Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le gouvernement rattrapé par la réforme de la fiscalité

Le gouvernement rattrapé par la réforme de la fiscalité

Au pied du mur d'une grogne fiscale contagieuse, l'exécutif a choisi la contre-attaque en annonçant une remise à plat globale de la fiscalité. Le paradoxe, c'est que ce chantier dont l'ampleur et la complexité technique a fait reculer bien des gouvernements soit ouvert par un exécutif politiquement très affaibli. Le pire serait sans doute que ce ne soit qu'une promesse de Gascon destinée à gagner du temps ou, que la grande réforme promise n'accouche que d'une souris. 

Dans l'immédiat, c'est un beau coup politique que vient de jouer l'exécutif. Il permet d'offrir une bouffée d'oxygène à un gouvernement asphyxié et de redonner des couleurs à un Premier ministre moribond qui gagne ainsi les quelques mois de longévité nécessaires pour attendre le résultat des municipales et des européennes. Deux scrutins annoncés comme très difficiles et qui mécaniquement devraient donner lieu à un remaniement.

Rien pour autant ne peut garantir le succès de la manœuvre tant le climat social du pays s'est dégradé. Tout dépendra de la façon dont le gouvernement passera le cap du 1er janvier 2014 et de ses multiples hausses de TVA.

En réinstaurant des discussions avec les partenaires syndicaux et économiques, l'exécutif en profite pour tenter de redonner la main aux fameux corps intermédiaires. Une façon également habile de circonscrire les mouvements catégoriels ou les agrégats de mécontentements spontanés, insaisissables car sans structure avec lesquelles négocier.

Pour autant, réformer la fiscalité, ce n'est pas conduire les grandes réformes structurelles qui conduiront à moins de dépenses publiques. C'est certes rendre plus acceptable, car plus justes, des niveaux de prélèvements très élevés, c'est au mieux stabiliser ceux-ci le temps que la croissance revienne.

Ainsi, si Thomas Piketty se félicite, avec prudence, dans les colonnes du Monde de l'annonce de Jean-Marc Ayrault il partage avec beaucoup d'autres économistes le sentiment que les impôts ont été trop fortement augmentés depuis la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy. C'est donc toute l'architecture des dépenses publiques du pays qu'il convient de revoir. Le chantier est titanesque. Il faudra un peu plus qu'un Premier ministre en sursis pour le mener à bien.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • kalagan75 19 novembre 2013 17:34

    ils annoncent la fusion de la csg avec l’iR alors que ces 2 impôts ont été à payer ensemble au moins de Septembre pour la première fois .... ??????


    • Fergus Fergus 20 novembre 2013 09:44

      Bonjour, Kalagan.

      La fusion de ces deux impôts n’est pas dans le moment où ils sont perçus mais dans le fait que la CSG, impôt à taux unique, deviendrait de facto un impôts progressif et par conséquent plus juste.


    • kalagan75 20 novembre 2013 10:57

      oui je l’avais précisé plus bas ; ce que je voulais dire ( mon propos étant mal exprimé ) , c’est que ce prélèvement simultané était, à mon avis, un prémisse à ce qui est annoncé ...


    • Fergus Fergus 20 novembre 2013 11:55

      @ Kalagan.

      Effectivement, j’ai vu plus tard votre autre commentaire.

      Bonne journée.


    • viva 19 novembre 2013 18:17

      Le gouvernement n’a pas le choix, il y a trop de personnes qui sont dans l’incapacité de payer. 

      Les dépenses contraintes sont déjà trop élevés et une large part de la classe moyenne ne s’en sort plus avant impôt.

       Il va saisir sur les comptes et les salaires pour faire des sdf ? une fois fait il faudra payer l’hotel à des familles entières.

      La seule solution c’est de tenir compte de la location ou des mensualités pour l’achat d’un logement. Ceux qui ont fini de payer leur pavillon, paieront plus d’impôt, il n’y a pas le choix, il n’y a plus que là qu’ils peuvent soutirer du fric sans s’attaquer aux gros revenus.


      • Fergus Fergus 20 novembre 2013 09:52

        Bonjour, Viva.

        Vous écrivez « Les dépenses contraintes sont déjà trop élevés ».

        Elles sont toujours trop élevées de l’avis de ceux qui les paient. Mais c’est en grande partie une illusion, largement entretenue par la droite.

        Dans les pays gérés sur un modèle anglo-saxon, et par conséquent soumis à une moindre pression fiscale, une partie de ces dépenses relève en effet du privé, notamment sur les plans éducatif et médical. Mais une fois toutes ces dépenses cumulées, qu’elles soient d’ordre public ou privé, les dépenses contraintes sont les mêmes, et parfois plus élevées dans les pays libéraux. 


      • Croa Croa 20 novembre 2013 00:06

        Bof, ce sera comme d’habitude...  au mieux une promesse en l’air, au pire une arnaque... J’opterais plutôt pour les promesses : Nous devons avaler l’augmentation de la TVA et pour faire passer ça des promesses sur les autres impôts s’imposent....

        Après tout ça n’engage à rien !


        • Alpo47 Alpo47 20 novembre 2013 15:12

          Effectivement, tout le monde s’ébahit à l’annonce d’une réforme fiscale. Or, JMA n’a rien expliqué, décrit, développé ...
          Or, ce nouveau gouvernement continue de bon coeur de faire payer la classe moyenne et d’exclure les plus haut revenus. Je crois que ce serait une erreur de supposer que « réforme » égale automatiquement plus de justice sociale..

          Or, rappelons encore et encore que si le pays est en déficit et en crise, c’est d’abord ... PARCE QUE LES PLUS HAUT REVENUS ECHAPPENT LARGEMENT A L’IMPOT SUR LE REVENU, AINSI QUE LES GRANDES ENTREPRISES POUR L’IMPOT SUR LES BENEFICES.
          Une vraie réforme , plus juste, consisterait à faire un impot véritablement progressif. Le contraire du système actuel.

          Inutile de rêver : nous sommes dans un système, d’abord européen entièrement mis en place pour profiter aux plus haut revenus et CELA NE CHANGERA PAS SI NOUS NE L’ IMPOSONS PAS.


        • ETTORE ETTORE 20 novembre 2013 00:18

          avec cette « fratrie » il faut comprendre le contraire de ce qui est dit et se méfier de leur don d’organe [ cerveau] qu’il n’ont pas.

          j’ai la plus grande peine du monde à faire confiance à ces magiciens qui sortent du chapeau des réformes, comme des lapins, et qui détalent une fois le spectacle des Grands Mots, terminé.
          Quand ils disent « pour l’égalité » il faut comprendre « creusons encore les inégalités »
          Quand ils disent « déployons ce nouveau plan fiscal » comprenons « gagnons du temps et replions nous si possible sans désordre après les municipales »
          Quand ils disent « je vais faire » ils parlent de leur testament politique, car il est clair que ce n’est pas ce fusible corrodé qu’est le premier Ministre actuel qui va prendre la charrue et tracer le sillon dans cette plèbe prête à lui sauter au visage.
          Il a du y penser ce matin, pendant qu’il se rasait en se disant ; ils savent bien que les promesses n’engagent que ceux qui y croient" 
          Comment pourraient ils m’en tenir rigueur
          si je les dis si intelligents à mon verbiage.

          • claude-michel claude-michel 20 novembre 2013 08:18

            La remise à plat va nous coûter cher encore une fois.. ?


            • kalagan75 20 novembre 2013 08:37

              si on lit entre les lignes , ils vont inventer une csg progressive avec prélèvement à la source, les classes moyennes et supérieures peuvent s’attendre à une nouvelle ponction ...


              • claude-michel claude-michel 20 novembre 2013 08:53

                Les riches seront épargnés..comme toujours.. !


              • unandeja 20 novembre 2013 10:42

                ça pue le mattraquage de la classe moyenne....je suppose que nous aurons en fait un impot surl e revebnu majoré pour toutes les personnes impossables à + de 7% et une déduction pour tous les autres.

                ....en bref on saigne le porc de la glasse moyenne jusqu’à la dernière goutte...


                • Fergus Fergus 20 novembre 2013 12:00

                  Bonjour, Unandeja.

                  C’est en effet le piège. Mais on est là dans le procès d’intention. Attendons d’en savoir plus pour condamner cette initiative.

                  J’ajoute que, depuis quelque temps, je mettais en avant cette réforme de la fiscalité comme étant le seul véritable moyen pour l’exécutif de reprendre la main. Il a choisi de suivre cette voie. Très bien, mais l’exercice est périlleux car l’opinion exigera autre chose que des mesures cosmétiques et surtout plus de justice sociale.


                • Werner Laferier Werner Laferier 20 novembre 2013 12:40

                  Il est évident que les classes moyennes doivent payer, le contraire serait étonnant puisque ce sont les classes moyennes qui se servent le plus des infrastructures sociale, les riches participent à la création de l’emploi, sans riches, pas d’emploi !
                  Les riches sont une minorité par rapport aux classes moyennes.


                  • kalagan75 20 novembre 2013 13:03

                    la majorité des grandes fortunes françaises provient de l’héritage ....


                  • Werner Laferier Werner Laferier 20 novembre 2013 15:00

                    ce qui est faux, ces personnes ont travaillé pour devenir ce qu’ils sont, pas de fainéantise, un esprit de compétition. Vous savez trés bien qu’une personne qui n’a rien fait de sa vie ne peut devenir riche, même par héritage.


                  • foufouille foufouille 20 novembre 2013 15:09

                    on dirait un clone de crassus


                  • Redj Redj 20 novembre 2013 14:14

                    Il est évident que les classes moyennes doivent payer, le contraire serait étonnant puisque ce sont les classes moyennes qui se servent le plus des infrastructures sociale


                    Ben non, les classes moyennes n’ont généralement accès à rien et payent tout. Trop pauvres pour optimiser leur fiscalité comme les riches, mais trop riches pour toucher des aides comme les pauvres.



                    • Werner Laferier Werner Laferier 20 novembre 2013 15:01

                      La majorité des infrastructures est conçue pour les classes moyennes, les riches n’en ont pas besoin. Les classes moyennes bénéficient d’aides diverses aussi comme vous le soulignez à juste titre.


                    • Werner Laferier Werner Laferier 20 novembre 2013 15:03

                      Ce qu’il faut aux européens, c’est un système de « débrouille » comme au USA, ou des pays asiatique (Corée du Sud ect...), le mérite par le travail, des soins, des infrastructures que si l’individu est reconnue pour être utile à l’état et qu’il n’est pas un profiteur.


                    • Xenozoid Xenozoid 20 novembre 2013 15:30

                      werner veux en revenire a l’arbeit mach frei, en laissant l’improductif dans les prisons privés,aux mains de la religion du tout est bon pour le profit,je connais bien les states, california et arizona surtout,il n’y a pas d’exemple la bas pour soutenir tes mythes


                    • Redj Redj 20 novembre 2013 15:43

                      La majorité des infrastructures est conçue pour les classes moyennes, les riches n’en ont pas besoin


                      Ben oui, mais alors, comment ils ont fait les riches pour devenir riches alors ? Selon votre postulat, on devient riche en travaillant, ce qui implique qu’au départ on ne l’est pas. Donc on utilise aussi les infrastructures des classes moyennes (toujours selon votre postulat) pour le devenir. Donc les riches ont aussi besoin des mêmes infrastructures que les classes moyennes.

                      A moins que dans votre tête, les riches le soient de naissance, Ce qui invalide votre premier postulat.

                      Bref, restez aux States, ou déménagez-y cela vaudra mieux pour votre santé mentale.

                    • Werner Laferier Werner Laferier 20 novembre 2013 17:25

                      Ce qui est faux bien evidemment, oui les riches n’avaient rien, mais contrairement à la majorité des classes moyennes, ils ont décidé de travailler activement durant la jeunesse quand d’autres profitait des infrastructures sociale et faisaient tout pour s’amuser, ils ont choisie de se rendre utile à l’état, à la gouvernance mondiale afin de trouer des solutions aux problèmes qui ont secoué les différents siècles.


                    • Klisthène 2017 Kxyz 20 novembre 2013 15:37

                      11 milliards versés à l’ europe 19 milliards au minimum d ’ économie potentiel à la sécurité sociale ..et la liste est longue vous en voulez des axes de réformes..demandez les français vont vite les trouver..


                      • F-H-R F-H-R 25 novembre 2013 13:55

                        C’est tout à fait vrai. Il est clair que les exemples ne manquent pas.
                        Entre l’Etat et les collectivités locales, ce sont des dizaines de milliards d’euros qui sont gaspillés tous les ans.
                        La France n’a aucune raison d’être en déficit. C’est bien l’incompétence notoire et l’absence d’intégrité morale des politiciens qui ont ruiné l’économie et paupérisé les Français.
                        Par ailleurs, la bonne blague de cette semaine est de Pierre Moscovici qui a déclaré :
                        « Bercy est un moteur dans le débat et pas une force de résistance » et d’ajouter « j’ai le plus grand respect pour l’administration que je dirige »
                        Quand ont sais que Bercy est le temple des privilégiés parmi les privilégiés avec 80% d’énarques et que ce ministère, sans éthique ni morale, est à l’origine de centaines de faillites de PME/PMI et de dixaines de milliers de chômeurs à cause de contrôles fiscaux pour le moins abusifs voir clairement irréguliers, on ne peut plus douter que ces politiciens prennent leurs concitoyens pour des pigeons.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès