Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le CRIF en France : Un tribunal dînatoire pour juger la République

Le CRIF en France : Un tribunal dînatoire pour juger la République

« Le Crif combien de divisions ? »

Phrase prononcée par Staline à propos du Vatican

 Rituellement, la classe politique et la majorité des médias attendent avec impatience les cartons d'invitation pour aller vite prêter allégeance au Crif et être adoubé. Il faut alors jouer des coudes pour faire assaut d'allégeance, au besoin en piétinant les valeurs de la République laïque censée être équidistante des religions.

 Sur le site « 20 minutes nous lisons la contribution suivante : « (...) Si nous étions de vrais démocrates, d'authentiques hommes et femmes de paix, de réels humanistes, et sincèrement attachés à notre pays, nous boycotterions cette organisation extrémiste,[le Crif, Ndr] malfaisante, qui empoisonne la vie française (et en même temps, elle ne représente pas vraiment la Communauté juive) (...) Nicolas Sarkozy prend la parole : il célèbre le soldat Shalit héros « persécuté, maltraité », alors qu'il s'agit d'un soldat à la botte d'un pays criminel sans foi ni loi, dévastant la planète pour la contrôler - soldat d'une armée de tortionnaires, immorale, qui tue, vole (même l'eau, même le gaz des Palestiniens), pille, meurtrit, bombarde, massacre, extermine... Et le jeune Franco-Palestinien Salah Hamouri injustement incarcéré et persécuté par l'Etat sioniste plus de temps que l'occupant Shalit, lui, parce qu'il a du sang palestinien, ne sera pas mentionné. » (1)

 « Il est temps, lit on encore dans cette contribution de libérer la France occupée.. Où sont les patriotes, les Gaullistes, les hommes et les femmes épris de liberté ? Nos médias occupés, les centres de pouvoir occupés, nos valeurs piétinées - et pour commencer notre laïcité, notre modèle social et notre indépendance nationale... Ça suffit ! A l'instant, en mentant (jamais Ahmanidejad n'a parlé de rayer Israël de la carte, au contraire ce sont des dirigeants hébreux qui rêvent de détruire l'Iran avec une bombe Hiroshima), Sarkozy donne aux invités du Crif ce qu'ils attendent : la promesse de s'opposer à l'Iran. Les semeurs de désordres, de conflits, de guerres sont à la barre. Pour le malheur de l'humanité... Vraiment, à ce dîner on atteint un sommet de mauvaise foi, de communautarisme Lorsque Sarkozy aborde, en ce moment précis, la question d'un Etat pour les Palestiniens, aucun applaudissement, alors que les menaces à l'encontre de l'Iran ont été acclamées. Quel symbole ! Voilà le vrai visage de cette Communauté : Intolérante, haineuse, raciste, arrogante, dominatrice, va-t-en guerre... » (1)


La totale soumission

Il faut savoir que le Crif est l'équivalent de l'Aipac aux Etats-Unis. C'est un lobby « faiseur de roi », qui, on s'en souvient avait appelé en 2007 le président Sarkozy pour s'opposer à la nomination de Hubert Védrine, qu'il voyait comme un casus belli. Résultat des courses, c'est Kouchner qui sera nommé. Les élections approchant chaque candidat a besoin de l'imprimatur du Crif. On apprend que le 25 janvier 2012, une délégation du Crif conduite par son président Richard Prasquier a été reçue au QG de campagne du candidat socialiste. Selon le communiqué du Crif daté du 30 janvier, « François Hollande a souligné que si Israël est l'objet de tant de critiques c'est qu'il constitue une grande démocratie » ! Et pour rassurer Richard Prasquier, M.Hollande a promis d'être ferme « contre les actes antisémites et antisionistes ». (...) La volonté de M.Hollande de combattre l'antisionisme, en faisant délibérément l'amalgame entre antisémitisme et antisionisme, démontre une fois de plus la totale soumission du socialisme au lobby sioniste.

Un journaliste du journaliste « le Point » décrit l'allégeance du pouvoir au Crif : « « Choses vues et entendues, mercredi soir, au Pavillon d'Armenonville, où s'est pressé le Tout-Paris politico-affairo-médiatique. Il faut pourtant s'armer de patience pour pénétrer dans l'enceinte hypermondaine. Nicolas Sarkozy, présent pour la deuxième année consécutive, est l'invité d'honneur. Son arrivée aux côtés de la famille du soldat Gilad Shalit est très attendue. (...) Il faut voir et être vu : les personnalités politiques, religieuses, médiatiques ou des affaires se bousculent.(...) François Hollande arrive aux alentours de 20 heures, tout sourire : « Je viens chaque année, il n'y a pas de raison en 2012 de modifier ce qui est pour moi un rendez-vous avec les juifs de France ». Enrico Macias, un grand fan du président de la République, fait ses commentaires à la presse sur la polémique du moment avant d'aller embrasser François Fillon, et sur les deux joues s'il vous plaît ! Les socialistes, eux, sont présents en nombre. (...) » (2)

 Le président du Crif s'est adressé au millier de convives d'emblée, oubliant la situation économique délicate, il parle de sa communauté : « Nous sommes à la veille d'échéances politiques majeures qui détermineront l'avenir de notre pays. (...) Mais le Crif considère qu'il y a des lignes jaunes à ne pas franchir, envers ceux qui distillent un discours de préférence ethnique et envers ceux qui diabolisent Israël et appellent à son boycott ».

 Il invite ensuite de faire comme le Crif et ne pas voter pour le FN : « Le Front National fait partie de cette nébuleuse européenne. Les tentatives de sa présidente de changer d'image ne trompent pas qui connaît son histoire et son entourage. (...) Nous ne voterons pas pour le Front National. L'Europe a un trou noir, c'est Auschwitz ; La leçon d'Auschwitz est permanente et universelle. (...) »(3)

 Ensuite, vient l'attaque en règle de l'Islam et au printemps arabe : « Les nazis traitaient les Juifs de vermines, de rats ou de bactéries. Il y a aujourd'hui d'autres nazis, qui viennent d'un Islam dévoyé, et qui traitent les Juifs de fils de singes et de porcs. Dans le monde islamiste fleurit le négationnisme, nouvelle arme contre Israël. Il nie ou minimise la Shoah, et prétend que le vrai génocide est celui des Palestiniens... Les révolutions arabes suscitent bien plus que des inquiétudes. Les cris de « Mort aux Juifs » dans une Tunisie qui fut libérale, sont insupportables. Les Frères musulmans, dont le Hamas est une branche, ont un projet politique d'islamisation des sociétés. Les salafistes sont de plus en plus influents. Leur succès s'alimente à l'argent du pétrole versé aux partis religieux. N'oublions pas que le suffrage universel ne résume pas la démocratie s'il n'exprime que la tyrannie de la majorité. Si incertain que soit le futur, j'applaudis à la chute du tyran libyen et je suis fier que la France y ait joué un rôle essentiel. (...) Enfin, il y a l'Iran, dont le régime négationniste appelle à la disparition du peuple d'Israël ». (3) 

 Au passage, le président du Crif informe que les Juifs sont des Français de souche avant les français eux-mêmes et que la culpabilité de la France est entière : « Des Juifs ont vécu en Gaule avant qu'elle ne s'appelle la France, (...) ils ont depuis pleinement participé à la communauté nationale, hormis l'infâme période où 78.000 d'entre eux furent assassinés avec la complicité de l'Etat français. (...) » (3)

Comme chaque année il y a toujours un anniversaire à fêter, il informe : « En ce 70e anniversaire de l'année 1942, l'une des pires de l'histoire du monde, je remercie le gouvernement pour l'aide financière apportée à la préservation du camp d'Auschwitz, ainsi que pour son soutien aux mémoriaux d'importance nationale tels le camp des Milles, la maison d'Izieu ou le Cercil d'Orléans ».(3)

S'adressant au ministère de l'Intérieur, il déclare : « Si en 2011 le nombre d'actes antisémites a diminué de 16%, 466 à 389, les atteintes aux personnes, les plus graves, sont restées stables. Ensuite il donne ses instructions : « Il faut réunir le comité interministériel de lutte contre l'antisémitisme et renforcer les moyens des acteurs associatifs. (...) Beaucoup de ces actes se font sous le couvert de l'antisionisme. L'antisionisme obsessionnel, c'est de l'antisémitisme. » (3) Désignant les musulmans français à la vindicte, il martèle : « Il y a parmi les auteurs d'actes antisémites un certain nombre de personnes de confession musulmane. » (3)

Allant plus loin dans l'ingérence, il reproche au président de ne pas s'être opposé à l'admission de la Palestine à l'Unesco :« Israël, poursuit le président, est au centre de nos affections et de nos préoccupations (...). Nous avons été interloqués du soutien de la France à l'entrée de la Palestine à l'Unesco, (...). » (3)

Le président du Crif va plus loin, il démolit le rapport Gladstone qui avait désigné Israël comme responsable du carnage au motif que celui-ci s'est rétracté par la suite oubliant de dire que les membres de la Commission Gladstone ont écrit un communiqué pour dire qu'il n'y a rien de nouveau qui puisse remettre en doute la responsabilité d'Israël qui a tué 1400 personnes dont 400 enfants S'ensuit alors un long catalogue de griefs en sortant des phrases dans leur contexte ou carrément dépassées. Résumant tout cela il offre un document pro-israélien : « (...)En réponse aux allégations de cette émission, le Crif a produit un DVD de 30 mn. Il vous sera remis ce soir. Que mes amis se rassurent, je suis resté humaniste, mais que vaut l'humanisme sans la lucidité ? » (3)

La vérité d'Israël

Tout est donc bon pour apitoyer, admirons le choix des mots : « (...)La vérité d'Israël, c'est que les mères de ce pays sont angoissées à l'idée des trois ans que leurs fils devront passer au service militaire, non pas pour défendre des frontières, mais pour défendre la survie de leur pays. » Vient ensuite le plaidoyer et l'apologie d'Israël et remarquons au passage comment on s'approprie la double nationalité de ces prix Nobel qui sont , aussi, américains l : « La vérité d'Israël, c'est sa créativité scientifique, technique ou artistique : en 10 ans, quatre Nobel en chimie et deux en économie. Notre invité d'honneur israélien ce soir est M. Dan Shechtman, du Technion, prix Nobel de chimie 2011. La vérité d'Israël, c'est qu'il est l'Etat du peuple juif, et que le centre spirituel et la capitale historique du peuple juif, c'est Jérusalem. »

 Que peut-on dire de ce discours ? Pas un mot sur les colonies sauvages ; 500.000 personnes sont installées par la force en Cisjordanie et Jérusalem totalement judaïsée. C'est une fois de plus un examen minutieux du comportement de la République vis-à-vis d'une communauté qui n'hésite pas à sanctionner d'une façon visible ou invisible au point que toute la classe politique de droite comme de gauche court à la réception et se bouscule pour être vu, photographié, filmé avec toujours la même allégeance : « Je viens chaque année. Je suis un ami d'Israël... » En rendant un hommage appuyé au chef de l'Etat pour « sa totale lucidité sur l'Iran » le Crif donne une consigne de vote. C'est un discours à la fois de politique internationale mais aussi de surveillance des actions du ministère de l'Intérieur qui coordonne avec le Crif l'évolution de l'antisémitisme »

 Le président Sarkozy a pris la parole et paraissait rendre compte devant le tribunal dînatoire pour reprendre l'expression pour une fois approprié d'Alain Finkelkraut. C'est une grande émotion que Gilad Shalit soit sur le territoire de la République française. Nous l'espérions. C'est toute la France qui s'est mobilisée. Pourquoi ?(...) Parce que Gilad a été persécuté, maltraité, torturé. (...)Aucune idée, aucune idéologie, aucune situation ne peut justifier ce qui a été fait à Gilad Shalit. (...) Nous en avons parlé le Premier ministre Netanyahu et moi. Et je veux en parler devant vous dans ce dîner du Crif parce que je sais que certains se disent : 1000 contre 1, 1000 contre 1, est-ce que cela a un sens ? » (4)

 Pour la vérité, Shalit a déclaré qu'il a été traité par le Hamas comme un hôte ! De plus, pourquoi pas la même empathie pour Salah Hamouri qui lui aussi est français qui lui aussi est détenu pour un crime qu'il n'a pas commis ? D'où viennent justement les 1000 personnes arrêtés et pourquoi ont-elles été arrêtées ? On dit qu'Israël après avoir vidé les prisons les a remplies par la suite sans aucune difficulté.

Ensuite le couplet rituel sur la sécurité d'Israël : « La France ne transigera pas avec la sécurité d'Israël. Parce qu'Israël c'est un miracle. Sur les décombres, cette démocratie est née. Israël, c'est un miracle. Une démocratie : Israël. La disparition d'Israël, ce serait un drame qui irait bien au-delà d'Israël, ce serait un recul effrayant de l'histoire. Et lorsque Ahmadinejad, Monsieur Khameini, parlent de rayer Israël de la carte, Israël doit savoir qu'elle ne sera pas seule dans ce combat pour la sécurité que la France n'acceptera jamais que l'on remette en cause la sécurité d'Israël. L'acquisition de l'arme atomique par l'Iran est inacceptable et la diplomatie française. (...)" (4)

Un jour poursuit le président Sarkozy , le régime de Bachar El-Assad tombera, parce que l'on ne peut pas massacrer impunément son peuple. Ce jour-là, d'ailleurs, l'Iran sera encore plus seul et isolé et affaibli . (…) Je voudrais dire que toute ma vie politique, vous le savez, j'ai défendu Israël. (...) Israël a suscité le respect et la crainte. Est-ce que vous ne croyez pas qu'il est venu le moment de réfléchir à la façon dont maintenant Israël va susciter de l'amour, de l'attachement, de l'admiration, de la considération ?(..) Je veux vous dire ma conviction, que chaque fois qu'un Juif, sur le territoire de notre République, est injurié, insulté, frappé, c'est une tache sur le drapeau tricolore ».(4)

Crif, lobby pro-israélien

Pas un mot sur la politique israélienne, ni sur les implantations sauvages ! On remarquera aussi, que les médias ne disent pas un mot de cela. Même les médias réputés "libres" voire libertins, "Charlie Hebdo", Nouvel Obs, le Monde ne se hasardent pas à dire le droit... Faut il se réjouir de voir , alors, la République se mettre sous le jugement d'une communauté. ? ..D'une façon unanime les médias en ont rajouté pour être bien vus.

Personne n'a tenté d'expliquer pourquoi un diner annuel avec une Communauté et pas une autre mobilise les hommes politiques et piétine la laïcité . Pourquoi pas alors, dans le même ordre , un dîner avec la Communauté Représentative de l'Islam de France (là aussi le CRIF) avec toute la classe politique venir faire allégeance au Docteur Dalil Boubekeur qui, pour l'occasion, et pour une fois, prendra le risque et parlera des actes antisémites (les Arabes sont aussi des sémites) les profanations de tombes, les incendies de mosquées et les contrôles musclés au délit de faciès ?

 Il parlera aussi de la politique arabe de la France, il parlera aussi du problème du peuple palestinien spolié de sa terre depuis la sinistre déclaration Balfour, de ces centaines d'enfants tués dans les tueries de Ghaza, sous un embargo inhumain, cette prison à ciel ouvert où les gens meurent en silence comme des cafards (expression d'un chef d'état-major de « Tsahal »).

 Il parlera enfin de Salah Hamouri qui vient de passer plusieurs années de prison pour un délit imaginaire. Il remettra ce faisant les pendules à l'heure en citant les propos de Shalit qui dit avoir être traité par le Hamas en tant qu'invité, qu'il a eu tout le confort possible, la radio, la télé, et même une nourriture kacher le vendredi. Il dira qu'en l'occurrence, Shalit qui était en opération guerrière -et à ce titre, il n’ya pas d’exception-n'a pas été traité par des barbares mais par des combattants qui ont essayé d'adoucir les conditions de sa détention.

 On le voit, la boutade de Staline s'applique à la force du Crif lobby pro-israélien. Le Crif c'est autant de divisions que nécessaire pour que toujours la force israélienne prime le droit des Palestiniens avec la servilité, voire la peur des représailles de la classe politique et médiatique française si le Crif a des doutes sur leur allégeance. Tout est dit.



1. Le dîner du Crif, F. Hollande http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2012-02/2012-02-08/article_sarkozy crif_fA_vrier.jpg

2. http://www.lepoint.fr/politique/sarkozy-et-hollande-guest-stars-du-diner-du-crif-09-02-2012-1429015_20.php

3. Discours de Richard Prasquier. Diner du Crif 8 02 2012

4. Discours du président Sarkozy au Dîner du Crif 8 02 2012

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 13 février 2012 10:44

    La communauté juive vit encore dans le drame de la Shoah et cherche par tous les moyens, on la comprend, à se prémunir contre sa reproduction.

    Hélas, les excès de l’AIPAC, du CRIF en France, de leurs multiples représentants dans le monde politique, les médias, le cinéma, faiseurs d’opinion... où ils sont sur-représentés, pour ne pas dire seuls aux commandes, leurs tentatives d’imposer une pensée unique, dont des lois sélectives ... et autres abus, commence à avoir un effet exactement contraire : la prise de conscience par le reste de la population de cette omniprésence et immense pouvoir et une réaction de rejet qui grandit chaque jour un peu plus. Il suffit d’aller boire un café à n’importe quel comptoir pour s’en rendre compte.

    Les politiques, totalement sous la coupe du CRIF, ne voient pas grandir ce rejet, la suite pourrait bien être une réaction générale contre ces abus, reportée sur toute la communauté juive, même si le CRIF ne représente numériquement pas grand monde. C’est vraiment une représentation auto-proclamée.

    Gare au retour de baton !


    • appoline appoline 13 février 2012 18:18

      Oui, à la force de faire bisque-bisquera, voilà où l’on en arrive. D’après vous, pourquoi autant de gens n’ont pas bougé pour défendre les juifs il y a quelques 60 ans ; à force de regarder les autres de haut et ne pas leur tendre la main, voilà ce qui arrive, d’abord l’indifférence et puis la colère pour finir par la haine.


      Je connais bien l’histoire de la shoa et depuis quelques années, depuis l’arrivée de Sarkosy, cela me dégoute de voir que l’histoire ne sert à rien. Inutile de construire des mausolées, de poser des pierres pour commémorer cette période et cette tuerie pour qu’ils ne sont pas foutus de tirer les leçons qui s’imposent.
      En plus, leur communauté n’oeuvre que pour son bien-être et sa prospérité au détriment de la France, allez oust, grand ménage pour tout le monde

    • anticomplot 19 février 2012 04:04

      ancien testament, partie jeremie
      dieu fait une promesse aux descendants de jacob (juifs d’au jourd’hui)

      24/9 = Je les rendrai un objet d’effroi, de malheur, pour tous les royaumes de la terre, un sujet d’opprobre, de sarcasme, de raillerie, et de malédiction, dans tous les lieux où je les chasserai (« chasserai »= car dieu leur avait déjà ordonné de sortir de la terre sainte= jerusalem !!! et avait dit qu’ils seraient éparpillé sur toute la terre)

      donc analysons
      1- dieu leur a promis qu’ils sortiraient de la terre sainte pour vivre éparpillé (=promesse réalisée) = premier chatiment
      2- dieu leur a promis qu’ils seraient un objet de malédiction partout où il les chassera = dabs tous les pays où ils iront (=promesse réalisée)= 2e chatiment
      3- dans d’autres versets dieu leur prédit qu’ils recidiveront et reviendront sur la terre sainte et don désobeiront (= promesse réalisée avec naissance d’israel)
      4- dieu leur a promis l’envoie de 2 témoins saints (voir apocalypse de jean chapitre 11 ainsi que le coran qui tout 2 convergent vers la meme promesse) qui guideront ses bon serviteurs pour reprendre la terre sainte à leur infliger le plus dur des chatiments de cette terre à leur encontre (=promesse reste à venir)
      5- dernier chatiment leur sera attribué dans l’au delà pour ce qu’ils oeuvraient sur terre = l’enfer (=promesse reste à venir)


    • eric 13 février 2012 11:19

      Ben voyons ! Vous avez bien raison concernant Israel. Qu’est ce que c’est que ces « immigrés et leurs descendants (trois ou quatre générations quand même), qui sous prétextes qu’ils sont devenus majoritaires, veulent imposer par la démocratie leurs volonté aux palestiniens »souchiens« qui ont par nature un droit prioritaire de décider de ce qui doit se passer dans »leur« pays ? Vous illustrez remarquablement le droit du sang, de la »race« contre la démocratie.
      C’est peut être un peu ultralibéral. Parce que j’imagine que vous condamnez aussi le devoir de l’État Israélien de nationaliser, d’exproprier des terres appartenant à des »possédants individuels« , au nom de l’intérêt collectif définie par les élections démocratiques. Bon, ce n’est pas incohérent, le troisième Reich non plus n’était pas par principe hostile à l’économie de marché.
      Je serai quand même vivement intéressé de vous entendre sur le sujet suivant. A partir du modèle palestinien, comment la France doit elle se comporter avec les migrants qui viennent s’installer chez elle ? Avec leurs enfants ? Leurs petits enfants ? Doit elle se comporter différemment suivant que l’on parle de ceux qui placent désormais la religion au centre de leurs préoccupation ( les jeunes français d’origine musulmane d’après les résultats du dernier recensement) et ceux qui s’en foutent comme de vulgaire »souchiens« ( tous les autres et notamment les nouveaux arrivant d’origine arabo musulmane, moins »religieux que les locuax). et pourquoi ? L’etat français doit il s’interdire de toucher à la propriété privée ?


      • La râleuse La râleuse 14 février 2012 10:22

        Bonjour Eric,

        Quand je lis les autres commentaires, je viens vous rendre hommage pour le courage de votre position.
        Israël n’a jamais prétendu à la vertu. Comment le pourrait elle, cette nation qui s’est imposée par les armes ? Mais l’article ci-dessus est partial qui ne lui trouve que des aspects négatifs.
        Israël est une nation tout aussi démocratique que bien d’autres et il est stupide de lui reprocher de ne jamais baisser la garde. Si elle le faisait, les pays arabes s’empresseraient de l’anéantir.

        Par ailleurs, concernent le CRIF, il ne représente pas Israël et les israéliens. Le CRIF ne représente pas non plus la majorité des juifs.
        Penser le contraire serait exactement comme prétendre que, parce qu’il existe le parti du Front National, tous les français sont des extrémistes xénophobes.
        Cordialement,


      • Javascript Javascript 20 février 2012 09:52

        Bonjour La Raleuse,

        Je suis désolé de vous apprendre que vous dites n’importe quoi, je vous cite : 

        Par ailleurs, concernent le CRIF, il ne représente pas Israël et les israéliens. Le CRIF ne représente pas non plus la majorité des juifs.

        Malheureusement l’acronyme CRIF vous donne tort :

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_repr%C3%A9sentatif_des_institutions_juives_de_France

        Citation :

        Son premier nom était Conseil représentatif des israélites de France (d’où le sigle CRIF et non CRIJF), le changement de dénomination témoignant du passage d’un esprit de démarches individuelles à un esprit institutionnel1.

        Cordialement,


      • baska 13 février 2012 11:56

        Il est trop fort Richard Prasquier, le président de l’officine à la solde d’israel. Réunir dans la même salle le président sortant et le probable futur président, quel exploit !

        Cette officine réussit quand même chaque année à convoquer la classe politique française toutes tendances confondues et son président sermonne avec une incroyable chutzpah ces politicards venus s’agenouiller devant lui. Certains sont prêts à ramper jusqu’à sion pour y être adoubés. Le degré d’asservissement de ces vendus dépasse l’entendement !

        Comment expliquer une telle soumission ? C’est tout simple, ces politicards sont très pragmatiques et savent que sans le certificat de cacheroute délivré par sion ou ses relais ils ne peuvent prétendre à aucun poste de responsabilité. Ils observent également que les candidats à l’élection présidentielle ou à la mairie d’une grande ville se rendent systématiquement en pélérinage à sion pour prêter allégeance à un pouvoir occulte.

        Autre pré carré du crif : le ministère des affaires étrangères. Sans leur aval, aucun ministre ne peut être nommé au quai d’Orsay en France.

        Rappelons qu’en 2007 cette officine s’est opposée à la nomination de Védrine au quai d’Orsay. Hubert étant jugé pas assez sioniste, l’’ancien président du crif cukierman avait sommé sarko de le remplacer par kouchner.
        Tout cela a été relaté dans le canard enchaîné en date du 16 mai 2007 :
        " L’ennemi d’israel,
        Dès que les dirigeants du crif (conseil représentatif des institutions juives de France) ont appris ce projet du nouveau chef de l’Etat, roger cukierman, président sortant du crif, a appelé au téléphone Claude Guéant pour une violente mise en garde.
        ’ On a eu une réunion au crif, aujourd’hui, et la rumeur d’une nomination de Védrine aux affaires étrangères a circulé. Cela a provoqué la panique parce que, pour nous, Védrine est pire que les anti-israéliens habituels du Quai d’Orsay.’
        Réponse de Guéant : ’Il ne faut pas croire les rumeurs... En tout cas jusqu’à ce qu’elles se réalisent.’
        Un peu plus tard, cukierman a joint directement sarkozy et lui a dit que la communauté juive prendrait la nomination de Védrine comme un « casus belli ».
        Il faut le comprendre : cukierman et ses amis avaient fait campagne pour sarko en expliquant que la victoire de Ségolène provoquerait le retour de Védrine au Quai !".


        • easy easy 13 février 2012 11:57


          Dans la proskynèse que François Asselineau avait évoquée ici face au cas de Hollande se rendant à l’Emir du Qatar (Ou à quelque Clinton), il ressort que face à un public, un roi se faît lécher les pieds par quelqu’un.
          Ce qui poserait donc que ce quelqu’un serait soumis à ce roi.

          Certes.
          Mais encore faut-il être quelqu’un pour que le roi trouve un intérêt à ce léchage. Qu’on veuille bien considérer ce fait et on verra quelque chose de bien plus équilibré que ça n’en a l’air et qui ne mérite aucune hystérisation jalouse.

          Soyons clairs, le peuple français souffre et il fantasme que ses Chefs accourent à son chevet. Nous les gueux, nous fantasmons qu’enfin nos chefs ne nous prennent pas pour des cons à jeter et qu’ils nous placent au tout premier rang des importances. Tout ce qu’ils feraient qui n’irait pas exactement en ce sens, nous vexe de jalousie. 

          Nous voulons que notre bulletin d’individu soit sur-précieux lors de chaque élection et nous rageons de voir les candidats sembler câliner quelques autre électeurs en nous donnant alors l’impression que note bulletin n’est que 60 millionièmement minoré.

          Les présidentielles excitent nos jalousies. Si nous ne posons pas ce fait, nous ne disons rien.


          Le lécheur est donc aussi important que le léché. Lécheur et léché se distinguant non plus exactement en termes de génuflexion physique mais en termes de déplacement. Celui qui se déplace étant le lécheur.

           
          Or en démocratie, un candidat, avant de devenir chef, c’est certes quelqu’un qui doit parler le menton levé, mais qui doit mendier les bulletins. A signaler alors le cas extrêmement spécial de tout président sortant qui devrait rester sur son trône mais qui se retrouve oublié de mendier s’il se représente.

          Et en termes d’efficacité de mendicité ou sollicitation, le mieux, César ne me contredirait pas, consiste, faute de temps et d’ubiquité, de mendier les groupes d’électeurs, les communautés.

          Il est très, très normal que les candidats aux présidentielles, surtout s’ils se proposent d’être rassembleurs, d’aller porter des chocolats à toutes les communautés, à toutes les sortes de communautés.

          La chose n’est ennuyeuse que pour le président sortant qui se représente. Là c’est vraiment moche parce qu’il porte deux casquettes.
           
          Mais même en portant deux casquettes, celle de Président et celle de candidat, s’il fait le tour des communautés avec ses chocolats, il doit se surveiller à traiter chaque communauté pour ce qu’elle est dans le périmètre national. Seulement dans ce périmètre.

          Un Président ne doit pas se rendre chez un Dalaï Lama avec des chocolats et lui dire, devant tout le monde « Je suis à vos côtés dans votre combat contre la Chine » 

          Un Président sortant peut apporter des chocolats aux Juifs de France et ne les y considérer qu’en tant que Juifs français + Juifs non français en transit ici mais il ne doit pas les considérer comme des Israéliens, pas même comme des pro-israéliens et encore moins pour des sionistes. Parce qu’il est le chef de notre Etat, il ne doit en aucun cas citer Israël autrement que depuis l’Elysée, le MAE ou devant une organisation internationale comme l’ONU. Et idéalement, il devrait le faire par la bouche de son MAEtrangères


          Napoléon 1er, en encadrant les Juifs installés dans l’Empire (qui étaient entre eux souvent fâchés) , comme il avait encadré les autres communautés religieuses, avait démontré que cette communauté était importante, qu’il fallait la considérer. 
          Mais aucune des communautés religieuses encadrées en consistoire n’était en train de fomenter un principe d’établissement en Etat quelque part. 
          Napoléon n’a eu à considérer des communautés que leur dimension religieuse, coagulante et économique. Pas question de politique territoriale. Pas question de prendre partie pour des querelles intra et inter communautaires. 

          Mais voilà que depuis 1943 est né le CRIF et que depuis la fondation d’Israël et son conflit avec les Palestiniens, cette organisation profane a tendance à dépasser en importance le Consistoire Juif, toujours strictement religieux, qui existe toujours. Et c’est donc à ce CRIF politique que nos candidats portent des chocolats. 

          Et c’est catastrophique d’un point de vue républicain quand parmi ces candidats livreurs de chocolats se trouve le Président en exercice.

          Evidemment qu’il y a confusion des genres et le CRIF sait parfaitement jouer de ses multiples étiquettes ou allures pour se justifier et légitimer. A 9 h il sait se montrer plutôt religieux, à 12h plutôt économique, à 15 h plutôt politique, à 20h plutôt médiatique, à 22h plutôt victime. A égarer tout le monde, Président hystérisé compris.


          Pour autant, prenons acte de cette faiblesse de Sarkozy mais gardons notre calme républicain.




          Et si les palestiniens avaient eux aussi monté leur dîner CRIPF que se serait-il passé ?
          Hollande et les autres candidats entrants y seraient allés de leur chocolats aussi mais sans y tenir discours solennel. Pas de problème.
          Et notre Président sortant ? Il s’y serait sans doute rendu mais n’aurait forcément pas pu tenir un discours solennel en « La Palestine est un miracle ».
          La coupe aurait alors été débordée.


          En l’occurrence l’AFPS n’ayant pas eu à subir un tel camouflet, a pu continuer à ronger son os et Jean-Claude Lefort s’est contenté d’écrire une lettre à notre Président en évoquant certes cette soirée au CRIF mais sans rien dire sur le « Israël est un miracle » et préférant ne rappeler du discours que les miettes lui offrant quelques espoirs de soutien politique de la part de la France :



          C/C

          ***********

          Paris, le 10 février 2012

          M. Nicolas Sarkozy
          Palais de l’Elysée
          55, rue du fau­bourg Saint-​​Honoré
          75008 Paris

          Mon­sieur le Pré­sident,

          Avant hier soir, au dîner annuel du Conseil repré­sen­tatif des ins­ti­tu­tions juives de France (CRIF), vous avez pro­noncé un dis­cours dans lequel vous avez évoqué for­tement la situation au Proche-​​Orient.

          Vous avez notamment déclaré : « Le Quartet a échoué. Il faut changer de méthodes et accé­lérer le calen­drier. » Et vous n’avez pas manqué de sou­ligner, très jus­tement, que la sécurité d’Israël passait par « l’existence à ses côtés d’un Etat pales­tinien démo­cra­tique, viable et moderne. »

          Comme vous le savez les négo­cia­tions n’avancent pas du tout entre Pales­ti­niens et Israé­liens, et il en résulte sur le terrain une aggra­vation de la situation qui a été sou­lignée avec force par les Chefs de mission de l’Union euro­péenne en poste à Jéru­salem.

          A l’ONU, devant l’Assemblée générale, vous déclariez en sep­tembre dernier qu’il fallait fixer un délai - six mois, aviez-​​vous dit – pour un accord sur les fron­tières et la sécurité. C’était le 21 sep­tembre 2011.

          Quatre mois après : on n’a pas pro­gressé d’un mil­li­mètre, si bien qu’aucun accord n’est en vue, ni sur les fron­tières et la sécurité, ni sur le reste.

          Accé­lérer le calen­drier, comme vous le pro­posez à juste titre, suppose des actes.

          C’est pourquoi vous devriez revoir la position que vous aviez défendue en sep­tembre, aussi bien votre refus de l’admission de la Palestine comme État membre de l’ONU que votre pro­po­sition de lui pro­poser un « stra­pontin » d’État non membre qui, de sur­croît, ne pourrait même pas ester devant la Cour inter­na­tionale de justice et la Cour pénale inter­na­tionale.

          L’heure est venue de dire votre plein soutien à la demande d’admission de la Palestine à l’ONU dans les fron­tières de 1967 et avec Jérusalem-​​Est pour capitale.

          Voilà qui accé­lé­rerait le calen­drier et qui chan­gerait la méthode. C’est ce que nous ne cessons de dire, inclus dans l’intérêt d’Israël.

          La France doit dire désormais, et sans plus attendre, « oui » à la Palestine à l’ONU ! Une Palestine de plein droit !

          Certes les États-​​Unis agitent la menace d’utiliser leur veto. Nous écrivons ce jour au pré­sident Barak Obama pour lui rap­peler qu’il n’est pas de veto pos­sible en cas d’admission d’un nouvel Etat aux Nations unies, dès lors que le point IV de la Charte est res­pecté par l’Etat qui en fait la demande.

          Jamais un État n’a usé de son droit de veto pour s’opposer à l’admission d’un nouvel État aux Nations unies, pour cette « simple » raison qu’une telle démarche serait contraire à la Charte ! Les Amé­ri­cains eux-​​mêmes, dès 1947, décla­raient jus­tement par la voix de leur ambas­sadeur à l’ONU : « « Je ne pense pas que les auteurs de la Charte aient jamais voulu donner à un Etat le droit de s’opposer, pour des raisons étran­gères à la Charte, à l’admission d’un pays que les autres États membres des Nations unies juge­raient digne d’être admis. II y a là, indis­cu­ta­blement, un abus du droit de veto. » (Conseil de sécurité, procès-​​ verbaux n° 81, 190e et 191e séances 1947, p. 2133).

          Washington a d’ailleurs res­pecté et réaf­firmé cette conception de manière constante depuis 1947.

          L’heure est donc venue d’oser la paix et d’accélérer une reprise des négo­cia­tions qui ne peuvent aboutir que si ce point est acquis : la recon­nais­sance de la Palestine comme État dans les fron­tières de 1967. Les négo­cia­tions lais­seront le champ libre aux ajus­te­ments sou­haités et non pas imposés. Ce n’est pas notre affaire. Par contre c’est l’affaire de l’ONU, c’est même sa mission, que de dire, d’affirmer le droit et de le faire respecter.

          La Palestine doit donc être admise à l’ONU – telle est la seule voie aujourd’hui pra­ti­cable, l’échec de tout autre chemin étant constaté. Nous vous demandons, en consé­quence, que la France déclenche, en tant que telle et avec ses par­te­naires euro­péens poten­tiels une offensive diplo­ma­tique sans pré­cédent pour aboutir dans les meilleurs délais au résultat incon­tour­nable qui peut seul « décoincer » la situation : l’admission, comme État de plein droit, de la Palestine à l’ONU.

          Je vous prie de croire, Mon­sieur le Pré­sident, à notre ardente volonté de paix basée sur la justice et à l’expression de nos sen­ti­ments distingués.

          Jean-​​Claude Lefort




          *******************
















          • easy easy 13 février 2012 11:59

            Correction

            «  »«  »
            Or en démocratie, un candidat, avant de devenir chef, c’est certes quelqu’un qui doit parler le menton levé, mais qui doit mendier les bulletins. A signaler alors le cas extrêmement spécial de tout président sortant qui devrait rester sur son trône mais qui se retrouve obligé de mendier s’il se représente.

            «  »«  »"
             


          • potatoes potatoes 13 février 2012 12:06

            Surprenant le peu de commentaires à cet article. Est-ce la peur des représailles innommées ? Alors qu’il s’agit d’un article bien présenté, soutenu, clair pourquoi tant de silence ?
            Je trouve ce silence très parlant, c’est l’autocensure par excellence, quelle honte. En pensons-nous moins ? Je ne crois pas.
            Bonne journée à tous


            • La râleuse La râleuse 14 février 2012 10:26

              Bonjour Potatoes,

              Et bien vous pouvez toujours prendre connaissance de mon commentaire à Éric.
              Mais je peux vous résumer mon opinion en 5 mots : ’Cet article est honteusement partial.’
              Bonne journée à vous.


            • Ariane Walter Ariane Walter 13 février 2012 15:40

              Remarquable article.
              Le crif est un Etat dans l’Etat et Israël le maître de ce monde.

              Non pas pour défendre Israêl, car les banquiers US (juifs et autres) ont été les premiers à financer Hitler, non seulement à l’aider à naître mais aussi à soutenir son effort de guerre, en particulier avec Ford. Ils ont aussi fourni des moyens de faire de l’essence. (D’où venait l’essence de l’allemagne nazie ?)
              Ils s’en foutent un peu des juifs, ces juifs là.
              Le crij est une officine de ce monde banquier apatride où sous le masque de la religion on veut tout dominer.Tartuffes.


              • Scorsonère noire géante de Russie 13 février 2012 16:27

                Ce que vous dîtes est parfaitement exact. Des tartufes. Et cette clique de tartufes s’est désigné un ennemi à abattre (et un seul ) dans le paysage politique français, car ne partageant pas les mêmes valeurs ( de tartufes ) : Il s’agit du front National. J’ajoute que c’est le même ennemi désigné par le MEDEF et par le FG. Quelle conclusion en tirez-vous ? 


              • Ariane Walter Ariane Walter 13 février 2012 19:10

                Mais tu as été très vilain....


              • Henri François 13 février 2012 17:13

                La Shoa, Israêl,le CRIF,Golden Sachs, Lehman Brothers,AIPAC, les courbettes de Hollande et de Sarko, les louanges de l’étoile de David, Rotschild, Wildenstein, etc...etc...en somme tous les ingrédients pour devenir - hélas, trois fois hélas - profondément, viscéralement, éternellement antisionistes.
                Et dire que cette plaie dont la planète n’arrive pas à guérir pisse le pus depuis des millénaires.
                Au fait moi qui habite la Tunisie je dirai à ce triste sire qu’est M Pasquier que si quelques cris anti-juifs ont résonné voilà peu à l’aéroport de Tunis, dès le lendemain, des voix se sont levées partout dans le pays, relayées à travers tous les quotidiens pour « condamner ces quelques trublions et clamer haut et fort que les juifs étaient tunisiens à part entière ». NB - J’écris bien « antisionistes » et non antisémites car chez les sémites sont logés les hébreux et les arabes. Et pour moi ces deux là sont mes frères.


                • Gonzague Gonzague 13 février 2012 18:48

                  Mouais...

                  J’ai positivement voté l’article et le regrette finalement. La principale raison pour laquelle la classe politique  française fait grand cas de ce genre de dîners à la con, presqu’aussi inutile qu’un épouvantail en Terre Adélie, c’est qu’il permet justement de mettre en avant les crimes nazis pour éviter de mentionner (ou relativiser) les siens, passés ou présents
                  Il n’est pas question d’un lobby juif qui mange des enfants avec les doigts en faisant passer le tout avec leur sang impur, mais d’une manipulation non-juive de la Shoah et des pogroms passés. SI jamais les politiques devaient demain cesser d’aller dans ces pique-niques stupides, cela n’aurait aucune incidence sur la politique  française

                  Oui mais voilà, s’y rendre, et si possible de manière ostentatoire, c’est bien montrer « qu’il y a LE CRIME ABSOLU dont nous ne sommes pas responsables, nous, bons Français qui avons des idées à défaut de pétrole, et que jamais nos crimes, si tant est qu’il y en ait eu, n’eurent l’ampleur de ceux là perpétrés contre nos amis israélites » 

                  Les gouvernants peuvent par la suite gloser sur la colonisation, l’esclavagisme, les massacres organisés en prétendant que l’on ne peut pas comparer et qu’à l’aune de la Shoah, il s’agissait finalement de bien peu de choses. 

                  Vous voyez, vous prenez le problème à l’envers. Ce n’est pas grave à court terme et dans les salons confinés agoravoxiens, mais peut s’avérer dangereux dans l’absolu et devant un auditoire plus important. 

                  • caramico 13 février 2012 21:11

                    Le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France....
                    le CRIJF...
                    Le Crijefeu....
                    Comment faut-il vous l’écrire ?


                    • volpa volpa 13 février 2012 21:35

                      Si l’auteur est athée ou agnostique donc pas influencé par l’islam, je l’approuve deux cent pour cent.


                      • Sat is Fay 14 février 2012 05:58

                        Ras l’bol du FRIC !!
                        Tuer, avilir un être humain c’est pas bien, à part chez ce groupuscule où cela semble convenable, où raser un pays et des enfants pour un seul soldat c’est logique.
                        Si c’est pas du satanisme c’est quoi ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès