Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les femmes en politique

Les femmes en politique

La campagne des élections législatives en Suède est marquée par des attaques répétées contre la candidate socialiste Mona Sahlin. La plupart des médias affiche un soutien affiché pour le candidat de l´Alliance bourgeoise, Fredrik Reinfeldt et les sondages quotidiens ne cessent de souligner l´effondrement des sociaux-démocrates. Le 19 septembre, les Suédois sont appelés à élire leurs représentants au Parlement, leurs conseillers généraux et municipaux.

Les attaques contre la personne de Mona Sahlin révèlent que même sur dans des pays avancés sur la question du genre, être femme en politique peut être un calvaire.

 Les sondages avant les élections ont toujours très peu de valeur, car d´une part ils sont réalisés selon des méthodes peu scientifiques (sondages par échantillons et non sondages aléatoires) et d´autre part parce qu´ils sont utilisés comme arguments dans la compétition électorale. Dans le cas suédois, l’avalanche de sondages semble téléguidé par un souci d´écarter les sociaux-démocrates du pouvoir. En effet, un deuxième revers des sociaux-démocrates aurait des conséquences inéluctables pour la Suède et signerait la fin d´une équation liant État-Providence, dialogue social et social-démocratie. L´Alliance bourgeoise démonte progressivement les principes de cet État en utilisant l´argument de la baisse des impôts comme levier décisif pour améliorer la situation de l´emploi.

Au-delà de cet aspect idéologique, la campagne a été très dure vis-à-vis de Mona Sahlin alors même qu´elle a été de plus en plus remarquée dans les débats. Lorsqu´elle prenait l´avantage au niveau des arguments, aucun journal ne relevait cet aspect ; en revanche, lorsque son adversaire montait à la charge, les journaux se relayaient pour démontrer sa compétence. Pour quelqu’un ayant vécu en France la campagne de 2007, ce climat avait un air de déjà-vu. En effet, on ne pardonne pas aux femmes de faire des erreurs en politique. On ressort sans cesse à Mona Sahlin l´affaire dite du Toblerone : à la fin des années 1990, alors qu´elle se trouvait en vacances au Danemark, elle n´avait plus d’argent sur elle et avait dû payer des couches pour son bébé et du chocolat avec sa carte professionnelle. Elle avait remboursé la somme à son retour mais cette affaire est restée comme un signe de corruption. Cet été, un scandale aurait pu éclabousser l´Alliance avec l´affaire Litorin. Ce ministre en exercice avait annoncé sa démission en pleurant en expliquant que les tracasseries médiatiques avaient menacé sa vie privée et notamment celle de ses trois enfants. Deux jours après, on a appris en fait que deux anciennes prostituées mineures l´avaient mis en accusation et que les faits avaient pu être corroborés. Le ministre a démissionné, les journaux ont relaté les faits pendant quelques jours, l´affaire a été oubliée. La partialité des médiasrappelle étrangement celle dénoncée alors par Ségolène Royal.

L´argument de la compétence est au centre des discussions alors même que Mona Sahlin a beaucoup plus d´expérience du pouvoir que Fredrik Reinfeldt. Et puis, les coups de poignard sont venus de son propre parti. L´ex-premier ministre social-démocrate, Göran Persson, celui-même qui a fait échouer les sociaux-démocrates lors des élections de 2006 en raison d´une très mauvaise campagne, est venu critiquer la prétendue mollesse de Mona Sahlin. Cela a rappelé Lionel Jospin en 2005 au Congrès du Mans avec le « j´y vais, j´y vais pas » soigneusement orchestré par les médias ou la proposition de Michel Rocard de remplacer Ségolène Royal deux semaines avant les élections présidentielles.

Aujourd´hui encore, les attaques systématiques à l´égard de Martine Aubry relèvent du même acabit. Martine Aubry, au caractère tranchant, impitoyable avec ses ennemis et ses amis, méfiante, peu conviviale, on lui reproche une forme de masculinité (soi-disant) nécessaire pour gagner les élections. On a eu le droit à une telle description pour la chancelière Angela Merkel, qui n´avait pas d´enfants et donc pas cette part de maternité essentielle aux femmes.
 
En Suède, c´est la première fois que les sociaux-démocrates ont une candidate et même dans ce pays le plus avancé au monde en matière d´équilibre entre les sexes, le combat est encore long.

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • mnopwxy 11 septembre 2010 11:50

    Complètement ! Canal plus notamment, qui se fait un plaisir d’enfoncer toutes les nouvelles femmes qui montent, s’acharnent sur la présentatrice de la une, les mieux cachés derrière leur comique aux airs libres, mais déjà, comme les journalistes, choisis dans le moule. C’est vraiment des pxxxs ceux-là, pires que les écervelés de Cauet ou des grosses têtes, arriérés qu’on entend venir de loin, tellement ils sont lourds. Monde de machos moisis qui servent à rien qu’à jouer les langues de p., ces obsédés entourés des femmes et des filles qu’ils ont élevés dans ce sens. Je l’ai rappelé dans un autre comm, le débat entre sarko et royal, où les journaux et les gens confondent gesticulations et cris de goret avec intelligence, et quand ségo l’a remisà sa place, il fallait pas qu’elle soit forte, elle, ça se fait pas pour une femme, leur avait soufflé leur esprit plein d’apriori, qu’ils sont trop bêtes pour voir eux-mêmes (journalistes et spectateurs).
    il y avait une étude là-dessus, elle date maintenant, mais rien n’a changé : on montre à des cobayes une femme qui fait la tâche d’un mec : bricolage, et un mec qui fait celle d’une femme : ménage (« celle de », dans le monde culturel des stupides gens qu’on est, pas dans la nature, je précise tout maintenant, même si les phrases sont trop longues pour certains esprits). Les cobayes devaient juger si les protaginistes avaient réussi leurs tâches par chance ou par intelligence, alors que les tâches étaient de difficulté semblable, les cobayes avaient dit en majorité que l’homme avait réussi par intelligence et la femme par chance. Il serait temps de se réveiller les gens, la mysoginie est là depuis toujours et m’emmerde depuis que je suis née, car même mes parents essaient de contraindre mon esprit à me rabaisser ! contrairement à vous, je ne me suis jamais habituée, je ne supporte pas l’injustice, je ne suis pas lâche ni faible, et je me bats encore lors de conversations avec la majorité des idiots qui m’entourent. J’ai fini mon tour d’inspection, et je découvre cette année, que la mysoginie est partout dans le monde, nulle part où aller me mettre en paix, mais enfin, en tout cas ici, dans les journaux libres, les commentaires, on commence à s’en rendre compte halleluya ! c’est pas dommage, les esprits égoïstes et lents mènent toujours la barque, il faut les attendre ! Mais il est peut-être encore temps de sauver la femme, car les femmes éduquées à la mysoginie commençaient à trop ressembler à des hommes à mon goût, mettant le fric et le cul en avant, pleines de mauvaise foi, tout ça pour gravir les échellons de la société, car c’est la société des mecs qui appellent ces valeurs de bléreau. Esperons maintenant que des vraies femmes qui existent encore (et pas les transes d’épouses de nain, W. et compagnie), avec une vraie mentalité droite et inventive, courageuse et forte, comme Eva joly ou Segolène Royal, arrivent pour nous sauver de ce monde de mecs, de mexxe quoi ! qui part en C. Petits chouchous de la planètes, allez vous toucher ailleurs !


    • anty 11 septembre 2010 12:35

      En effet, on ne pardonne pas aux femmes de faire des erreurs en politique.

      aux hommes non plus

      Encore une affirmation gratuite et à l’emporte pièce...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès