Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La Genèse selon Dominique Dord

La Genèse selon Dominique Dord

Une nouvelle œuvre créationniste. Sans citer une seule fois le Président de la République, le député de Savoie a fait un bilan désastreux de la première année du quinquennat. Verbatim.

Il y a parfois des petits moments de saveur gratuits à l’Assemblée Nationale. Cela s’est passé ce mardi 28 mai 2013 au cours de la traditionnelle séance des questions au gouvernement.

Le député-maire UMP d’Aix-les-Bains, Dominique Dord (53 ans) a en effet fait une sortie tout à fait surprenante non sans fierté. Sans note mais à l’effet visiblement préparé, cet ancien expert en communication n’a en fait posé aucune question mais s’est amusé à pasticher la Bible, au risque de repousser son électorat chrétien, relativement important en Savoie.

Dominique Dord fut un ancien UDF-PR proche d’Alain Madelin et a commencé la politique assez tôt (il y a près de trente ans) aux côtés de Michel Barnier, ancien ministre et actuel commissaire européen, qui fut député-maire d’Albertville et aussi président du conseil général de Savoie. Conseiller régional de Rhône-Alpes en 1992, Dominique Dord a raté la mairie de Chambéry en juin 1995 face à l’ancien ministre socialiste Louis Besson à cause de la présence au second tour d’une liste du FN. Il a réussi néanmoins à se faire élire deux ans plus tard député (à 37 ans), puis maire d’Aix-les-Bains en mars 2001.

Après avoir renoncé à postuler à la présidence de l’UMP en novembre dernier (par manque de parrainages), Dominique Dord s’est positionné en faveur de l’ancien Premier Ministre François Fillon. Désigné trésorier de l’UMP le 30 août 2010 en remplacement du ministre Éric Woerth, il a démissionné avec retentissement de son poste juste après l’élection controversée du président de l’UMP du 18 novembre 2012, pour contester l’instrumentalisation de l’appareil interne en faveur de Jean-François Copé. Depuis le 3 février 2013, il est désormais secrétaire général adjoint de l’UMP dans une direction pléthorique et paritaire après la réconciliation des deux camps.

C’est clair que la tirade qu’a prononcée Dominique Dord devant ses collègues parlementaires et les membres du gouvernement n’a rien de constructif et s’expose plus dans le cadre potache de blagues de classe que de contribution décisive au débat public. Cette séance très suivie est souvent l’occasion pour des députés de base d’en rajouter dans la polémique, même pour des sujets plutôt consensuels, c’est la condition pour être bien vu de ses électeurs dans sa circonscription, en clivant artificiellement.




Dominique Dord n’a donc pas dérogé à la règle, et contrairement à d’autres, il l’a fait avec brio.

Voici sa tirade dans son intégralité :

« Le premier jour, il est allé voir madame Merkel. Il lui a dit : "Madame Merkozy, je veux renégocier votre traité". Elle lui a dit : "Nein !". Alors, il a dit : "Au diable les Allemands, ces conservateurs égoïstes !". Et vous avez ratifié le traité.

Le deuxième jour, il a voulu casser tout ce qu’avait fait Nicolas Sarkozy. Finies, les heures supplémentaires pour 8 millions d’ouvriers et d’employés ! Il a dit : "Au diable, le pouvoir d’achat des classes moyennes !"

Le troisième jour, il a levé 30 milliards d’impôts. Tous les riches ont quitté le pays et il a dit : "Au diable les riches ! Qu’ils aillent dépenser leur argent en Angleterre !"

Le quatrième jour, il s’est fait plaisir. Il a levé 7 milliards de dépenses, en créant, par exemple, 60 000 postes dans l’éducation. Il a dit : "Je refuse de céder au diktat des 3% ! Nous serons à 3,6% !". On apprend aujourd’hui qu’il est à 3,9%. Il a dit : "Vive les déficits et vive les marchés financiers !"

Le cinquième jour, il a récompensé madame Royal : il a fait d’elle une banquière, parce qu’elle le vaut bien ! Et il a dit : "Au diable la République irréprochable !"

Le sixième jour, il a envoyé la police contre les familles qui tentaient de s’accrocher au peu de repères qu’elles avaient encore. Et il a dit : "Au diable les familles, les religions, les conservateurs et les rétrogrades ! Vive le progrès ! Vive les LGBT !"


Enfin, le dernier jour, comme le veut la tradition, il s’est reposé. Il est monté sur le mont Corrèze avec Valérie pour contempler son œuvre, et là, il a vu une France en ruine, des Français sans un sou, sans espérance, sans avenir, sans fraternité. Et il a eu cette phrase historique, il a dit : "Je sais que je tiens le bon cap". Alors, il est revenu à Paris en train, comme il l’avait promis ! »




À chaque phrase, quelques parlementaires de la majorité et quelques ministres montraient leur indignation plus que leur sens de l’humour et à la fin de cette "question" (sans point d’interrogation), le Président de l’Assemblée Nationale Claude Bartolone s’est cru obligé de rappeler qu’on ne devait pas évoquer ainsi le Président de la République dans cette enceinte, en ces termes : « Monsieur Dord, je vous rappelle qu’il est de tradition, dans notre hémicycle, de ne pas mettre en cause le Président de la République. Cette tradition a toujours été appliquée, notamment par mon prédécesseur. ».

Un peu plus tard, le député UMP Yves Albarello venait à la rescousse de son collègue savoyard en rappelant, avant de poser sa question, ceci : « Monsieur le Président, je voudrais d’abord rappeler de façon dépassionnée que, tout au long du précédent mandat présidentiel, les membres de l’actuelle majorité n’ont eu de cesse de salir la personne de Nicolas Sarkozy ! ». Cela fait un peu "cour de récréation" (du genre "c’est celui qui le dit qui l’est").

Cela dit, Dominique Dord a quand même reçu une réponse à sa non question, prononcée par le Ministre de l’Économie et des Finances Pierre Moscovici :

« Monsieur le député, la vraie réponse vient d’être apportée par le Président de l’Assemblée Nationale.

Il ne s’agissait d’ailleurs pas d’une question, mais d’une simple parabole, d’une fable totalement polémique, comportant en outre des aspects personnels totalement indignes d’un membre de cette assemblée ! Peut-être êtes-vous tout à coup envahi par l’enthousiasme d’avoir appris à manifester, ce que vous ne saviez pas faire ! Puis vous êtes entré dans une espèce d’exubérance irrationnelle qui vous conduit à toutes les exagérations, à toutes les piques et à toutes les insultes. Ce que vous dites, en réalité, n’a aucun sens, si ce n’est peut-être que ce chemin des sept jours, c’est celui que vous avez parcouru au cours des cinq années précédentes !

Les Français vous ont mis au repos, compte tenu de l’échec retentissant de votre politique sur les déficits, le chômage, la dette, l’emploi, l’industrie et la compétitivité.

Votre question ne mérite pas d’autre réponse, si ce n’est pour dire que ce gouvernement, sous l’impulsion du Président, travaille à redresser un pays… que vous avez laissé dégradé, affaibli et divisé. Il travaille à relancer la compétitivité et l’emploi et, s’agissant de l’Europe, il travaille à redonner un sens à la construction européenne.


Monsieur Dord, la conclusion vous appartient : puisque vous êtes au septième jour, reposez-vous, car vous en avez besoin ! »

Comme on le voit, Pierre Moscovici n’a pas montré un sens particulièrement aigu de l’humour. Bien entendu, Dominique Dord n’avait rien dit de constructif, ai-je rappelé au début de ce verbatim, mais son interlocuteur du gouvernement non plus. Il n’est pas forcément stupide de s’amuser un peu entre deux épisodes de tension dans les débats parlementaires, non ?



Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (30 mai 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
François Hollande.
Conférence de presse du 16 mai 2013.
Pierre Moscovici.
François Fillon.
Mariage pour les couples homosexuels.



Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Abdu Abdu 30 mai 2013 09:39

    On aimerait aussi les voir bosser un peu.


    • TSS 30 mai 2013 10:33

      Dord a été à bonne ecole !

      Madelin ancien du GUD et Barnier qui avait lancé ,martial, au moment des jeux d’Albertville

      « les jeux paieront les jeux » résultat, 90 milliards au frais du contribuable... !!


      • 1871-paris 1871-paris 30 mai 2013 12:43

        la logique liberal dans toute sa magnificance de ridicule « laissez nous faire qu est ce que l’ont veux !(crises boursieres...) »mais aidez nous(les contribuables) en cas de coup dur...(rachats d actifs pourris par les etats !)


      • escoe 30 mai 2013 16:11

        Le Rakout Machin devrait aller faire un peu connaissance avec l’UMP de Haute-Savoie. En comparaison les gangs corses sont des classes de patronage.


      • Akerios 30 mai 2013 16:19

        les jeux paieront les jeux » résultat, 90 milliards au frais du contribuable... !!" 

         

        De l’état au plus haut niveau jusqu’au petit patelin de province ..... :

         Le privé fait les affaires et les bénéfices et dans un contrat on indique que en cas de non rentabilité ou de problème l’état ou la collectivité locale s’engage à racheter l’activité.

        Avec une mairie complice il est possible de tout entreprendre et de se faire rembourser son capital en cas de non satisfaction sur les bénéfices escomptés .

        De très nombreux cas existent mais par crainte d’un procès il est interdit d’en parler s’il n y y pas eu de jugement.


      • escoe 30 mai 2013 19:10

        De très nombreux cas existent mais par crainte d’un procès il est interdit d’en parler s’il n y y pas eu de jugement.


        Si vous êtes promoteur et que vous voulez un jugement favorable à vos affaires adressez vous au tribunal de Bonneville. Il va de soi que vous avez la carte UMP sinon n’espérez rien en matière d’attribution de marchés ou de justice.

      • Feilusha Feilusha 30 mai 2013 16:34

        Il s’est bien amusé. Et puis, tout le monde oubliera ! Son pastiche est plus amusant que le ridicule de la genèse biblique !


        • Pyrathome Pyrathome 30 mai 2013 17:08

          Meunier, tu dord
          Ton moulin va trop viteu....♪♫♪♫♪♫♪♫♪♫
          Meunier, tu dord
          Ton moulin bat trop fort....♪♫♪♫♪♫♪♫♪♫
          .


          • epicure 31 mai 2013 22:16

            Sarkozy et l’UMP ont conçu et ratifié les traités de Lisbonne contre l’avis du peuple, le MES et le TSCG, sans l’avis du peuple, le nouveau traité transatlantique en catimini (c’est plus important de manifester contre l mariage gay), qui ne va ni faciliter la démocratie, ni améliorer les conditions économiques de nombreux français, tout ça en caressant merkel dans le sens du poil.
            « Au diable le peuple français »
            plus de pauvres par an, des riches plus riches, des taxes touchant les salariés plutôt que les riches , augmentation du chômage dont dans les classes moyennes (dont les fonctionnaires) etc...
            « adieu le pouvoir d’achat des pas riches »
            cadeaux fiscaux, ayant couté cher en dette sans compensation en emplois, mesures pour protéger la sur-richesse, traités européens favorisant le pouvoir des plus riches par les politiques de al comission et ses dogmes économistes, etc...
            « adieu l’économie saine basée sur une meilleure répartition des richesses, mais bonjour le cirage de chaussures des riches »

            Plus forte augmentation de la dette publique de la 5ème républiques avec + 600 milliards d’euros, cadeaux fiscaux aux plus riches (possédant la plus grosse part de richesse, etc..., politique ne faveur des marchés financiers
            « Vive les déficits et vive les marchés financiers ! »

            Nombreux scandales, perte de respectabilité de ’image du président etc...
            « Au diable la République irréprochable ! »

            Léchage de botte au vatican et en arabie saoudite, accueil en grande pompe de dictateurs , remise en cause de mai 68, du CNR etc... « vive les conservateurs, les réactionnaires, les dictateurs, à bas le progrès »



            Enfin, le dernier jour, comme le veut la tradition, il s’est reposé. Il est monté sur le yatch d’un copain milliardaire avec Carla contempler son œuvre, et là, il a vu une France en ruine, des Français sans un sou, sans espérance, sans avenir, sans fraternité. Et il a eu cette phrase historique, il a dit : « Je sais que je tiens le bon cap ». Alors, il est revenu à Paris en avion privé d’un autre copain milliardaire  »

            C’est vrai que l’UMP peut être fière de son bilan et donner des leçons sur al dette, la démocratie , le respect du peuple, de la dette etc...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès