Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les sondages font-ils les élections ?

Les sondages font-ils les élections ?

La vie politique française semble de plus en plus, à l’approche de la présidentielle, rythmée par les sondages. Les sondages d’intentions de votes et d’opinions se succèdent et sont chaque fois présentés par leurs commanditaires comme des enseignements faisant état « des préoccupations des Français », de la « crédibilité » ou de la « popularité » dont les personnalités politiques jouissent auprès d’eux, et cela comme d’une récompense à leurs actions ou à leurs engagements.
 
Mais les sondages sont-ils des instruments de mesure fiables ? Quels enseignements peut-on par exemple tirer de ces trois sondages d’opinions récents qui révèlent que : 93% des personnes interrogées souhaitent que l’on « relève les bas salaires », 55% d’entre elles veulent que l’on « renationalise certaines banques »(1) alors qu’elles sont 61% à penser que DSK fera la même politique que Sarkozy (2), et que 52% d’entre elles ont une opinion favorable que DSK (3) ? Ce qui voudrait dire, si on croit à la fiabilité et à la précision de ces sondages que la majorité des français veut des réformes de gauche, pense que DSK est de droite et est prête à voter pour lui.
 
Ces résultats tendraient plutôt à accréditer l’affirmation de Pierre Bourdieu selon laquelle « l'opinion publique n'existe pas », c’est-à-dire qu’ellen'est pas une « réalité constituée a priori, que les sondages prétendent recueillir, mais un artefact construit par le fait même de sonder » (4).
 
Ce jugement concerne certainement davantage les sondages d’opinions que ceux d’intention de vote, qui eux, devraient offrir des résultats plus réalistes étant donné qu’ils concernent un acte anticipé et que les possibilités d’utilisation de biais d’interaction y sont plus limitées. Mais malheureusement, ils reposent sur les mêmes fondements techniques boiteux que les sondages d’opinions : catégories sociales sous représentées,critères d'identification sociale insuffisants, taille des échantillons tropréduite, redressements hasardeux. Ils présentent donc de gros risques d’imprécisions avec des marges d'erreurs allant jusqu'à 8,5%.
 
Mais leur plus grand défaut vient de leur utilisation à des dates trop éloignées du scrutin, où les sondeurs n’obtiennent qu’une réponse sur 10 ou sur 7 à cause de la très grande proportion d’indécis (5).On peut aussi se demander quelle valeur accorder à leurs utilisations répétée à plus d’une année du scrutin, alors que de nombreux événements peuvent survenir d’ici là et modifier considérablement les intentions de votes. Tout cela a conduit mainte fois à des erreurs de pronostics que les sondeurs ont infligées à la classe politique et qui ont quelquefois gravement perturbé le déroulement de la vie politique française (4).
 
Mais les erreurs de pronostics sont-elles les seules perturbations que les sondages peuvent faire subir au jeu démocratique ? N’est-on pas tenté, dans les milieux médiatiques, par exemple, de façonner l’opinion en sondant, et en interprétant les sondages (6) ? Pour Alain Garrigou, professeur de science politique, la réponse est claire « ce ne sont pas les sondés, mais les sondeurs et les journalistes qui s’invitent à la sélection des candidats (7)  », car «  les sondages répétés sur la popularité ou sur les intentions de vote, tous aussi biaisés et peu fiables les uns que les autres, [finissent] par engendrer la croyance unanime dans la fiabilité de la définition de la situation et du pronostic, car chacun sait selon le théorème de Thomas que : " si les gens perçoivent des situations comme réelles, elles sont appelées à devenir réelles par leurs conséquences" »(8).
 
Et quand un candidat est soutenu par tous les médias dominants, qui entremêlent campagne de presse et sondages ; la plus grande partie des journalistes les plus influents et des sondeurs peut à la fois pousser en avant ce candidat par des articles élogieux, obtenir des sondés des résultats positifs pour ce candidat en posant des questions biaisées (dans les sondages d'opinion) et en sélectionnant les meilleurs sondages, et interpréter et commenter ces sondages à l’avantage de ce candidat.
 
Le problème est donc important, car pour la plupart des journalistes et des hommes politiques, les sondages fonctionnent comme des oracles. 
 
Avec Dominique Strauss-Kahn, la méthode des prédictions auto-réalisatrices est donc en marche, ou plutôt en marche forcée étant donné l’insistance des média qui le soutiennent.
 
 
Par Gaël Michel
 
 
Notes :
 
1.http://www.marianne2.fr/Sondage-exclusif-quand-les-Francais-fantasment-sur-DSK_a202922.html
2.http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/03/02/dsk-candidat-du-ps-le-plus-credible-selon-un-sondage_1487051_823448.html
3.http://www.sondages-en-france.fr/sondages/Popularit%C3%A9/Dominique%20Strauss-Kahn
5. http://www.acrimed.org/article2620.html
4.http://www.lepartidegauche.fr/editos/arguments/3481-les-sondages-et-la-fabrique-de-lopinion
6.http://www.marianne2.fr/Sondages-pour-JD-Levy-Harris-Interactive—le-commanditaire-doit-etre-transparent_a203403.html
7.http://www.monde-diplomatique.fr/2006/06/GARRIGOU/13563
8.http://www.observatoire-des-sondages.org/Nicolas-Sarkozy-a-l-origine-de-la.html

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • jako jako 14 avril 2011 09:10

    Bonjour Gael, le problème est important en effet et je suis de plus en plus persuadé que c’est une arme de manipulation en effet.
    Ajoutez à cela qu’il n’y a plus de grands débats de fond sur les principaux médias.


    • manusan 14 avril 2011 09:15

      Si vous permettez : Armes de Manipulation Massive.


    • epapel epapel 14 avril 2011 14:31

      Une arme ça sert à tuer.


    • jako jako 14 avril 2011 14:41

      Epapel, une arme fait ce que tu décides de faire, celui qui tue c’est celui qui presse la détente.
      Une arme sert surtout à diriger ou ré-orienter un choix...


    • epapel epapel 14 avril 2011 15:54

      De là à qualifier les sondages d’armes de manipulation (sans argument et sans preuve en plus).


    • jako jako 14 avril 2011 16:02

      Je ne peux évidement pas avoir de preuve pour cela c’est mon sentiment. Mais constater qu’une loi encadrant ces dits sondages n’arrive pas à sortir il doit bien y avoir une raison non ?
      Il est simplement demandé d’expliquer la question posée et le panel et les moyens « d’affinage »
      Pour moi sur certaines personnes indécises les sondages ont un effet indéniable, d’ailleurs ils sont « stoppés » sur les merdias officiels durant la campagne et surtout entre les deux tours.
      Cependant je veux bien changer « arme » par « moyen » smiley


    • epapel epapel 14 avril 2011 16:53

      Ils ont sans aucun doute des effets sur les indécis, mais pourquoi voulez-vous qu’il soit le même sur tout le monde, ça dépendra de l’opinion qu’elles ont au départ. Exemple :
      - quelqu’un de droite réticent à voter FN le fera plus facilement si le FN monte
      - quelqu’un de gauche pas emballé par les programmes proposés se déplacera plus facilement pour contrer le FN s’il monte

      L’indécis entre FN et PS ou UMP et Front de gauche n’existe pas, pour qu’un électeur UMP vote éventuellement FN il faut d’abord qu’il soit remonté contre l’UMP, idem pour un électeur PS vis à vis du Front de gauche.

      De toute façon, le résultat final se fera quoiqu’il arrive entre UMP et PS quelque soient les agitations des autres partis, et les indécis qui hésitent à aller vers l’un ou vers l’autre sont nécessairement au centre, ce qui les fait bouger c’est peur des impôts par la gauche ou peur de l’autoritaire par la droite.


    • patdu49 patdu49 14 avril 2011 10:00
      BUZZ le + grand sondage politique jamais réalisé sur le net : ELECTION PRESIDENTIELLE 2012
       
      Comment faire le buzz, tous ensemble ?
      Réunir des milliers, voir des dizaines de milliers de votants.
       
      - en partageant simplement ce lien :
       http://www.pixule.com/sondage.swf?key=13442180759
       
      mail, facebook, twitter, blog, page perso, forums, commentaires, site perso etc ..
       
      En actualisant, la page, à mettre dans vos favoris, vous aurez les résultats des votes, instantanément, à la seconde près.
      Sondage sécurisé.

      • patdu49 patdu49 14 avril 2011 10:09

        Merci à ceux qui seront volontaires, ce sondage, n’a aucune prétention, n’a rien de scientifique, ça sera juste un outil de comparaison ( juste pour dégager des grandes tendances), avec les sondages qu’on entend un peu partout, réalisés par des instituts, sur des + petits échantillons ( 1000 personnes maxi en général ) et soit disant représentatifs, avec des méthodes de calculs, de redressements, etc avant publications ( ils gardent secret, leurs chiffres bruts )


      • jako jako 14 avril 2011 10:32

        Merci pour ce lien Pat, je viens d’y voter , les résultats me semblent plus vraisemblables que les chiffres diffusés régulièrement.


      • epapel epapel 14 avril 2011 14:18

        Pourtant, ce n’est pas ce qu’on a constaté aux cantonales.


      • Alpo47 Alpo47 14 avril 2011 12:09

        Mais .... je suis persuadé que s’il est au second tour, DSK aura davantage d’électeurs de droite que de gauche.


        • epapel epapel 14 avril 2011 14:26

          Donc il fera pas loin de 100% alors étant donné que la gauche et la droite font 50-50 plus ou moins 5%.


        • non666 non666 14 avril 2011 12:34

          En effet, les sondages sont une arme de manipulation de foule.

          Ils fixent , par leurs questions, les centres d’interets sensés nous definir et offrent ensuite, par le panel de candidat proposé, la reponse aux problèmatiques soumises.

          Cela fait partie, dans les 10 grandes statégies de manipulation de foule definies par Noam Chomsky de la partie Problème/Solution
          http://blogs.mediapart.fr/blog/vincent-verschoore/011010/les-dix-strategies-de-manipulation-de-masse-noam-chomsky

          On segmente donc le « marché » electoral en morceau qu’on sait ensuite gerer grace a des candidats savamment positionnés.
          Cela suppose qu’on ait , au diner du siecle, à la trilatérale ou dans la french american foundation un reservoir de pions a brandir pour occuper chacune des cases de l’echiquier artificiel ainsi constitué.
          Un passage sur les sites consacrés a ces institutions occultes vous montrera que ces pions existent.
          Il faut un Nicolas Dupont Aignan pour singer les nationalistes, un Morin ou un Borloo pour occuper « le centre », un Melenchon ou un Besancenot pour empecher les vrais communistes de revenir au moment ou on aurait le plus besoin d’eux...

          Les instituts de sondages appartienennt TOUS, sans exceptions aux groupes médias qui controlent aussi la presse.
          Une dizaine de groupe controlent donc 95% de l’information download qui nous est diffusé et 100% de l’information Upload qui est extrait via les instituts de sondages pour savoir comment nous manipuler.

          Il y a 2 phases dans les sondages :

          1) La mesure brute, qui ne nous est jamais fournie, pas plus que la composition de l’echantillon « representatif »

          2) Les 2 traitements qui fournissent 2 types de lecteurs differents.
          La première est destinée aux « décideurs » dont on peut dire, sans rire , qu’ils se prennent pour les maitres du monde.
          C’est une evaluation assez exacte de la segmentation mesurée.
          La deuxieme est destinée au citoyen lambda et aux journalistes

          Cette deuxieme livraison va avoir un effet assez connu : le « bandwagon effect »
          http://en.wikipedia.org/wiki/Bandwagon_effect

          C’est l’instinct gregaire, le sens du troupeau.
          A partir du moment ou l’on montre a un troupeau d’humain ou est supposé etre son « centre » , il va s’y agglomerer spontanement.
          Cet effet sera amplifier par les chiens de berger qui en montrant les crocs, via la « diabolisation » par exemple
           (lire mon petit commentaire la : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-diabolisation-21997 ) vont eviter de s’eloigner de peur d’etre montré du doigt.

          Ce sera essentielement le role des journalistes de jouer ce role ainsi que des « comiques » ou « animateur humoristique » (Comme ruquier, le grand journal...)

          Segmenter la foule
          Imposer les « bon choix »
          Mordre les deviants

          Vive Weishaupt !




          • epapel epapel 14 avril 2011 14:20

            Ca n’a pas marché le 21 avril 2002 ni aux dernières cantonales.


          • LE CHAT LE CHAT 14 avril 2011 14:21

            salut non666 ,
            il suffit de voir Roland Cayrol  , le politologue ancien de CSA , l’oeil brillant , saliver et avoir la trique en nous parlant de ce DSK que la France attend  !
            L’ennui , c’est que je ne connais personne qui l’attend ce type ! n’y a t il que dans les couloirs de Solférino et chez quelques journaleux que ce type est espéré ?
            On ne compte plus les sondages élogieux à son sujet diffusés au grand public , alors que ceux qui vont sur les blogs et les forums constatent à quel point ce valet du NWO est detesté ......


          • epapel epapel 14 avril 2011 14:30

            En effet, les sondages sont une arme de manipulation de foule.

            Une arme ça sert à tuer, il conviendrait donc de parler d’outil.


          • non666 non666 14 avril 2011 14:50

            Salut mon minou, effectivement DSK est le produit premier choix qu’ils esperent nous imposer.

            Le seul qui pourrait donner aux gauchistes idiots l’impression de prendre leur revanche sur les « années sarkozy » et aux electeurs de « droite »(en fait de la droite liberale et apatride) l’impression justifiée que ce sera la meme politique qui sera suivie...

            Le problème actuel est que DSK n’excite personne.
            Du coup, comme avec son petit personnel feminin, c’est la solution du viol qui a été choisie, ou plutot , ici, celui du candidat dont on impose le vit turgescent aux electeurs « de goooooche »
            Ils vont avoir mal aux fondements, c’est sur, les gauchistes.


          • epapel epapel 14 avril 2011 16:33

            Le candidat du PS sera forcément issu de ses rangs et il n’a pas trente six possibilités crédibles, vous tiendriez exactement le même discours si Royal, Aubry, Hollande, Montebourg ou Valls était en tête des sondages.

            Les autres candidats aux primaires du PS vous font-ils rêver ?


          • epapel epapel 14 avril 2011 16:36

            Melenchon ou un Besancenot pour empecher les vrais communistes de revenir au moment ou on aurait le plus besoin d’eux...

            Il vaut mieux en effet qu’ils restent dans leur boîte de Pandore car ils ont déjà fait assez de mal comme ça.


          • epapel epapel 14 avril 2011 14:24

            Si les sondages faisaient les élections ça se saurait, dans le meilleur des cas ils ont une capacité prédictive (d’autant plus faible que l’échéance est éloignée) mais en aucun cas un pouvoir prescripteur.

            Le fait est qu’ils se trompés à quasiment toutes les élections présidentielles.


            • non666 non666 14 avril 2011 14:54

              Vous voyez le problème par le mauvais bout.

              Ils ne sont pas trompés...
              Ils ont trompé suffisament de gens pour faire gagner les candidats choisis et feindrent ensuite la « surprise ».

              Les sondages livrés au public ne sont jamais ni les données brutes, ni les données predictives reelles.



            • epapel epapel 14 avril 2011 16:08

              Ben voyons, mais comment pouvez-vous savoir ce qu’il y a dans les données brutes et ce qui est présenté aux décideurs sans jamais les avoir vues ?

              Voici ce que disent les instituts sur la question :
              - les données brutes doivent être corrigées pour au moins 2 raisons : parce que les quotas ne sont pas toujours respectés et parce qu’ils font un redressement à l’aide de questions tests (du style pour qui avez vous voté la dernière fois) et du retour d’expérience 
              - la publication des données brutes donnerait des indications à la concurrence sur les méthodes employées
              - les informations données aux décideurs sur les sondages qu’ils ont commandés sont toujours plus détaillées et certaines questions posées à leur demande ne sont pas neutres (du style êtes vous d’accord pour l’interdiction du voile pour savoir si un futur débat sur la place publique peut apporter des voix ou non) donc elles ne sont jamais publiées.

              Est-ce que les méthodes et procédés de fabrication des objets que vous achetez sont rendues publics ? Non et vous trouvez ça normal, n’est-ce pas !


            • epapel epapel 14 avril 2011 16:24

              Ils ne sont pas trompés...
              Ils ont trompé suffisament de gens pour faire gagner les candidats choisis et feindrent ensuite la « surprise ».

              Vous partez du postulat que le résultat des élections est nécessairement celui recherché par les instituts de sondages, c’est un raisonnement vicieux qui consiste à supposer vraie la chose même qu’il s’agit de démontrer.

              J’attends toujours des preuves de votre part.


            • Robert GIL ROBERT GIL 14 avril 2011 15:45

              Une nouvelle technique de manipulation est apparue depuis quelques années : les
              sondages. Les instituts de sondage sont, pour la plupart, détenus par les patrons de
              presse qui sont très proches du pouvoir. L’IFOP est la propriété de L. Parisot. La
              présidente du MEDEF contrôle donc un organe de fabrication de l’opinion
              publique. Elle peut donc influencer les citoyens avec des pseudos sondages. Voir.......

              http://2ccr.unblog.fr/2011/02/18/informations-et-manipulations/


              • epapel epapel 14 avril 2011 16:18

                Votre lien n’apporte aucune information par rapport à votre citation que vous avez recopié in extenso.

                Cette thèse n’est appuyée par aucun argument factuel et n’est qu’un procès d’intention. Ce qui ne veut pas dire que je porte L Parisot dans mon cœur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès