Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Syrie : les 5 fautes graves de François Hollande

Syrie : les 5 fautes graves de François Hollande

Aujourd’hui a lieu un débat au parlement sur une possible intervention militaire en Syrie. Mais contrairement aux parlements britannique et étasunien, il n’y aura pas de vote. Une grave faute de François Hollande, qui gère le dossier syrien en dépit du bon sens, donnant un sentiment d’amateurisme confondant.

L’absence de vote au Parlement
 
Bien sûr, la constitution n’impose pas que le président de la République consulte les parlementaires. Mais étant donné que les deux autres principaux pays de la coalition putative le font et qu’il y a un vrai débat sur la question, il semble très cavalier de ne pas vouloir consulter les parlementaires, d’autant plus que notre pays n’est pas menacé par le régime syrien. Si on pourrait comprendre qu’en cas d’aggression, il faut que le Chef de l’Etat puisse réagir au plus vite, ici, nous sommes sur un autre contexte où la consultation semble nécessaire, comme l’a souligné Nicolas Dupont-Aignan avant même le vote britannique. Pire, François Hollande avait tenu le même discours en 2003 et en 2008. Du coup, les justifications des socialistes sont assez emberlificotées, Claude Bartolone évoquant les mensonges de 2003 de Londres et Washington pour soutenir que Paris, qui en est exonérée, peut alors ne pas voter !
 
Les contradictions sur le droit international
 
Lundi soir, Jean-Marc Ayrault a invoqué le non respect de la convention internationale sur les armes de destruction massive comme motif d’intervention contre le régime syrien. Outre le fait que l’épisode de 2003 laisse forcément des doutes sur les preuves qui sont évoquées, cette convention n’est en aucun cas un blanc-seing pour une intervention unilatérale des pays qui le souhaitent. Le respect du droit international impose justement de passer par un vote du Conseil de Sécurité des Nations Unies (comme cela avait été le cas pour l’Irak en 1990 ou la Libye en 2011). On ne peut pas invoquer le droit comme raison de l’intervention puis s’en exonérer pour les modalités de l’intervention !
 
L’oubli des leçons du passé
 
C’est ce qui est flagrant dans le discours de ceux qui défendent l’intervention, du Monde à BHL. Aucun d’entre eux ne semble prêter la moindre attention à ce qui s’est passé en douze années d’interventions occidentales. Jean-François Kahn a bien raison de se déclarer scandalisé par l’éditorial du Monde (que j’avais également condamné) qui appelait à une intervention sans faire la moindre référence à ce qui se passe en Irak ou en Libye. C’est ce que défendait la reporter de guerre Anne Nivat dans l’émission de France 24 consacrée au sujet, et à laquelle j’ai participée. La situation déplorable en Libye, malgré le soutien des Nations Unies et de la ligue arabe et une opposition plus unie et modérée pousse forcément à plus de prudence pour une Syrie où aucune de ces conditions n’est vérifiée.
 
Le suivisme à l’égard des Etats-Unis
 
La quatrième faute de François Hollande, c’est son suivisme à l’égard des Etats-Unis, qui tranche avec la pratique diplomatique des dix dernières années. La France s’est opposée à l’intervention en Irak. Elle a été en première ligne en Libye et au Mali, mais il faut remonter à la malheureuse expédition afghane pour un tel suivisme. Cela est d’autant plus préjudiciable qu’il s’agirait d’une intervention en dehors de tout cadre légal international. Et le changement de cap des Etats-Unis, en donnant dix jours à la chambre des représentants pour se prononcer, affaiblit doublement le chef de l’Etat français : cela lui met la pression pour demander un vote risqué et cela montre très clairement qu’il est à la remorque de Washington puisque le Premier Ministre a été contraint d’indiquer que la France n’interviendrait pas seule.
 
Réagir sans réfléchir
 
Au final, tout ceci donne le sentiment que la réaction du président de la République jeudi dernier (largement applaudie, y compris par Jean-François Copé, qui se déclarait alors d’accord « sur la forme et sur le fond  ») a été trop rapide et pas assez réfléchie, comme s’il avait absolument voulu réagir vite sans réfléchir à ce qu’il avait dit auparavant ou aux enjeux géopolitiques de cet Orient décidément compliqué. Cela est extrêmement inquiétant de la part d’une équipe au pouvoir qui dispose pourtant d’autres interlocuteurs possibles pour se donner le temps d’ajuster son discours, surtout un sujet aussi grave. En s’avançant ainsi à découvert, François Hollande oscille entre deux risques : soit il se désavoue, ce qui ridiculise son intervention précédente, soit il persiste dans l’erreur pour ne pas perdre la face, mais en se mettant à dos l’opinion. Pire, il n’a même plus totalement la main sur la question.
 
Il est bien possible que la chambre des représentants refuse toute intervention en Syrie, d’autant plus que le temps fait apparaître le vide absolu de réflexion stratégique à ce sujet, comme le soulignait Arnaud Danjean sur France 24. Mais d’ors et déjà, François Hollande y a encore perdu en crédibilité.

Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • credohumanisme credohumanisme 4 septembre 2013 15:57

    La légalité et la moralité d’une intervention en Syrie sont hautement douteuses.

    Quelle est la crédibilité du gouvernement quand son porte-parole ment de manière éhontée ce matin chez Bourdin : "la Syrie est signataire de la convention interdisant les armes chimiques. " ?

    C’est un mensonge : lien

    Cette convention qui interdit entre autre le stockage n’est d’ailleurs pas forcément respectée même par les signataires. Ainsi les Etats-Unis n’ont pas détruit à ce jour la totalité de leurs stocks d’armes chimiques.

    Quant à la convention de Genève (elle signée par la Syrie) elle ne concerne que les pratiques en temps de guerre.

    La légalité internationale de cette intervention est loin d’être évidente.

    Concernant la moralité il faudrait que l’on nous explique en quoi des armes nucléaires ou bactériologiques (les Etats-Unis par exemple n’ont pas signé les conventions sur l’usage d’armes bactériologiques) seraient plus acceptables.

    Rien ne justifie en tout cas les mensonges de Madame Belkacem. Comment dès lors croire aux « preuves » présentées par François Hollande ? Pour ma part je partagerai plutôt l’avis de François Bayrou qui disait suite à cette présentation : "j’ai la preuve qu’il n’y a pas de preuves"


    • doctorix doctorix 4 septembre 2013 20:27

      Beaux yeux ne peuvent mentir...

      Les paroles peuvent mentir mais le regard ne ment pas !!
      Pour faire mentir ces proverbes, il faut un talent exceptionnel.
      Pourtant, elle n’a pas fait l’ENA : où a-t-elle pu apprendre à mentir avec tant d’aplomb ?
      Est-ce que  Madame Belkacem ne serait pas la fille naturelle de Cahuzac ?
      Pas un mouvement de paupières, pas un regard qui s’égare, les yeux dans les yeux, comme son papa....
      Elle a un talent fou. Ça ne s’apprend pas, on l’a ou on ne l’a pas.
      A 5’35" :
      Si, quand même, au fur et à mesure, on voit le regard qui baisse ou qui s’oblique.
      Najat Vallaud-Belkacem : porte-mensonge du gouvernement.


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 5 septembre 2013 09:33

      DOUTEUSE MON C-.L !!!!!!!!!!!!!!!!!!

      c’était l’ irak....et francois et barack ne sont pas débiles comme BUSH JUNIOIR LE PRIMATE


    • appoline appoline 5 septembre 2013 12:06

      Vous parlez de cette quasi analphabète qui fait autant de fautes de français qu’elle ne dit de paroles ? Rien de d’avoir choisi CA comme porte parole en dit long sur les compétences de ce gouvernement.


      Quant à notre guignole qui nous sert de président, il n’a pas mesuré les conséquences de ce qu’il peut déclencher, trop con et rien à foutre.

      Les américains ont belle gueule après ce qu’ils ont fait au Vietnam, eux qui s’insurgent de l’utilisation de sarin, feraient bien de regarder juste un peu en arrière, ils y verraient des tonnes de gaz orange. Ils veulent faire la morale, ces cons et le guignol bave de plus belle

    • Rensk Rensk 4 septembre 2013 17:32

      Vous le dites : il en va de la crédibilité des politiques... et non pas pour « sauver » un peuple quelconque.

      Regardez bien comment les USA formules la chose aujourd’hui : il en va de la crédibilité des USA, il faut intervenir deux a trois mois (et plus deux a trois jours)... ce en face de la Corée du Nord, de l’Iran (on ne parle plus du peuple gazé par les terroristes (Carla del Ponte) en Syrie).

      Gorbatchev et la France :
      Je ne la comprends pas et elle me déçoit. La France soutient les frappes contre la Syrie au lieu de soutenir la Conférence internationale sur la Syrie. Elle sera obligée de changer de position. Je me souviens que mes relations avec François Mitterrand n’étaient pas toujours faciles, mais on pouvait discuter avec lui à bâtons rompus. Il avait un esprit ouvert, il était capable d’entendre ce qu’on lui disait.


      • doctorix doctorix 4 septembre 2013 19:29

        Quand on ne demande pas l’agrément du parlement, c’est qu’on sait qu’il va dire non.

        Monsieur Hollande, ne devenez pas le boucher de Damas en notre nom. Parce qu’ensuite il va falloir vivre avec ça.
        Je sais, vous avez des dettes (Franc-maçons, Young Leaders, crif), qui ont beaucoup investi sur votre élection.
        Mais faites taire vos scrupules : ils avaient investi tout autant sur sarko.
        Dites leur merde, de notre part, croyez-moi, ils ne vont pas réclamer.
        Et puis éviter la troisième guerre mondiale, ce n’est pas donné à tout le monde, et la postérité vous en sera reconnaissante.
        Ne serait-ce que parce qu’alors, il y aura une postérité.    

        • appoline appoline 5 septembre 2013 12:08

          Idem pour le mariage gay et le référendum, c’était non aussi. Comme quoi la voix du peuple est vachement respectée en France


        • doctorix doctorix 5 septembre 2013 15:55

          Ouais...

          Quand il ne s’agit pas de guerre, il peut bien se passer de notre avis, c’est moins grave.
          Il est difficile d’ailleurs de toujours faire confiance au français moyen. Par exemple, pour la peine de mort, c’est plutôt bien de ne pas lui demander son avis, ainsi que pour tous les problèmes qui demandent un peu d’humanité, car la populace est sans profondeur d’esprit (sans largeur non plus, concernant le mariage gay), et souvent cruelle, prête à hurler avec les loups.
          Mais s’agissant d’envoyer nos enfants se faire tuer, c’est sûr qu’il est bon de nous consulter.

        • Yohan Yohan 4 septembre 2013 20:32

          Papy Flanmou aime faire la guerre visiblement. Faut toujours se méfier des faux gentils replets. Ceci dit, Papy risque de se prendre une tôle. La Syrie n’est pas le Mali et l’Iran ne laissera pas faire.


          • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 5 septembre 2013 09:31

            @PINSOLLE

            enlève ton costume 3 Pièces et va sur le terrain prends position a coté d’ASSAD le tueur sanguinaire

            tu finiras « gazeur » toi aussi..MON FILS..... DIEU TE VOIT .........ALLAH EST LA
             DIEU DES CRETINS AUSSI


          • GdeBell 4 septembre 2013 21:32

            Bien qu’ayant voté « d’accord » avec l’article, je ne considère pas que l’absence de vote au parlement soit une faute grave. Monsieur Hollande l’avait pourtant en effet exigé en 2003 (à l’époque de la guerre en Irak). Mais notre président « normal » n’en est plus à une contradiction près...


            • exocet exocet 4 septembre 2013 22:36
              « L’absence de vote au Parlement »

              Etant donné que le parlement Britannique a refusé une intervention en Syrie, étant donné que le Président Américain Barack Obama a préféré demander à son parlement de se prononcer, un vote immédiat au parlement Français aurait eu comme conséquence :

              -Si vote oui bombardements, et que les USA n’y vont pas, la France est seule dans ce merdier Israélo-Rockefellerien face à la Chine, la Russie, l’Iran, la Syrie.

              -Si vote non pas bombardements, et qu’au final les USA y vont, occasion perdue pour nos vaillants défenseurs de la démocratie, qui se sont régalés en Serbie, Irak, Lybie, à bombarder humanitairement des populations connes et futiles dans leurs modes de vies pas métissables comme il faut....
              Et là, notre vaillant BHL binational, notre excellent Fabius binational, notre irréprochable Kouchner binational, risqueraient de se faire taper sur les doigts par leurs maîtres, nos maîtres, les maîtres du Monde et de l’arnaque.....

              -Donc vote à l’Assemblée Nationale il pourra y avoir, après que nous saurons si les USA y vont, et seulement après.....comme de courageux enculés que nous sommes.

              • baldis30 4 septembre 2013 22:40

                Sont-ce bien des armes chimiques qui ont été utilisées ? ne jouons pas sur les mots, toutes les armes sont chimiques à moins que les poudres, les explosifs, ne soient pas issus de la chimie !
                Il faut savoir qu’il existe aujourd’hui des armes appelées thermobariques dont l’usage conduit à des résultats destructeurs cumulant les conséquences mortelles humaines et le pouvoir destructif des bâtiments. Et elles ne rentrent pas dans le cadre des conventions mentionnées par plusieurs intervenants .


                • jack mandon jack mandon 5 septembre 2013 10:54

                  Laurent,

                  Hollande et sa clique dehors.

                  Je désapprouve toute intervention militaire qui ne s’inscrit pas
                  dans un mandat humanitaire sous l’autorité de l’ONU

                  Si chaque citoyen fait parvenir au député de sa circonscription
                  une lettre de désapprobation synthétique claire.

                  Il faut arrêter les conneries maintenant

                  Pourquoi se faire entendre


                  • colza 5 septembre 2013 11:41

                    Visiblement, Sciences Po et l’ENA ne préparent pas à l’art du commandement militaire.

                    Comme vous le savez, la Présidence de la République a un formulaire pour écrire au Président.
                    Je suis sûr que ça lui ferait plaisir de savoir ce que pensent les citoyens français de tout cela.
                    Il sait ce que je pense, en tout cas ! smiley

                    • agent orange agent orange 5 septembre 2013 13:05

                      Puisque le Premier ministre JM Ayrault invoque le droit international, on peut également lui rappeler que la majorité des rebelles sont liés de près ou de loin à la mouvance Al-Qaïda et qu’il existe de nombreuses résolutions antiterroristes, également connues sous le nom « Sanctions contre Al-Qaida », qui stipulent notamment :

                      • Geler sans délai les fonds et autres avoirs financiers ou ressources économiques des personnes et entités désignées [gel des avoirs] ;

                      • Prévenir l’entrée ou le passage en transit sur leur territoire des personnes désignées [interdiction de voyager] ;

                      • Empêcher la fourniture, la vente et le transfert directs ou indirects aux personnes et entités désignées, à partir de leur territoire ou par leurs ressortissants établis hors de leur territoire, ou au moyen de navires ou d’aéronefs sous leur pavillon, d’armements et de matériels connexes de tous types, de pièces de rechange et de conseils techniques, d’une assistance ou d’une formation portant sur des activités militaires [embargo sur les armes].

                      Pour plus de détails : http://www.un.org/french/sc/committees/1267/

                      Il y en a qui se sont retrouvé à Guantanmo pour moins que cela...


                      • Chris De Baün 6 septembre 2013 20:12

                        Je voudrais que B. Obama et F. Hollande les deux couilles molles aux grandes gueules planqués derrière un épais rideau de « body guard » viennent nous affronter nous les anti-guerre dans la rue avec leurs arguments mensongers pour agresser la Syrie, (yes we camp)...

                        à B. Obama et F. Hollande stop à l’ingérence, arrêtez de parler aux noms des peuples de France et d’Amérique, personne ne veux de vos intentions guerrières et belliqueuses envers des pays souverains _ stop wars
                         smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès