Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un débat Jean-Christophe Lagarde vs Marine Le Pen ?

Un débat Jean-Christophe Lagarde vs Marine Le Pen ?

« Je suis donc inquiet lorsque je constate que certains responsables politiques, ou d’autres qui portent une parole publique et qui devraient avoir pour première ambition d’apaiser les tensions qui minent notre société, choisissent de les attiser par des propos hâtifs, haineux, ou simplement stupides, qui blessent tel ou tel groupe de nos concitoyens. (…) Je suis inquiet lorsque les pratiques du discours politique font que l’approximation l’emporte sur l’observation lucide des faits, l’amalgame sur le discernement, l’arrogance sur le respect que l’on doit aux opinions d’un adversaire. » (Bernard Cazeneuve, le 3 octobre 2015 à Strasbourg).

_yartiRetourVersLeFutur01

Finalement, l’émission n’aura pas eu lieu. Le jeudi 22 octobre 2015, Marine Le Pen aurait dû être l’invitée principale de l’interminable émission politique "Des paroles et des actes" présentée par David Pujadas. Au dernier moment, à deux heures du début de l’émission, Marine Le Pen a refusé d’y participer comme une enfant gâtée. Elle a refusé de débattre avec ses concurrents pour les régionales dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, à savoir Xavier Bertrand (LR) et Pierre de Saintignon (PS).

Cet incident n'est pas sans rappeler la défection aussi intempestive que tardive de Vincent Peillon dans l'émission d'Arlette Chabot "À vous de juger" du 14 janvier 2010 sur France 2, refusant d'affronter ... justement Marine Le Pen !

Il faut dire qu’à quelques semaines des élections, alors que les temps de paroles sont décomptés à partir du 26 octobre 2015, celle qui a été invitée déjà cinq fois sur les vingt-six émissions au total, soit un record toute catégorie, bénéficiait d’une faveur des médias exceptionnelle. C’est pourquoi Les Républicains et le PS ont protesté auprès de France 2 et du CSA d’une telle couverture médiatique qui contrevenait à l’équité durant une campagne électorale.



En posant un lapin à la chaîne publique, elle a permis au moins aux téléspectateurs d’éviter de tomber dans la grande confusion intellectuelle. En effet, en se branchant sur France 2, ils auraient pu se croire sur TMC qui diffusait au même moment le film "Retour vers le futur II". Le premier opus ("Retour vers le futur I"), qui est en ce moment célébré pour le trentième anniversaire de sa sortie, c’était avec papa Jean-Marie Le Pen. Entendre les propositions qui ne font que faire revenir la France dans un passé de trente voire cinquante ans, voici le programme de Marine Le Pen. Ou même, voici un film politique qui pourrait ramener les citoyens dans une période particulièrement sombre.

Ou encore, les téléspectateurs auraient pu se croire sur France 3 qui diffusait un autre film, tout aussi vieillot, "La soupe aux choux", un navet sorti le 2 décembre 1981, tant le programme lepeniste peut ressembler à cette étrange mixture faite de bric et de broc, reprenant les modes démagogiques à deux balles et les traditions idéologiques du père qu’elle a pourtant écarté de son organisation pour permettre aux chalands de venir sans crainte du qu’en-dira-t-on (j’ai déjà évoqué le fonds de commerce en détail ici). Quand l’ambition dévorante oublie d’honorer ses parents…

_yartiRetourVersLeFutur02

Beaucoup ont d’ailleurs peur de se retrouver à l’élection présidentielle d’avril 2017 avec la même affiche qu’en avril 2012, qui est celle de "La soupe aux choux", à savoir, avec Jacques Villeret (alias François Hollande), Louis de Funès (alias Nicolas Sarkozy) et Jean Carmet (alias Marine Le Pen).

Mon seul regret, car cela aurait été le seul exercice intéressant de la soirée, c’est que le face-à-face entre Jean-Christophe Lagarde et Marine Le Pen prévu a donc été forcément annulé.

Pourtant, je trouve qu’idéologiquement, cette confrontation aurait eu un sens. Le débat est effectivement bien là, pas entre la droite et la gauche, car cela ne veut plus rien dire au moins depuis 2005, mais entre le centre et les extrémismes, entre les tempérés et les excités, entre les raisonnables et les colériques, entre ceux qui apaisent et ceux qui attisent.

Entre ceux qui croient encore à la force et aux atouts de la France et ceux qui sont déclinistes, qui ne sont que de faux patriotes qui agissent systématiquement contre leur propre pays, qui ne croient pas en leur pays (au point d’être financés par une puissance étrangère).

Entre ceux qui sont pour la liberté, l’ouverture, l’esprit d’entreprise, la responsabilité, et ceux qui sont pour la fermeture, le protectionniste qui ne peut être que frileux, qui veulent revenir au passé, au très vieux passé. Entre ceux qui savent que les autres sont indispensables mais que nous pouvons aussi nous rendre indispensables, et ceux qui croient que nous n’avons besoin de personne et que nous pouvons vivre en autarcie.

Entre ceux qui sont réalistes et pragmatiques, qui savent qu’un pays de 67 millions d’habitants ne fait plus le poids dans un monde multipolaire où ce sont de grands ensembles économiques de plusieurs centaines de millions d’habitants qui font la loi, des États-Unis à la Chine, de l’Inde au Brésil, de la Russie à l’Indonésie, et ceux qui veulent ruiner les chances d’une Europe de 500 millions d’habitants, première puissance économique du monde si elle était capable de parler d’une seule voix en termes commerciaux et normatifs.

_yartiRetourVersLeFutur03

Les deux protagonistes qu’on aurait dû voir s’affronter ont, à quelques mois près, le même âge. L’une est la fille de son père et si elle est députée européenne depuis juin 2004, elle ne le doit qu’à sa filiation paternelle (dont elle a par ailleurs une bien ingrate façon de remercier) alors que l’autre, qui a "labouré" inlassablement depuis 1989 une terre de mission réputée imprenable en Seine-Saint-Denis communiste, surtout avec ses idées humanistes, est quand même parvenu à conquérir la mairie de Drancy en mars 2001 (lieu symbole s’il en est) et la circonscription en juin 2002, et depuis, les électeurs lui ont toujours renouvelé leur confiance.

L’une ne doit sa survie politique qu’au scrutin proportionnel (européennes et régionales) sur la réputation d’une double marque (Le Pen, FN), l’autre est apprécié à titre personnel dans le cadre de scrutin majoritaire uninominal à deux tours, pour les idées qu’il développe et l’action qu’il mène sur le terrain (tant sur le logement que sur la sécurité, entre autres).

Je rappelle qu’aux législatives de mars 1993, candidat UDF-RPR, Jean-Christophe Lagarde avait été battu dès le premier tour et devait laisser place à un second tour entre un candidat communiste et un candidat du FN. Au contraire de l’élection à la présidence du FN en janvier 2011, l’élection de Jean-Christophe Lagarde à la présidence de l’UDI pour la succession de Jean-Louis Borloo n’était pas non plus gagnée d’avance face à deux anciens ministres plus expérimentés que lui, Hervé Morin et Yves Jégo.

Donc, sur le plan des personnalités, le débat se serait également fait entre le conquérant qui ne doit tous ses mandats politiques qu’à lui-même et son mérite, à son énergie et à sa force, et l’héritière, tombée un peu par hasard dans la marmite de papa et qui arrive à la tête de la PME avec un petit capital fructifié.

En attendant donc qu’un tel débat puisse se faire devant les Français, le seul qui, à mon avis, mérite idéologiquement d’être tenu, imaginons en 2016 d’autres débats médiatiques, plus pour le spectacle de la communication politique que pour son aspect constructif dans l’élaboration des convictions électorales : et pourquoi pas un débat Christiane Taubira vs Marine Le Pen ? Au moins, les choses pourront être dites les yeux dans les yeux !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 octobre 2015)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Jean-Christophe Lagarde.
Marine Le Pen.
Jean-Marie Le Pen.
Christiane Taubira.
Programme de l’UDI.
Programme du FN.
Tout est possible en 2017…
Mathématiques militantes.
Le nouveau paradigme.
Piège républicain.
Syndrome bleu marine.

_yartiRetourVersLeFutur05


Moyenne des avis sur cet article :  1.32/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 23 octobre 2015 13:40

    sacré Cazeneuve, il serait grand temps qu’il la remplisse .....


    • Ben Schott 23 octobre 2015 14:08

       
      Tout y est, même les heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire !
       
      Bravo, le jeune giscardien ! Et encore merci, c’est gentil d’être passé !
       


      • francesca2 francesca2 23 octobre 2015 14:20

        Pourtant, je trouve qu’idéologiquement, cette confrontation aurait eu un sens. Le débat est effectivement bien là, pas entre la droite et la gauche, car cela ne veut plus rien dire au moins depuis 2005, mais entre le centre et les extrémismes, entre les tempérés et les excités, entre les raisonnables et les colériques, entre ceux qui apaisent et ceux qui attisent.

        Entre ceux qui subventionnent les islamistes et ceux qui les combattent, vous avez opportunément omis ce qui vous dérange....

        Les centristes n’ont honte de rien, franchement !



        • non667 23 octobre 2015 18:57

          à rokoko
          car cela ne veut plus rien dire au moins depuis 2005,

           tu comprends vite mais il faut t’expliquer longtemps ! le ps a viré libéral mondialo- ultra capitaliste en 1983 = extrême extrême droite
          pour t’expliquer :fait la différence entre les patrons d’auchan,lecler,carouf que défendent l’umps , et hamed ouvert 7j/7 7h/23h que défend lepen


          • fred.foyn Le p’tit Charles 24 octobre 2015 08:27

            Pure propagande du gouvernement...d’un désespéré de voir sa famille mafieuse disparaitre....Affligeant.. !


            • Parrhesia Parrhesia 24 octobre 2015 10:28

              Voici un article qui commence par un chapeau-citation de huit lignes, lesquelles se terminent par la source de la citation : « (Bernard Cazeneuve, le 3 octobre 2015 à Strasbourg)  !!!

              Jusque-là, rien que de très classique !

              Mais la chose prend du relief dès lors que l’on sait que le but du jeu consiste à nuire à des personnes et à des idées qui n’ont jamais exercé le pouvoir dans ce pays, et ceci en se référant aux éléphants d’un parti qui ne cesse de le trahir et de le démanteler depuis la fin de la seconde guerre mondiale !!!

              La seule période pendant laquelle ce pays a été bien dirigé est celle qui s’est écoulée entre 1957 et 1969, lui redonnant ainsi en douze ans, vingt ans de prospérité supplémentaire. Dès le départ de de Gaulle en 1969, le P.S. a été rejoint au sein du foutoir mondialiste par ceux de l’U.M.P. ou quels que soient les noms qu’ils aient décidé de lui donner entre-temps !

              Dès lors, que les simplets qui n’ont jamais été en situation d’analyser cette situation ne la comprennent toujours pas aujourd’hui : rien de plus logique !

              Mais que de prétendus analystes ès politique économique (ou ès économie politique pour ceux qui préfèrent) méprisent ces faits comme ils méprisent le peuple, là, cela finit par confiner à de l’abus de faiblesse systématisé !!!

              Les sanctions que le peuple français n’est plus en mesure d’administrer ne sont pas, pour autant, perdues ! D’autres vont se charger de nous les administrer !!!

              Une dernière chose !

               Nous comprenons que de Funès et « La soupe aux choux » ne puissent s’élever jusqu’aux hautes sphères intellectuelles de nos « élites actuelles ». Je remercie néanmoins les programmateurs de de Funès de nous avoir apporté quelques moments de gaieté simple et populaires qui nous ont agréablement changés de notre habituelle télé hors de prix alors qu’elle n’est désormais utilisée que pour nous « monter le bourrichon » avec des images, des propos et des « messages » de plus en plus avilis !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès