Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Retraites complémentaires : suite des négociations

Retraites complémentaires : suite des négociations

Les négociations entre partenaires sociaux vont reprendre demain, mercredi 6 février, avec pour objectif de trouver des ressources complémentaires afin de faire face au déficit croissant des régimes Arrco/Agirc. La présidente du Medef (organisation patronale) Laurence Parisot s’y montre particulièrement agressive envers les ayants-droits. Elle y est indirectement aidé par le sondage que vient de révéler le journal « 20 Minutes ». Pour 67% des sondés, le recul à 65 ans de l’âge de la retraite est inéluctable (Institut CSA pour le compte du cercle des Epargnants). Ils n’étaient que 60% en 2011 et 57% en 2012.

Un sondage qui évoque une mobilité des esprits.

Ce début de « vent de panique » chez les ayants droits trouve sa source dans le dernier rapport du conseil d’orientation des retraites (COR) qui estime le déficit des deux régimes à plus de 20 milliards d’euros en 2020. Il est donc naturel que le financement des pensions devienne la préoccupation première des français. « La retraite concerne tout le monde et pour les Français la question qui se pose à leurs yeux désormais est : le système va-t-il faire faillite ? » déclare Philippe Crevel, Secrétaire général du cercle des épargnants.

Le clivage droite/gauche est emporté puisque si 76% des sympathisants de droite sont favorables à cet allongement ils sont tout de même 52% à gauche à penser la même chose. Par contre on retrouve le clivage social des cadres supérieurs à 75% et des ouvriers à seulement 38%. La même enquête pointe un souhait majeur de changement du système en passant par l’instauration d’une retraite par points (système existant en Suède) et non plus par trimestres, 58% ders sondés y sont favorables alors que seulement 35 % des sondés restent favorable au maintien du système actuel.

Les négociations en cours.

Si une hausse des cotisations n’est pas envisageables, vu le refus systématique du Medef exprimé à toute occasion par Jean-François Pilliard, la recherche de nouvelles ressources est toujours d’actualité aux fins de légitimer un accord à l’issue de ces négociations. Ce sont 6 milliards d’euros à trouver pour 2017.

Lors de la dernière séance le patronat avait avancé l’idée de désindexer la valeur du point, en limitant la hausse annuelle à moins un point de l’indice Insee mesurant l’inflation, pendant un période transitoire de 5 ans. Il leur reste un petit mois de discussion pour trouver un accord. L’accord sur l’emploi pèse dans les négociations, puisque ce dernier a déjà prévu de demander aux employeurs de mettre la main au porte monnaie par le biais de la taxation des CDD et la création d’une complémentaire santé pour tous les salariés.

Pour les patrons la coupe est pleine, ils ne lâcheront rien sur le montant des cotisations. D’autant plus que se pointe dans le calendrier social la négociation avec le gouvernement sur le régime général des retraites et….. celle du financement de la protection sociale.

Sur la base du front du refus Laurence Parisot a lâché du leste en affirmant que s’il n’était pas question d’accepter la moindre cotisation de plus, on pourrait prévoir des redéploiements ». Elle propose en fait de « flécher » certaines cotisations patronales finançant la branche famille vers les retraites complémentaires.

Mais qu’en pensera le gouvernement qui se verra dans la situation de trouver d’autres ressources fiscales pour compenser : la TVA ou la CSG. C’est un peu un jeu de domino auquel se livre le patronat, renvoyant les responsabilités au gouvernement. D’autant plus que le Premier ministre a annoncé l’ouverture d’un nouveau chantier sur les prestations familiales. Mais quelque soit la solution proposée il faudra payer !!!

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • bigglop bigglop 5 février 2013 19:30

    Les financements existent, la preuve, le rapport de la Cour des Comptes de 2010 (PDF) sur les« dépenses » et les niches fiscales et sociales/ entreprises évaluées à minima pour 150 mds € (174 mds €) dont 50 mds€ pourraient être supprimées sans souci


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 5 février 2013 19:38

      oui encore faut-il les mettre en oeuvre et qu’un accord se dessinent entre partenaires sociaux. D’une manière générale il ya de l’argent quoiqu’on nous dise, il faut simplement une volonté politqiue pour opérer les redistributions qui s’imposent.



    • spartacus spartacus 5 février 2013 21:52

      Le rapport de la cour des comptes indique surtout que l’état est un bordel immense et qu’ils n’arrivent qu’a chiffrer à l’a peu près.

      Assez dramatique gestion !

    • philippe913 6 février 2013 08:54

      @Démosthène
      « Création de richesses par l’autorité publique dans le but de financer les institutions publiques. »

      l’autorité publique crée de la richesse ??


    • philippe913 7 février 2013 10:15

      elle créait de la monnaie, pas de la richesse, ça n’a rien à voir.


    • mario mario 5 février 2013 22:21

      il n’y a pas de probleme de financement des retraites ni des complementaires !

      facile de faire gober n’inporte quoi a l’abreuvoir des tf1 ou antenne 2 et d’autres. depuis plus de 10 ans on fait des exonerations de charges patronales de façon ponctuelle... si bien que chaque année on rabache les memes mensonges en disant au bon peuple , le decicit est reel ,il n’y a pas d’autres solution que de travailler plus longtemps .

      je suis en train de m’enerver , alors je vais faire court :

      le but c’est de faire crever un maximun de travailleurs avant l’age de la retraite pour gonfler un peu plus les poches des patrons point barre !

       


      • Yohan Yohan 6 février 2013 13:20

        Toujours les mêmes oeillères : patrons salauds /ouvriers gentils. S’il suffisait de faire payer les riches, on serait déjà tous riches. Les PME se servent des exonérations pour compenser leurs lourdes charges, c’est avec ça qu’elle peuvent continuer de conserver leur personnel, voire embaucher. Dans ce pays on impose et ensuite on fait un crédit d’impôt, on exonère de charges tout en les augmentant. On donne d’une main ce qu’on reprend de l’autre (cf : la taxe professionnelle).

         Discutez avec les petits patrons artisans, bpt, de presse, bar, tabac, épicerie, de quoi se plaignent-ils, d’être écrasés par la bureaucratie, par les taxes, par l’instabilité des Lois. Chez nous, 70% des cadres se disent prêts à monter un business, comme artisan, comme commerçant. Mais ils ne le font pas, trop anxiogène, trop de risques. Quand vous créez votre boite, avant même que vous ne receviez votre premier client, vous avez déjà une tonne de courriers comminatoires de l’Urssaf, des Caisses de retraites, etc.. dans votre boite aux lettres. Vous venez tout juste d’investir, et vous voyez déjà venir les suceurs de moelle. Comment voulez vous développer l’emploi avec ça. ça les ferait chier nos politiques de simplement faire ce que font nos voisins ? ou bien, faut-il se résoudre à voir nos entreprises tomber comme des dominos.
         

      • mario mario 6 février 2013 15:32

        cher monsieur, vous avez sans doute raison en ce qui concerne les artisants et petit commerçant.

        dans mon post, j’aurais du préciser que simplement les entreprises du cac 40 etaient emplement suffisante...parce que comme vous le savez elle payent moins de charges et moins d’impots que les petits.


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 février 2013 11:08

        Les caisses de retraite gérées par les « partenaires sociaux » :
        encore une de nos nombreuses féodalités.


        • foufouille foufouille 6 février 2013 11:38

          « D’autant plus que le Premier ministre a annoncé l’ouverture d’un nouveau chantier sur les prestations familiales »

          ca promet
          futur delire en vue

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès