Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La vraie vérité sur Mélenchon

La vraie vérité sur Mélenchon

Dans cette vidéo Salim Laibi essaie de faire croire aux gens que Mélenchon serait en mission commandée pour l’oligarchie au travers de son appartenance à la franc-maçonnerie et de son origine du parti socialiste. Rétablissons ici quelques vérités ;)

La vidéo ici :

http://www.dailymotion.com/video/xqfm65_melenchon-le-franc-macon-la-verite-1-sur-2_news

 

1er argument : Mélenchon serait sorti de nulle part … Ce serait une preuve qu’il est totalement fabriqué.

C’est évidemment faux.

Mélenchon vient du même endroit que moi, c'est-à-dire du parti socialiste. Et il n’a pas quitté le parti socialiste subitement sous les ordres de je ne sais qui. J’explique ce qu’il s’est passé :

 

Tout débute en 2002.

L’ensemble des partis de gauche sont éliminés au 1er tour de l’élection présidentielle. Comme vous le savez, Jacques Chirac a gagné l’élection face à Jean-Marie Lepen. C’est à ce moment là que commence la vraie rupture entre une fraction du parti socialiste et les autres.

En effet, à l’heure des bilans et des réflexions sur la défaite, certains menés par François Hollande proposent une « rénovation » sociale démocrate / libérale du parti socialiste, d’autres comme Mélenchon expliquent au contraire qu’il faut refonder le PS à gauche, que le PS doit garder ses objectifs révolutionnaires, et que la voie sociale démocrate est mortifère. Mélenchon écrira d’ailleurs un livre « En quête de gauche » où il fait le bilan de la ligne sociale démocrate dans tous les partis socialistes européens. Il décrit alors comment tous les PS des autres pays qui ont suivit cette ligne « démocrate » se sont mis soit à gouverner avec la droite (comme en Allemagne avec Schroeder), soit à remplacer la droite carrément (comme en Angleterre avec Tony Blair), soit à disparaître totalement au profit d’un grand parti centriste démocrate (comme en Italie avec Romano Prodi).

 

Vient alors 2005 et le référendum sur le traité constitutionnel européen qui va faire éclater cette rupture au grand jour, entre les partisans du « oui » d’un côté, sociaux démocrates / libéraux, et les partisans du « non », antilibéraux.
Hollande déjà à la tête du PS depuis 1997 dirigera notamment le camp du « oui » à gauche. 6 mois avant le référendum, il organise un référendum interne, et la ligne du « oui » l’emportera à 60%.

Mais certains socialistes comme Laurent Fabius et Mélenchon, refuseront de suivre la ligne décidée par la majorité des militants et feront campagne à titre personnel pour le « non ».

Le « non » l’emportera à 55% malgré une campagne déjà à l’époque totalement verrouillée par les médias de masse et la pensée unique pro européenne de l’UMP et du PS.

Cette victoire démontre alors aux partisans du « non » que leurs idées sont majoritaires à gauche dans la population. Et ce alors qu’ils sont minoritaires au parti socialiste ...

 

De là nait l’idée qu’il faudrait recomposer la gauche en essayant de rassembler toute la gauche du « non » et former ainsi une force capable de gouverner sur une vraie ligne de gauche.

Mais s’opposent alors au PS deux visions des choses. Certains continuent de penser que le PS est incontournable et qu’il faut essayer de le refonder sur une ligne plus à gauche. D’autres pensent que le PS ne peut pas être refondé à gauche, qu’à cause de leur soutien à l’UE, ils ne peuvent que dériver à droite comme les autres PS européens, et qu’il faut faire scission et créer un nouveau parti politique à gauche du PS.

 

Perso j’ai fais partie des gens qui ne se sentaient pas à leur place au parti socialiste et j’ai exhorté mes amis à le quitter pour créer un nouveau parti politique. Seulement, seule une personne ayant la notoriété suffisante pouvait faire le 1er pas et espérer que les gens la suive.

A l’époque, malgré que plein de monde ne cesse de le pousser au cul dans ce sens, Mélenchon n’était pas vraiment chaud. Tout comme ceux qui étaient au PS depuis longtemps, ils rechignaient à abandonner le PS à leurs adversaires de toujours (comme Hollande). Et évidemment ils avaient peur de se lancer dans une telle initiative incertaine, au risque de se retrouver seuls et d’être ridicules. Il leur fallait quelques garanties quand même.

 

Vient 2007. Et la première tentative de rassemblement de la gauche du « non » avec les collectifs unitaires, rassemblant Besancenot, le parti communiste avec Marie-Georges Buffet, et des altermondialistes comme José Bové. Mais n’ayant pas réussit à s’entendre autour d’une candidature commune, ils partiront tous en solo au 1er tour de l’élection présidentielle, où ils se feront laminer par le vote utile en faveur de Ségolène Royale. Mélenchon avait là encore soutenu les collectifs.

 

Quatre choses vont définitivement convaincre Mélenchon de quitter le PS et de fonder le parti de gauche :

 

- Déjà l’échec cuisant des collectifs unitaires. Cela renforça notre conviction qu’un tel rassemblant ne pouvait pas se faire sans un parti politique faisant lien entre les différentes composantes de la gauche, bref sans un parti creuset réunissant des socialistes, des écologistes, des alter mondialistes et des communistes et fusionnant toutes leurs idées dans un programme cohérent.

 

- Ensuite, en Allemagne, Oscar Lafontaine quitte le PS allemand pour créer un nouveau parti, « Die Linke » (« la gauche » en français) et obtiendra un score prometteur aux élections suivantes, ouvrant ainsi la voie vers l’espoir d’une recomposition de la gauche au niveau européen.

 

- Troisième chose, les communistes menant leur propre réflexion de leur côté en viendront à proposer la même idée, sauf qu’ils seront plus chaud pour la création d’un front de gauche plutôt que pour la création d’un seul parti comme en Allemagne, voulant garder leur identité.

 

- Finalement en 2008 se tiendra un congrès du PS pour décider de la future ligne du parti. Mélenchon décide que ce sera le congrès de la dernière chance. D’ailleurs tout était réunit pour que le parti socialiste se refonde à gauche. Les libéraux subissaient la pire crise de leur histoire, nos idées progressaient et apparaissaient à nouveau comme des solutions, nos critiques étaient vérifiées dans les fait, et enfin l’ensemble des courants de la gauche du PS étaient réunis sous une même bannière (Benoît Hamon) pour la 1ère fois depuis la naissance du PS. Mais voyant que malgré tout, SR et sa ligne social libérale arrivait en tête, les sociaux démocrates totalisant 80% des voix, l’aile gauche du PS totalisant le pire score de son histoire, Mélenchon n’attendra même pas la fin du deuxième tour de l’élection pour annoncer qu’il quitte le PS, qu’il pense définitivement perdu, pour fonder le parti de gauche. Oscar Lafontaine viendra justement nous soutenir au moment du congrès annonçant sa création.

 

Voilà d’où on vient ... Ce sont nos convictions et notre volonté de voir nos idées de gauche être un jour appliquées, celles de « l’humain d’abord » justement, et non un complot franc-maçon ou du PS, qui nous ont mené à la création du front de gauche et à la candidature commune de Mélenchon à l’élection présidentielle.

 

2ème argument : Mélenchon se serait directement affilié à François Hollande sans négociation, sans tenter d’infléchir la politique du futur gouvernement Hollande en briguant des postes ministériels. Il lui aurait offert son électorat gratuitement sans demander rien en retour. Cela démontrerait que le front de gauche et le PS, que Mélenchon et Hollande constitueraient un bloc unifié.

Il faudrait que Salim Laibi prenne du recul par rapport à ce qu’il raconte. Il me semble que c’est justement au contraire si Mélenchon ou des membres du front de gauche participaient au gouvernement que l’on pourrait parler d’affiliation.

 

François Hollande et son équipe de campagne ont répété que leur programme était à prendre où à laisser. Donc il n’y avait rien à négocier. Et au front de gauche de toute façon nous savons ce que vaut la parole des socialistes. Donc pourquoi nous serions nous d’une quelconque façon affiliés à des gens en qui non seulement on n’a pas confiance, mais qui en plus défendent un programme incompatible avec le nôtre ?

En ne participant pas au gouvernement, nous démontrons donc au contraire notre indépendance vis-à-vis du PS et de Hollande. Nous pèserons avec nos idées des seules manières possibles, en continuant le combat d’idée, en mobilisant les gens dans la rue pour constituer une pression populaire ou via une force politique à l’assemblée si les français élisent nos députés.

 

Donc rien n’a été offert gratuitement à François Hollande. Les gens du front de gauche ont surtout été voter contre Sarkozy. Salim Laibi semble l’oublier, c’était lui ou Sarkozy. Cela aurait servit à quoi de tergiverser si ce n’est d’aider Sarkozy à refaire son retard ? Face au non choix du 2nd tour, le front de gauche préférait encore Hollande à Sarkozy. Ce n’est ni une adhésion au programme de Hollande, ni une affiliation, c’est un choix par dépit, parce que la réélection de Sarkozy était le pire des scénarios possibles, en tout cas pour nous.

 

3ème argument : Mélenchon a été député européen, il trouve cela absurde et contradictoire compte tenu de ce qu’est l’Europe. En clair, selon lui, si tu es député européen cela veut dire que tu es pour l’UE actuelle …

Déjà notons qu’il soutient Alain Soral qui soutien lui-même Marine Lepen qui est elle-même députée au parlement européen comme Mélenchon …

Cet argument démontre à quel point il parle sans savoir. Le parti de gauche a justement été créé en 2008 juste avant les élections européennes. Et proposant avec le parti communiste une idée innovante, celle du front de gauche, à l’ensemble de la gauche, étant peu connus, et faisant face à un certain scepticisme et de nombreux doutes, il était évidemment indispensable de participer aux élections européennes. Ces élections étant des élections nationales, c’était l’occasion pour se faire connaître et faire connaître notre projet. De plus, la critique européenne et le référendum de 2005 étant fondateurs pour notre mouvement, c’était cohérent de commencer par ces élections. Meilleur serait notre score, plus convaincus seraient les gens par l’idée du front de gauche. Mélenchon a tout simplement mené la bataille pour apporter sa notoriété et son éloquence à notre cause. Et il a été élu. Voilà pourquoi il est député européen. Il n’est pas là-bas parce qu’il adhère à l’UE actuelle, bien au contraire.

De plus c’est important de porter nos idées jusqu’au niveau européen, on le voit bien notre combat s’étend sur tout le continent avec ce qu’il se passe en Grèce. Et nous avons fondés un groupe européen la GUE, on noue ainsi des contacts avec nos homologues dans les autres pays.

Enfin, il n’est pas totalement inutile là-bas, Mélenchon rend compte régulièrement de ce qu’il se passe au parlement européen sur son blog. C’est notamment lui qui nous a informé sur leur volonté d’ouvrir un grand marché transatlantique avec les Etats-unis ou encore sur le contenu du pacte Euro +qui deviendra le MES plus tard …

 

4ème argument : Mélenchon aurait tenté de faire croire qu’il ne connaissait pas le club Le siècle à Pierres Carles.

Notons qu’il nous dit ça après avoir parlé de la connivence des journalistes avec le système, que ce sont eux qui nous lobotomisent et nous font croire à des mensonges notamment grâce à la télévision. C’est assez cocasse de s’apercevoir que pourtant ce qu’il retient dans la vidéo de Pierre Carles c’est l’histoire du club Le siècle, mais pas dutout le fait que Mélenchon traite Pujadas de larbin du système en voyant son interview de Xavier Mathieu …

Salim « argumente » que tous ses amis au PS en font partie et donc c’est impossible qu’il ne soit pas au courant.

Sauf que de quels amis il parle ? Il cite Aubry, mais Aubry n’a jamais comptée parmi les amis de Mélenchon. Salim confond donc « camarade » de parti avec « ami ». Cela démontre surtout qu’il ne connait pas grand-chose à la façon dont fonctionnent les partis politiques, et surtout les plus gros.

Un parti politique est une association. Les gens qui s’y réunissent à l’occasion de réunions ou d’actions politiques ne se côtoient et ne se connaissent pas forcément en dehors du parti. Et j’ai franchement du mal à croire que quelqu’un à l’intérieur d’un parti censé être de gauche se vante de participer à ce genre de diner.

Mélenchon ayant un emploi du temps chargé, il me semble aussi plutôt logique qu’il ne perde pas son temps à surfer sur des sites complotistes.

N’ayant donc réellement AUCUN ami allant à ce diner. Ceux qui y vont ayant été même plutôt ses adversaires du temps où il était encore au parti socialite, comme par exemple Martine Aubry, ceux-ci ayant fait partie de courants différents et opposés à l’intérieur du parti socialiste.

Il est donc tout à fait possible qu’il n’en ait jamais entendu parlé jusqu’à ce que qqun lui en parle. Chose faite avec Pierre Carles.

Maintenant demandons-nous à quelle fin aurait-il voulu dissimuler le fait qu’il connaisse le Club Le siècle ? Si c’était pour éviter d’en parler ? Alors pourquoi en a-t-il parlé ensuite à la télévision ou lors de ses meetings ???

 

5ème argument : Les rencontres de Mélenchon avec des personnages de droite : Dassault, Guaino, et Buisson, on pourrait rajouter Marine Lepen qu’il a croisé dans un couloir et avec qui il a discuté gentiment, ou alors Hortefeux avec qui il a bu son café à la buvette du parlement européen. Bref le délit d’association.

Il explique notamment que l’excuse de Mélenchon comme quoi il a été assister à la légion d’honneur de Buisson simplement parce qu’il l’a invité est une excuse bidon, il se demande ensuite s’il irait à la remise de la légion d’honneur de Marine Lepen si celle-ci l’invitait ... C’est surement le pire exemple qu’il puisse prendre. Bien sur qu’il irait, ne serait-ce que pour prouver que son combat contre Marine Lepen n’a rien de personnel. Qu’est-ce que cela aurait d’absurde ???

Depuis la nuit des temps, même les pires adversaires arrivent parfois à se respecter le temps d’une trêve, sans que personne en vienne à douter de leur opposition et les accuse d’être de connivence.

Notons, que toute la rhétorique de Salim Laibi est la rhétorique classique de tous les complotistes. Contrairement à ce qu’il prétend il n’apporte jamais aucune preuve de quoi que ce soit, il ne met que bout à bout des points de vues visant à créer le doute et à jeter la suspicion. L’accumulation de ces suspicions constituant à ses yeux la preuve qu’elles sont fondées, il ne ressent donc nullement la nécessité de trouver de réelles preuves.

Seulement voilà tout son propos vise donc à essayer de faire croire que Mélenchon jouerait double jeu, qu’il jouerait un rôle, qu’il dissimulerait ses véritables intentions. Il est alors là encore cocasse de s’apercevoir que toutes les soit disantes « preuves » qu’il nous liste les unes après les autres sont toutes basées sur des actes ou des propos PUBLICS de Mélenchon. Donc il faudrait que le LLP se mette d’accord avec lui-même dans sa tête. Soit Mélenchon dissimule qui il est, soit il le montre publiquement.

Il se demande aussi pourquoi Mélenchon s’est abstenu alors qu’un sénateur avait mis en doute la légalité de la candidature de Serge Dassault. Sous-entendant que cela ne peut être que parce que Mélenchon et Serge Dassault sont effectivement amis malgré que Mélenchon s’en défende.

Là encore Salim Laibi aurait eu intérêt à aller écouter Mélenchon qui s’en est très clairement expliqué lui-même plutôt que d’en rester à sa suspicion. Il a notamment expliqué qu’une telle tentative avait déjà été tentée et que la jurisprudence était du côté de Dassault, que cela ne servait à rien, et que la seule chose qu’ils auraient pu espérer c’était l’annulation de l’élection et l’organisation de nouvelles, mais jamais ils n’auraient pu empêcher Dassault de se présenter, la loi est de son côté. Hors Mélenchon venait de gagner les élections contre Dassault, il n’avait donc aucun intérêt à recommencer l’élection. D’où son abstention.

Laibi ment effrontément ensuite en prétendant que Mélenchon aurait dit que Dassault était qqun de bien …

 

6ème argument : Mélenchon a voté « oui » à Maastricht.

Remarquons déjà la double malhonnêteté de l’argument. Déjà parce que Mélenchon a déjà lui-même admis avoir fait une erreur en votant oui. Ce que ne mentionne aucunement Salim Laibi. Mais aussi parce que visiblement tout ce qu’il a pu faire depuis n’a visiblement aucun intérêt. Il oublie donc de dire qu’il s’est opposé au trait d’Amsterdam en 1997, au traité de Nice en 2000, qu’il a voté non au TCE en 2005 et qu’il s’est battu publiquement contre son propre parti pour défendre le non, ensuite qu’il s’est farouchement opposé au traité de Lisbonne en 2008 et qu’il est à la pointe du combat contre le MES aujourd’hui.

Bref, il y a 20 ans, Mélenchon a voté oui à Maastricht sans enthousiasme, et depuis il s’est systématiquement opposé à tous les traités et est à la pointe du combat contre tout ce qu’il se passe au niveau européen. ( MES, agences de notation, prêts directes à la banque centrale, traité transatlantique, plans d’aides à la Grèce ou plans de sauvetage de l’euro etc … )

Voilà ce que Salim Laibi dissimule. Il veut donc faire passer Mélenchon pour l’exacte contraire de ce qu’il est en cachant les 20 dernières années de sa vie et le fait qu’il a admis s’être trompé en 1994 … Apprécions la méthode !

Mélenchon n’était pas le seul à voter « oui ». J’estime pour ma part qu’il faut se réjouir que des gens ouvrent progressivement les yeux sur ce qu’est l’UE, et non les traiter de tous les noms parce qu’ils ont mal voté dans le passé. Tout le monde ne prend pas conscience de tout ça à la même vitesse. Des millions de gens sont encore des zombis.

Quand à l’article 104 du traité de Maastricht.

Il faut savoir que ce sont Etienne Chouard et André Jacques Holbecq qui l’ont relevé justement après avoir étudié en détail le traité de Maastricht à l’occasion du référendum en 2005. Je le sais très bien j’y ai moi-même participé. Avant, personne ne l’a jamais relevé !!!

Donc reprocher à Mélenchon d’avoir voté Maastricht malgré l’article 104 et ce alors que personne à l’époque n’avait relevé cet article, même pas ceux qui militaient pour le « non », c’est de l’escroquerie pure et simple.

 

7ème argument : Mélenchon ne cite jamais le nom des banksters. Cela démontrerait qu’il est copain avec les banquiers …

Non. La raison est double. Cela n’a aucun intérêt déjà. Notre propos est que tout ce que nous dénonçons fait système, que tous ces gens forment une oligarchie et qu’ils défendent les intérêts d’une classe sociale. C’est donc le système qu’il faut combattre et il faut faire prendre conscience aux gens l’existence de ces classes sociales. Ce n’est pas une affaire de personnes.

En clair, il ne suffit pas de remettre en cause 1 truc ou 1 personne, il faut au dénoncer et expliquer le fonctionnement du système de domination dans son ensemble.

Ici un dessin de l’ordre capitaliste qui date un peu mais l’essentiel y est :

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b9/Anti-capitalism_color.gif

 

Il ne suffit pas de remettre en cause la dépendance de l’état aux financements privés par exemple, il faut aussi remettre en cause les institutions, il faut expliquer pourquoi on peut et pourquoi il faut redistribuer les richesses et donc augmenter les salaires, et il faut aussi interdire les licenciements boursiers, et il faut aussi rétablir le contrôle du mouvement des capitaux, et il faut aussi interdire la cotation en continue etc …

Donc si on dénonçait un type en particulier cela desservirait notre propos. Si l’on abat l’un d’entre eux, ils le remplaceront par un autre et rien n’aura changé. C’est bien le système qu’il faut attaquer, et non pas les personnes. Et je pense que tout le monde à conscience je pense que derrière les banques il y a des humains ;)

La 2ème raison est juridique. C’est évidemment que nous n’avons aucunement intérêt à ce qu’on nous colle des procès en diffamation au cul.

 

Pour les franc-maçons et la révolution française cela mériterait un article complet.

@ noter : la perle à propos du clivage droite – gauche.

 Il ne croit pas que c’est parce qu’un type est de gauche qu’il est plus humain qu’un type de droite.

En fait, personne ne met en doute la capacité d’une personne de droite à être humaniste ;) Ce que l’on remet en cause c’est la solidité et l’étendue de leur humanisme dès lors qu’il s’agit de partager. Et surtout s’il faut partager avec un noir ou un arabe.


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (103 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 16 mai 2012 09:57

    J-L Mélenchon a eut l’intelligence de comprendre que le glissement à droite du PS était tel qu’il ouvrait un espace pour un nouveau réformisme. Il y avait un créneau à l’extérieur pour ses objectifs personnels. Pour cela il lui faut exister dans les medias, c’est pour cela qu’il veut en decoudre avec Marine. Il lui faut aussi faire place net a sa gauche, c’est pour cela qu’il fera tout pour fragiliser le NPA, a l’interieur duquel il entretient des leins etroits avec la GA, qui rejoindra le Front De Gauche apres avoir fait un maximun de degat a l’interieur du NPA.


    • Fergus Fergus 16 mai 2012 10:13

      Bonjour à tous.

      Globalement d’accord avec Logan sur la synthèse de l’évolution de Mélenchon. Le leader a réellement une carte à jouer pour faire progresser les idées du FdG et espérer jouer un rôle plus important dans les 10 ans qui viennent.

      Encore faudra-t-il qu’il modère son expression et son comportement pour se concentrer sur la défense des idées, non sur les attaques ad hominem ou les emportements dans les médias. Certes, « le bruit et la fureur » peuvet séduire des électeurs potientiels, mais également en faire fuir bon nombre. A cet égard, le score de la présidentielle est éloquent : en retrait de 5 à 6 points par rapport aux meilleurs sondages effectués dans les 3 semaines avant le 1er tour, Mélenchon a incontestablement payé le prix d’envolées agressives peu compatibleds dans l’esprit de très nombreux Français avec l’exercice du pouvoir.

      Mélenchon est intelligent : il saura tirer les leçons de cette expérience. Si tel n’est pas le cas, il refluera, et nous avec lui, fort marris de cette déconvenue.


    • jaja jaja 16 mai 2012 10:17

      GA qui d’ailleurs va commencer à comprendre que la soupe n’est pas facile à boire... Le PCF sur Toulouse n’étant pas décidé à laisser Myriam Martin (GA) s’approcher de la gamelle que lui tend le PG... La bataille fait rage, c’est la lutte des places...

      http://www.libetoulouse.fr/2007/2012/05/toulouse-o%C3%B9-le-front-de-gauche-vole-d%C3%A9j%C3%A0-en-%C3%A9clat.html


    • leypanou 16 mai 2012 12:12

      @Fergus,

      Le pourcentage réel de voix de JL Mélenchon est inférieur aux pronostics pour plusieurs raisons, et pas seulement à cause de ses attaques verbales.

      Bizarrement, je n’ai pas entendu des sondages sur le vote utile, les sondeurs aimant pourtant sonder sur tout et n’importe quoi, dont le fumeux « présidentiabilité ».

      Qui peut sérieusement croire qu’E Joly ne « pèse » que moins de 3% ? De même, MG Buffet du PCF à une autre époque, moins de 2%.

      Le FdG a fait moins que prévu, et une des raisons à ne pas négliger est le vote utile. Remarquez d’ailleurs que F Hollande appelle aussi au vote utile pour le PS pour les législatives : c’est une position très confortable pour eux car cela reviendrait à voter pour eux à toutes les élections.

      La majorité du PS est Modem-compatible (le vote sur le TCE de 2005 en est une preuve) : ceux qui croient vraiment en autre chose pour la gauche n’iront certainement pas voter pour eux ou alors, ce serait la désillusion assurée.


    • Scual 16 mai 2012 12:41

      Ne vous prenez pas la tête. La réponse est beaucoup plus simple.

      Les sondages étaient faux.

      On ne saura jamais si Mélenchon est passé de 3% à 17% avant de revenir à 11% en l’espace d’un an... ou si plutôt il est passé de 8 ou 9 % à 11 ou 12 % en un an.

      Les sondage mentent.


    • logan 16 mai 2012 17:06

      Notre analyse c’est que nous avons surtout souffert en fin de campagne du vote utile et d’un tir de barrage assez hallucinant provenant de tous les côtés.


    • taktak 16 mai 2012 17:39

      @ logan

      Le vote utile est certe une explication. Mais il n’explique pas pourquoi le FN fait autant.

      Et l’explication se trouve sans doute en partie dans les perturbations du message politique essentiel qui est qu’il faut rendre le pouvoir au peuple et débarquer la classe dominante. Ces perturbations proviennent en partie des tirs de barrage. Ok. Mais cela reste à mon avis marginal.

      l’essentiel vient du flou entretenu (et qui reste entretenu aujourd’hui) sur un certain nombre de question par le front de gauche :
      - UE et euro : le FdG est il pret à sortir de l’UE et de l’euro si, étant au pouvoir, il n’arrivait pas obtenir gain de cause à 100% (pas de compromis) sur la reconstruction de l’europe sur des bases sociale respectant la souveraineté de chaque puple
      - participation au gouvernement : le PCF n’est pas clair sur cette question
      -question de société : les questions sociétales, aussi légitimes qu’elles soient, brouille la ligne de front politique. Il n’est pas utile de faire de grand discours philosophique sur l’euthanasie, la mariage gay et les hommes qui sont tous frère. Nous ne sommes pas suffisament fort pour conduire tout les combats à la fois. C’est particulièrement vrai si on considère le discours de marseille. Philosophiquement c’est très intéressant, mais suicidaire dans les urnes. Pour convaincre que l’ennemi c’est le banquier, pas l’immigré l’essentiel c’est de démontrer que l’ennemi c’est le banquier. Et que son premier soutien c’est le FN le pen.

      Je trouve particulièrement dommage que JLM soit parti offrir encore une large audience au FN dans la 11e du Pas de Calais. Car l’adversaire ce n’est pas que Le Pen, c’est aussi l’UMP et le PS. Surtout car son parachutage met en danger en cas d’échec plus que probable, un éventuel bon résultat du FdG


    • logan 16 mai 2012 22:31

      Sans Mélenchon, le FN aurait eu la meme audience, il l’a toujours eu, c’est pour cela qu’il est si haut. Sauf que cette fois ils ne pourront pas parler de Marine Lepen sans parler de Mélenchon.


    • spartacus spartacus 16 mai 2012 11:34

      Des questions se posent sur les franc-maçons « élus de gauche » qui ont couvert le retour de Boudarel, qui a retrouvé un poste dans l"éducation nationale.

      Membre du PCF passé au viet-min et qui a fait assassiner 300 Français comme commissaire politique au Vietnam.
      Personne n’a demandé a Mélenchon si il faisait partie des groupes franc-maçons de gauche qui ont organisé son retour et l’on caché dans l’administration puisque les dates coïncident avec son passage au sénat....

      • J-J-R 16 mai 2012 15:41

        Arrêtez votre acharnement inhumain envers ce pauvre homme. Vous ne voyez pas qu’il est victime d’un complot ourdi par la secte des libres penseurs. Il enrage quand des journalistes font leur métier en exposant publiquement la farce Méluch. On l’a vu à l’oeuvre avec des journalistes de Canal+ traités de fachos alors qu’ils lui faisaient l’honneur de vouloir l’interviewer sans avoir prononcé la plus petite remarque désobligeante. C’est qu’il est susceptible notre démocrate « prolétaire » et ne supporte pas la contradiction par anticipation..... 


      • appoline appoline 16 mai 2012 18:08

        Je n’ai pas connu beaucoup de franmac rentrés en loge pour la bonne action, tout au moins dans les loges sociétales.


        Si Mélenchon se voulait si franc que cela, pourquoi ne cite t il pas le bilderberger et autres ainsi que le pouvoir qu’ils ont sur la finance, lui qui se veut révolutionnaire. Notre franc-maçon aurait il peur d’une balle perdue ? Comme quoi le courage a ces limites.

      • non667 16 mai 2012 22:14

        a appoline
        méchanlon ne connait pas le siècle en france comment voulez vous qu’i lconnaisse le bildelberg américain ? smiley smiley smiley


      • Walid Haïdar 16 mai 2012 14:10

        Votre réponse est un véritable paradoxe (pour ne pas dire que c’est de la merde) :


        Vous faites un parallèle entre le commerce euro-américain en passant par Victor Hugo pour parler de Mélenchon qui est anti-américain et dénonce le marché transatlantique.

        Puis vous parlez de Gustave Le Bon pour nous expliquer que les sentiments sont tout, et la raison bien peu.

        La seule cohérence de votre blabla, c’est qu’il défend l’irrationnel et le sentiment, en étant basé sur des confusions, des à peu près, et beaucoup de préjugés.

        C’est auto-validant : la connerie est l’avenir de l’homme, la preuve étant que j’en fait usage présentement.

        La raison est le moyen qui permet de gouverner nos sentiments dans la paix, et la déraison est ce qui permet de faire manipuler les gens pour faire la guerre, en jouant sur leurs sentiments.

        Le désir est l’essence-même de l’homme, comme de tout animal, et même de toute entité, mais à chaque fois que les hommes méprisent la raison vis à vis de leurs désirs, il se font utiliser par d’autres qui eux utilisent assidûment leur raison pour poursuivre leur propre désir, aux dépends de tous les autres.

        Mais comme vous êtes de droite, vous ne pouvez pas comprendre cela, et croyez plutôt que les hommes sont foncièrement déraisonnables et ont besoin de maîtres, de dogmes et de coups de bâtons pour rentrer dans le rang et fermer leur gueule. Sauf que la morale prédéfinie et les mythes qui s’arrogent le monopole de la mystique (mais qui ne sont en vérité que pacotille surannée), ne sont que les outils d’un clergé au service des dominants, car ceux édictent la morale, ce sont toujours les dominants : elle ne descend pas du ciel.


      • Henrique Diaz Henrique Diaz 16 mai 2012 15:22

        Le mouvement rationaliste des Lumières que vous évoquez et qui prend ses racines dans le XVIIème siècle de Descartes, de Spinoza et même de Locke, n’est autre que celui de la modernité. Le mouvement de reflux de la raison au profit des impulsions sentimentales et mystiques au sens où en parle Le Bon n’est qu’un retour en arrière au moyen-âge où l’autre, c’est nécessairement le diable. Les Lumières n’ont jamais ignoré que la raison n’allait pas de soi chez les hommes et qu’ils étaient d’abord mus par leurs passions tristes, l’imagination et la superstition. Seule l’éducation peut permettre le long, difficile et toujours précaire passage de la passion à la raison, de la force brute à la force des idées, de la soumission à la liberté. Heureusement, cette éducation ne passe pas que par l’école, elle passe aussi par l’échange d’informations et d’arguments, le débat entre les citoyens, ce qu’on appelle l’éducation populaire.

        Ce processus d’éducation est long et difficile parce que les passions et les superstitions sont fortes et qu’elles résistent naturellement à ce qui tend à les détruire. Mais il a connu des progrès : aujourd’hui il n’est plus impensable qu’une femme participe à un gouvernement, il est admis par tous, y compris au FN, qu’un homme de couleur doit avoir les mêmes droits que les autres s’il a la même nationalité et qu’il respecte comme les autres les mêmes devoirs, qu’un homosexuel peut être maire d’une grande ville et faire aussi bien son travail ou pas plus mal qu’un hétérosexuel etc. L’universalisme progresse dans un certain nombre de domaines, s’installe dans les têtes, ce qui n’empêche pas qu’il puisse régresser dans d’autres domaines. C’est que comme le pensait Spinoza, il n’y a pas d’un côté la « froide raison » et de l’autre les passions qui seraient chaudes, il y a des affects qui peuvent naître de l’élargissement des perspectives intellectuelles qu’offre la raison : cultiver l’amitié et la fraternité en comprenant l’unité du genre humain plutôt que la méfiance et la haine en restant obnubilé par les différences extérieures fait naître des sentiments puissants.

        Ce sont ces sentiments qui animent aujourd’hui Mélenchon, qui est effectivement le seul héritier ou presque, sur la scène politique nationale, de la ferveur des Lumières révolutionnaires. Il sait que pour le progrès de l’universalisme, il ne faut pas compter le trouver tout fait dans la tête des gens, mais le susciter, le stimuler par des arguments qui parlent autant au cœur qu’à la raison, les deux n’étant d’ailleurs pas réellement distincts. Il y réussit assez bien par moment comme face à ce bijoutier sur TF1 qui étant ulcéré par les vols à répétition demandait surtout plus de répression, en l’amenant à réfléchir aux causes globales de la délinquance massive. Il sait trouver des arguments simples et évidents comme quand il vient de dire récemment à Hénin-Beaumont que ce ne sont pas les immigrés qui ferment les usines mais bien les banquiers et les patrons voyous. A d’autres moments, il peut commettre des erreurs en étant trop en avance sur son temps comme cela peut-être été le cas à Marseille à propos de la France métissée.


      • Onecinikiou 16 mai 2012 18:31

        Henrique Diaz,

        Mélenchon s’est fait humilier par Le Pen et ce alors même que vous pensiez qu’il puisse se trouver au second tour et même remporter l’élection. Ubuesque.

        Et c’est vous qui prétendez vous revendiquer le chantre de la raison humaniste ? Et pourquoi pas le tenant du « camp du Bien » aussi ?! Entendons-nous : le camp de rééducation pour mal-pensants bien sûr.

        Je vais vous dire : en démocratie, a raison celui qui a UN suffrage de plus que l’adversaire. Rien d’autre. On a donc toujours raison a posteriori. Marine Le Pen plus que Mélenchon en l’occurrence.

        Le problème de Mélenchon (et sans doute le votre) est très simple à cerner : il se détermine non en fonction d’un but à atteindre, mais en fonction de ses présupposés idéologiques, la plupart (macro-économiques et géopolitiques) étant précisément déraisonnables lorsque l’on connait l’état réel des rapports de force mondiaux, ainsi accessoirement qu’un tant soi peut la nature humaine. 

        C’est là toute la différence entre l’éthique de responsabilité et celle de conviction. Or les partisans de cette dernière se sont toujours révélés de piètre politique, voir de fieffés et notoires incapables. 

        Ce qui explique tout à fait, rétrospectivement, les grossières erreurs de prospective d’un Mélenchon autant sur l’évolution pourtant prévisible de l’intégration supranationale européenne (il a reconnu lui-même s’être lourdement trompé sur la question), que sur celles, anthropologiques, concernant son soutient inconditionnel à la régulation massive des clandestins et à la poursuite d’une immigration de substitution de population en Europe, et singulièrement en France.

        Il ne faut pas s’étonner dans ces conditions que les lambdas n’aient plus vocation à donner prime à son incompétence, en lui accordant de nouveau, en quelque sorte, le bénéficie du doute.

        Quant à votre concept référence qui vous partagez avec lui, l’Universalisme, faisons remarquer - pure coïncidence fortuite – qu’il se marie très bien avec cette autre idée qui fonde le corpus idéologique post-marxiste de la gauche auquel il appartient : l’Internationalisme.

        Faisons remarquer également que d’autres systèmes de pensée à travers le monde développent aussi leur propre notion d’universalisme et se l’approprient, un autre universalisme évidemment que le sien propre et le votre.

        Ce qui est auto-contradictoire dans la juste compréhension de la notion même d’universalisme, puisque devant s’imposer nécessairement non seulement à toutes et tous, mais de tout temps et en tous lieux. En réalité et très logiquement, le simple fait que plusieurs systèmes de pensée et systèmes de valeurs revendiquent pour eux-même - et pour d’autres par leur vocation même - leur propre universalisme, tend à discréditer durablement sinon définitivement l’idée que l’universalisme soit un concept opérant et valide. Philosophiquement d’abord, géopolitiquement ensuite.

        Cette réflexion est le point cardinal en mesure d’affecter en profondeur le corpus idéologique de M. Mélenchon par la contradiction fondamentale soulevée, et par principe il ne pourra y répondre. Sauf à se fourvoyer.

        Car j’entends au lointain une objection qui consisterait à dire qu’un universalisme serait plus valable qu’un autre, et qu’il aurait par conséquent plus de légitimation à s’imposer. Outre qu’il ne répond en rien au paradoxe d’une logique formelle qu’il vient d’être soulevé et qui ont tous les jours des répercussions concrètes dans le monde géopolitique réel, cette pétition de principe vire au grotesque dans la mesure où elle n’est absolument pas en capacité de convaincre ceux auxquels elle est destinée, qui bien souvent ont fait profession de foi (pas moins d’ailleurs que ceux des loges acquis à l’universalisme républicain rassurons-nous..).

        L’ensemble de son projet politique se déclinant en fonction de ses présupposés éminemment contestables, le reste ne fait plus sens selon moi. Autant pour établir un juste état des lieux au moyen de lunettes idéologiques à fort grossissement, que pour proposer une politique de civilisation crédible, nécessaire et cohérente.

        Qui plus est ce discours – cette illusion - s’adossant précisément sur le postulat internationaliste de toute une partie de la gauche, fondé essentiellement sur la théorie matérialiste de solidarité des classes prolétariennes à l’échelle du globe et qui s’est révélé follement utopiste car réduisant dramatiquement le réel. Et le déniant même, entre autre paramètres fondamentaux : la logique des peuples et des cultures ancestrales, les processus d’identification, les sentiments d’appartenance nationaux et religieux, les communautés particulières de destin, les rapports de forces géopolitiques et idéologiques, les "visons du monde.

        Internationalisme de gauche qui joua le rôle objectif d’idiot utile du Capital apatride par la caution morale apportée (pensons notamment au rôle des associations pseudo-antiracistes dont Mélenchon fut l’un des fondateurs, et ce n’est pas un hasard), et qui justifia toutes les dérives et les accentua même, et qui intronisa surtout l’Europe institutionnelle que nous connaissons à présent, cheval de Troie de la mondialisation et de l’ensemble de ses corollaires : dérégulation massive, désétatisation, suppression des frontières, libre-échange intégral, concurrence et consumérisme échevelés, destruction des systèmes sociaux les plus avancés (considérés comme avantage civilisationnel à l’époque il est vrai mais vu désormais, dans ce cadre mondialiste, comme pur handicap du point de vue de la rationalité économique et de ses agents).

        En conclusion je dirai que vous (et d’autres) auriez tord de miser vos billes sur Mélenchon et son projet : après s’être fait balayé aux prochaines législatives (une humiliation en appelant une autre), il retournera dans son abyssale médiocrité politique d’où il n’aurait jamais du sortir, et sans doute de nouveau tâtera de la bouteille comme faisant suite au traumatisme de 2002 (l’ « éternel retour du réel » cher à Lénine), après tant et tant d’année à s’être trompé sur le monde qui l’environne par pure dissonance cognitive.

        La citation de M.F. Garaud lui va d’ailleurs comme un gant : "je le croyais du marbre avec lequel on fait les statues, il est de la faïence avec lequel on fait les bidets".


      • debase 17 mai 2012 17:31

        @schweizer.ch

        Bravo d’appuyer là où ça fait mal !

        Oui, le rationalisme doit être contesté ! C’est son influence démesurée sur la société occidentale qui est la cause de notre déclin. Beaucoup trop souvent rationalisme = simplisme, relire Pascal qui mettait en concurrence l’esprit ’de finesse’ et l’esprit ’de géométrie’ sans aucunement décider lequel était le plus nécessaire..

        Un exemple du genre de désastre dont il peut être la cause, ce vont être les conséquences ultimes et aberrantes de cette fameuse parité Homme/Femme qui serait à respecter partout, tout cela car les ’rationalistes’ ont dit 1 homme = 1 femme.

        Ne pas perdre de vue que le communisme, le colonialisme, les chambres à gaz, sont le fruit du rationalisme.

        L’intuition et même l’instinct nous ont été donnés par la nature pour régler nos problèmes d’humains. Croire qu’on est capable de ’comprendre’ et de régler tous les problèmes par des soi-disant ’raisonnements’ (fumeux) est illusoire et signe d’un manque d’humilité et de réalisme, C’est la maladie actuelle de la société occidentale.

        Je n’ai pas dit que l’esprit ’de géométrie’ était systématiquement à combattre, c’est le ’trop’ qu’il l’est...

         


      • foufouille foufouille 16 mai 2012 12:17

        ca reste un bourgeois a 15000€/mois


        • Jean_R Jean_R 16 mai 2012 14:11

          Et toi ? Qui es-tu ? Un corbeau devant son ordinateur ? Même pas.


        • Walid Haïdar 16 mai 2012 14:16

          6000 euros par mois. 15000 euros c’est un gros mensonge distillé pour rentrer dans la tête des moutons qui se croient intelligents.


        • J-J-R 16 mai 2012 14:48

          Voyons Walid, cessez de faire le naïf. Mélenchon est un oligarque cumulard tout comme la plupart de ses amis bobos soumis au système.


        • foufouille foufouille 16 mai 2012 15:00

          donc il touche pas 304€ a chaque seance ?
          il signes pas le registre ?
          ca fait 15000€ env comme tous les ploutocrates europeens
          hors avantages en nature
          ses collaborateurs sont payes par le parlement jusqu’a 19000


        • J-J-R 16 mai 2012 15:32

          Absolument foufouille. C’est à croire que les militants du front de gauche ont subi un profond lavage de cerveau pour ne pas s’apercevoir que notre ploutocrate Mélenchon, cet intellectuel trotskiste, s’adresse aux masses populaires en vociférant « faites ce que je dis, pas ce que je fais ».

          Quand on y regarde de prêt, on comprend que Mélenchon incite les classes populaires à se tirailler, se haïr sur fond d’antagonisme sociaux, culturels et d’hystérie collective. C’est que Mélenchon appartient à l’oligarchie aux affaires, l’assume à mi-voix et entend bien préserver les intérêts des siens en jouant le rôle qui lui incombe : « exciter les dissensions du peuple en entretenant les divisions populaires pour imposer le règne d’une infime minorité dominante ». A y regarder de plus prêt, on sait dorénavant que son ami Zémour assume publiquement ses liens d’amitiés répétés et constant qui le rapprochent de Mélenchon.

          Mais que pensez-vous ? il n’y pas là de connivence ! Pas de conflit d’intérêt ! Pas de contradiction idéologique entre un leader de la politique autoproclamé révolutionnaire et un chroniqueur politique de la droite nationale qui fait l’opinion. ! Ce n’est que pure coïncidence et n’entache en rien à la volonté de ces deux là d’agir pour le bien commun et non pas pour les intérêts très particulier de leur coterie, que dis-je de cette oligarchie qui ne embarrasse pas de clivages politiques. Oui, laissons cela pour le bas peuple. Pendant que les français s’étripent grâce à des idéologies de type marxiste, les intérêts de cette petite caste dominante sont durablement préservés.

          Mais bon.... Cette amitié n’est qu’un un simple « accident de parcours », d’autres amis comme celui là, il n’en a pas du tout. Les autres cas ne sont que fantaisie, pure fantasme. D’ailleurs à la remise de la légion d’honneur de Buisson et au dîner prolongé avec Gainot c’était pas lui, non je vous assure ! "Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enferre."


        • taktak 16 mai 2012 17:50

          @ J-J-R

          Marine le Pen est également une « bobo cumularde » puisqu’elle est exactement comme Mélenchon député européenne

          Par ailleurs, elle ajoute également le statut d’héritière. Héritière de l’entreprise familiale FN fondée grace aux subsides d’un riche industriel :

          http://www.politique.net/2007122602-enquete-sur-la-fortune-de-le-pen.htm

          http://www.lexpress.fr/actualite/politique/patrimoine-marine-le-pen-a-le-gout-de-la-pierre_1085379.html

          votre marine n’est pas vraiment de la classe populaire


        • appoline appoline 16 mai 2012 18:14

          @ Foufouille,


          Ah c’est toujours d’actualité, j’ai connu un conseiller régional qui m’a dit, il y a quelques années qu’il y avait du monde autour de la pointeuse au alentour de 23h 55 afin de valider en 10 minutes leurs deux journées. 

          Mélenchon n’échappe pas à la règle, il veut bien faire du social à partir du moment où il n’est concerné, on appelle ça un pseudo intellectuel de gauche.

        • foufouille foufouille 16 mai 2012 18:52

          @appoline
          il y a une video sur les deputes allemands qui pointent puis ressortent le vendredi
          ca a fait scandale chez eux

          on a eu la meme chose pour notre « assemblee nationale »
          il y a meme une porte de derriere ............


        • Attilax Attilax 16 mai 2012 23:49

          Ce qui me choque, ce n’est pas qu’il gagne 15000€, tant mieux pour lui. Ce qui me choque, c’est que des gens soient forcés de se démerder avec 800. Ou même 475.


        • foufouille foufouille 17 mai 2012 11:27

          « Ce qui me choque, ce n’est pas qu’il gagne 15000€, tant mieux pour lui »

          Ce qui me choque, c’est que ses supporters et lui refusent de le dire


        • Attilax Attilax 21 mai 2012 09:22

          Je serais d’accord avec vous si ce chiffre était juste. Mais JLM l’a toujours contesté. Il ne nie pas gagner très bien sa vie, il nie ce chiffre, par ailleurs largement répandu par l’extrême droite. Lui prétend gagner environ 8000€/mois, ce qui est déjà énorme.
          Je me souviens d’une discussion sur AV où vous fustigiez un type qui disait gagner (par son travail) 4000€ par mois, en le désignant comme riche, donc inapte à être « de gauche ». Mais ne voyez-vous pas que le problème n’est pas là ? Dresser les uns contre les autres fait partie de la stratégie des « puissants », ces fameux 0.001% qui détiennent quasiment tout. Pendant que le « petit peuple » (pauvres et classes moyennes mélangés) s’écharpe et se jalouse, on ne s’intéresse pas à eux, les vrais responsables de l’inéquité sociale actuelle. Cela a été toute la stratégie de NS, qui a malheureusement trop bien marché...
          Ne vous trompez pas d’ennemis.


        • alighieri 16 mai 2012 12:23

          je rectifierais une phrase de ce très bon article : il n’est pas assuré que le « oui » au TCE ait été majoritaire chez les militants du PS : ce vote a été copieusement truqué
          mais c’est possible, vu le profil sociologique des militants PS. c’est d’ailleurs aussi ce profil sociologique qui a poussé JLM a quitter le PS : on ne peut pas obtenir de majorité réellement à gauche dans un parti dont la plupart des membres sont dans les 20% supérieurs de la société


          • J-J-R 16 mai 2012 17:02

            Très bon article pour les étudiants attardés car Jean-Luc Mélenchon le chien de garde de l’ idéologie dominante, idéologie des puissants propagée par le pouvoir politico- médiatique a pour but de protéger les intérêts des puissants. L’oligarque Mélenchon remplit son rôle à merveille. Sa soumission totale au système de propagande lui ouvre les portes de la médiacratie. ce qui en fit le chouchou des médias et des instituts de sondage avant le premier tour des élections présidentielle. Le système en place a tenté de booster sa candidature. Il faut bien reconnaitre que le succès de cette propagande est très mitigée. Elle n’a permis que de siphonner les voix des électeurs du NPA et de LO.
            Si le narcissique Mélenchon veut encore exister médiatiquement, il doit obéir. Se soumettre ou se démettre, voilà quelle était son alternative. Il a choisit une soumission totale. En « récompense » le troubadour a obtenu la circonscription de son choix. De quoi continuer de fanfaronner avec MLP pour faire parler de lui dans la presse audiovisuelle. 


          • leypanou 16 mai 2012 12:25

            @auteur :

            Ce Salim Laibi est en service commandé : l’article analyse très bien toutes les ficelles utilisées et un lecteur attentif ne peut pas se laisser manipulé.

            Vous auriez pu rajouter que L Fabius a appelé à voter NON sur le TCE en 2005 par pur opportunisme car qui mieux que Fabius est plus droite-compatible ou au mieux Modem-compatible au PS.

            Toutes ces personnes qui se disent « progressistes » et qui passent la majeure partie de leur temps à « taper » sur Mélenchon n’ont aucune crédibilité à mon avis, et l’utilisation du mot UMPS suffit à discréditer l’auteur.

            Continuez à donner une autre version des choses politiques : ce ne sera jamais pour rien.


            • Old Dirty Bastard Old Dirty Bastard 16 mai 2012 15:48

              oui ça du mal a leurs rentrer dans le cerveaux ..
              J avoue que j ai du mal a comprendre cela ..
              Mais bon y a surement quelqu’un ici du FDG qui vas nous expliquer que c est pas si méchant .. que les FM sont des gens bien qui on fait de grande choses pour l humanité ..


            • appoline appoline 16 mai 2012 18:20

              @ Old, 


              Surtout pour se faire un bon carnet d’adresse oui.

              La franc-maçonnerie est un ramassis de gens imbus de leur personne, qui voudraient bien pour les plus novices oeuvrer pour l’humanité, mais on les recadre très vite. Quant à accéder aux degrés supérieurs, là, c’est une autre affaire, il faut vraiment penser comme eux et surtout faire très attention à ne pas lâcher les mots qui fâchent

            • foufouille foufouille 16 mai 2012 13:09

              comme par hasard, tres hasardeux, hortefeux est macon .............


              • Old Dirty Bastard Old Dirty Bastard 16 mai 2012 15:36

                Bha oui .. Comme les autres ..
                Je suis toujours étonné de la façon dont les gens peuvent scinder dans leur cerveaux les informations qui ne leur convienne pas. Il (melanchon) fait des rites initiatiques . il fait le signe de se couper le tète s’ il dévoile les secrets dont il a la charge et des militants ,surement de bonne foi , pense que ce monsieur défendra leurs intérêts .. (s’ en est troublant de naïveté).
                Bien sur , ces positions sur la Libye la Syrie l Iran et le Tibet sont a se rouler par terre .. Mais bon .. comme le reste : on occulte .
                « Déjà parce que Mélenchon a déjà lui-même admis avoir fait une erreur en votant oui. » ho pardon j ai glissé et sans faire exprès j ai rentré ma queue dans ton cul .. Tu as mal ?? j suis désolé ..
                Le top c est les gens qui critiquent le PS en votant Melanchon et qui comme un seul homme ,sur ces consignes, vont voter Hollande .. ( bien sur là non plus ce n est pas fait exprès )
                Oui il est FM et oui il vous la fera a l envers des que possible .. Mais bon chacun son truc ..


                • alain_àààé 16 mai 2012 15:47

                  l auteur peut paraitre émouvent moi qui n ai jamais fais parti d un parti politique mais je vote quand méme a gauche.j ai vu évolué ces partis qui changent de nom ou pas. avez des gens gens bien entendu qui évoluent mais qui restent avec des idées archaiques.je n ai pas confiance n y a droite comme a gauche et mélenchon qui a été socialiste et maintenant du FG a pu quand méme fait une carriere d arriviste et qui s apercoit a la fin de sa vie qu il y a un peuple et que celuici créve de leurs politique.bien sur il a comme tous ses politiciens placé leurs familles dans les administrations ainsi ils ne mourrerons pas de faim


                  • agent orange agent orange 16 mai 2012 15:59
                    L’auteur semble oublier la promotion des guerres de l’Empire (Libye, Iran) à laquelle Mélenchon participe. Mais peut être que Salim Laibi n’en fait pas mention... ?
                    Mélenchon semblait bien plus sympathique lorsqu’il tractait devant le lycée Vilgénis à Massy en 1978/1980.


                    • logan 16 mai 2012 16:58

                      Salut, en effet Salim Laibi n’en parle pas.

                      Ce sont encore des mensonges.

                      Le front de gauche et Mélenchon, nous sommes contre toute agression de la France envers un autre pays. Nous étions contre la guerre en Lybie, et nous sommes évidemment contre une guerre en Iran.

                      A tort ou à raison, Mélenchon pense que le président iranien a menacé Israel. Si vous écoutez bien la vidéo, vous verrez qu’il a juste condamné ses propos. Jamais il n’a milité pour une guerre en Iran, c’est une pure invention de ceux qui n’ont de cesse d’essayer de le calomnier.
                      D’après la même vidéo, ils ont même osé prétendre que Mélenchon était sioniste et qu’il soutenait Israel.
                      Au front de gauche on soutient évidemment les palestiniens et la création d’un état palestinien . Mélenchon a d’ailleurs participé à toutes les manifestations pro palestiniens.

                      Pour la Lybie, le front de gauche a toujours été opposé à toute intervention militaire de l’Otan en Lybie et Mélenchon aussi.
                      Les calomniateurs de Mélenchon ont voulu faire croire qu’il a voté la guerre en Lybie mais c’est totalement faux.
                      Mélenchon est député européen, il n’a aucun pouvoir de voter une guerre.
                      Ce pour quoi il a voté c’est une résolution du parlement européen, c’est à dire qqchose qui n’a aucune valeur décisionnelle ou juridique. Et cette résolution soutenait une résolution de l’ONU visant à établir une zone d’exclusion aérienne pour protéger les civils lybiens de bombardements.

                      Comprenez bien la différence entre une guerre et une intervention de l’ONU.
                      Avez-vous déjà entendu parlé des casques bleus ?
                      Mélenchon n’a fait que défendre le rôle qu’est censée jouer l’ONU, c’est à dire envoyer des casques bleus pour protéger les civils.
                      Et d’ailleurs le front de gauche milite pour la dissolution de l’OTAN et pour redonner pleinement à l’ONU sa légitimité et son rôle de maintien de la sécurité et de la paix. Le front de gauche n’envisage aucune intervention de l’armée française à l’étranger en dehors d’un mandat de l’ONU en coopération avec d’autres pays.

                      Donc jamais ni Mélenchon ni le front de gauche n’avons soutenu la guerre en Libye, au contraire, nous nous y sommes opposés dès le départ !


                    • agent orange agent orange 16 mai 2012 19:16

                      Vous vous emmêlez les pinceaux et vous avez bien du mal a justifier le blanc-seing de Mélenchon à une intervention onusienne en Libye. En fait vous maitrisez mal le sujet et rabâchez la propagande qui vous a été assénée. 

                      Affirmer que « Ce pour quoi il a voté c’est une résolution du parlement européen, c’est à dire qqchose qui n’a aucune valeur décisionnelle ou juridique », est une preuve de votre charlatanisme. Donc pour vous le parlement européen ne sert à rien ? A part peut être de payer grassement ceux qui y siègent ?...


                      Plus sérieusement, le texte voté au parlement européen est une motion qui utilise comme prétexte la « démocratisation » et invoque la prestation d’aide humanitaire, envisageant la solution d’une intervention militaire en Libye. Il soutient également la mise en place d’une Zone d’exclusion aérienne et exhorte l’UE à intervenir avec tous les moyens à sa disposition, et entre autres de reconnaître et de soutenir le dit « Conseil provisoire Libyen »


                      Il est intéressant de noter que le PGE (la gauche européenne) a voté contre (14 voix) et pour (11 voix, dont celles de Mélenchon et Vergiat). Il faut rappeler aussi que ce vote au parlement européen (10 mars) est antérieur à la résolution 1973 de l’ONU (15 mars), au contraire de ce que vous semblez affirmer.


                      Mélenchon s’est fourvoyé en se réfugiant derrière le droit international. De nombreux juristes internationaux ont dénoncé cette résolution contraire à l’esprit de la Charte des Nations Unies, notamment à l’article 39 qui prévoit que le Conseil de sécurité peut autoriser l’usage de la force militaire seulement après avoir évalué l’existence d’une menace internationale de la paix, d’une violation de la paix ou d’un acte d’agression (de la part d’un Etat contre un autre Etat). Il était évident que la « guerre civile » interne à la Libye ne représentait pas une menace pour la paix et de la sécurité internationale. Avant de se réfugier derrière les beaux principes et belles intentions des Nations Unies, Mélenchon aurait été mieux inspiré de la lire sa Charte.


                      L’établissement d’une « zone d’exclusion aérienne » n’est pas l’envoi de casques bleus (ni de bisounours), mais bel et bien un acte de guerre visant à détruire une menace réelle ou supposée du pays visé. Il faut être naïf (ou hypocrite) de voter pour une intervention militaire et ensuite en déplorer les excès. Si Mélenchon à ensuite dénoncé la violation de la résolution 1973, il n’est pas intervenu pour empêcher un massacre qui n’était plus hypothétique, mais bel et bien réel. Pour mémoire, les crimes de guerre de l’OTAN.


                      Son score eut été meilleur s’il ne s’était pas aliéné le vote des pacifistes et des anti-impérialistes.



                    • logan 16 mai 2012 20:06

                      Sisi le parlement européen a une utilité, il sert à donner l’illusion de démocratie à cette Europe totalement dominée en réalité par les gouvernements la commission et une armée de technocrates.

                      Le parlement européen n’a en tout cas aucun pouvoir sur les forces militaires nationales des différents pays, il n’a aucun pouvoir sur l’ONU, et il n’a aucun pouvoir sur les parlements nationaux qui sont les seuls à avoir le pouvoir de voter une intervention armée à l’étranger.
                      C’est le gouvernement qui a le pouvoir de proposer cette intervention.
                      Et en cas d’urgence le gouvernement a le droit de prendre la décision unilatéralement, seulement il met en jeu sa responsabilité devant le parlement.

                      C’est justement parce qu’il n’a que très peu de pouvoir que le parlement européen passe son temps à voter des « résolutions », qui ne sont que des déclarations d’intention sans aucune valeur contraignante décisionnelle ou juridique. En l’occurrence ici ils ont apporté leur soutien à la résolution de l’ONU.
                      Il s’est écoulé plusieurs semaines entre la proposition de Sarkozy et le vote à l’ONU. Il n’y a donc aucun mystère à ce que le parlement européen ait voté son soutien avant le vote à l’ONU.

                      Mélenchon a donc défendu la création d’une zone d’exclusion aérienne. Rien de bien original comme j’ai expliqué c’est censé être là le rôle de l’ONU et le principe des casques bleus d’assurer en cas de guerre ou de guerre civile la sécurité des civils en mobilisant les forces armées mise à dispositions par les différents pays membres.

                      Et vous aurez beau essayer de faire croire le contraire, cela n’a rien avoir avec une guerre. Mélenchon a dès le départ été opposé à toute guerre et toute ingérance politique en Lybie, il s’est opposé tout le long à une intervention de l’OTAN.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès