Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sécurité scolaire : effets d’annonce sur fond de mauvais (...)

Sécurité scolaire : effets d’annonce sur fond de mauvais bilan

C’est dans les vieux chaudrons qu’on fait les meilleures soupes. Et voilà Nicolas Sarkozy qui enfourche son thème de prédilection : la sécurité. Grands moulinets et claquement de talonnettes. La chienlit à l’école, c’est fini. Jeudi, Nicolas Sarkozy a dévoilé une liste hétéroclite de mesures dans l’objectif de “sanctuariser” les établissements scolaires. Un discours qui, pour la gauche, trahit “l’échec” de la politique de sécurité du Chef de l’Etat. “Une mise en scène” pour “quelques voix de plus sur des thèmes censés mobiliser l’électorat de l’UMP”, dénonce François Bayrou.

Nicolas Sarkozy a finalement partiellement tranché en faveur de la ligne répressive préconisée par son ministre de l’Education. En dépit du scepticisme de la ministre de l’Intérieur et des doutes du corps enseignant. Il est vrai que Xavier Darcos se verrait bien à la place de Rachida Dati , place Vendôme. Toutefois, peut être parce qu’elles n’émanent pas de lui, le chef de l’Etat n’a pas retenu toutes les mesures prônées par Xavier Darcos. Notamment d’attribuer les pouvoirs d’officier de police judiciaire aux responsables d’établissement.

A l’Elysée, devant un parterre composé sur mesure pour l’occasion alliant policiers, gendarmes, magistrats et inspecteurs d’académie, le chef de l’Etat a justifié son tour de vis jouant comme à son habitude, sur le sentiment d’insécurité développé par une série de faits divers.

Je suis absolument déterminé à tout mettre en oeuvre pour que les résultats des trois derniers mois soient accidentels et ne traduisent pas une amorce de renversement de tendance“, a indiqué Nicolas Sarkozy, reconnaissant implicitement une dégradation des chiffres de la délinquance.

Constater une hausse de l’insécurité amène à s’interroger sur le bilan de l’ancien ministre de l’intérieur. Les statistiques, Nicolas Sarkozy les connaît. Et, elles ne sont pas bonnes d’où une absence de référence à des chiffres lorsqu’il évoque son “tour de vis” pour l’éducation nationale. Ce contexte difficile est difficilement compatible avec son exigence de suppressions de postes de surveillants, d’infirmiers, d’aide éducateurs voire d’enseignants qui influent directement sur la sécurité à l’école.

Nicolas Sarkozy se trouve aujourd’hui pris à son propre piège, allant jusqu’à avouer à demi-mot son impuissance. “J’entends les bonnes consciences qui crient au scandale quand le ministre de l’éducation nationale propose d’installer des portiques de sécurité à l’entrée des établissements. Bien sûr qu’il est regrettable d’en arriver là. Mais comment agir autrement dans un tel contexte. Attendre que l’irréparable se produise

Comme le décrypte Médiapart , ”Ce n’est qu’en sautant de l’école aux « voyous » que M. Sarkozy a retrouvé ses accents d’antan“. Nicolas Sarkozy n’est pas à l’aise sur le sujet de l’éducation jugé trop complexe et face à un corps enseignant insaisissable et difficilement manipulable. Retour donc à la stratégie du bouc émissaire. Pour l’Elysée, les mauvais quartiers sont les nids d’où partent tous les ennuis. “Aucune rue, aucune cave, aucune cage d’escalier ne doit être abandonnée aux voyous“, a déclaré le Chef de l’Etat, ordonnant la multiplication immédiate d’opérations “coup de poing”.

Elément toutefois encourageant, derrière les coups de menton, Nicolas Sarkozy a reconnu que “La prévention de la délinquance a été beaucoup trop négligée ces dernières années.” François Fillon est invité à plancher avec ses ministres sur un plan gouvernemental de prévention de la délinquance et d’aide aux victimes. Pas de mea culpa pour autant. Le Président a déclaré regretter que « sa » loi de 2007 sur « la prévention de la délinquance » n’ait pas été mise « pleinement en œuvre ». C’est donc la faute aux autres.

La méthode ne séduit pas François Bayrou.  C’est dévalorisant pour les Français qui sont des citoyens de leur servir comme cela des annonces à répétition, jamais suivies d’effets. C’est une mise une mise en scène pour que les élections européennes du 7 juin apportent quelques voix de plus sur des thèmes qui sont censés mobiliser l’électorat de l’UMP. Pour lutter contre la violence”dans les établissements scolaires, il faut mettre des surveillants, des adultes et des enseignants capables de comprendre et d’avoir de l’autorité et non pas les supprimer. Nicolas Sarkozy est responsable de la sécurité des Français depuis sept ans et on ne peut pas dire que les choses s’améliorent.” a dénoncé le leader du Modem jeudi à Bordeaux.

Le discours de Nicolas Sarkozy sur la lutte contre les bandes et les violences scolaires est un “aveu d’échec”, a jugé jeudi Delphine Batho, estimant qu’il s’agit d’annonces “sans lendemain”. “Quel terrible aveu d’échec”, a commenté la parlementaire des Deux-Sèvres sur France-Info. La députée socialiste a souligné que Nicolas Sarkozy était “chargé de la sécurité des Français depuis sept ans”.“Ce qui m’intéresse, c’est qu’il y a une situation de terrain qui effectivement se dégrade, avec des actes de violence extrêmes et face à cela, ce qu’on entend (…) c’est des discours et pas des actes, et ça, cela devient relativement insupportable pour les Français”.”ce discours on l’a entendu des dizaines de fois“.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • daniel daniel 29 mai 2009 12:22

    S’il en est un qui ferait bien de se taire, c’est F.Bayrou, l’inventeur de la « sanctuarisation » restée sans suite et autres promesses tout autant restées en l’état.
    Les portiques dans tous les établissements serait ruineux et irréalistes. Les fouilles systématiques injustifiées et impraticables concrètement ;

    Les derniers actes de violence ont parfois des causes sans rapport avec la délinquance .

    La seule mesure, gratuite, et efficace est d’habiliter officiellement les chefs d’établissement à faire vider les sacs et les poches quand ils le jugent nécessaire. Jusqu’à maintenant, ceux qui le faisaient n’étaient pas sûrs d’être « couverts » en cas litige avec les familles.


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 29 mai 2009 13:12

      Depuis le temps qu’on « agit avec détermination », et au kärcher, en plus, comment se fait-il qu’on en soit toujours à ce point ? Tout ça me dépasse. maintenant, Lefebvre veut faire travailler les malades. Pourquoi pas les morts ? Enfin, tant qu’on ne parle pas des européennes, c’est bon pour l’UMP.


      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 29 mai 2009 15:42

        Richard Mallié et 96 de ses collègues députés ont déposé en décembre 2005, sous l’implusion de de Jean-Pierre Garraud (député de Gironde), une proposition de loi qui permettrait de retirer la nationalité française aux délinquants qui bafouent et insultent en toute impunité les valeurs de la France.


      • Gabriel Gabriel 29 mai 2009 14:33

        Français, Françaises, Le temps des élections est arrivé. Oyez, oyez braves veaux, venez vous faire beurrer la tartine, les promesses ne coûtent rien ! Et j’en ai plein la musette. Ce qui m’épate le plus, c’est que ce thème fait toujours recette ! Petit rappel, pendant combien de temps cet enfoiré a été ministre de l’intérieur karcher en main ? Par pitié n’oubliez pas !


        • non666 non666 29 mai 2009 14:47

          Bonne rmarque.

          Sarkozy, c’est Chirac le demago en pire ; en version bling-bling « matahari »....

          A cauqe election , quelquesoit le sujet d’actualité du jour, il va nous chier une nouvelle loi, une nouvelle declaration tonitruante qui ne sera suivis...que d’eclat de rire par la presse allemande qui en a fait son nouveau toto....

          Tiens rappelez vous Sarkozy jurant , pendant les emeutes de 2004 qu’il ferait envoyer chez eux les etrangers qui seraient pris.....
          700 arrestation , puis 170 gardés a vue, puis 40 , puis 7 , puis 1.....puis 0
          C’est la faute des juges  ! pleurniche alors le petit geignard.

          Mais les juges ne font qu’appliquer les lois votées à l’assemblée nationale.
           Y compris celles a l’initiative des ministre de l’Interieur....
          Qu’y aurait il de changer pendant les prochaines emeutes ?
          Rien
          Comment jouer le jeux de la finance internationale, en mettant les travailleurs français sur leur sol avec des moins disants du tiers monde en les renvoyant chez eux ?

          Comment faire de la discimination « positive » si on vire les colons agressifs ?

          Mais au moment des elections c’est un peu particulier, les politiques , comme les danseuses nues des mauvais bistrots sont prets a tout montrer contre un billet....
          Pretes a chanter n’importe quoi, contre une voix, un pourboire....

          En tout cas en promesse !
          Parce que dès le lendemain, tout est oublié et c’est nous qui faisons la dinde qu’on bourre de marron !


        • Arno_ Arno_ 29 mai 2009 15:31

          Allez tiens, puisque c’est lié, je re-post ici mon commentaire a la vidéo de Fillon :

          Tous ces abrutis de droites imaginent résoudre le problème de la violence en l’assimilant au problème des armes dans l’établissement.

          Ainsi, en laissant les armes hors de l’école, la violence resterait au dehors ?

          Que feront-ils quand un élève aura planté un crayon, ou un compas de le dos ou le visage d’un enseignant ou d’un autre élève ? Va-t-il falloir également interdire les cutter en cours de dessin, les éprouvettes ou tout objet en verre dans les TP de chimie ?

          Même en les mettant complètement nus, qu’est-ce qui empêchera un passage a tabac ?

          S’il est évident (mais l’UMP et surtout Sarkozy adore enfoncer des portes ouvertes - démagogie sur toute la ligne) que des armes n’ont rien a faire dans un établissement scolaire, on le voit, réduire le problème de la violence, a celui de la présence d’armes a l’ecole est un trompe l’oeil et d’une cretinerie sans bornes. La réponse répressive et sécuritaire est la seule que ce gouvernement connait. Et quand ça ne marche pas, c’est qu’il faut frapper encore plus fort.

          A procéder de la sorte, il faudra progressivement mettre un flic derrière chaque élève...

          Est-ce la société que l’on veut ? Ou va-t-on, enfin, une bonne fois pour toute, chercher a comprendre les causes de la violence pour tenter de trouver une réponse appropriée et qui ne soit pas *uniquement* répressive ?


          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 29 mai 2009 16:05

            Je ne vois pas où est la répression dans les portiques ; il s’agit plutôt d’une prévention intrusive, d’une petite punition générale.

            Si l’on était suffisamment répressif avec les agresseurs de profs, et si on le faisait savoir, le problème serait vite réglé. Mais on n’ose plus punir qu’avec des pincettes.

            De même, si l’on était suffisamment répressif avec les conducteurs qui causent des accidents en état d’ivresse, on n’aurait pas à retirer le permis à des gens qui rentrent d’une soirée un peu arrosée sans commettre de faute de conduite. Cette « prévention répressive » aboutit à de nombreuses difficultés professionnelles alors que dans la majorité des cas, la conduite un peu au delà du seuil autorisé n’a causé aucun accident ni donné lieu à aucune faute de conduite.

            La saisie du véhicule sans faute de conduite ni accident causé serait un pas de plus dans cette prévention-répression qui s’apparente, je l’ai dit, à une punition générale.

            http://laconnaissanceouverteetsesdetracteurs.blogspot.com


          • Arno_ Arno_ 29 mai 2009 16:27

            "Je ne vois pas où est la répression dans les portiques ; il s’agit plutôt d’une prévention intrusive, d’une petite punition générale.« 

            Admettons. Réponse sécuritaire couteuse quoiqu’il en soit. Quid des autres arguments que j’avance ?
            Belle image pour une societe en devenir que celle de la police et des controles partout. On ne regle PAS le probleme de fond et on ne regle meme pas le probleme de forme comme je l’ai explique : les armes restent dehors, soit, la violence aussi ?

             »Si l’on était suffisamment répressif avec les agresseurs de profs, et si on le faisait savoir, le problème serait vite réglé. Mais on n’ose plus punir qu’avec des pincettes."

            Mais bien sur. Il est bien connu qu’il suffit d’être plus répressif pour régler les problèmes et quand ça ne marche pas c’est qu’il faut l’être encore plus. On atteint très vite les limites de ce genre de systeme, ca ne marche pas et tout le monde le sait (cf. la repression routiere, je vous invite a ce sujet a lire le dernier article de Maitre Eolas) ou encore la peine de mort aux US.


          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 30 mai 2009 11:20

            Que la répression ne soit pas dissuasive à 100 %, c’est certain ; on voit ceux qu’elle n’a pas dissuadés, sans voir la masse de ceux qui auraient commis le crime ou le délit s’il n’y avait pas eu de répression.

            Il est difficile de nier que plus la répression est forte, plus elle est dissuasive. Voir l’exemple des mineurs qui savent qu’actuellement ils ne risquent pas grand chose.


          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 29 mai 2009 15:38

            Que les socialistes critiquent Sarkozy, quel scoop !!


            • Bois-Guisbert 29 mai 2009 15:49

              Lutter contre la criminalité, la violence, le désordre endémique et les incivilités sans s’attaquer aux racines ethnico-culturelles du problème ,est de ces gesticulations qu’affectionnent un président de la République qui, depuis toujours, carbure à l’esbroufe.

              Comment, par exemple, prétendre sérieusement introduire du droit dans l’école que fréquentent des élèves provenant des zones de non-droit ?

              Qui, non seulement, apportent à l’école des mœurs qui devraient lui être épargnées, mais qui véhiculent des comportements ayant une influence délétère sur les petits de souche dont les parents ne sont, eux-mêmes, pas à la hauteur de leurs responsabilités.

              Il faudra bien qu’un jour quelqu’un se charge de faire le bilan social (désastreux) de la multiculturalité et de la diversité qui font, paraît-il, la richesse de la France. Une richesse dévastatrice, par le fait !


              • Arno_ Arno_ 29 mai 2009 16:12

                ah.... Bois-Guibert ainsi donc la violence trouverait sa source dans les origines ethnico-culturelle ? La violence est de quelle culture dites-moi ?

                Auriez-vous a nous révéler une étude sérieuse démontrant un lien de causalité (et non pas de corrélation) entre la violence et l’origine ethnique ou est-ce seulement un petit pet de votre cerveau constipé ?


              • Bois-Guisbert 29 mai 2009 16:26

                Bois-Guibert ainsi donc la violence trouverait sa source dans les origines ethnico-culturelle ?

                Sa source non, mais son expression, oui.

                La violence est de quelle culture dites-moi ?

                De la culture « métissée » et multiethnique des banlieues. C’est la violence des EUX qu’ils sont, contre les NOUS que nous sommes, et qu’ils ne seront jamais.

                Personne ne l’a jamais dit, mais il est aussi stupide d’enseigner « Nos ancêtres les Gaulois » aux issus de l’immigration qu’autrefois aux enfants des colonies.

                ...ou est-ce seulement un petit pet de votre cerveau constipé ?

                Encore un gosse sinistré par la prohibition des châtiments corporels...


                • Arno_ Arno_ 29 mai 2009 16:36

                  ah d’accord !! Tout cela n’est donc que votre opinion mais ne repose donc sur rien d’autre que votre racisme avéré. A un moment j’ai eu peur d’avoir raté quelque chose de sérieux dans votre argumentation.

                  Lorsque l’on avance que la violence est le fait d’une ethnie ou de sa culture, on pourrait s’attendre a une quelconque preuve du lien de causalité avancé. Mais vous n’en faites rien, a part brandir les poncifs habituels qui ne constituent pas une preuve.

                  Vous pouvez continuer a péter en paix, ça n’est effectivement que du vent.


                • Bois-Guisbert 29 mai 2009 17:05

                  « Tout cela n’est donc que votre opinion mais ne repose donc sur rien d’autre que votre racisme avéré. A un moment j’ai eu peur d’avoir raté quelque chose de sérieux dans votre argumentation. »

                  Quelque chose de sérieux ? La lecture des faits divers, la recherche du patronyme de leurs auteurs, la consultation biquotidienne d’un site comme « fdesouche.com », ce qu’on sait de la composition des populations carcérales corroborées par les extrapolations qu’on peut faire à partir de ce qui se publie en Suisse et en Italie – comme vous le savez peut-être, les statistiques ethniques sont interdites en France, où il y a vraiment des « choses » à cacher -, l’existence même de zones de non-droit peuplées d’allogènes, tout cela contribue à dresser un portrait général qui, s’il n’a pas la précision d’une photographie, est quand même très ressemblant.

                  Et s’il ne vous convainc pas, et bien, on s’en fout complètement, vous n’êtes pas des nôtres, vous n’en serez jamais et c’est un fait auquel on se résigne avec une désinvolture qui n’est pas vraiment flatteuse pour vous.

                  « Vous pouvez continuer a péter en paix, ça n’est effectivement que du vent. »

                  Vous êtes vraiment un gamin très mal élevé… Vous devriez peut-être aller prendre des cours de respect dans les banlieues émotives, il paraît que vos racailles sont très portées là-dessus.

                  Non, je rigole, je ne tiens pas à ce que vous vous fassiez égorger.


                • David Meyers 29 mai 2009 22:41

                  Que trouve-t-on dans les collèges et les lycées ? En dehors des profs et du personnel ?

                  Des enfants !

                  Des enfants qu’il faut élever (pas éduquer) aimer et protéger. Car demain ils seront les citoyens qui dirigeront notre pays et notre Communauté Européenne. L’éducation, la liberté, la république laïque et égalitaire sont des projets difficiles, lourds, couteux, qu’il n’est pas bon d’aborder en « consommateur » de société.

                  Je ne vois donc aucun rapport entre ces élèves et les garnements de maternelle qui s’obstinent à mettre des portiques de sécurité, des flics dans les écoles, des CRS qui tapent sur des lycéens en manif... tout cela pour plaire au prince, porter de plus beaux costards (robes), avoir un plus grand bureau, une plus belle auto de fonction...

                  Bref cette petite société de gros beauf (et grosses beauves) n’aime pas sa jeunesse (je ne parle pas des amateurs de biere-foot mais de ceux, et celles, qui se pavanent dans les ministères).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès