Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les émeutes de la faim en Europe. Impossible !?

Les émeutes de la faim en Europe. Impossible !?

Attention ! Rien n'est impossible et on l'a bien vu en novembre et décembre 2005

La France va mal, les millions d'hommes et de femmes qui survivent en ont assez....

Les émeutes de la Faim et notamment celles de 2008 (voir la carte jointe) peuvent toucher l'Europe ....

LA QUESTION SOCIALE : PRIORITE DES PRIORITES

Les questions sociétales passionnent l'intelligentsia et les médias qui en sont friands.

Sans minimiser ces questions, pour moi et pour les dizaines de milliers de militants bénévoles qui agissent au sein des associations familiales et de solidarité, la question sociale est prioritaire.

Ces associations n'en peuvent plus : alors que le nombre de familles pauvres augmente de plus en plus, alors que le nombre de demandeurs de repas est en hausse, c'est l'aide alimentaire européenne qui est en berne.

Les nouvelles lues sur le site du Secours Populaire ne peuvent que nous inquiéter :

« Les chefs d’Etat ont fini par s'accorder pour fixer la politique budgétaire de l'Europe 2014‐2020.
L’aide européenne aux plus démunis est heureusement maintenue mais elle est considérablement réduite (2.5 milliards pour 28 Etats contre 3.5 milliards pour 20 Etats actuellement). La situation sociale en Europe et l’accroissement du nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté auraient au contraire justifié une augmentation de l’aide destinée aux européens les plus fragiles.
Les 4 associations (Banques Alimentaires, Croix Rouge, Restaurants du Coeur et Secours Populaire français), qui se sont battues sans relâche, sont déçues et préoccupées par les conséquences de cette décision.
A partir de 2014, en France, près de la moitié des 130 millions de repas pourraient ne plus être distribués. Les associations se trouveront donc devant un choix inhumain : donner moins, à qui et sur quels critères ?
Nos associations restent déterminées et mobilisées. Même si le symbole de la solidarité semble préservé, nous demandons aux dirigeants français, à la Commission et au Parlement européen qui, toutes tendances politiques confondues ont toujours soutenu notre combat, de s’organiser pour aboutir à un programme cohérent avec l’objectif ambitieux de l’Union Européenne : réduire de 25% le nombre de pauvres d’ici 2020 mais surtout avec les besoins criants de millions d’Européens ! »

Il est scandaleux de constater que la réduction budgétaire européenne touche ainsi les plus démunis dans une Europe où le chômage augmente, dans une Europe où la précarité, la pauvreté et même la misère deviennent le lot quotidien de millions et millions de familles.

Il faut que cela cesse et que l'appel des associations caritatives soit repris....

Attention ! si rien n'est fait dans l'urgence avec le maintien voire l'augmentation de l'aide aux démunis, dans la durée avec une politique sociale réelle de solidarité en France, non seulement les bénévoles ne pourront plus accomplir leur action, mais ont peut s'attendre à des émeutes de la fin qui peuvent partir dans n'importe quelle direction !

Jean François Chalot

JPEG - 61.5 ko

Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • jmdest62 jmdest62 14 février 2013 08:43

    bonjour

    Désolé de le dire sans détour ( et sans cynisme aucun ) mais je pense que bénévolat , associations caritatives etc....sont autant de pansements que l’on applique sur une plaie que l’on ne veut pas soigner mais simplement cacher.
    Le dilemme est cruel : aider les plus démunis et continuer à colmater les brèches du système ou tout arrêter pour que la réalité économique et sociale s’impose à tous ......

    à titre d’exemple :depuis des années des gens dévoués nous sollicitent avec le téléthon pour récolter 80 à 100 ME ....c’est précisément ce que coûte 1 mois de présence ( guerre ?!) au mali.
    à noter que l’armée dispose d’un budget de 630 ME pour de telles opérations !!!!!!!  smiley

    cordialement

    @+


    • LE CHAT LE CHAT 14 février 2013 11:31

      Salut Toutou ,
      l’expédition au Mali , c’est des clopinettes en comparaison des sommes débloquées pour boucher les trous de Dexia et autres financiers !
      c’est marrant comment c’est facile de jongler avec les milliards pour aider le monde de la finance et si dur de trouver deux francs six sous pour nourrir les pauvres !!!!

      les émeutes de la faim , on les aura en Europe aussi ! déjà les grecs commencent à crever de faim , certains ne mangent plus qu’un repas par jour et brûlent leurs meubles pour se chauffer .....


    • jmdest62 jmdest62 14 février 2013 16:55

      salut gros matou

      « ....c’est des clopinettes en comparaison des sommes débloquées pour boucher les trous de Dexia et autres financiers !.... »

       j’ai juste choisi des chiffres comparables , mais ..... tu as raison et « Fatale » aussi a raison il y a
      en France tout le pognon nécessaire pour que chacun vive dignement , mais ce pognon il est pas dans les bonnes poches.....

      @+


    • Croa Croa 14 février 2013 22:34

      Le téléthon ne donne à manger à personne smiley

      ( au contraire ! )


    • louphi 14 février 2013 10:54

      fatale


      « ...mais peut-être suis-je dans l’erreur.... »

      Pas du tout ! Au contraire, vous avez parfaitement raison !


    • Croa Croa 14 février 2013 22:38

      Tu as tors, MSF sauve tout de même des vies !

      (Le téléthon ne sert strictement à rien.)


    • DEBEIRE J 15 février 2013 07:14

      jmdest62 , fatale vous avez entièrement raison , les gouvernements par ces aides , quelles soient alimentaire ou pécuniaires n’ existent que pour empêcher la révolte , et diviser les populations , « celles qui ont un travail contre celles qui sont aidées » . prenons le cas du RMI qui a été instauré pour les professions libérales , et petits commerçants « qui ne cotisant pas au chômage n’y ont point droit  » ; ceci pour les empêcher donc de se soulever en entrainant avec eux la classe ouvrière . Ce qui me révolte c’ est que ces même professions libérales , et commerçants critiquent méchamment ceux qui ayant perdu leur travail et étant endettés crèveraient de faim s’ ils n’ avaient les RMI ou RSA . Ce qui me révolte aussi est que ces bénéficiaires ne font rien , et attendent que les autres font pour eux ; aussi je préconise que pour avoir une aide il faut le mériter , en allant en délégation voir leurs députés , maires , tous les élus , en manifestant devant les banques , les grosses entreprises qui ont mis le pays en état de ruine . Aide toi et les organismes d’ aide aux plus démunis t’ aideront .


    • subliminette subliminette 14 février 2013 09:36

      D’accord avec les commentaires précédents.
      Toutes les formes de soupes populaires sont des moyens d’humilier encore un peu plus les pauvres. A tel point que certains préfèrent aller fouiller dans les poubelles.

      Je ne pense pas que les bénévoles, dévoués et pleins de bonne volonté, s’en rendent compte.

      Il serait bon que les révoltes éclatent enfin et que les pauvres donnent un bon coup de pied bien placé aux politiques pour commencer et ensuite aux journalistes qui se permettent de parler d’eux sans jamais en avoir vu un de près.


      • Bubble Bubble 14 février 2013 10:24

        Évidemment que les bénévoles s’en rendent compte !
        Que voulez vous qu’ils fassent de plus, avec leurs moyens ? Peuvent ils s’arrêter sous prétexte que leur aide est insuffisante (alors qu’elle sert quand même à quelque chose) ?

        Le schéma est opposé : nous souhaitons que plus de monde participe pour être plus efficace, et nous nous désolons un peu du défaitisme des gens qui empêche une résolution du problème moins violente.

        La voie de la non-violence est toujours plus difficile, c’est clair. Mais nous sommes persuadés que si les gens deviennent convaincus de leur capacité à aider, chacun selon ses possibilités, les choses vont avancer.


      • louphi 14 février 2013 11:01

        sublimininette


         « Il serait bon que les révoltes éclatent enfin et que les pauvres donnent un bon coup de pied bien placé aux politiques pour commencer et ensuite aux journalistes qui se permettent de parler d’eux sans jamais en avoir vu un de près. »

        Exactement !


      • louphi 14 février 2013 11:44

        Bubble

        « ...nous souhaitons que plus de monde participe pour être plus efficace, et nous nous désolons un peu du défaitisme des gens qui empêche une résolution du problème moins violente. »

        Cà veut dire quoi « ...plus de monde participe pour être plus efficace » ? Il faudrait plutôt réclamer plus d’argent, au lieu de s’en prendre au « défaitisme des gens » en souhaitant « une résolution du problème moins violente ». La violence, elle est du côté des riches plutôt que du côté des miséreux. Et c’est une violence inouïe !

        Cette violence-là des riches contre les miséreux, « le problème » comme vous la désignez avec tant de galanterie, qui s’exerce depuis toujours, ne vous inquiète visiblement pas. C’est seulement la violence future des pauvres, violence qu’on ne fait encore qu’imaginer, qui, comme le trotskiste Chalot, vous inquiète et vous mobilise pour l’empêcher. Et si un jour les miséreux pouvaient s’emparer de la violence contre les riches, çà ne serait que très salutaire pour la société !



      • Bubble Bubble 14 février 2013 12:03

        Relisez la vie de Gandhi ou Martin Luther King pour comprendre qu’une action efficace est non violente même au niveau des pauvres.

        Je vais être un peu extrême dans les lignes qui suivent, sachez relativiser.
        Attendre une révolte populaire sanguinolente c’est quoi ? C’est ne rien faire maintenant, donc quelque part prendre le parti du pouvoir, ensuite pendant l’émeute s’associer au peuple donc quelque part prendre le parti de ceux qui ont le pouvoir (le peuple cette fois). Vous légitimez donc la violence sourde aujourd’hui autant que celle populaire de demain, et dans l’affaire vous ne faites que suivre le pouvoir. Alors que, justement, n’est ce pas la violence, l’abus de pouvoir qui sont à l’origine de la pauvreté ?
        Une révolte populaire, c’est juste une redistribution des cartes pour une cinquantaine d’années. Parce qu’elle ne s’occupe pas de la cause majeure, la violence.


      • interlibre 14 février 2013 14:41

        Le principal outil (et très efficace) que préconisait Ghandi pour arriver à ces fins c’était le boycott.

        Malheureusement le boycott est devenu presque impossible dans une société ou seul les informations favorables au système ploutocratique passent par les principaux médias.
        En plus de ça pour que cela fonctionne il faut que tout le monde ou presque participe.
        Mais les moutons ne pensent pas c’est donc difficile de trouver une solution non violente.

      • Croa Croa 14 février 2013 22:46

        à Bulbe,

        Il ne faut pas confondre non-violence et fatalisme. Gandhi et Martin Luther King menaient une rebellion non violente, pas toi !


      • Bubble Bubble 14 février 2013 23:45

        Bonsoir Croa, 

        C’est vrai que je ne suis absolument pas dans une démarche de rébellion contrairement à MLK ou Gandhi, qui sont évidemment bien plus courageux dans leur démarche ; cependant je considère le bénévolat comme non violent -et, plus idéalement, le signe d’une véritable révolution par prise de conscience collective, mais foufouille me montre déjà des limites au système plus loin dans ce fil- par rapport au fait d’attendre une révolte populaire.

      • CHALOT CHALOT 14 février 2013 09:49

        A lire certains commentaires, il faudrait peut être attendre le grand soir ou qu’enfin des mesures permettent d’éradiquer la pauvreté ?
        Et la solidarité, n’est -elle pas utile et indispensable ?
        Les humiliés, ce ne sont pas les pauvres car ce qu’on leur donne, ce n’est pas une aumône mais un droit...
        Les distributions alimentaires organisées par le Secours Populaire permettent de répondre à l’urgence et n’oubliez pas non plus les permanences sociales qui permettent de donner confiance aux personnes en difficultés et aussi leur donner la force de se défendre.
        Il y a aussi et c’est INDISPENSABLE, la construction d’un lien social nécessaire permettant de redonner confiance aux familles, voire de leur donner envie de combattre et de prendre pied.


        • Inquiet 14 février 2013 15:12

          Chalot, au risque de vous faire bondir, je n’en peux plus de voir les bénévoles (au demeurant très méritants mais là n’est pas le problème) devant les lidl ou aldi.


          1°) L’argent n’est pas là

          2°) Les clients des hard-discount sont très probablement les futurs clients de l’oeuvre caritatives.
          On gagnerait du temps à ne pas commencer par les dépouiller pour plus démunis qu’eux.

          Je sais, on va me dire que les riches ne donnent pas et que vous êtes écartés des abords du Fouquet’s et autres lieux à haute concentration de richesse.

          Mais, je pense, que faute de « révolte violente » la moindre des choses serait de faire de la communication un peu plus agressive, justement pendant la collecte, à l’encontre des injustices en terme de budget et de comportement des riches.

          Ok pour pas de révolte violente, mais pas du tout d’accord pour que ce ne soit pas politisé (pas d’encartement, mais de la critique des choix politiques de l’union européenne par exemple).

          D’ailleurs, pour enfoncer encore le clou, ce n’est pas parce qu’on est bénévole qu’on ne doit être que de la main d’oeuvre qui se donne bonne conscience en étant déconnectée du « à cause de quoi ou de qui on est amené à faire cela ».
          Le bobo qui fait ça pour faire branché et dire à ses potes comme il est cool d’être « solidaire » ne souhaite en réalité que perdure cette situation pour continuer à le démontrer.

          Et je maintiens ce que je dis.


        • foufouille foufouille 14 février 2013 16:05

          l’invitation du sarko etait pas mal aussi
          ensuite, « la france a pas d’argent, donnez »


        • Bubble Bubble 14 février 2013 16:30

          Bonjour Inquiet,
          ce que vous dites correspond effectivement à une image du bénévolat visible de l’extérieur.

          Cependant, pour prendre l’exemple de mon chez moi et des restos du coeur :
          -> La grande majorité des bénévoles ne sont pas des bobos mais des retraités ou des chômeurs, pas franchement à l’aise financièrement eux même. Le bobo se retrouve plus dans l’aide ponctuelle, régulièrement pour se donner bonne conscience en effet.
          -> Comme vous le dites, le potentiel de gain le plus fort ne se trouve absolument pas au lidl mais dans les surfaces plus aisées de la ville, où les collectes ont aussi lieu, et aussi sur de la récupération dans les grandes surfaces de produits arrivant bientôt à péremption (ce qui représente le gros du boulot et du rendement, les collectes auprès des clients sont en comparaison épisodiques).
          -> L’organisation de l’association est de type locale, puisque ce n’est pas de la collecte d’argent mais directement de produits qui doivent être déplacés et entreposés.
          -> Pourquoi le faire au lidl donc ? Et bien, au delà du rendement, c’est surtout pour la visibilité qu’on est là. Personne ne va se dépouiller pour une collecte, ce n’est pas ce qu’on demande, d’ailleurs ceux qui n’ont pas de quoi donner nous le disent, et ceux qui estiment ne pas pouvoir donner nous ignorent. Il s’agit, comme le dit Chalot, de créer du lien social aussi. Il y aura moins de problèmes de dignité pour ceux qui ont donné quand ils pouvaient à demander lorsqu’ils en ont besoin. Le but étant d’arriver à créer une « conscience de communauté ».
          -> Et justement, concernant une communication et des prises d’action concernant les causes de la pauvreté qu’on combat. Hé ben, j’imagine que si on pouvait avoir un peu plus l’attention des clients pendants les collectes, peut être un message plus consistant serait possible. Connaissez vous beaucoup de gens qui puissent prendre 2 minutes pour discuter devant un magasin ?
          Pour reprendre l’exemple de Martin Luther King, il a pu mettre en place des actions parce qu’il avait une petite communauté devant qui il pouvait s’exprimer dès le départ. Ce n’est pas vraiment notre cas.

          Considération ou pas, on a chez nous 4000 repas à trouver chaque semaine et la nécessité d’être visibles pour qu’on puisse nous trouver en cas de besoin (même si c’est généralement des assistantes sociales qui nous envoient les gens).
          Être conscient des causes qui rendent l’assoc nécessaire... je lis des articles ici pour ça. Après, je ne fais rien contre, c’est vrai...


        • foufouille foufouille 14 février 2013 17:00

          "Personne ne va se dépouiller pour une collecte, ce n’est pas ce qu’on demande, d’ailleurs ceux qui n’ont pas de quoi donner nous le disent"

          chez moi, ca y ressemble pas du tout
          tu fais des courses, tu as de l’argent, donc on te met le sac dans le caddie
          avec un sourire de sarkozystes
          tout juste si il faut pas montrer sa carte d’invalidite


        • Bubble Bubble 14 février 2013 17:16

          Wouh, j’imagine qu’il y a des abus partout... merci de la précision, même si ça fait chier de l’entendre.


        • foufouille foufouille 14 février 2013 18:42

          tu peut aussi visiter les emmaus
          ceux tenus par les technocrates


        • foufouille foufouille 14 février 2013 18:45

          il y aussi la pub des restos
          x va au cine, y en vacances, etc
          ca donnes pas envie de se priver, si un jour t’as les moyens


        • L'enfoiré L’enfoiré 15 février 2013 14:16

          De cet échange, je retiens : « 1°) L’argent n’est pas là »

          Donc, il faut faire de l’argent, vrai ou faux.
          Ce n’est pas en rêvant que cela se passera.
          Mon dernier billet « Travailler en 2020 » demandera quelques amendements supplémentaires.
          Que ce soit de gauche ou de droite, il est clair que la période bleue s’est achevée dans des déchirements.
          Des autres ont pris la relève.
          Indispensable de construire un lien social ^pour redonner confiance aux familles ?
          Là, cela me fait sourire.
          Avez-vous éprouvez ce besoin dans la vie active ?
          La confiance ne se construit qu’avec des réciproques dans un échange de bons procédés.
          La Solidarité, je la traduit par une profond « solide_hilarité ».
          Oui, il y a bien plus de solidarité dans les pays qui n’ont rien.
          Ils y ont tout à gagner. Les réseaux ne sont pas sociaux, ils sont à la recherche de bons coups à réaliser.

        • L'enfoiré L’enfoiré 15 février 2013 14:41

          Foufouille,


           « ca donnes pas envie de se priver, si un jour t’as les moyens »

        • fabb54 14 février 2013 10:46

          Il faut déjà bien préciser ce que l’on entend concrètement par émeutes de la faim.
          Loin de moi l’idée de minimiser ce qui s’est passé en 2008 partout dans le monde, les émeutes étaient dans un grand nombre de pays des émeutes « des prix chers » plus que « de la faim ». Bien entendu, cela ne change rien aux difficultés du milliard d’humain (! !!) en sous nutrition.

          En ce sens, si par « émeutes de la faim » vous entendez « émeutes des prix alimentaires chers » , elles sont peut probables en UE, la part alimentaire ne cessant de diminuer dans le budget des ménages.

          Si vous entendez « émeutes de la faim » par « émeutes de personnes n’ayant pas de quoi manger », je ne pense pas non plus qu’elles puissent survenir en France, où un nombre très très faible de personnes sont en situation de sous nutrition.

          La baisse du budget UE alloué aux plus démunis reste cependant un drame, même si je suis d’accord avec les commentaires précédents sur le fait que le bénévolat, les dons et autres associations caritatives ne servent que de rustine dans un système qui mériterait d’être profondément révisé.

          Par contre, des émeutes sont belles et bien possibles dans l’UE, si la crise structurelle (d’une n’entraîne pas une modification des comportements politiques et individuels, avec des arbitrages plus équitables entre individus. Ce n’est pas tant que les plus pauvres n’ont plus de quoi vivre en soi, c’est que l’image d’une vie simple et laborieuse n’est pas en adéquation avec l’idéal sociétal mis en avant depuis des dizaines d’années, celui d’une consommation forte de bien et services.


          Hors, le niveau de vie moyen des populations européennes, sous entendu en « niveau de consommation de biens et services », est structurellement en déclin, et c’est cela que nous n’arrivons pas à assimiler suffisamment rapidement, et c’est compréhensible ; la crise de ces 5 dernières années, dont le déclencheur est certes étranger à l’UE, n’est qu’un révélateur brutal d’une réalité, celle de la fin inévitable d’un modèle, car non durable.


          Si ce changement de modèle n’est pas suffisamment voulu par les décideurs politiques, si l’équité (et non l’égalité) du partage des richesses n’est pas suffisamment rétablie, alors oui, dans cette période de déclin, des émeutes de l’injustice pourraient éclater en Europe.

          Emeutes qui resteront vaines si les émeutiers ne sont pas prêts à modifier eux-aussi leurs comportements consuméristes.

          La prise de conscience sera collective ou ne sera pas.


          • foufouille foufouille 14 février 2013 13:19

            fallait demander du fric a sarko
            les vacances, c’est un plus, comme le cinema
            toutes les directions des grosses asso sont pourries de ploutocrates


            • viva 14 février 2013 13:39

              Ces associations prétenduement humanitaire ne devraient pas exister, c’est à l’état de remplir son rôle et non à des particuliers de faire oeuvre de charité. Oui, il n’y pas d’émeute de la faim grace aux associations, pourtant il y a des millions de personnes qui ne peuvent s’alimenter correctement, la honte c’est que ces gens soient obligés d’aller mendier auprès d’associations. La dignité est essentielle et là on apprend et l’ont contraint des gens à s’humilier pour pouvoir se nourrir.


              Je tient a dire que l’ont fait jouer à des bénévoles un rôle qui ne devrait pas leur appartenir. On est plus au temps des dames patronesses, finalement il y a beaucoup de ça dans le bénévolat auprès des plus pauvres, on est au 21 ème siècle cela ne devrait tout simplement plus exister


              • foufouille foufouille 14 février 2013 14:25

                « On est plus au temps des dames patronesses »

                dans certains endroits, ca y ressemble beaucoup
                paperasse en plus
                a une epoque, j’y suis alle une fois, vu les tronches de sarkozyste du resto
                le pain sec etait meilleur


                • bernard29 bernard29 14 février 2013 14:47

                  Personnellement, je trouve pas mal que ces subventions européennes soient réduites. C’est aux Etats de prendre la mesure de leurs inconséquences sur les questions de pauvreté et d’aides caritatives ou sociales. C’est une question de responsabilité politique. Il est trop simple de renvoyer sur d’autres nos problèmes.
                   


                  • viva 14 février 2013 15:14

                    Oh que oui, il est temps d’arréter cette mascarade d’associations subventionnées en tout genre, il ne faut pas oublier que pour de nombreux donnateurs, leur fumeuse générosité est salement défiscalisable. Ce donner bonne conscience en profitant fiscalement de la misère des autres, c’est tout de même le comble du cynisme.


                  • louphi 14 février 2013 15:04

                    CHALOT

                    ANALYSE POLITIQUE DE L’ARTICLE DE L’ARTICLE DE CHALOT CI-DESSUS

                    CHALOT a écrit :

                    « LA QUESTION SOCIALE : PRIORITE DES PRIORITES. Les questions sociétales passionnent l’intelligentsia et les médias qui en sont friands. Sans minimiser ces questions, pour moi et pour les dizaines de milliers de militants bénévoles qui agissent au sein des associations familiales et de solidarité, la question sociale est prioritaire. ».

                    Comme chacun le sait, CHALOT en fait possède au moins deux casquettes : une casquette sociale qui se veut socialiste et une casquette sociétale, sociétaliste, qui fait de lui l’un des ayatollahs de la cause homosexuelle. C’est normal, dira t-on pour quelqu’un, qui par ailleurs, fait partie de la nomenklatura trotskiste sur Agoravox. En effet, le trotskisme pour les questions sociales joue un rôle similaire à celui de l’homosexualité pour les questions sociétales, le rôle de parasitage des bonnes causes.  Le trotskisme est un courant politique qui concilie à merveille le militantisme sociétal ultra-réactionnaire, homosexuel d’un côté, et, de l’autre côté, le militantisme ultra-réactionnaire social, bourgeois.

                    Une fois de plus, le parasitisme social-sociétaliste, ou sociétal-socialiste, du trotskisme est d’autant plus manifeste et ridicule qu’aujourd’hui, CHALOT jure son grand DIEU SOCIAL que « sans minimiser les questions sociétales, la question sociale c’est LA PRIORITE DES PRIORITES », alors qu’il y a moins de trois semaines à peine, le même CHALOT, sur cette même plateforme d’Agoravox, jurait son grand DIEU SOCIETAL que :

                    « Le combat pour le mariage pour tous n’est pas secondaire par rapport à d’autres, sociaux, il découle d’une même exigence de démocratie, de progrès et d’égalité des droits, comme l’égalité des droits  ! ». (1)

                    On reste pantois devant cette démagogie abrupte et décomplexée de CHALOT. Et on comprend encore mieux cette démagogie de CHALOT lorsqu’il avertit :

                    « Attention ! si rien n’est fait dans l’urgence avec le maintien voire l’augmentation de l’aide aux démunis, dans la durée avec une politique sociale réelle de solidarité en France, non seulement les bénévoles ne pourront plus accomplir leur action, mais ont peut s’attendre à des émeutes de la fin qui peuvent partir dans n’importe quelle direction  ! »

                    Les émeutes de « la fin ? », de la faim voulait-il sans doute écrire, « qui peuvent partir dans n’importe quelle direction », voilà qui inquiète et que redoute CHALOT. Voilà l’avertissement que CHALOT adresse à la bourgeoisie. C’est un appel pour que la bourgeoisie fasse tout son possible, « dans l’urgence, pour maintenir voire augmenter l’aide aux démunis, dans la durée avec une politique sociale réelle de solidarité en France ». C’est un appel pour implorer la bourgeoisie de faire tout pour éviter, pour contrer l’explosion sociale qui s’annonce. Ce vibrant appel à la sagesse de la bourgeoisie montre tout simplement que CHALOT, apparatchik du trotskisme, n’est qu’une sentinelle de la bourgeoisie postée dans la masse laborieuse miséreuse. On ne peut que constater la pertinence du jugement de Staline :

                    « Le trotskisme est un détachement d’avant-garde de la bourgeoisie contre-révolutionnaire. »

                    La casquette « sociale » de CHALOT n’est qu’un paravent pour distraire sur le fait que son vrai combat n’est le progrès social malgré son flot de bavardage sur les questions sociales, mais que son vrai combat est plutôt d’ordre sociétal. Lorsque CHALOT proclame « LA QUESTION SOCIALE : PRIORITE DES PRIORITES ! », ce n’est qu’une simple incantation démagogique, hypocrite, pour le militant homosexuel qu’il est, pour l’apparatchik trotskiste qu’il est, pour la sentinelle de l’oligarchie capitaliste homosexuelle qu’il est.

                    En fait, pour l’oligarchie homosexuelle dont CHALOT est un kapo, l’instauration de la société homosexuelle passe avant les questions sociales. Et il n’est pas surprenant que, comme l’aide aux pays africains, l’aide alimentaire de la bourgeoisie aux pauvres en Europe, soit subordonnée à l’instauration de la société homosexuelle. C’est ce que suggère David Cameron, le sultan de la cause homosexuelle en Grande Bretagne, dans cette déclaration :

                    « Le premier ministre britannique, David Cameron n’eut-il pas l’insolent courage de déclarer en décembre 2011 que « le Royaume Uni coupera son aide aux pays africains ayant une législation contre l’homosexualité” » (3)

                    Le trotskisme c’est du charlatanisme. CHALOT est un Charlot. Ce n’est pas un simple jeu de mots car on sait depuis toujours que les trotskistes sont des politiciens à double faces, même à multiples faces.

                    _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

                    (1) Chalot. Lundi 28 janvier 2013. Agoravox. Article « Racisme-homophobie-démocratie ».

                    (2)  (J. Staline : « Sur quelques questions de l’histoire du bolchévisme », la Révolution prolétarienne, n° 6 (113), 1931, en russe.)

                    (3)  Rodriguez. Dimanche 10 février 2013. Agoravox. Article « Une Europe qui frappe les pauvres sur son propre sol peut-elle aider les africains ? ».



                    • Inquiet 14 février 2013 15:21

                      Malgré la construction apparente du commentaire, il n’en demeure pas moins qu’on a un exemple magistral de sophisme ad-hominem.


                      Serait-ce parce qu’il s’agit de Chalot qui se contredit ou pas suivant son positionnement sur des sujets dits « sociaux » ou dits « sociétaux », qui déterminerait la valeur d’un diagnostique faire sur la faim.

                      Moi, qui ne vit pas uniquement pour cultiver l’argumentaire et faire des joutes verbales, j’ai constaté avec mes gros yeux tout ronds qu’il existe de plus en plus de personnes en ligne directe avec l’extrême pauvreté, et que leur cas s’aggravent suite à des arbitrages budgétaires qui ne privilégient pas la résolution de cette même pauvreté.

                      Que je détecte ici ou là des anormalités de discours chez les personne qui pond un sujet, n’écarte en rien l’exactitude des faits.

                      Vouloir utiliser ces « écarts » pour discréditer la réalité, c’est un peu beaucoup se foutre de notre gueule, et démontrer une plus grosse mauvaise fois que celle dont on voudrait affubler l’auteur.


                    • viva 14 février 2013 15:25

                      Comme de taper sur les curés tout en reprenant les codes....


                    • viva 14 février 2013 16:04

                      L’analyse de Louphy est pertinente, l’extrème g uche à une fonction. Tenir un discours social qui donne l’impression qu’il y a un vrai pluralisme politique, mais prendre des positions sociétale qui sont des repoussoirs tels qu’il est impossible pour tout un chacun d’accepter ce qu’il propose donc de voter massivement pour la gauche de la gauche. En fait ils prennent la place pour empécher que d’autre puisse proposer de vrais alternatives politiques aux électeurs. Il n’échappe a personne que les trotskystes se positionnent pour la mondialisation sous toutes ses formes suivant ainsi l’exemple du Medef. C’est donc sur le plan sociétale qu’ils agissent et non sur les problèmes sociaux et économiques. Dans le cas contraire, ils seraient devenu la principale force politique du pays. Mais chut, il faut pas le dire trop fort, parce que ceux qui les finances et les soutiennent ne sont pas forcément là ou on le crois ..... Attention, je ne veux pas critiquer Chalot qui est certainement un militant sincère et intègre, je voudrais juste lui poser quelques questions qui est ton pape ? ou se trouve ton vatican ? Sais tu qui est derrière l’idéologie que tu défends ?


                    • L'enfoiré L’enfoiré 15 février 2013 16:09
                      Viva,

                      «  juste lui poser quelques questions qui est ton pape ? ou se trouve ton vatican ? Sais tu qui est derrière l’idéologie que tu défends ? »

                      C’est exactement la question à se poser.
                      Et toutes les idéologies ont des effets secondaires, écrit en petit sur la posologie.


                    • viva 14 février 2013 15:26

                      Je voulais dire tout comme taper sur les curés tout en reprenant les codes. 


                      • BA 14 février 2013 17:43

                        Jeudi 14 février 2013 :

                         

                        Grèce : le taux de chômage continue à grimper, à 27% en novembre.

                         

                        Le taux de chômage a continué à grimper en Grèce atteignant le seuil de 27%, contre 20,8% un an auparavant, a annoncé jeudi l’Autorité des statistiques grecques (Ase).

                         

                        En octobre 2012, le taux de chômage s’élevait à 26,8%.

                         

                        La situation est dramatique chez les jeunes : moins de quatre actifs sur dix de moins de 24 ans ont désormais un emploi, tandis que dans la classe d’âge 25-34 ans, le taux de chômage est de 36,2%.

                         

                        Les femmes sont aussi les plus touchées, prés d’un tiers d’entre elles (31,1%) étant à la recherche d’un emploi.

                         

                        Depuis octobre, plus de 20.000 personnes ont perdu leur emploi, tandis que sur un an, ils sont 323.808 personnes de plus à être frappés par le chômage (+31,5%).

                         

                        Au fil de la rigueur et de la récession qui frappent le pays, englué dans la crise de sa dette et les exigences de ses créanciers, la population active est ainsi devenue minoritaire dans le pays avec 3,642 millions de personnes en novembre pour 1,350 million de chômeurs et 3,339 millions de non-actifs.

                         

                        Selon une étude de la Fédération des PME, plus de la moitié des foyers grecs sont ainsi menacés d’insolvabilité en 2013, alors que le gouvernement lui même reconnaît recourir à une « hypertaxation » pour tenter de renflouer les caisses publiques.

                         

                        http://www.romandie.com/news/n/Zone_euroGrece_le_taux_de_chomage_continue_a _grimper_a_27_en_novembre11140220131324.asp


                        • CHALOT CHALOT 14 février 2013 17:45

                          Louphi n’a rien compris....
                          D’abord mon activité social et politique est tournée sur le concret et pas sur les discours.
                          Comme je ne me cache pas derrière un pseudo, Louphi peut vérifier que ce que je dis est en adéquation avec ce que je fais.
                          Le sociétal n’a jamais été la priorité des priorités pour moi mais quand je vois la réaction cléricale se mobiliser, je ne résiste pas...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès