Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Front populaire et « l’expérience socialiste »

Le Front populaire et « l’expérience socialiste »

« Les poisons sont quelquefois des remèdes, mais certains poisons ne sont pourtant que des poisons. » (Léon Blum, "À l’échelle humaine", 1945, éd. Gallimard).



Ce mardi 3 mai 2016 en fin de matinée, le Président de la République François Hollande a prévu de conclure le colloque sur "La gauche et le pouvoir" organisé par la Fondation Jean-Jaurès et le think tank Terra Nova au Théâtre du Rond-Point à Paris. L’occasion de marteler à en perdre l’haleine que "la France va mieux", profitant de la baisse de 60 000 demandeurs d’emploi de la catégorie A et d’une croissance de 0,5% pour le premier trimestre de 2016, soit 0,1% de mieux que prévu. Ce colloque qui entend célébrer les 80 ans du Front populaire est tenu un peu en avance : Léon Blum ne commença à gouverner que le 4 juin 1936.

Néanmoins, c’était effectivement il y a exactement 80 ans, le 3 mai 1936, que le peuple français, à l’issue des élections législatives, apporta au Palais-Bourbon la première majorité socialo-communiste de l’histoire française.

Le scrutin s’était déroulé au scrutin uninominal majoritaire à deux tours par arrondissements selon la loi du 21 juillet 1927 qui avait abrogé la loi du 12 juillet 1919 rétablissant le scrutin majoritaire d’avant 1919 (entre 1919 et 1927, le scrutin était assez compliqué dans un mixte majoritaire et proportionnel). Le premier tour avait eu lieu le 26 avril 1936. La loi du 21 juillet 1927 fut elle-même abrogée à la Libération, le 17 août 1945.


Un débat public très violent

Il faut d’abord rappeler le climat particulièrement violent de la vie politique de l’époque. C’était le premier scrutin législatif après l’arrivée de Hitler au pouvoir en Allemagne et après les émeutes du 6 février 1934 qui a failli emporter la IIIe République (on peut d’ailleurs remarquer que le refus de putsch du colonel de La Rocque, qui disposait d'environ 8 000 militants des Croix-de-Feu au centre de Paris, a sauvé la République).

La population était particulièrement clivée, entre ceux qui avaient peur du communisme, ceux qui avaient peur du nazisme, ce qui croyaient au socialisme, ceux qui auraient voulu rester dans une perspective conservatrice, etc.

Le leader du Front populaire, Léon Blum (j’y reviendrai) était particulièrement détesté par de nombreuses personnalités de droite extrême qui n’hésitaient pas à exprimer ouvertement leur antisémitisme. Je reste d’ailleurs convaincu que la candidature de Dominique Strauss-Kahn en 2011 aurait engendré des insultes antisémites assez similaires, s’il n’y avait pas eu son inattendue affaire du Sofitel de New York. Pierre Mendès France, qui fut Sous-secrétaire d’État au Trésor dans le deuxième gouvernement de Léon Blum, a subi aussi ce genre d’insultes).

Pour s’en faire une idée, il suffit de lire quelques réflexions au cours de la campagne électorale comme celle de Xavier Vallat (1891-1972), grand orateur, député de 1919 à 1924 et de 1928 à 1940, futur responsable du redoutable Commissariat général aux questions juives de 1941 à 1942 : « Blum ! C’est le bruit que font douze balles françaises entrant dans la peau d’un traître ! ». Xavier Vallat, qui était membre des Croix-de-Feu, avait quitté ce groupement lors de l’arrivée du colonel de La Rocque qu’il trouvait beaucoup trop modéré et républicain.

D’autres appels au meurtre ont ainsi été émis. Les plus violents furent Léon Daudet (1867-1942), député de 1919 à 1924, et bien sûr, Charles Maurras (1868-1952) de l’Action française.

Ainsi, après les élections de 1936, Charles Maurras a écrit : « C’est en tant que Juif qu’il faut voir, concevoir, entendre, combattre et abattre le Blum. Ce dernier verbe paraîtra un peu fort de café : je me hâte d’ajouter qu’il ne faudra abattre physiquement monsieur Blum que le jour où sa politique nous aura amené la guerre impie qu’il rêve contre nos compagnons d’armes italiens. Ce jour-là, il est vrai, il ne faudra pas le manquer. » ("L’Action française", le 15 mai 1936).

Des mots dont il était coutumier puisque le 9 avril 1935, il écrivait déjà : « C’est un monstre de la République démocratique. Et c’est un hircocerf de la dialectique heimatlos. Détritus humain, à traiter comme tel. (…) C’est un homme à fusiller, mais dans le dos. » (Charles Maurras).

Léon Daudet n’en était pas moins féroce dans ses pamphlets, comme en 1930 : « C’est un orateur, à mon avis, ennuyeux, par son ronron insistant et geignard, mais doué de quelques-unes des qualités de l’orateur, et qui se fait écouter. (…) Intellectuellement et moralement, c’est un précieux, du genre hermaphrodite, et dans le ghetto, quand de tels précieux s’en mêlent, chacun sait qu’ils font bien les choses. (…) Il méprise profondément (…) la démocratie en général ; mais il voit en elle le moyen de parvenir à jouer un rôle important, à ramasser ainsi le sceptre tordu de Jaurès. Étant ainsi bâti, Léon Blum se parachève d’une hyperesthésie vaniteuse qui le pousse à pleurer de vraies larmes quand on le ridiculise (…). Je l’ai même vu, spectacle inénarrablement comique, taper du pied en descendant de la tribune et regagnant son banc, comme un cheval stationnant devant une boutique. Mademoiselle avait ses nerfs. (…) Quand il a fini d’évoquer, d’adjurer, d’implorer des explications sur ces arides tarifs de chemin de fer, (…) le citoyen Fifille libère tout à coup le serpent haineux qui siffle sous ce coussin de satin rose. L’œil devient d’acier. Le ton grince. Il est fait allusion à l’heure prochaine où Blum administrera la société française, sera notre maître à vous et à moi (…). C’est comique, parce qu’une demoiselle, même garnie de barèmes et de logarithmes, même stylée par Jaurès et Sembat, même ambitieusement corsetée, ne fera jamais peur aux plus timides bourgeois. (…) Ce Léon Blum est un oriental, sans frein ni loi, barbouillé en juriste français. Il n’est sincère en lui, sous le feint bon ton et le beau veston, que la rage contre une nation, nos tours d’esprit, nos mœurs, que l’avidité de les détruire. Comme elle voudrait mordre, cette fifille savante !… » ("Termites parlementaires").

Par "oriental", il fallait comprendre "Allemand", car l’extrême droite reprochait à Léon Blum d’être pro-allemand (ce qui paraît aujourd’hui stupide lorsqu’on sait que l’Allemagne est devenue nazie et donc antisémite). En plus d’être un antisémite (il tempéra son antisémitisme à partir des années 1930), Léon Daudet était aussi un misogyne. Le gouvernement du Front populaire comporta trois femmes, une première historique (Cécile Brunschvicg, Irène Joliot-Curie et Suzanne Lacore), alors que les femmes n’avaient pas encore obtenu le droit de vote. Les sénateurs radicaux firent capoter la tentative unanime en juillet 1936 des députés de leur accorder ce droit. Il a fallu attendre l’ordonnance du 21 avril 1944 signé par De Gaulle et sa première application aux élections municipales du 29 avril 1945 !


La victoire de Léon Blum

Malgré toutes ces campagnes de dénigrement, le Front populaire fut majoritaire dans l’électorat le soir du premier tour, le 26 avril 1936, représentant 5,6 millions de voix soit 57,2% des voix. La SFIO (futur PS) notamment a obtenu 19,9% des voix, le PCF (communiste) 15,3%, qui a presque doublé son audience (8,3% aux élections législatives du 1er mai 1932), et les radicaux 14,5%, en perte de vitesse (19,2% le 1er mai 1932). Depuis le début des années 1930, avec la grave crise économique, il y avait une course folle à la démagogie où se concurrençaient deux mouvements de masse, les ligues d’extrême droite et les partis ouvriers, et cela se faisait au détriment des radicaux, les élus les mieux établis dans cette IIIe République finissante.

Au soir du second tour, le 3 mai 1936, grâce aux accords de désistements, la coalition pouvait ainsi compter sur une majorité absolue de 386 sièges sur 610, dont 149 socialistes, 72 communistes et 110 radicaux dans une Chambre des députés qui comportait en outre 13 députés du PDP (Parti démocrate populaire, futur MRP à la Libération, puis Centre démocrate et CDS après 1958).

_yartiFrontPopulaire02

Si la chambre élue en juin 1981 dans la foulée de l’élection de François Mitterrand a pu être qualifiée de République des professeurs (ou des barbus), celle de mai 1936 pourrait s’appeler République des avocats, tant cette profession était bien représentée, avec 110 avocats sans compter les 7 professeurs de droit.


Le Front populaire

Le congrès de Tours, du 25 au 30 décembre 1920, a vu se diviser les forces socialistes avec la scission des socialistes (SFIO) et des communistes (SFIC puis PCF). Léon Blum y a alors prononcé un discours qui ne voulait fermer aucune porte pour l’avenir : « Nous sommes convaincus jusqu’au fond de nous-mêmes que, pendant que vous irez courir l’aventure, il faut que quelqu’un reste garder la vieille maison. (…) Les uns et les autres, même séparés, resteront des socialistes ; malgré tout, restons des frères qu’aura séparés une querelle cruelle, mais une querelle de famille, et qu’un foyer commun pourra encore réunir. » (fin décembre 1920).

Les émeutes du 6 février 1934 ont encouragé les frères ennemis à se réconcilier à partir du 26 juin 1934 (discours de Maurice Thorez à Ivry) avec un accord le 27 juillet 1934. Ce fut ensuite après les élections municipales de mai 1935, où les radicaux ont perdu du terrain au profit de l’extrême droite et du vote ouvrier, que les radicaux se rapprochèrent de la SFIO et du PCF en organisant une manifestation unitaire le 14 juillet 1935 et en prônant un programme commun avec un accord de désistement réciproque entre les deux tours aux élections législatives des 26 avril et 3 mai 1936. La "disciple républicaine" venait de s’amorcer.

_yartiFrontPopulaire03

Il a fallu un mois avant la constitution du gouvernement de Léon Blum. Composé de socialistes et de radicaux, il fut soutenu par les communistes. Un soutien sans participation. La SFIO avait elle-même soutenu, sans y participer, le gouvernement d’Édouard Herriot après la victoire du Cartel des gauches le 25 mai 1924.

Son programme fut à l’origine de quelques grandes avancées sociales dont certaines font partie de la mythologie politique française. De même, la notion de "peuple de gauche", complètement contraire à l’esprit républicain qui veut que la France est une République indivisible, et donc qui ne peut pas être divisée en "peuple de gauche", "peuple de droite", "peuple du centre" et sans doute "peuple d’ailleurs", cette notion provient de cette période du Front populaire où tout ce qui n’était pas de gauche était réputé fasciste (ce qui était une analyse complètement stupide, surtout quand on sait que le pacte germano-soviétique a été signé quelques années plus tard).


Les mesures du gouvernement Blum

Après de fortes grèves qui ont commencé au Havre le 11 mai 1936, les accords de Matignon furent signés le 8 juin 1936 (entre patronat et syndicats) et d’autres mesures ont été prises très rapidement par le gouvernement : hausse des salaires de 12% (dans le cadre d’une politique pleinement keynésienne), création des délégués du personnel, deux semaines de congés payés, réduction du temps de travail de 48 à 40 heures par semaine, création des conventions collectives (11 et 12 juin 1936), 40% de réduction pour les billets de train accordés aux ouvriers partant en vacances, retraite des mineurs (29 juillet 1936), allocation chômage (28 août 1936), nationalisation de l’industrie aéronautique et d’armement (7 août 1936), création de la SNCF (décret-loi du 31 août 1937), scolarisation obligatoire jusqu’à 14 ans, création future du CNRS préparée par Jean Zay avec l'aide d'Irène Jolio-Curie et de Jean Perrin (décret-loi du 9 octobre 1939 signé par Albert Lebrun, Édouard Daladier, Yvon Delbos et Paul Reynaud), etc.

_yartiFrontPopulaire04

Dans son "Histoire économique de la France entre les deux guerres", publié en 1965 puis réédité en 1984 (éd. Fayard), l’économiste et sociologue Alfred Sauvy (1898-1990) avait critiqué vivement, a posteriori, certaines de ces avancées sociales, notamment la réduction du temps de travail à 40 ans : « bloquant une économie en pleine reprise qui est l’acte le plus dommageable commis depuis la révocation de l’édit de Nantes ». En revanche, Alfred Sauvy avait salué la dévaluation de 29% du franc le 26 septembre 1936 et la fin de sa convertibilité en or.

En politique étrangère, la guerre civile en Espagne a commencé en juillet 1936 et Léon Blum, favorable à une intervention française pour aider les républicains, y a renoncé en raison de l’opposition des radicaux dont le soutien lui était indispensable. D’ailleurs, ce soutien fut retiré définitivement le 8 avril 1938 avec le refus des sénateurs radicaux de donner à Léon Blum les plein pouvoirs financiers.


Les "expériences socialistes"

En tout, quatre gouvernements exercèrent le pouvoir en France avec la majorité du Front populaire, deux dirigés par Léon Blum (du 4 juin 1936 au 29 juin 1937 et du 13 mars 1938 au 10 avril 1938) et deux autres par le radical Camille Chautemps (du 29 juin 1937 au 13 mars 1938). Le radical Édouard Daladier forma un nouveau gouvernement le 12 avril 1938 avec une majorité composée de radicaux et des formations de droite et de centre droit. Avec la même Chambre élue le 3 mai 1936, le maréchal Philippe Pétain fut nommé Président du Conseil le 16 juin 1940 et a obtenu les plein pouvoirs constitutionnels le 10 juillet 1940, grâce aux manœuvres politiciennes du socialiste Pierre Laval, abrogeant de fait la IIIe République.

C’est pourquoi on a souvent parlé de "l’expérience socialiste", car la majorité du Front populaire a eu moins de deux ans pour gouverner et "faire ses preuves". D’autres gouvernements furent dirigés par des socialistes sous la IVe République : Félix Gouin du 26 janvier 1946 au 24 juin 1946, Léon Blum du 16 décembre 1946 au 16 janvier 1947 pour installer les institutions de la IVe République, Paul Ramadier du 22 janvier 1947 au 19 novembre 1947, qui s’est illustré avec le socialiste Jules Moch, Ministre de l’Intérieur, qui a sévèrement réprimé les grèves communistes de novembre 1947, enfin Guy Mollet du 1er février 1956 au 21 mai 1957, qui fut le gouvernement le plus répressif de l’après-guerre avec la répression en Algérie.

Sous la Ve République, trois socialistes ont eu les pouvoirs pour gouverner : François Mitterrand Président de la République du 21 mai 1981 au 17 mai 1995, Lionel Jospin Premier Ministre de cohabitation du 2 juin 1997 au 6 mai 2002, et enfin, François Hollande, Président de la République depuis le 15 mai 2012. François Mitterrand et François Hollande ont nommé par ailleurs sept autres Premiers Ministres socialistes : Pierre Mauroy, Laurent Fabius, Michel Rocard, Édith Cresson, Pierre Bérégovoy, Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls. Grâce à la stabilité des institutions de la Ve République, les "expériences socialistes" ne sont plus des expériences mais des législatures complètes, en revanche, sont-elles encore socialistes ?…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (03 mai 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le Front populaire.
Léon Blum.
Jean Jaurès.
Pierre Mendès France.
Jean Zay.
John Maynard Keynes.
Le colonel de La Rocque.
Charles Péguy.
Ce qu’est le patriotisme.
Louis-Ferdinand Céline.
Philippe Pétain.
Pierre Laval.
L'Allemagne en 1933.
L'Espagne en 1936.

_yartiFrontPopulaire05
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.25/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • lsga lsga 3 mai 13:39

    « Néanmoins, c’était effectivement il y a exactement 80 ans, le 3 mai 1936, que le peuple français, à l’issue des élections législatives, apporta au Palais-Bourbon la première majorité socialo-communiste de l’histoire française. »

     
    Rappelons que le peuple parisien, qui est toujours très en avance sur le peuple français, avait lui porté le socialisme au pouvoir dès 1871. Il s’agissait du vrai socialisme, celui qui remet en cause la propriété privée, pas le socialisme de pacotille de Jaurès, qui consiste à négocier trois coup de fouets en moins, une miche de pain en plus, et des pauses un peu plus longues. 


    • meslier meslier 3 mai 13:59

      @lsga

      Donnez moi un seul exemple où le communisme a réussi ?

      Il est contraire à la nature humaine .

      La seule solution que vous proposez c’est l’imposer de force puis le maintenir de force .


    • escoe 3 mai 16:55

      @meslier Il est contraire à la nature humaine

      Il ’y a bien que vous et vos amis Ripoublicains pour savoir ce qu’est la nature humaine. Croyez vous vraiment qu’après 2017 Sarkozy trouvera un poste de professeur d’anthropologie ?


    • meslier meslier 3 mai 20:24

      @escoe

      Je n’ai pas d’amis en politique , je suis contre toutes les idéologies ...


    • CN46400 CN46400 4 mai 08:43

      @meslier


      « Donnez moi un seul exemple où le communisme a réussi ? »

         Le communisme réussi chaque fois qu’une loi apporte plus d’égalité et de justice social dans une société (exemple le Front Populaire) et il perd chaque fois que ces droits sont rognés (Valls-Hollande) ou disparaissent (chute de l’URSS).....


    • meslier meslier 4 mai 12:20

      @CN46400

      Vous ne répondez pas à la question , vous faites en réponse un jugement moral , le Marxisme en fait est une religion et vous êtes croyant .


    • CN46400 CN46400 3 mai 21:35

       Ce texte est honnête, tout juste sous-estime-t-il le rôle des grèves de juin dans les acquis sociaux du Front Populaire, grèves qui, elles aussi, doivent beaucoup à la victoire électorale de la gauche. Mais la plus grande des victoires du FP fût de barrer la route aux fascistes français qui devront attendre les fourgons nazis pour fouler, quatre années durant, la moleskine des couloirs ministériels.


       Une précision cependant, le « socialiste » Laval est une formule peu honnête, ex-socialiste aurait été plus juste. Si ce raisonnement se généralisait on en viendrait à qualifier de gouvernement de Hollande de « trotskiste », ce qui n’est pas la vérité....

        

      • agent ananas agent ananas 3 mai 21:44

        L’auteur aurait dû intituler son article : Le Front Populaire et « l’expérience National Socialiste ».
        Les 3/4 des membres du Front Populaire ont voté les pleins pouvoirs à Pétain ...


        • Jean Pierre 3 mai 23:21

          @agent ananas
          Les parlementaires ont voté « les plein pouvoirs à Pétain pour la rédaction d’une nouvelle constitution ». Dans le chaos de la débâcle Pétain a réalisé un coup d’Etat. Son pouvoir n’a jamais eu la moindre légitimité démocratique. L’histoire n’a retenu qu’une partie du texte mis au vote : c’est à dire « les pleins pouvoirs » en oubliant le reste. 


        • CN46400 CN46400 4 mai 08:30

          @agent ananas


            Dans le « parlement » (Sénat+chambre des députés) qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain, c’est à dire la fin de la république, les partisans du FP étaient minoritaires (80 opposants + 52 élus communistes emprisonnés mais non remplacés). Mais il est exact que certains élus FP (Soc, rad ou ex PC) de 36 ont voté pour l’intronisation de Pétain. L’auraient-ils fait sous l’empire de la peur des sbires de Laval, comme certain l’ont prétendu plus tard, que cela reste une trahison de l’esprit républicain. 

        • eric 4 mai 11:39

          @CN46400

          Certes ! Mais le Senat n’avais pas ete elu par le front popu. Du coup, aditionner les deux pour noyer le poisson..... A l’AN en revanche, ce sont bien les deputes elus grace a ce front qui constituent le groupe le plus nombreux a soutenir Petain, (chiffres dans le NO, 285 ?). On insistera jamais assez sur le vote d’elus communistes pour petain. Exclus (euh, mis d’eux meme en dehors du parti pour avoir refuse l’alliance entre communistes et Nazis) ils sont les precurseurs de ce que fut la ligne general du PCF moderne, pour un socialisme a la francaise, independant de Moscou...

          Je releve une imprecision dans le texte, fevrier 34 n’est pour rien dans le rapprochement des socialo et des bolcheviques. Le PCF faisait en effet partie des factieux de la Concorde a travers ses officines d’anciens combattant, qui defilerent contre la Republique.

          C’est bien aux ordres de Staline, et suite aux deboires des cocos en allemagne, dont les comportement faciliterent grandement la montee du Nazisme, qu’un PCF aux ordres soutint le FP.

          On aurait pu aussi insister un peu plus sur le sinistre episode de la guerre d’espagne ! Contre ses allies, contre une partie de sa majorite, contre l’assemblee, en cachette du peuple, ce pouvoir envoya clandestinement des armes contribuant a faire durer ce conflit meurtrier. Je pense aussi aux decisions du FP concernant les tziganes et qui en font un vrai precurseur du petinisme. Apres un commentateur dit, Laval n’etait plus un vrai socialiste . C’est tres possible. C’est des trucs d’experts en interne a gauche.... c’est comme Moubaraks et Ben Ali, membre de l’IS un jour, dictateurs sanguinaire le lendemain.... de leur perte du pouvoir..... N’empeche, vu de droite, donc de Londres, l’essentiel du personnel politique de Vichy vient des gauches.

          Heureusement qu’Obama puis Poutine, ont contribue a calmer le mimetisme Blumien revendique par Hollande et celebre ce jour par le Nouvel observateur. Car, il est bon que tous a gauche le sachent. Le modele de ce type que vous connaissez tous intimement (il a ete le chef du PS ! Donc en relation quotidienne avec toutes les gauche, c’est Leon !

          Le dit NO lui oublie le passage de Blum au pouvoir en 46. Peu de temps. Assez pour jetter le corps expeditionnaire, beaucoup la legion peuplee de soldat gres experimentes, recrutes en allemagne, sur les villages indochinois.

          Alors que le PS celebre les echecs premonitoires du FP, il ne faut pas oublier qu’il y a encore des imbecilites qu’ils n’ont pas eu le temps de reiterer.

          Plus jamais cela ! Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas !


        • Jean Pierre 4 mai 12:48

          @CN46400
          Comme je le signalait juste au dessus les parlementaires n’ont pas voté les pleins pouvoirs à Pétain comme il est dis couramment, mais « les pleins pouvoirs pour rédiger une nouvelle constitution ». Par ce vote Pétain n’avait qu’un pouvoir constitutif. Il a pris tout le pouvoir par coup d’Etat non à la suite d’un vote.


        • julius 1ER 4 mai 14:40
          C’est bien aux ordres de Staline, et suite aux deboires des cocos en allemagne, dont les comportement faciliterent grandement la montee du Nazisme, qu’un PCF aux ordres soutint le FP

          @eric

          parfois tu n’es pas sans me rappeler un certain P Henriot , aussi menteur et aussi vil que lui ... comme quoi tu as de belles références !!!!!!!!

        • fred.foyn Le p’tit Charles 4 mai 07:17

          C’est le « PEUPLE » qui à fait notre société..pas ces politiciens-véreux, eux cassent les acquis de nos parents...C’est au pouvoir que l’on trouve les vrais CASSEURS de notre société...


          • julius 1ER 4 mai 14:35

            our s’en faire une idée, il suffit de lire quelques réflexions au cours de la campagne électorale comme celle de Xavier Vallat (1891-1972), grand orateur, député de 1919 à 1924 

            @l’auteur,

            je pensais que Vallat avait été fusillé à la libération .... comme quoi la République est bonne, elle a laissé vivre quelques belles ordures même Maurras a échappé à la peine de mort ..... que n’a t’il pas appelé au meurtre d’autres hommes politiques opposés à ces conceptions... rien que pour cela ces deux auraient du être liquidés surtout si l’on se remémore la façon dont ont été exécutés Jean Zay, Georges Mandel Victor Basch ou Georges Sarraut comme quoi des temps troublés peuvent profiter à ceux qui en été les instigateurs entr’autre chose !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès