Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le NPA au rythme des dissidences et des scissions

Le NPA au rythme des dissidences et des scissions

Lancé en fanfare en février 2009, le NPA a finalement totalement échoué à refonder et à rassembler la gauche radicale. D'année en année, il est peu à peu lâché par ses adhérents, ses courants unitaires et ses cadres politiques les plus importants, à tel point qu'on puisse désormais se poser la question du poids de ce parti comparativement à celui de l'ex-LCR dans le paysage politique français... Et, ce faisant, de son utilité concrète.

La nouvelle est tombé aujourd'hui-même. Pierre-François Grond, ancien cadre éminent de la direction du NPA, Myriam Martin, co-porte parole du parti qui a donné dans la foulée sa démission et Hélène Adam, une historique de la LCR, appellent à voter directement pour Jean-Luc Mélenchon alors même que le candidat soutenu par le NPA, Phillippe Poutou, a officialisé sa candidature.

Les défections, le NPA ne connaît pratiquement que ça depuis sa fondation. En février 2009, le parti construit sur les bases de l'ancienne LCR menée tambours battants par un Olivier Besnancenot au sommet de sa popularité brandit fièrement le chiffre de 9123 adhérents. Bien qu'il se défie d'accorder un quelconque intérêt à la compétition électorale, le NPA a en ligne de mire les élections européennes. Un succès électoral est toujours porteur pour un parti qui aspire à peser sur la vie politique. Désireux de se compter, le NPA refuse alors de rejoindre le Front de gauche initié par le Parti communiste et le Parti de gauche nouvellement créé par Jean-Luc Mélenchon.

Une première scission intervient alors : le 8 mars 2009, la minorité unitaire, conduite par Christian Picquet, oppositionnel historique de la LCR, quitte le NPA et fonde la Gauche unitaire (GU) qui rejoindra immédiatement le Front de gauche. Cette première scission provoque la dissolution de l'association Unir qui fédérait l'ancienne minorité unitaire de la LCR : certains de ses membres souhaitent demeurer au NPA et fondent le courant Convergences et Alternative, qui accède au statut de fraction officielle du NPA et dispose d'une tribune libre dans le journal hebdomadaire du parti. Dans un premier temps, le départ des picquetistes ne fait pas grand cas. La direction du NPA espère en effet devancer le Front de gauche lors des européennes, se fondant sur des sondages flateurs (9 % d'intentions de vote le 14 mars d'après Ipsos).

Las, "le parti d'Olivier" finit par s'effondrer dans les enquêtes d'opinion et devra se contenter d'un médiocre 4,9 %, contre 6,5 % pour le Front de gauche, et surtout aucun élu au Parlement européen. La direction minimise l'échec mais la grogne monte à la base. On dénonce des effectifs en baisse, et une certaine propension des ex-LCR à truster les têtes de liste. 4 membres du Conseil politique national (CPN) du NPA décident de tirer leur révérence.

Alors que la direction nationale du parti reprochait au Front de gauche le côté opportuniste de sa stratégie, vouée selon lui à n'être limitée qu'aux seules élections européennes, le PCF, le PG et la GU décident de reconduire leur alliance en vue des élections régionales de 2010. Les discussions patinent, et le NPA décide de consulter ses adhérents pour trancher dans un sens ou dans l'autre. Seuls 4500 d'entre eux prendront part au vote, écartelant le parti en trois tendances de poids équivalent : la direction qui prône la présentation de liste autonome moyennant quelques exceptions locales, un courant sectaire voulant couper court à toute discussion, et un courant unitaire souhaitant poursuivre les discussions avec le Front de gauche. Le NPA se présentera finalement en alliance avec le FdG dans trois régions, avec le PG dans deux des quatre régions dans lesquelle le PCF a décidé de faire alliance avec le PS, et seul partout ailleurs. Les résultats sont calimiteux. Le NPA obtient ses deux seuls conseillers régionaux dans le Limousin, à la faveur d'une liste commune avec le FdG particulièrement performante (20 % au deuxième tour).

Ce nouvel échec laisse augurer quelques complications en vue du congrès fondateur du parti, organisé du 11 au 13 février 2011. Le NPA se divise à nouveau sur les questions stratégiques. Invités à se pronocer sur 4 motions différentes, les adhérents du parti ne sont plus que 3500 à prendre part au vote, donnant 41 % des suffrages à la direction sortante encore menée par Besancenot, 32 % aux deux motions les plus sectaires, et 27 % à la motion unitaire. La synthèse acouche dans des conditions qui n'ont rien à envier aux congrès les plus houleux du PS et une nouvelle série de scissions et de départ se font jour. Le courant Convergences et Alternative décide de prendre son automine et intégère le Front de gauche en juin. Raoul-Marc Jennar, tête de liste NPA dans l'eurorégion Sud-est aux européennes et symbole de l'ouverture de la LCR à des militants venus d'horizons divers, tire sa révérence, dénonçant un parti "sectaire". Quant aux animateurs du collectif de jeunes précaires L'Appel et la pioche, ils s'en vont eux aussi et son animatrice la plus connue, Leila Chaïbi, adhère au Parti de gauche. Le NPA tend alors de plus en plus à se recroqueviller sur les fondations de l'ancienne LCR et voit ses élements unitaires partir au compte-goutte.

Arrive enfin l'épisode fatidique de l'élection présidentielle. Olivier Besancenot donne alors le coup de grâce à son parti en renonçant à se porter à nouveau candidat, faisant sauter le dernier consensus stratégique unissant la direction nationale. Refusant catégoriquement de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon qui semble pourtant mettre tout le monde d'accord, du PCF à la FASE en passant par Les Alternatifs, le NPA décide de présenter envers et contre tous un candidat issu de ses rangs. Redoutant d'être désavoué une nouvelle fois, ce qui reste de la direction se résoud à ne pas consulter les adhérents.

C'est finalement le CPN qui procède à l'investiture du candidat. Philippe Poutou est désigné par à peine 53 % des délégués, 40 % se prononçant au contraire pour la poursuite des discussions avec le Front de gauche. Faisant fi de ce manque de légitimité, Poutou, soutenu activement par Besnancenot, Alain Krivine et les élements les plus orthodoxes de l'ex-LCR, se lance en campagne et parvient à réunir les 500 signatures nécessaires pour valider sa candidature à la fonction suprême. Entre temps, les 40 % de minoritaires du CPN se sont constitués en fraction officielle, baptisée Gauche anticapitaliste, qui tire à boulets rouges sur la campagne Poutou et appelle ce dernier à se retirer. Aucun vote n'ayant lieu entre la datte de son investiture et celle du dépôt des 500 signatures au Conseil constitutionnel, Poutou sera finalement candidat. La GA ne lâche pas l'affaire pour autant et continue à publier des tribunes appelant à ré-orienter le NPA. Bien que le courant se soit mis d'accord pour ne pas donner de consigne de vote, ses représentants les plus éminents (Pierre-François Grond, Myriam Martin et Hélène Adam) appellent publiquement à voter pour Jean-Luc Mélenchon. Martin renonce dans le même temps à son mandat de co-porte-parole.

Eternellement en crise, plombé par une guerre fratricide sans fin, le NPA se sera finalement sabordé lui-même. Scotché à 1 % d'intentions de vote, Philippe Poutou espère profiter de l'équité de temps de parole pour se refaire. Mais il ne peut malheureusement pas compter sur les dons d'orateur et la formidable aisance de Besancenot face aux caméras. Et il doit surtout faire face à un Jean-Luc Mélenchon en pleine ascenssion, qui culmine jusqu'à 13 % dans les sondages et rassemble jusqu'à 120.000 auditeurs en un seul meeting, ce qui représente un record non-seulement pour la gauche radicale, mais aussi pour tout candidat de gauche non-socialiste depuis 1981 ! Inutile et inaudible, Philippe Poutou, qui s'égare dans une campagne populiste le présentant comme le vrai gars du peuple confronté à des professionnels de la politique forcément corrompus du fait de leur statut social, ne suscitera probalement aucun enthousiasme. Son échec signera celui d'un parti, le NPA, dont le succès aura été aussi éphémère qu'anecdotique et dont l'utilité pour ceux qu'il prétend défendre commence à être sérieusement remise en question.


Moyenne des avis sur cet article :  3.9/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 23 mars 2012 08:06

    il y a un article dans le canard enchainé a ce sujet donc voici des extraits :

    http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article126449


    • Walid Haïdar 23 mars 2012 17:23

      Cet article de Bellaciao est hillarant.


      Écoutez bien, c’est formidable : un communiste aurait dit que Mélenchon avait tendance à avoir le melon et que désormais il a la pastèque. Sûr que venant d’un communiste dont on ne sait rien, par exemple, dont on ne sait pas s’il fait parti de la minorité qui est prise de court par la tournure des événements et n’envisageait rien d’autre qu’une alliance avec le PS pour conserver son petit canapé, sûr que c’est de la fiable ça...

      Le plus drôle c’est le « TOUT S’ÉCLAIRE » suivit d’une incroyable révélation : Mélenchon compte bien arriver au pouvoir ! Wouaouh ! trop fort les gens de Bellaciao. Mais un petit conseil pour économiser de l’énergie : écoutez Mélenchon, il le dit lui-même depuis le début.

      Et donc comme il veut le pouvoir, il aurait organisé la fuite de 3 cadres du NPA pour renforcer son pôle d’extrême gauche au front de gauche pour ne pas être écrasé par l’influence des communistes minoritaires qui veulent s’allier au PS aux législatives ! Oulala, mais c’est grave ça ! Mélenchon veut donc tout faire pour le Front de Gauche s’émancipe d’un PS centriste et passéiste, y compris tenter de contre-balancer la partie du PC qui compte faire alliance avec le PS, à l’aide d’un pôle de gauche radicale ? Oulala, mais vous êtes sur que c’est pas trop grave comme manoeuvre ? Quel drame pour la gauche anti-capitaliste, que Mélenchon travaille à l’émancipation de la gauche radicale vis à vis du PS, et fédère à la fois des écologistes et des anti-capitalistes !

      Non franchement là, je suis sur le cul : le mec fait de la politique, et on ne dit rien, alors que si vraiment Mélenchon était un gars bien, il viendrait et dirait aux communistes : bon, ne faites pas alliance avec le PS aux législatives parce que sinon vous niquez la dynamique citoyenne qu’on a généré. et la les gars du PC répondraient : ah ouais, tiens c’est vrai on y avait pas pensé. Bon bah d’accord, on va pas faire alliance avec le PS alors.

      Je suis dégoûté...

    • Susanoo ! Susanoo 23 mars 2012 21:54

      Le NPA c’est quoi ce truc. Même pas envie de savoir c’est quoi. Game Over.


    • Tall 23 mars 2012 10:08

      Oui, mais ne stigmatisons pas non plus Poutou quand même. C’est un gars honnête qui, à mon avis, ne sera pas anti-Melenchon, car le programme du FdG, c’est de la vraie gauche classique franche et solide.

      Poutou et Melenchon jouent dans le même club face à la dictature financière actuelle.
      Et Poutou le sait bien..

      Je ne dirais pas la même chose de Hollande. Le PS a un peu trop dérivé vers la droite, car le centre d’aujourd’hui n’est plus celui d’il y a 20 ans. Lentement mais sûrement, la « norme » de l’opinion publique a dévié à droite. Vers + d’égoïsme et moins de solidarité.

      • jaja jaja 23 mars 2012 10:37

        On aura compris que l’auteur se réjouit à l’image de toute la presse bourgeoise à la botte de ce qu’il appelle l’échec du NPA ...

        Il oublie aussi que la GA qu’il encense discrètement c’est l’ancienne majorité, la droite du NPA et que c’est sa politique de compromis qui a mené le parti dans le mur..Récemment renversée par le vote des militants de la tendance de gauche que notre auteur persifleur nomme « les sectaires » celle-ci n’a jamais digéré son pouvoir perdu...
         (Notons au passage qu’un renversement de majorité dans un parti politique en France est tout à fait exceptionnel et qu’au moins au niveau de la démocratie interne ça fonctionne pas trop mal au NPA quoi qu’insinue notre auteur....)

        Constatons également la position de la GA votée par ses militants était de ne pas se prononcer sur un candidat à ces élections. Mais les arrivistres qui dirigent cette tendance sont pressés... et se ruent dans la presse pour appeler à voter Mélenchon... Ce que beaucoup de leurs camarades de tendance ne leur pardonneront pas. Ce viol de démocratie les rapprochant d’ailleurs des partis qu’ils finiront par rejoindre où tout se décide au sommet....Quelle farce !

        Pour conclure disons que le NPA a été attaqué de toutes parts depuis sa création. En interne comme à l’extérieur tant le danger est grand de voir émerger un parti révolutionnaire ne comptant que sur le soulèvement des masses populaires, la rue, pour transformer la société dans le sens du partage des richesses et de l’égalité sociale...

        Ce combat continue pour les militants du NPA...


        • Alan C. Alan C. 23 mars 2012 11:18

          Votre analyse est totalement erronée : la GA n’est pas l’ancienne majorité, mais résulte au contraire de l’explosion de cette ancienne majorité, et d’un rapprochement de plusieurs de ses éléments avec les courants unitaires, tandis que d’autres fusionnaient avec l’ancien tiers isolationniste qui ne voulait même pas des fusions techniques avec le PS entre les deux tours aux régionales... Besancenot, Krivine et Poupin constituaient eux-aussi l’ancienne majo aux côtés de Grond et Martin. La « presse bourgeoise » attribuait même à Grond le titre de « bras droit de Besancenot »...

          Par ailleurs vous taxez ces trois militants d’arriviste. Ca laisse songeur quand on sait qu’ils ont passé plusieurs années à la LCR avant de participer à la fondation du NPA. Ils ne sont pas plus arriviste que Poutou et Besancenot, j’en ai bien peur. Au début les divisions au NPA opposaient surtout ex-LCR et nouveaux adhérents. Maintenant même les ex-LCR s’affrontent !

          Il n’y a donc pas eu de renversement de la majorité, comme vous le dites. Le NPA s’est simplement retrouvé coupé en deux au lieu d’être coupé en trois comme avant. Vous parlez aussi du « combat des militants ». Elle est bien bonne, quand on sait que Poutou a été élu par une petite centaine de délégués du CPN sans aucune consultation des adhérents...

          L’échec du NPA


        • jaja jaja 23 mars 2012 11:38

          Je maintiens : renversement de majorité : les positons de l’ancienne minorité dite position B à l’époque (vos « sectaires ») devenant majoritaires et faisant exploser l’ancienne position A..

          L’échec du NPA ? dans vos rêves les plus fous... Les militants continuent leur travail et seront rejoints par des militants sincères qui ont bien compris de quelle nature était l’attaque portée contre le NPA...


        • Carland 23 mars 2012 20:45

          @ Alan c

          Que vous vous amusiez à flinguer le NPA est votre droit. On pourrait espérer un peu plus de rigueur ne serait ce que pour habiller votre parti pris...

          Ils y a décidément trop d’erreurs factuelles pour les relever toutes, mais vu de l’intérieur du NPA, je peux confirmer ce que Jaja à la patience de vous expliquer. Il s’agit bien de l’ancienne majorité qui s’est retrouvée mise en minorité.

          Mais cela donne à votre article un ton comique qui vous a sans doute échapper...  smiley)


        • Alan C. Alan C. 23 mars 2012 23:15

          @ Carland : ben écoutez rigolez si ça vous chante, mais moi je maintiens que vous vous foutez de la gueule du monde. Jusqu’à preuve du contraire, Besancenot, Krivine et Poupin faisaient partie de la majorité, et ils ont soutenu la candidature Poutou dès le premier jour de son annonce ! Avec des poids lourds pareils je vois mal comment on peut parler de régicide. Par ailleurs la tendance unitaire s’est elle aussi considérablement renforcée lors de ce CPN, passant de 27 à 40 %. Avant le NPA était coupé en trois, il est maintenant coupé en deux suite à l’explosion de l’ancienne majorité dont la plus grosse partie a fusionné avec l’essentiel de la fraction la plus isolationniste du parti. C’est aussi simple que ça...

          Par ailleurs comme je l’ai remarqué les adhérents n’ont pas été consulté sur cette investiture, ce qui laisse tout-de-même songeur sur la validité démocratique de la candidature Poutou, qui résulte bien plus de sordides manœuvres d’appareil au sommet que d’un ardent désire des masses militantes.

          Reste enfin un fait indéniable : le NPA compte maintenant au mieux 4000 adhérents à jour de cotisation. Sur ce nombre déjà faible, 40 % sont en principe proches de la GA (puisque le CPN a été élu au suffrage direct). Bref, vous êtes en très grandes difficultés et la légitimité de votre candidat est faible. Vous pouvez être de mauvaise foi mais les faits sont là...


        • Carland 23 mars 2012 23:56
          @ Alan c

          Entêtement n’est pas raison. Mais vous continuez d’être drôle.

          Je vous laisse réfléchir pour deviner ou vous vous mélangez les pinceaux quand vous parlez de majorité. Je maintien donc que les 3 qui vous rejoignent, le font uniquement parce qu’ils ont perdu la majorité au NPA... Cela est un fait.

          Sur la désignation de Poutou, je vous répondrai que vous nous servez les larmes de crocodiles de vos trois recrues. Moi ce discours me gave. Je soutien Poutou et j’ai voté en se sens.

          Je ne suis pas ouvrier, juste précaire et là aussi me gave le discours bidons sur les isolationistes ouvriéristes que nous serve les cassecouillistes qui vous ont rejoint emportant avec eux leur mépris des militants de base comme moi...

          Et si le candidat Poutou était faible, vous ne lui consacreriez pas un articulet qui je le répète contient une erreur factuelle ou une approximation volontaire ou non quasiment à chaque phrase. Votre méconnaissance du NPA est telle qu’elle en est drôle. C’est un fait.

           


        • IanO 23 mars 2012 11:09

          Voici un article bourré d’inexactitude, de mensonges par omissions, un article à charge. Sur la gauche unitaire, avant de parler de leur siscion, il serait juste de préciser, que ce sont ceux au sein de la LCR qui étaient opposé au projet du NPA, rien d’anormal donc à ce qu’ils soient partis d’une organisation dont ils ne voulaient pas. Ensuite, sur chaque consultation, il me semble que le mot stratégique est utilisé ici à la place du mot tactique, ce qui n’est vraiment pas la même chose. Un parti lâché par « ses cadres les plus importants », c’est une farce ? Il n’y a à ma connaissance que 4 personnes, parmi les cadres structurants de ce parti qui ont fait défection, des dizaines d’autres y militent ardemment, jours après jours. Quant à se demander quel est le poids du NPA comparativement à la LCR, c’est idiot, quiconque connait les deux organisations saura que le maillage territorial du NPA est largement meilleur (ce qui fait que malgré une situation très difficile, plus de signatures ont été récoltées pour l’inconnu Poutou que pour Besancenot en 2007), la présence dans un certain nombre d’entreprise est également un acquis du NPA. Le NPA est en méforme par ce qu’il se heurte à un certain nombre de difficultés, pour autant, il reste vraisemblablement l’organisation révolutionnaire française la plus présente dans un tas de cadres unitaires, dans un tas d’organisations, la seule à regrouper des gens d’horizons aussi différents. Oui, une organisation ça connait des hauts et des bas. Dans la fin des années 80, début 90, la LCR était devenue un microscupule sans aucune visée stratégique intelligible, elle a remonté la pente, le NPA est actuellement dans une période de turbulence mais la capacité de ses militants à s’ouvrir sur le monde réel sans jamais rien lâcher de leurs idées fondamentales fait qu’il remontera. Actuellement, la dynamique est du côté des réformistes du FdG, tout comme elle a été du côté de LO a une époque, les choses changent.


          • Bulgroz 23 mars 2012 11:30

            Comme le dit avec justesse IanO :

            « Le NPA est en méforme par ce qu’il se heurte à un certain nombre de difficultés.. »

            C’est très bien dit, c’est juste.

            et ça fait beaucoup rigoler.

            Evidemment avec tout juste 2000 abonnés, le NPA est en petite forme.

            Même Poutou n’est pas capable de dire le nombre d’abonnés au parti.

            C’est dire l’aveuglement de ces petits débiles fascistes.


          • jaja jaja 23 mars 2012 11:48

            Les abonnés c’est à France Télécom.... : -) Il n’y en a pas au NPA qui n’est pas un parti d’abonnés (adhérents) mais un parti de militants. Pour être au NPA il faut avoir une activité dans ses rangs..

            Ce que ni Bulgroz le facho ni l’auteur pourfendeurs du NPA n’ ont capté...

            Par contre si Poutou n’est pas capable de donner le nombre « d’abonnés » Bulgroz lui le peut ! Il doit vivre en concubinage avec Elisabeth Tessier... smiley


          • Carland 23 mars 2012 21:38

            @ Bulgros

            Ben alors bubulle on mourrone, on gamberge, on dépressurise en marinant au fond de son bocal ? Bubullant que les abonnés ne sont plus ce qu’ils étaient...


          • jaja jaja 23 mars 2012 12:30

            Et puisque le NPA est ici perfidement attaqué rappelons quel est le programme d’urgence du NPA défendu par Philippe Poutou et tous les militants sincères de cette organisation. Exigences qu’il est le seul à défendre....

            Le NPA se prononce pour nationaliser toutes les banques et de créer un service public bancaire unique ayant le monopole du crédit.

            Pour le refus de payer la dette des capitalistes

            Pour l’interdiction des licenciements et des expulsions locatives sans relogement.

            Pour annuler les « réformes » Sarkozy dont celle sur la retraite à 60 ans et le retour aux 37,5 annuités de cotisations.

            D’aller prendre l’argent dans la poche des capitalistes pour augmenter les salaires et les minima sociaux.

            Pour le gel et la baisse des loyers ainsi que l’application de la loi de réquisition le tout lié à une politique de construction de logements sociaux.

            Pour l’arrêt du nucléaire et la nationalisation immédiate du secteur de l’énergie (Areva, total etc...)

            Pour la sortie immédiate de l’OTAN et le retrait de toutes les troupes françaises de tous les théâtres d’opération extérieurs..

            Pour la régularisation de tous les sans-papiers

            Ceci constituant le programme d’urgence du NPA. Il faudra ensuite avancer vers une société de partage du temps de travail et de partage des richesses produites par les travailleurs.
            Que vive l’égalité sociale entre toutes et tous !

            Poutou est un simple ouvrier et dès les élections passées il retournera dans son usine où il se battra avec ses camarades comme il le fait depuis des années....

            Voter Poutou c’est voter pour soi et vouloir s’organiser pour renverser cette société d’exploitation, vouloir une vraie rupture avec la société capitaliste.

            http://www.npa2009.org/


            • Alan C. Alan C. 23 mars 2012 23:20

              "Poutou est un simple ouvrier et dès les élections passées il retournera dans son usine où il se battra avec ses camarades comme il le fait depuis des années....« 

              On remarque au passage que le camarade Poutou aime beaucoup sortir de »son" usine pour aller se jeter à corps perdus dans l’arène électorale, entre une candidature aux législatives en Gironde, la tête de liste aux régionales en Aquitaine et maintenant cette candidature à la présidentielle... Il a de l’expérience votre bonhomme, c’est un historique de la LCR, un militant formé et aguerri, c’est pas le petit prolo qu’on a pris comme ça au hasard.

              Quand au programme, la quasi-intégralité est du copier-coller du programme du Front de gauche.


            • jaja jaja 23 mars 2012 23:47

              «  »Poutou est un simple ouvrier et dès les élections passées il retournera dans son usine où il se battra avec ses camarades comme il le fait depuis des années....« 

              Je confirme.... L’attaque sur le bonhomme est assez dégueu mais bon venant de vous c’est pas trop étonnant... Vous êtes d’une mauvaise foi confondante...

              Quand à la différence entre les programmes du NPA et du FdG si vous ne voyez pas il faudrait peut-être vous recycler...Vos études ne vous conviennent peut-être pas...

              Allez je vous aide. 1er point du programme du NPA »Le NPA se prononce pour nationaliser toutes les banques et de créer un service public bancaire unique ayant le monopole du crédit."

              J’ai mis en gras toutes les banques car pour le FdG il ne s’agit que de créer un pôle bancaire de service public mais pas de nationaliser l’ensemble des banques sans exceptions et donc de laisser aux mains des capitalistes une partie de la finance. Pour le NPA il est hors de question de laisser un secteur privé dans ce domaine et donc de mettre en concurrence public et privé dans ce secteur ce qui ne peut se faire qu’aux dépens du public alors assujetti aux règles de profit de la société capitaliste... Monopole bancaire donc....

              C’était une différence de taille non ?. Vous pouvez ensuite aller au point deux du programme du NPA (la dette) et tenter de trouver vous-même la différence avec ce que dit le FdG sur ce point....bon courage !


            • Carland 24 mars 2012 00:10

              @ Alan C

              Vous multi récidivez avec une constance réjouissante.

              Passons sur votre conception du copier/coller qui vous est très... personnelle

              Là encore vous nous servez une énormité. Telle qu’elle en fera marrer beaucoup. A vous de trouver !

              Là ou je ne rigole pas c’est lorsque vous étalez votre condescendance et votre mépris pour Poutou. J’ai l’ai trop subit pour l’accepter !


            • moussars 23 mars 2012 12:38

              Le NPA, comme L.O. ne veut surtout pas du pouvoir.
              L’entrisme, qui est le socle de la stratégie du trotskysme, et qui est pratiqué dans le monde syndical, devrait aussi l’être dans le monde politique.
              Pourquoi ne pas investir le FDG et constituer son aile gauche, celle qui veillerait à ne pas pactiser avec le PS traître et social-libéral ?
              Parler de l’aile droite du NPA fait sourire, ou plutôt pleurer, ceux qui comme moi, voudrait enfin un peu de justice et de dignité sur cette satanée terre.
              Alors, arrêtez vos conneries mesdames et messieurs les « révolutionnaires » ! Soyez concrets et pragmatiques !! Il ne vous est pas demandé d’adopter une nouvelle NEP que Dieu !
              Osez dire que l’intérêt des idées vraiment de gauche, ce jour même, ce n’est pas de porter le FDG à 15 ou 16 % avec vos voix, et de créer les conditions pour tutoyer les 20 % demain  !!!
              Vous voudriez vous comportez comme des jaunes que vous ne feriez pas autre chose !!!
              Ne serait-ce pas vos petits intérêts mesquins que vous défendez depuis des lustres, dans des courants que vous êtes les seuls à comprendre, en pure perte... et qui vont à l’encontre de ceux des exploités et qui souffrent ?


              • jaja jaja 23 mars 2012 13:03

                « Le NPA, comme L.O. ne veut surtout pas du pouvoir. »
                Ce qui est faux. Ce qu’ils refusent c’est de participer au pouvoir bourgeois.... même avec un Mitterrandolâtre qui se dit keynésien et non révolutionnaire, qui se dit aussi l’ami de Dassault dont les Rafales grâce à son vote vont écraser la Libye....

                Vous avez le culot de dire et de mettre en gras "Osez dire que l’intérêt des idées vraiment de gauche, ce jour même, ce n’est pas de porter le FDG à 15 ou 16 % avec vos voix, et de créer les conditions pour tutoyer les 20 % demain !!!«  

                Mais bordel regardez ce que votent aujourd’hui avec le PS vos héros dans les Conseils généraux et Régionaux et qui n’est que la préfiguration de ce qu’ils feront demain et osez dire que l’intérêt des exploités ne serait pas de dire de tous ces politiciens professionnels de la fausse gauche  »qu’ils s’en aillent tous !


              • Carland 23 mars 2012 22:15

                @ moussars

                Que voilà une agréable façon. Il nous traite de jaunes et il veut qu’ on vote pour son gourou...

                Venant d’un supporter du Mélenchon qui déclare à tous vents que les investisseurs n’ont rien à craindre de lui. C’est fort de café !


              • Alan C. Alan C. 23 mars 2012 23:29

                @ jaja : les 120.000 personnes qui se sont massées à la Bastille la semaine dernière s’en beurrent la raies de vos conseillers généraux communistes qui votent avec le PS dans deux ou trois départements.

                Et arrêtez de dire que les élus FdG votent les budgets du PS dans les régions : le budget d’un conseil régional fait l’objet de plusieurs votes, sur un grand nombre de thèmes. Il n’y a jamais de vote global. Et allez voir dans toutes les régions, pas seulement dans celles qui vous arrangent de votre point de vue partisan : dans le Nord-pas-de-calais et le Limousin, aucun élu FdG ne participe à l’exécutif. En IDF les élus PG et Alternatifs ont formé leur propre groupe justement pour se démarquer des élus PCF qui voulaient cogérer la pénurie régionale avec le PS.

                Si le NPA était dans le Front de gauche, il pourrait peser en faveur d’une « gauchisation » de sa ligne sur la question des rapports avec le PS. Mais vous avez toujours refusé de mener cette bataille. Vous préférez trouver des justifications absurdes à votre attitude plutôt que d’essayer de vous impliquer concrètement. Ça ne vous a apporté que des emmerdes jusqu’à maintenant. Qu’est ce qu’il vous faut de plus ?

                Les « exploités et qui souffrent » ils sont au Front de gauche en ce moment, pas dans un groupuscule étriqué replié sur lui-même. Il serait peut être temps d’en avoir conscience.

                Moi j’attends de voir vos gueules quand au lendemain des législatives, le Front de gauche, PCF compris, refusera d’aller à la soupe au gouvernement Hollandréou. Vous avez prédit notre explosion au lendemain des européennes : vous vous être trompés. Vous avez prédit notre fin à l’aune de la présidentielle : vous vous êtes encore trompés. Quand on vous aura donné tort sur absolument tous les points, qu’allez vous faire ? Réclamer de Mélenchon qu’il retire sa cravate ?


              • jaja jaja 23 mars 2012 23:57

                " les 120.000 personnes qui se sont massées à la Bastille la semaine dernière s’en beurrent la raies de vos conseillers généraux communistes qui votent avec le PS dans deux ou trois départements."

                Poétique....mais totalement idiot. Sans le PCF il n’y aurait jamais eu tout ce monde à la Bastille !

                Quand à vos innocents élus voici ce qu’ils sont capables de faire :

                Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 134 (02/02/12)

                Quand le président Martin Malvy (PS) sous-traite en région les politiques libérales européenne de la droite et du PSE à Bruxelles, et nationale de Fillon et Sarkozy…

                Le NPA Midi-Pyrénées constate et déplore qu’aucun des 69 élus de gauche et écologistes de l’assemblée régionale n’a répondu à son Adresse du 12 décembre dernier à voter contre le budget 2012 présenté par Martin Malvy, approuvé lors de l’assemblée plénière du 22 décembre.

                Ils ont ainsi approuvé les 103 millions d’euros de fonds publics d’«  aides  » et «  subventions  » aux «  entreprises  » qui vont financer les profits privés des actionnaires des multinationales des pôles de compétitivité de la région  ; approuvé le financement, à hauteur de 100 millions d’euros d’ici 2009, du projet écologiquement désastreux et socialement injuste du tronçon Poitiers-Bordeaux de la LGV Toulouse-Paris  ; approuvé l’abandon par la Région de l’objectif de gratuité des manuels scolaires dans les lycées en adoptant la mise sous condition de ressources des familles du montant des chéquiers-lecture. Une approbation sans principe de la part des quinze élus EÉLV et des sept Front de Gauche, qui s’étaient abstenus ou prononcés contre telle ou telle de ces lignes budgétaires en commission permanente et, oralement, en assemblée plénière. Constatons, pour le déplorer, l’incapacité des élus de gauche et écologistes de la Région à faire preuve d’indépendance vis-à-vis de son président, et à voter conformément aux programmes antilibéraux et/ou écologistes sur lesquels ils ont mobilisé les électeurs en 2010.

                Car, plus encore aujourd’hui que le patronat et Sarkozy s’emploient à faire payer au peuple la dette des banquiers par des mesures d’austérité sans précédent depuis les années 1930, il s’agit d’être cohérent. Il ne suffit pas de nous retrouver au coude à coude dans les grèves et les mobilisations syndicales et associatives pour une répartition des richesses favorable au monde du travail, pour la gratuité de l’enseignement et pour la transition écologique. Encore faut-il porter, haut et fort, ces exigences dans les assemblées parlementaires quand on y est élu.

                L’alignement sans principe des élus EÉLV et Front de Gauche sur une «  majorité régionale  » qui sous-traite en Midi-Pyrénées les politiques libérales et sociales-libérales européenne et nationale, est un mauvais coup porté à la majorité de la population des huit départements de Midi-Pyrénées. Il préfigure le futur alignement de leurs partis nationaux sur un «  accord de mandature  » que le Parti socialiste leur imposera au Parlement si François Hollande emporte l’élection présidentielle et le PS les législatives. La répétition de la désastreuse gauche plurielle de 1997-2002 qui a mené tout droit au 21 avril 2002, avec la propulsion de l’extrême droite nationaliste et xénophobe au second tour de la présidentielle  ! Pas question de les accompagner dans cette impasse.

                Pierre Granet, Laurent Marty


              • Carland 24 mars 2012 00:23

                @ Alan C

                Les « exploités et qui souffrent » ils sont au Front de gauche en ce moment, pas dans un groupuscule étriqué replié sur lui-même

                Là vous débloquez, je me contente de vous citer sans commenter votre post est puant.


              • Un partageux 23 mars 2012 14:15

                On peut sourire, rire, faire des bons mots. Je ne m’en suis pas privé à l’occasion. Mais ce naufrage du NPA n’est pas une bonne nouvelle. Je pense aux militants sincères, désolés devant ce spectacle. Je pense à tout ce qu’un NPA au mieux de sa forme aurait pu apporter à un Front de Gauche. 


                Sans trop y croire, je l’avoue, j’avais tout de même espéré une mutation de la LCR. Mais la vieille garde veillait au grain. Une poignée de dirigeants ont consciencieusement ruiné ce parti avec la régularité et avec la certitude d’être des gens si intelligents qu’ils savent si tellement mieux que la foule des couillons. Tant de talents, de compétences et d’énergie gaspillés en vain. Tant de militants écœurés qui ont fui. C’est désolant. 

                • Carland 23 mars 2012 21:19

                  @ Un partageux

                  Le NPA n’est pas une roue de secours pour sénateur crevé !

                  Vous diagnostiquez le NPA, mais avec des médecins comme vous, on a intérêt d’être en bonne forme. Je vous conseille ce plat roboratif : http://blogs.mediapart.fr/blog


                • mbdx33 mbdx33 23 mars 2012 14:22

                  Cela fait quarante ans que les LCR/NPA/LO nous expliquent les mêmes choses et maintenant plus personne n’y croit => bilan 1% des intentions de vote, des cadres qui se cassent eu FdG, des militants qui se castagnent entre eux.
                  Et vous venez nous expliquer que tout va bien, que ceux qui partent sont des jaunes, que vous voulez du pouvoir mais pas comme les autres partis,....

                  Continuez à rêver du grand soir et à regarder les trains passer.

                  Je me suis déjà exprimé sur votre radicalité et je vois que vous persistez toujours dans cette attitude. J’avais fait une allusion à ce sujet : Vous êtes la personne qui va réclamer deux cents euros d’augmentation à son patron, qui n’en obtient que 100 et qui du coup la refuse.

                  Continuez à les refuser les 100, la prochaine fois ce sera 10, puis 1.


                  • Carland 23 mars 2012 22:32

                    "Je me suis déjà exprimé sur votre radicalité et je vois que vous persistez toujours dans cette attitude. J’avais fait une allusion à ce sujet : Vous êtes la personne qui va réclamer deux cents euros d’augmentation à son patron, qui n’en obtient que 100 et qui du coup la refuse."

                    Si c’est là votre définition de la radicalité, il y a un os dans le paté. Renverser le capitalisme n’est pas en effet négocier la part de capital qu’on pourrait espérer obtenir en cas d’une aléatoire probabilité de bonne foi des gentils capitalistes prêt à négocier leur pouvoir !

                    Croire que c’est par les élections que l’on abat le capitalisme, c’est être inconscient ou stupide !


                  • Chien Guevara Chien Guevara 23 mars 2012 23:48

                    Pour mbdx33

                    Cela fait quarante siècles que nous subissons le capitalisme et ses ravages ; et si on essayait une bonne fois pour toute une autre solution ? Après lui avoir laissé sa chance on pourrait la critiquer... éventuellement.
                    Ah oui, pardon, Chavez est un dictateur ...


                  • logan 24 mars 2012 00:25

                    Le FDG ne propose certes pas un renversement du capitalisme, mais il lui met quand même un sacré coup dans l’aile. Comment vous pouvez cracher sur la retraite à 60 ans à taux plein pour tous, le salaire maximum, l’interdiction des licenciements, l’augmentation du smic à 1700 euros, le référendum sur les traités européens, la régularisation des sans papiers etc ...
                    Le FDG ne propose pas de dissoudre le NPA ou de l’empécher de défendre ses idées, c’est un rassemblement, c’est pour porter une parole commune, c’est criminel de faire la fine bouche ...


                  • Carland 24 mars 2012 03:03

                    @ Logan

                    "Le FDG ne propose certes pas un renversement du capitalisme, mais il lui met quand même un sacré coup dans l’aile.« 
                    Oui on avait bien compris que le FdG ne s’attaquerait pas au capitalisme et Mélenchon le dit, les investisseurs n’ont rien à craindre. On voit en effet que ce n’est même pas du niveau programme commun de 81 qui au moins avait les nationalisations au programme. Le capitalisme ne s’en remettra pas.

                     »Comment vous pouvez cracher sur la retraite à 60 ans à taux plein pour tous,« 
                    Je vous retourne le compliment. comment pouvez vous abandonner les 37,5 annuités, COMMENT ??? Dans votre programme vous acceptez le 40 ans, donc la retraite à taux plein et à 60 ans impossible dans les faits !

                     »l’interdiction des licenciements« 
                    Vous avez de ces pudeur, pour rappel ne sont concernés que les licenciements »boursiers« . Vous irez expliquer à celui qui est viré comme un malpropre la différence entre licenciement boursier et licenciement »normal« , sur que çà lui fera plaisir !

                     »l’augmentation du smic à 1700 euros« 

                    Qui ne concerne que certains secteurs de l’économie pour ne pas contrarier les INVESTISSEURS et au bout... de 5 ans et en salaire brut, et sans calendrier !

                     »Le FDG ne propose pas de dissoudre le NPA ou de l’empécher de défendre ses idées"
                    Trop aimable smiley


                  • jaja jaja 23 mars 2012 14:44

                    « Cela fait quarante ans que les LCR/NPA/LO nous expliquent les mêmes chose »

                    Tout à leur honneur.... Voulez-vous que l’on se penche sur le cas de ceux qui ces quarante dernières années ont dit tout et leur contraire ont eu des positions radicalement opposées avec le même aplomb ?...Positions qui nous ont mené dans le mur de la trahison mais pour eux tout va bien, ils sont de nouveau les alternatives incontournables....

                    Tiens ce que dit Besancenot de la situation... moi je fatigue et je vais aller faire un tour au soleil et profiter de ma retraite...

                    http://poutou2012.org/O-Besancenot-a-St-Etienne




                    • 65beve 23 mars 2012 16:35


                      Bonjour à tous,

                       Le coup de grace a été porté par la médiatisation à outrance de cette femme voilée sur la liste de Besancenot.
                      Dans leur immense majorité, les français ne veulent pas voter pour des curés et autres religieux.
                      (cf la mère Boutin obligée de se raccrocher au train Sarkozy).

                      cdlt.


                      • Jean Valjean Jean Valjean 23 mars 2012 17:13

                        « Dans leur immense majorité, les français ne veulent pas voter pour des curés et autres religieux.
                        (cf la mère Boutin obligée de se raccrocher au train Sarkozy).
                         »
                        -
                        Encore heureux !
                        On a mis plusieurs siècles à se débarrasser de ces hypocrites de bigots, ce n’est pas pour en avoir de nouveaux encore pires.


                      • jaja jaja 23 mars 2012 17:43

                        « La médiatisation à outrance de cette femme voilée » ...

                        Eh oui c’est bien de médiatisation à outrance qu’il s’agit....Même Mélenchon était choqué « Comment une femme voilée...la laïcité etc. »......Gageons que s’il atteint les 20% les médias iront fouiller du côté des élues voilées du FdG on écoutera alors avec attention son discours.....

                        Bof mais tout ça après les législatives c’est fini. Il faudra résister au nouveau pouvoir de gauche comme de droite qui voudront nous imposer l’austérité...

                        En attendant un seul vote possible : c’est ici :
                        http://www.youtube.com/watch?v=hSyFXXivPek&feature=share.


                      • Walid Haïdar 23 mars 2012 18:03

                        Sincèrement Jaja je n’apprécie pas du tout vos capacités à lire dans le cerveau des gens les inclinations qui arrangent votre point de vue.


                        Vous pensez vraiment que les 120 00 personnes de la bastille, tous les gens qui viennent voir les meetings si nombreux où on explique que c’est à eux de prendre le pouvoir et qu’il ne se passera rien sans l’implication des citoyens dans la politique à tous les échelons, tous ces gens à qui on explique les enjeux fondamentaux et qui y adhèrent, vous pensez vraiment que si le Front de Gauche arrivait au pouvoir, ils laisseraient faire ?

                        Non, cette campagne a le mérite de toucher très large et de mettre au centre du débat les vraies problématiques, sous l’angle d’attaque de l’humain, l’angle de gauche, et vous n’êtes même pas capables de reconnaître cela, trop conditionné que vous êtes à cracher dans la soupe par pur principe et pur sectarisme.

                        Vous êtes sur ce point comme les gens de droite, incapables de donner de l’épaisseur au problème et de cerner des dynamiques de fond. Tout est pourri, tout se vaut « à droite du NPA ». Sur ce plan là oui, je vous trouve pathétique.

                      • jaja jaja 23 mars 2012 18:15

                        «  vous pensez vraiment que si le Front de Gauche arrivait au pouvoir, ils laisseraient faire ? »

                        J’espère bien qu’ils ne laisseront pas faire, j’en suis même sûr et il y aura une formidable bataille menée contre ceux qui vont trahir le peuple et s’acoquiner avec les socio-libéraux...

                        Je fais juste remarquer à Walid que c’est un auteur qui se revendique du FdG qui vient par cet article grossier rouler le NPA dans la merde. Il ne faut pas s’étonner si je réplique devant la charge de ce futur politocard...

                        Je note que là personne parmi les moinseurs ne s’indigne bien au contraire...



                        • MrMouss 23 mars 2012 18:29

                          Le chômage me guette, je n’ai plus de quoi acheter d’essence, je vois des gens qui sont montrés du doigt à longueur de journée à cause de leur couleur de peau ou de leur origine, une droite et une gauche soc dem omniprésente... Bref, j’ai pas le moral.

                          Mais dès que je vois ou lis des gens du NPA, je retrouve le sourire ! Votre discours est tellement au delà de la réalité... On se croirait revenu dans les années 60 !

                          Tu as raison camarade ! Traitons de jaunes tous ceux qui ne sont pas de notre avis, et accusons tous ceux qui donnent leur opinion (quand elle est différente de celle du CPN) d’être des social-traites !

                          Allez, je retourne dans le monde réel, j’ai un rencard. Je voterai peut-être Mélenchon, pour montrer au peuple français que les valeurs humanistes de gauche n’ont pas disparu. En tout cas, pas pour le NPA, je n’en vois pas l’utilité !

                          Oui, je sais, je suis un social traitre.


                          • jaja jaja 23 mars 2012 18:51

                            Je laisse Poutou te répondre. Lui aussi est guetté par le chômage comme tous les Ford de Blanquefort....

                            "Mélenchon et le Front de Gauche veulent fonctionner avec le PS. Ils le font en votant les budgets du PS, par exemple dans les Régions où ils donnent des millions aux entreprises capitalistes. Mélenchon a participé au gouvernement Jospin qui a flingué Air France, France Télécom et envoyé les CRS contre les chômeurs qui réclamaient une prime de Noël. Il ne faut pas oublier tout cela. On ne va pas nous refaire le coup de la gauche plurielle !"

                            Source :
                            http://presidentielle2012.ouest-france.fr/actualite/philippe-poutou-veut-repondre-lurgence-sociale-23-03-2012-681


                          • Patrick Samba Patrick Samba 23 mars 2012 18:53

                            Bonjour,

                            je voudrais conseiller le visionnage de la vidéo actuellement présente sur AgoraVox TV intitulée « Le NPA laminé reprend-il le vocabulaire de BHL et Finkielkraut ? » , elle apporte beaucoup d’éléments au débat.
                            En plus elle est sacrément d’actualité car elle montre un militant qui exprime des opinions qui si elles étaient mieux écoutées permettraient de réduire la probabilité de l’apparition d’individus du style de Mohamed Merah.

                            Et puis je suggèrerais à jaja de calmer son discours « révolutionnaire » pur et dur, jetant en permanence le discrédit sur le Front de Gauche (certes moins présent ici que sur les autres fils de discussion) sous prétexte de désaccords accessoires, et faisant de grandes leçons de morale politique quand il sait parfaitement d’où viennent une partie des parrainages du NPA, ce qui apparemment ne gène guère les révolutionnaires purs du NPA .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès