Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réforme des rythmes scolaires : depuis longtemps on en parlait…

Réforme des rythmes scolaires : depuis longtemps on en parlait…

Depuis longtemps on en parlait… Depuis plus de 30 ans, communauté éducative, enseignants, chercheurs, chronobiologistes, politiques évoquaient la lourdeur des journées de travail et d’attention que nous demandions à nos petits écoliers français !

Depuis longtemps on en parlait…Depuis plus de 30 ans, communauté éducative, enseignants, chercheurs, chronobiologistes, politiques évoquaient la lourdeur des journées de travail et d’attention que nous demandions à nos petits écoliers français !

Les années 80 avaient vu naître une réflexion autour des rythmes annuels par une répartition plus adaptées des vacances scolaires et une meilleure définition des missions de l’école primaire.

Le gouvernement Sarkozy dans son obsession du rendement et de la rentabilité avait imposé la semaine de 4 jours faisant subir aux élèves 6 heures d’enseignement journalier, le plus long des pays de l’OCDE. Totalement inadaptée quand on sait qu’entre 6 et 8 ans, les capacités d’attention d’un enfant sont de l’ordre de 3h30 à 4h ! A cela, venait s’ajouter pour les plus fragiles de « l’aide personnalisée »en complément de leurs heures de classe obligatoires…prétexte aussi pour supprimer les enseignants du RASED.

Ce dispositif n’a pas fait ses preuves. Non seulement il ne favorise pas les apprentissages ne tenant pas compte de manière efficace des rythmes de l’enfant mais il place la réussite de nos élèves à un rang peu honorable dans les pays de l’OCDE. Les programmes sont surchargés et nous ne cessons de vouloir que les élèves apprennent davantage…sur un volume de jours de classe très inférieur à celui de nos voisins européens !(144 jours de classe contre en moyenne 187 dans les autres pays de l’OCDE)

Le gouvernement Hollande a décidé de s’attaquer à la refondation de l’Ecole de la République. Cette refondation passe par la mise en place de nouveaux rythmes scolaires plus adaptés aux rythmes de l’enfant dans l’objectif essentiel de favoriser la réussite et l’épanouissement des élèves. Noble engagement et changement attendu depuis longtemps ! Avec cette réforme, nous vivons un moment historique : Jamais gouvernement n’avait proposé une application si rapide, beaucoup ont tourné autour, ont tenté de proposer mais n’ont pas appliqué !

Le ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon qui avait engagé, avec énergie, une concertation avec tous les acteurs concernés, a annoncé le passage dès la rentrée 2013 à la semaine de 4 jours ½ à l’école primaire. Selon le décret, la semaine scolaire comprendra 24h d’enseignement réparties sur 9 demi-journées, mercredi matin compris (possibilité de dérogation pour le samedi) avec une durée maximale de la journée de classe de 5h30 et 3h30 la demi-journée. La pause méridienne devra être d’une durée de 1h30 minimum. L’aide personnalisée est supprimée et remplacée par des APC-Activités Pédagogiques Complémentaires- qui se feront en petits groupes pour aider les élèves en difficultés, encadrer le travail personnel ou mettre en place des activités prévues par le projet d’école. Aucun enfant ne quittera l’école avant 16h30.

Dans le cadre d’un projet éducatif territorial (PEDT), les collectivités pourront mettre en place des activités périscolaires prolongeant le service public d’éducation afin de mobiliser toutes les ressources éducatives du territoire. L’intention est d’ offrir aux élèves un parcours cohérent ainsi qu’une juste répartition entre le temps scolaire et péri-scolaire.

Cette réforme entrera en application dès la rentrée scolaire 2013 avec possibilité pour les collectivités qui en feront la demande d’un report à la rentrée 2014.

A l’annonce de l’application de cette réforme et la mise en œuvre de ce grand chantier, des voix de contestation et d’inquiétude se sont levées, celles des syndicats et des enseignants habituellement favorables au gouvernement, celles des maires de nos villes et nos villages inquiets quant au financement et celles des parents à nouveau perturbés dans leur organisation familiale …

François Hollande et Vincent Peillon le savent ! Toute réforme provoque des réactions et des inquiétudes, des zones de turbulence…en tout cas, chacun s’accorde pour dire que cette réforme est importante, essentielle pour l’avenir de nos enfants.

De manière objective, le calendrier proposé par le ministre est suffisamment souple pour laisser aux collectivités un long temps de réflexion pour s’organiser, budgétiser, utiliser les ressources locales et humaines du territoire et tenter d’offrir aux élèves une semaine de classe plus adaptée. L’aide accordée aux collectivités qui mettront en place la réforme dès 2013 n’est pas négligeable. Elle témoigne de l’effort que fait le gouvernement pour être efficace le plus rapidement possible !

Les enseignants, confrontés tous les jours aux réalités du terrain, aux difficultés des élèves, aux conditions d’enseignement, à la pression de l’opinion publique et des gouvernements de droite précédents, veulent être entendus. Ils veulent participer activement à cette refondation de l’école de la République pour que les élèves réussissent et aient un avenir meilleur ! Trop souvent méprisés, ils ont besoin de cette reconnaissance.

Enfin, les parents d’élèves, pour la plupart, souhaitent que les choix qui seront faits pour leurs enfants portent leurs fruits et qu’ils ne soient pas les cobayes de nouvelles méthodes. Ils sont conscients que ces nouvelles orientations vont au-delà d’une simple réorganisation et qu’ils sont porteurs de modifications de nos façons de vivre et de changements sensibles de notre société !

Le gouvernement est attentif à toutes ces remarques et suggère aux recteurs et à leurs équipes, aux maires de nos collectivités, aux conseils des écoles, de s’interroger et réfléchir ensemble et de se prononcer sur des organisations possibles…

Adhérons à ce projet, faisons de cette réforme un succès, œuvrons tous ensemble pour que l’école soit une école de la réussite et de l’épanouissement :

L’école a trop longtemps été malmenée, remontons nos manches, le changement, c’est maintenant !

 

Véronique MONFRONT-CAILLIAUX

Adjointe au Maire chargée des affaires scolaires et de la petite enfance

de GAUCHY 02

 

Jean-Luc LETOMBE

Conseiller municipal de GAUCHY

Membre de la Commission scolaire et petite enfance


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 8 mars 2013 11:03

    depuis de nombreuses années, les différentes réformes de l’Education Nationale n’ont eu qu’un seul but, son intégration sur le marché très porteur du projet néolibéral en matière d’éducation....le reste c’est du flan !

    voir : L’ECOLE EST FINIE


    •  C BARRATIER C BARRATIER 8 mars 2013 15:39

      Hélas, encore une fois la réforme n’est pas faite pour les enfants. On serait revenu à la vieille case départ avec 5 jours de classe, samedi compris jusqu’à 16 h 30, repos le jeudi. Les instituteurs équilibraient la journée, lecture, calcul, mais aussi plein air, arts plastiques, chant..
      La réforme PEILLON suppose que pour chaque classe la mairie veuille bien embaucher 54 minutes par jour, 4 jours, un animateur péri scolaire formé. Où travaillera-t-il ? En classe essentiellement. Ensuite garderie...C’est impossible à réaliser tout simplement.
      Les consultations nationales des écoles n’ont jamais vu apparaître une telle proposition.
      En table alpha des news :

      « Ecole publique : Enfin une refondation qui la conforte ? »

       http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=217
      Je veux quand même dire bon courage à ceux qui essayeront, la seule bonne idée du ministre pour le moment srait deux semaines de classe en juillet, à mon avis...


      • baldis30 8 mars 2013 23:45

        évidemment le maintien de la semaine de quatre jours permet aux plus heureux de pouvoir profiter agréablement de la résidence secondaire ... mais bien sûr j’affabule , cette réforme là n’était que pour le bien des enfants ....
        L’étalement sur quatre jours et demi est déjà un peu plus raisonnable vis-à-vis des capacités cognitives des enfants de moins de dix ans !
        Ce qui importe le plus c’est d’apprendre d’abord à lire et à écrire, dans le sens de la compréhension de ce que l’on lit et de ce que l’on écrit ! L’analphabétisme reconnu à l’entrée en 6éme , pour une part trop importante des élèves conduit immanquablement à des situations ultérieures d’exclusion : a-t-on bien les yeux ouverts ? avec les conséquences sociales qui en résulteront ... , c’est pas sûr !



        baldis30

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès