Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > NUIT DEBOUT : extrait d’un entretien de Frédéric Lordon au quotidien (...)

NUIT DEBOUT : extrait d’un entretien de Frédéric Lordon au quotidien italien « Il Manifesto »

 Podemos, en Espagne, répète qu’il ne faut plus parler de gauche et de droite, mais plutôt de bas et de haut, de 1 % contre le 99 %. Êtes-vous d’accord ?

 Je suis en désaccord complet avec cette ligne de Podemos. En France, les dénégations du clivage droite-gauche ont de très mauvais échos. On entend ça soit dans la bouche de ce que j’appelle la droite générale, à savoir la droite classique et cette nouvelle droite qu’est le parti socialiste — la droite générale, si vous voulez, c’est le parti indifférencié de la gestion de la mondialisation néolibérale —, soit à l’extrême-droite. En France, quelqu’un qui dit qu’il n’est « ni de droite ni de gauche » est immanquablement de droite, ou finira à droite. De même, je ne pense pas que les inégalités monétaires — à partir desquelles Podemos reconvertit le clivage droite/gauche en clivage 1 %-99 % — soit un thème politiquement très tranchant. Le thème des inégalités est d’ailleurs en train de devenir une espèce de consensus mou — on y retrouve jusqu’à l’OCDE et le journal libéral The Economist…

 La vraie question n’est pas celle des inégalités de revenus ou de fortune, c’est la question de l’inégalité politique fondamentale qu’instaure le capitalisme même : les salariés vivent sous des rapports de subordination et d’obéissance. Le rapport salarial, avant d’être au principe d’inégalités monétaires, est un rapport de domination, et ceci est le principe d’une inégalité fondamentale qui est une inégalité politique. C’est bien de cela, les gens l’ont parfaitement compris, qu’il est question avec la loi El Khomri : cette loi approfondit comme jamais l’arbitraire souverain des patrons, qui peuvent désormais faire exactement ce qu’ils veulent de la force de travail.

 C’est ça, la vraie question : la question de l’empire du capital sur les individus et sur la société tout entière. Et c’est cela la gauche : le projet de lutter contre la souveraineté du capital. Évacuer l’idée de gauche au moment où la lutte doit se radicaliser et nommer ses vrais objets — le salariat comme rapport de chantage, le capital comme puissance tyrannique — c’est à mon sens passer complètement à côté de ce qui est en train de naître après des décennies de matraquage néolibéral, et au moment où les gens sortent du KO pour commencer à relever la tête. Et c’est par là, j’en ai peur, commettre une erreur stratégique considérable.

 Même si on pense à une « mobilisation permanente », pour renverser le rapport entre capital et salariat, il faut un pouvoir sur les ressources et une énorme participation à un projet de gouvernement. La mobilisation Nuit debout doit-elle aspirer à être constituante ?

 C’est ce que je crois fondamentalement. Le débouché constituant s’impose à mes yeux pour deux raisons. La première est qu’il offre une solution à ce que j’appellerai la contradiction Occupy Wall Street/Podemos. Occupy Wall Street a été un très beau mouvement… mais complètement improductif. Faute de se donner des objectifs politiques et une structuration, ce mouvement s’est lui-même condamné à la dissolution et à l’inanité. A l’exact opposé, Podemos représente le débouché politique de 15-M, mais sous une forme ultra classique, au prix d’ailleurs de la trahison de ses origines : un parti classique, avec un leader classique, qui joue le jeu classique des institutions électorales… Et se retrouve dans la tambouille des coalitions parlementaires comme le plus classique des partis classiques…

Comment sortir de l’antinomie entre l’improductivité et le retour à l’écurie parlementaire ? La seule réponse à mes yeux est : en se structurant non pour retourner dans les institutions mais pour refaire les institutions. Refaire les institutions, ça veut dire réécrire une Constitution. Et voici alors la deuxième raison pour laquelle la sortie par la Constitution a du sens : le combat contre le capital. Pour en finir avec le salariat comme rapport de chantage, il faut en finir avec la propriété lucrative des moyens de production, or cette propriété est sanctuarisée dans les textes constitutionnels. Pour en finir avec l’empire du capital, qui est un empire constitutionnalisé, il faut refaire une Constitution. Une Constitution qui abolisse la propriété privée des moyens de production et institue la propriété d’usage : les moyens de production appartiennent à ceux qui s’en servent et qui s’en serviront pour autre chose que la valorisation d’un capital.

Lire l’intégralité de l’entretien sur le site Reporterre

http://2ccr.unblog.fr/2016/04/18/nuit-debout-extrait-dun-entretien-de-frederic-lordon-au-quotidien-italien-il-manifesto/


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • Phoébée 18 avril 11:49

    Oui mais ça, Lordon peut vous en pondre à l’infini .... De l’analyse verbeuse à la pratique il n’y a qu’un pas qu’il ne franchira jamais : L’entrée dans l’arène politique .


    • binnemaya 18 avril 12:01

      Bonjour à tous,
      Nous les Gentils Virus sommes très heureux que Lordon se rallie au idées d’Etienne Chouard qui sont effectivement fondamentales


      • Jo.Di Jo.Di 18 avril 12:40

        @binnemaya
         
        La lotocrassie des hoplites bobo shiteux grand remplacés pousseurs de Caddie ?
         
        Faut rire ? smiley


      • Jo.Di Jo.Di 18 avril 12:53

        La contingence suffisante et nécessaire à la liberté du veau du bac à sable consumériste s’appelle le capitalisme.
         
        Qui se torche le cul avec le papier constitutionnel, car le Capital est l’essence même du veau bobo, comme la Foi était celle du serf, mais au moins, comme disait Marx, la Foi fleurissait la chaîne de l’aliénation ... le Caddie ne fait que la rendre graisseuse, libidineuse, sodomitique.


      • binnemaya 18 avril 15:25

        @Jo.Di
        pour ceux dont le lien ne marche pas :


      • Jo.Di Jo.Di 18 avril 18:13

        @binnemaya
         
        10 millions d’ex-français de plus prévus « grâce » à la belle surnatalité africaine importée ....
        33% de naissances d’origine extra_UE ... Payez pour être bétonné grand remplacé burkinisé ubérisé... bref boboïsé gôôôchisé ...
         
        Prévoyez la votation pour plus de bétonnage de cages à bobo et des Darty qui vont avec.... aux frais du contribuable lotocrasse ....
         
        Par Bouygues avec Du flot de béton HQE .... et devant .... un beau trottoir à dealers chômeurs, avec 9 poubelles de couleurs différentes ....
         


      • Croa Croa 18 avril 21:35

        @binnemaya : « que Lordon se rallie au idées d’Etienne Chouard »
        *
        Non, qu’il commence à se rallier !
        Car Lordon croit encore à la bipolarisation. Chouard sait déjà qu’il n’y a qu’un seul peuple et que le reste c’est du flan (Comme Podemos.)


      • DanielD2 DanielD2 18 avril 12:07

        « Une Constitution qui abolisse la propriété privée des moyens de production et institue la propriété d’usage »


        Whouaaaa, incroyable, le manifeste du parti communiste, 1848. Avec des idées aussi nouvelles et qui ont tellement bien réussi au cours du 20 siècle, ça ne peut qu’enthousiasmer les foules. 

        • liberty1st liberty1st 19 avril 17:15

          @DanielD2
          C’est vrai qu’en face, le capitalisme à fait bien mieux au 20 ième siècle.

          La planète n’a jamais été aussi saine, les hommes n’ont jamais été été aussi heureux qu’aujourd’hui, la faim dans le monde a été éradiquée, tout le monde à accès à de l’eau potable, la culture, l’éducation, le partage sont devenue les grandes valeurs humaines et le monde ne connait plus la guerre ! Et le 21ème siècle s’annonce tellement prometteur !
           
          Réalité
          Forêt, océan + monde animale : destruction avancée
          Culture : Gangnam style est la vidéo la plus regardé dans le monde
          Terrorisme dans le monde : en augmentation
          Guerre : non-stop
          Démocratie : ... oligarchie, gouvernements mafieux, système corrompu, impunité pour les riches
          Société de la surveillance généralisé : finalisée
           
          Mais bon il a des bon côté aussi :
          un bon coca en écoutant du Justin Bieber et en commentant sur agoravox, et si c’était ça le secret du bonheur ?!


        • Jo.Di Jo.Di 18 avril 12:36

          Quand Lénine dit « le communisme c’est les soviets plus l’électricité »
          il a raison
          c’est un expressivisme ontologique (une vision) et un scientisme (la recherche humaine comme absolu)
          Mais quand il dit « La liberté sera assuré par le parti bolchevique et sa gestion parfaite » ...
          il a oublié Kant, Hegel et Marx
           
          Et les branleuses debout aussi avec leurs « libertés négatives » d’auto-gérance-individuelle libidibeuse supprimant toutes les « oppressions extérieures » et ttes leurs formules vides de « libération »
           
          La liberté est une vision du façonnage de sa propre nature et des contingences qui vont avec.
           
          Le puissant soviétisme a échoué, virant dans une survie du Parti, c’est pas les petits branleurs qui vont réussir !
           

          Pauvres veaux grand remplacés à la vacuité fatuité.... Financés par Soros .... Encensés par Attali ....


          • Shawford Shawford 18 avril 13:17

            @Jo.Di

            Tu nous proposes donc un grand suicide collectif pour laisser la place aux maîtres du monde avec robots & co, pour un vrai grand remplacement successfull ? smiley smiley


          • Jo.Di Jo.Di 18 avril 14:30

            @Shawford
            Marx a cette formule (qui vient de Hegel, je suis dans Hegel en ce moment ....)
            « Il ne suffit pas que la pensée recherche la réalisation, il faut encore que la réalité recherche la pensée. »
             
            Le 1er Grand Remplacement par les Rokkaya Burkini :
             
            L’invocation du « grand saut » est une totale vacuité .... car n’est que négation des contingences « liberticides » d’un existant ontologique-historique non remis en question .... c.a.d exiger une pseudo-liberté sans contenu ....
             
            Le branleur debout pantalon baissé grand remplacé
             
            reste fourré au shit + iped18 + Caddie et se contente de critiquer la « négation » de l’accès à son suppositoire
            ( pour tous .... par opportunisme, c.a.d « parfumé » à un sans-frontièrisme, anti-capitalisme Bobo Chanel snobinard PCanal+ dont la grand penseuse est Rokhaya Diallo ; et pour le FN, c’est suppositoire pour le « souchien » .... lire Clouscard)
             

            Or, pour reprendre une grande formule gôôôchiste, la négation (par le branleur) de la négation (de la liberté) contient l’affirmation (de la nouvelle liberté), mais elle ne le fait que sur un sens de l’Histoire supposée découverte dans l’homme générique (Marx) où Esprit du Monde immanent (Hegel),
             
            Parenthèse : C’est en se référant à cet esprit de synthèse dialectique entre le christianisme originel et les modes d’être antiques et médiévaux des communautés paysannes de la vieille Europe (pas Burkini) que Marx pouvait soutenir que là était née spécifiquement la conscience que l’homme en tant qu’homme du logos critique peut accéder distinctement à la rationalité de l’histoire (sens) en tant que mouvement historique de la rationalité distincte (l’homme générique)
             
            Le 2e remplacement par l’homme générique devenu plus que générique, transhumaniste,
             
            est un Esprit du Monde pas bobo de gôôôche ... même un branleur debout pantalon baissé grand remplacé dans son supermarché en a l’intuition ....


          • Jo.Di Jo.Di 18 avril 14:44

             en attendant que le généticien Frankenstein change cette réalité .... la pensé restera celle du bobo.


          • Shawford Shawford 18 avril 16:24

            @Jo.Di

            Y’a quand même la solution : ne plus supermarcher, et pi sait tout.
            Quand tu n’attends rien du barnum quel qu’il soit et que tu vis en circuit local avec en point de mire la nécessaire autonomie complète, tu risques plus rien smiley


          • Jo.Di Jo.Di 18 avril 18:40

            @Shawford
            Oui mais c’est anecdotique, et ça dépend du « pourquoi » ... si c’est pour un « retour à la Nature » c’est sans valeur. Le bonobobo vert réactionnaire à l’insu de son plein gré au cheval de traie ... de la branlette de fils à papa hippie.
            De plus l’autonomie demande du terrain pour un potager par ex, un accès à du bois, pas de l’importation de colons du mondialisme, surnatalité entassée et financée dans les ghettos et les Darty
             
            Et du temps .... donc virer tte production/importation superflue ... donc changer richesse pour ?

            La Traban obligatoire pour le bobo de gôôôche ? smiley
             
            "Le plus haut point de rupture envers cette société technicienne, l’attitude vraiment révolutionnaire, serait l’attitude de contemplation au lieu de l’agitation frénétique.« Ellul
             
            Je n’y crois pas, le démiurge de la production est un »immanentisme« radical à l’hybris tte puissante. Son pouvoir est totale. Mais orienter cette production c’est VOULOIR choisir son éthique (de producteur). Mais c’est un rapport dialectique sur le temps, qui se fait dans un chgmt de mentalité ; LIÉE à l’Histoire (qui le veut), pas le grand saut du grand soir debout... Et cet »anti-capitalisme« n’est qu’un rejet (écologie, anti-consumérisme etc ...) sans FONDATION, juste un rejet mais sans alternative de »puissance". Donc une branlette ....


          • Shawford Shawford 18 avril 18:48

            @Jo.Di

            Soit, mais alors as tu ne serait-ce qu’une seule alternative crédible (tu ne vas quand même pas me dire que le communisme est possible, j’en poufferais vu ton dégoût total et justifié de la condition humaine) et non funeste ?

            Allez guru, fais un effort, une goutte d’espoir dans ton nihilisme, pour changer smiley


          • Jo.Di Jo.Di 18 avril 18:57

            En fait ce « rejet » du capitalisme par « sensation indéfinissable » que la société nous même pas où on veut, dans un individualisme puriné technicien sans « communion » (nature, peuple, race, religion) ce qu’en philo on nomme la chute de l’expressivisme (pour frimer) mena aux plus belles contre-réactions sanguinaires ; romantisme mortifère du « viva la muerta »... quand la crise décrédibilisait le Capital (1929), où quand les circonstances géopolitiques s’y prêtaient.
             
            Daesh joue sur le truc (oumma), le nationalisme russe etc.... Mais ça ne tient pas la longueur, on ne remonte pas le fleuve de l’Histoire. L’Idée est une réincarnation pas le déterrage d’un fossile.
             
            De plus le multi-ethniquage multi-acculturage est un broyeur de fossiles.


          • Jo.Di Jo.Di 18 avril 19:08

            @Shawford
            « communisme » n’a pas le sens qu’il devrait avoir ... Le « communisme » est l’Idée d’une communauté pour une « volonté de puissance » à la base, et pour Marx cette puissance est la « communauté sociale sans classe quasi archaïque qui amène la liberté et le progrès conforme à l’homme générique, c.a.d en gros à homo faber et non homo economicus »
             
            Dans une version moderne elle pourrait être « la communauté qui cherche l’immortalité, la dénatalité écologique, la conquête des étoiles, la priorité à la recherche, la puissance technique transhumaniste, au lieu de faire des yachts à robinets en or pour les babouches et des écrans plasma Darty pour les 9 sœurs à Coulibaly »
             
            Elle va dans le sens de l’Histoire, et y pose une Idée. Là est le marxisme.

            Évidement on s’éloigne beaucoup du bobo à Soros antifa ...


          • lsga lsga 18 avril 19:12

            @Jo.Di

            « Le communisme n’est pour nous ni un état qui doit être créé, ni un idéal sur lequel la réalité devra se régler. Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel. »

            ça va ? C’est clair ? 

            Ceux qui prétendent amener un société idéale, ce sont les idéalistes, c’est à dire les bourgeois et les fascistes. Les communistes sont matérialistes, ils ne prétendent rien d’autre que de faire la révolution, c’est à dire de renverser l’ordre établi. 



          • Shawford Shawford 18 avril 19:13

            @Jo.Di

            Yup mais au train où vont les choses la communauté risque quand même le plus surement d’être réduite à quelques Gogols premiers et leurs silliconné(e)s valets smiley


          • Jo.Di Jo.Di 19 avril 10:01

            @Shawford
            Actuellement les gogols en benêts rouges, avatars dégénérés manipulés par Soros sont juste là pour distraire les putes médiatiques, assis avachis tortillant du cul devant les caméras de la Ripoublik.
            C’est sûr qu’un chgmt de paradigme met des siècles, et vient principalement du « progrès ».
            Pour la propagande à gogols Marx en restait à la lutte des classes simpliste, qui dans la période actuelle perd tte sa signification (comme prévue), le prolétaire voulant aussi accumuler son petit capital, consommer des conneries, l’auto-entrepreneur, la social démocratie redistributive, le capitalisme « jouissif » est « intériorisé » dans la culture etc ... et ne reste que la base, la lutte de « paradigme ontologique », qui ne prendra de l’ampleur que bientôt. Mais c’est au delà de la capacité du gôôôchiste fossilisé....d’où sa décrédibilisation.
             
            « La dépréciation du monde des hommes augmente en raison de la valorisation du monde des choses. Le travail ne produit pas que des marchandises ; il se produit lui-même et produit l’ouvrier en tant que marchandise, et cela DANS LA MESURE où il produit des marchandises EN GÉNÉRAL » Manuscrit économique et philosophique Marx
             
            L’important ici est le « EN GÉNÉRAL ». Tout Marx est là. Et c’est encore plus valable actuellement.
             
            Le marxisme est une ontologie, mais Marx afirme une téléologie matérialisme de l’Histoire (une ruse en fait pour cacher son idéalisme, à la Hegel), Marx est par ex pour le libre-échange (pour les 2 rattrapages, psychique et géographique, mais contre l’immigration de « jaunes » contre les menuisiers de Liverpool ...) que le Capital domine et se modernise sur tte la planète (par contre il avait pas prévu l’explosion démographique). Car le progrès capitaliste est nécessaire à ce chgmt de paradigme ontologique. Comme Hegel il veut ramer dans le sens du fleuve de l’Histoire, à quoi l’africain répond que ça n’a aucun sens (proverbe), et choisir une plage « sans classe » pour accoster. De son temps il y avait des rameurs potentiels, plus maintenant. Toute la barcasse (à migrants) est séduite par son rafting consumériste ....


          • Jo.Di Jo.Di 19 avril 10:33

            Le modèle ontologique (consumériste) du Capital ne peut plus assurer le « fétichisme de la valeur argent de la marchandise produite EN GÉNÉRAL », car « l’immortalité ne peut se vendre comme le reste », et le « socius » (le réseau humain scientifique et productif) a « absorbé » la possibilité de « taxation de la plus-value » car le Capital est « décrédibilisé » comme outil de « progrès » et source de « richesse » face à la science (le socius) => chgmt de paradigme. La classe révolutionnaire ? Les vieux peut être !  smiley
             
            C’est une fin eschatologique marxiste, le socius ramène homo-faber.


          • Gatinais33 Gatinais33 19 avril 16:37

            @Jo.Di
            Pour le peu que je comprends, l’hom’o caddy s’abandonne au socius comme le mercenaire au tyran.

            Tandis que le voocaddy, rangeant sa carte de crédit, élimine la dose d’anxiété que lui procure l’improbable non-renouvellement de son crédit à consommer, levons le nez vers son futur. Quand, sortant du fabdarty avec son robot-faber dernier cri, il ira se plonger dans la free-roboothèque à la recherche de la séquence d’instructions pour son robot-faber d’où sortira le véhicule dronisé à réalité augmentée de ses rêves (je ne parle que du voocaddy idéaliste, pas du voocaddy lubrique si facile à satisfaire.) Un joyeux zanonymhacker aura glissé dans cette roboothèque la séquence involutive de re-création du robot-faber. Comme un seul homme, trangressant l’alarme du fabdarty (celle qui lui dit : si vous utilisez ette séquence involutive, vous n’aurez plus accès au fabdarty,) notre voocaddy de se dépêcher de cloner son robot-faber après avoir aspiré la free-roboothèque. Ce sera la fin du voocaddy car, même si par le plus grand des hasards la séquence involutive n’était pas buggée, le processus de clonage ne pourrait que dégénérer du fait d’imprévisibles grains de sable altérant la qualité du produit.

            Je ne sais si Jo.DI appréciera cette vision techniciste, je crains de ne pas répondre au « que proposez-vous ? » de Shawford. Alors je vous propose une wiki-citation :

            Le doute est un hommage rendu à l’espoir. Ce n’est pas un hommage volontaire. L’espoir ne consentirait pas à n’être qu’un hommage.

            (https://fr.wikiquote.org/wiki/Comte_de_Lautr%C3%A9amont )


          • Jo.Di Jo.Di 19 avril 18:43

            @Gatinais33
            Désolé mais je n’ai rien compris, je ne parle pas le borborygme geek vernaculaire snobinard.


          • Gatinais33 Gatinais33 19 avril 19:03

            @Jo.Di
            Snobinard, c’est pas gentil !
            Geek, c’est pas moi, mais ce sont les plus drôles des scientistes.
            Pour le reste, j’essayais de faire du Jo.Di. Désolé pour les barbarismes.
            Voocaddy = veau au caddy
            Le fabdarty, c’est quand Darty vendra des choses qui ressemblent aux imprimantes 3D. On appellera ça des robot-faber, en attendant le retour de l’homo-faber.

            J’essaie de dire que l’individu scientiste aspire à posséder tout le savoir et la capacité de création de l’humanité, et que cette aspiration le perdra.
            Encore plus vernaculaire : on n’est rien sans les autres.

            Ma petite métaphore est quand même basée sur mon vécu récent.


          • Jo.Di Jo.Di 19 avril 19:46

            @Gatinais33
            J’essaie de dire que l’individu scientiste aspire à posséder tout le savoir et la capacité de création de l’humanité, et que cette aspiration le perdra.
             
            « La parfaite connaissance nous ferait probablement tourner autour des choses, froids et brillants comme des astres ... encore un court instant ! Et ce serait notre fin ... » Nietzsche
             
            sous-jacent pose un « anté-prédicatif » (j’avais fait un article dessus), c.a.d que l’homme doit se référer à un absolu-invariant (l’Être), une âme, une osmose invariante avec la Nature par ex, ses instincts insurmontables etc ... une fixité loi « donnée » (prédicat) « avant » (anté)
            Alors pas de téléologie (sens de l’Histoire), donc pas de « rationalité » à rechercher.
            Et on tombe sur du stoïcisme passif, Spinoza, Schopenhauer .... et Nietzsche, le monde va à la décadence.
            Alors cette soumission à l’anté-prédicatif ouvre la voie à la religion, au fatalisme, au désespoir, (amor fati) ET au libéralisme !
             
            Et le libéral peut se servir de Nietzsche :

            • Contre la décadence une élite ! (Koudenove-Kalergi)
            • Pour le peuple « panem et circenses » ....
            • Le Marché est l’ordre naturel, instinctif, religieux, etc ... l’anté-prédicatif insurmontable.
             
            L’anté-prédicatif est la marque du philosophe libéral.

          • Jo.Di Jo.Di 19 avril 19:57

            Et c’est pour ça que l’Empire GlobalState US libéral adore l’anté-prédicatif barbu .... malgré l’apparente contradiction.
             
            « La politique américaine, vous savez ce que c’est ? C’est on adore les fondamentalistes religieux si ils sont libéral économiquement, c’est comme ça depuis des années, c’est leur credo… On est dans un paradoxe total. [mais non ... barbu importé doit tuer le logos marxiste en UE ... complice : La Baudruche ...] »
             
            Juge antiterroriste pendant 10 ans, Marc Trévidic.


          • Gatinais33 Gatinais33 19 avril 21:22

            @Jo.Di
            Avant de commenter, j’avais parcouru le fil que vous avez lancé sur le marxisme, mais zappé le concept d’anté-prédicatif. C’est sur ce fil que j’irai creuser, sinon nous larguons Lordon.

            Ma prof de philo se pâmait juste à prononcer les mots qui désignent les philosophes et résument leurs réflexions. Les plus hardis disaient qu’elle se branlait en public... Elle m’aurait rendu scientiste, mais j’ai résisté. Tout ça pour dire que je me contente de lire les commentaires quand ils se réfèrent à une culture que je n’ai pas.

            La culture Epinal insinue que les fous du Mayflower ne sont pas morts. Votre explication me semble valider ce raccourci.

            Pour quitter les USA, voici une anecdote vécue. Il y a quelques temps, je déjeunais avec une jeune collègue qui venait de passer quelques années au Brésil. A ma grande déception, elle m’a décrit un pays envahi par le consumérisme. Ses yeux étant fort stimulants, il fallait que je trouve une astuce « ce sont des pousseurs de caddy, eux aussi ? » ai-je dit. Elle a souri, et moi aussi quand j’ai retrouvé ce concept dans vos propres borgborymes.


          • Gatinais33 Gatinais33 19 avril 21:23

            @Gatinais33
            ... borborygmes


          • foufouille foufouille 18 avril 13:35

            " En France, les dénégations du clivage droite-gauche ont de très mauvais échos. On entend ça soit dans la bouche de ce que j’appelle la droite générale, à savoir la droite classique et cette nouvelle droite qu’est le parti socialiste — la droite générale, si vous voulez, c’est le parti indifférencié de la gestion de la mondialisation néolibérale —, soit à l’extrême-droite.« 
            surtout dans la france d’en bas, mais pour le savoir il faut vivre avec.
              »En France, quelqu’un qui dit qu’il n’est « ni de droite ni de gauche » est immanquablement de droite, ou finira à droite."
            la gauche au faux cul FDG et autre 5% de votants grand maxi, c’est donc très restrictif et islamophilie obligatoire.


            • BA 18 avril 14:07

              Ces individus qui insultent et qui crachent sur Finkielkraut ont la mentalité stalinienne.

              La mentalité stalinienne, c’est ceci :

              « Je suis démocrate, je suis un grand démocrate, je parle pendant des heures de la démocratie, je parle pendant des heures de la liberté d’expression, je te laisse t’exprimer SI TU AS LES MEMES IDEES QUE MOI. Sinon, je t’insulte, je t’empêche de parler, je te crache dessus, et plus si affinités. »

              Nuit Debout, c’est le masque de la démocratie, et sous ce masque c’est des stals.



              • hervepasgrave hervepasgrave 18 avril 14:55

                Bonjour,
                Il y a une chose que j’ai oublié de dire sur la page de commentaire de« 2ccr »
                Et c’est certainement une chose que tous devraient avoir en tête ou du moins y penser. La critique des 1% n’est qu’une excuse bidon .Pour qu’elle existe cette classe des 1% il y derrière la classe moyenne ,la vrai qui doit être de l’ordre de 25%(au pif sans chiffre) et derrière les suiveurs (qui suivent avec la peur au ventre et n’ont de but que leurs fesses,la société s’arrête au bout de leur nez) elle doit être tout aussi au pif de 25 %. il ne reste que 49% pourcent de gens qui savent ce qu’ils vivent ; cela laisse donc les 25% de gens qui s’accrochent et font balancer la bascule en fonction de leurs humeurs,peurs, et du contexte général. Ce n’est pas le pourcent que décrit Fréderic Lordon ,je ne dois pas être loin en supposant qu’il est n’est pas dans les 49% pourcent qui reste le bougre (il a un nom ,un beau nom de premier de la classe ,un nom qui doit être bon pour un auteur littéraire,« hum !Hum ! »
                Alors la guerre,s’il y a guerre/révolution elle est devrait être intelligemment faite ailleurs (c’est simplement une histoire de société) là tout est fait pour embrouiller les cartes. Il ne faut pas se laisser abuser par qui que cela soit .politiques,journalistes,soit disant extrémistes,polémistes il ne travaillent pas pour une meilleur société ,c’est une belle embrouille.Et ils aimeraient que les 49% se mettent en colère pour leurs fortunes personnels.A méditer aujourd’hui ,car tout est fait pour pousser la/les populations a déraper dans le mauvais sens.


                • Deepnofin Deepnofin 18 avril 15:54

                  Je remercie F. Lordon d’avoir dit : " En France, quelqu’un qui dit qu’il n’est « ni de droite ni de gauche » est immanquablement de droite, ou finira à droite. " . J’étais de droite jusqu’en 2011 et depuis je pisse sur ce clivage.

                  J’ai choisi le camps le plus simple, celui du conspirationnisme. Et comme je crois qu’on ne peut pas bâtir un bon futur sans connaitre ni le passé ni le présent, je pense que si on veut réellement s’en sortir, réécrire la / les constitutions ne serait pas assez efficace. Il faut exiger que les pays dotés d’Intelligence déclassifient tous leurs dossiers, et qu’on passe 10 ans à réviser l’Histoire ( d’ailleurs, le Révisionnisme n’est pas une insulte, encore moins un crime, regardez ce qu’en dit notre pote Wiki ).
                  L’avantage avec cette pensée, c’est qu’elle apparait comme totalement irréaliste, utopique. C’est tellement plus simple de servir à rien :D Faites moi confiance, ça fait 30 ans que jpratique ce truc.


                  • Christian Hivert Christian Hivert 18 avril 16:22

                    « Nuit debout » oui mais : le démarrage de cette occupation est le fait d’une poignée de carriéristes qui occupent le devant de la scène spectaculaire des fausses luttes, ce que l’on appelle les extincteurs, qui viennent faire rentrer tout le monde à la maison pour aller porter la parole des pauvres à qui on fait accepter l’inacceptable, DAL est une création d’État il y a trente ans pour détruire le comité des mal logés qui devenait trop puissant et occupait des dizaines d’HLM refusant les relogement en taudis ou hôtels de marchands de sommeil, DAL n’a jamais obtenu de véritables relogements, toute leur propagande est mensongère, mais les centaines de personnes rassemblées sur la place ou qui commencent à se rassembler dans les autres villes ne sont pas DAL, et sont sincères, y a ras le bol et vrai désir de trouver des solutions pour influer sur les pouvoirs responsables, donc DAL est débordé pour le moment, sauf si le porte parole de tout cela redevient à nouveau l’extincteur en chef « Jean Baptiste Eyraud » président dictateur à vie de DAL, d’où risque de récupération du mouvement par ses habituels comparses manipulateurs et militants professionnels de l’arc ATTAC-NPA-SUD… pour le moment ils sont débordés…

                    beaucoup de mes critiques figurent sur les pages de discussion des articles de Wikipédia concernant ce triste personnage ainsi que celle de l’organisation politique DAL créée en 1991 par les forces politiques du futur gouvernement de la Gauche Plurielle avec l’ardent soutien guerrier de Cambadelis (souvenir personnel de l’avoir eu face à moi éructant des menaces alors que nous nous rendions à un soutien à des occupants de HLM du comité des mal logés dont je faisait parti)

                    Le reste on peut le trouver en feuilletant la brochure du comité des mal logés que l’on peut trouver en ligne et télécharger sur http://www.mouvementautonome.com sur les liens de gauche, où en plus de cette brochure figurent un certain nombre d’articles dénonçant les mauvaises pratiques de l’association ainsi que l’affairisme de son propriétaire à vie

                     


                    • Elisa 18 avril 16:26

                      Totalement d’accord avec la manière dont Lordon réhabilite le clivage gauche/droite.
                      Mais il est une autre confusion qui en justifie cette réhabilitation.
                      D’aucuns (et on en trouvera aisément la position sur l’échiquier politique) s’affirment anti-système et pointent comme adversaires les élites.
                      Ce paradigme idéologique a une double fonction :
                      -Pointer un système sans le qualifier est un moyen de ratisser large : cela permet et de réunir (souvent à leur insu ) ceux qui veulent se battre contre le système d’exploitation capitaliste avec ceux qui incluent pêle-mêle dans le « système » l’assistanat, la fonction publique et l’accueil des étrangers, bref tout ce qui fait la fortune des tea party états-uniens.

                      -Définir comme adversaire les « élites » est une rhétorique qui évacue la cause de la situation que l’on prétend dénoncer. Ce sont bien ceux qui exploitent le travail humain et qui en tirent des profits gigantesques qui sont les responsables. Et Frédéric Lordon a bien raison de préciser qu’« il faut en finir avec la propriété lucrative des moyens de production ».


                      • Croa Croa 18 avril 22:14

                        À Elisa
                        C’est pourtant beaucoup plus juste que d’imaginer un système avec un camp dit de gauche et un camp dit de droite.
                        Désigner les « élites » c’est bien désigner le seul et véritable adversaire du peuple, et si ces « élites » ne sont pas -éventuellement- les propriétaires des moyens de production, force est de constater qu’elles sont au moins à son service bien plus qu’elles ne seraient « représentantes du peuple ».
                        *
                        Oui, Frédéric Lordon a bien raison de préciser qu’« il faut en finir avec la propriété lucrative des moyens de production » Mais il lui reste à comprendre pourquoi cette propriété est légitime, comment fonctionne le système et même que finalement il en fait partie. Suite à quoi sa soit disant gauche restera une opposition, une opposition de théâtre ! (Il n’en a pas conscience bien sûr.)


                      • julius 1ER 18 avril 16:52

                        Pour en finir avec l’empire du capital, qui est un empire constitutionnalisé, il faut refaire une Constitution. Une Constitution qui abolisse la propriété privée des moyens de production et institue la propriété d’usage : les moyens de production appartiennent à ceux qui s’en servent et qui s’en serviront pour autre chose que la valorisation d’un capital.


                        j’aurais plutôt dit « pour en finir avec l’emprise du Capital » qui est un empire .....
                        cette notion de vampirisation et de prédation n’est pas assez soulignée par cette redondance ou tautologie .... mais ce n’est qu’un avis bien sûr !!!!

                        • Onecinikiou 18 avril 16:55

                          Le capitalisme se base sur une réalité anthropologique : il y a des dominants et des dominés. Des mâles et des femelles alpha dans une faible proportion, et le reste constitué de bêta dans une grande. 


                          Robert Gil et bien d’autres naïfs voudront décréter la fin ou le dépassement de cette réalité, qui structure toute organisation au sein du vivant, qu’ils n’y arriveront pas, pas plus que les expériences communistes qui ont appelé à l’avènement de l’homme nouveau n’y sont parvenues autrement qu’en provoquant, au passage, 100 millions de morts. 

                          On peut critiquer le capitalisme, on peut souhaiter le réglementer et le régenter, on peut même y arriver puisque cela a été démontré réalisable par le passé malheureusement lors de graves crises. On peut réduire drastiquement les inégalités par une audacieuse politique volontariste. 

                          Rappelons qu’aux Etats-Unis, pays qui n’a pas de grande tradition socialiste, la taxation marginale sur les plus hauts revenus (ménages et entreprise) dépassait les 90% pendant près de quarante ans le siècle passé. C’est lors de cette période que la croissance réelle de la production et des revenus fut la plus forte. 

                          On peut souhaiter cela, mais croire que l’on pourra créer une société parfaitement égalitariste, supprimer la propriété privée, supprimer tout rapport de domination entre les uns et les autres, c’est rêver que l’on pourra révolutionner l’(homme et sa nature profonde, c’est en réalité créer les conditions d’un chaos que l’on a pourtant déjà entrevu, et qui bien plus cauchemardesque que ne le sera jamais les conséquences d’un capitalisme raisonné. 

                          Ainsi, lors de l’existence du rideau de fer, on a pas connu d’individu passant le mur pour fuir à l’Est, pas même un tartuffe comme Robert Gil. 



                          • Albert123 18 avril 17:03

                            K Marx qui n’était ni de droite, ni de gauche et surtout pas Marxiste serait donc de droite si on suit Lordon.


                            Lordon veut donc faire de la politique et donner de la patée a ses electeurs, il utilise donc la fausse logique des médiocres qui affolent tant l’inculture des electeurs et des veautants.

                            Et là ou podémos relance une forme de lutte des classes, Lordon annonce bien que son seul souci est de réaffirmer l’inutile débat droite / gauche celui qui ne peut heurter pas le bobo bien pensant qui compose l’essentiel de ce mouvement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès