Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La Grèce qui se noie et DSK qui en profite

La Grèce qui se noie et DSK qui en profite

Libération écrit ce mercredi 5 mai que « lors d’un dîner en petit comité, le patron du FMI a, pour la première fois, ouvertement affiché un appétit présidentiel ». Alors que DSK semble être la meilleure alternative à Nicolas Sarkozy, tout le monde, le PS en tête, semble ne pas vouloir ouvrir les yeux. DSK a négocié un plan de rigueur draconien qui met à genoux le peuple grec. DSK semble préférer sauver le système qui risque de faire couler l’Europe, plutôt que de le repenser en intégrant le peuple grec. Pourtant, le message officiel semble être : « Fermez les yeux, élisez-le ».

 Un homme de gauche… 

Il avait pourtant juré changer la philosophie du FMI. Une des institutions les plus contestées au monde pour son libéralisme à outrance et ses plans drastiques qu’elle a imposé à l’Argentine, la Roumanie et aujourd’hui la Grèce. Ses collaborateurs le disent : « il a tenté de modifier la philosophie du Fonds pour y insuffler un esprit plus keynesianniste ». C’est un expert. Le meilleur pour la présidentielle, les mains dans le cambouis, celui qui a compris la crise. Même les sondages le disent très apprécié des partisans UMP.

… Plus libéral que jamais.

C’est lui et personne d’autre qui, sous Jospin, préconisait une baisse du taux supérieur de l’impôt sur le revenu au profit des très haut revenus. Il défendait également une défiscalisation sans limite des stocks options et voulait accélérer la privatisation du service public. 

C’est donc sans étonnement que l’on peut analyser le plan de rigueur dont il est en partie l’instigateur, pour la Grèce. 

  • Salaires gelés jusqu’en 2014. 
  • Primes du 13e et 14e mois (Noël et Pâques) supprimées pour les salaires supérieurs à 3.000 euros par mois et plafonnées à 1.000 euros pour les salaires inférieurs à 3.000 euros par mois, alors que ces primes avaient déjà été réduites de 30% dans le cadre des précédentes mesures annoncées en mars.
  • Baisse des investissements publics de 1,5 milliard.
  • Taux de TVA, passé en mars de 19 à 21, relevé à 23%.
  • Révision de la législation interdisant aux sociétés de licencier plus de 2% de leurs effectifs totaux par mois.
  • Mise en place d’un nouveau salaire minimum applicable aux jeunes et aux chômeurs de longue durée.
  • Réduction du nombre de départs anticipés à la retraite, avec comme objectif d’interdire ces départs avant 60 ans.
  • Libéralisation des marchés des transports et de l’énergie

Cette liste n’étant évidemment pas exhaustive.

Où est le tournant à gauche ?

Le problème de la Grèce est révélateur d’un système malade. Mais personne ne veut ouvrir les yeux, le FMI le premier, n’ayant qu’une idée en tête : rassurer le marché, diminuer le déficit. Déficit qui n’est l’œuvre bien sur, que des grecs, de leur tendance à corrompre l’économie, à abuser du système et de la confiance des européens. La presse allemande ne se prive pas de le dire, jusqu’à confondre leur analyse par des relents xénophobes. 

Les dirigeants, les économistes sont d’accords pour dire que la crise est aggravée par les marchés et la spéculation. Mais, cela n’étonne personne d’entendre sans cesse que le plan de rigueur, les mesures annoncées qui n’auront d’autre finalité que de faire payer la crise aux ouvriers et aux salariés plutôt qu’aux bénéficiaires des paradis fiscaux et autres responsables en cols blanc, sert à rassurer le marché. 

Les crises s’enchaînent et se ressemblent. Celle de l’Argentine, des subprimes, de la Grèce, peut-être de l’Espagne et du Portugal. Mais, il ne faut surtout pas remettre en cause notre modèle économique. Le plan de DSK et de l’Union Européenne favorise la libéralisation du marché, la baisse des dépenses du secteur public, la baisse du pouvoir d’achat des millions de travailleurs, au profit d’un système qui mine notre société. Fermons les yeux, répétons les mêmes erreurs.

Des solutions qu’on ne veut pas envisager

Ce qui aurait dû animer les préparateurs de ce soi-disant plan de soutien aurait dû être la volonté de prélever les possédants plutôt que les salariés ou les ouvriers. 

La BCE aurait dû, si la solidarité avait été de mise en Europe, prêter de l’argent à la Grèce et à des taux dérisoires pour qu’elle puisse rembourser sa dette. Mais non, personne ne l’envisage et tout le monde préfère se cacher derrière le traité de Maastricht qui l’interdit. Au lieu de cela, ce sont les pays de la zone euro qui vont lui prêter de l’argent. 

Les ministres français se pavanent sur les différents plateaux à l’instar de Christine Lagarde ou de François Barroin qui n’hésitent pas à rassurer les contribuables français : « nous allons même y gagner », car la France emprunte à environ 3% pour prêter à la Grèce à un taux de 5%. Magistral élan de solidarité. La France bénéficiera donc de cette crise, et cela, même s’il faut mettre un peu plus à genoux la Grèce.

Enfin, rares sont les dirigeants politiques à l’exception de Cohn-Bendit ou de Mélenchon qui se sont penchés sur les dépenses militaires de la Grèce.

En effet, le plan d’austérité épargne la rigueur pour l’un des plus importants budgets militaires de la planète (proportionnellement au PIB). La Grèce dépense ainsi 2,8% de son PIB pour assurer sa sécurité notamment à cause de la peur d’une agression turque. Et ce, alors même que le pays fait partie de l’Union Européenne et de l’OTAN (qui consacre, lui, 1,7% de son PIB à la défense). Mais peut-être que les dirigeants qui ne cessent de donner des leçons d’économie à la Grèce, l’Allemagne par exemple, ne se prononcent pas là-dessus pour préserver ses recettes. Comme le révèle Libération, l’Allemagne a vendu pour 2 milliards d’euros de moyens de défense en 2009, et la France n’a pas oublié d’exporter ses rafales en Grèce.

Pour en revenir au présidentiable

Ce plan est sans conteste dans la lignée des précédents. Et l’on aurait du mal à considérer que le FMI vire à gauche, comme le rappelle James Galbraith, économiste à l’université du Texas : DSK a tenté un virage, « mais quand on regarde le contenu des conditions de prêts, cela reste finalement très orthodoxe ».

Aujourd’hui symbolise peut-être le départ de DSK pour la course présidentielle. Il faudra donc qu’il s’explique sur sa position, son idéologie et son action au sein du FMI. Ce dernier qui se dit « admiratif de l’extrême rigueur choisie par le gouvernement Papandréou » (Monde du 4 mai 2010) , peut-il être un bon représentant du programme du PS qui se dit plus à gauche que jamais ?

Le PS devra également apparaître crédible quand il assure ne plus devoir s’excuser d’être à gauche, alors même que les socialistes DSK au FMI et Pascal Lamy à l’OMC ne cessent de prôner un libéralisme qui fait des ravages.

D.Perrotin

Plus d’articles sur http://www.acturevue.com

Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • jondegre jondegre 7 mai 2010 10:12

    Vu que plus personne ne peut perdre contre Sarko , les grandes manœuvres ont commencé pour lui trouver un successeur néo-conservateur ou tout du moins atlantiste.
    Je serais pas surpris que SR après avoir été montée en épingle en 2006-2007 pour faire le perdant idéal contre Sarko soit cette fois-ci descendue en flèches par nos médias.


    • curieux curieux 7 mai 2010 14:04

      J’ai la même vision que toi. Mieux vaut un qui se dit de gauche, mais atlantiste qu’un de droite non atantiste.Les merdias s’occupent de ce problème. Quand je pense que les gogos se feront encore re-prendre


    • curieux curieux 8 mai 2010 00:07

      Bizarre Jondegré. En disant la même chose que toi, tu obtiens +12 et moi -1. Y’a encore beaucoup de bouchés sur AV


    • aetius320 7 mai 2010 10:22

      Quand DSK sera président, je vous garantis que l’on se souviendra de Sarkozy comme d’un grand patriote, humaniste et socialisant. Les français font en bouffer du mondialisme...jusqu’à l’instauration du gouvernement mondial dictatorial.


      • alibaba alibaba 7 mai 2010 20:08

        Comme vous avez raison aetius. Avec DSK commencera le déclin de la France en tant que nation millénaire. Il nous fera entrer dans la bouillie mondialo-cosmopolite. Nous devrions nous associer plus activement avec les grandes nations asiatiques (Inde, Chine et Japon), futures grandes puissances (à part le Japon qui l’est déja) et qui formerons un barrage contre le pourrissoir amérisraëlien.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 8 mai 2010 00:42

        Il devra gouverner avec des communistes et des écologistes.


      • LE CHAT LE CHAT 7 mai 2010 10:29

        ceci devrait faire réfléchir à ce qui se passerait en France avec un gouvernement de gauche ! DSK et Pascal Lamy membre de Bilderberg sont des ultralibéraux et ne croyez pas un instant que l’austérité annoncée ne vous touchera pas , seuls les fortunés y échapperont comme en Grèce !


        • frugeky 7 mai 2010 11:00

          dsk c’est le compère de kessler, le fossoyeur du programme du CNR (excellent article à ce propos sur Article11, avec Porquet du canard enchaîné). Celui qui disait :« Quand on n’est pas de gauche à 20 ans c’est qu’on a pas de coeur. Quand on l’est encore à 40 c’est qu’on a pas de tête. » En bref des habitués du retournement de veste.
          Que la merdiacratie nous le vende déjà comme le seul vainqueur de sarko alors que c’est son clone illustre bien son rôle de paillasson
          dsk à 400 000 dollars par an c’est plus facile pour conseiller aux plus démunis de se serrer la ceinture. Et ce devrait être lui notre futur champion ? A la lanterne !


          • Manfred Manfred 7 mai 2010 11:30

            Youpi... On nous prépare à être dirigé par les banquiers, mais cette fois-ci de manière officielle !


            • sisyphe sisyphe 7 mai 2010 11:39

              Si DSK est, en 2012, le candidat de la gauche, il ne restera plus que la résistance civile ; passive ET active, pour faire valoir les droits des citoyens.

              Mobilisation et solidarité avec le peuple grec en lutte.


              • Furax Furax 7 mai 2010 12:20

                Si DSK est candidat on va encore être condamnés à voter Sarko. Pitién, n’importe qui mais pas lui !


                • aetius320 7 mai 2010 13:49

                  « Si DSK est candidat on va encore être condamnés à voter Sarko »

                  C’est bien ce que j’avais préciser dans un commentaire précédent. Je hais Sarkozy mais je ferais mon devoir, DSK est encore plus dangereux que lui, encore plus intégré dans les cercles oligarchiques, encore plus racaille. Le système n’en a plus pour longtemps à vivre, d’ici là, il faut dans tous les cas, choisir la moins pire des solutions.

                  • frugeky 7 mai 2010 14:31

                    dsk et sarko ne sont pas peste et choléra
                    ils sont métastases d’un cancer : la phynance Kapitaliste
                    sarko n’est pas moins pire. vous vous imaginez encore 7 ans avec ce « chose » ? Pas moi.
                    les deux sont définitivement inacceptables (à mes yeux, qui ont l’avantage d’être deux) smiley


                    • drlapiano 7 mai 2010 15:21

                      Vous dite une chose que je partage « Les crises s’enchaînent et se ressemblent. Celle de l’Argentine, des subprimes, de la Grèce, peut-être de l’Espagne et du Portugal. »
                      Oui, on y trouve partout des états qui ont dépensé au delà du raisonnable.
                      Et je serais assez d’accord avec vous : Pas de plan de sauvetage, Pas de FMI !
                      Il se sont endettés ... qu’ils se démerdent ...

                      Et le plus probable alors, est qu’ils fassent défaut et qu’ils rééchelonnent leur dette.
                      Ce que vous avez l’air de sous estimer, c’est qu’a côté de la potion du gentil FMI, ce qui en résulterait pour le peuple Grec serait beaucoup plus amer

                      Il faudrait qu’ils sucittent parmi eux des dirigeant capable de les conduire dans les épreuves : pas des socialistes ils les ont déjà ! alors l’ultra gauche ? Je tremble pour eux rien que d’y penser ... alors finalement vous voulez quoi ? Le retour aux Colonels ?

                      Croyez moi, mieux vaut le FMI et le gentil Papandreou !

                      Et ça ne sera pas si terrible, la Grèce débarassée du fardeau absurde de son état pléthorique retrouvera le chemin du service ... c’est sa culture ... mais ça c’est vrai il faut que Papandréou et Strauss-Kahn soient fermes et clairvoyants

                      S’il réussissent, ce qui est possible et que je souhaite ... DSK aura une longueur d’avance pour venir faire la même chose en France vous ne trouvez pas ? (et pour dire merci aux marché qui leur auront permis de sortir d’une situation intenable à terme)


                      • François51 François51 7 mai 2010 15:39

                        tout ça est murement réfléchi, calculé, organisé. la Grèce n’est qu’un laboratoire, un test grandeur nature pour voir la réaction des peuples en Europe.
                        http://www.dailymotion.com/video/x61ckm_la-strategie-du-choc_news?start=375


                        • Acturevue Acturevue 7 mai 2010 16:13

                          Voir Interview de Moscovici qui soutient DSK, le FMI et critique les utras gauche lors de la manifestation en Grèce sur http://www.acturevue.com


                          • JODEPONS 7 mai 2010 16:30

                            Je suis tout à fait d’accord ; DSK c’est la peste et le choléra !
                            Je me pose souvent la question, tout de même, de ce choix de SARKOZY en 2007 !
                            Pourquoi l’ont ils fait élire lui ? Pourquoi pas DSK direct !
                            La seule chose, combien auront tenus jusqu’en 2012 ! Moi, je sais pas si je tiendrais jusque là. Je suis fin de droit depuis 09/2008, je vis grâce à la retraite de mon mari et plus ça va, ben moi ça va ! Y a pas de boulot ! J’ai bientôt 50 ans ! Bref, je suis dans la merde. Le moral à zéro. Le sentiment de ne pas valoir grand chose, d’être inutile ! Alors 2012 ! C’est loin, non ? Moi j’ai le sentiment que l’apocalypse c’est pour tout de suite ! Chez nous c’est tout les jours l’apocalypse. Mon compte est créditeur de +1.01 € (forcément j’ai pas d’autorisation de découvert & heureusement finalement) la retraite de mon mari sera sur notre compte que le 11 au matin ! Vive la banque postale ! Je vis pas je survis ! Finalement, pourquoi attendre 2012 ? Faisons la révolution avant, non ?


                            • curieux curieux 8 mai 2010 00:30

                              Tu as tout à fait raison.
                              Pour DSK et Sarkozy, je pense qu’ils voulaient tester si les français étaient aussi cons que les Ricains. Et ils ont leur réponse. C’est OUI


                            • promeneur 90 promeneur 7 mai 2010 16:32

                              bonjour D Perrotin, c’est vrai que je viens de visiter votre site actu revue, il est très long à charger.
                              ce petit mot certainement hors sujet pour remarquer que hier, 6 mai, c’était l’anniversaire de l’arrivée de N Sarkozy à la présidence de la république. Que ce même jour nous avons eu l’annonce par le premier ministre, qui d’autre en ce jour de congratulation, de 3 années de gel des dépenses publiques et que personnellement à partir de ce jour 6 mai 2010, je considère que nous sommes entrés, comme l’a montré N. Klein dans son ouvrage « la théorie du chaos » en ce qui concerne l’Amérique du sud dans les années 70, dans le chaos européen et que çà n’augure pas des lendemains très joyeux pour la majorité de nos concitoyens.


                              • Dominique TONIN dume 7 mai 2010 16:58

                                @ JODEPONS, et aux autres,
                                Je comprends votre désarroi, même si je suis un peu mieux loti que vous.
                                Il y a différentes façons de faire une révolution. Je bannis d’emblée celle qui ressemblerait à 68, car trop de désordres qu’il faut payer, trop de morts inutiles.
                                Non, aujourd’hui, nous avons les moyens de faire une révolution pascifiste, sans une goutte de sang, par le biais d’internet nous liguer (tous les mécontents et Dieu sait s’il y en a) autour d’idées novatrices, autour de gens qui ont des argumentaires pour sortir la France de l’ornière. Mais de grâce pas DSK, pas lui avec ses 80 000 € mensuels, sans compter ses avantages en nature, son côté atlantiste et pro-israêlien, il serait, sérieusement le pire de tous.
                                Et puis, il vous reste une force énorme, que tout le monde vous envie, c’est votre bulletin de vote. Car aucun politique ne sait, par avance, qui votera pour lui, c’est imprévisible, au point que cela pourrait réellement créer de véritables surprises en 2012.
                                C’est pour toutes ces raisons que je serai présent comme candidat pour 2012. Parce que je ne suis ni enarque, ni sorti du sérail, ni encarté mais lucide et capables avec les idées du « PF » et nos adhérents et sympathisants de sortir la France du bourbier dans lequel les politiques précédents nous ont mis et que SARKOZY à fait perdurer.
                                www.peuplefrancais.fr votre prochain vote et votre salut passent par là.


                                • pierrot123 7 mai 2010 20:43

                                  « ...Je bannis d’emblée celle qui ressemblerait à 68, car trop de désordres qu’il faut payer, trop de morts inutiles.... »

                                  Charlot !...
                                  En mai 68, il y a eu dix fois moins de mort qu’en temps normal (les bagnoles ne roulaient pas...)


                                • curieux curieux 8 mai 2010 00:33

                                  @ Dume
                                  Je réitère ma question posée sur un autre fil :
                                  Où sont les les paragraphes concernant la politique étrangère de la France ?
                                  Où sont les paragraphes concernant l’Europe ?
                                  On ne peut pas gouverner sans tenir compte de celà


                                • Dominique TONIN dume 12 mai 2010 09:00

                                  @ CURIEUX,
                                  Je prends le temps de vous répondre car c’est la deuxième fois que vous me questionnez sur ces deux points.
                                  Politique étrangère de la France : Sujet à la fois vaste et épineux, car en règle générale lorsqu’un état est amené à solliciter sa politique étrangère c’est le plus souvent lors d’un conflit et rarement pour partager des parts de gâteaux. Donc il convient de faire appel à des personnes qui sont au fait de l’actualité et ayant une parfaite connaissance des intérêts, des us et coutumes locales et du sujet à traiter. Il faut savoir être humble dans ce genre de dossier et savoir s’entourer de personnes compétentes, sans brusqueries et avec discernement, car le plus souvent il faut aussi préserver des intérêts économiques.
                                  Politique Européenne : Nous l’avons vu dernièrement, l’Europe reste fragile. Nous sommes tellement inbriqués et interdépendants que chaque crise devient contagieuse et fragilise le système, au point qu’il était sérieusement remis en question ces jours -ci. Je pense qu’il faut rester dans l’UE et en être un des moteurs, notamment en terme d’organisation générale (trop de représentants, trop usine à gaz), donc onéreuse. Revoir également tous les systèmes spéculatifs qui gangrènent les édifices bancaires.
                                  Plus gobalement une question me taraude l’esprit depuis quelques mois : Comment se fait-il que bon nombre de pays dans la zone €uro sont en déficit , N’y a -t-il pas là une réelle question que devraient se poser les dirigeants concernés ? Ne vivraient-ils pas trop grassement ?
                                  A vous


                                • pierrot123 7 mai 2010 17:04

                                  Je n’aime pas Sarkozy.
                                  Ni comme président, ni comme individu.
                                  Je vote a gauche depuis toujours.

                                  ET POURTANT.....Je voterai pour Sarkozy, s’il le faut, contre ce faux socialiste de « DSK » !


                                  • robespierre55 robespierre55 7 mai 2010 20:00

                                    DSK est légèrement plus à droite que NS.
                                    Mais ce n’est pas grave.
                                    Les français qui votent sont légèrement plus c.. que ceux qui ne votent pas.
                                    Tuez-les tous, Dieu reconnaitra les siens.


                                    • pierrot123 7 mai 2010 20:50

                                      Sauf que...ils ont voté Ségolène, « vos » socialos... !
                                      Et ça fera pareil si il y a à nouveau un vote interne...Pas si « versatiles » !
                                      (C’est la raison pour laquelle le sieur DSK est farouchement opposé à tout projet de vote interne...)


                                    • miwari miwari 7 mai 2010 21:29

                                      La France est devenue un pays de « vieux » faudra pas s’étonner qu’en 2012 il soit élu, il suffira de leurs garantir le peu de pécule qu’ils ont et c’est gagné !


                                      • tchoo 7 mai 2010 22:02

                                        le cauchemar plein et entier après Naboléon, DSK
                                        les riches ont de la chance de pouvoir quitter ce pays qui devient maudit !


                                        • robespierre55 robespierre55 7 mai 2010 22:57

                                          Tiens... la bouse .


                                          • Luc Paul ROCHE Luc Paul ROCHE 8 mai 2010 00:21

                                            très bon article qui en dit long sur le « socialisme » de notre ami DSK ; l’article souligne par ailleurs le côté immonde de la campagne qui est faite en ce moment (notamment dans la presse allemande) contre le peuple grec qui n’en peut mais, accusé de tous les maux


                                            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 8 mai 2010 00:35

                                              D’accord avec l’auteur. D’ailleurs tout est vrai, tout est vérifiable. DSK, en tant que Grand Maître du FMI, incarne le néolibéralisme dans toute son horreur. Force est de le constater.

                                              Juste un bémol, il n’est pas candidat et n’a -donc- pas de programme. Evitons les procès d’intentions et attendons de voir ce qu’il pourrait « éventuellement » proposer avant de le massacrer comme l’ont été TOUS les opposants à Sarkozy. Je ne me fais pas d’illusions sur le personnage, mais soyons fair-play. Evitons de tomber dans les pièges tendus par l’UMP.

                                              Du calme les gars. On a le temps, et concentrons nos efforts sur les méchants au pouvoir qui veulent se refaire une posture présidentielle pour se faire réélire.

                                              Calme, calme. Le tour de DSK viendra bien assez tôt.


                                              • kiouty 8 mai 2010 02:42

                                                "Les crises s’enchaînent et se ressemblent. Celle de l’Argentine, des subprimes, de la Grèce, peut-être de l’Espagne et du Portugal. Mais, il ne faut surtout pas remettre en cause notre modèle économique. Le plan de DSK et de l’Union Européenne favorise la libéralisation du marché, la baisse des dépenses du secteur public, la baisse du pouvoir d’achat des millions de travailleurs, au profit d’un système qui mine notre société. Fermons les yeux, répétons les mêmes erreurs.« 

                                                Mais précisément, ce ne sont pas des »erreurs" qui sont effectuées, ce sont au contraire des objectifs fixés de longue date qui sont -enfin- en passe d’être atteints par les élites ultra-libérales en Europe occidentale. Ou comment le marché réussit à faire plier la démocratie dans les pays d’Europe Occidentale, sans que personne n’y trouve rien à redire (en tout cas sans que personne ne juge utile de descendre dans la rue) vu que l’économie et la finance c’est trop subtil et compliqué à comprendre.
                                                Personne ne comprend que le problème ce n’est pas spécialement l’économie de marché ou le libre-échange, c’est l’économie de marché et le libre-échange dans leur version ultra-capitaliste c’est le fondamentalisme friedmanien, qui fait chier depuis 40 ans.


                                                • alibaba alibaba 8 mai 2010 06:15

                                                  Faut faire appel à la Chine pour redresser les finances. Faut pas avoir peur des chinois, se ne sont pas des impérialistes comme les amerloques. L’Amérique n’est elle pas déjà elle même à la solde de le Chine. Il faudra ce tourner de plus en plus vers l’Asie future meneuse de jeu.


                                                  • urigan 8 mai 2010 08:51

                                                    DSK fait probablement partie du 33 ème niveau. Que lui apporterait d’être candidat à la présidentielle d’un pays qui devient de plus en minuscule de jours en jours au risque de devenir une province du futur état européen qui est en train de se dessiner.
                                                    Non, il attend certainement mieux. « Impérator » de l’Europe des marchands devrait mieux lui convenir


                                                    • BA 8 mai 2010 09:11

                                                      La zone euro traverse une « crise systémique », selon Nicolas Sarkozy.

                                                      Eviter l’effet domino. Le président français Nicolas Sarkozy a estimé vendredi que la zone euro traversait une « crise systémique » et que cela nécessitait une « mobilisation générale » à l’issue d’un sommet des dirigeants de la zone euro à Bruxelles.
                                                      « Cette crise est systémique, la réponse doit être systémique », a estimé Nicolas Sarkozy à l’issue d’un sommet consacré intialement à la crise grecque mais qui s’est transformé en conclave pour défendre toute la zone euro contre les attaques des marchés.
                                                      « Nous sommes maintenant dans des mécanismes communautaires, c’est toute la zone euro qui a décidé de se défendre » et il s’agit donc « d’une mobilisation absolument générale », a déclaré le président français.
                                                      Selon lui, « il faut doter la zone euro d’une véritable gouvernance économique ». Car « la zone euro traverse sans doute la crise la plus grave depuis sa création » et « désormais les spéculateurs doivent savoir qu’ils en seront pour leurs frais », a-t-il ajouté.
                                                      Auparavant, les dirigeants ont annoncé la mise en place prochaine d’« un mécanisme de stabilisation », un fonds pour aider leurs pays qui seraient confrontés à des difficultés financières et validé le plan d’aide à la Grèce.

                                                      http://www.20minutes.fr/article/403231/Economie-La-zone-euro-traverse-une-crise-systemique-selon-Nicolas-Sarkozy.php

                                                      Il y a donc deux questions qui se posent :

                                                      1- Première question : avec quel argent les pays européens vont-ils créer ce fonds ?

                                                      Avec quel argent ?

                                                      Est-ce que chaque Etat européen va devoir verser plusieurs milliards d’euros pour abonder ce fonds ?

                                                      2- Seconde question : est-ce que la Banque Centrale Européenne va faire tourner la planche à billets à plein régime ?

                                                      Concrètement : est-ce que la Banque Centrale Européenne va faire tourner la planche à billets pour acheter les dettes souveraines des Etats européens ?


                                                      • Yakaa Yakaa 8 mai 2010 09:50

                                                        NI Sarko Ni DSK !
                                                        Pas question de voter pour l’un afin de faire barrage à l’autre !

                                                        On s’est déjà fait enculer profond avec ce genre de considérations.

                                                        Que ceux qui envisagent (à la limite) de voter PS au deuxième tour
                                                        fassent savoir aux petits barons du PS qu’ils s’abstiendront de voter si alternative Sarko / DSK.
                                                        Je propose pour cela une pétition massive adressée au PS histoire
                                                        de leur faire rappeler que nos votes ne leurs sont pas acquis gratuitement...


                                                        • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 8 mai 2010 15:01

                                                          Ce pauvre M. Papandreou a été brillamment élu en octobre dernier et le voilà dans la tourmente en essayant de remédier au merdier laissé par la droite.

                                                          Alors, mon cauchemar est simple !

                                                          C’est exactement ce qui se passera en France si, en 2012, la gauche gagne !!!!!!

                                                          La suite sur :

                                                          http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2010/05/07/martin-luther-king-avait-un-reve-moi-jai-un-cauchemar/

                                                          jf.


                                                          • BA 9 mai 2010 00:39

                                                            La zone euro traverse une « crise systémique », selon Nicolas Sarkozy.

                                                            Eviter l’effet domino. Le président français Nicolas Sarkozy a estimé vendredi que la zone euro traversait une « crise systémique » et que cela nécessitait une « mobilisation générale » à l’issue d’un sommet des dirigeants de la zone euro à Bruxelles.

                                                            « Cette crise est systémique, la réponse doit être systémique », a estimé Nicolas Sarkozy à l’issue d’un sommet consacré intialement à la crise grecque mais qui s’est transformé en conclave pour défendre toute la zone euro contre les attaques des marchés.

                                                            « Nous sommes maintenant dans des mécanismes communautaires, c’est toute la zone euro qui a décidé de se défendre » et il s’agit donc « d’une mobilisation absolument générale », a déclaré le président français.

                                                            Selon lui, « il faut doter la zone euro d’une véritable gouvernance économique ». Car « la zone euro traverse sans doute la crise la plus grave depuis sa création » et « désormais les spéculateurs doivent savoir qu’ils en seront pour leurs frais », a-t-il ajouté.

                                                            Auparavant, les dirigeants ont annoncé la mise en place prochaine d’« un mécanisme de stabilisation », un fonds pour aider leurs pays qui seraient confrontés à des difficultés financières et validé le plan d’aide à la Grèce.

                                                            http://www.20minutes.fr/article/403231/Economie-La-zone-euro-traverse-une-crise-systemique-selon-Nicolas-Sarkozy.php

                                                            Il y a donc deux questions qui se posent :

                                                            1- Première question : avec quel argent les pays européens vont-ils créer ce fonds ?

                                                            Avec quel argent ?

                                                            Est-ce que chaque Etat européen va devoir verser plusieurs milliards d’euros pour abonder ce fonds ?

                                                            2- Seconde question : est-ce que la Banque Centrale Européenne va faire tourner la planche à billets à plein régime ?

                                                            Concrètement : est-ce que la Banque Centrale Européenne va faire tourner la planche à billets pour acheter les dettes souveraines des Etats européens ?


                                                            • Gui Hottine Gui Hottine 9 mai 2010 02:11

                                                              bobo cest pas bo ce que tu dis la... autant les sionistes j’aime pas, et les cons non plus. Il fait son taff le DSK, ni plus ni moins con que les autres politicien. C’est son bizbiz. chacun son métier.


                                                              • papaxx 9 mai 2010 12:34

                                                                Tout à fait d’accord avec cet article qui pointe du doigt ce qu’il faudrait dire et dénoncer chaque jour aux français et aux européens : ne pas se tromper de cible - ne pas croire que la crise en Grèce est le résultat du comportement des salariés moyens et pauvres de ce pays mais bel et bien de la spéculation - des cadeaux faits aux riches - des inégalités qui se creusent suite aux politique ultra libérales de l’Europe. DSK n’est vraiment pas notre sauveur au contraire comme le dit bien l’article il a déjà fait ses preuves. Il faut changer de société en mettant plus d’égalité dans la balance en redistribuant les richesses et favoriser les investissements qui créent des emplois et font vivre les gens dignement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès