Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nouvel ouragan monétaire en vue sur l’euro : Beppe Grillo prédit (...)

Nouvel ouragan monétaire en vue sur l’euro : Beppe Grillo prédit l’effondrement total de l’Italie sous 6 mois

Le magazine hebdomadaire allemand Focus publie aujourd'hui un entretien avec Beppe Grillo, le dirigeant italien du "Mouvement Cinq Etoiles" (M5S), entretien qui a de fortes probabilités de mettre le feu aux poudres dès lundi sur les marchés des changes.

L'homme qui a réuni 25,5% des suffrages lors des élections législatives en Italie y déclare en effet que l'ensemble de l'Italie va s'effondrer dans les 6 mois, que les partis politiques italiens classiques vont être balayés devant l'impossibilité de payer les retraites et les salaires des fonctionnaires, qu'il faut donc renégocier la dette publique italienne en urgence, faute de quoi l'Italie devra sortir de l'euro et revenir à la lire. Dans les 6 mois, donc.

Voici la traduction du résumé de l'article en ligne sur le site de Focus :

Présentation de l'entretien avec Beppe Grillo sur le site de Focus http://www.focus.de/politik/ausland/italien-beppe-grillo-prophezeit-italien-den-totalen-zusammenbruch_aid_931112.html On notera que l'hebdomadaire allemand a choisi une photo particulièrement peu flatteuse pour illustrer cet entretien
Présentation de l'entretien avec Beppe Grillo sur le site de Focus http://www.focus.de/politik/ausland/italien-beppe-grillo-prophezeit-italien-den-totalen-zusammenbruch_aid_931112.html
On notera que l'hebdomadaire allemand a choisi une photo particulièrement peu flatteuse pour illustrer cet entretien
 

BEPPE GRILLO PRÉDIT L'EFFONDREMENT TOTAL DE L'ITALIE

Le vainqueur surprise de l'élection générale en Italie, Beppe Grillo, estime que le système politique de son pays va s'effondrer cette année. « Je donne encore 6 mois aux vieux partis - et puis ce sera fini ici », a déclaré le comédien de premier plan. « Ensuite, ils ne pourront plus payer les retraites et les salaires des fonctionnaires du service public. »

Le fondateur du "Mouvement Cinq Etoiles" (M5S) appelle à donc à renégocier la dette publique italienne : « Nous sommes écrasés non par l'euro, mais par la dette. Quand les intérêts atteignent 100 milliards d'euros par an, on est mort. Il n'y a pas d'alternative [à une renégociation de la dette] ». Beppe Grillon, 64 ans, compare les obligations de l'État aux actions d'une entreprise publique : « Si j'ai acheté des actions dans une entreprise qui fait faillite, alors j'ai de la malchance. J'ai pris un risque - et j'ai perdu. [...] Si les conditions [de notre dette publique] ne sont pas modifiées, l'Italie devra sortir de l'euro et revenir à la lire. »

« Ce n'est pour l'instant que la répétition générale »

Beppe Grillo est disposé à former une coalition, soit avec le Parti Démocrate de gauche (PD) de Pier Luigi Bersani, soit avec le parti conservateur de droite de Sivio Berlusconi. Mais à plusieurs conditions : « Si le Parti démocrate de (Pier Luigi) Bersani et le Peuple de la liberté (PDL) de Silvio Berlusconi proposent une modification immédiate de la loi électorale, reviennent sur le remboursement des dépenses électorales et fixent une limite de deux mandats pour les députés, nous soutiendrons naturellement un tel gouvernement, sans attendre. »

« Mais ils ne le feront pas. Ils bluffent pour seulement gagner du temps. »

Grillo est heureux que son parti n'ait pas fait un meilleur score à cette première élection. « Nous aurions pu être un peu inquiets si nous avions obtenu la majorité. Ce n'est pour l'instant que la répétition générale. »

Dans le corps de l'article, M. Grillo dit par ailleurs s'attendre à de nouvelles élections parlementaires dans les six mois qui viennent, élections qui seront remportées cette fois-ci, selon lui, par son Mouvement 5 Étoiles.


EN ROUTE VERS UN NOUVEL OURAGAN MONÉTAIRE

Comme on l'imagine sans peine, ces déclarations fracassantes de M. Beppe Grillo ne sont pas faites pour calmer le jeu après la situation sortie des urnes en Italie.

Désormais, il ne s'agit plus seulement d'une instabilité politique. Il s'agit de la perspective d'un "effondrement total de l'Italie" et d'une demande de renégociation de la dette publique italienne. Laquelle dette publique italienne est actuellement estimée, au 1er mars 2013, aux environs de 2030 milliards d'euros. C'est-à-dire près de 6 fois le montant de la dette publique grecque...

Autant dire que les spéculations sur l'avenir de l'euro vont repartir de plus belle !

Déjà, le député allemand CDU (parti de Mme Merkel) Klaus-Peter Willsch a appelé, hier 1er mars, à un retrait de l'Italie de l'euro.

JPEG - 22 ko
Klaus-Peter Willsch, député allemand CDU, invite l’Italie à sortir de l’euro.

Dans les colonnes du journal Handelsblatt, ce membre du Bundestag explique en effet : «  Si un pays n'arrive pas à convaincre une majorité de sa population de respecter les engagements qu'il a pris lui-même pour que la monnaie commune fonctionne, on ne peut pas lui demander depuis l'extérieur de revoter, mais on doit le laisser revenir à sa monnaie nationale.  »

Et il précise : « Si nous voulons revenir à une coexistence pacifique et respectueuse en Europe et prendre l'auto-détermination des peuples au sérieux, nous devons renoncer à l'idéologie euro-européenne. Une union monétaire ne peut survivre que si elle profite à l'ensemble de ses membres. »

Source : http://www.handelsblatt.com/politik/deutschland/wegen-unsicherer-lage-cdu-haushaelter-empfiehlt-italien-lira-rueckkehr/7858022.html

Bien entendu, ces conseils de bon sens sont officiellement désapprouvés par les dirigeants européistes allemands.

Lors d'une rencontre à Berlin avec le président italien Giorgio Napolitano, avant-hier jeudi 28 février, la Chancelière Angela Merkel a ainsi « exprimé sa confiance dans le sens des responsabilités des forces politiques en Italie », selon le communiqué officiel diffusé après la rencontre des deux dirigeants.

Dans le même numéro de Focus que celui où M. Grillo a été interrogé, le ministre allemand de l'Économie et vice-chancelier, M. Philipp Rösler, en rajoute une louche en appelant, lui aussi, l'Italie à poursuivre sur la voie engagée par le dernier chef de gouvernement Mario Monti.

Reste que, derrière toutes ces hypocrisies, nul n'ignore que le fameux Mario Monti a subi une déroute électorale avec le score - ô combien humiliant pour un chef de gouvernement sortant ! - 10% des suffrages. Le pessimisme a d'ailleurs tellement gagné la BCE elle-même que, d'après les rumeurs insistantes qui me sont parvenues, de plus en plus de salariés de la BCE chercheraient à quitter Francfort pour se recaser dans d'autres institutions, tandis qu'un plan de licenciement collectif serait actuellement sérieusement à l'étude.

Au passage, qu'il soit permis de souligner ici à quel point les événements se chargent d'eux-mêmes de ridiculiser l'actuel occupant de l'Élysée, qui avait cru bon d'affirmer devant micros et caméras - le 10 décembre dernier à Oslo - que «  la crise de la zone euro est derrière nous » !

Journal Libération du 10 décembre 2012 Devant une telle déclaration, toute personne sensée ne peut que s'interroger sur la personnalité de M. Hollande : s'agit-il d'incompétence crasse, de volonté de manipuler l'opinion publique, ou de pure sottise ? Des trois à la fois sans doute.
Journal Libération du 10 décembre 2012
Devant une telle déclaration, toute personne sensée ne peut que s'interroger sur la personnalité de M. Hollande : s'agit-il d'incompétence crasse, de volonté de manipuler l'opinion publique, ou de pure sottise ? Des trois à la fois sans doute.
 

CONCLUSION : LA MISE EN GARDE DE LA CHINE

Le président Barack Obama a signé hier, vendredi 1er mars, le décret mettant en vigueur les coupes automatiques dans le budget de l'État fédéral américain après l'échec d'une ultime réunion avec les chefs des groupes parlementaires. Les dépenses publiques américaines seront donc amputées de 85 milliards de dollars.

Il devrait en résulter rapidement un ralentissement de l'économie américaine, et donc de la croissance du commerce mondial. Ce qui laisse augurer d'une lutte encore plus âpre pour la préservation des positions commerciales des grandes puissances commerciales, qui a toutes chances de se traduire par une nouvelle "guerre des monnaies" sur les marchés des changes.

La Chine, qui est évidemment l'un des pays les plus concernés par ces évolutions, vient donc, ce 2 mars, de mettre les points sur les "i", par la bouche de M.YI Gang, vice-gouverneur de la Banque Centrale de Chine.

Après avoir affirmé qu'une guerre des monnaies pourrait être évitée si les décideurs des grands pays observaient le consensus atteint lors du récent G20, selon lequel les politiques monétaires devaient avant tout servir d'instrument aux économies nationales (et non à favoriser les exportations), M. YI Gang a indiqué que la Chine est « tout-à-fait prête à une guerre des monnaies ».

Et M. YI a même précisé : « En termes à la fois de politique monétaire et autres mécanismes, la Chine prendra complètement en compte les politiques d'assouplissement quantitatif mises en place par les banques centrales des pays étrangers. »

2 mars 2013 : l'agence de presse chinoise Xinhua vient de mettre les points sur les "i", en citant M. YI Gang : « la Chine est tout-à-fait prête à une guerre des monnaies ».
2 mars 2013 : l'agence de presse chinoise Xinhua vient de mettre les points sur les "i", en citant M. YI Gang : « la Chine est tout-à-fait prête à une guerre des monnaies ».

Source.

En clair : la Chine ne laissera pas sans réagir les Américains ou les Japonais laisser baisser le dollar ou le yen sur les marchés des changes, dans le but de favoriser leurs exportations. Dans un tel cas, la Chine s'appliquera à faire baisser le yuan chinois à due proportion.

Et dans ce cas, il est simple de deviner qui sera, encore une fois, le dindon de la farce : l'euro bien sûr puisque c'est la seule monnaie mondiale qui n'ait aucun objectif de taux de change externe. (Je rappelle que l'article 282 du TFUE ne fixe à la BCE comme objectif que la lutte contre l'inflation et il est d'ailleurs impossible de fixer un taux de change externe qui convienne aux différentes compétitivités des différentes économies de la zone euro).

Conséquences à attendre ?

  • 1°) En ce mois de mars 2013, tous les éléments se mettent donc en place pour annoncer un nouvel ouragan monétaire.
  • 2°) Dirigée par une équipe gouvernementale profondément incompétente et esclave des décisions prises par l'oligarchie financière euro-atlantiste, la France ne peut que continuer à s'enfoncer dans le désastre.

François ASSELINEAU

Site Internet : http://www.u-p-r.fr/
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (136 votes)




Réagissez à l'article

144 réactions à cet article    


  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 3 mars 2013 12:30

    Je me projette dans 3 ans : « Le Président de la République française François Asselineau s’est félicité avec son homologue italien Beppe Grillo des récents accords de coopération agricole et financière entre les deux nations. »  smiley


    • Constant danslayreur 3 mars 2013 12:59

      "Je me projette dans 3 ans : « Le Président de la République française François Asselineau s’est félicité avec son homologue italien Beppe Grillo des récents accords de coopération agricole et financière entre les deux nations."

      Pour sceller ce renouveau de l’amitié franco-italienne, Grillo s’est excusé de n’avoir pas eu le temps d’acheter un présent au premier gaulois et lui a offert un conteneur bourré de lires, pour qu’il puisse s’acheter un CD ou un paquet de cigarettes avant de re-franchir la frontière j’y tiens lui a t-il précisé.


    • gorgonzola 3 mars 2013 13:36

      L’UPR reste un mouvement très modeste mais de là à dire qu’il n’est connu de personne ici ou ailleurs sur le net... Je trouve que ce qui est ci-dessous est une belle réussite :

      http://www.francoisasselineau.fr/2012/10/lupr-la-5eme-place-des-partis.html
      http://www.francoisasselineau.fr/2013/02/le-blog-se-hisse-au-66eme-rang.html
      http://www.francoisasselineau.fr/2013/01/la-croissance-de-l-upr-accelere-pourtant-sans-mediatisation.html


    • yan2a yan2a 3 mars 2013 14:04

      Si vous saviez à quel point il est populaire, vous l’ouvrirez même pas !


      Cordialement

    • Mefrange Méfrange 3 mars 2013 17:58
      « Je ne pense pas qu’il soit une menace pour le FN, bien au contraire, il ne fait que dénoncer les mensonges de l’UMPS quand ils promettent ce que l’UE ne leur permet pas.
      Il ne fera pas beaucoup de voix, car on préfère toujours l’original à la copie. Il n’est pas connu et n’a aucun charisme, contrairement à MARINE. Il ne représente aucun danger mais il incite à voter FN. »

      Ce post était écrit avant les élections et n’a pas été infirmé. Asselineau toujours inexistant, le FN qui lui pique ses idées http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Marine-Le-Pen-veut-sortir-la-France-de-l-Europe-594404, les événements qui se brusquent et qui ne donneront pas à l’UPR de s’enraciner pour pouvoir exister au moment où il le faudra (en 2013-2014). 

      Le FN est la pire menace qui pèse sur l’UPR. Je ne suis pas d’accord sur l’absence de charisme d’Asselineau qui vaut bien celui de Le Pen, de Fillion ou de Hollande. Le seul homme incontestablement charismatique reste Mélenchon. 

      Assélineau s’adresse à la raison de ses auditeurs. Plus la situation évoluera vers le désespoir et le chaos, moins la raison sera audible et plus les slogans les plus primaires accrocheront. Le temps ne travaille donc pas stratégiquement en faveur d’Asselineau. Le FN a le vent en poupe et sait surfer sur la détresse du peuple. Asselineau est un notable qui doit apprendre à tâter le cul des vaches et à faire des plaisanteries grasses pour être en phase avec la majorité des français. Il part avec un handicap terrible et n’a pas le temps de le rattraper. Au temps du suffrage censitaire, il aurait été parfait avec sa campagne des banquets et le temps allait moins vite. 

      Donc dans 3 ans les idées d’Asselineau seront probablement devenues réalité (l’UE s’effondrera quand un de ses pays la quittera et pas forcement la France. L’Euro n’existera plus dans sa forme actuelle. Mais c’est le FN beaucoup mieux implanté et puissant qui aura 
      raflé la mise et qui discutera avec ce qui restera de l’Italie. 

      A mon avis même l’UMP va même imploser devant les faits pour ne pas se suicider. L’UE ne marche pas. Asselineau pourra crier pour se faire entendre dans l’énorme vacarme de flots boueux d’un continent en débâcle. 



         

    • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 3 mars 2013 12:51

      Autre possibilité : « Le maire de Tifouillac annule l’autorisation donnée au duo de comiques Beppe Grillo & Franco Lino d’utiliser la salle des fêtes pour leur spectacle. Les deux clowns sont obligés de louer un bus pour leur spectacle Démocratie, poil au kiki ».  smiley


      • TSS 3 mars 2013 13:01

        Il faut mettre en place ce que preconise Melenchon ,l’Europe du sud, France,Espagne,

        Italie,Portugal,Grèce, associée aux pays du Maghreb et basta l’Europe anglo-saxonne... !!


        • gorgonzola 3 mars 2013 14:13

          LE problème du FdG c’est qu’il est... à gauche (tout comme le problème du FN c’est qu’il est... à droite). Du coup les électeurs français qui comme moi en ont marre de l’UE et de l’UMPS se retrouvent par défaut avec 2 partis clivant, par leurs propositions voire leurs dérapages, puisque ce sont les 3ème et 4ème plus médiatisés. On voit mal dans ces conditions comment réconcilier les français et on voit bien comment le système tire son avantage de la situation...

          Le mouvement des 5 étoiles, comme le rassemblement UPR sont au contraire des formations qui rassemblent les électeurs sans distinction de classe, d’origine sociale ou d’appartenance à tel ou tel groupe (et qui fonctionnent). Ce sont eux qui incarnent le mieux la réconciliation.


        • NORDUAB14 3 mars 2013 16:48

          Mélenchon* veut une BCE comme la FED, non merci ! D’ailleurs Merkel ne voudra JAMAIS être responsable des dettes des autres pays, « jamais de son vivant », a t elle dit ( je la comprends ! )

          on est donc coincés avec un euro fait pour personne, une BCE qui cherche à contourner constamment les lois, et des non élus (Commission) qui proposent des lois - et, les 27 pays ne s’ accordant jamais ( n’ ayant pas les mêmes intérêts), c’est cette Commission qui DECIDE, l’ échéance du calendrier arrivée, à chaque fois - : le fédérateur est tranquille.

          *et Généreux a dit que l’euro n’est pas un problème : ! (no comment ) 


        • gorgonzola 3 mars 2013 21:14

          Généreux commence à retourner sa veste sur l’euro (mais pas en public bien sûr) comme une grande partie des économistes qui soutenaient la monnaie unique jusqu’alors...


        • Ruut Ruut 4 mars 2013 14:40

          J’ai lu sur agora que Mélanchon a voté la loi de dérèglement de la monnaie, il est donc contre le peuple.
          Il ne reste que 2 candidats crédibles, dupont aignant ou le FN.


        • gorgonzola 5 mars 2013 15:09

          Il peut bientôt y en avoir un 3ème, cela dépend entièrement des gens qui commentent mais (pour le moment) n’agissent pas... Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles...


        • Aldous Aldous 3 mars 2013 13:02

          Hollande : ’’La crise de l’Euro est derrière nous’’


          Serrons les fesses ! smiley


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 mars 2013 13:11

            Vais créer un site :
            Adopte un banquier de la BCE .con


            • Laulau Laulau 3 mars 2013 13:26

              Un article intéressant où l’on apprend des choses. Par exemple le le grillon italien est prêt à entrer dans un gouvernement de coalition. Les conditions, soit-disant draconiennes, qu’il y met ne sont que de la poudre aux yeux, je cite :

              une modification immédiate de la loi électorale, reviennent sur le remboursement des dépenses électorales et fixent une limite de deux mandats pour les députés,

              C’est tout ? Il m’étonnerait que cela résolve la crise économique italienne, on ne parle pas du remboursement de la dette là dedans. J’ai l’impression que l’Italien vient d’hériter d’un Pierre Poujade.


              • Antenor Antenor 3 mars 2013 13:37

                La question centrale n’est pas de rester ou non dans l’Euro mais de faire plier les Allemands. Si les Allemands cèdent, on reste ; s’ils ne cèdent pas, on s’en va. L’idéal serait que l’Italie et la France présentent un front uni.


                • gorgonzola 3 mars 2013 14:26

                  Les allemands et... avec eux le reste des pays anglo-saxons et le FMI (donc les USA). L’affaire est déjà entendue, on est 27 là, on est plus sous l’UE de De Gaulle et on a pas de temps à gaspiller... On annonce à nos partenaires qu’on se retire sereinement et légalement comme l’article 50 nous y autorise. Mais pour ça faut porter au pouvoir un mouvement qui le propose, donc battre l’UMPS, donc rassembler l’opposition, donc choisir un mouvement au dessus des clivages... et un mouvement qui se situe au dessus des clivages et qui propose noir sur blanc l’application de l’article 50 moi je n’en connais qu’un : c’est l’UPR.


                • Fergus Fergus 3 mars 2013 18:00

                  Bonjour à tous.

                  Je partage l’avis d’Antenor : le temps est venu de faire plier l’Allemagne, quitte à jeter les bases d’une casse de l’Union Européenne. Je parie que, devant une alliance franco-italienne, Merkel serait contrainte de céder, sauf à prendre le risque d’entrer dans l’Histoire comme la Chancelière qui aura ruiné son pays par contrecoup, ses princiapux partenaires étant européens.

                  Je prends également le pari que Hollande, fidèle à lui-même, ne tentera rien, escomptant une mise à l’écart rapide de Grillo dans un 2e scrutin qui semble chaque jour plus probable. J’aimerais voir sa tête si, au contraire, de nouvelles législatives amplifaient le score du M5S.


                • gorgonzola 3 mars 2013 20:54

                  A même remarque, même réponse...


                • Nangala 3 mars 2013 23:54

                  Pourquoi vouloir faire plier les allemands ? Pourquoi vouloir agir sur les autres quand on peut agir sur nous-mêmes ? L’UE économique a détruit nos emplois, déstructuré notre fonction publique, augmenté le chômage, multiplié notre dette et sapé les fondements de notre destin collectif. On a essayé, ça n’a pas marché ; très bien, maintenant ON SE CASSE ! Pourquoi vouloir négocier avec d’autres ? Et pour quoi faire ? On ne doit rien à personne, la casse sociale que nous sommes en train de payer et qu’il nous faudra des années pour éponger est le prix notre liberté, pas celui de notre servitude. Basta !!!


                • mario mario 3 mars 2013 14:02

                  Klaus-Peter Willsch

                   : « Si nous voulons revenir à une coexistence pacifique et respectueuse en Europe et prendre l’auto-détermination des peuples au sérieux, nous devons renoncer à l’idéologie euro-européenne. Une union monétaire ne peut survivre que si elle profite à l’ensemble de ses membres. »

                  donc si j’ai bien compris, si on veut la paix et l’autodetermination il faut sortir de l’europe !

                   

                  en clair,voila l’allemagne aujourd’hui, celle de hitler et sans tirer un coup de fusil pour y parvenir ! 


                  • Yvance77 3 mars 2013 14:16

                    Salut,

                    Finalement, le meilleur signe, que cela est peut-être le prélude à quelque chose de nouveau, est le traitement réservé au succès de B. Grillo dans les merdias mainstream ! Presque inexistant.

                    Chez nous, pendant de longues, très longues heures, on se contente de deviser sur ces cardinaux qui vont s’enfiler dans un conclave jusqu’à plus savoir quelle robe trousser, et le dernier gagne le droit de s’habiller en marié.


                    • lsga lsga 3 mars 2013 14:33
                      Asselineau, les Nationalistes, les Souverainistes et tous les néo-Maurassiens en général sont ceux qui nous conduisent droit à la troisième guerre mondiale. Ce genre d’imbéciles qui se prétendent français malgré l’évidence du contraire pullulent partout, comme de la vermine qui copulerait dans des drapeaux. En France, en Europe, en Tunisie, au Maghreb, aux USA, en Russie, en Europe de l’Est, en Chine : ’souveraineté nationale contre l’Empire’, voilà le son du clairon qui annonce le grand massacre. 


                      Partout, le prolétariat aliéné confond la lutte contre l’Oligarchie financière avec la lutte pour la souveraineté. Au lieu de se battre pour prendre le pouvoir, ils se battent pour à leur petite bourgeoisie nationale crasse ce pouvoir qu’elle n’a pas su conserver. C’est cette petite bourgeoisie crasse et souverainiste qui est la descendante directe de ceux qui hier commencèrent les deux guerres mondiales.

                      En Europe, les tentions entre les peuples reviennent : le Nord contre le Sud, les allemands contre les grecques, les Italliens et les Espagnols contre l’Allemagne, la France contre les Anglais, les Anglais contre tous. Après 60 ans de paix, les peuples d’Europe retourne dans le crétinisme des nationalismes. Oh oui, c’est vrai, Monsieur Asselineau ne se dit pas ’nationaliste’, il se déguise en ’souverainiste’, et va piocher son programme dans le tombeau poussiéreux de la Résistance Communiste. La vérité est que sa fraséologie patriote, jacobine, ses fadaises sur la famille, l’Etat, la souveraineté et la France sont des copié/collé à peine paraphrasé des textes de Maurasse. 

                      Qui veut l’écaltement de l’Europe ? Les USA, les Chinois, les Anglais : les ultra-libéraux en général.
                      Qui défend le Glass Steagle ? La séparation inutile et inefficace des activités bancaires ? Les Anglais, François Hollande, les libéraux en général. 
                      Quel est le dernier poste à responsabilité de monsieur Asselineau ? Responsable de l’intellgence économique sous les ordres du très libéral Nicolas Sarkozy. 

                      Libéral ou Jacobin, dans le fond, Asselineau s’en moque. Il défend les intérêts de la petite bourgeoisie nationale française qui s’est faite rouler dans la farine par les grands capitalistes. Ce sont ces petits bourgeois français qui, comme Asselineau, soutenaient hier massivement la libéralisation, la mondialistation, et la privatisation de l’économie. Ils espéraient devenir encore plus riche qu’ils ne l’étaient. Comme les nigots qu’ils sont, ils se sont fait flouer, et espère aujourd’hui revenir en arrière et reprendre le controle de leurs affaires au niveau national. Ce sont les mêmes qui demain, même si ils s’en défendent aujoud’hui, n’hésiteront pas à amener la France dans un conflit mondial pour relancer leurs affaires. 

                      Prolétaires français, vous n’avez pas besoin de ces bourgeois qui retournent leurs vestes à chaque fluctuation des marchés. 
                      Prolétaires français, ces bourgeois là demain enverront vos enfants au grand massacre, n’en douttez pas. 
                      Prolétaires français, il est temps que vous compreniez que vous n’êtes pas français. Vous êtes des prolétaires, de misérables prolétaires, crétins, imbéciles, incultes, sans cesse roulé dans la farine idéologique de la bourgeoisie. Ne laissez pas les bourgeois français vous détourner de votre chemin historique. Laissez les faire faillite, ce n’est pas votre affaire. Unissez vous au prolétariat Espagnole, Italien, Grecque, Allemand, Européen. Débarassons l’Europe de cette bourgeoisie crasse qui nous mène droit à une nouvelle grande guerre.



                      • Yvance77 3 mars 2013 14:43

                        Mais quel Diable vous possède lsga ?

                        Car penser cela de certaines personnes vous y allez fort, et vous êtes même à coté de la plaque il me semble !


                      • lsga lsga 3 mars 2013 15:08

                        quel Diable vous possède lsga ?

                        celui de l’Histoire. 

                      • null 3 mars 2013 15:15

                        Vous confirmez que c’est de la bonne ? 


                      • gorgonzola 3 mars 2013 15:21

                        Ce qu’il y a de bien avec les idéologues c’est qu’ils se discréditent eux-même du haut de leur statut d’inquisiteur et de détenteur de la seule vérité suprême, universelle et bien sûr unique qui, si on n’adhère pas à leur idéologie, on se voit traiter de tous les noms (nationaliste, antisémite, conspirationniste au choix ou tout à la fois suivant les humeurs de ces messieurs)... du coup le boulot est déjà fait, pratique !


                      • lsga lsga 3 mars 2013 15:28
                        ’souverainistes’, ’français’, et ’nostalgiques’ sont les noms d’oiseaux que vous vous êtes vous mêmes choisis. 

                        ’Bourgeois’, c’est exactement ce qu’est Asselineau, et ce n’est pas un nom d’oiseau. ’Bourgeois libéral ayant défendu les privatisations en espérant s’enrichir’, c’est ce qu’a été Asselineau, et ce n’est pas un nom d’oiseau. ’Bourgeois libéral ayant défendu les privatisations en espérant s’enrichir, s’étant finalement fait rouler par de plus grands bourgeois que lui-même, et rêvant donc de faire machine arrière’, c’est ce qu’est Asselineau, et ce n’est pas un nom d’oiseau. 

                        Tu soutiens un bourgeois nationaliste dans une période de pré-Guerre Mondiale. Ce n’est pas de l’idéologie : c’est ce que tu fais. 

                        Tu devrais rejoindre le prolétariat en lutte à l’échelle Européenne pour dégager l’Oligarchie financière, ce n’est pas de l’idéologie, c’est de la stratégie militaire/révolutionnaire. 




                      • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 3 mars 2013 15:54

                        Isga La Terreur Rouge a écrit sans humour « Asselineau, les Nationalistes, les Souverainistes et tous les néo-Maurassiens en général sont ceux qui nous conduisent droit à la troisième guerre mondiale. Ce genre d’imbéciles qui se prétendent français malgré l’évidence du contraire pullulent partout, comme de la vermine »


                        Vite Isga, une solution finale pour nous débarrasser de cette vermine pullulante !! 

                      • ThaTon ThaTon 3 mars 2013 16:03

                        Grâce à l’ouverture des frontières défendue si mal à propos par un certain communiste complaisant, notre prolétariat a dégagé en Asie.

                        Il n’y aura bientôt plus que des consommateurs pauvres, des consommateurs moyens et des consommateurs riches en Europe de l’Ouest.

                        Alors avant de continuer la lutte, pourquoi ne pas commencer par apprendre le mandarin ???


                      • kimbabig 3 mars 2013 16:14

                        Isga, vous divaguez complètement !

                        C’est plutôt l’union européenne qui nous mène droit à la guerre !

                        Guerre économique entre les pays qui en sont membres, avec pour corollaire la destruction de tous les acquis sociaux durement obtenus, qui débouche à des tensions qui n’existeraient pas si chaque pays disposait de la maîtrise de sa monnaie et de son économie, et donc des moyens qui permettent de protéger ces acquis sociaux. Là, on a des pays latins qui se retrouvent à monnaie égale avec des pays plus compétitifs, et donc incapables de protéger leur économie par une salutaire dévaluation. Les pays plus compétitifs (et on a vu comment, avec les lois Hartz et l’arnaque de l’euro) refusent de compenser cette chute de compétitivité des latins par des transferts financiers, donc comme les gouvernements des pays latins n’osent pas encore reprendre la souveraineté au nom des pays qu’ils représentent et dirigent, ils se trouvent contraints d’appliquer toutes ces mesures iniques et antisociales d’austérité afin de rester dans l’ue et l’euro.

                        Là on va bientôt, en France, se retrouver dans la situation où, si on s’acharne à rester dans l’euro et donc dans l’ue, le financement de notre protection sociale dépendra de la « générosité » européenne (c’est à dire essentiellement germano-néerlando-finlandaise). Je crois que les Grecs et les Portugais ont eu un bon aperçu de ce que valait cette « générosité », sachant qu’elle était déjà trop généreuse au goût des populations des pays contributeurs.

                        Donc si la France s’acharne à rester dans l’ue le seul moyen de garder une protection sociale digne de ce nom sera de parvenir à imposer aux Allemands, aux Néerlandais ou aux Finlandais de nous la financer. Autrement dit c’est en voulant rester dans l’ue qu’on fonce droit à la guerre, car je ne pense pas qu’on puisse faire avaler aux Français qui ont voté NON à l’ue ce qu’on a fait avaler aux Grecs et aux Portugais au nom de l’ue : Vous direz quoi quand un commissaire européen ou un envoyé de la troïka viendra nous dire qu’il faut remplacer notre sécu par des assurances privées, payer des droits d’inscriptions dans les écoles publiques ?

                        Vous attendrez qu’une majorité d’Allemands veuillent faire une europe sociale par le biais de laquelle ils financeraient le social chez nous ? Qu’ils renoncent à une monnaie forte alors que vu leur démographie dramatiquement vieillissante il est vital pour eux de conserver une monnaie forte ? Vous n’avez pas encore compris que l’union européenne, et toute tentative d’intégration européenne en général est néfaste, tout particulièrement pour le progrès social ?

                        Je ne veux pas avoir à négocier un pacte social avec des gens qui ont accepté les lois Hartrz, mais si ça leur plaît d’accepter ça dans leur pays c’est leur problème, pas le notre, et ce n’est pas pour une raison pour les détester tant que cela nous empêche pas d’avoir un pacte social qui nous convient. C’est si nous nous acharnons à vouloir négocier un pacte social avec eux que nous allons nous mettre à les détester, et réciproquement. Surtout que ce ne sera pas évident avec la barrière linguistique...

                        Vous prétendez que USA souhaitent l’éclatement de l’europe alors que c’est tout le contraire, c’est ce qu’ils redoutent le plus ! Pourquoi croyez-vous qu’Obama a empêché à Cameron de quitter l’ue ? Pourquoi Clinton a eu le prix Charlemagne ? Pourquoi Eisenhower souhaitait la création d’une europe fédérale ? Le grand Marché Transatlantique ça vous dit rien ? Les USA voudraient construire un marché commun avec l’ue et ils voudraient son éclatement ? C’est n’importe quoi !!!

                        Pourquoi vous acharnez vous dans la sottise qui consiste à assimiler la volonté, salutaire si on veut défendre le progrès social, de se débarrasser de l’ue, à du nationalisme ? Je me rappelle Arlette Laguiller disait qu’elle ne voulait pas voter NON à Maastricht, même si elle reconnaissait que ce traité était totalement antisocial, car elle ne voulait pas mettre le même bulletin que Le Pen... Une attitude complètement DÉBILE, et heureusement qu’elle n’a pas refait la même erreur en 2005.

                        Et au fait pourquoi les prolétaires Français seraient-ils plus frères de leurs homologues Allemands, Grecs, Espagnols ou Portugais que de leurs homologues Canadiens, Gabonais, Marocains ou Argentins ? Pourquoi ?

                        L’imbécilité, Isga, c’est de s’acharner à défendre l’europe quand on voit les calamités qu’elle n’en finit plus d’amener ou d’amplifier, et si on le fait au nom du progrès social, c’est carrément une imposture indécente.

                        Si vous voulez que la France fasse partie d’une alliance de pays respectueux des notions de justice et de progrès social, c’est plus au Vénézuela, en Argentine ou en Bolivie qu’en Allemagne que vous trouverez des partenaires viables et volontaires pour ce genre de projet.

                        Si vous êtes honnête dans vos convictions, unissez vos efforts à ceux qui veulent abattre, ou au moins quitter l’union européenne au lieu de leur cracher dessus. Parce que si n’avez pas encore compris que l’unification européenne est incompatible avec le justice et le progrès social, relisez l’actualité Grecque de ces 4 dernières années, c’est quand même franchement flagrant !


                      • lsga lsga 3 mars 2013 16:46
                        Vous prétendez que USA souhaitent l’éclatement de l’europe alors que c’est tout le contraire

                        Question intéressante.

                        Les USA souhaitent plus que tout l’affaiblissement économique de l’Europe qui est leur principal concurrent. Ils ont deux options :

                        - Soit ils arrivent à faire de l’Union Européenne un co-marché du marché américain avec l’accord de libre échange trans-atlantique
                        - Soit ils font de l’Union Européenne un continent divisé et dominé par les extrêmes droite nationalistes et souverainistes sur le modèle de l’Amérique du Sud du 20ème siècle.

                        Les conservateurs européïstes PS-UMP nous amènent dans la première situation.

                        Les nationalistes et autres souverainsistes à la 2ème. Un continent de petits pays divisés, sans politiques communes, dominés par des petites bourgeoisies crasses et réactionnaires signifie l’affaiblissement de l’Europe.


                        La Troisième voie ? Celle de l’Amérique du Sud Contemporaine, celle de Chavez et autre Pépé Mujica : UNE EUROPE SOCIALISTE ! 


                        En soutenant Asselineau, vous vous trompez de camp. 
                        Vous soutenez les pseudo-Nationalistes qui s’apprêtent à trahir l’intérêt de leurs nations respectives pour s’enrichir. Pinochet aussi se disait nationaliste et souverainiste, c’est lui qui a vendu son pays aux américains. Ne l’oubliez jamais. 

                      • kimbabig 3 mars 2013 17:11

                        Et vous en choisissant de croire à une hypothétique europe socialiste vous nous laissez coïncés dans ce piège à voir tous nos acquis sociaux retirés un à un. Comme erreur je crois qu’on ne fait pas pire.

                        Parce que comme je vous le disais on ne peut se contenter d’attendre benoîtement qu’une majorité d’Allemands acceptent de financer le social dans notre pays. Comme attitude de la part de quelqu’un qui se prétend révolutionnaire et favorable au progrès social, j’appelle ça une imposture.

                        Imaginez pendant la guerre un communiste qui refuserait de s’engager dans la résistance aux côtés des gaullistes parce qu’ils sont de droite, et préfère chercher à s’allier à des Allemands communistes. A la libération, seule le fait d’être reconnu comme simple d’esprit par les tribunaux aurait pu sauver un tel homme du peloton d’exécution pour collaboration. Croire à l’europe socialiste, c’est tout aussi stupide et vain.

                        Si les USA ont soutenu depuis le début la construction de l’europe, c’est justement en tant que rempart contre le socialisme, pour garder les pays européens sous leur contrôle et les contraindre insidieusement à renoncer à leur modèle social. Le 2d scénario que vous évoquez est justement celui qui leur est moins favorable car des pays souverains sont moins contrôlables, et la bourgeoisie de ces pays serait justement plus fortement soumise à son propre prolétariat dans l’espace d’un pays souverain que dans un espace multinational ouvert où la bourgeoisie de chaque pays peut mettre son prolétariat en concurrence avec d’autres qui n’ont pas les mêmes exigences.

                        Puisque vous citez l’exemple de l’Amérique du Sud, alors vous devriez vouloir une alliance avec eux.
                        POURQUOI S’ACHARNER A VOULOIR L’EUROPE ?
                        Alors qu’on a vu que ça ne pouvait mener qu’à la destruction de notre modèle social, et même de toute notion de progrès social !
                        C’est complètement illogique comme raisonnement !!!


                      • ThaTon ThaTon 3 mars 2013 17:12

                        Sucez des cailloux en rêvant la mousson...


                      • gorgonzola 3 mars 2013 17:32

                        « Tu devrais rejoindre le prolétariat en lutte à l’échelle Européenne pour dégager l’Oligarchie financière[...] »

                        Ben voilà, maintenant on me dit à ma place ce que je devrais faire... Et ça nie être idéologiste après ça. Dites heu m’sieur j’ai le droit de décliner votre offre ? Non mais parceque je n’aime pas trop les extrémismes en fait, qu’ils aient un parfum de chambre à gaz ou de goulag c’est kif-kif.

                        PS : Asselineau pas plus que l’UPR ne se définissent comme « souverainistes », ils se définissent comme un mouvement de libération nationale qui n’a d’autres buts que de redonner aux français, donc à toi, la capacité de décider eux-même ce qu’ils veulent pour leur pays (je vais pas te citer le programme non plus t’as qu’à te renseigner), ce qui pour l’instant n’est pas le cas ça t’auras bien sûr pas échappé. Donc puisque ça rentre pas dans tes cases et que tu tiens tant que ça à utiliser un mot péjoratif en « -iste » je te propose le barbarisme de « libertiste », ça convient bien et ça ajoutera à ton ridicule déjà bien prononcé comme le souligne le commentaire juste au dessus. Oui je sais ça fait un long post-scriptum...


                      • Mefrange Méfrange 3 mars 2013 18:28

                         Il y a du vrai dans ce que dit Isga. Maastricht c’est 50,5 % de bourgeois, élites, presse, média pour et 49,5 % de français à juste titre rétrospectif réticents. 

                        Encore plus réticents pour le traité de Lisbonne mais là on leur a dit que la liberté d’expression avait des limites. Pour le MES et l’Euro c’est en gros fermez-là. 

                      • Mefrange Méfrange 3 mars 2013 18:34

                        L’Europe non merci ! On a déjà donné ! Des frontières ! On veut nos frontières et de gros tarifs de douane smiley 


                      • gorgonzola 3 mars 2013 19:02

                        "Pinochet aussi se disait nationaliste et souverainiste, c’est lui qui a vendu son pays aux américains. Ne l’oubliez jamais."

                        Ben voyons, c’est vrai que tu n’avais pas encore comparé l’auteur de l’article avec Pinochet donc ben allons-y gaiement, aujourd’hui c’est open-bar.

                        Alors hé ! Détends-toi un peu ou prend donc un laxatif, ça n’est pas parcequ’on parle de nation ou de souveraineté au sens où on l’entend aujourd’hui et qui, on se voit obligé de le rappeller pour la 100ème fois, sont des concepts révolutionnaires de gauche (prenons juste pour exemple les volontaires de 1792 qui arrêtèrent les Prussiens au cri de « Vive la nation ! » hein) que l’on a forcément envie de transformer la France en régime pinochéen et encore moins en 3ème Reich à moins d’avoir perdu tout sens de la mesure... mais c’est vrai, j’oublie que je m’adresse ici à un extrémiste.

                        Donc à moins que l’on m’ait menti et que Jaurès ne fut pas socialiste, nation et nationalisme c’est deux concept distincts hein ? D’ailleurs faudrait être con pour mélanger puisque à l’époque de la révolution la notion de nationalisme n’existait pas encore. Donc la souveraineté et l’auto-détermination d’un peuple à l’intérieur des nations ça n’est pas forcément du nationalisme hitlérien qui veut déporter les minorités et péter la gueule au reste de la planète, à moins de considérer le paisible peuple Suisse ou d’autres peuples constitués de par le monde et tout aussi paisibles comme des va t’en guerre. Et dans le monde dans lequel je vis, Chavez que tu cites en exemple n’a pas non plus, il me semble, abolit les frontières du pays et décrété la dissolution du Venezuela pour former l’internationale communiste avec ses voisins d’Amérique du sud... Donc encore une fois remettons les extrémistes à leur places, il n’y a pas un bon modèle et un mauvais modèle mais des applications différentes de modèles - en bien ou en mal - et tout esprit sain devrait arriver assez facilement à cette conclusion. Pour les autres, hé bien ils continueront à déverser leurs débilités et viendront se faire éparpiller ici ou sur d’autres agoras par des gens plus censés et raisonnés qu’eux. Sur ce, je vous remercie de m’avoir lu ^^


                      • kimbabig 3 mars 2013 19:40

                        @Gorgonzola

                        Pour Chavez, la souveraineté du Vénézuela est sacrée ! Il n’a pas attendu l’arrivée au pouvoir d’une majorité complaisante chez ses voisins pour mener la politique pour laquelle les Vénézuéliens l’avait élu. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils l’ont réélu sans cesse...

                        Mais qu’est ce que vous voulez, il y en a certains qui prennent l’air de défendre certaines choses, et qui lorsqu’on leur propose d’abattre précisément ce qui rend impossible ce qu’ils réclament (et que personnellement je réclame aussi), adoptent de sots et suicidaires réflexes pavloviens... Qui aboutissent à laisser le piège se refermer encore plus durement sur eux.

                        Comme Laguiller en 92... Consternant, comme le fait d’assimiler la défense de la souveraineté à Pinochet.

                        Par contre, voilà à quoi on peut clairement assimiler la construction européenne :

                        « (...) surgira inévitablement une nouvelle Europe. On parle souvent d’Europe, c’est un mot auquel, en France, on n’est pas encore très habitué. On aime son pays parce qu’on aime son village. Pour moi, Français, je voudrais que demain nous puissions aimer une Europe dans laquelle la France aura une place qui sera digne d’elle. Pour construire cette Europe, l’Allemagne (...) doit, avec d’autres, consentir d’immenses sacrifices (...) Ainsi donc, comme je vous le disais le 20 avril dernier, nous voilà placés devant cette alternative : ou bien nous intégrer, notre honneur et nos intérêts vitaux étant respectés, dans une Europe nouvelle et pacifiée, ou bien nous résigner à voir disparaître notre civilisation. J’ai toujours trop aimé mon pays pour me soucier d’être populaire. J’ai à remplir mon rôle de chef. Quand je vous dis que cette politique est la seule qui puisse assurer le salut de la France et garantir son développement dans la paix future, vous devez me croire et me suivre (...). »

                        Qui saura dire quel si « grand européen » est l’auteur de cette prose aux accents si eurobéats ?


                      • jaja jaja 3 mars 2013 20:09

                        « Rôle de chef.... Salut de la France... vous devez me suivre »... obligatoirement un facho !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès