Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le bouclier fiscal éviterait le terrifiant exode des riches et autres (...)

Le bouclier fiscal éviterait le terrifiant exode des riches et autres balivernes

Comment contrer les arguments-à-la-con de la droite

Le bouclier fiscal était déjà à la Une de Plume de presse le 17 mars, à la suite de la consternante sortie du ministre du Budget, ce bon ultralibéral d’Eric Woerth, qui le qualifiait de "mesure de justice fiscale, tout simplement". Il fallait oser justifier ainsi qu’on reverse par exemple l’équivalent de 30 années de Smic à des contribuables possédant un patrimoine de plus de 15,5 millions d’euros en invoquant la justice, fût-elle fiscale. C’est sa manie en matière de langue de bois, Woerth ajoute un mot pour noyer le poisson. On se souvient par exemple, lorsque le gouvernement refusait encore d’admettre que la France était entrée dans la crise, malgré le diagnostic de la récession économique posé sans contestation par les chiffres de croissance négative, avouer une "récession technique"... Même procédé pour le bouclier de la discorde : s’il est à l’évidence immoral et injuste, il est pour Woerth fiscalement juste. "Il est logique que, dans l’impôt, il y ait un plafonnement", ajoute-t-il. Voilà autre chose : après la justice, voici la logique appelée en renfort. Logique d’après quoi ? Peut-on aussi affirmer : "Il est logique que, dans les revenus, il y ait un plafonnement" ? Ah non, pas là ? Mais pour les impôts oui ? Mais quelle est cette logique ? Bref, Woeth amuse la galerie avec ces explications foireuses inexactes. La droite au pouvoir possède-t-elle d’autres arguments plus convaincants pour interdire qu’on touche à son saint-bouclier ? Faisons-en le tour.

picsouD’abord l’impôt serait confiscatoire dès lors qu’il dépasse 50% de ses revenus. L’idée semble de bon sens dans l’absolu et appuie sur un vieux fond de poujadisme : "regardez, au secours, on me vole plus de la moitié de ce que je gagne !" Sauf que le problème est déplacé en l’abordant sous l’angle d’un pourcentage. Si l’on considère plutôt le montant, de combien a besoin quelqu’un qui gagne par exemple 200 millions d’euros par an - ne cherchez pas ailleurs, ce sont les vrais plus grands bénéficiaires du bouclier ? Sur quel poste de son budget devrait-il consentir de douloureux sacrifices si on ne lui laissait que 20 millions, mettons ? Devrait-il renoncer à se nourrir correctement, à cause de la hausse des denrées alimentaires, légumes, fruits, viandes, poissons, pâtes et pain compris ? Non, il aura toujours beaucoup plus que largement assez pour s’offrir le meilleur du bio et du raffinement gastronomique. Quoi alors ? Avec ses maigres 20 millions, risquerait-il de ne plus pouvoir payer son loyer ou les charges de son domicile et de basculer parmi les mal-logés, voire les SDF ? Pas plus. Il pourra toujours, à ce prix-là, financer en plus de la propriété le court de tennis privé et la piscine à bulles qui va bien. Sera-t-il alors privé de vacances, comme ces millions de Français qui ne partent plus, faute de boucler les fins de mois ? Plaisanterie : les cinq étoiles du bout du monde lui seront toujours promis pour assouvir ses désirs de farniente. La question qui se pose donc est : que confisque-t-on au juste à notre victime fiscale ? La rémunération méritée de son labeur ou l’obscène augmentation de l’écart à l’intérieur de l’échelle des revenus - de 1 à 300 ? Elle a créé une caste de princes régnant sur la multitude de leurs concitoyens (plus cons que citoyens d’ailleurs, de se laisser faire !), une infime minorité pour une légion de serviteurs - voire d’esclaves - économiques. Parce qu’il y en a un paquet, des gens qui ne peuvent plus acheter tous les jours de la nourriture saine à leur famille, qui sont dans la rue, ou mal logés, ou se saignent aux quatre veines pour payer leur logement, pour qui l’idée de vacances relève de l’utopie. Huit millions de pauvres en France, comptabilise l’Insee. Mais pour aider ceux-là, l’Etat n’a pas d’argent ! Alors comment justifier que le demi-milliard d’euros remboursé avec zèle aux protégés du bouclier fiscal ne soit pas à la place affecté à ceux qui en ont en vraiment besoin ? Quelle philosophie adopter pour parvenir à trouver normal que les inégalités se creusent toujours davantage entre ceux qui n’ont rien - le peuple - et ses élites économiques qui vivent comme des rois ? Au nom de quel humanisme est-ce légitime que certains gagnent en quelques mois des sommes qu’un Smicard ne parviendrait pas à approcher durant sa vie entière, usée à travailler plus pour gagner plus ? A l’argument qui dénonce le caractère confiscatoire de l’impôt, la réponse est donc simple : au lieu de regarder combien on prend, voyons combien il reste et on en reparle ensuite !

fvDeuxième argument que la droite imagine massue, le bouclier fiscal profiterait (aussi) à des foyers modestes. Sur la base de certains chiffres de 2007 portant sur l’exercice 2006 (avec un bouclier égal alors à 60%), soigneusement sélectionnés, on claironne en Une au Figaro : Le bouclier fiscal profite à des foyers très modestes. Et l’innénarrable Frédéric Lefebvre, toujours présent en tant que porte-parole de l’UMP pour dire une sarkonnerie, de surenchérir en attaquant la gauche, qui "a prétendu que ce dispositif était pour les riches", et "doit reconnaître publiquement son erreur". Sauf que pas du tout, évidemment. La manipulation des chiffres était démontée dans notre billet finement titré Le doigt dans l’oeil jusqu’à Lagarde : "les trois quarts des bénéficiaires (74%) ont un revenu fiscal annuel inférieur à 3 750 euros", annonce le quotidien, oubliant de préciser que 234 millions sur les 241 qui ont été reversés sont revenus aux 38% des bénéficiaires les plus fortunés, ceux dont Le Figaro et Lefebvre parle se partagant les miettes. Confirmation officielle : le bilan intégré au rapport d’information sur l’application des lois fiscales concernant le premier trimestre 2008, que l’on doit au rapporteur général de la commission des finances à l’Assemblée, l’UMPiste Gilles Carrez, établit que 91% des montants sont reversés aux patrimoines vdsupérieurs à 3,7 millions d’euros. Voilà pour l’imposture d’un bouclier fiscal qui ne soit pas un cadeau aux riches, ce que le pouvoir s’agace d’entendre répété mais qui n’en reste pas moins la stricte vérité. "Le bouclier, c’est juste un moyen d’augmenter sans effort et sans mérite la fortune de ceux qui sont déjà les plus riches", résume avec justesse Vincent Drezet, Secrétaire national du Syndicat national unifié des impôts.

Si l’on parvient toutefois, chiffres en mains, à ce que la droite admette qu’il s’agit bien d’un présent accordé à nos nantis, elle ne désarme pas pour autant et sort alors une nouvelle batterie d’arguments pour le revendiquer. Elle prétend ainsi que l’argent restitué aux riches est réinjecté dans l’économie et alimente la hausse de la consommation et donc, in fine, le lhnfameux pouvoir d’achat des Français. Faux ! "Augmenter les plus hauts revenus est devenu contre-productif d’un point de vue macro-économique, expose sur l’Obs.com Liêm Hoang Ngoc, secrétaire adjoint à l’Economie du PS. Les grosses fortunes épargnent une grande part de leurs revenus. Notre économie souffre d’un excès d’épargne et donc d’une insuffisance de dépenses dans l’économie réelle. Le taux d’investissement dans l’économie réelle baisse depuis 2001. La consommation des classes moyennes et modestes subit la crise du pouvoir d’achat. D’où une croissance chroniquement molle, avant même la crise financière. Les hauts revenus ont par ailleurs alimenté la bulle immobilière qui a entretenu la crise du logement." En clair, lorsqu’on augmente les revenus des riches, ils ne consomment pas plus - ils sont déjà au taquet en ce qui concerne le niveau de vie - mais placent et alimentent la spéculation financière, responsable de la crise, rappelons-le !

Dernière tentative de justifier le bouclier antisocial, l’épouvantail des expatriations fiscales. "On peut désormais rester en France avec des prélèvements supportables", se réjouit la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, annonçant que les expatriations fiscales ont diminué de 15% en 2007, alors que le nombre de retours d’expatriés fiscaux s’est accru de 9%, chiffres de Bercy aussitôt repris par - on vous le donne en mille - Frédéric Lefebvre. L’ennui, explique Le Monde, c’est que ces statistiques s’appuient sur un très faible nombre de personnes : "719 contribuables redevables de l’impôt sur la fortune (ISF) étaient partis à l’étranger en 2007, contre 843 en 2006 ; 246 expatriés fiscaux sont revenus en France en 2007 quand 226 étaient rentrés en 2006. Difficile, donc, de quantifier l’impact du dispositif. Et si les chiffres se sont améliorés par rapport à 2006, ils restent moins bons qu’en eh2005, avant même la création d’un quelconque dispositif. Cette année là, 649 contribuables assujettis à l’ISF s’étaient installés à l’étranger." Eric Heyer, directeur adjoint au département analyse et prévision à l’Observatoire français des conjonctures économiques interrogé par l’Obs.com, va plus loin : "est-ce que de faire passer le bouclier fiscal à 50% des revenus a permis le retour des grandes fortunes ? La réponse est non car il existe des paradis fiscaux. Nous nous trouvons dans une période de crise où il est moins efficace de faire des cadeaux aux riches que de faire des cadeaux aux pauvres. Il faut privilégier le pouvoir d’achat des pauvres." Même le député UMPiste Philippe Marini l’admet, contredisant Lagarde : "Il est possible que le dispositif ait eu un impact sur les expatriations fiscales, mais ce n’est pas certain : les échantillons sont trop petits et l’angle de vue des services fiscaux est très mince". On voit bien que ce problème des expatriations fiscales est largement surévalué par la droite et que sa solution pour y remédier est illusoire : même avec le bouclier, la France ne s’alignera jamais sur le régime suisse ou monégasque, ce qu’il faudrait faire si on voulait vraiment empêcher les riches de partir ! Mais que pèsent au fond ces dmexpatriations, agitées comme un spectre par la droite ? "Le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) a évalué à 17,6 millions la perte de produit d’impôt sur la fortune (ISF) liée aux départs de contribuables alors que le bouclier fiscal, censé éviter des exils fiscaux, coûte 458 millions. Où est l’efficacité ?", répond dans Le Monde Didier Migaud, le président socialiste de la commission des finances de l’Assemblée. Démonstration lumineuse.

Le bouclier fiscal n’est donc finalement qu’une mesure idéologique, emblématique de la droite ultralibérale qui nous gouverne : rich is beautiful, vive les riches et fuck la solidarité ! Nicolas Sarkozy, qui refuse catégoriquement qu’on le remette en cause, n’est pas à une contradiction près : il explique son rejet de l’augmentation du Smic par le fait qu’il n’est perçu "que par 17% des salariés" et qu’il ne veut pas laisser "de côté 83% des salariés". Mais dans le même temps, il fait d’un dispositif qui a concerné en 2007 15 000 personnes, soit moins de 0,04% des contribuables français, la pierre angulaire de sa politique. Pire, les grands gagnants du dispositif sont les 834 veinards qui ont touché chacun un chèque de 368 000 euros. Combien de Français sont-ils laissés de côté ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (142 votes)




Réagissez à l'article

182 réactions à cet article    


  • malqp 21 mars 2009 22:04

    La concurence fiscal est une concurence deloyal, Une croisance non pas basé sur la creation de richesse mais sur son transfert. ou l’on passe plus de temps à essayer de niquer l’autre que de progresser.
    En droit, cela s’appelle du parasitisme


  • plancherDesVaches 22 mars 2009 20:48

    Malqp,
    Vous oubliez de prendre en compte ce qui tient AUSSI à coeur de nos "chers" amis de riches, soit les outils de :

    - moins d’impôt surtout dans les tranches tellement riches qu’elles ne savent plus quoi en faire

    - une disparition quasi-complète de l’imposition sur l’héritage (France PREMIERE AU MONDE... YEEESSS : 5 % maxi sur les tranches les plus riches)

    - une fausse attaque des "politiques" sur les paradis fiscaux. Mais assez bien organisée pour que le bussiness as usual continue.


  • Philippe95 21 mars 2009 09:43

    Je serais partisan d’une autre sorte de bouclier fiscal : Lorsqu’un contribuable dépasse un niveau plus que décent de revenu, le taux d’imposition doit être de 100%. Traitez moi de communiste si vous voulez, j’assume.


    • (---.---.74.22) 5 mars 2012 11:50

      Moi je propose d’arrêter de travailler et de me laisser entretenir par la collectivité. ça devrait plaisir à Philippe95 dit STALINE. 


    • alberto alberto 21 mars 2009 09:52

      Re-bonjour, Olivier :

      Quoiqu’il arrive la saga dite du "bouclier fiscal" est loin d’être terminée car tel le boomerang, Sarko va le voir lui revenir en pleine tronche, quand il s’agira de payer la note de la "relance".

      Je m’explique : à un moment ou à un autre il va bien falloir payer les milliards prêtés à gauche, mais surtout à droite, pour soutenir les industries et les banques. Ces financements seront de sources multiples, émissions de bons du trésor, notamment, mais aussi et surtout par prélèvement fiscaux.

      Or si les impôts des riches sont plafonnés du fait du bouclier fiscal, qui suportera ces augmentations d’ impots ? Réponse : tout le monde, sauf les riches : cqfd !

      On en reparlera, bien à vous.


      • Marti 21 mars 2009 09:56

        Les milliards ont été prêtés, ils ne sont pas à financer sauf si l’emprunteur fait défaut (ce qui à ce stade semble assez peu problable). En ce qui concerne les banques ils sont même prètés à un taux supérieur à celui auquel emprunte l’état, ce qui est génère des revenus pour l’état.


      • foufouille foufouille 21 mars 2009 10:53

        @ marti
        faudrait deja que tes talibanquiers remboursent
        et si l’etat pretait directement aux francais ?


      • Emmanuel Aguéra LeManu 21 mars 2009 11:36

        S’il reste qqchose après les self-distributions de gâteries en interne (cf : Société générale)...

        Cette histoire de paquet fiscal est une guillotinis causa. Ca fait plusieurs mois que réclame à corps et à cri la liste des bénéficiaires des chèques du paquet fiscal, indécence parmi les indécences.
        Plus fort que le yacht, plus fort que les Rayban, plus fort que tout.
        Mais tout se paye un jour.

        Alors, quelqu’un l’a, cette liste ??? C’est pour un affichage.


      • Marti 21 mars 2009 09:54

        Argument logique curieux : d’abord l’auteur nous explique que l’effet du bouclier sur les expatriations fiscales est réduit, pour en conclure que le problème des expatriations est surévalué.

        Secondo, la question du coût de l’expatriation fiscale n’est pas examinée sérieusement (la résumer en citant un membre du PS sur la question ne prouve rien). La perte de recettes fiscales dépasse largement une année de collecte d’ISF : il existe d’autres impôts, et pas des moindres, ensuite les impôts se payant chaque année, il faudrait faire le calcul sur la durée, enfin il faudrait mesurer les retombées indirectes (TVA, créations d’emplois,etc.). Il y a peu d’études sur le sujet mais il y en as, l’auteur aurait peut être du chercher de ce côté là.

        Enfin allez expliquer aux belges (la Belgique est une destination classique des expatriés fiscaux français) que leur pays est un "paradis fiscal", vous aurez beaucoup de succès. Le fond du problème c’est que tous les pays frontaliers de la France ont une fiscalité du patrimoine plus légère (et l’Allemagne, pays ultra-libéral bien connu, un bouclier fiscal à 50% garanti comme droit constitutionnel)


        • ARFF 21 mars 2009 10:12

          et bien entendu la belgique et l’allemagne sont des pays qui vous font saliver d’envie ....c’est ça ?

          elle doit etre super votre vie :)


        • Marti 21 mars 2009 10:21

          On vit très confortablement en Allemagne, la France n’est pas le seul pays habitable. (sans parler de l’Italie, dépourvu d’ISF comme partout mais aussi de droits de succession)


        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 21 mars 2009 10:32

          Vous demander si vous trouvez ça juste revient à poser la question des inégalités : celles que génère le système capitaliste ultralibéral vous gênent-elles, faut-il tenter de les diminuer ou non, c’est parfait comme ça ? Si vous trouvez ça très bien, cette histoire d’infime minorité de maîtres et de la multitude d’esclaves, alors oui, vive le boucler fiscal.


        • foufouille foufouille 21 mars 2009 10:55

          @ marti
          en allemagne, des gens bossent 1 ou 2€/heure
          sur qu’ils vivent "confortablement"


        • Marti 21 mars 2009 11:14

          Sauf à être communiste (ce que je ne suis pas), je trouve normal que chaque contribuable puisse garder une partie de ses gains pour lui même, quel que soit le montant de ces gains. A ce titre qu’on plafonne le montant de l’impôt me semble donc logique, sans quoi on peu arriver à des situations absurdes où on doit payer plus d’impôts qu’on ne gagne d’argent.

          Après on peu débattre du "bon" taux à fixer. Ce serait intéressant mais vous n’abordez pas cette question dans votre article.


        • lineon 21 mars 2009 11:30

          pôv marty. Je ne sais pas vos revenus mais pour moi qui suis en dessous du smic ,300 fois le smic est ce mérité ? Qui peut prétendre valoir 300 fois plus que les autres ? Mytho ?


        • Emmanuel Aguéra LeManu 21 mars 2009 11:42

          De 2 choses l’une :

          Soit ce Marti est plein aux as et il se fout de ton smic et autres rmi... Il est logique et paiera un jour.
          Soit il lui manque une case.

          3ème possibilité : une provocation ?


        • lineon 21 mars 2009 11:42

          Marti, plus ça va et plus j’ai honte de partager la meme planete que vous et vos semblables. Au dela de vos considérations minables sur la jouissance que vous éprouvez a posséder plus que nécessaire, sachez que si on ne partage pas le gateau tous ensemble, il y a de fortes chances que l’humanité n’y survive pas. Et jusqu’a preuve du contraire vous aussi vous faites partie du lot. A vous de conclure.


        • Emmanuel Aguéra LeManu 21 mars 2009 11:44

          Mais il reste interessant de savoir que des types comme ce marti existent.
          Et d’en tenir compte.


        • Mouche-zélée 21 mars 2009 12:03

          LeManu

          J’en ai même fréquenté, je pourrai écrire une thése sur leur "logique" assez illogique mais tellement bien tournée que ça peut tromper le monde.... Une minute et demi maximum....

          Il y a même un type qui s’est fait élire sur le thème : "Si le gâteau est plus gros les parts de tout le monde seront plus grosses" sauf que le mec a changé la taille des parts entre deux, c’est que c’est gourmand ces bêtes là, elles ne veulent pas bien ni assez mais PLUS que les autres .

          Le but c’est de se sentir moins merdeux au moins dans un domaine, un peu plus "chef de meute", après s’être fait tarter toute sa scolarité c’est SA revanche sociale ....
          Je suis une tête à claques, tout le monde me déteste mais c’est moi le chef.

          Je ne racontes pas l’histoire du nain à talonettes là ?  smiley


        • Yaka Yaka 21 mars 2009 19:33

          Ce qui me gène un peu c’est que des gens comme vous qui hurle a l’infamie contre le bouclier fiscal sont change souvent complètement d’avis quand ils deviennent riches et doivent payer des impôts.

          Sincèrement, il faut comprendre que quand on a travaillé un peu dans certaines administrations publics, on se demande vraiment si payer autant d’impôts est justifié ...

          Vous ne cherchez même pas a comprendre ce que veut dire marti : "mon dieu ! un ami des riches ! au bucher !!". Alors qu’il va un peu dans le sens de l’auteur en disant qu’il faudrait plutot bloquer les revenus a un certain plafond (surtout quand il y a eu une aide de l’Etat !!) plutot que de laisser donner et prendre toujours plus.


        • deovox 22 mars 2009 04:45

          aux marti, yaka et autres peripate

          sortons un peu de ce débat franco-franchouillard et regardons en direction de ces pays où des enfants humains, en tous points semblables aux votres, aux notres, meurent de faim. Je sais, c’est loin, ça ne nous concerne qu’à moitié. un chiffre cependant nous ramène cette réalité plus à proximité : statistiquement, sur terre, un enfant meure de malnutrition toutes les 4 secondes. pendant que j’écrivais ce commentaire, qui a pris 5 minutes de mon temps, 75 enfants sont morts de faim, dans d’atroces souffrances, sous les yeux impuissants et terrorisés de leurs parents. l’autre connard qui déclare que priver quelqu’un de propriété c’est le priver de liberté, qu’est-ce qu’il va bien pouvoir trouver comme insanité à répondre à ça ? et celui qui reçoit de l’état un chèque équivalent à 30 ans de smic, combien de ces morts d’ enfants sacrifiés sur l’autel du capitalisme a-t-il REELLEMENT sur la conscience, à l’inverse du smicard qui lui a du mal à payer son loyer ou boucler ses fins de mois. Tant que sur terre un seul humain sera en danger de mort par malnutrition, tous ceux qui ont plus que la normale seront complices de crime contre l’humanité. et ceux qui reçoivent 365000€ grace au bouclier machin sont pour leur part coupables de crime contre l’humanité. surtout à notre époque où traverser la moitié de la planète prend quelques heures et coute quelques centaines d’euros, l’excuse de l’ignorance et de la distance ne tient pas debout.
           


        • Yaka Yaka 22 mars 2009 07:34

          même si vous parlez de choses vraies, scandaleuses et terribles, votre réponse est à côté de la plaque.
          Vous ne pouvez pas accuser les gens qui recoivent des chèques de l’Etat d’être responsables de la misère en Afrique ... C’est un autre débat.


        • Eve 22 mars 2009 14:53

          Concernant la Belgique (je suis Belge), nos amoureux belges vantent le modèle français, se plaignent du système fiscal belge soit-disant plus onéreux pour les petits salaires. Bizarre hein...

          Tout d’abord, l’organisation administrative est nettement meilleure en Belgique bien que toujours améliorable, je pousse régulièrement des coups de gueule mais ayant vécu quatre ans en france, je peux dire que j’ai failli y perdre ma santé mentale sur cette courte période : pendant cette période j’ai dû faire face au même nombre de kwaks que le restant de ma vie en Belgique (un demi-siècle)...

          Pour avoir vécu des deux côtés, et quelque peu étudié la question, je peux dire qu’on ne peut pas comparer grand chose excepté ceci (non limitatif) :

          -  Les usines à gaz législatives (tous domaines) en France où plus personne ne s’y retrouve excepté ceux qui ont les moyens de se payer un fiscaliste (les usines à gaz sont faites pour cela) et profiter des niches largement favorables aux plus nantis, sont moins équitables en France qu’en Belgique.

          - Env. 95.000 Français vivent en Région Wallonne pour une population de l’ordre de 3.500.000, ce qui est loin d’être négligeable ; 
          env. 20% des Français résidant en RW émargent au chômage ;
          preuve que ce ne sont pas que des ISF (certes il y en a) qui s’expatrient.
          La question est de savoir si les ISF français qui s’expatrient ne seraient pas ceux qui sont principalement taxés sur la valeur immobilière de leur patrimonie ce qui n’est pas le cas de la Belgique sinon la "taxe habitation" = précompte immobilier calculé sur la valeur locative, plus basse que la réalité, éventuellement déductible (proprio occupant) de l’impôt fiscal annuel.

          - Nous avons une bonne protection sociale, que plusieurs pays européens (et en interne les libéraux et le patronat of course) tentent désespérement de liquider en prétextant qu’elle permet le chômage à vie.
          Or, tout qui ne bénéficie plus de l’indemnisation du chômage peut bénéficier de ce que vous appelez en France le RMI.
          L’équivalent RMI en Belgique est soumis à une enquête sur le patrimoine ce que Sarkozy veut faire mais pas de la même manière ni pour les mêmes motifs : ce sont donc les gens réellement dans le besoin qui pourront en bénéficier avec mise en place d’une réinsertion sur le marché du travail, ou formation (cela peut commencer par l’alphabétisation), ou un suivi psychologique. Mais le tout dans le respect de la personne au lieu d’un pistage de type sarkozyien. Et en sachant qu’il y aura toujours des personnes incapables de travailler, d’avoir un parcours de vie "dans le moule".

          En Belgique, notre système électoral (pluralisme, proportonnelle) oblige à chercher un consensus et ce, malgré trois langues. Et c’est logique, un parti en chassant un autre au fur et à mesure des élections, détricotant ce que le précédant a fait, autant gagner du temps en cherchant ce qui peut convenir au plus grand nombre, forcément +50% alors qu’en France UMPS ne réunissent pas la moitié des suffrages.

          En Belgique, s’asseoir sur la Constitution, sur la séparation des pouvoirs = crise (la dernière en décembre avec Fortis), terme adéquat. 
          En France = victoire ou norme. Est-ce cela la démocratie ?

          En Belgique, nous avons des conventions collectives du travail (= par secteur), un gouvernement qui n’intervient qu’en dernier ressort.

          Oui, la Belgique est une sorte de paradis, fiscal et social (malgré nos habituels geignards) mais grâce en partie aux droits sociaux qui y sont protégés notamment par les droits au chômage mais plafonnées sous les 2000 euros par mois plutôt que d’entretenir les résidences secondaires et les stevie en non-recherche d’emploi pendant leurs vacances.

          Ce que vous serine Sarkozy et sa petite entreprise relève du hoax.


        • oncle archibald 22 mars 2009 16:09

           
          déogratias à deovox 

           
          honte aux marti, yaka et autres peripate 

          Si nous voulons garder la fraternité inscrite aux frontons de notre République, tout en gardant la liberté elle aussi gravée dans la pierre, un seul impôt est juste : c’est l’impôt sur le revenu par tranches proportionnelles à taux variables. Ainsi bien qu’il reste toujours plus à celui qui gagne plus, il contribue également plus au pot commun à redistribuer non pas pour nourrir des faineants à ne rien faire mais pour permettre aux moins chanceux de vivre quand même décemment ... et à l’échelle planétaire aux moins chanceux tout simplement de ne pas crever de faim.

          Si on a un semblant d’honneur il faudrait être
          très fier de payer beaucoup d’impôts, non pas parce qu’on est très riche ipso facto mais surtout parce que l’on participerait plus que d’autres à panser les plaies de notre humanité. Des boucliers c’est contre la misère qu’il faut en élever, pas contre les impôts.

          Faire une bonne politique devrait se résumer à ajuster le taux de l’impôt sur le revenu aux besoins de l’état. De ce point de vue là, et aussi de beaucoup d’autres, je trouve inhumaine la politique menée par notre actuel gouvernement.

        • Crazy Horse Crazy Horse 23 mars 2009 08:40

          10% environ de la population mondiale qui s’accapare pas loin de 90% des richesses. Des millions d’êtres humains qui meurent faute de pouvoir se nourir suffisamment. Aucun rapport ?

          Faut arrêter de déconner, là. C’est facile de dire à un smicard "tu sais pas comme c’est dur d’être riche. On se fait sucer jusqu’à la moelle." Là où je suis né, de l’argent il y en a. La part du budget réservée au logement et à la bouffe est minuscule. Tout le reste dort à la banque ou bien sert à l’achat de choses parfaitement inutiles et très déplacées en temps de crise. Alors oui j’ai entendu parlé de l’augmentation des impôts qui "oblige" mon padre à aller faire ses courses chez dicount, mais qui ne l’empêche pas de se payer un bronze à 4 000 euro sur un coup de tête. Cherchez l’erreur...

          Je connais des gens qui vivent toute une année avec 4 000 euro, et qui ne se plaignent jamais.

          @ Yaka

          On peut voir la quantité de richesse disponible comme un grand gâteau. Si une bande de blancs se sert en premier sans se soucier de ce qu’il restera pour les autres et qu’effectivement, ils ne laissent que quelques miettes, ne sont-ils pas en quelque sorte responsables de la pauvreté de ceux qui restent ?

          L’ignorance n’excuse pas tout. Quand on est un blanc occidental de surcroît, on ne peut pas prétendre ignorer totalement la situation. Si c’est par indifférence alors la faute est plus grave encore.

          Parler de mérite est encore plus révoltant. Le mec qui part de zéro et réussit à monter une boîte qui fonctionne du feu de dieu sans pour autant écraser tout sur son passage a du mérite. Mais le fils à papa qui hérite d’un empire commercial qu’il n’a même pas besoin de comprendre vraiment pour que celui-ci continue à fonctionner, quel mérite a-t-il ?

          Je connais une personne qui n’a jamais travaillée de sa vie et qui touche une rente de 200 000 euro... par mois ! Une autre travaille en moyenne 10 heures par jour depuis qu’elle a 14 ans et vient tout juste de finir le remboursement de son crédit immobilier à 53 ans. D’un côté on a une mèmère souriante et en parfaite santé, avec de jolies dents, une belle coiffure, de belles robes ; de l’autre un homme au traits tirés, avec le dos en bouillie et des problèmes de genoux. Quid de la justice sociale ?


        • Yaka Yaka 23 mars 2009 20:41

          "10% environ de la population mondiale qui s’accapare pas loin de 90% des richesses. Des millions d’êtres humains qui meurent faute de pouvoir se nourir suffisamment. Aucun rapport ?"

          Je dis juste que l’impôt prelevé ne sera de toute facon par redistribué dans l’aide internationale. Le capitalisme et le libre échange sans régulation est bien sur desastreux pour les pays pauvres, mais c’est un autre débat.

          "Faut arrêter de déconner, là. C’est facile de dire à un smicard "tu sais pas comme c’est dur d’être riche. On se fait sucer jusqu’à la moelle." "

          Qui dirait ca a un smicard ? vous stigmatisez les gens.
          Je dis juste que tant que vous ne comprendrez pas le fond du problème, ca n’évoluera pas.
          Si vous m’aviez lu en entier vous verriez que je propose un plafond dans les salaires (a determiner en fonction du SMIC) plutot que de laisser donner pour reprendre après.

          "Alors oui j’ai entendu parlé de l’augmentation des impôts qui "oblige" mon padre à aller faire ses courses chez dicount, mais qui ne l’empêche pas de se payer un bronze à 4 000 euro sur un coup de tête. Cherchez l’erreur..."
          On est d’accord depuis le début, les gens qui paient plus de 50 % de leur revenu ne sont pas a plaindre avec ce qui leur reste, mais je pense que si on prenait en amont ca passerait mieux.

          "Je connais des gens qui vivent toute une année avec 4 000 euro, et qui ne se plaignent jamais."
          C’est bien de rappeler que y a pas que le fric dans la vie

          "On peut voir la quantité de richesse disponible comme un grand gâteau. Si une bande de blancs se sert en premier sans se soucier de ce qu’il restera pour les autres et qu’effectivement, ils ne laissent que quelques miettes, ne sont-ils pas en quelque sorte responsables de la pauvreté de ceux qui restent ?"

          Le système est très mal fait je vous l’accorde, principalement en ce qui concerne la répartition des richesses (et de l’accumulation infinie du capital). Mais ca serait trop long de developper ici.

          "L’ignorance n’excuse pas tout. Quand on est un blanc occidental de surcroît, on ne peut pas prétendre ignorer totalement la situation. Si c’est par indifférence alors la faute est plus grave encore."

          Beaucoup de gens ralent et crient au scandale mais ne s’investissent jamais dans le benevolat, ne me jugez pas sur ce que vous ignorez.

          "Parler de mérite est encore plus révoltant. Le mec qui part de zéro et réussit à monter une boîte qui fonctionne du feu de dieu sans pour autant écraser tout sur son passage a du mérite. Mais le fils à papa qui hérite d’un empire commercial qu’il n’a même pas besoin de comprendre vraiment pour que celui-ci continue à fonctionner, quel mérite a-t-il ?"

          Tout a fait d’accord, c’est pourquoi je considère qu’il faudrait taxer de facon plus importante les revenus du capital que les revenus salariaux.




        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 24 mars 2009 07:35

          Dans votre description idyllique de la Belgique, n’oubliez pas de préciser qu’elle est sérieusement menacée d’implosion !


        • K K 21 mars 2009 09:55

          Comme vous le rappeles dans votre texte, certaines personnes voient 50% de leurs revenus ou plus partir sous forme d’impot. D’autres personnes sont non imposables et ne paient pas l’impot - mais en auraient elles les moyens ?- et sont beneficiaires de toutes les prestations sociales. Cela parait injuste pour ceux qui paient sans sentir la reconnaissance de leurs concitoyens. 
          Ces personnes utilisent tres souvent les services d’excellents conseillers fiscaux, qui sont tres souvent d’anciens inspecteurs des impots qui se mettent a leur compte, ce qui leur permet d’economiser de maniere optimale sur les sommes dues au tresor. Ceux qui sont les plus leses par le systeme, sont ceuxqui ne peuvent pretendre ni au bouclier fiscal, ni au versement d’aides et allocations. Toutefois, il faut reconnaitre que ces personnes vivent souvent bien mieux que les non-imposables. Je ne connais pas beaucoup de personnes qui seraient pretes a renoncer a des revenus pour payer moins d’impot ou meme ne plus en payer du tout.

          Le bouclier fiscal permet aux super favorises de la societe de devenir un peu plus riche chaque annee. Nous nous dirigeons de plus en plus rapidement vers une societe qui ressemble a la fin de l’empire romain : des riches incapables d’evaluer le montant de leurs fortunes tant elles etaient immenses et ne sachant que faire pour l’accroitre, des classes moyennes endettees et dependant de plus en plus des largesses des riches (le clientelisme) et des pauvres chaque jours plus nombreux... Ce bouclier fiscal permet a certains de se goinfrer pendnt que les restrictions s’appliquent a la majorite. Bref un cadeau inutile et somptuaire sur le compte de l’etat.


          • K K 21 mars 2009 09:56

            vous le rappelez, pardon


          • paul muadhib 21 mars 2009 10:05

            Merci a l auteur, tout est bien resume dans la conclusion.
            la droite ou mieux dit :" les gens de pouvoir , gauche,droite ,milieu" et leurs mensonges.
            pas facile de repondre a des mensonges, c est comme si accuse de quelque chose vous avez a prouver votre innocence l accusation n ayant pas a prouver votre culpabilite, ou comme il n y a pas a prouver qu un avion a heurte le pentagone, mais a prouver que aucun avion n a heurte le pentagone..vous trouverez en lien une video prouvant le second point.
            je concluerais en disant que toute creation de quelquechose, je ne parle pas de richesse , etant necesairement collective, il va falloir eradiquer tout ce qui empeche le partage equitable, c est a dire l arnaque capitaliste, qui consiste, par la creation de la monnaie a capter le plus possible de richesses au detriment du grand nombre a de simples fins de profit personnel.
            Merci a chanteclerc pour le lien terrifiant sur la nouvelle bulle des multinationales sur les terres agricoles, le tout bien sur dans l indifference generale des medias,scientifiques,politiques etc sauf exceptions.


            • Le péripate Le péripate 21 mars 2009 10:06

               C’est bien vrai, ça, Mme Michu ! Pourquoi rouler avec une Aston Martin alors qu’une Clio suffit ? D’ailleurs, pourquoi travailler alors que l’on gagne autant à ne rien faire ? Ou mieux, pourquoi monter une entreprise alors qu’un petit job pépère me laissera autant à la fin de l’année, et ce, sans susciter la jalousie de mes voisins ?

              Les rideaux qui retombent furtivement sur votre passage, les commérages d’antan ont laissé place à la mauvaise littérature démagogique des envieux et des pisses-vinaigres.

              Voltaire avait bien compris que sans richesse, pas d’indépendance par rapport aux puissants : il avait travaillé à être riche et possédait Ferney-Voltaire. Les faces jaunes d’aujourd’hui l’aurait volé, et il n’y aurait pas eu de Voltaire.

              Les attaques contre la propriété sont des attaques contre la liberté.

              Gad el Maleh en parle avec Fogiel. C’est si rare que ça mérite d’être signalé. Et ce n’est pas Agnès Jaoui qui demande 500 000 euros par films qui va le démentir. smiley



              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 21 mars 2009 10:16

                Les héritiers vous disent merci de les soutenir.


              • jacques jacques 21 mars 2009 11:03

                Les attaques contre la propriété sont des attaques contre la liberté.


                Ciel un picpocket m’a volé ma liberté, euh mon portefeuille ! MDR...


              • ZEN ZEN 21 mars 2009 11:50

                "Les attaques contre la propriété sont des attaques contre la liberté. "

                Merci Mme Michu-Madelin !



              • Emmanuel Aguéra LeManu 21 mars 2009 11:57

                Je rêve ou on a cité Gad jet Maleh et Faugiel ??????????????
                Chacuun ses références en matière d’économie politique.

                Peripate, être suffisant, qui portes si bien ton nom.
                Péripate mais pas centripète.
                Pour coller au sujet faut y rentrer, tu comprends ?
                Et cesser de nous emm........... en tournant autour.
                Inutilement.

                Cri.

                (pas mal)


              • Parpaillot Parpaillot 21 mars 2009 13:18

                @ Léon :

                " Voltaire libre parce que propriétaire de Fernay-Voltaire ? Certainement pas, c’était parce que cette propriété était assez près de la frontière suisse pour qu’il puisse s’y réfugier très rapidement. C’était la Suisse la garantie de sa liberté, pas son domaine... "

                Petite précision historique :

                Si Ferney-Voltaire qui se trouve effectivement à la frontière, celle-ci n’était pas encore la frontière suisse à l’époque de Voltaire, mais la frontière genevoise. En effet, Genève a adhéré à la Confédération suisse en 1815 seulement, à la suite du Congrès de Vienne. Auparavant, et dès l’adoption de la Réforme en 1535, Genève était une République autonome.

                Cordialement !


              • sisyphe sisyphe 21 mars 2009 13:24

                par Le péripate 								 (IP:xxx.x53.173.212) le 21 mars 2009 à 10H06 				 				
                				

                								
                				
                					 C’est bien vrai, ça, Mme Michu ! Pourquoi rouler avec une Aston Martin alors qu’une Clio suffit ? D’ailleurs, pourquoi travailler alors que l’on gagne autant à ne rien faire ?

                Tiens : Peripate se met à critiquer les spéculateurs ? 
                Mais tu as tort sur un point essentiel, peripate, que tu n’avoueras jamais, bien sûr : "pourquoi travailler, alors que l’on gagne beaucoup, beaucoup, beaucoup, plus à ne rien faire ? " ...
                N’est-ce pas Peripate, le défenseur des paradis fiscaux ? 
                 smiley

                Ou mieux, pourquoi monter une entreprise alors qu’un petit job pépère me laissera autant à la fin de l’année, et ce, sans susciter la jalousie de mes voisins ?

                Un petit job pepere qui te laissera du fric à la fin de l’année ? 
                Tu as des tuyaux ; peripatate ? 
                Fais profiter...
                 smiley

                Quant à la "jalousie de tes voisins", tu me sembles bien mal entouré, peripathétique ; je te l’ai déjà dit ; pars vivre sur une île d"serte, et crée ton propre régime libertarien ; pas de compte à rendre à aucun état, pas de voisins qui te jalousent, pas de problème - beurk- sociaux, et, par la même occase, tu cesseras de venir distiller ici ta petite musique cynique , qui se fout de la gueule du monde ; tout benef pour tout le monde, mâme Michu..
                 smiley smiley


              • sisyphe sisyphe 21 mars 2009 13:29

                Voltaire avait bien compris que sans richesse, pas d’indépendance par rapport aux puissants

                Pas besoin d’être Voltaire ; ça, tout le monde l’a compris, même mâme Michu !
                 smiley
                Le problème, c’est que la richesse est réservée à 0,10% des humains : les autres peuvent toujours rêver, devant leur assiette creuse, ou en jouant au Loto....
                Tu confonds vouloir et pouvoir, petipatate

                Ce qui est une véritable atteinte à la liberté, c’est d’empêcher les 9/10èmes de l’humanité d’avoir de quoi vivre décemment ; t’es trop con pour le comprendre, formaté par ta secte Hayek ? 
                 smiley


              • Traroth Traroth 21 mars 2009 14:24

                "C’est bien vrai, ça, Mme Michu ! Pourquoi rouler avec une Aston Martin alors qu’une Clio suffit ?" : Merci de lire l’article avant de commenter. Ce que dit l’auteur, c’est que malgré les impôts que paient les riches, ils peuvent toujours se payer le meilleur du meilleur dans tous les domaines, et même continuer à épargner et donc à s’enrichir encore plus. Ils ne font donc aucun effort ! Je te signale que la plupart des pauvres se serrent la ceinture au moment du deuxième tiers, hein ! C’est ça, la "justice fiscale" ?


              • Le péripate Le péripate 22 mars 2009 08:48

                 Superbe brochette de matons de Panurge !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès