Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nice n’est pas si joli

Nice n’est pas si joli

Cette ville, adoptée par les retraités Anglais, parce qu’ils la trouvaient « nice », connue pour les démêlés de son ancien maire avec la justice, un certain Jacques Médecin, refait aujourd’hui parler d’elle.

Revenons « aux années Médecin »

En effet, dans leur excellent livre «  Enquête sur les ripoux de la côte  » (éditions Fayard-1994), Jacques Derogy et Jean Marie Pontaut racontent dans le détail les rocambolesques aventures de Jacques Médecin membre éminent du RPR et Maire de Nice.

Très proche du Front National, dont il avait déclaré dans « National Hebdo » partager 99,9 % des idées, il eut des propos très contestés sur les Juifs de son conseil municipal, provoquant leurs démissions. lien

Il était contre l’avortement et contre l’abolition de la peine de mort.

Après des enquêtes fiscales et policières, des perquisitions effectuées au domicile de Médecin révélèrent l’acquisition de biens immobiliers aux USA, la possession de comptes bancaires à l’étranger.

Poursuivi par la justice pour détournement de fonds, conflits d’intérêts, abus de biens sociaux, corruption, faux en écriture, la justice va le faire comparaitre, et il sait qu’il ne pourra s’en sortir autrement que menotté.

Il part discrètement le 16 septembre 1990, en Uruguay, en jet privé, (habitude niçoise ?) s’installer dans le luxueux hôtel « le relais du crabe  », à Punta Del Este, la plage la plus branchée du pays, mettant fin, par cette cavale, à une « carrière » de 30 ans.

Le 12 octobre 1990, la chambre d’accusation de Grenoble lance contre lui un mandat d’arrêt.

Arrêté par la police uruguayenne, extradé en France, il est condamné à 4 mois de prison ferme, et retournera en 1996 à Punta Del Este.

Il y est mort huit ans après, quasi jour pour jour, le 17 novembre 1998.

Il n’y eut guère que Jacques Toubon, ex niçois, à lui rendre un hommage : « Nice, la belle n’a jamais été aussi belle  ».

Celui-ci avait oublié d’évoquer au passage l’endettement par habitant triplé en vingt ans, la taxe professionnelle au taux plafond de 25%, la taxe d’habitation de 19%, et sans parler du cout des « affaires ».

Tout cela est très bien raconté par Alain Garrigou, de l’université de Nice dans sa publication « le boss, la machine et le scandale : la chute de la maison Médecin ». lien

Or, après la fuite précipitée du Maire, un jeune élu niçois RPR, Christian Estrosi, en soutien à Jacques Médecin, avait démissionné du conseil municipal de Nice, espérant en vain provoquer l’explosion du conseil municipal.

La démission du tiers des élus aurait provoqué l’autodissolution du conseil municipal, et aurait empêché de procéder au vaste nettoyage.

Comme chacun sait, en mars 2008, Christian Estrosi a repris la place laissée 18 ans auparavant par son mentor Jacques Médecin à la tête de la Mairie de Nice.

Le nouveau maire, qui est aussi président de la communauté urbaine Nice Côte d’Azur, Ministre de l’Industrie, aime donc le cumul des mandats.

Il avait pourtant promis lors de la campagne municipale qu’il n’assumerait pas à la fois les deux charges, Ministre et Maire.

Pour être tout a fait juste, il a tenu cette promesse du 17 mars 2008 au 23 juin 2009…15 mois seulement.

Ses filiations avec Jacques Médecin sont nombreuses.

Comme le dit Alain Garrigou dans son ouvrage, Christian Estrosi était qualifié de « bébé Médecin ». (page 34)

On l’a vu, il a été membre de son conseil municipal, et comme lui, il est aussi partisan de la peine de mort et il est hostile au PACS.

Et puis il y a eu « l’affaire du Golf de Nice ».

Au début des années 90, des élus départementaux, et une partie de la presse, ont mis en cause sa femme (séparée depuis) et lui, pour le détournement d’une subvention de 750 000 francs, destinée à une association « le Golf de Nice  » dont Jacques Médecin est Président, et Christian Estrosi le vice Président. lien

Le Golf, dont sa femme était la gérante, avait un trou de trésorerie de 750 000 francs.

Ce qui correspondait comme par hasard au montant de la subvention.

L’association « du Golf de Nice » et la SARL « du Golf de Nice » avaient ouvert quasi en même temps un compte dans la même banque.

Mais l’argent versé par le conseil général, au lieu d’atterrir sur le compte de l’association est allé directement dans celui de la SARL, permettant d’apurer les comptes de celle-ci, et permettant à sa gérante (qui avait cédé ses parts deux mois auparavant, sachant que la subvention serait versée) de récupérer son investissement.

La plainte contre X a été close par un non lieu en 1994, après une courte enquête de 19 jours.

Ni Christian Estrosi, ni son épouse n’ont étés entendus par la justice.

Un appel a été lancé, mais un juge, bien intentionné, jean Paul Renard, en qualité de doyen des juges, en plein mois d’aout, s’est accaparé l’affaire, décrétant un non lieu définitif.

La juge d’instruction qui s’occupait de l’affaire était en vacances, et on peut s’interroger sur la soudaine hâte de ce Renard, laquelle a aussi surpris le procureur Eric de Montgolfier.

Comme il le dit lui-même « il n’y avait pas d’urgence à prendre cette décision ».

Pourtant malgré tout, même si le non lieu définitif a été prononcé, il semble d’après Eric de Montgolfier, que s’il était prouvé qu’il y ait « recel », celui-ci étant imprescriptible, l’affaire pourrait être relancée.

Il faudrait donc prouver que ces 750 000 francs sont « dans des mains impures »… à suivre ?

On peut voir ici la vidéo sur ce sujet dans l’émission de France 3 « pièce à conviction » avec Elise Lucet et Lionel de Connink.

Estrosi, a beaucoup de points communs avec son ami Sarkozy, et lorgne vers le ministère de l’Intérieur, mais est-il le mieux placé pour cette place ?

Lui qui n’a pas hésité à utiliser un jet privé encore plus cher que celui de Joyandet, (138 000 euros) mais qui n’a pas démissionné pour autant,

Lui qui occupe deux appartements parisiens, essayant de cacher que l’un des deux est pour sa fille, d’après « Le Canard Enchaîné ». lien

Lui qui a fait surélever son chalet bâti dans la station d’Auron, sans permis de construire. lien

Lui qui a instauré le couvre feu pour les moins de 13 ans (lien), et fait de sa ville, 5ème plus grande ville de France, la championne en nombre de caméras de surveillance, (lien) dont on connait l’inefficacité (lien) et le prix exorbitant. (lien).

Lui qui s’est doté d’une BDAE (brigade départementale anti émeute). (Une première en France).

Tout comme Sarkozy, il n’aime pas les journalistes, et lorsqu’un « papier » lui déplait, il le fait savoir. lien

Le 16 juillet 2010, il a encore fait parler de lui dans sa « bonne ville de Nice  ».

L’histoire est passée inaperçue, puisque l’actualité médiatique de ce jour était braquée sur Grenoble, et la mort de Karim Boudouda, suite au vol dans le casino d’Uriage-les Bains. lien

Or le 16 juillet, 200 pompiers niçois, une poignée d’irresponsables d’après Estrosi, ce qui fait quand même une grosse poignée, étaient venus lui remettre une motion, l’ayant prévenu auparavant par courrier.

Estrosi s’est fait déclarer absent, alors qu’il était bien présent dans sa ville, invité au vernissage d’une exposition.

Les pompiers, (en grève depuis un mois afin que soit reconnu la pénibilité de leur travail), sont renvoyés direction la Préfecture, qui les reçoit avec des CRS en tenue de combat. vidéo

Résultat, un pompier hérite d’un traumatisme crânien, frappé alors qu’il était à terre. lien

Le dada d’Estrosi est le même que celui de Sarkozy : l’insécurité.

S’il faut en croire Laurent Mucchielli, sociologue au CNRS, l’insécurité française est un fantasme, et tient du « bourrage de crâne.

Il dénonce dans son livre « violence et insécurité  » (2002, édition la Découverte) l’amalgame qui est fait entre les délinquances les plus bénignes et les plus graves, les prétendus « experts » réactivant la vieille peur du complot de l’ennemi intérieur ». lien

Comme il le dit dans son blog, les « gens du voyage », après la « racaille de banlieue » sont donc les nouveaux boucs émissaires.  lien

Les réponses sur ce thème se font attendre depuis 2002, date où Nicolas Sarkozy avait promis que l’insécurité serait réglée en quelques coups de cuillère à pot.

8 ans après, nous avons droit au même discours : « c’est la guerre… nous serons intraitables… il n’y aura plus d’excuses… nous allons éradiquer la violence…j’ai donné l’ordre…une nouvelle loi sera votée bientôt… ». lien

Alors de Sarkozy à Estrosi, les mêmes promesses, les mêmes provocations, auront-elles les mêmes résultats ?

Après la suppression de la police de proximité, la multiplication des caméras de surveillance, l’abandon du plan banlieues, rien n’a bougé.

Pas de doutes, ces deux là sont en phase, et Christian Estrosi sera un logique ministre de l’intérieur, en parfaite filiation avec celle de son ami, Nicolas Sarkozy.

Car comme aime bien dire mon vieil ami africain :

« Le chameau ne se moque pas de la bosse d’un autre chameau ».

 

Image illustrant l’article tirée du blog torapamavoa

Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 3 septembre 2010 12:49

    « Tout comme Sarkozy, il n’aime pas les journalistes, et lorsqu’un « papier » lui déplait, il le fait savoir »
    Un peu fallacieux comme argument. S’il n’aime pas les journalistes, c’est qu’il ne doit pas être focièrement mauvais. smiley Et s’il ne fait que le faire savoir, c’est après tout, son droit le plus stricte. Pour pouvoir s’y attaquer avec efficacité, ce que je souhaite, il faut trouver les arguments qui tiennent la route, vous allez finir par le rendre sympathique.


    • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2010 13:00

      Deneb,
      j’aimerais bien comprendre en quoi l’argument serait « fallacieux » ?

      vous devriez vous pencher un peu plus profondément sur le personnage.
      il propose une amende pour les villes qui ne construisent pas assez de logement sociaux.
      il semble qu’il ait oublié uqe sa ville figure dans la liste.
      http://www.rue89.com/2010/08/15/securite-estrosi-nest-pas-le-mieux-place-pour-les-lecons-162410?page=0
      sa ville a réussi à échapper aux amendes, mais ce n’est qu’une question d’habileté.
      (pour être poli)
      il prône la « transparence », mais au vu de l’affaire du Golf, et de celle des pompiers, ou du jet privé, etc, il ne semble pas très bien placé pour évoquer « la transparence »
      au niveau sécurité à Nice, par exemple, il sait que sa ville est à 5% de délinquance, mais ne veut pas l’évoquer, car il hésite à communiquer sur le sujet car dit-il « ce n’est pas le sentiment des gens »
      étonnant non ?
      se refuser à évoquer le peu de délinquance de sa ville, pour la seule raison que ses administrés ne « le comprendraient pas » est pour le moins discutable,
      non ?
      j’espère ne pas trop avoir noirci le tableau que vous vous faites de cet « éminent personnage » ?
       smiley


    • Ronald Thatcher vraimentrienafoutiste 3 septembre 2010 13:19

      bonjour,

      Estrosi à l’intérieur ? il ne va pas nous ressortir le peloton voltigeur motocycliste le motodidacte quand même...

      En tout cas Nice c’est trèèèès beau, mais à la mairie, ça puuuuueee !


      • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2010 13:24

        vraimentrienafoutiste,
        bien sur Nice est très beau,
        et j’aime bien que vous fassiez ressortir le coté « motocycliste » d’estrosi.
        il n’est pas très diplomé (voire pas du tout) mais il aimait la compétition en moto, et il prône la suppression de la limitation de vitesse sur les autoroutes, passant de 130 à 150...
        étonnant pour quelqu’un qui défend l’insécurité, non ?
         smiley


      • slipenfer 3 septembre 2010 13:30

        Petite contribution un lien : qui complète le tableau
        Nice sa mer, ma mère, son maire... par Yvance77

        sinon pour les pompiers j ’aimerai pas être a leurs place

        les feux qui risque de te bruler vif ....Ouille.... ça fait vachement mal ; ou ça
        les loubards de banlieue qui te caillassent et les CRS qui te matraquent.

        Le mec il rentre le soir et sa femme l ’engueule parce-qu’il est en retard  smiley

        Hommage:Lien


        • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2010 13:45

          slipenfer,
          merci de cette contribution sympathique et édifiante.
          j’invite les lecteurs à ouvrir tous les liens.
           smiley
          et souhaitez moi une bonne santé, car au vu de quelques disparitions suspectes à Nice, mettant en scène des malfrats en moto assassinant des citoyens, je pourrais être inquiet pour ma sécurité.
           smiley
          si par hasard, je venais a disparaitre, victime d’un « suicide », je tiens à préciser que j’aime la vie, et n’ai aucune intention d’attenter à mes jours.
           smiley


          • slipenfer 3 septembre 2010 14:09

            @ Olivier
            citation de Sun-Tse, L’art de la guerre 

            Quelque critiques que puissent être votre situation et les circonstances où vous vous
            trouvez,ne désespérez de rien ;c’est dans les occasions où tout est à craindre,
            qu’il ne faut rien craindre:c’est lorsqu’on est environné de tous les danger,
            qu’il n’en faut redouter aucun ;c’est lorsqu’on est sans aucune ressource,
            qu’il faut compter sur toutes ;c’est lorsqu’on est surpris,
            qu’il faut surprendre l’ennemi lui-même.

            Et il connaissait son métier le bougre....... smiley
             


          • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2010 18:05

            slipenfer,
            merci de cette belle page de réflexion,
            çà m’a rassuré.
             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2010 18:27

            Calmos,
            vous êtes donc dans le monde de Candy, ce monde ou tout est bleu, et où aucun ne disparait dans un « accident »,
            suicidé dans 30 cm d’eau, ou de deux balles dans la tête, ou renversé par un camion venu on ne sait d’où,
            le livre de Derogy et Pontaut, cité en début d’article est passionnant,
            vous devriez le lire.
             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2010 18:07

            Calmos,
            un peu facile peut-être ?
            si vous voulez vous lancer dans le jeu cruel des comparaisons, vous risquez de ne rien y gagner :
            depuis l’étape Médecin, Nice a une histoire violente bien loin des problèmes d’endettement que vous suggérez à Angoulème.
             smiley


          • Yvance77 3 septembre 2010 15:14

            Bonjoour,

            Il y a peu j’ai fait un post sur Nice, mais pas autant develloppé sur la raclure Estrosi.

            Il forme avec Hortefeux et Lefebvre le trident facisant tenu par la lance Sarkozy.

            Je n’aurai aucune pitié si une jour je devais les punir.

            Bonne synthèse de ce r&actinnaire tendance mirador du IIIe Reich

            A peluche


            • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2010 18:10

              Yvance,
              oui,
              un commentateur a proposé un lien afin que je découvre cet article,
              avec Hortefeux et Lefebvre, il faudrait en rajouter quelques uns :
              je pense à Devedjian par exemple.
              c’est une belle brochette que nous avons à la tête du pays.
              pas de doutes.
              merci de ton commentaire.
               smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2010 18:21

              Calmos,
              moi, un journaliste important ?!
              désolé si ce qui a été écrit ait pu le faire penser une seconde,
              juste un journaliste citoyen qui s’intéresse au débat, rien de plus.
               smiley


            • asterix asterix 3 septembre 2010 16:06

              Merci Olivier
              Pour ton info, en Belgique, le Ministre de l’Intérieur est flamand. Il n’a jamais poursuivi aucune milice flamingante qui viennent casser une fois par mois tout ce qui donne un caractère francophone aux alentours de Bruxelles.
              Autre ville, même combat.


              • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2010 18:20

                astérix,
                décidemment, où qu’on aille, on trouve souvent le même problème.
                penses-tu qu’un jour, la Wallonie sera indépendante ?
                dans ce cas, Bruxelles serait l’objet de toutes les convoitises.
                j’imagine quand même assez mal un mur séparant les communautés dans cette belle ville.
                 smiley
                merci de ton commentaire.


              • sisyphe sisyphe 3 septembre 2010 17:25

                Merci Olivier, pour ton article, encore bien en dessous de la (triste) réalité des édiles niçois. 


                Il faut savoir qu’Estrosi était Président du Conseil Général des Alpes Maritimes depuis des années, quand, élu Maire de Nice, et touché par la loi sur le non-cumul des mandats, il a voulu absolument passer ce jeuteux « flambeau » à son protégé Eric Ciotti. 
                Ce dernier s’est donc présenté à l’élection de conseiller municipal dans une circonscription toute dévouée à la majorité, dans le Vieux-Nice. 

                Hélas ... bing ! le voilà battu.......... par un communiste ; vous rendez compte, ma brave dame !! 

                Du coup, Estrosi a fait démissionner un élu local de l’arrière-pays (Gaston Franco, conseiller général à Saint Martin Vésubie), en lui octroyant deux postes de responsabilité grassement rémunérés : un poste de « conseiller spécial en charge des problématiques du développement durable » au sein du cabinet du maire de Nice (plus de 7.000€ par mois), plus un poste au Cabinet du Maire....
                Et donc, nouvelle élection, à Saint Martin Vésubie............. ou Ciotti est élu, et devient, dans la foulée, Président du Conseil Général. 

                Joli partie de chaises musicales, non ? smiley 

                Le même Ciotti, « Monsieur sécurité » de l’UMP « Depuis mars 2009, Éric Ciotti est secrétaire national de l’UMP en charge des questions de sécurité9. Il fut rapporteur de la loi sur les violences en bande. Il est aujourd’hui surnommé par certains journalistes le « Monsieur sécurité de l’UMP » et qualifié de « petit avatar lepéniste de la région niçoise » par le journaliste François Bonnet10. » qui s’est illustré récemment, en demandant qu’on pénalise les parents d’enfants délinquants. 

                Bref, la bonne vieille tambouille nissarte, toujours en cours depuis Médecin.

                Cette ville magnifique, livrée depuis une cinquantaine d’années, aux magouilleurs de la droite et de la droite extrême, au bénéfice des promoteurs, agents immobiliers, financiers véreux, patrons de Casinos, et autres pontes du bâtiment, qui y ont toujours trouvé leur compte... et qui mériterait tellement mieux... 




                • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2010 18:17

                  Sisyphe,
                  oui, c’est vrai, il y avait encore beaucoup à dire, et l’article aurait pu être bien plus long, et édifiant,
                  d’ailleurs dans les liens proposés dans l’article, il y a beaucoup d’autres éléments,
                  notamment sur ce lien
                  http://www.rue89.com/mon-oeil/le-tres-cher-amour-de-sarkozy-et-destrosi-pour-les-avions?page=6#comment-217709
                  merci d’en avoir proposés d’autres.
                  merci aussi d’avoir évoqué Ciotti, qui semble-il prépare la continuité du système Médecin, Estrosi.
                  j’encourage tous à lire le livre indiqué en début de l’article
                  c’est un gros pavé d’information très complet, et il reste d’actualité.
                  merci de ton commentaire.
                   smiley


                • pastori 3 septembre 2010 20:40

                  salut olivier. beau travail ! 

                  moi je suis pour estrosi à l’intérieur et lefebvre en soutient comme secrétaire d’état. avec Marine comme premier ministre. smiley qu’est ce qu’on risque ? on ne peut pas tomber plus bas..

                  ça pourrait faire vite stopper le quinquennat deux ans avant le terme. et nous débarrasser de cette clique pour au moins 300 ans.

                  quoi d’étonnant que Médecin, RPR, fut d’accord avec lepen à, 99% ? rien de changé à ce jour. les idées sont les mêmes, quelle différence entre devedjian, longuet, toubon, hortefeu, mam, dati..lepen.. ? aucune .simple question d’égo..pas de place pour tout le monde.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 4 septembre 2010 00:01

                    bonjour pastori,
                    c’est une très bonne idée de pousser pour qu’ils aient la place,
                    d’estrosi à devedjian, en passant par tous les lefebvre et compagnie
                    il faudrait que les français comprennent une fois pour toute que cette clique nous mène dans une impasse,
                    j’écoutais sur france culture, ce soir vers 19h, une déclaration ancienne que j’ai vraiment appréciée,
                    je n’ai malheureusement pas noté le nom de l’intervenant,
                    mais c’était un parfait recadrage, démonstration nette, de l’impasse dans laquelle les xénophobes nous emmenaient,
                    il faisait le bilan de notre « identité »,
                    un français sur sept est d’origine étrangère, et ceci depuis très longtemps,
                    il expliquait les bienfaits du métissage.
                    je vais retrouver de texte, et je me propose d’en faire un petit article.
                    merci de ton commentaire.
                     smiley


                  • Laury 3 septembre 2010 21:33

                    Sarközi Esrosi Mafiosi même combat et même alliance ????
                    En fait la ville de Nice était très belle avant les caméras et pour le reste elle ressemble plus a une ville Sicilienne que Française !!!
                    Pour le ministre de l’intérieur pourquoi ne pas remettre M.Pasquoi ????


                    • olivier cabanel olivier cabanel 4 septembre 2010 00:03

                      Laury,
                      bon Pasqua a aussi quelques casseroles,
                      le vent du boulet ne lui est pas passé très loin,
                      et vu son age, il préfère peut être se tenir dans l’ombre, plutôt que d’être mis à l’ombre.
                       smiley


                    • liebe liebe 3 septembre 2010 22:07

                      Bonsoir Olivier, Merci pour cet article qui nous éclaire bien sur les comportements niçois.
                      Je reviens du canada, où partout les gens sont cools, du moins dans les petites villes de campagne. Ils laissent les voitures fenêtres baissées, pas fermées à clef.. Les arrières boutiques restent ouvertes sur une buanderie, ouverte elle aussi. on peut prendre de la marchandise et s’en aller. Pas de caméra vidéo pour surveiller. les gens se font confiance ; Qu’est-ce que cela fait du bien. 
                      Je ne dis pas que les lieux que nous avons visité étaient parfaits, mais nous avons remarqué cela.
                      S’ils veulent lutter contre la violence et l’insécurité, qu’ils arrêtent d’afficher le grand luxe, de façon ostentatoire..
                      Ceci dit Mr Estrosi est dangereux. Comme l’était Médecin, . Mais les niçois doivent bien y trouver leur compte pour qu’il reste en place non ?
                      Sysiphe quand est-ce qu’a eu lieu le jeu des chaises musicales ?
                      Olivier , je pense que si tu devais être « descendus », l’auteur du livre le sera avant. Là tu pourras te méfier...


                      • olivier cabanel olivier cabanel 4 septembre 2010 00:08

                        bonsoir Liebe,
                        merci de ce témoignage,
                        je ne suis pas convaincu que la majorité des français aient envie de vivre entouré de caméras de surveillance, avec des vigiles armés, accompagnés de chiens, surveillés par des miradors, clôturés derrière des barbelés, et des fils électriques...
                        si un plan banlieue était mis en place, empêchant la discrimination à l’embauche,
                        si l’école républicaine avait les moyens de dispenser une éducation a tous, avec des classes de 17 élèves maximum, afin que personne ne soit laissé « au bord de la route » condamné a vivre du trafic de drogue, ou d’arme,
                        si, si , si...
                        mais nous n’en prenons pas le chemin,
                        il est temps d’arrêter les dégâts, non ?
                        merci de ton commentaire.
                         smiley


                      • Internaute Internaute 4 septembre 2010 09:30

                        Il est facile de cracher sur les tombes. Cet article nécrologique salit la mémoire d’un homme qui a fait beaucoup pour sa ville et que les niçois aimaient bien.

                        Les dénonciations de démêlées avec la justice et d’anti-sémitisme sont tellement facile et tellement usées jusqu’à la corde qu’il faut les prendre avec des pincettes.

                        Tout d’abord, si Jacques Médecin était anti-sémite, expliquez-nous pourquoi il y aurait eu tant de conseillers juifs sur sa liste ? Sont-ils des masochistes ? Vous dites vous-même que Toubon l’a soutenu dans ses déboires. Toubon est la traduction en français de « tout bon »en hébreu qui est le nom originel de ce monsieur. Encore un qui collabore avec la bête immonde de l’anti-sémitisme ? Vous ne convaincrez que les ignorants.

                        Jacques Médecin avait des biens à l’étranger ? Tant mieux pour lui. Quand on voit la curée dont il a été l’objet on ne peut qu’admirer sa prévoyance.

                        L’affaire Médecin est une cabale politique. Il était proche du Front-National, ce qu’a mis à profit une certaine presse de gauche pour trouver là le moyen de l’abattre. On lui a lancé aux fesses rien de moins que le ministre des finances (ou du budget à l’époque) Michel Charasse. Toute l’histoire a pris une tournure dramatique lorsqu’il s’est fâché avec le journaliste Jean-François Kahn qui l’insultait. Il s’est emporté en lui rappelant les notes de frais de JFK qu’il laissait payer par la Mairie de Nice et à eu ce mot malheureux « Un juif ne refuse pas les cadeaux, n’est-ce pas ? ». Dans la bouche d’un autre gouailleur de gauche, Frêche par exemple, cette phrase serait restée sans conséquences. Là, c’était l’occasion de dénoncer la bête immonde et patati, et patata, la curée était lancée. La suite vous la relatez assez bien. Il a perdu sa situation, perdu sa belle maison qui lui a été volée par Charasse, obligé de fuir comme un homme échappé du bagne, la honte.

                        La honte est pour notre démocratie qui traite ainsi ses grands serviteurs.

                        Jacques Médecin, à la suite de son père, a réussi à faire de Nice une capitale mondiale du tourisme et des affaires, à ouvrir la Côte-d’Azur à l’international avec ses congrès, ses fêtes, son aéroport et son plan d’urbanisme qui en fait l’envie de beaucoup de villes au bord de l’eau. Jacques Médecin c’est le désenclavement de Nice, les premiers services d’eau potable traités à l’ozone et non au chlore, les grands travaux d’aménagement et de décoration de la promenade des anglais, le recouvrement du paillon, la plaine du Var et j’en oublie tellement la liste est longue.

                        Les Médecins père et fils ont laissé une marque indélébile et glorieuse à Nice que n’effacera jamais la haine d’un journaliste, fut-il juif, à son encontre. Les électeurs les ont élu et ré-élu jusqu’à la fin, leur donnant ainsi la meilleure légitimité qui soit, celle des urnes.


                        • olivier cabanel olivier cabanel 4 septembre 2010 09:54

                          Internaute,
                          l’histoire est cruelle, et il faut en accepter les faits,
                          la disparition d’une personne ne peut lui enlever ni ses qualités, ni ses défauts.
                          voudriez vous réecrire l’histoire ?
                          voudriez vous blanchir tel truand, ou tel dictateur, sous la seule raison qu’il n’est plus de ce monde ?
                          comme vous l’avez bien compris, l’article est destiné à faire comprendre au lecteur l’évidente filiation qu’il y a entre Médecin et Estrosi,
                          mais étonnamment vous n’en restez qu’à Medecin.
                          c’est assez intriguant.
                          vous dites que Médecin était « proche du front national »
                          c’est une litote, puisqu’il a dit lui même qu’il était à 99,9% d’accord avec le front national.
                          la nuance est importante.
                          vous inquiète-t-elle ?
                          il vous va bien de parler de HONTE.
                          de quel coté se trouve-t-elle ?
                          du coté d’un homme qui, en crédibilisant le front national, récupérait les voix de ses électeurs et gardait du coup le pouvoir pendant 5 mandatures ?
                          les élus juifs ont démissionné pour, entre autre, une raison que vous semblez méconnaitre :
                          Franz Schoenhuber, ancien Waffen SS, était venu à Nice, invité au congrès du front national.
                          http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_1992_num_5_17_1487
                          les perquisitions effectuées au domicile de Médecin le 27 octobre 1989 révélaient l’acquisition de biens immobiliers aux états unis, des mouvements de fonts internationaux, la possession de comptes bancaires à l’étranger.
                          cela nous remet dans l’affaire Bettencourt, ou en entend Patrick de Maistre dire à liliane Bettencourt « on transfère l’argent des comptes suisses à Singapour, il y sera plus à l’abri »
                          un citoyen responsable peut il admettre ce que vousécrivez ?
                          « tant mieux pour lui (Médecin) on ne peut qu’admirer sa prévoyance » !!!
                          et que dites vous de la renégociation de la dette avec la société Arefic qui à donné lieu à versement de 5,3 millions de francs de commission à une jeune femme de 25 ans, Elisabeth Arnulf ?
                          en tout cas, Jean Marc Tarragoni déclarait : « c’est plus qu’un scandale, c’est une ignominie »
                          et vous que déclarez vous ?
                          que Nice n’a jamais été aussi belle ?
                          alors voyez vous, nous n’avons pas la même définition du mot « belle »
                          si j’étais cynique, je dirais que c’est subjectif.
                          mais je ne le suis pas, et je trouve votre commentaire scandaleux.
                          désolé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès