Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La folle bêtise de Monsieur Cahuzac

La folle bêtise de Monsieur Cahuzac

L’essentiel est dit, à trois jours de l’échéance. Il n’est plus ministre. Il ne sera plus député. Il quitte définitivement la vie politique. Il se strauss-kahnise, en quelques sortes.

Les traits tirés, le col ouvert, les yeux cernés, l’ancien Ministre du Budget Jérôme Cahuzac est apparu sur BFM-TV et sur RMC ce mardi 16 avril 2013 à 18h00 pour vingt-huit minutes d’interview intimiste en différé ("dans les conditions du direct").

C’est le même épisode que Dominique Strauss-Kahn le dimanche 18 septembre 2011 sur le plateau de Claire Chazal au journal de 20h00 de TF1. On saura peut-être un jour pourquoi BFM-TV et pas le 20h00 de TF1 ou France 2.

L’information principale a été lâchée à la cinquième minute : il démissionne de son mandat de député (il avait jusqu’au 19 avril 2013 à minuit pour prendre sa décision).

Entre parenthèses, on ne saura évaluer à quel point la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 aura eu beaucoup de conséquences dans la vie politique, notamment avec cette récupération d’office de son siège de parlementaire par un ministre démissionnaire (avant, il avait besoin d’une élection partielle pour retrouver son siège). Une élection partielle va donc se dérouler au mois de mai ou juin 2013, dans de très mauvaises conditions pour le pouvoir socialiste, bien que la circonscription de Villeuneuve-sur-Lot soit "à gauche".

Ce fut surtout pour l’ancien chargé de la fraude fiscale un exercice de repentance, allant jusqu’à furtivement évoquer, à la fin de l’interview, des idées suicidaires qu’il a rapidement balayées pour se reconstruire, pour s’imaginer dans une autre vie, affrontant sa vérité, sa "part d’ombre" et aussi son éventuelle peur de devoir, un jour, se retrouver en prison (il peut risquer jusqu’à cinq années de détention).

Pour être très clair avec son avenir, il a estimé « infiniment peu probable » qu’il fasse un jour, dans le futur proche ou lointain, un come back dans la vie politique. C’est donc un enterrement politique de première classe, devant les téléspectateurs, comme l’avait fait, il y a un an et demi, Dominique Strauss-Kahn, son ancien mentor dans les réseaux rocardiens.

Cela ne l’a pas empêché d’être relativement combatif malgré sa tête de chien battu. Il a expliqué, certes, que tout part de ce fameux compte en banque : « J’ai commis une folle bêtise, une folle erreur, il y a près de vingt ans » qui ressemble à s’y méprendre au satané bout de sparadrap du Capitaine Haddock, impossible de s’en dégager (sans supprimer l’anonymat de son propriétaire).

Et qu’y avait-il dans ce compte bancaire ? 600 000 euros et pas les jusqu’à 16 millions d’euros qui circulent actuellement dans les journaux. Provenant (dit sobrement) de ses "activités professionnelles", en clair, de sa clinique de chirurgien et de son travail de consultant auprès d’entreprises pharmaceutiques.

On le croit déjà en train de plaider devant un juge : il veut bien reconnaître sa faute originelle mais dément toutes les autres rumeurs qui circulent. Il n’avait encore jamais reçu un seul centime de ces industries pharmaceutiques quand il était conseiller du Ministre de la Santé Claude Évin. Et il avait arrêté cette lucrative activité quand il a été élu député en juin 1997.

De plus, et c’est sans doute le plus important, il a démenti catégoriquement avoir servi à financer des campagnes du parti socialiste. Edwy Plenel, de Mediapart, avait affirmé ces derniers jours que ce compte bancaire aurait été destiné à financer la campagne présidentielle de Michel Rocard, campagne qui n’a jamais eu lieu, puis les réseaux rocardiens derrière Dominique Strauss-Kahn.

S’il a disculpé ses amis rocardiens, Jérôme Cahuzac a semblé ne pas être très clair avec le Président François Hollande. Il a reconnu qu’il lui avait menti, ainsi qu’au Premier MInistre Jean-Marc Ayrault, mais il a affirmé ne pas savoir ce que François Hollande savait de sa situation personnelle. Cette incertitude laisse planer certainement le doute sur ce que savait l’Exécutif pendant les fameux quatre mois (entre début décembre 2012 et mi-mars 2013). Le Ministre de l’Économie et des Finances Pierre Moscovici sera d’ailleurs auditionné par la Commission des finances de l’Assemblée Nationale dès ce mercredi 17 avril 2013.

Quant à son sort personnel, il avait donc réellement l’intention de revenir sur les bancs de l’Assemblée Nationale, mais il fallait bien se rendre à l’évidence : comment pouvait-il physiquement s’y trouver nez-à-nez avec tant d’anciens amis camarades si venimeux aujourd’hui ?

Abattu peut-être par le poids de sa responsabilité à avoir provoqué le binz dans toute la République (il est un peu comme l’ancien pape Benoît XVI lorsqu’il a renoncé : il n’était pas capable d’évaluer les conséquences historiques de sa décision, qui le dépassaient), Jérôme Cahuzac est quand même parvenu à botter en touche lorsqu’on lui a demandé s’il allait finalement toucher ses indemnités de ministre pendant encore six mois (ce qui est habituel pour un ministre démissionnaire). Il a simplement répondu : « C’est un problème juridique que j’ai confié à mon avocat. ». Comme on voit, le moral ne dot pas être trop descendu puisqu’il a encore le sens de l’humour.

Que conclure de la fin de ce premier acte du drame Cahuzac ? Qu’il est en parfaite santé et qu’il est encore capable de s’exprimer et de parler avec aisance. Parler pour dire quoi ? J’imagine un grand nombre de personnalités politiques dans la crainte justement qu’il parle. Les anciens Ministres du Budget et que les anciens Ministres de l’Intérieur ont toujours des informations capitales sur certaines personnes. Par ailleurs, des banquiers à Genève n’ont pas hésité à déclarer que le compte de Jérôme Cahuzac n’était pas un cas exceptionnel dans la classe politique française.

Bref, les projecteurs de la mousse médiatique vont bientôt se détourner de Jérôme Cahuzac, et c’est tant mieux. La justice suivra son cours et les médias suivront d’un peu plus loin. La question cruciale reste maintenant celle-ci : le tremblement de terre va-t-il atteindre d’autres contrées ? D’autres secousses sont-elles encore à craindre dans la classe politique ? (Je ne parle pas, hélas, du (vrai) séisme de ce mardi à 12h44 de magnitude 7,8 en Iran près de la frontière pakistanaise).

Ce ne sont en tout cas pas les mesurettes prises au conseil des ministres du 10 avril 2013 qui vont rassurer les citoyens. Dévoiler le patrimoine des ministres n’a rien apporté sauf de la confusion dans les esprits. Ce qui compte, ce n’est pas le niveau de richesse des ministres ni leur aptitude (ou pas) à gérer leurs sous personnels, mais leur capacité à répondre au principal enjeu du quinquennat : le chômage.

François Hollande, avec son mariage pour les couples homosexuels et sa mise à nu des ministres, semble avoir perdu en route sa priorité de l’année 2013 sur l’emploi. Au fait, le FMI vient de prévoir ce mardi une récession de –0,1% pour l’année 2013 (au lieu de +0,3%) et une mini-croissance de +0,9% pour 2014. Monsieur Hollande, la courbe du chômage s’inversera-t-elle vraiment le 31 décembre 2013 ? « Je vous le promets » avez-vous dit le 28 mars 2013…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (16 avril 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L’affaire Cahuzac.
Faut-il interdire le mensonge ?
Transparence et vie privée…
Le patrimoine des ministres au 15 avril 2013 (à télécharger).
Un homme intègre et visionnaire.
Moralisation de la vie politique.
François Hollande.


 


Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 17 avril 2013 09:40

    BETE VRAIMENT ,,, ??? plutot agent double de l UMPFN

    il est comme dsk ils ont appris par coeur L ’ACTE DE CONTRITION DES CATHOS D HAVAS

     COMMUNICATION QUAND TU NOUS LES CASSES


    • voxagora voxagora 17 avril 2013 10:52

      Jérôme Cahuzac a la même équipe de communicants que D. Strauss-Kahn :

      des promoteurs du ready-made, objet communicationnel spécial-lêchage de bottes pour juges.
      .


      • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2013 12:00

        MDR ! une folle bétise !!!!!!

        on dirait du DSK quand se faire payer des poufs n’était que du libertinage !

        comme dit voxagora , on dirait qu’ils ont les mêmes communiquants !

        les pourris de la politique se partagent aussi les mêmes avocats , ici dans les BDR,
        Pezet a du pain sur la planche , ça fait la queue dans son cabinet ...............


        • Ariane Walter Ariane Walter 17 avril 2013 12:05

          Ils ont les mêmes. Comme les femmes liftées ont les mêmes chirurgiens ds ce monde-la et la même tête.


        • sirocco sirocco 17 avril 2013 12:43

          La faute, la grande faute de Cahuzac qui justifie absolument sa disgrâce, c’est de s’être fait prendre.

          Les autres - la plupart des autres - n’ont pas (encore) été pincés. C’est l’UNIQUE DIFFERENCE entre EUX et LUI.


          • nounourse nounourse 17 avril 2013 15:04

            Vous savez ce qui me révolte le plus concernant Cahuzac ? Et bien ce n’est pas mentionné dans cet article.... ce qui est probablement normal car à ma connaissance (je n’ai pas visionné le « mea culpa » télévisuel du triste sieur et n’ai pas l’intention de le faire) aucun journaliste ne lui a posé la question et quasiment aucun, dans leurs articles ou commentaires, ne l’ont relevé !
            Et ce qui me CHOQUE LE PLUS, c’est justement ça.... que personne ne le souligne !!!

            Et bien c’est ceci : Cahuzac n’est pas seulement un fraudeur fiscal, il est aussi un fraudeur social ....

            Le chirurgien Cahuzac trompait aussi la Sécu

            Les sommes en jeu sont probablement moins importantes mais cela dit beaucoup sur la mentalité des soi-disant hommes intègres qui nous dirigent...... et des journalistes ! Car si moi, citoyen lambda, j’ai eu l’info ; il est évident qu’un journaliste qui fait, ne serait-ce qu’a minima, son boulot la connait aussi...... Et cela ne leur semblerait pas pertinent de le relever ??? Cela ne choquerait que moi et quelques crétins citoyens de base ???

            Et, sachant cela, ils le laisseraient dire que "il veut bien reconnaître sa faute originelle mais dément toutes les autres rumeurs qui circulent. Il n’avait encore jamais reçu un seul centime de ces industries pharmaceutiques quand il était conseiller du Ministre de la Santé Claude Évin. Et il avait arrêté cette lucrative activité quand il a été élu député en juin 1997." L’auteur du billet a bien raison, on le croirait en train de plaider devant un juge...... et le journaliste ne réagit pas en face ?

            .......... excusez-moi, je vous laisse, j’ai envie de vomir !!!!


            • Pyrathome Pyrathome 17 avril 2013 17:23

              L’argent de la corruption......je vous rassure, il est loin d’être tout seul, à gauche comme à droite c’est le même credo, « pas vu pas pris » et si pris, c’est la curée....


            • babeuf babeuf 17 avril 2013 17:56

              bravo l auteur !! , « les traits tirés, le col ouvert, les yeux cernés »", d accord pour ceux ,qui bosse ou , ceux qui sont dans l angoisse de peur de ne pas pouvoir finir leur fin de mois , mais là ! , c est le comble , le ministre qui fait souffrir , par son budget drastique, des millions de gens , chapeau bas l artiste , vous devriez écrire un bel article , sur les cas désespérer qui volent pour nourrir leur enfant , c est vrai que les belles personnes, comme sieu cahuzac, c est simplement une
              bêtise de 15 millions d euros


              • BA 17 avril 2013 19:47
                Mercredi 17 avril 2013 :

                Claude Bartolone rattrapé par la transparence.

                La farouche opposition de Claude Bartolone à la publication du patrimoine des élus lui vaut ce mercredi deux petits tacles. Un premier, sur le ton de l’humour, du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. 

                Un second du Canard enchaîné qui publie une photo — fait assez rare dans ses colonnes —, de la très design maison d’architecte de l’ex-président (PS) du Conseil général de Seine-Saint-Denis, aux Lilas. 

                C’est un Jean-Marc Ayrault un brin caustique qui a d’abord rétorqué ce mercredi que « pour être au gouvernement, il faut publier son patrimoine », en réponse à une question sur les espoirs prêtés au président de l’Assemblée nationale de lui succéder à Matignon. Or, Claude Bartolone a exprimé à plusieurs reprises son opposition à la publication du patrimoine des élus. 

                « Non, je plaisante... J’ai beaucoup de respect pour le président Bartolone, qui fait un excellent travail », a aussitôt ajouté le Premier ministre, qui s’exprimait devant l’Association des journalistes parlementaires (AJP).

                Une villa estimée à 2 millions d’euros.

                Dans les kiosques, c’est une autre surprise qui attendait l’occupant du perchoir. L’hebdomadaire satirique évoque en détails, à partir de la fiche descriptive de l’architecte RVA, la luxueuse demeure de l’élu socialiste construite dans les hauteurs des Lilas (Seine-Saint-Denis) en 2003. 

                « Selon les professionnels interrogés par Le Canard Enchaîné, cette villa vaut, au bas mot, 2 millions d’euros », écrit le journaliste.

                « La notoriété du client conditionne une relative discrétion de la façade principale sur la rue, dans une zone pavillonnaire calme de banlieue, expliquent sur leur site Internet les architectes Philippe Vignaud et Dominique Renaud. Ces contraintes façonnent largement la relation à la rue qui souhaite exprimer modestie, ancrage au sol et pérennité. »

                La maison de 380 m² « trône sur la ligne de crête, qu’elle partage avec les forts de Romainville et de Noisy » détaillent les architectes avant d’ajouter que « ce promontoire lui offre une vue imprenable sur Paris ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès