Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Politique > Le renversement de l’axe du politique

Le renversement de l’axe du politique

Nous avons vécu pendant un peu plus de deux cents ans sur l'idée que nos affaires communes devaient se régler en prenant soin de la notion d'égalité, dans la politique, le juridique, l'économique... Non pas que nous soyons parvenus à établir cette égalité de façon pérenne, nous y sommes parvenus de façon fugitive et locale assez souvent. Cependant, nos discours politiques, nos pratiques politiques se bâtissaient autour de cette question.
Nous pouvons voir que cet axe de la répartition des droits et des richesses est à terre. Le nouvel axe est celui des « identités », c'est-à-dire, en termes hégéliens, des particularités.
Deleuze avait dit qu'être de droite c'était partir de la singularité (la fameuse initiative individuelle) pour aller vers l'universalité en passant par la particularité et qu'être de gauche c'était partir de l'universalité (l'égalité inaliénable des hommes) pour aller vers la particularité et la singularité. Notre nouvel axe politique est la particularité et ne comporte pas la possibilité de mouvements de pensée.
La question des riches et des pauvres perd de sa capacité à orienter nos décisions. Devient plus fondamentale la question de prendre la décision qui me concerne dans le groupe humain le plus petit auquel je me sens appartenir sans réflexion ni discours.


Une conséquence fondamentale en découle : plus moyen de se parler. Il n'y a plus de terrain commun où partager des idées : les Corses sont corses et les Bretons bretons. C'est tout. Les Corses ont voté pour une assemblée régionale dont le président affirme une volonté d’indépendance. L’Écosse a voté contre son indépendance du Royaume-Uni et on peut raisonnablement penser que le référendum reviendra jusqu'à ce qu'une réponse positive suspende le retour de la question pour toujours. Les Corses veulent prendre leurs décisions en Corse, les Bretons en Bretagne, les Écossais en Écosse.
Il n'y a rien à en dire. Ce territoire du politique sort la politique du territoire du débat.
Certains trouvent ces appartenances normales et ordinaires et ne voient de problèmes que dans leurs excès. Un Breton expliquait à la radio que la Bretagne était un modèle d'appartenance régionale, de par sa modération. Tandis que l'Islam extrême ou Islam politique ou djihadisme, je ne sais pas comment il disait, était dans l'abus, condamnable en tant que tel. C'est lui qui établissait ce parallèle. Il y mettait un jugement de valeur politique entre l’identité modérée, et la mauvaise, qui veut prendre toute la place.
A mon sens, c'est cette inclinaison à 90° de l'axe du politique que réside une nouveauté inattendue, imprévue. L'axe de l'économie politique pose et tente de résoudre des problèmes qui traversent les époques et les pays : comment répartir les richesses produites ? Comment organiser la production au mieux ?... C'est par son caractère transversal dans le temps et dans l'espace, voire universel, libre de toute conjoncture que je le qualifierai de « vertical ». L'axe légitimiste : « je suis né ici, je suis né dans un ensemble d'allant-de-soi qui me constituent et dont je ne saurai me défaire sans de grands renoncements qui me feraient souffrir, me mettraient comme en exil alors que je suis toujours sur ce même territoire et que je ne veux pas faire » ne renvoie pas à des possibilités d'échanges symboliques. Cet axe légitimiste existait déjà dans la politique. Les mouvements marxistes révolutionnaires ne se sont guère questionnés sur la dimension nationale des mouvements de libération et de conduite des politiques communistes ou socialistes. Cet axe est horizontal parce qu'il prend sa valeur dans la place de chacun dans l'espace terrestre.
Il est en train de prendre la première place. Il est en train de prendre toute la place.

JPEG

Les vingt propositions d'Alain Juppé ont pour but d'aboutir à un État fort. Il n'y a pas d'économie, pas de chômage...
Beaucoup de commentateurs cherchent l'actuel succès du Front national dans ce logiciel de l'économie politique. Cet axe identitaire signifierait l’échec des politiques dans l’autre axe. Ce serait l'incapacité persistante des élus à diminuer le chômage qui créerait cette montée. Ils rajoutent, après donc, que les attentats ont accéléré cette progression du FN.
D'autres accablent les personnes, les acteurs de ce renversement d'axe. Ce n'est pas le maire de Béziers, Robert Ménard, qui crée la place, nationale, qu'il occupe, même si le fait qu'il l'occupe avec autant de force et de détermination joue un rôle non négligeable dans la consolidation en France de l'axe identitaire comme axe politique majeur. Marielle Timme, rescapée du Bataclan, parle du racisme décomplexé, et reproche à Ménard de faire le jeu de Daech. Certes, elle n'a pas tort. Je vois juste que si un maire peut « faire le jeu de Daech » notre moteur politique ne moud pas le même grain qu'auparavant, comme disait André Bergeron.
Il me semble que l'économie sociale comme cadre général de la pensée politique ne rend plus compte de ce qui se passe vraiment, qu’il serait bon d’y associer ce renversement.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 4 janvier 18:09

    « Marielle Timme, rescapée du Bataclan, parle du racisme décomplexé, et reproche à Ménard de faire le jeu de Daech. Certes, elle n’a pas tort. »


    Il y a une solution : il faut contraindre tous les candidats. de tous les partis, lors de toutes les élections, à solliciter l’investiture de Daech, avant le dépôt des listes. 


    P.S. - On sait ce qu’elle pense de la couverture du prochain Charlie-Hebdo, la Timme ?

    • Shawford sHAW42 4 janvier 18:19

      As in me : I believe in you buddy smiley

      Pour le carré j’attends d’en savoir plus

      Shaw no variété


      • vesjem vesjem 4 janvier 23:50

        @aurélien
        Tes pièces de théâtre doivent être une prise de tête ;
        Tu te prends le chou à compliquer ta pensée ; pour faire intello ?
        Qu’est-ce que tu veux clairement dire ?
        T’aimes juppé et les franc-mac de fo , t’aimes pas le front , ni l’islam , tu tires à boulets rouges sur les identitaires ;....non excuse-moi , ce ne sont que des exemples pour faire comprendre...

        « Un Breton expliquait à la radio que la Bretagne était un modèle d’appartenance régionale, de par sa modération »
        Un breton modéré , c’est un breton vidé de sa substance , spolié de toutes ses cultures , un orphelin identitaire lobotomisé par le jacobinisme imbécile et abruti par le mondialisme forcené contemporain 

        Les axes dont tu me rebats les oreilles comme une science socio-mathématique , ne seraient-ils pas orientés ? si c’est le cas , il te faut prendre de la hauteur sur les évènements sociologiques sans trop t’élever toutefois , pour mieux te (me) les expliquer ;
        Note au passage que Deleuze avait une pensée limpide 


        • Orélien Péréol Orélien Péréol 6 janvier 00:24

          @vesjem
          Je prends date que d’ici 7/8 ans, le séparatisme des bretons sera un problème térébrant en France, dont on sera obligé de parler abondamment.

          Sur ce site, un article met en titre que contre DAESH, il y a Notre-Dame Des Landes, cela dit la même chose que mon article, de façon simple.

        • vesjem vesjem 6 janvier 22:28

          @Orélien Péréol
          orélien , tu connais peu les bretons et leurs moeurs ;
          La culture bretonne , qui ne faisait aucune ombre à la « raipublique » , a été neutralisée ; sa langue , que quiconque parlait à l’école était moqué , a été interdite et pratiquement détruite par l’état jacobin français ; tout comme des oeuvres d’arts d’Afghanistan l’ont été par des extrémistes religieux ;
          Es-tu assez lucide pour comprendre l’analogie des 2 évènements
          Encore que les statues afghanes ont été sculptées en 10 ans , alors qu’il a fallu des millénaires pour « fabriquer » le Breton ;
          C’est comme si tu niais la tragique importance de la disparition d’une espèce animale ou végétale de la surface de la terre ;

          Il ne s’agit pas là de sécession de la bretagne , juste d’une diversité culturelle qui meure ;
          Les bretons ont été humiliés et ils en gardent des séquelles ineffaçables ;
          Tu peux imaginer , maintenant , l’allure du Breton « modéré » ;

          Je prends date que d’ici 7/8 ans tu regretteras les innombrables curiosités culturelles perdues dans ton propre pays , et tu continueras d’encenser celles de cités lointaines , bientôt disparues ;
          je ne veux pas paraître donneur de leçons , mais te faire comprendre cette mini catastrophe particulière , et celles à venir ;


        • Orélien Péréol Orélien Péréol 6 janvier 22:42

          @vesjem
          J’ai encore plus raison que je pense.

          Vu la teneur de ces échanges, l’identité bretonne comme guerre à tous les non-bretons est déjà bien commencée. Il n’y aura pas à attendre 7 ou 8 ans.
          Cela augmente le malheur du monde, qui n’a pas besoin de l’aide des hommes (de certains hommes) pour faire sentir la morsure de ses mâchoires implacables. Mais si en plus certains l’aident ! alors.... les bras ’en tombent.

        • vesjem vesjem 7 janvier 09:45

          @Orélien Péréol
          Visiblement , tu n’as strictement rien compris à ce que t’ai écrit ;

          Les Bretons et leur culture identitaire que tu sembles redouter , ont une fibre patriotique française digne de celle des autres provinces (note que mot a été remplacé par région , comme le mot nation n’est plus employé du tout par nos politicards) ;

          Où tu vois la « guerre » , je vois un dogmatisme unipolaire sous une rhétorique qui ne comprend que le blanc ou le noir ;
          J’essaie simplement de t’en sortir , en te faisant réfléchir , et tu m’opposes l’égo et l’instinct de survie d’un animal agressé ; c’est d’ailleurs souvent cette réaction qui empêche l’approfondissement des idées ;


        • Orélien Péréol Orélien Péréol 7 janvier 10:26

          @vesjem
          Restons en là.

          Ces échanges me donnent raison au delà de toute espérance (du point de vue de la raison).
          La politique est devenue horizontale, elle ne cherche plus la réalisation d’idéaux impossibles dans un effort permanent et globalement efficace (on est plus près de l’égalité économique qu’il y a 150 ans, même dans la régression dans laquelle nous sommes par rapport aux années 70 disons) elle est devenue horizontale un Breton est un Breton et dit « je suis un Breton ». Et malheur à qui ne trouve pas ça mignon, et n’applaudit pas des deux mains, il n’a rien compris.«  
          et tu m’opposes l’égo et l’instinct de survie d’un animal agressé ; c’est d’ailleurs souvent cette réaction qui empêche l’approfondissement des idées ;  » C’est du comique involontaire, je n’ai pas fait un article sur la Bretagne, je m’en excuse auprès de toi.
          J’ai fait un article pour dire qu’il y a un effet systémique, qu’il ne sert à rien d’accabler les individus, que l’actuel succès du Front national n’est pas dans la suite du mouvement de ce qui le faisait monter dans les années 80 ou 90... que ce n’est pas l’échec du marxisme (Badiou) et encore moins son regret plaintif qui pourra y changer quelque chose....
          que si on veut intervenir il faut commencer par un diagnostic près du réel et je travaille à ce diagnostic (très modestement, je ne suis rien dans le débat public).

        • vesjem vesjem 8 janvier 12:20

          @Orélien Péréol
          « un Breton est un Breton et dit « je suis un Breton ». Et malheur à qui ne trouve pas ça mignon »
          tu vois , aurélien , tu dis :« restons-en là » , mais t’en rajoutes une couche pour satisfaire ton égo et ne pas avoir eu le sentiment d’abdiquer ;
          La phrase plus haut est un argument d’une caricature grossière en réponse à mes propos ;
          Alors , à mon tour , mon égo te dis : restons-en là  ; mais le propos n’était pas là


        • Le p'tit Charles Le p’tit Charles 5 janvier 09:03

          Croire en l’égalité, c’est comme croire en dieu...réservé à ceux qui ont des problèmes de vues...


          • Shawford sHAW42 5 janvier 09:12

            @Le p’tit Charles

            Voui voui, reste que le vrai match sous les ors du king des batars, va falloir s’y soumettre, Quiche Squaw smiley smiley


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 janvier 13:15

            Bonjour,
            oui nous vivons une ère individualiste et la société se fragmente.
            Et donc... ?

            E Todd dans « Après la démocratie » attribuait cette fragmentation à la nouvelle stratification éducative (éduqués supérieurs / éduqués primaires et secondaires alors qu’auparavant la société était constituée essentiellement d’éduqués de niveau primaire) smiley


            • Orélien Péréol Orélien Péréol 10 janvier 22:32

              A la réflexion (j’ai ce qu’on appelle l’esprit d’escalier : une idée que j’exprime se pose en mon esprit, elle s’est affirmée, elle s’apaise, le doute diminue, s’estompe... cela n’apporte aucune satisfaction, aucun repos. Du coup, une nouvelle question apparaît, avec ses hypothèses, essais, erreurs, lectures... etc et cette suite amène d’autres choses à dire. Voilà l’esprit d’escalier. Je suis en train de lire Cogitamus de Bruno Latour et il écrit ce cheminement comme étant celui de la science. J’espère être scientifique, C’est mon but, mais je ne sais pas si j’y arrive. ce que je sais c’est que l’expression d’une idée fait progresser ma réflexion et m’apporte une nouvelle idée à exprimer.

              Donc, il m’est venu à l’esprit, prosaïquement, que le président Hollande a demandé d’être jugé sur la réduction du chômage (ce que je mets dans un axe du politique abattu de nos jours) et je prends date qu’il sera réélu, s’il l’est, sur les questions de Francité (de sécurité, de talent à exprimer les Français dans ces épreuves, à exprimer l’Etat, les idéaux...) et que, dans le cas où il ne serait pas élu, celle ou celui qui sera élu le serai sur ces questions identitaires.
              Je prends date (c’est dans pas longtemps)

              • Orélien Péréol Orélien Péréol 12 janvier 08:17

                Angela Merkel qui avait l’air d’être soudée au peuple allemand se met à devoir répondre à une opposition forte liée aux réfugiés. C’est un autre exemple du renversement de l’axe du politique dont je dis qu’il devrait nourrir notre réflexion.


                • Orélien Péréol Orélien Péréol 13 janvier 21:19

                  http://www.lepoint.fr/chroniques/juppe-finkielkraut-le-grand-debat-du-point-13-01-2016-2009511_2.php

                  Quand Alain Finkielkraut, l’inventeur du concept de « l’identité malheureuse », rencontre Alain Juppé, le thuriféraire de « l’identité heureuse », de quoi parlent-ils ? D’éducation, de laïcité, d’islam, de notre société, de la France, et, bien entendu, de notre identité. Ce grand entretien est à découvrir jeudi dans le numéro 2262 du Point et dès mercredi soir pour les abonnés de notre édition numérique. L’intellectuel préféré des Français et le favori des sondages à droite n’avaient jamais débattu. Le Point leur a ouvert ses colonnes. Un échange à ne pas manquer.

                  Tous mes points d’analyses, sauf l’école, dont je dis qu’ils définissent un changement de paradigme politique.

                  Sauf l’école : je ne dis pas grand chose sur l’école. Les enseignants n’obéissent jamais, ils débectent tout ce qu’on leur propose. J’ai mon idée sur le pourquoi de cette permanence de leur attitude. Je l’ai dit dans une thèse, en 2000. Cela n’a pas plu au jury.J’en parle peu. Si vous pensez que Juppé à plus de chance d’avoir les enseignants avec lui, dites-le moi. Cela m’intéressera.

                  Si vous pensez qu’il n’a pas plus de chance que les autres que les enseignants fassent ce qu’il demande, dites-le moi aussi.


                  • Orélien Péréol Orélien Péréol 16 janvier 10:28

                    Un point de vue tout à fait informé autrement que le mien et qui va dans le même sens :http://www.franceinter.fr/emission-linterview-politique-pierre-servent

                    Pierre Servent « extension du domaine de la guerre » pose la question : après les attentats, comment affronter l’avenir ?
                    Déjà, en prenant conscience que nos problèmes ont changé de nature.

                    • Orélien Péréol Orélien Péréol 17 janvier 23:49

                      Je trouve cette expression : « la banalisation des islamistes comme partenaires politiques. » qui malheureusement va dans le sens que les islamistes sont (ordinairement) dans la politique.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès