Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La vie politique est très violente...

La vie politique est très violente...

Lorsque Jean-Pierre Chevènement se souvient de François Mitterrand...

A l’initiative de l’Institut François Mitterrand, la Sorbonne accueillait mardi soir Jean-Pierre Chevènement pour une conférence consacrée aux relations qu’il entretint avec l’ancien président de la République. Plusieurs fois ministre, Jean-Pierre Chevènement fut également un compagnon d’armes de François Mitterrand, à partir de 1965, et lui permit, lors du célèbre congrès d’Epinay, en 1971, de s’emparer de la direction du parti socialiste.
Cependant, l’exercice du pouvoir n’alla pas sans tensions : de désaccords en démissions, les relations entre les deux hommes furent assombries par le rythme de la politique, mais jamais leur affection réciproque ne fut mise à mal.
Évoquant le suicide de Pierre Bérégovoy, en 1993, M. Chevènement déclara à deux reprises : « La vie politique est très violente...  ». Préoccupé par les lynchages médiatiques, il s’interrogea sur la capacité des hommes politiques à répliquer aux campagnes de presse.
Puis, au bord des larmes, il évoque sa dernière rencontre, en novembre 1995, avec l’ancien président qui, épuisé, voulut tout de même le raccompagner. Pris d’un malaise, celui-ci s’effondra, puis reprit ses esprits et serra la main... d’un garde du corps, le confondant avec Jean-Pierre Chevènement... «  Ce fut bouleversant... »


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès