Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La bipolarisation des sondages de second tour : un déni de démocratie (...)

La bipolarisation des sondages de second tour : un déni de démocratie ?

Contrairement à une idée reçue la réalisation et la publication de sondages dits "de second tour" mettant en lice d'autres candidats que les favoris ne sont pas illégaux.

Le point sur les règles actuelles.

La bipolarisation des sondages de second tour : un déni de démocratie ?

Dans un récent sondage (source CSA vague n° 15) 63% des personnes qui voteraient au second tour pour François Hollande et 47% de ceux qui voteraient Nicolas Sarkozy le feraient par défaut. La démocratie, notre pays valent mieux qu’un président par défaut.

Dans un sondage d'opinion Ifop présentant des duels avec la question (qui n'est pas une demande d'intention de vote) «  Des deux personnalités suivantes, laquelle préférez-vous ?  »
Le duel Bayrou-Sarkozy : 61% Bayrou, 37% Sarkozy, 2% ne savent pas.
le duel Bayrou-Hollande : 51% Bayrou, 48% Hollande, 1% ne savent pas.

Au moins un autre candidat que les deux principaux pourrait gagner le second tour. Ne pas tester un candidat qui pourrait gagner à la fois devant Nicolas Sarkozy et François Hollande ne paraît pas justifiable.

Le même raisonnement pourrait être valable pour d’autres candidats (Mélenchon, Le Pen).

Il est urgent que les instituts de sondages, les médias, parfois les candidats eux-mêmes cessent de présenter la prochaine élection comme un choix simpliste entre gauche et droite impliquant dès lors un « vote utile » dès le premier tour pour l’un des deux principaux candidats.

La Commission des Sondages indique ainsi : « En ce qui concerne les hypothèses de second tour, la commission rappelle qu’il serait dans l’idéal préférable d’attendre les résultats définitifs du premier tour pour en publier ».

Telle n’est pas la réalité.

Dès lors la Commission préconise :

« Dans le cas d’une publication dès avant le premier tour d’un sondage de second tour, les instituts, s’ils ne publient qu’une hypothèse de second tour, doivent publier celle qui oppose les deux candidats ou les deux listes qui arrivent en tête du sondage “premier tour”. Cela étant, la commission recommande, lorsque les scores établis pour le premier tour sont suffisamment proches pour que, compte tenu des marges d’incertitude qui les affectent, l’identité des candidats ou des listes qualifiés pour le second tour soit incertaine, que soient testées et publiées plusieurs hypothèses de second tour. Cette pluralité des hypothèses envisagées est en effet de nature à relativiser la portée des résultats “deuxième tour” publiés et à inciter à les interpréter avec toute la prudence nécessaire. »

Cette position indique clairement qu’il est déconseillé de publier, seule, une hypothèse de second tour qui ne serait pas celle qui oppose les deux premiers. En aucun cas elle n’interdit la publication de plusieurs hypothèses. Le passé a déjà prouvé que les « marges d’incertitudes » devraient être évaluées largement. La phrase importante est bien la dernière de la citation.

Il ne s’agit d’ailleurs que d’une recommandation qui n’a aucunement valeur de loi. Un projet de loi proche, et d’ailleurs nettement moins restrictif, a certes été adopté au Sénat mais il a été rejeté par l’Assemblée Nationale.

(Après l'article 4 de la même loi, il est inséré un article 4-1 ainsi rédigé :

« Art 4-1. - Les hypothèses testées dans un sondage relatif au second tour d'une élection, publié ou diffusé avant le premier tour, doivent tenir compte des données qui résultent d'un sondage de premier tour, obligatoirement publié ou diffusé en même temps. »)

Pour une saine démocratie, rien n’empêche dés lors, bien au contraire, la publication et la diffusion d’autres hypothèses de second tour. (Les citoyens peuvent savoir quelles chances les sondages donneraient aux uns et aux autres par exemple – hypothèses arbitraires – dans le cas d’un second tour Bayrou-Hollande ou Mélenchon-Sarkozy).

Ne publier aujourd’hui que des sondages de second tour Hollande-Sarkozy relève de la prédiction auto-réalisatrice.

Interdire purement et simplement les sondages de second tour avant l’issue du premier serait envisageable. Cela étant contraire aux habitudes la seule autre solution est de laisser la liberté la plus large aux instituts de sondages et aux médias. Rien ne justifie que cet avis arbitraire favorise la bipolarisation du débat. La droite est de plus en plus à droite et la gauche de plus en plus à gauche. Chaque français par peur de voir le camp opposé gagner et, du fait de cette censure ne sachant pas qu’une alternative modérée est possible, dit vouloir voter pour l’un des deux candidats principaux auto-alimentant le cycle sondage-excès-bipolarisation.

L’une des conséquences néfastes est que chaque journaliste pose désormais la plupart de ses questions, y compris aux « petits candidats » dans la perspective des propositions des deux principaux. Viande halal, imposition à 75% … la puissance médiatique des deux favoris, en une boucle infinie, frôle ainsi indirectement l’omniprésence.

Pour tous ceux ne veulent pas être contraints à un choix dichotomique et qui souhaitent voter au premier tour dans l’esprit des institutions de la 5ème République il est nécessaire que les sondages présentent dès maintenant les chances des différents candidats les uns par rapport aux autres en envisageant plus d’options possibles au second tour.

Ce débat devrait être sur la place publique. Il est probable que le premier institut et le premier média qui entreprendraient cette démarche bénéficieraient d’un grand intérêt des électeurs qui, de gauche, de droite ou du centre, sont légitimement en attente de cette information.

 

Credohumanisme.

doit-on faire confiance aux sondages ? (na !)


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • gogoRat gogoRat 6 mars 2012 10:47

    « Cela étant contraire aux habitudes ... » ?

    « la première raison de la servitude volontaire, c’est l’habitude. » _ La Boétie
     
    Référence culturelle pour qui vise à une vraire démocratie : 
    "Du Contrat social _ J.J Rousseau ; Livre II , chapitre 2.3 
    ... Si, quand le peuple suffisamment informé délibère, les citoyens n’avaient aucune communication entre eux, du grand nombre de petites différences résulterait toujours la volonté générale, et la délibération serait toujours bonne. ...."



    • demosteph 7 mars 2012 07:46

      Est-ce applicable dans tous les cas ?
      Trouvez-vous que "petites différences« s’appliquent lorsqu’on parle de JL.Mélenchon et M LePen par exemple ?
      Croyez-vous également que le peuple soit
       »suffisamment informé" ? Pour ma part Sarko&Hollande prenant une telle place dans les médias classiques (TV, radio, journaux, presse internet traditionnelle), je n’arrive pas à connaitre les programmes des autres candidats à moins de faire une recherche personnelle.
      La distribution des programmes dans la boite aux lettres intervient tard, pour être cohérent avec la citation, je pense qu’il faudrait au moins qu’il ait eu cette diffusion avant de prendre d’avantage d’hypothèse sur les opinions.


    • credohumanisme credohumanisme 6 mars 2012 16:59

      GogoRat, je professe justement le changement des habitudes soit en revenant à la stricte première option de la commission des sondages (ce qui semble impossible pour la prochaine élection et peu probable pour les suivantes), soit en autorisant des sondages de second tour autres qu’entre les « favoris ».

      Le thème central de mon message est bien de lutter contre « l’habitude » de la bipolarisation de la politique française.

      J’ose croire qu’une majorité de français ont les mêmes valeurs fondamentales et que ces valeurs ne sont pas, ne sont plus ou sont mal incarnées par la droite, la gauche et les extrêmes.


      • demosteph 7 mars 2012 07:33

        Oui tout à fait d’accord, les « ne se prononce pas » ne devrait pas être exclus. De la même manière que l’on ne compte pas les bulletins blancs, je n’aime pas l’idée qu’on occulte l’avis ou le vote d’un groupe entier.

        Pour ce que cela vaut comme sondage, le site cmonvote.com, qui ne tient pas compte des bulletins blancs pour simuler l’élection sur son fonctionnement actuel, a au moins le mérite d’afficher le nombre de blancs. Au deuxième tour, il est facilement de 40%.


      • posteurfou posteurfou 7 mars 2012 10:22

        Ca va etre dur ils sont tous menteurs !

         

        CRDT ...


      • emmanuel muller emmanuel muller 6 mars 2012 20:05

        C’est intéressant d’aller voir ce que dit la loi la dessus. Intéressant et saint.

        Pour compléter la citation de La Boetie par gogoRat sur la servitude volontaire par l’habitude, il faut ajouter, je crois, qu’on crains moins un malheur connu que l’inconnu.
        Alors faute de prévoir on prédit.

        C’est vraie a l’échelle de l’individu, et c’est démultiplié à l’échelle des mécanismes sociaux.


        • onetwo onetwo 6 mars 2012 21:48

          Je suis persuadé que même Mélenchon battrait Sarko au 2d tour tant ce président est détesté par les français.

          Le vote utile est un mensonge.

          Seule Marine perdrait au 2d tour, quelque soit le candidat en face d’elle.


          • Croa Croa 7 mars 2012 10:00

            « Seule Marine perdrait au 2d tour, quelque soit le candidat en face d’elle. »

            Ce n’est même pas sûr : Sarkozy est pire ! De plus Madame Le Pen n’a aucune chance de transformer l’essai aux législatives et n’aura donc que peu de pouvoirs contrairement à Sarkozy qui les aura tous fort probablement.

            Bon, avec le déchainement médiatique qu’il y aura ce sera dûr, mais on peut aussi penser que les français ne soient pas si cons que ça et pèsent bien où est le vote utile du moindre mal !


          • storm storm 7 mars 2012 02:40

            salut,
            les sondages, les élections,
            tout ça c’est pour ceux qui n’ont pas encore compris la politique


            • demosteph 7 mars 2012 07:48

              explique stp


            • Croa Croa 7 mars 2012 10:08

              Oui, c’est truqué bien sûr. Si des sondages sont diffusés alors que la moitié des gens n’ont pas arrêté de choix, c’est pour deux raisons :
              - ça fait vendre du papier,
              - Surtout : ça active l’effet mouton.


            • Ruut Ruut 7 mars 2012 08:40

              La politique consiste a faire croire au peuple qu’il est souverain alors que tout est pipé.


              • bo bo 7 mars 2012 09:32

                Une solution démocratique :

                1) supprimer les 2 tours de scrutin
                2) mettre 2 bulletins dans l’urne au lieu 2 : premier choix et deuxième choix
                3) élire celui qui a obtenu le plus de voix en additionnant les bulletins de premier et deuxième choix

                Ceci a été testé par des chercheurs sur des échantillons « représentatifs de votants »...le résultat est que ni Hollande, ni Sarkosi ne pourrait être élu ........le gagnant un troisième homme qui actuellement n’a aucune chance de figurer au deuxième tour

                Je suis désolé de ne pas retrouvé les références de cette étude sur les modes de scrutin pour les mettre sur ce post.
                Car, en effet, les dérives de notre système de scrutin posent un vrai problème...avec des votes qui amalgame votes de soutien et votes de refus.


                • credohumanisme credohumanisme 7 mars 2012 11:17

                  En complément :

                  http://www.csa.eu/multimedia/data/sondages/data2012/opi20120305-la-course-2012-vague-17-mars-2012.pdf

                   

                  « Si près de six Français sur dix apportent leur suffrage dès le premier tour à François Hollande ou à Nicolas Sarkozy, ils n’en jugent pas moins que le traitement de la campagne présidentielle par les médias fait trop de place à ces deux candidats. Le diagnostic est sans appel, 68% des Français jugeant que la couverture médiatique est déséquilibrée en leur faveur, et parmi ceux qui ont cette opinion, 86% déplorent cette inégalité. Quelle que soit l’orientation politique des Français, cet avis est toujours très majoritaire. »


                  « Comme à l’accoutumée, le contenu de la campagne électorale est apprécié sévèrement, 71% des Français jugeant que la place accordée aux incidents entre les candidats ne permet pas un choix réfléchi des électeurs. »


                  • gébé gébé 7 mars 2012 11:39

                    Les sondages devraient tout simplement être interdits !

                    C’est d’une hypocrisie sans nom. Car sous prétexte - selon la formule consacrée - de ne représenter qu’une « photographie » de l’opinion à un moment donné, tout un chacun sait bien qu’en plus, plus ou moins consciemment, les lecteurs de sondages sont influençés par les résultats, et donc peuvent parfaitement déterminer des préférences en fonction de ceux-ci, quand viendra l’heure de mettre un bulletin dans l’urne.

                    Ceci surtout valable dans la frange la plus indécise de l’électorat.

                    Quant on sait de plus la « fiabilité » desdits instituts de sondage - avec quelques plantages mémorables - ils devraient être déclarés d’inutilité publique...


                    • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 mars 2012 14:59

                      @gébé,

                      Ce n’est certainement pas en cassant le thermomètre que vous arrêterez la fièvre.

                      Il faut prendre les sondages pour ce qu’ils sont l’expression d’une intention de vote à un moment donné. C’est leur évolution sur plusieurs mois qui peut fournir une indication sérieuse.
                      http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


                    • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 mars 2012 17:00

                      @Stabilobûss,

                      « Votre vision n’est que la vaine tentative de croire à un monde qui n’a jamais été autre chose que l’expression d’un désir virtuel des élites dont la seule réalité est d’être basé sur des manipulations, aussi petites soit-elles (plus le temps passe, plus ils tendent vers les gros sabots), à des fins totalement étrangères à la quête de la vérité, justice ou démocratie. »

                      Rien moins que cela... on frôle la paranoïa aigüe, le monde est compliqué mais pas autant que vous le laissez entendre.
                      http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


                    • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 7 mars 2012 12:59


                      Sondage = manipulation

                      La seule solution, c’est le « vote électronique à n tours simultanés ».

                      Soit n le nombre d’électeurs inscrits, qui sont par là même, sans aucune démarche préalables, aussi éligibles.

                      Je vote pour untel, et s’il n’est pas retenu, alors je vote pour untel, et s’il n’est pas retenu, alors je vote pour untel, et s’il n’est pas retenu, alors je vote pour untel, et s’il n’est pas retenu, alors je vote pour untel, et s’il n’est pas retenu, alors je vote pour untel, et s’il n’est pas retenu, alors je vote pour untel,... sans limite.


                      • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 mars 2012 13:26

                        @l’auteur,

                        La vérité sur les sondages, c’est qu’il faut les prendre tous ensembles et faire une moyenne, c’est l’appréciation des intentions de vote la plus proche de la vérité.
                        et cette méthode donne toujours NS et FH prèsents au second tour, et Hollande largement vainqueur.
                        http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


                        • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 mars 2012 17:06

                          @ stabilob0ss

                          « manipuler le troupeau à droite ou à gauche selon la météo du moment. »  « La dictature de la majorité de mouton manipulée par une minorité de possédants. »  Deux fois l’expression « manipulé » je confirme le diagnostic de paranoïa aigue.

                           


                        • credohumanisme credohumanisme 7 mars 2012 20:11

                          Il y aurait le début d’un frémissement …

                           

                           

                          Dix-huit sénateurs appellent à voter François Bayrou

                           

                          Dix-huit sénateurs, dont 16 des 31 membres du groupe de l’Union centriste et deux non-inscrits, ont lancé mercredi 7 mars un appel à voter pour François Bayrou à l’élection présidentielle. Ils appellent à se "mobiliser pour permettre«  au leader centriste  »d’accéder au second tour«  car, disent-ils,  »nous savons bien qu’au second tour, quel que soit son concurrent, c’est lui qui sera élu". Pour les signataires de l’appel, "l’endettement public, le déficit, la montée du chômage, les dysfonctionnements de l’Etat" appellent aujourd’hui à un « redressement salutaire » qui, expliquent-ils, "résultera d’un effort collectif répondant au respect d’une exigence de vérité et de courage". (avec AFP)



                          ______________________________________

                           

                          François Bayrou répond

                           

                          Le candidat centriste a estimé qu’il s’agit d’un "évènement très important car il répond à cette question perpétuelle de la solitude« .  »Ces personnalités importantes et nombreuses disent aujourd’hui ensemble : nous avons décidé de nous engager parce que c’est le seul moyen de changer la situation du pays de manière crédible et convaincante pour les Français. Et, cette équipe qui s’agrandit presque chaque jour a la chance d’être soudée, amicale et crédible", a-t-il ajouté.

                          Le candidat centriste s’est dit par ailleurs persuadé que ce rassemblement se poursuivra après la présidentielle. "Quand s’ouvrira la séquence législative, cette famille qui est en train de se former ou de se reformer sera présente dans toutes les circonscriptions du pays", a-t-il dit.

                          (avec AFP)

                           


                          • posteriori 7 mars 2012 22:26

                            C’est du vent, 51/49 et 49/51 c’est la même chose marge d’erreur aidant, mais surtout bayrou ne vaut strictement rien en campagne, il est archimou et seul les modem de longue date présents ici l’écoutent. Sarkozy est un orateur, hollande et mélenchon aussi, bayrou non, les français ne sont pas des élèves, il parle comme un prof dans ses meetings.

                            En plus ce n’est pas un sondage de vote mais d’amour, j’aime bien melenchon mais je ne voterai pas pour lui. Enfin dans un campagne bayrou va se faire laminer rapidement, il va se prendre son passif de droite en plein dans son semblant de ni gauche ni droite et craquer aussitôt.

                            Il avait qu’a bosser un peu son charisme, il est trop mou et ne séduira pas le peu qui fait la victoire.

                            Si lepen ne se présente pas, il a de fortes chances d’être au 2eme tour mais il perdra.


                          • moebius 8 mars 2012 01:39

                             Bayrou avait du « charisme » en 2007 c’est a dire on été pret ( ici entre autre) a parier sur ce cheval et a le faire monter dans les sondages et ça montait, c’était plutot exitant d’avoir le sentiment de participer. Et on peut parier sur Bayrou parce que ce gente de candidat est au centre et que les idées d’un centriste ça ne mange pas de pain et ça passe partout et ça n’engage personne dans ce vrai combat politique qui est un duel a mort. Le centrisme est essentiellemnt pari. Le centriste fait un pari. il pari sur la gauche ou sur la droite et sur l’issu d’un scrutin et puis s’il gagne et bien il fait comme tout parieur a Vincennes il encaisse et s’il ne gagne pas il retourne dans son desert et prepare le prochain pari.... Frequenter ce site en 2007 ça m’avait appris ça et on ne m’y reprendra plus parce qu’au fond les electeurs n’ont rien a y gagner a ce genre de jeux qui se veut cyniquement peut etre, apolitique . Morin y a gagner un ministére mais pour y faire quoi. Ridicule cette episode et vous verrez que ça se terminera cette affaire par quelque chose de tout aussi ridicule sur le plan politique parce que c’est et le repéte essentiellemnt un pari


                            • moebius 8 mars 2012 01:49

                               Un pari sur une personnalite humaine et qui insiste tant sur ce point que c’est son principal argument electoral et on conmprendra pourquoi il se place hors du veritable rapporet de force qui est un duel c’est comme parier sur un cheval et avec Bayrou a part son nombril qui irradie au centre je ne vois pas trés bien ou ça peut nous conduire. On ne gagne jamais rien meme plus l’espoir de gagner la prochaine fois et quoi donc ? Bayrou ici et le centrisme c’est définitivement plié...Vote inutile

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès