Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Repris de justice, est-ce un critère pour diriger le PS ?

Repris de justice, est-ce un critère pour diriger le PS ?

Il y a donc 2 postulants pour diriger le PS. D'un coté Harlem Désir comdamné pour emploi fictif ou Christophe Cambadelis poursuivit pour abus de bien social. Taper dans la caisse n'a pas l'air de poser problème de conscience au PS. Une normalité peut être ?

Martine Aubry, va choisir cette semaine, après conciliabule avec Jean-Marc Ayrault, cette autre personnalité déjà condamnée à six mois de prison avec sursis et 30 000 francs (4600 euros) d'amende, pour des faits de favoritisme. 

Le nom du candidat qui apparaîtra du chapeau devrait être soit Harlem Désir, soit Jean-Christophe Cambadélis. Deux hommes ayant déjà eu maille a faire avec la justice pour avoir confondu leur poche personnelle et celle de l'état.

Comment peut on aujourd'hui au PS apprendre a nager aux autres si les maîtres nageur ne savent pas nager ?

On est abasourdi de la gestion pyramidale de ce parti de gouvernement. Les militants de ce parti vont être pris pour cible et sujet de moquerie dans les semaines qui vont suivre au café d commerce comme jamais. Comment ne vont ils pas avoir un malaise de constater que l’ascenseur social des socialiste, c'est l'immoralité comme référence  ?

Revenons au premier candidat : Harlem Désir

-Harlem Désir a déjà bénéficié d’un passe droit pour services rendus par une amnistie de François Mitterrand concernant une dette de 80 000 francs au Trésor public, relative à des amendes de stationnement (décision de justice du 9 mai 1992) alors qu’il était président de SOS Racisme.

-De novembre 1986 à octobre 1987, il occupe la présidence de SOS Racisme tout en étant salarié par l’« Association régionale pour la formation et l’éducation des migrants », basée à Lille en tant que « formateur permanent » et il perçoit pour cet emploi fictif, un salaire mensuel net de 8 900 francs. Cela lui vaut d’être condamné, le 17 décembre 1998, à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende pour recel d’abus de biens sociaux. L'histoire ne dit pas si la maire de Lille était complaisante ou à l'insue de son plein grès.

Le second candidat, c'est Jean-Christophe Cambadélis

-Jean-Christophe Cambadélis est poursuivi pour recel d’abus de biens sociaux dans l’affaire Agos, société gestionnaire de foyers de travailleurs immigrés, il a été bénéficiaire d’un emploi fictif entre 1993 et septembre 1995 qui lui a rapporté plus de 442 000 francs (67 382,466 €), Jean-Christophe Cambadélis fut condamné en janvier 2000 à 5 mois de prison avec sursis et 100 000 francs (15 244,902 €) d’amende par le tribunal correctionnel de Paris.

-Mis en examen le 7 juin 2000 pour abus de confiance dans l’affaire de la MNEF, car soupçonné d’avoir bénéficié d’un emploi fictif au sein de la mutuelle étudiante MNEF entre 1991 et 1995, pour lequel il aurait touché 620 500 francs (94 580 euros) d’une filiale de la MNEF, au titre d’une activité permanente de conseil : « De 1991 à 1993, c’est en qualité de « sociologue » que Jean-Christophe Cambadelis a été rétribué à hauteur de 420 499 francs par la Mutuelle interprofessionnelle de France (MIF), une filiale de la Mnef. Cambadelis était alors député, avec revenus afférents. Non réélu en 1993, il reçoit jusqu’en 1995 quelque 200 000 francs supplémentaires de la MIF, en tant qu’administrateur « chargé des contacts auprès des ambassades ou des universités ». » Seuls « trois documents manuscrits » auraient attesté du « travail » du député.

Le 2 juin 2006, reconnu « coupable de recel d’abus de confiance  », il est condamné, à 6 mois de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende, dans l’affaire des emplois fictifs de la MNEF, par la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris. 

Alors après la nomination à la direction du parti, lequel des deux sera le prochain premier ministre ?

Une chose est sure, ils ont les bon critères pour êtres recrutés. Ils ont déjà étés condamnés comme notre actuel 1er ministre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • sirocco sirocco 6 septembre 2012 13:23

    Parce que vous croyez qu’à droite les politiques sont plus blancs ?


    • Garrigue Garrigue 6 septembre 2012 14:04

      LE fait que la droite ne soit pas plus « blanche » devrait donc empecher de critiquer un parti de gauche qui va se retrouver avec un repris de justice à sa tête ? Ou est la logique dans votre commentaire ? (et ne me dites pas que la presse ne parle pas des déboires judiciaires de l’UMP)


    • Micka FRENCH Micka FRENCH 6 septembre 2012 17:48

      De l’Ecossaise...

      L’auteur de cet article risque surtout d’être poursuivi(T) pour meurtre de la langue française....

      Micka FRENCH, hilare sur le Web..

      http://Mickafrench.unblog.fr


    • Yohan Yohan 6 septembre 2012 14:53

      Commentaire de Sirocco typique de l’antienne bien connue de la gauche : « quand vous êtes pris en flag, renvoyez la balle dans le camp adversaire ». 

      La droite ne se la joue parangon de vertu, contrairement à la gauche, qui aime tant à donner des leçons de morale ubi et orbi, d’où une critique ciblée bien méritée. Dans les démocraties du nord, celles que je juge respectables, un politique qui met de doigt dans le pot de confiture est discrédité à jamais. Chez nous, c’est tout le contraire, les truands sont mieux respectés que les victimes.

      • sirocco sirocco 6 septembre 2012 18:17

        Je ne défends pas la gauche. Ma phrase voulait simplement dire : (presque) tous pourris.


      • gonzales gonzales 6 septembre 2012 15:14

        et croyez vous que juppe qui a ete prive de ses droits civiques pendant 1an s’est prive pour prendre une place au gouvernement sarkozy un peu de memoire svp


        • Garrigue Garrigue 6 septembre 2012 15:49

          Le fait que Juppé ait été condamné justifierait donc a vos yeux que le PS se choisisse un repris de justice pour premier secrétaire ?

          La Liste des margoulins est très longue, à droite comme à gauche, et chaque camps semble vouloir se justifier en regardant la paille dans l’œil du voisin... Je comprends mieux pourquoi ce pays en soit là ou il est, finalement les français n’ont que ce qu’ils méritent .


        • gordon71 gordon71 6 septembre 2012 15:20

          Taper dans la caisse n’a pas l’air de poser problème de conscience au PS. Une normalité peut être ?

          ben c’est quand même ce que savent le mieux faire les élus de gauche

          être généreux avec l’argent gagné par les autres


          • LE CHAT LE CHAT 6 septembre 2012 16:06

            Ceux qui nous bassinent avec la gauche « morale » feraient mieux de se taire ......

            il manque un candidat , le prestidigiteur Jean Noel Guérini , l’homme qui transforme les verres de pastis en pots de vin  smiley


            • gonzales gonzales 6 septembre 2012 16:10

              garrigue je ne justifie pas et n’approuve encore moins mais je pense que la liste des margoulins doit etre plus longue a droite qu’a gauche car si l’on prends la 5eme republique a partir de de gaulle ,pompidou,giscard chirac et la cerise sur le gateau sarkozy qui ne s’est pas gene pour prendre notre peu de fric pour le file aux nantis sans compte lesenat qui a toujours ete de droite ainsi que debre qui a fait voter une loi pour que les ministres qui n’etaient pas reelus touchent plus de 5000 euros par mois pendant 5 ans au lieu de 6 mois

              quand a gordon je pense qu’entre chirac et sarkozy le tapage dans les caisses ne leur ont pas pose de problemes la preuve lisez un peu et voyez toutes les gamelles qu’ils ont au c ;; ;


              • Garrigue Garrigue 6 septembre 2012 17:06

                Votre réponse me conforte dans l’idée que le français méritent vraiment ce qui leur arrive.

                A vous lire la droite c’est le méchants car ils auraient magouillé plus que la gauche ! Vous voulez quoi ? Qu’on fasse les calculs et qu’on dise à celui qui a le moins magouillé de rattraper son retard pour respecter l’égalité citoyenne ? Et puis après tout, responsable mais pas coupable comme le disait Fabius...


              • Garrigue Garrigue 7 septembre 2012 08:50

                @ cogno3

                Je repondais au commentaires de gonzales ... votre réponse est donc nulle et non avenue.


              • kettner 7 septembre 2012 10:41

                @ gonzales

                Mercredi 25 janvier 2012
                Liste des députés UMP condamnés

                 

                La liste des députés UMP condamnés

                Ensemble, tout est possible. La République irréprochable et quelques uns de ses acteurs :

                 

                 

                Alain Agostini (UMP) 2008, condamné pour proxénétisme aggravé en bande organisée.

                Alain Carignon (UMP) 1999, condamné pour corruption, abus de biens sociaux et subornation de témoins.

                Alain Ferrand (UMP) 2006, condamné pour faux et usage de faux. 1998, condamné pour prises illégales d’intérêts et condamné pour fraude fiscale.

                Alain Juppé (UMP) 2007, condamné pour abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt.

                Alain Tuduri (UMP) 2009-2010, condamné pour discrimination raciale, pour avoir préempté les biens immobiliers que voulait acheter des personnes d’origines étrangères dans sa commune.

                Axel Poniatowski (UMP) 2010, condamné pour diffamation.

                Brice Hortefeux (UMP) 2010, condamné pour atteinte à la présomption d’innocence. Il a également été condamné pour injure non publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine. Le Parquet Général a requis sa relaxe, la décision a été mise en délibéré au 15 septembre.

                Brigitte Barèges (UMP) 2011, condamnée pour refus de mariage.

                Bruno Sandras (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.

                Charles Fabre (UMP) 2010, mis en examen pour favoritisme.

                Charles Pasqua (UMP) 2009 à 2010, condamné pour trafic d’influence, pour favoritisme, pour faux, financement illégal de campagne et abus de confiance. Il est cité dans l’affaire de recel d’abus de biens sociaux pour l’association France Afrique Orient. Il également mentionné dans l’affaire du financement occulte du ministère de l’Intérieur et de l’Union des groupements d’achats publics.

                Christian Vanneste (UMP) 2006 et 2007, condamné pour propos homophobes, condamnation confirmée par la Cour d’Appel puis annulée par la Cour de Cassation. Il avait déclaré l’homosexualité inférieure à l’hétérosexualité et que l’homosexualité était une menace pour l’humanité.

                Claude Polony (UMP) 2001-2009, reconnu coupable de prise illégale d’intérêt, favoritisme et détournements de fonds.

                Daniel Simonpieri (FN puis UMP), condamné pour favoritisme, fausses factures et emploi fictif. Il avait déjà été condamné pour harcèlement moral.

                Damien Meslot (UMP) 2010, condamné pour outrage à magistrat, mis en examen pour atteinte ou tentative d´atteinte à la sincérité d´un scrutin.

                Denis Gautier-Sauvagnac (UMP) 2008, mis en examen pour blanchiment d’argent.

                Denis Jacquat (UMP) 2011, condamné pour abus de confiance et infraction à la législation sur le financement des campagnes électorales.

                Didier Schuller (RPR-UMP) 1994, il s’enfuit aux Bahamas après la révélation d’une tentative de déstabilisation du juge Éric Halphen puis il continue sa cavale en Dominique Républicaine où il bénéficie d’une protection diplomatique, avant de revenir en France.

                2005, condamné pour financement illégal de sa campagne.

                2007, condamné pour avoir fait financer de façon occulte des activités politiques.

                Dominique Paillé (UMP) 2004, condamné pour abus de confiance.

                Frédéric Chazal (UMP) 2010, condamné pour diffamation.

                Gaston Flosse (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.

                Georges Tron (UMP) 2011, mis en examen pour harcèlement sexuel, agression sexuelle et viol.

                Gérard Dezempte (UMP) 2006, condamné pour discrimination.

                Gérard Larrat (UMP) 2011, condamné pour constitution de partie civile abusive ou dilatoire dans le but de nuire à son adversaire socialiste.

                2011, mis en examen pour complicité d’atteinte à la sincérité du scrutin, complicité de faux administratif et usage et complicité de manœuvre frauduleuse tendant à l’exercice irrégulier du vote par procuration, son élection a été annulée.

                Gilles Forray (UMP) 2006, condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.

                Guy Drut (UMP) 2005, condamné pour avoir bénéficié d’un emploi fictif.

                Guy Wildenstein (UMP) 2011, mis en examen pour recel d’abus de confiance.

                Henry Chabert (UMP) 2002, condamné pour recel d’abus de biens sociaux.

                Jacques Blanc (UMP) 2009, mis en examen pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêt.

                Jacques Masdeu-Arus (UMP) 2006 à 2009, condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.

                Jacques Myard (UMP) 2009, condamné pour diffamation.

                Jean Reynaud (UMP) 2004, condamné pour prise illégale d’intérêt. 2006, condamné pour harcèlement moral et dégradation des conditions de travail.

                Jean Tiberi (UMP) 2009, condamné pour occupation illégale des locaux de sa permanence et fraude aux électeurs.

                Jean-Louis Garnier (UMP) 2011, condamné pour coups et blessures.

                Jean-Louis Masson (UMP) 1997, condamné pour avoir financé la campagne d’un concurrent afin d’affaiblir sa rivale à droite.

                Jean-Paul Alduy (UMP) 2008, son élection est annulée pour fraude.

                Jean-Paul Fournier (UMP) 2009 à 2010, condamné pour prise illégale d’intérêt.

                Joëlle Ceccaldi-Raynaud condamnée (UMP) 2006, condamnée pour diffamation et complicité de diffamation.

                Joëlle Ferrand (UMP) 2010, condamnée pour prise illégale d’intérêt et malversations.

                Laurence Spicher-Bernier (UMP) 2010 à 2011, condamnée pour exercice illégal de la profession d’avocat et escroquerie.

                Lionel Cressiot (UMP) 2011, mis en examen pour injures et diffamation.

                Lucette Michaux-Chevry (UMP) 2002, condamnée pour favoritisme dans l’attribution de marchés publics.

                Manuel Aeschlimann (UMP) 2009, condamné pour favoritisme dans l’attribution d’un marché public.

                Marie-Jeanne Bozzi (UMP) 2002, condamnée pour proxénétisme aggravé, association de malfaiteurs et dissimulation de travail clandestin.

                2007, condamnée pour soustraction au paiement de l’impôt, omission de déclaration et fraude fiscale.

                2009, mise en examen pour association de malfaiteurs en vue de la commission d’un homicide en bande organisée.

                Maurice Gutman (UMP) 2010, condamné pour proposition sexuelle à une mineure de 12 ans.

                Michel Buillard (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.

                Michel Habig (UMP) 2006, condamné pour avoir fait incendier 14 caravanes appartenant à des Roms installées sur un terrain municipal.

                Nicolas Bazire (UMP) 2011, mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.

                Olivier Deleu (UMP) 2011, mis en examen pour injures et diffamation.

                Olivier Rey (UMP) 2008, condamné pour violences, menaces et dégradation grave du bien d’autrui à raison de la religion.

                Pascal Buchet (UMP) 2007-2011, condamné pour harcèlement moral ayant mené au suicide.

                Patrick Balkany (UMP) 2003, condamné pour injure publique et pour diffamation. 1999, condamné pour avoir rémunéré aux frais du contribuable trois personnes désignées comme des employés municipaux mais qui ne s’occupaient que de son appartement de Levallois-Perret et de sa résidence secondaire près de Giverny.

                Philippe Brun (UMP) 2011, condamné pour fraudes et multiples abus de biens sociaux.

                Pierre Bédier (UMP) 2009, condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.

                Philippe Pemezec (UMP) 2010, condamné pour injures. 2007, condamné pour irrégularités lors de sa campagne, son élection sera annulée.

                Renaud Donnedieu de Vabres (UMP) 2004, condamné pour blanchiment d’argent.

                2011, mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.

                René Vestri (UMP) 2009, condamné pour travail dissimulé.

                2010, mis en examen pour blanchiment à titre habituel et en bande organisée, trafic d’influence et association de malfaiteurs.

                Richard Cazenave (UMP) 1999, condamné pour abus de biens sociaux.

                2004, condamné pour recel et complicité d’abus de biens sociaux.

                Serge Dassault (UMP) 1998, condamné pour corruption. 2010, condamné pour procédure abusive.

                2009, condamné pour avoir acheté des voix lors des municipales.

                Thérèse Aillaud (UMP) 2002, condamnée pour détournement de fonds publics.

                Thierry Gaubert (proche de l’UMP, collaborateur de Sarközy) 2008, mis en examen pour abus de biens sociaux et escroquerie.

                2011, mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.

                Thierry Leprince (UMP) 2007, condamné pour viol sur une mineure de 12 ans.

                Vincent Toni (UMP) 2008 et 2011, condamné pour corruption passive.

                Xavier Dugoin (UMP) 1997 , condamné pour trafic d’alcool, salaires fictifs et corruption.

                1999 à 2000, condamné pour abus de confiance, détournement de fonds publics, falsification de documents administratifs et prise illégale d’intérêt.

                2001, mis en examen dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs du conseil général de l’Essonne, cette procédure sera annulée pour vice de forme.

                 

                2010, un cadre de l’UMP dont le nom n’a pas été diffusé a été mis en examen pour vol de carte bancaire d’un ancien dirigeant et pour le piratage, lors de la guerre interne à l’UMP 31, de l’ordinateur de l’ex-présidente Christine de Veyrac.
                Les policiers ont retrouvé des objets acquis frauduleusement au domicile du jeune homme.

                L’UMP condamnée pour atteinte au droit à l’image avec son LipDub en diffusant pour le clore la photo d’une jeune femme n’y ayant pas consenti.

                L’UMP, à l’origine de la loi Hadopi, condamnée pour piratage d’une musique de MGMT utilisée lors de leurs meetings et pour illustrer plusieurs vidéos diffusées sur Youtube.


              • Garrigue Garrigue 7 septembre 2012 11:45

                @kettner

                Pourquoi ne faire la liste que pour l’UMP ?

                Jean-Marc Ayrault : 1997 condamné à une peine de six mois de prison avec sursis et 30 000 F d’amende pour favoritisme
                Harlem Désir : condamné, le 17 décembre 1998, à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende pour recel d’abus de biens sociaux
                Jean-Christophe Cambadélis : condamné en janvier 2000 à 5 mois de prison avec sursis et 100 000 francs pour recel d’abus de biens sociaux.
                Gérard Dalongeville - ex maire socialiste de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) et conseiller communautaire, mis en examen le 9 avril 2009 pour « corruption, détournement de fonds publics, faux en écriture privée et usage de faux, favoritisme et recel de favoritisme » dans une affaire de fausses factures et marchés truqués. Il a été mis en détention provisoire durant 8 mois et vient de publier un livre relatant ses ennuis judiciaires, intitulé « ROSE MAFIA » que l’on vous recommande Dominique Strauss-Kahn :
                Arnaud Montebourg : Ministre du Redressement Productif, président du Conseil Général de Saône-et-Loire, condamné le 23 mai 2012 par le tribunal de grande instance de Paris à 1 euro de dommages et intérêts à verser à chacun des cinq demandeurs et 3000 euros au titre des frais de justice pour « injure publique ». Il a fait appel de ce jugement.
                Christian Bourquin : Sénateur socialiste des Pyrénées Orientales, président du Conseil Régional Languedoc-Roussillon, condamné le 12 janvier 2012 par le TC de Bordeaux pour « favoritisme dans l’attribution de marché public ». Condamné le 1er novembre 2010 par la Cour d’appel d’Aix en Provence à 5000 € d’amende pour « minoration de compte de campagne ».
                Jean-François Noyes- conseiller général socialiste des Bouches du Rhônes, ancien directeur de cabinet de Jean-Noel Guérini, ancien président de Treize Habitat, bailleur social du CG13, mis en examen le 11 janvier 2012 pour « association de malfaiteurs en vue de trafic d’influence et recel de trafic d’influence ».
                Lyne Cohen-Solal - socialiste, adjointe au maire de Paris, conseillère de Paris. Condamnée le 15 décembre 2011 par la Cour d’appel de Douai au remboursement de 19 654 euros + intérêts à la Communauté urbaine de Lille pour recel d’abus de confiance, avec le bénéfice d’une amnistie au pénal, dans l’affaire de son emploi fictif datant de 1992.
                Pierre Mauroy - ex-président socialiste de la communauté urbaine de Lille. Condamnée le 15 décembre 2011 par la Cour d’appel de Douai pour recel d’abus de confiance, avec le bénéfice d’une amnistie au pénal, dans l’affaire de l’emploi fictif de Lyne Cohen-Solal.
                Serge Andreoni - sénateur socialiste des Bouches-Du-Rhônes, maire de Berre-l’Etang, mis en examen le 17 octobre 2011 pour « complicité de trafic d’influence dans une affaire de marché public présumé frauduleux ».
                Jean-Noel Guérini- sénateur socialiste des Bouches-Du-Rhônes, président du Conseil général des Bouches-Du-Rhônes, mis en examen le 8 septembre 2011 pour « association de malfaiteurs ».
                Bernard Granié socialiste, adjoint au maire de Fos-sur-Mer, président du syndicat d’agglomération nouvelle Ouest-Provence, condamné le 7 septembre 2011 par la Cour d’appel d’Aix à 2 ans de prison ferme, 100 000 euros d’amende et 5 ans d’inéligibilité pour « corruption dans le cadre d’un marché public ».
                Patrick Sève - Maire socialiste de l’Haÿ-les-Roses, vice-président de la communauté d’agglomération du Val de Bièvre, ex-député, ex-conseiller général, mis en examen le 7 septembre 2011 pour « octroi d’avantages injustifiés » et « soustraction de fonds publics ».
                Pascal Buchet - maire socialiste de Fontenay-aux-Roses, condamné le 27 juin 2011 par le TC de Nanterre, à 8000 euros d’amende et 15 000 euros de dommages et intérêts, pour « harcèlement moral » après le suicide de sa directrice de communication. Il a fait appel de ce jugement.
                Sylvie Andrieux - députée socialiste des Bouches-du-Rhônes, conseillère municipale de Marseille, conseillère de la communauté urbaine de Marseille, ex-vice-présidente du Conseil Régional (démissionnaire) actionnaire de la Socoma. Mise en examen le 8 juillet 2010 pour « complicité de tentative d’escroquerie et détournement de fonds publics ». Voir article de presse
                Jean-Pierre Kucheida - député socialiste du Nord, maire de Liévin, président de l’Epinorpa, de la Soginorpa, de l’Adévia. La DNIF et la PJ de Lille enquêterait dans une affaire d’abus de biens sociaux et de corruption dans laquelle serait impliqué Kucheida. Il n’y a pas de mise en examen, mais le PS a déjà averti le député que sa circonscription sera réservé à un autre socialiste ...
                Monique Delessard - maire socialiste de Pontault-Combault, vive-présidente de la communauté d’agglomération La Brie Francilienne, vice-présidente du Conseil général de Seine et Marne. Comdamnée en mai 2010 par la Cour d’appel de Paris, à 15 mois de prison avec sursis et 3 ans de privation de droits civiques donc d’inéligibilité, pour « faux en écriture publique ». Elle se pourvoit en cassation (suspensif).
                Jean-Michel Baylet- sénateur radical de gauche et président du Conseil général de Tarn-et-Garonne, président de la communauté de communes des Deux-Rives. Mis en examen en 2009 pour « favoritisme dans l’attribution de marché public ». Condamné par la Cour d’appel de Toulouse en 2003 à 6 mois de prison avec sursis et 30000 euros d’amende pour « abus de biens sociaux, recel d’abus de biens sociaux, faux et usage de faux ». Condamné par le TC de Toulouse en 2007 pour « abus de bien sociaux ». Cela ne l’a pas empêché de se présenter à la primaire socialiste !
                Robert Navarro - sénateur socialiste de l’Hérault, vice-président du Conseil Régional de Languedoc-Roussillon, impliqué dans une affaire présumée d’abus de confiance. Le Parti socialiste à déposé une plainte contre lui. Pas de mise en examen à ce jour.
                ( 23 janvier 2012- garde à vue pour Dominique Navarro, son épouse - et par ailleurs attachée parlementaire de François Rebsamen - ainsi que pour 2 attachés parlementaires du sénateur à l’époque de son mandat de député européen et pour le maire d’Avène, le socialiste Guy Caballe. Navarro, responsable de campagne de François Hollande pour l’Hérault serait proche d’une mise en examen...)
                Jacques Mahéas- sénateur socialiste de Seine-St-Denis (jusqu’au 30 septembre 2011), ex-député de Seine-St-Denis, Maire de Neuilly-sur-Marne, condamné par la Cour d’appel de Paris à 15 000 euros d’amende et 35 000 euros de dommages et intérêts pour « attouchements sexuels et baisés forcés » sur la personne d’une employée municipale.
                Jean-Paul Huchon - président socialiste du Conseil régional d’ Ile-de-France, condamné le 20 février 2007 par le TC de Paris pour « prise illégale d’intérêts dans des marchés publics », à 6 mois de prison avec sursis, 60 000 euros d’amende et un an d’inégibilité, puis la peine est confirmée en appel le 21 novembre 2008, hormis l’inéligibilité
                Henri Emmanuelli - Député socialiste, président du conseil général des Landes, condamné le 16 décembre 1997 à 18 mois de prison avec sursis et 2 ans de privation de ses droits civiques, pour « complicité de trafic d’influences », dans l’affaire Urba.
                Alain Belviso (PCF) :
                Ex Président de l’Agglo d’Aubagne, mis en examen en 2010 dans le cadre de l’Affaire Alexandre Guérini mais également dans le cadre d’une affaire de faux en écriture privées et usages de faux.
                Alain Rist (Vert) :
                Ex Vice Président de Conseil Régional d’IDF condamné en 2006 pour être allé sur des sites pédophiles et avoir téléchargé des images à caractère pédophile.
                Anne Hidalgo (PS) :
                Actuelle adjointe au Maire de Paris condamnée en 2012 à 40 000 € d’amende pour infraction à la législation sur la durée du travail.
                Bernard Granier (PS) :
                Elu d’une intercommunalité condamné en 2011 pour corruption.
                Bernard Tapie (Divers Gauche) :
                Homme d’affaire, ex Ministre sous Mitterrand, condamné en 1996 pour corruption et subordination de témoin.
                Bertrand Delanöe (PS) :
                Actuel Maire de Paris condamné en 2010 pour atteinte au droit du travail.
                Catherine Trautmann (PS) :
                Ex Minsitre sous Jospin, condamnée en 1999 pour diffamation.
                Christian Cuvilliez (PCF) :
                Ex Député et actuel Conseiller Municipal de Dieppe condamné en 2000 puis confirmé en 2004 pour détournement de fonds publics et recel et une seconde fois en 2001 pour diffamation.
                Claude Pradille (PS) :
                Ex Sénateur, condamné en 1995 pour corruption.
                Dominique Plancke (EELV) :
                Actuel Conseiller Régional, condamné en 2006 pour le fauchage d’OGM. 
                Edmond Hervé (PS) :
                Actuel Sénateur, condamné en 1999 pour manquement à une obligation de sécurité dans l’affaire du sang contaminé.
                Elie Pigmal (PS) :
                Ancien Maire PS de Saint Estève, condamné en 2012 pour délit de favoritisme.
                Eva Joly (EELV) :
                Condamnée en 2011 pour diffamation à l’encontre de David Douillet.
                François Bernardini (ex/de nouveau ? PS) :
                Maire d’Istres condamné en 2001 pour ingérence, détournement de fonds publics, abus de confiance et abus de biens sociaux.
                François Xavier Bordeaux (PS) :
                Ancien dirigeant du PS bordelais condamné en 2011 pour abus de faiblesse
                Gabriel Conh Bendit (Verts) :
                Frère de Dany Le Rouge, condamné en 2005 pour diffamation.
                Gérard Monate (syndicaliste) :
                Condamné dans l’affaire Urba.
                Gérard Piel (PCF) :
                Conseiller Municipal d’Antibes condamné en 2011 pour outrage envers un huissier.
                Guy Roueyre (PCF) :
                Ex Conseiller Régional démissionnaire, condamné en 2011 pour agressions sexuelles.
                Jack Lang (PS) :
                Député du Pas de Calais condamné en 2008 pour rupture de contrat.
                Jack Mellick (PS) :
                Actuel Député et Maire de Béthune dans le Pas de Calais,condamné en 1997 dans l’affaire OM-VA pour faux témoignage.
                Jacques Mahéas (PS ou apparenté) :
                Ex Sénateur et Maire de Neuilly Sur Marne en Seine Saint Denis condamné pour agression sexuelle.
                Jeanine Ecochard (PS) :
                Actuelle Vice Présidente du Conseil Général des Bouches-Du-Rhônes, condamnée en 1998 dans l’affaire Urba(financement occulte du PS).
                Jean-Christophe Mitterrand :
                Fils de François Mitterrand, ex conseiller de son père à l’Elysée pour les affaires africaines, condamné en 2009 pour recel d’abus de bien sociaux.
                Jean-François Noyes (PS) :
                Conseiller Général des Bouches-Du-Rhône, mis en examen en 2012 dans le cadre de l’Affaire Guérini pour association de malfaiteurs en vue de trafic d’influence et recel de trafic d’influence.
                Jean-Marie Le Chevallier (PS) :
                Actuel Député, condamné en 2003 pour subordination de témoin
                Jean-Pierre Balduyck (PS) :
                Actuel Député du Nord, condamné en 2005 pour favoritisme a fait appel de sa condamnation.
                Jean-Pierre Destrade (PS) :
                Ex élu et Porte Parole du PS condamné en 2005 pour escroquerie et trafic d’influence.
                Jean-Vincent Placé (EELV) :
                Condamné le 10 février 2012 pour diffamation à verser 1 500 €urosde dommages et intérêts au sulfureux Christian Vanneste
                José Bové (EELV) :
                Actuel Député Européen, condamné en 2006 pour le fauchage d’OGM. 
                Julien Dray (PS) :
                Député et Conseiller Régional IDF non condamné mais qui a fait l’objet d’un rappel à la loi en 2009.
                Khadija Aram (ex PS) :
                Ancienne élue municipale condamnée en 2011 pour trafic d’influence et abus de confiance.
                Laroussi Oueslati (PRG) :
                Mise en examen en 2010 pour trafic de faux diplômes.
                Line Cohen Solal (PS) :
                Actuelle adjointe au Maire de Paris, condamnée en 2011 dans la même affaire que celle touchant Pierre Mauroy.
                Malek Boutih (PS ou ex PS) :
                Ancien candidat aux Législatives en 2007, condamné en 2006 pourdiffamation.
                Maxime Gremetz (ex PCF désormais sans étiquette) :
                Ex Député de la Somme, condamné en 2000 pour violence avec arme en ayant forcé un barrage de police, licenciement abusif, etc...
                Michel Delebarre (PS) :
                Ancien Ministre sous Mitterrand, condamné en 2005 dans l’Affaire des Ecoutes Téléphoniques.
                Michel Laignel (PS) :
                Condamné en 2006 pour faux, usage de faux, délit de favoritisme, prise illégale d’intérêt, et détournement de fond.
                Michel Pezet (PS) :
                Ancien Député des Bouches-Du-Rhône, et actuel Conseiller Général du même département, condamné en 1998 pour recel de fonds utilisés [pour un financement politique] en dehors de tout enrichissement personnel.
                Mohamed Abdi (PS) :
                Condamné en 2007 pour escroquerie.
                Monique Delessard (PS) :
                Actuelle Maire de Pontault-Combaut en 2010 pour mariage illégal.
                Noel Mamère (Ecologiste) :
                Condamné en 2000 pour diffamation.
                Olivier Besancenot (NPA) :
                Ex candidat à la présidentielle, condamné en 2011 pour séquestration.
                Patrick Sève (PS) :
                Maire de L’Hay-Les-Roses mis en examen en 2011 pour octroie inustifié de marchés publics et soustraction de fonds publics.
                Pascal Buchet (PS) :
                Maire PS de Fontenay Aux Roses condamné en 1ère instance en 2011 pour harcèlement moral après le suicide d’une de ses collaboratrice.
                Philippe Sanmarco (PS) :
                Ancien Député Socialiste des Bouches-Du-Rhône, condamné en 1997 pour complicité de trafic d’influence dans l’affaire du financement occulte du PS, l’Affaire Urba.
                Pierre Mauroy (PS) :
                Ex 1er Ministre sous Mitterrand et ex Maire de Lille condamné en 2011 pour emploi fictif.
                Pierre Moscovici (PS) :
                Actuel député, condamné en 2001 pour atteinte au droit à l’image.
                René Teulade (PS) :
                Ministre des Affaires sociales sous François Mitterrand (1992-1993), actuel Sénateur de Corrèze, condamné en juin 2011 pour abus de confiance.
                Robert Gaïa (PS) :
                Député du Var condamné en 2002 pour favoritisme.
                Ségolène Royal (PS) :
                Présidente de Région Poitou Charente et ex Ministre sous Mitterrand, condamnée en 2008 pour licenciements abusifs.
                Serge Andréoni (PS) :
                Actuel Sénateur Maire mis en examen en 2011 pour complicité de trafic d’influence dans le cas de l’affaire Guérini.
                Yacine Chaouat (PS) :
                Actuel adjoint au Maire du 19ème Arrondissement chargé de la médiation et condamné en 2011 en appel pour violences conjugales.

                etc...


              • Romain Desbois 7 septembre 2012 12:07

                Et on attend avec impatience le procès de l’UIMM et Karachi !!!!


              • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 7 septembre 2012 12:28

                Putain, il est haut le niveau du débat politique.


              • Garrigue Garrigue 7 septembre 2012 12:46

                Quel débat politique ? L’UMP et le PS font exactement la même chose : obéir aux directives de Bruxelles.


              • kettner 7 septembre 2012 17:05

                @ Garrigue

                tout simplement parce que j’attendais que garrigue ou un autre nous sorte celle du PS et de façon plus subsidiaire il s’agissait d’une réponse à gonzales . Mais on aurait très bien pu faire une liste unique pour illustrer la moralité de la vie politique française .


              • Romain Desbois 7 septembre 2012 23:12

                Intéressant !

                La liste des politiques de droite est moinsée alors que celle de gauche est plussée .

                Y aurait-il des bons pourris et des mauvais pourris ? On voit là l’honnêteté du citoyen lambda !


              • Garrigue Garrigue 8 septembre 2012 09:06

                @ kettner

                J’ai ajouté « quelques » gredins du PS mais aussi du PC et d’EELV histoire de rafraichir quelques mémoires défaillantes.

                 smiley


              • leypanou 6 septembre 2012 16:15

                @auteur :

                « Alors après la nomination à la direction du parti, lequel des deux sera le prochain premier ministre ? » : je prends le pari contre vous, je réponds AUCUN.

                Votre talent de talent créateur partant de 0 apparemment n’a pas pensé à une réponse aussi élémentaire. Et puis, de toute façon, PS ou UMP, les magouilles, cela ne date pas d’aujourd’hui, c’est à TOUS les citoyens de les dénoncer. Il faut avoir une mémoire sélective pour ne pas se rappeler de ce qui s’est passé à la mairie de Paris pendant de nombreuses où gauche et droite se sont servies, au détriment des contribuables parisiens.


                • spartacus spartacus 6 septembre 2012 16:54
                  Quand a ce que un des deux soit premier ministre, ils en sont bien capables ! 
                  ils n’en sont tellement ubuesques.
                  Au moins ministre un jour. Pari tenu. 
                  D’un un nœud de vipères, ne sort jamais un agneau.

                  Nous n’avons pas le mêmes valeurs. 
                  Un président de parti doit être exemplaire. 
                  Point.
                  Mettre volontairement des personnes qui ont usé de leur position pour se remplir leurs poches a ce poste c’est vraiment lamentable, et méprisant de ces électeurs. 
                  Surtout après cette élection ou les socialistes ont vanté leur « morale » par opposition aux autres.

                  • Romain Desbois 7 septembre 2012 12:00

                    là dessus je vous rejoints .

                    Et je me souviens de Hollande défendre les magouilles sur le financement des partis sous prétexte qu’il n’y avait pas de loi.

                    Comme si le trafic d’influence, les fausses factures , le détournement d’argent et de bien publics n’étaient pas illégaux auparavant !


                  • non667 6 septembre 2012 19:40

                    quand on pense que si lepen avait détourné 1€ le canard en aurait fait sa une ainsi que tous les médias et il aurait été condamné par les juges rouges du sm a de la prison sans sursis !

                    pas besoin de ressortir l’ histoire de milliardaire qui ne doit rien au vol ,a l’exploitation , à la malhonnêteté (certifiée par badinter,joxe ,charasse ,dumas qui n’ont rien pu faire malgré leur désirs !
                    mais seulement à un don EXTRA FAMILIAL un don pour sympathie nationaliste qui déshéritait ses neveux mondialistes !
                    il ne faut rien avoir de sensé à reprocher au F.N. pour sortir de telles inepties !

                    pas besoins d ’ajouter l’histoire du drogage à l’alcool du légataire , les mêmes ministres et juges aux ordres ne l’aurait pas laissé passé .C’est le dernier crachat que les opposants DÉPITÉS on trouvé et que les benêts et faux derch ressortent ,et je le répète faute d’arguments sérieux .

                    le F.N. parti main blanche seul face au front RIPOUBLICAIN 

                     


                    • simir simir 7 septembre 2012 08:24

                      Tenez voici pour le don EXTRA FAMILIAL :

                      En 1994 JMLP hérite de 500000 frs de Henri Bussière qui souffrait de troubles psychiatriques. Le trésorier du parti lui avait dit qu’il devait verser l’argent à JMPL et à lui seul.
                      Annulation du testament et condamnation de Le Pen aux dépends et qui doit verser 5000 francs à la soeur du défunt.


                    • non667 7 septembre 2012 15:08

                      à simir
                      à simir vous confirmez que lorsque les lepen font quelque chose d’illégal ils sont condamnés !
                      ce cas bussière représente 500 000 francs soit mois de 70000€ ,soit moins que le prix d’un rapport de dsk pour la MNEF (mutuelle des étudiants mise en faillite ! ) ! qui à été blanchi lui et n’a pas remboursé  !
                      vous savez très bien aussi que le leg dont je parle n’est pas celui-ci mais le leg lambert des cimenteries ! soit 4,5 milliard d’anciens francs !650 fois moins en € !
                      faute d’argument sérieux vous êtes contraint de sortir vos minables petites crottes de valet du N.O.M.  smiley smiley smiley smiley


                    • Romain Desbois 7 septembre 2012 08:34

                      Force est de constater que pour les électeurs, la probité et l’honnêteté ne sont pas des critères de choix pour leur vote, quelque soit le parti.

                      Certes au gvt ils ne sont pas élus mais quel message envoyons nous quand des Dassault, des Emmanueli, des Pasqua etc.... sont réélus .

                      Et force est de constater que beaucoup s’abstiennent au lieu d’user de leur petit pouvoir pour au moins essayer de virer les plus pourris.


                      • gonehilare gonehilare 7 septembre 2012 11:18

                        Il est assez amusant de noter dans le curriculum (provisoire) de ces deux imposteurs qu’ils ont entamé leur « carrière » grâce au charity-business lié aux migrants.

                        L’immigration était déjà une source de profits pour les filières mafieuses.
                        Il faudra désormais compter avec les combinards du PS...


                        • ricoxy ricoxy 7 septembre 2012 11:30

                          « En politique, il ne faut jamais hésiter à prendre le droit chemin, on n’y rencontre jamais personne » (Bismarck)


                          • Romain Desbois 7 septembre 2012 12:05

                            Les électeurs ne veulent pas d’incorruptibles à la barre, le score d’Eva Joly en est la preuve.

                            Les français seraient-il si honnêtes que cela qu’ils aient eu peur de l’élire ?


                          • ykpaiha ykpaiha 7 septembre 2012 11:33

                            On nous rebat les oreilles au quotidien sur des « principes de précaution » aussi tartufes que grotesques, la machine a decerveler pompent a qui mieuxmieux les poves tartuffes consentant ( energie, securité, circulation etc).

                            On campagne a qui mieux mieux sur la nouvelle délinquence en col blanc, mais lorsqu’un alibaba col blanc verreux annonce une ineptie et un vol a la tire les marché (cad les 40 ...) gagnent 5%
                            ( que ne dirait on si une annonce du ministere en charge permette 5% de baisse du chomage ?)

                            Le non cumul des mandats sorte de mirroirs aux alouettes,permet ainsi d’occulter la foirfouille qu’est devenu la France social-Ump.

                            Voleurs ; menteurs profiteurs invités au banquet de la sainte-shnouf, quoi de plus évident, puisque de toute facon ils n’ont plus besoin de se cacher, autoblanchis par des partenaires qui sont entrés dans le « Cercle ».

                            Toutes ces portes ouvetes pour dire quoi ? et bien leur monde gravite autour d’eux meme, et par mimetisme ils croient que tout le peuple est a l’aune de leurs vérités,

                            Comme tout prédateur (qu’ils sont devenus) mieux vaut mordre qu’etre mordu, donc ils font et feront les poches de chacun d’entre nous de peur que ce soit nous qui le fassions.

                            C’est simple .. et implacable.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès