Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sondage Le Pen : fabriquer l’opinion pour ne pas parler de politique (...)

Sondage Le Pen : fabriquer l’opinion pour ne pas parler de politique !

Un sondage a sondé ! Normal puisque c’est sa fonction. Il a sondé « une » opinion. Celle d’un échantillon (estimé par les sondeurs), représentatif des électeurs français qui voteront l’année prochaine lors de l’élection présidentielle. Il s’agissait de connaître leur préférence : pour quel candidat voteraient-ils lors du premier tour ? On conviendra que le conditionnel est de mise compte tenu que personne ne peut savoir si les noms proposés aux choix des sondés seront effectivement des candidats en mesure de se présenter le moment venu. Mais peu probable cependant que la question posée par les sondeurs l’ait été au conditionnel… Question d’efficacité sondagière qui ne peut commercer avec le doute, cette pourtant si humaine singularité. Les résultats bruts aux réponses des sondés ont été « redressés ». Terme technique qui désigne l’application de coefficients correcteurs aux réponses selon une méthode qui demeure un secret de fabrication que chaque Institut préserve compte tenu de l’environnement hautement concurrentiel dans lequel s’exerce cette activité : autrement dit, c’est un peu mystère et boule de gomme, la façon dont sont finalement produits ces résultats… Mais un « mystère et boule de gomme » lissé par la scientificité apparente d’algorithmes complexes que moulinent de puissants programmes informatiques. Un résultat a donc été proclamé : la candidate du Front national arriverait en tête au premier tour ! Un résultat provoquant stupeur et émoi, un résultat ravivant le souvenir du syndrome du 21 avril et emballant la machine à commentaires. La plupart d’entre eux pour argumenter des calculs électoraux qui crèvent l’écran. Très peu pour s’interroger au fond sur la place donnée aux sondages eux-mêmes dans la discussion politique, ce bruit de fond qui paraît avoir pris la place de la politique elle-même.
 
Refusons un instant la discussion telle qu’elle se propage, esquissons l’espace d’un instant un petit pas de côté et interrogeons-nous sur ce qu’est un sondage d’opinion. Une technique écrivait Pierre Bourdieu qui fabrique « une » opinion à partir de méthodes qui ne sont pas infaillibles et qui peuvent être contestées sur le fondement même de la science, ou du bon sens, dans certains cas. Il argumentait ce point de vue (in « Questions de sociologie ») en précisant que leur « fonction la plus importante consiste peut-être à imposer l’illusion qu’il existe une opinion publique comme sommation purement additive d’opinions individuelles. En faisant comme si (en induisant l’illusion d’une certaine façon) que la compétence politique serait universellement répandue. Alors que précise Bourdieu, elle varie grosse modo comme le niveau d’instruction. Autrement dit, que la probabilité d’avoir une opinion sur toutes les questions supposant un savoir politique est assez comparable à la probabilité d’aller au musée. On observe donc des écarts fantastiques et par exemple, mentionne-t-il, là où tel étudiant engagé dans un mouvement gauchiste perçoit quinze divisions à gauche du PSU, pour un cadre moyen il n’y a rien. Autrement dit, dans l’échelle politique (extrême-gauche, gauche, centre-gauche, centre, centre-droit, droite, extrême-droite, etc.) que les enquêtes de « science politique » emploient comme allant de soi, certaines catégories sociales utilisent intensément un petit coin de l’extrême-gauche (ou de l’extrême-droite) ; d’autres utilisent uniquement le centre, d’autres utilisent toute l’échelle, etc. Ce qui relativise d’autant la portée réelle de ces sondages quant à la connaissance de l’opinion.
 
Patrick Champagne, rappelait quant à lui (dès 1995), que les instituts de sondages, dont l’activité première (et aussi de loin la plus importante), est et reste le marketing économique. Et que ces Instituts ont en fait transposé subrepticement leurs méthodes à la politique, faisant de « l’homo politicus » un consommateur d’idées, de slogans ou d’images politiques (on pourrait ajouter de « marques ») ; que la politique, à travers la technique du sondage, tend à être traitée et perçue à travers les schèmes de l’économie : les hommes politiques sont (aussi) des « produits » ayant une « image de marque » souvent élaborée par des spécialistes en communication issus de la publicité, et que les thèmes des campagnes électorales sont souvent choisis après avoir été « testés » auprès de « panels d’électeurs ».
 
La question n’est donc pas tant de commenter ce sondage, de se réjouir ou de s’émouvoir de son résultat. Ni même de réclamer (ce que va faire vraisemblablement l’Institut de sondage) de tester d’autres « tête d’affiches » socialistes (comme DSK ou François Hollande, par exemple) pour s’apercevoir que certaines d’entre elles arriveront sans doute devant Marine Le Pen. Des résultats qui seront à leur tour abondamment commentés sur le thème de « untel battrait Le Pen au premier tour ». Ce qui est, on en conviendra aisément, une façon assez explicite de « fabriquer l’opinion » et de ne surtout pas (ou plus) parler de politique !

Moyenne des avis sur cet article :  4.02/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

169 réactions à cet article    


  • suumcuique suumcuique 9 mars 2011 09:05

    Un nouveau « signal fort » envoyé par l’UMPS aux assassins :


    « C’était une mesure phare contenue dans le discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy, le 30 juillet dernier. Elle a été retoquée. Le gouvernement et députés UMP ont reculé mardi sur l’extension de la déchéance de nationalité aux assassins de policiers. 
    Le Sénat l’avait précédemment rejetée »

    • Traroth Traroth 9 mars 2011 19:09

      En tuant un policier, on risque la perpétuité avec une peine de sûreté de 22 ans. Si ça ne suffit pas à dissuader quelqu’un, vous croyez vraiment que risquer la déchéance de nationalité va changer quelque chose ? Faut arrêter de se regarder le nombril en rond, un peu !


    • pinpin pinpin 9 mars 2011 22:50

      en effet l UMPS ne parle pas de politique, seul marine le pen parle des vrais problemes.
      donc ce sondage est bien representatif


    • Robert GIL ROBERT GIL 9 mars 2011 10:06

      Comme Nicolas Sarkozy a brouillé les pistes en citant Jaurès, en promettant tout et son contraire, en fustigeant le capitalisme ou en félicitant les fonctionnaires, Marine Le Pen continue la déstructuration du discours politique par rapport aux réalités sociales. Par temps de crise, islam et immigration font toujours le bonheur du populisme d’extrême droite. lire....

      http://2ccr.unblog.fr/2011/01/17/le-fn-defenseur-des-classes-populaires/


      • Alpo47 Alpo47 9 mars 2011 11:50

        D’autant qu’historiquement, l’extrème droite a TOUJOURS servi les intérêts du patronat et des « élites ».

        Difficile de croire qu’ils se préoccupent maintenant des citoyens lambda. Poudre aux yeux et mensonges, toujours ...


      • Ronald Thatcher rienafoutiste 9 mars 2011 12:46

        « D’autant qu’historiquement, l’extrème droite a TOUJOURS servi les intérêts du patronat et des »élites« . »

        et alors, tout le monde n’est pas communiste ni ouvrier, paysan ou employe...
        sauvons les nantis et les aristos !!!


      • posteriori 9 mars 2011 15:14

        Sarkozy a si bien réussi à aveugler les pauvres avec son ton rose socialiste que surenchère aidant, la marine poissonnière nationale promet de nourrir les pauvres avec son ton rouge.


      • Traroth Traroth 9 mars 2011 19:13

        @rienafoutiste : On fait comme ça, alors. Les nantis et les aristos votent FN, et les communistes, les ouvriers, les paysans et les employés votent... Mélenchon, par exemple. Moi, je suis d’accord.


        Comme ça, on n’aura plus besoin de se prendre la tête pour savoir pour qui Mélenchon appellera ou n’appellera pas à voter au second tour, vu qu’il sera élu dès le premier ! smiley

      • bleu Marine 9 mars 2011 10:13

        Fin mars nous analyserons les résultats des cantonales.


        • LE CHAT LE CHAT 9 mars 2011 12:01

          @christian Navis

          il y en aura plus au second tour , car les 2 en tête restent , quelque soit le % ; ici dans les BDR , il y aura du sport .....


        • sisyphe sisyphe 9 mars 2011 15:09

          Le moment de vérité se situera alors dans le pourcentage de votants qui, dans le secret de l’isoloir, préféreront voter à droite... 


          Vous voulez dire pour l’UMP ? 

          Plutôt que de se livrer à ces simulacres « républicains » qui ont permis à un nombre considérable d’élus locaux de gauche de capter les voix de leurs adversaires grâce à une habile manipulation psychologique.

           smiley 
          Très fort, la « manipulation psychologique »  qui a permis de « capter » les voix de leurs adversaires ; surtout en parlant de la gauche...

          Ceux qui votent pour nous, c’est des bons, lucides, honnêtes, toussa ; tandis que ceux qui votent pour les autres, c’est soit des manipulés, soit des salopards...

          Tout ça à cause de -beurk- « simulacres républicains » ; vous ne devez pas aimer la République, n’est-ce pas ? 
          Belle conception de la démocratie ; merci de la confirmation ! 
           smiley 

        • Traroth Traroth 9 mars 2011 19:15

          Christian Navis en pleine préparation du terrain pour nous expliquer que le score pas trop génial du FN aux cantonales n’empêchera pas Le Pen d’être élue dès le premier tour en 2012. Bien essayé, mais personne n’est dupe ! smiley


        • Jaime Horta Jaime Horta 9 mars 2011 11:41

          L’auteur à raison de dire que les sondages politiques n’utilisent rien d’autre que les mêmes techniques d’études de marketing.

          Cela dit, aujourd’hui les politiciens modernes basent tout sur la communication et se vendent eux même comme des produits publicitaires.

          On ne peut pas leur reprocher, puisque s’ils ont adopté ce type de comportement c’est que le citoyens consommateur de politique, réagis pour une large part d’entre eux aux mêmes stimulus qui font qu’un produit se vend ou pas, c’est dire qu’il juge sur la forme et rarement sur le fond.

          Cette interprétation n’est pas péjorative vis à vis du citoyen, puisque on lui a fait croire depuis très longtemps qu’il n’était pas qualifié pour juger sur le fond, puisque il n’a pas fait les bonnes études qu’il faut, et que seul les politiciens sont compétents et ont les capacités requises pour diriger un pays.

          D’autre part, lors de certains débats tv entre politiciens, le citoyens est noyé par une certaine école d’économie dont on lui fait croire qu’elle est la norme, et qui n’est rien d’autre que l’économie usine à gaz, socialiste ou social démocrate, à la quelle personne ne comprend rien, et qui lui prouve que de fait il y a un grand nombre de choses et de notions qui lui échappent, et que seul une certaine élite maitrise.

          De fait, il est prouvé que les français sont d’une ignorance sidérale en matière d’économie, et pour une large part il fondent leur opinion à partir de clichés, de phrases toutes faites, de conception creuses, idéalistes et subjectives, ainsi à partir de là ils vont systématiquement voter pour des systèmes qui ne marchent pas dans réalité.


          • Taverne Taverne 9 mars 2011 11:42

            Marine Le Pen laisse croire qu’elle met une touche de social dans son programme. Or, cela fait 22 ans que je travaille dans le social et je n’en vois nulle part dans son programme. N’est-ce pas curieux ?


            • Halatak 9 mars 2011 12:10

              Si tu l’avais lu, peut-être en aurais-tu vu.


            • Taverne Taverne 9 mars 2011 12:22

              J’ai bien lu le chapitre consacré à la restriction des droits des handicapés et à la chasse aux handicapés qui ne sont pas bon teint.


            • Cocasse cocasse 9 mars 2011 12:23

              Son programme consiste à donner l’assaut contre le terrorisme financier.
              Et vous dites que cela n’a pas un impact social plus grand qu’une « touche » ?


            • lemoncitron lemoncitron 9 mars 2011 14:17

              Si le social c’est votre gagne-pain, on en vient à se poser la question de savoir si des personnes comme vous n’ont pas intérêt à voir perdurer la politique conduite par le « MODUMPSPC & Co ».

              En effet, avec eux vous n’êtes pas prêt de pointer au chomdu...

              Et en même temps quand on voit les résultats en matière de « social » en France, je serais vous, je ne me poserais des questions.

              Vous me répondrez « on manque de moyens » (soupir...). C’est juste, on a plus les moyens. La caisse est vide et le peu qui reste revient à ceux qui les avaient remplis, ces caisses...


            • Taverne Taverne 9 mars 2011 14:34

              « quand on voit les résultats en matière de »social« en France ».

              Vous qui savez, dites-nous donc quels sont ces résultats ? Savez-vous moins quelle collectivité a en charge le social ?


            • lemoncitron lemoncitron 9 mars 2011 14:46

              « Vous qui savez, dites-nous donc quels sont ces résultats ? Savez-vous moins quelle collectivité a en charge le social ? »

              C’est quoi, « Questions pour un champion » ?

              Si je vous dis : « cette voiture est dure à conduire, elle est peu maniable » vous allez me demander de faire un cours sur la science mécanique pour prouver que mon avis est valable ?

              Je trouve lamentable que ceux qui ont une once de pouvoir considèrent que les autres sont inaptes à juger la manière dont ils l’appliquent.

              Qui en a la charge ? Surement pas le peuple.


            • Taverne Taverne 9 mars 2011 14:58

              Nous parlons de social et vous me parlez de voiture ! Vous rendez-vous compte de l’ineptie de votre argument ? Le social est à la charge des départements (conseils généraux) Pouvez-vous dire en quoi les résultats sont mauvais en matière de politique socailes en faveur :

              - des personnes âgées  : APA notamment
              - des personnes handicapées
              - de la protection de l’enfance et de la famille
              - de la politique de la ville et de l’aide au logement ?

              Sinon, taisez-vous ! C’est vous qui avez dit constater de mauvais résultats.
              Cela dit, je ne dis pas que tout est parfait. Loin de là. Mais il faut connaître pour critiquer.

              Et ne me parlez pas encore de voiture !


            • lemoncitron lemoncitron 9 mars 2011 15:39

              Vous êtes un sophiste.
              Vous faites semblant de ne pas comprendre ce que je dis et exigez encore qu’on vous réponde comme si l’on passait une épreuve du bac.

              Vous voudriez que le débat ne puisse être abordé que par ceux qui auraient les connaissances techniques nécessaires, comme vous bien entendu.

              Mais la politique c’est l’opinion, c’est pas la connaissance. En tant que centriste révolutionnaire (lol) pensez vous que bayrou n’a le droit de donner son avis que sur les tracteurs ?

              En cela vous êtes bien un représentant de ce que les français ne supportent plus, vous arrogeant une primauté intellectuelle de par votre position, jugeant que ceux qui ne sont pas de la partie ne peuvent avoir d’opinions intellectuellement justes. D’où mon exemple de la voiture, que vous faites semblant de ne pas comprendre.


            • Yohan Yohan 9 mars 2011 18:53

              Flagrant délit de mensonge. Il n’est question que des faux handicapés, les fameux « j’ai mal au dos, donnez moi le statut TH », les mêmes qu’on voit ensuite porter des sacs de ciment pour refaire leur toiture. J’en connais deux comme ça dans mon coin en Bourgogne.


            • Nanar M Nanar M 10 mars 2011 08:09

              La connerie est immense chez les bas du front, ça se confirme tous les jours.


            • sisyphe sisyphe 13 mars 2011 17:37

              Par Yohan (xxx.xxx.xxx.64) 9 mars 18:53

              Flagrant délit de mensonge. Il n’est question que des faux handicapés, les fameux « j’ai mal au dos, donnez moi le statut TH », les mêmes qu’on voit ensuite porter des sacs de ciment pour refaire leur toiture. J’en connais deux comme ça dans mon coin en Bourgogne.


              Décidément, le dénommé Yohan connait tous ceux qui truandent, trichent, abusent des services sociaux, tous les corses qui tapent sur les arabes, tous les contre-exemple parfaits, dans tous les domaines, pour servir sa petite propagande de néo-fasciste poujadiste....

              C’est une fascination, ou c’est pour t’inspîrer, yohan ? 

               smiley ;


            • Gasty Gasty 9 mars 2011 11:48

              Fabriquer l’opinion vers une direction ( la bonne direction évidement) qui se voudra au bout de la route un compromis entre l’UMP et le FN.
              L’UMP faisant office de gentil et le FN gardant la porte des élections à droite.

              Exit la gauche.


              • ZEN ZEN 9 mars 2011 11:50

                Tré bien l’auteur de mettre en évidence que la sondagite aigüe, qui commence déjà, va tout faire pour nous détourner de l’essentiel
                Merdum, encore un an !


                • ZEN ZEN 9 mars 2011 11:52

                  "La soit-disant ’’opinion publique" n’est qu’un instrument politique, un étandard-caméleon que brandissent les groupes d’intérêts (partis politiques, médias, corporations) en donnant l’impression qu’ils s’y soumettent alors qu’ils participent de façon non négligeable à sa construction dans l’élaboration des questionnaires, le traitement des réponses, et l’exploitation médiatique des « résultats ». (Bourdieu)
                  C’est le moment de relire « Faire l’opinion », de P. Champagne


                  • sisyphe sisyphe 9 mars 2011 13:34

                    Oui, Zen ; Bourdieu ; bonne référence, pour ceux qui essaient de comprendre un minimum les choses...


                  • pastori 9 mars 2011 12:37

                    les instituts de sondage sont des entreprises capitalistes, étrangères pour la plupart. leur but est de gagner du fric.


                    les instituts les médias sont des entreprises capitalistes, leur but est de gagner du fric.

                    les deux réunis donnent un résultat catastrophique.

                    tant qu’on ne saura pas qui paye le sondage, quels sont les questions posées, quels sont les taux de correction, la presse devrait refuser de publier des résultats bidons qu’ elle arrive à faire peser sur le choix des gens à cause du battage médiatique, et est donc nuisible pour la société..

                    ainsi dans le dernier sondages les correctifs sur le pen seraient de 4 points. ainsi, elle pourrait être première mais aussi troisième , faire 23 % mais aussi 23-4= 19% !

                    plus on en parle pour rien, plus les sondeurs font leur beurre. 



                    • Cocasse cocasse 9 mars 2011 12:43

                      Effectivement, ces sondages sont plus que flous.


                    • Cocasse cocasse 9 mars 2011 13:11

                      Si vous aviez eu plus de présence d’esprit, vous auriez pu dire que j’étais borgne...


                    • Yohan Yohan 9 mars 2011 19:00

                      Les sondages se sont peut-être trompés en mettant MLP à 24%. Si je me fie à tous les mecs que je connais, jeunes vieux dont certains de gauche, qui disent vouloir cette fois-ci voter MLP pour taper dans la fourmilière, je serai tenté de croire qu’on est plus proche aujourd’hui de trente % que de vingt. D’ailleurs, ils ne disent pas « je vote FN » ils disent " je vote Marine, question de sémantique intéressante.
                      De toute façon, on s’en fout, ce qui compte, c’est ce qui sortira des urnes demain. D’ailleurs, on en aura bientôt une petite idée.... après les cantonales. J’en salive d’avance


                    • sisyphe sisyphe 13 mars 2011 17:40

                      Par Yohan (xxx.xxx.xxx.64) 9 mars 19:00

                      Les sondages se sont peut-être trompés en mettant MLP à 24%. Si je me fie à tous les mecs que je connais, jeunes vieux dont certains de gauche, qui disent vouloir cette fois-ci voter MLP pour taper dans la fourmilière, je serai tenté de croire qu’on est plus proche aujourd’hui de trente % que de vingt.


                      Encore !!!!!!!!!!!!!


                      Décidément, il en connait du monde, yohan............. un vrai institut de sondage à lui tout seul ! smiley 

                      le problème, c’est que c’est que des cons.... quand on aura besoin de sonder les cons, yohan, fais péter ton carnet d’adresses ! 

                       smiley 


                    • eric 9 mars 2011 12:43


                      Curieux, parce que le FN est le contre exemple type ce que vous avancez. jusqu’à présent, les sondages ont en général eu du mal a évaluer sa réalité électorale. On ne peut pas pretendre qu’il ait beneficie d’une couverture particulièrement dense de ses idées par les médias, ni d’une complaisance particulière, bien au contraire. Ses theses n’ont visiblement pas ete déterminée par un panel d’experts visant a s’attirer l’approbation du plus grand nombre. Sa croissance n’est pas due a son cote protestataire. Il y a a gauche des tas de partis protestataires et qui restent complétement groupusculaires et relativement insignifiant sur le plan electoral,alors même que la place qui leur est accordée dans les média est disproportionnée a leur audience réelle. Sa principale force provient de sa présence dans l’action politique locale disent les sociologues qui l’ont étudié. Eb ce sens, il reste un des rare parti a faire de la politique. Comme je ne me sent pas particement proche de ses thèses, j’avais même un peu été effondre de constater aux dernières présidentielle, qu’il était le seul a avoir un vrai programme un peu travaille. Aller voir sur le net, notamment dans le secteur culture. La ou PS UMP ne disent rien, le FN,seul, donne l’impression d’avoir bosse sérieusement.
                      Les résultat des derniers sondages montrent, 1) l’écrasante prédominance des idées de droite (prêt de 60% au premier tour) dans le pays. 2) La prime a ceux qui font vraiment de la politique. Ils relativisent donc fort votre discours. Tous les ministere de la parole en france, enseignant, sociologues, journalistes, juges, animateurs, producteurs culturels, tous ceux croient fabriquer l’opinion sont sociologiquement majoritairement a gauche. Le resultat est ce rejet global pas vu depuis longtemps et particulièrement virulent de la part du front


                      • sisyphe sisyphe 9 mars 2011 13:03

                         Sa croissance n’est pas due a son cote protestataire. Il y a a gauche des tas de partis protestataires et qui restent complétement groupusculaires et relativement insignifiant sur le plan electoral,alors même que la place qui leur est accordée dans les média est disproportionnée a leur audience réelle. 


                        Ah bon !! 
                        AUCUN parti de gauche, voire d’extrême-gauche, ne se voit accordé le 1/10ème de l’importance médiatique consacrée à MLePen depuis des semaines : aucun ! 
                        Le Front de Gauche (à part quelques apparitions de Mélenchon), le NPA, le Parti Communiste, les écolos ? Connais pas... âxistent pas..... 

                        Quant à votre décompte des « 60% de voix pour la droite » ; rassembler les voix du FN et de Sarko, c’est peut-être un rêve de votre part, mais c’est comme additionner les pommes et les bananes....
                        Ce qu’on peut surtout constater, c’est le REJET MASSIF de la droite en exercice ; 20% pour un Président avec parti unique de la droite, après 4 ans de pouvoir, ce n’est même plus du rejet, c’est du dégueuloir.... 

                        Et l’envie d’une très grande majorité de Français, de changer de système, de ne plus se laisser vampiriser par le système financier et bancaire aux commandes de la planète ; d’être maître de la monnaie, des choix politiques et sociaux ; ça, c’est clair. 

                        En revanche, effectivement, pour la question des programmes, on attend comme Soeur Anne de voir poindre à l’horizon de véritables programmes de la part des partis dits « de gouvernement », qui continuent à miser sur la personnalisation du débat ; quand les partis protestataires (FN, Front de Gauche, NPA, Souverainistes, écolos), eux, présentent des programmes structurés, avec des propositions précises. 

                        Je crois que ces élections (pas le show présidentiel, mais les législatives) vont marquer réellement la fin d’un cycle, et le rejet définitif des partis au pouvoir de puis plus de 30 ans, et qui n’ont fait qu’accompagner la catastrophique globalisation néolibérale, avec tous ses dégâts, dont les Français ne veulent plus, dans leur très grande majorité. 


                      • lemoncitron lemoncitron 9 mars 2011 14:36

                        Vous affirmez : « AUCUN parti de gauche, voire d’extrême-gauche, ne se voit accordé le 1/10ème de l’importance médiatique consacrée à MLePen depuis des semaines : aucun ! »
                        Mais l’importance médiatique n’est-elle pas proportionnelle à l’impact des idées de ce parti sur les électeurs ?

                        Je m’excuse, mais le parti communiste, par exemple, a toujours bénéficié d’une couverture médiatique nettement supérieure au fn ces dernières années et puisque vous citez mélenchon, je trouve qu’il a eu droit à une visibilité dont je suis loin d’être certains qu’elle corresponde à un électorat si important (il est quand même passé chez drucker non ?). Je ne parles même pas du facteur et du marchand d’orange qui, si on considère leur impact politique, ont eu droit à une « sur-médiatisation » disproportionnée.

                        Il y a un point que les adversaires de MLP ne soulèvent jamais mais qui pourtant est significatif de la mainmise de l’umps sur le pays, c’est que représentant plus de 10% de l’électorat (je minore volontairement, en ce moment c’est BEAUCOUP plus), en tout cas bien plus que le pc, il n’a aucun député à l’assemblée !


                      • sisyphe sisyphe 9 mars 2011 15:12

                        Par lemoncitron (xxx.xxx.xxx.99) 9 mars 14:36

                        Vous affirmez : « AUCUN parti de gauche, voire d’extrême-gauche, ne se voit accordé le 1/10ème de l’importance médiatique consacrée à MLePen depuis des semaines : aucun ! »
                        Mais l’importance médiatique n’est-elle pas proportionnelle à l’impact des idées de ce parti sur les électeurs ?

                        Je m’excuse, mais le parti communiste, par exemple, a toujours bénéficié d’une couverture médiatique nettement supérieure au fn ces dernières années 


                        Ah bon !?! 

                        Vous pouvez me citer le Secrétaire Général du Parti Communiste, me dire quand vous l’avez vu à la télé, ainsi que d’autres membres du PC ? 

                        Merci d’avance ! 

                         smiley 


                      • eric 9 mars 2011 18:04

                        Ce que vous dite est très étonnant.
                        Il y n’y a pas un parti qui recueille plus de 20 25% des voix au premier tour, ce n’est pas pour autant que ce ne sera pas l’un d’entre eux qui sera élu.
                        Il est normal que l’on voit enfin un peu plus madame Le Pen que tous les micro candidats dont vous parlez car elle est plus représentative. Pour prendre vos écolos, avec leurs scores aux présidentielles qui varient entre 1,5 et 5%, vous devriez plustot vous indignez qu’on ne laisse pas plus la parole a CPNT qui a fait un score du même ordre.
                        Évidemment que tous cela c’est la droite. Il n’y a que des gens de gauche, isoles dans leur monde, pour croire, 1) que le FN serait compose de fascistes ou serait en quoi que ce soit un danger pour la démocratie,2) qu’il serait aussi loin dans ses idées des autres droites que le sont les gauches entre elles.
                        La seule divergence importante en apparence mais négligeable en pratique porte sur l’Europe. Elle est negligeable parce qu’en pratique, il est evidemment possible de sortir de l’Europe mais que cela prendrait du temps et de l’argent, Aucun parti, meme nouveau , surtout nouveau, ne prendra le risque de se lancer rapidement dans un tel processus a peine arrive au pouvoir et en période de crise. Pour tous le reste, toute la droite est d’accord, et notamment sur l’immigration, ou les positions du front, comme celle de l’UMP sont celles de la troisième republique en interne et pour les gens sur place : on intègre et celle des gauches façon front popu entre deux guerre, on arrête.
                        La preuve, entre voisins,dans les familles, les gens dinent ensemble. Essayer de convaincre un NPIste, voir un PS de diner avec un électeur du front ou meme de diner entre eux


                      • victor latent 11 mars 2011 10:13

                        Par eric (xxx.xxx.xxx.104) 9 mars 18:04

                        « 
                        La seule divergence importante en apparence mais négligeable en pratique porte sur l’Europe. Elle est negligeable parce qu’en pratique, il est evidemment possible de sortir de l’Europe mais que cela prendrait du temps et de l’argent, Aucun parti, meme nouveau , surtout nouveau, ne prendra le risque de se lancer rapidement dans un tel processus a peine arrive au pouvoir et en période de crise.
                         »

                        Il n’y a aucune divergence entre ces partis. A part un seul à ma connaissance, ils sont tous pour l’UE ou une autre UE plus sociale, humaine, verte etc. Même le FN qui propose de quitter la zone Euro, ne souhaite pas quitter l’UE. Or l’un ne va pas sans l’autre.

                        Quitter l’UE n’est absolument pas négligeable en pratique. Tous les programmes de ces partis reposent sur des propositions qui vont à l’encontre des « recommandations/directives/obligations » décidées par le Conseil Européen et votées par le Parlement Européen.
                        Si un parti ne veut plus d’immigré, il s’oppose à l’espace Schengen. Comment un parti politique Français peut imposer par exemple à l’Italie, la Grèce de mieux filtrer ses frontieres, de garder ces clandestins ?
                        Si un parti veut protéger les emplois Français par rapport à un travailleur Polonais, il va à l’encontre de la libre concurrence décidée par l’UE etc..

                        Si un parti politique propose de modifier les « règles » de cette UE, il lui faudra l’accord de tous les autres membres de l’UE. Pensez vous que la Pologne qui reçoit des subventions de l’UE sera d’accord ?

                        A ma connaissance, il existe qu’un seul parti politique qui propose de sortir de l’UE, c’est l’UPR.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès