le projet d’Alain Juppé.
Alain Juppé, la solution pour 2017 ?
En débat avec François Hollande.
Au Sénat ?
L’UMP en 2014.
Nicolas Sarkozy.
Jacques Chirac.
François Fillon.
Jean-François Copé.
François Baroin.
Bruno Le Maire.
Dominique de Villepin.
Gérard Larcher.
François Bayrou.
La ligne Buisson.
Valéry Giscard d’Estaing.
Jacques Chaban-Delmas.

yartiJuppe201407

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • raymond 3 octobre 2014 17:57

    Sûr qu’un candidat qui connait déja tous les petits détails c’est du temps de gagné, ou est le parking du tribunal, combien cela coute, de qui il faut se méfier qui est ami etc


    • Pierre-Joseph Proudhon Pierre-Joseph Proudhon 3 octobre 2014 23:58

      @ l’auteur.

      Je n’ai pas lu car ce type me colle la nausée.
      Tout comme Hollande d’ailleurs.

      Ainsi que tous les « Young Leaders » de la French-American Foundation...

      Ne croyez-vous pas que ces pourritures dont le seul objectif est de plomber la nation Française pour le plus grand profit des oligarques de Wall-Street et de la City n’ont pas suffisament nui au peuple Français ?

      Arrêtez de faire de la pub’ pour ces enflures, ces parasites qui n’agissent que contre l’intérêt des Français !

      Arrêtez aussi de répéter en boucle pour vous convaincre la devise de Maggy : « TINA » - There Is No Alternative.

      Pas d’alternative pour eux, certes, mais pour le peuple, il y en a de nombreuses : La première étant de tous les pendre pour haute trahison.
      Ça ferait réfléchir les postulants qui se bousculent voracement les remplacer.

      Les politicards professionnels sont la plaie des peuples.
      Ils sont largement plus corrompus que les oligarques Ukrainiens dont on se gausse à longueur de journée.
      Et ils sont infiniment plus dangereux aussi.

      La « démocratie occidentale exemplaire » n’est qu’une vaste escroquerie, et TOUS les partis politiques, de l’extrême gauche à l’extrême droite ne sont que des groupes mafieux qui passent leur temps à racketter les peuples.

      Et je vous mets au défi de me prouver le contraire.
      J’attends des peuves solides, concrètes, au sens scientifique du terme. Pas des conneries « idéologiques » qui ne sont que de la poudre aux yeux !!!

      Ça fait près de 40 ans que je lance ce défi.
      Personne n’a jamais réussi à le relever.
      Par contre, les preuves de leur fourberie s’accumulent chaque jour un peu plus.


      • devphil30 devphil30 4 octobre 2014 06:35

        Bon résumé et bonne solution à appliquer aux pseudos dirigeants.

        Nos ancêtres ont utilisés cette méthode avec certains dirigeants monarchiques , le peuple avaient beaucoup souffert avant d’appliquer l’exécution des profiteurs , aujourd’hui les leçons du passé ont été retenu.

        Le peuple à de quoi vivre et subit la désinformation journalière d’un monde en guerre ( déstabilisation américaine depuis des décennies ) alors il finit par se dire qu’on n’est pas si mal en France.

        Pendant ce temps députés , sénateurs , banquiers , présentateurs TV accumulent des richesses au dépend du plus grand nombre et se retrouvent pour festoyer dans des banquets du Cercle comme durant la monarchie ...

        Philippe


      • Fergus Fergus 4 octobre 2014 10:22

        Bonjour, Devphil.

        « bonne solution à appliquer aux pseudos dirigeants ». Oui, à condition qu’il y ait une majorité de Français sur celle ligne-là. Or, ce n’est pas le cas, loin de là ! Quant aux comportements monarchiques, ils sont subis et pointés du doigt, certes, mais néanmoins acceptés comme un défaut inhérent au système en place. Nous ne sommes malheureusement pas en Scandinavie !

        Et c’est ainsi que le champion de la droite se nommera Sarkozy ou Juppé, et celui de la gauche socialiste Hollande ou Valls.


      • zygzornifle zygzornifle 4 octobre 2014 09:01
        Appartement de Laurent Juppé[modifier | modifier le code]

        En juin 1995Le Canard enchaîné publie un document interne de la Ville de Paris, signé par Alain Juppé, donnant ordre à ses services de diminuer le loyer de son fils Laurent, logé dans un appartement relevant des propriétés de la ville de Paris, rue Jacob. Il est locataire, à un prix défiant toute concurrence, d’un appartement de 189 m² dans la même rue, où sont réalisés des travaux pour plusieurs millions de francs aux frais des contribuables. Une plainte pour « prise illégale d’intérêts » est déposée par l’Association des contribuables parisiens, créée ad hoc par Arnaud Montebourg, à l’époque jeune avocat et adhérent du Parti socialiste.


        • zygzornifle zygzornifle 4 octobre 2014 09:02

          En Amérique avec sa condamnation il passerai la serpillière au Mac Do .....


          • njama njama 4 octobre 2014 09:59

            Alain Juppé n’a pas manqué de ... s’exprimer avec détail et modération sur la situation catastrophique des finances publiques (le seuil symbolique des 2 000 milliards d’euros de dette publique ayant été franchi au 2e trimestre 2014).

            avec modération on le comprend, c’est un sujet brûlant ou branlant pour la droite. Le PS est peut-être mal barré pour 2017, mais le bilan calamiteux de Nicolas Sarkozy plombe toute la droite
            nous n’avons pas la mémoire si courte !
            .
            paraîtrait que Nicolas reviendrait pour redresser les finances catastrophiques de la France ...

            500 milliards envolés en 5 ans ...

            Le Point - Publié le 14/01/2012 -
            Les auteurs de « Un quinquennat à 500 milliards » étrillent la gestion du président.

            « Depuis que Nicolas Sarkozy est arrivé au pouvoir, la dette de la France a augmenté de 630 milliards d’euros, passant de 1 150 milliards à 1 780 milliards d’euros. »

            L’Élysée, relayé par Bercy, met ces résultats - « calamiteux », pourrait dire Alain Juppé - sur le compte de la crise économique la plus grave depuis 1929. Trop facile, rétorquent Delattre et Lévy. S’appuyant sur des documents officiels, ils montrent que la crise de 2008, en abaissant les recettes et en grevant les dépenses, aurait alourdi la dette de 109 milliards d’euros. Mais le reste, entièrement imputable au président, s’élève à 520 milliards d’euros (le titre de leur livre l’arrondit à 500). Explications : « Le budget dont a hérité Nicolas Sarkozy, à l’instar d’une voiture mal réglée (...), grillait 3,2 points de PIB.« Plutôt que de »soulever le capot pour régler la machine », l’Élysée a laissé filer. En ne freinant pas cette dérive, il a fait gonfler la dette de 370 milliards d’euros. Auxquels s’ajoutent 153 milliards, car « le nouveau président a aussi appuyé sur le champignon ». Nicolas Sarkozy, l’homme qui voulait mettre l’État à la diète, a fait bondir la dette publique de la France de 20 points (dont seulement 5,5 imputables à la crise) !


            • njama njama 4 octobre 2014 10:05

              si le montant de la dette actuelle est de 2000 milliards d’€uros, soit 220 milliards de plus depuis Nicolas Sarkozy, on peut dire que Hollande et son gouvernement tiennent le cap de leur prédécesseurs. Ils ne font ni mieux, ni pire, c’est juste environ 100 milliards de plus chaque année ..


            • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 4 octobre 2014 11:58

              La partitocratie sent la merde.


              • lsga lsga 4 octobre 2014 13:45

                Enfin... 


                De la même manière que Fillon avait gagné les élections et que Coppé l’avait floué ; Sarkozy se débrouillera pour détourner les un ou deux pour-cents nécessaires pour voler la victoire à Juppé.
                 
                On va donc avoir un Juppé ultra-populaire jusqu’au primaire, qui va faire une campagne magnifique, qui va attirer des milliers de votants du dehors de l’UMP, et qui va se faire voler sa victoire en deux clics de souris par Sarkozy (les primaires UMP seront électroniques).
                 
                Un petit conseil à Alain Juppé : tout faire pour que le logiciel de vote des primaires soit Open Source. Celui-ci vient des USA, il est au top de la technologie, très moderne, et Sarkozy ne pourra pas tricher électroniquement avec lui :

                Si il ne s’attache pas à cette bataille là, tous ses autres combats ne serviront à rien, car Sarkozy trichera comme Coppé. 

                • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 4 octobre 2014 20:15

                  Si c’est tout ce que l’UMP a à proposer, Marine peut dormir sur ses deux oreilles !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès