Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pas de regret pour Chirac : les Français orphelins d’un (...)

Pas de regret pour Chirac : les Français orphelins d’un président

Jacques Chirac ne pensait probablement pas qu’il atteindrait un jour 74% de bonnes opinions. C’est chose faite aujourd’hui, deux ans après son départ de l’Elysée, selon un sondage Ifop publié dans Paris Match.

Comment expliquer ce chiffre impressionnant ?
Doit-on en déduire que les Français regrettent leur ancien président, celui qu’on appelait Supermenteur il y a deux ans à peine, l’habitué des bas fonds des cotes de popularité ?

Nous ne le pensons pas.
D’abord parce que la politique de Nicolas Sarkozy pour l’essentiel diffère très peu de celle de son prédecesseur, dont il était l’un des principaux ministres : même échec concernant l’insécurité, même politique européenne, même culte du libre-échange, même libéralisme, même destruction des services publics. Il n’y a qu’en matière de politique étrangère que le changement est vraiment intervenu, Nicolas Sarkozy choisissant l’alignement total sur Washington via l’OTAN et une politique outrageusement atlantiste.

En réalité, la nostalgie de Jacques Chirac révèle surtout que les Français sont orphelins d’un président. Ce n’est pas tant Chirac qu’ils regrettent, mais l’époque où ils avaient encore un président.

Faites le test autour de vous, vous constaterez que nombreux sont ceux qui ne parviennent toujours pas à considérer Nicolas Sarkozy comme le président de la République.
ll n’en a ni la stature ni l’étoffe. Perpétuellement agité, il communique, il enfume, il endort, mais il ne préside pas.
Peu respectueux des Français (souvenons-nous du "casse-toi pauvre con"), Nicolas Sarkozy n’est pas respectable en retour. Tutoyant le grand patron, le journaliste et la star des plateaux de télé, embourbé quotidiennement dans la petite cuisine partisane, il est incapable de prendre la hauteur inhérente à la fonction suprême.
Omniprésent, sans tenue, massacrant à chacune de ses interventions le français, la langue de la République, il n’est pas à sa place.

Ce constat est encore plus cruel lors des déplacements à l’étranger. Face aux grands de ce monde, Nicolas Sarkozy se comporte davantage en enfant fier d’être sur la photo qu’en chef de l’Etat, manquant à son obligation de tenir son rang, et de tenir en même temps celui de la France.

Bref, tout donne l’impression que la France n’a plus vraiment de président depuis 2007.
Les Français se sentent orphelins d’un homme dont on attend qu’il se hisse à la hauteur des enjeux, en charge de fixer un cap pour le pays, laissant le soin à son premier ministre de mettre en oeuvre une politique, comme le prévoit normalement la Constitution.

Certes, au-delà du contenu très criticable de sa politique, Jacques Chirac n’était pas le président idéal. Mais il avait le mérite au moins de ne pas rabaisser la fonction jusqu’aux caniveaux. En cherchant à tenir son rang, il préservait un minimum la dignité du pays, et son rayonnement international.

Poussons même le raisonnement plus loin en remarquant que les Français sont désormais doublement orphelins.
Non seulement, ils n’ont plus le sentiment d’avoir un président digne de sa fonction, mais de surcroît ils demeurent orphelins d’un président qui aurait les leviers d’une véritable politique.

Ne nous leurrons pas en effet, Nicolas Sarkozy, comme son prédécesseur pour le coup, ne décide plus grand chose.
Les centres de décision sont largement ailleurs. A Bruxelles essentiellement, où les partis du Système depuis 25 ans ont accepté de transférer l’essentiel des compétences nationales, au point qu’aujourd’hui 4 lois sur 5 votées à l’assemblée nationale ne sont en réalité que des directives européennes transposées, et qu’il nous est impossible de protéger nos emplois, nos industries et nos frontières, Traités européens obligent.

A Washington ensuite, où une part croissante de notre politique étrangère et de défense se décide, plus encore après le retour dans le commandement intégré de l’OTAN annoncé début avril par Nicolas Sarkozy.

La France est orpheline d’un président et d’un Etat réellement en mesure de prendre les décisions qui comptent.
Non pas parce qu’elle n’en aurait plus les moyens, que cela correspondrait à un hypothétique "sens de l’Histoire", mais bien parce que nos dirigeants successifs ont organisé cette politique de renoncement national, qui nous prive d’instruments de régulation et de protection plus indispensables encore en période de crise.

Jacques Chirac était déjà dans cette situation, et a contribué à l’aggraver. Nicolas Sarkozy poursuit sur la même voie, se montrant par ailleurs incapable de se hisser à la hauteur de la fonction.

Quand retrouverons-nous un président digne de ce nom ?

Le Vrai Débat


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 17 avril 2009 10:14

    Il est évident que Chirac Supermenteur ne gagne cette étonnante popularité que par comparaison avec son lamentable et pourtant fanfaron successeur.
    Et plus ou moins consciemment pour marquer le reproche des Français à un Sarkozy qui, outre ses échecs purement politiques, montre de manière réccurente des facettes comportementales indignes de la fonction qu’il occupe.
    Dernière manifestation en date : sa main aux fesses de Carla en présence du couple Obama (photo visble sur le Canard EnchaÎné).


    • Fergus fergus 17 avril 2009 15:50

      D’accord avec vous pour affirmer que Chirac a été un très mauvais président de la Ve République. Mais au moins il avait une certaine allure et de la dignité., qualités dont est totalement dépourvu notre Matamore.
      Un Sarkozy qui reçoit aujourd’hui même une volée de bois vert de la presse internationale pour les propos qu’il a tenu envers quelques-uns des principaux dirigeants de la planète.
      Incompétent sur le plan politique dans la plupart des domaines, il continue à donner de la fonction présidentielle française une image calamiteuse. Ce triste spectacle nous était épargné par l’inconsistant Chirac, c’est sans doute cela qu’a voulu souligner la majorité des Français interrogés.


    • bobbygre bobbygre 17 avril 2009 18:23

      et vous arrêteriez de me critiquer, car eux sont d’accord avec moi ! »

      Et ça te choque pas ça ? que la gauche « socialiste » se retrouve d’accord avec notre trés autoritaire et trés libéral président de droite ?
      Il manoeuvre comme Mitterand en son temps pour ramener les socialistes vers lui et les éloigner des electeurs de gauche qui n’auront plus qu’à se rabattre sur le stérile Besancenot.


    • L'enfoiré L’enfoiré 17 avril 2009 10:26

      @L’auteur,

      Il y a contradiction avec le titre.

      Wikipedia dit : « Le président est une personne désignée, élue, ou cooptée pour diriger un groupe de travail, un conseil d’administration, une association, ou, dans une république, un État. »

      Qu’est-ce qui a raté ?

      La première réaction quand j’ai vu de loin les Français choisir leur représentant en 2007 a été « ben, ils doivent en avoir des patrons chez eux ».

      « D’abord parce que la politique de Nicolas Sarkozy pour l’essentiel diffère très peu de celle de son prédécesseur »

      >>> Amusant. Les réformes à la douzaine, aviez-vous cette réputation avant ?

      Ce qui se passe, je vais vous le dire. Vous ne comprenez plus pour qui vous devez voter. 

      En 2005, j’avais écrit « Vivre dans un monde démocrate, ça vous gratte ? » dans lequel j’exprimais ma surprise au sujet de l’élection de 2002, pendant lesquelles il a fallut un électrochoc pour vous rendre aux urnes.

      Un quinquennat qui l’a institué ?

      Questions qui devraient être posées : « qu’est-ce qui ne va pas chez moi dans mes choix ? »
      « Qu’est ce qui me fait dévier de mes volontés ? » 
      « Pourquoi j’ai cru ? »


      • Fergus fergus 17 avril 2009 10:51

        Salut L’Enfoiré.

        Des réformes à la douzaine chez Sarkozy, certes. Mais très peu sont opérationnelles ; quant aux autres, elle continuent, plus encore qu’avant, à favoriser les classes dirigeantes et possédantes du pays.


      • L'enfoiré L’enfoiré 17 avril 2009 10:55

        Fergus,

        Vous l’avez eu à l’essai pendant un temps à l’Intérieur.

        Donc vous aviez déjà une bonne « approximation ».

        Le parti et le mot d’ordre étaient à « droite toute », non ?

        CQFD


      • Fergus fergus 17 avril 2009 15:57

        Non seulement à l’Intérieur (où il a réussi à faire prendre l’écume de l’action pour des progrès réels en matière de sécurité), mais également aux Finances où il a été une fois de plus (il était ministre du budget sous Balladur) calamiteux en matière de dette publique. Sans oublier qu’il a été le plus grand créateur de ces niches fiscales au profit des classes fortunées qui nous plombent aujourd’hui !


      • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 17 avril 2009 10:40

        Que valent ces sondages politiques que l’on nous assène partout à certains moments (de vide), personnellement en 30 ans je n’ai jamais été « sondé ». Qui sonde t-on ? Certainement toujours les mêmes personnes domiciliées en Ile de France. Donc en creusant l’affaire on en déduit qu’on ne peut absolument pas faire confiance aux résultats des dits sondages, trop de paramètres suspects avec entre autre quelle sont les questions posées comment et à qui ? Manipulation quand tu nous tiens...

        Ceci dit mettons que celui là est honnête et reflète réellement l’opinion des français, (je vois bien la question regrettez vous Chirac ? La réponse est dans la question...) Bon, rêvons, soyons crédules et naïfs, au pire les français font le deuil de leurs espoirs de changement positif et s’aperçoivent qu’on peut encore faire pire que Chirac.


        • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2009 10:42

          J’ai voté contre super menteur super magouilleur , mais il est vrai que le nain atlantiste en comparaison c’est encore pire ! le non à Bush pour l’Irak était de bon aloi ! et quand même de la tenue et moins de blingbling .....


          • snoopy86 17 avril 2009 10:43

            Il doit bien se marrer le Chirac

            Presque autant qu’au soir du premier tour de 2002


            • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2009 10:56

              @chanteclerc

              Il ne s’imposait pas partout et en permanence comme leader minimo

              cinq minutes le premier janvier et encore cinq minutes le 14 juillet , on peut pas dire qu’il amputait beaucoup sur le temps de parole de la majorité ! tant qu’il y avait de la bière , des sandwichs et de la tête de veau , il était content de lui .......


            • L'enfoiré L’enfoiré 17 avril 2009 10:52

              J’ai appris que vous ne pouvez « dégommer » un Président. Est-ce vrai ?
              On s’est trompé et on a rectifié du temps de Nixon après le Watergate.
              Est-ce possible en France ?


              • pierrot123 17 avril 2009 14:56

                @parkway...
                Le dénommé Julien Coupat est en taule depuis 5 mois pour moins que ça...Tu devrais surveiller ton langage... smiley)


              • Vinrouge 17 avril 2009 15:23


                Si, si, c’est possible : le Parlement peut s’auto-saisir, en tant que Haute Cour et destituer le Président de la République. Pour qu’il y ait destitution, il faut que le Congrès la vote à la majorité des 2/3. (articles 67 et 6_ de la Constitution)
                C’est d’ailleurs ce qu’avait tenté de faire Montebourg contre Chirac au plus fort des investigations du juge Halphen.


              • Yvance77 17 avril 2009 10:56

                Salut,

                Bon billet et j’en suis là aussi à avoir le regret de Jacquou le croquant des mallettes de liasses de Pascal offertes par feu Jean-Claude Mery dans le remake de « 2001 l’odyssée des espèces » (sonnantes et trébuchantes)

                C’est dingue d’en arriver à ce point de dégoût.

                Mais le pire du pire, est qu’il n’y aura personne en face pour faire suffisamment de contre-poids !

                C’est à cela qu’on se dit la France est en coma dépassé politiquement parlant.

                A peluche


                • thomthom 17 avril 2009 11:12

                  Bien dit !
                  micro-machin président ? sur le papier oui, mais à part ca....


                  • cathy30 cathy30 17 avril 2009 11:17

                    bonjour
                    j’aurais bien aimé voir les questions du sondage. Qui a commandé ce sondage, et dans quel but ? Sachant que les sondeurs sont des potes à sarko, je me pose des questions légitimes. Ne serait-ce pas pour faire baisser la pression qui monte ?


                    • wesson wesson 17 avril 2009 11:30

                      @ l’auteur

                      "En réalité, la nostalgie de Jacques Chirac révèle surtout que les Français sont orphelins d’un président. Ce n’est pas tant Chirac qu’ils regrettent, mais l’époque où ils avaient encore un président."

                      rien à rajouter


                      • just_a_life just_a_life 17 avril 2009 11:42

                        Il faut ABSOLUMENT virer a coup de pompe dans le cul ,tous ces parasites de notre France...
                        ils commencent franchement à nous faire chier ,à nous pomper notre fric ,à se pavaner en style people a outrance ,nous pondrent des lois répressives pendant que nous ont va payer,voir crever,les faire se goinfrer sur notre cul.........faut arrêter la,il est temps,car y’en ai marre de vivre comme des vaches à lait ,de se faire extorquer le fruit de notre labeur pour leur payer du caviar au petit déjeuner.....
                        merde quoi ,ont a qu’une vie sur terre et ont ai pas nés pour n’êtres qu’une carte bleue..


                        • Marianne Marianne 17 avril 2009 14:28

                          D’accord ! Que proposez-vous ?


                        • souklaye souklaye 17 avril 2009 12:51

                          Chichi show

                           

                          Faire un best off des échecs de l’ancien président de la République relèverait plus du règlement de compte enfantin – peut-être justifié – que de l’explication mécanique responsabilisante. Il n’y a rien de pire qu’un fanatique déçu.

                          La postérité change et je ne suis pas sûr que la nouvelle mort des ex-grands de ce monde nous procure ces compléments d’information en forme d’exutoire ou un quelconque rétroviseur sur une époque révolue.

                          Ce qui est intéressant avec Jacques Chirac se sont ses satellites ou plutôt comment il a mené de paire une gestion managériale des appareils et des hommes et sa gestion familiale du dogme et du souvenir, sans jamais être acteur.

                          La grâce mémorielle en temps réel accordée par les sondés, ou les muets, permet à la popularité de devenir la complémentaire retraire de l’égo présidentiel.

                          Concernant ce qu’il restera de l’action politique d’un homme, au regard de l’histoire, Jacques Chirac a servi de lien entre la figure et la figurine.

                          La suite :

                          http://souklaye.wordpress.com/2009/03/10/notice-avant-utilisation-–-post-jacques-chirac/


                          • Marianne Marianne 17 avril 2009 13:05

                            @ l’auteur :

                            Un président vite ! C’est cela votre message ?

                            En ce qui me concerne, je préfère un peuple qui réfléchit et qui ne s’en remet pas aveuglément à un homme providentiel quel qu’il soit.

                            Commençons par élire des représentants qui nous représentent vraiment :

                            http://www.frontdegauche.eu/


                          • Bois-Guisbert 17 avril 2009 13:02

                            Quand donc comprendra-t-on que Sarkozy n’est pas Français ?

                            C’est un citoyen français, et à ce titre, il a pu devenir président de la République, mais ce n’est pas un Français.

                            Sa présidence bling-bling comme son retour dans l’OTAN ne sont pas d’un Français, mais à la rigueur du magyaro-grec mâtiné de cosmopolitisme qu’il est, identitairement parlant.

                            Le Sarkozy qui avouait à Philippe de Villiers : « Tu as de la chance, Philippe, toi tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. Je ne m’intéresse qu’à l’avenir ... », étant entendu que l’avenir en question, c’est le sien, reste égal à lui-même.

                            Et puis, il est le tout premier, parmi ses homologues, à ne pas considérer la fonction comme une fin en soi, mais comme un tremplin pour faire de l’argent, et avec une référence américaine : « Je fais ça pendant 5 ans et ensuite je pars faire du fric comme Clinton », en donnant des conférences.

                            Cette trivialité et cette âpreté ostentatoire sont, elles aussi, aux antipodes d’une mentalité française toujours réservée face aux questions d’argent et de revenus.

                            Et il n’est peut-être pas si étrange d’observer que si l’on trouve assez facilement des concordances entre les présidents de la Ve République et des rois de France*, Sarkozy, lui, n’a aucun équivalent monarchique tout au long de l’histoire de ce pays qui n’est décidément pas le sien.

                            * De Gaulle et Louis XIV ; Pompidou et Louis XV ; Giscard d’Estaing et Louis XVI ; Mitterrand et Louis XI, l’Universelle Aragne ; Chirac et Clovis II le Fainéant.


                            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 avril 2009 13:39

                              La France va porte encore suppporter longtemps les conséquences d’une Madame Royal obnubilée par son ambition, incapable de lire les sondages et de poser un geste stratégique audacieux.

                              http://nouvellesociete.org/5160.html
                               
                              Au point où l’on en est, il n’est pas impossible que Barbouse ait raison...

                              http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/05/31/184-communautarisme/

                              Pierre JC Allard


                              • Salade Salade 17 avril 2009 13:39

                                La seule chose que révèle ce sondage, c’est que notre / la démocratie est bien mal en point.
                                Les convaincus ne changent pas d’opinion, quelles que soient les réalités (Cf. le 31% de sarko au 1er tour qui n’ont à aucun moment été entamés).
                                Et les votes des électeurs qui font la différence, c’est à dire de ceux qui n’ont pas d’opinion, ne sont jamais influés par les actes des politiques.
                                Seuls leurs sentiments les guident : il est sympa, il fait plus « président », c’est une cruche, il est moins pire que l’autre, etc....).
                                Et la durée de stockage avant effacement de la mémoire de cette frange d’électeur est visiblement de quelques semaines à quelques mois.


                                • Walter Bunker 17 avril 2009 14:22

                                  Chira plus populaire qu’au second tour de 2002 !

                                  Je pense aussi que c’est inquiétant pour la démocratie...


                                • unandeja 17 avril 2009 15:02

                                  2 mandats mittérandiens, 2 mandats Chiraquien avec une extension Sarkozy (les ministres sont les mêmes)....je confirme que les électeurs ont visiblement une mémoire qui ne dépasse pas les quelques mois...

                                  ...un autre exemple ; tous criaient au scandale pour le traité européen...mais tous vont voter pour ceux qui l’ont fait passer de force.


                                • unandeja 17 avril 2009 14:57

                                  La France manque vraiment d’hommes politiques....si Chirac qui était l’immobilisme total et loin d’être honnête arrive à ce niveau d’opinion favorables....
                                  Le seul mérite que je lui reconnaitrait c’est qu’il était plus démocrate que son successeur (référendum sur la constitution et référendum obligatoire pour les nouveaux entrants en UE....deux choses dont s’est affranchi Nicolas Sarkozy).
                                  ....pour le reste ; les membres deux gouvernement Sarkozy sont les même que ceux des gouvernements Chirac.....les français ont choisi de recommencer 5 ans de plus avec les même c’est malheureusement aussi ça la démocratie.


                                  • pierrot123 17 avril 2009 15:06

                                    Ce sondage émane, à mon avis, de milieux proches de l’UMP...(comme tous les sondages, il n’y a qu’à voir QUI est patron des instituts de sondage.)

                                    Pour moi : Sondage=Message...

                                    Ce sondage (ou prétendu tel) sert donc à envoyer un message à Sarkozy : « Fais gaffe, on est pas tous en bloc derrière tes conneries !... »

                                    On verra si ça porte...ça m’étonnerait ...


                                    • caramico 17 avril 2009 15:15

                                      Aucune inquiétude à avoir :

                                      D’un côté des troupes avec le doigt sur la couture du pantalon, de l’autre des qui hésiteront jusqu’au moment ultime, en rêvant d’un candidat idéal, et en faisant la fine bouche, mêmes électeurs, même scénario à venir que pour les deux dernières élections.

                                      Je prédis que Sarko s’il se représente repassera haut la main, j’en suis malade d’avance, après tout on n’est pas moins c.. que les américains qui ont eu deux fois Bush, les Italiens deux fois Berlusconi.
                                      Moi aussi, j’ai mes propres sondages, faits auprès des pro Bayrou, des contre Ségo, des pour le facteur, pour DSK... j’en oublie !
                                      tout ce petit monde qui m’entoure et qui continue à se déchirer sans mettre en avant ce qui les rassemble.


                                      • Ben Ouar y Villón Brisefer 17 avril 2009 15:36

                                        Ce qui est curieux, c’est que les 53% d’électeurs de Nicolas Sarkozy ont subitement disparu, envolés ! et parmi ceux-là, les 75% de + de 65 ans à qui je ne pardonne toujours pas.


                                        • Vinrouge 17 avril 2009 15:47


                                          Poser de telles questions sur le passé est illusoire, notre mémoire étant tellement courte (et tellement prompte à considérer, dans tous les domaines, qu’« avant c’était mieux »).
                                          En interpréter les réponses l’est encore plus !
                                          (votre interprétation porte sur la pratique du pouvoir par Sarko, mais peut-être que la vérité est que les Français préfèrent avoir un Président assez âgé : ce qui doit pouvoir se défendre aussi, quand on considère la carrière de Giscard...)
                                          Songez par ex. que les Russes considèrent que les 2 plus grands personnages de leur Histoire sont, dans l’ordre, Nicolas II et Staline...

                                          Le passage intéressant de votre article est à la fin, quand vous écrivez que de toute façon le Président de la République n’a plus vraiment de pouvoir. J’ai récemment vu une émission fort intéressante sur la vitesse, au cours de laquelle étaient interrogés des philosophes, des médecins, des sociologues, etc. Le point sur la politique m’a semblé très juste : le développement technique permet aujourd’hui aux entreprises d’effectuer des transferts de plusieurs millions de $, d’€, de kilos de blé, etc. en quelques secondes et de faire travailler ensembe en temps réel des individus dispersés aux 4 coins du globe. La vitesse des réseaux leur a apporté une capacité d’adaptation prodigieuse, une « agilité », vantée en son temps par Microsoft. D’un autre côté, les décisions du dirigeant politique, où qu’il soit, et quel qu’il soit, ne s’exécutent pas aussi rapidement. Les 35 heures en sont un exemple confondant : on parle encore des effets positifs ou négatifs de cette décision 10 ans après ! (Entre temps, bien sûr, les entreprises ont eu 1000 fois le temps de trouver des contournements).
                                          Le transfert des pouvoirs vers l’Union Européenne ou leur retour ne change rien à celà !!! le transfert des pouvoirs vers les organes Européens a été, entre autres, opéré afin d’avoir en face des mastodontes du privé un pouvoir public fort, pouvant imposer des décisions. Autant dire que ça n’a pas complètement réussi smiley Cependant, il me semble que les institutions Européennes ne sont pas complètement désarmées : voyez par exemple les contraintes imposées à Microsoft...


                                          • Yannick Harrel Yannick Harrel 17 avril 2009 16:08

                                            Bonjour,

                                            Il y a quelque chose qui continuera toujours de m’étonner : c’est le silence assourdissant de la presse Française quant à la perception du Président de la République à l’étranger. Pour tous ceux qui ont l’opportunité de lire des gazettes (numériques ou non) en langue étrangère, je vous incite à le faire tant tout de même c’est assez symptomatique de constater comment Nicolas Sarkozy est perçu.

                                            En Russie, il est clairement snobé par Vladimir Poutine et moqué par Dmitri Medvedev tandis qu’en Allemagne, il est vilipendé par la presse du fait de ses manières très cavalières envers la Chancelière ainsi que ses bourdes à répétition dénotant un sérieux manque de culture diplomatique.

                                            Allez pour vous donner une idée, avec cerise sur le gâteau une traduction de bon aloi qui en dit long... http://www.marianne2.fr/Medvedev-se-paie-la-tete-de-Sarkozy_a93746.html

                                            Cordialement


                                            • bede 17 avril 2009 17:17

                                              Notre jeune actif a oublié que Chirac montait dans les sondages quand on ne le voyait pas, et qu’il baissait quand il faisait une apparition à la télé.

                                              En retraite on ne le voit plus, ceci explique peut-être cela ?

                                              Il faut peut-être se rappeler que nous avions le choix entre la Ségolène, madre mia, Bayrou, notre zozo orange, et Sarkosy. Nous avons peut-être choisi le moins pire.


                                              • delamothe delamothe 17 avril 2009 19:37

                                                SI il y a bien une chose à retenir de la France et de ses politiciens depuis au moins 30ans c’est l’échec cuisant d’une élite technocratique enarque bouffon des industriels et des interets privés. Dirigeants Francs maçons , illuminatis et autres fanatique du fric et de la corruption nous plument et se foutent de notre gueule depuis trop longtemps , les derniers présidents ( Giscard , Miterrand , Chirac, Sarkozy) n’auraient meme pas du se présenter , avec leur compte en banque remplis d’argent sales , des rapports douteux avec les dictateurs africains ,la mafia corse et les liaisons avec la france pétainiste. Depuis 1945 seul De Gaulle a été à la hauteur , normal c’était le seul vrai résistant . Chirac en taule !!! comme dit les wampas


                                                  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 17 avril 2009 20:20

                                                    Sarko, question présence ( zut lire prestance ) il n’arrive pas à la cheville avec celui-ci !



                                                  • Reinette Reinette 17 avril 2009 22:26


                                                    Notre société est-elle passive au point d’attendre qu’un gouvernant en donne l’ordre pour commencer à se transformer ?


                                                    • furio furio 17 avril 2009 22:38

                                                      Peut-être pas la peine de s’étendre sur le sujet !!lol ! Le chiffre de 74% est uniquement dû à la nullité extrême de sarkygnol, le nain président, le barnac français qui fait honte à la France entière. ( barnac ? bon à rien, nul à chier). A+

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès