Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > « On ne peut plus se dire en République »

« On ne peut plus se dire en République »

Entretien en exclusivité pour Agoravox avec André Bellon, philosophe, ancien député socialiste et ancien président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale. André Bellon a dernièrement publié dans les colonnes de Marianne un « Manifeste pour une Assemblée constituante ».

- Le canard républicain : « M. Bellon, vous avez participé à l’ouvrage collectif "Mémento du républicain" (1) en 2006. Quel était l’objectif de celui-ci ? ».

- André Bellon : « Il faut redonner sens et valeur aux principes républicains : Liberté, Egalité, Fraternité, mais aussi Laïcité, lutte contre les communautarismes. Le "Mémento du républicain" a été écrit dans ce but. Il s’agit d’un texte simple, explicatif et didactique. »

- Le canard républicain : « Pensez-vous que nous soyons encore aujourd’hui en République ? Que pensez-vous de groupes tel le Comité Valmy (2) avec qui vous avez été en relation contre cette dérive ? »

- André Bellon : « On ne peut plus se dire en République à partir du moment où le discours politique n’est plus qu’un discours de fatalité. F. Mitterrand, en reprenant le thème déjà développé par Mme Thatcher, à savoir "il n’y a qu’une seule politique possible" a accepté la disparition de la volonté politique et de la souveraineté populaire. Depuis lors, la chose n’a fait que s’aggraver jusqu’au coup d’Etat que vient de faire Nicolas Sarkozy, soutenu en cela par le PS contre la volonté exprimée par référendum le 29 mai 2005. Il faut se mobiliser contre les coups de force et j’apprécie ceux qui, comme le Comité Valmy, en appellent à retrouver les principes du Conseil national de la Résistance »

- Le canard républicain : « Vous avez dernièrement lancé un "Manifeste pour une Constituante"(3). Pourriez-vous nous donner des précisions sur votre initiative ? »

- André Bellon : « Le "Manifeste pour une Constituante" vient justement répondre aux dénis de démocratie qui sont monnaie courante dans le système présidentiel, quasi bonapartiste en France, renforcé par une pression permanente des autorités de Bruxelles sans contrôle réel des citoyens. Il est une proclamation à changer une règle du jeu oligarchique, antidémocratique et à retrouver une expression populaire véritable. Il est aussi un appel à réhabiliter une philosophie humaniste qui reconnaît les droits des humains à maîtriser leur propre destin. Nous avons, dans cette optique, créé une "Association pour une Constituante" à laquelle nous appelons à adhérer tous les démocrates. »

- Le canard républicain : « Pour terminer, votre dernier ouvrage, Une nouvelle vassalité (4), est particulièrement dur avec le Parti socialiste. Vous êtes vous-même un ancien député socialiste. Que pensez-vous du PS actuel et de ses principaux dirigeants ? »

- André Bellon : « Le PS actuel n’a plus de gauche que le nom. Nom parfaitement usurpé. Il n’est même plus démocratique et méprise le vote populaire comme on vient de le voir à propos du nouveau traité. Dans mon ouvrage Une nouvelle vassalité, je décris essentiellement par quel processus il en est arrivé à ce formidable reniement. Pour le reste, il faudrait surtout cesser de croire qu’il peut être désormais autre chose. Il n’est pas extrémiste de dire qu’il y a parfois des ruptures nécessaires. De ce point de vue, il est normal que J.-P. Chevènement affirme, comme il l’a souvent fait, ses options vis-à-vis de la nation et de l’Europe. Il serait, cela étant, plus crédible s’il ne soutenait pas lors des échéances présidentielles une candidate la plus à droite, la moins démocratique et la moins sociale qu’ait eu le PS. »

- Le canard républicain : « Merci de cet entretien M. Bellon. Je rappelle qu’on peut vous retrouver régulièrement sur le site du groupe République ! que vous avez créé, soit "www.le-groupe-republique.fr ". »

(1) Mémento du républicain, éditions Mille et une nuits, mars 2006. Ouvrage collectif d’André Bellon, Inès Fauconnier, Jérémy Mercier et Henri Pena-Ruiz.

(2) Comité Valmy, 4 impasse de la Grosse-Bouteille 75018 Paris

(3) Manifeste pour une Assemblée constituante par André Bellon

(4) Une nouvelle vassalité. Contribution à une histoire politique des années 1980, d’André Bellon, éditions Mille et une nuits, mars 2007.

(5) Contacter André Bellon : andre.bellon@polytechnique.org

Documents joints à cet article

« On ne peut plus se dire en République »

Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 10 décembre 2007 11:28

    Voila l’exemple type des ex-curés défriqués qui sont venus au PS avec leur idées misérables de la compassion sociale

    Mais que fait-il au PS ce pauvre « socialiste » ??????

    Il parle,parle,parle,écrit,écrit,écrit et c’est tout !

    Il n’apporte RIEN ,car il ne représente rien,il est à l’image du PS depuis des années.


    • Traroth Traroth 10 décembre 2007 14:34

      Eh oui, la politique, c’est d’abord un monde d’idées. Et les idées, ça se pense d’abord, ça se communique ensuite, oralement ou par écrit. Il serait temps de le remarquer.


    • Nobody knows me Nobody knows me 11 décembre 2007 11:33

      Voila l’exemple type des ex-curés défriqués qui sont venus au PS avec leur idées misérables de la compassion sociale

      C’est quoi un ex-curé « défriqué » ?

      lerma s’est encore ridiculisé tout seul... Quel pitre ! Quel gai luron !


    • geko 10 décembre 2007 11:35

      Et vous Lerma ! Que faites vous ?


      • Zalka Zalka 10 décembre 2007 12:16

        Lerma ne parle ni n’écrit. Ces réfléxions sont trop minables pour être digne d’une forme de vie intelligente.


      • JL JL 10 décembre 2007 13:51

        Depuis qu’il a été publié, il est pus difficile de le replier. Ceci explique-t-il cela ? smiley


      • tvargentine.com lerma 10 décembre 2007 12:11

        L’avenir de la France est en marche et c’est le Président qui représente cette modernisation avec des réformes necessaires qui auraient du etre misent en application depuis 25 ans afin de garantir la sécurité en matière de protection sociale des français.

        Ce gouvernement d’ouverture fait bouger les choses afin de remettre les choses en place et remettre la France dans une dynamique nouvelle.

        La gauche n’a pas su renouveller son discours et ses actes et elle est devenu à l’image du Maire de Paris : MARKETING

        Il existe dans ce pays une place pour un grand parti d’opposition de gauche ,mais il manque des hommes et des femmes politiques de convictions !


        • Zalka Zalka 10 décembre 2007 12:17

          Pour lerma l’opposition de gauche, c’est bockel, besson, kouchner et amara. Un sytème à la poutine en somme.


        • Martin Lucas Martin Lucas 10 décembre 2007 20:08

          J’arrive à moinsser un commentaire de Lerma sans même avoir à le déplier, ça n’est pas très logique...


        • JL JL 10 décembre 2007 13:55

          D’accord avec vous sur ce que : « Il faut redonner sens et valeur aux principes républicains : Liberté, Egalité, Fraternité, mais aussi Laïcité, lutte contre les communautarismes«  ».

          La laïcité bien comprise, la lutte contre les communautarismes ne sont-elles pas contenues dans l’égalité ? Je crois que cette devise résiste bien au temps, il appartient à tous les citoyens de la respecter et de la faire respecter.

          Merci pour cet article, qui va dans ce sens.


          • tvargentine.com lerma 10 décembre 2007 13:56

            Rappelons que les socialistes depuis avril 2002 n’ont fait aucune analyse de la situation réelle des français et se sont contenté de faire du marketing.

            L’achévement sociale des idées et du parti aura été la candidature marketing tout en blanc,de Soeur Ségolène du catholicisme social !

            ELle a tué la gauche dans son ensemble (1er et 2eme tour) car le marketing ne peut pas prendre tout le temps.

            L’absence de toutes contestations dans ce parti devenu un parti de fonctionnaires relévent bien du conservatisme que rien de doit évoluer bi bouger jusqu’à 2012 ???

            Pourquoi ???????

            Oui,ce gouvernement apporte beaucoup aux travailleurs et il fait des réformes.

            Votre manière de dénigrer le Président POUTINE élu par le peuple Russe démocratiquement démontre votre réduction de l’esprit et des idées démocratiques.


            • koton 10 décembre 2007 14:33

              ha ha ha ,poutine élu démocratiquement !!!!?????!!!!!

              une fois que t’auras enlevé les poutres que t’as dans yeux ,il va falloir que tu les ouvres mon pauvre lerma..

              t’es atteint de chez atteint !!

              lègue ton cerveau à la science stp et fais le rapidement


            • Gazi BORAT 10 décembre 2007 16:34

              Pour Mr Lerma, les grands de ce monde qui se lient d’amitié avec son dieu Nicolas Sarkozy prennent aussitôt un parfum de sainteté..

              Le prochain sur la liste des béatifiés :

              le colonel Mouammar Kadhafi ?

              gAZi bORAt


            • Lucrezia 10 décembre 2007 18:13

              André Bellon : « On ne peut plus se dire en République à partir du moment où le discours politique n’est plus qu’un discours de fatalité" ...

              Il faut dire qu’à chaque fois, la Gauche, les Syndicats, l’extrême et l’intelligencia gauchisantte...font tout pour couler toute initiative de réforme en France. A part réclamer TOUJOURS PLUS de prestations sociales, plus d’impôt aux 50% des Français qui en payent, la Gauche dans son ensemble rejette aveuglement et obstinément toute réforme du « autrement » !

              La Fatalité pour la France c’est cette Gauche...rétrograde qui coule la France, ruine les Français et cristallise les Institutions Française !


              • wesson wesson 10 décembre 2007 19:11

                Et c’est effectivement une politique contraire à laquelle on assiste en France depuis maintenant plus de 30 ans...

                Avec le succès que l’on sait !


              • ethnix73 10 décembre 2007 19:44

                Article très interessant et posant des questions essentielles.

                Malheureusement, et ceci semble etre une constante sur Agora Vox, la contre- argumentation des opposants se résume à dévaloriser l’autre, tenir un discours haineux, voire infantile( c’est pas moi, c’est lui)...Effectivement la democratie francaise est en bien piteux état si le débat tombe aussi bas.


                • jeanclaude 11 décembre 2007 00:13

                  Tout çà c’est bien. Mais cette république idéale n’a jamais existé. A toutes les époques depuis 1789, il y a eu un décalage entre l’idéal de citoyens responsables et prenant leurs responsabilités. Ce n’est pas une raison pour ne rien faire. Mais ce n’est pas de cette dramatisation, typiquement française, que nous avons besoin. Nous avons besoin d’une doctrine solide de l’opposition, qui lui permettrait de gagner des élections.

                  Et à la majorité actuelle de se mettre en congé pour revoir sa copie.

                  Avec la pression mondiale - dont l’Europe en partie n’est que le relais - nous sommes en régime d’urgence.

                  Alors que dans ce projet, il y ait un renouvellement de démocratie, formidable. Rôle du parlement, démocratie au niveau régional avec simplification des structures. Même si l’analyse de l’auteur est juste, il faut trouver des solutions qui ne soient pas nostalgiques. C’est vrai que les démocraties aussi sont mortelles, si elles ne savent pas s’adapter aux contraintes de leur temps.


                  • mandrier 11 décembre 2007 10:51

                    Cela fait quelque temps déjà que l’on n’est plus en « République » !

                    Eh oui ! Depuis 1974, nous sommes une « démocratie »....

                    Maintenant avec le traité unique européen, on entre dans quoi au fait ? Un empire ? Une oligarchie ? Une dictature ? Quoi ?

                    Je me le demande bien car à partir du moment que l’on manipule la Constitution de la Veme, et que l’on ne tient plus grand cas du vote du Peuple français, c’est que nos « hommes politiques » si on peut les appeler ainsi ne font que mettre en place un système d’oppression qui nie les valeurs de la République : « Liberté, Egalité, Fraternité »...


                    • JL JL 13 décembre 2007 13:38

                      Voici un petit brûlot qui apparemment ne plait pas à tout le monde qui apporte bien des réponses pertinentes aux questions posées ici (lisez bien l’avertissement en fin d’article). Cela s’intitule : « Lettre ouverte au peuple de France » par Simon Davies : http://futurquantique.org/index.php?option=com_content&view=article&id=264%3Alettre-ouverte-au-peuple-de-france&Itemid=103

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès