Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une nouvelle politique pour les quartiers défavorisés ?

Une nouvelle politique pour les quartiers défavorisés ?

Il y a un peu plus d’un an, le 27 octobre 2005, les émeutes se déclaraient à Clichy-sous-Bois avant de se répandre dans de nombreuses banlieues et quartiers défavorisés en France. Cette crise prévisible, qui secoua la France, n’était que le long enchaînement de politiques françaises inefficaces.

Pour répondre à cette crise a été constituée, au Sénat, le 18 janvier 2006, une mission d’information sur les quartiers en difficulté. Son ambition n’était pas mince et consistait en un bilan des politiques conduites envers les quartiers en difficulté depuis une quinzaine d’années, complété par une étude des perspectives d’avenir.

Regroupant 28 sénateurs issus des cinq principaux partis représentés au Sénat, sa démarche s’inscrivait dans un désir de dépasser le clivage droite/gauche. Pour cela, son bureau était constitué de la manière suivante :

- Président : Alex Türk (sénateur non inscrit du Nord)

- Vice-présidents : Philippe Dallier (rattaché à l’UMP, Seine-Saint-Denis) / Jacques Mahéas (socialiste, Seine-Saint-Denis) / André Vallet (UC-UDF, Bouches-du-Rhône) / Roland Muzeau (communiste, Hauts-de-Seine) / Gilbert Barbier (RDSE, Jura)

- Secrétaires : Alain Dufaut (UMP, Vaucluse) / Raymonde le Texier (Socialiste, Val d’Oise)

- Rapporteur : Pierre André (UMP, Aisne)

Commission multipartite et président non affilié à la majorité, comme l’exige la loi, sa mission aura duré plus de neuf mois et aura dirigé ses travaux sur de nombreux sujets, se déplaçant dans les quartiers défavorisés, en région parisienne, en province, et même à l’étranger.

Hier, la mission d’information a rendu publics ses travaux et son rapport, qui s’inscrivent dans ce dépassement du clivage traditionnel de la politique de la ville et de la sécurité. A l’approche des élections présidentielles, il tombe tel un pavé dans la mare, mais n’est toutefois pas un blanc-seing donné à la gauche.

Constat d’échec

Le rapport qui a été remis après enquêtes, auditions, analyses, déplacements, quotidien routinier propre aux commissions et missions parlementaires, est tout d’abord un aveu d’échec. Aveu d’échec qui ne sera pas sans poser quelques problèmes, et tout d’abord au gouvernement actuel, qui sera utilisé par l’opposition comme bouc émissaire de l’échec des diverses politiques de la ville et de la sécurité de tous les gouvernements.

En abordant les thèmes de la rénovation urbaine, de l’éducation, de l’emploi, du rôle des associations, de la prévention de la délinquance, des crédits et de la « gouvernance » (terme très à la mode) de la politique de la ville, les sénateurs ont décidé de couvrir des sujets divers et variés avec en ligne de mire la question des quartiers défavorisés, car tel était l’enjeu. Ces sept thèmes majeurs constituent l’essence des soixante-dix propositions émises par le rapport, rapport soumis au vote du Sénat et qui n’a rencontré aucune opposition. Seul fait notable, l’abstention des socialistes « en raison de leur réserve sur les suites qui seront données à ce rapport plein de bonnes intentions », selon Raymonde le Texier.

La sécurité : échec total, partiel ?

Lorsqu’on fait campagne sur la sécurité, il faut s’assurer que finalement, ce ne soit pas un échec.

Certains y verront sans doute essentiellement un désaveu de la politique de Nicolas Sarkozy en matière sécuritaire. C’est un fait plus ou moins dissimulé dans le rapport, qui pointe la différence de politique entre le précédent gouvernement et le gouvernement actuel.

La différence notable que l’on peut noter est la baisse de la délinquance générale, qui comprend donc tous les voies de fait, ainsi que l’augmentation du taux d’élucidation des affaires. Cela n’a pu être possible qu’en passant d’une police principalement axée sur la prévention à une méthode plus répressive. Cette idée sous-tend une priorité redonnée à l’action judiciaire, comme le notent les sénateurs. Toutefois, les résultats ne masquent pas l’augmentation des violences contre les personnes.

Ayant surfé un peu pour trouver l’évolution des statistiques concernant la délinquance, j’ai trouvé une certaine unanimité en ce qui les concerne. Toutefois, comme toute statistique, celles-ci restent sujettes à caution et surtout à interprétation.

De manière basique, on constate qu’entre 1998 et 2002, la délinquance générale a augmenté de 14% et que l’élucidation des affaires était en recul de 4%. A contrario, depuis 2002, la délinquance générale a reculé de 8,8% tandis que le taux d’élucidation passait de 24 à 34%.

Partant de ce principe, on ne peut que se féliciter de ces bons chiffres qui ne masquent toutefois pas la continuité de la hausse des violences contre les personnes, qui sont continuellement en hausse depuis des années. Cette hausse a été en partie freinée depuis 2002, mais seulement en partie, s’ajoutant à la crise des banlieues. Quel est le résultat de cinq ans d’action, dans la continuité des politiques précédentes ? Quelles pistes pour l’avenir ?

Renouveau de l’action politique envers les quartiers défavorisés ?

C’est dans cette tradition de politiques de la ville et politiques de sécurité continues depuis vingt ans que s’inscrit la démarche du Sénat, outil vieillot et parfois désuet de la vie politique française sous la Ve République. Pétris de bonnes intentions, les sénateurs ont donc dévoilé ce lundi, une liste de soixante-dix propositions destinées à créer un nouveau pacte de solidarité avec les quartiers défavorisés, permettant d’améliorer le cadre de vie dans ces mêmes quartiers. Ces soixante-dix propositions s’articulent autour de sept thématiques :

- Améliorer le cadre de vie

- Mieux répondre aux besoins prioritaires d’éducation

- Une politique de l’emploi qui porte ses fruits

- Assurer la sécurité

- Développer la cohésion sociale

- Améliorer la transparence financière de la politique de la ville

- Faire évoluer la politique de la ville de manière institutionnelle

Ces sept grands axes ont été élaborés afin de répondre aux constats qui font suite aux travaux de la mission d’information sur les problèmes spécifiques des quartiers défavorisés qui ne sont pas homogènes en France même s’il existe quelques constantes (Pour plus d’informations : http://www.senat.fr/rap/r06-049-2/r06-049-2-syn.pdf).

Toutefois, il n’est pas toujours aisé de voir en quoi ce rapport présage un renouveau de l’action politique envers ces quartiers. Ce rapport a eu le mérite d’être consensuel autant au niveau des travaux d’analyse, des auditions qu’au niveau du contenu même des propositions avancées. Son principal point faible est de trancher avec les politiques traditionnels qui sont menées de manière partisane sans chercher à dépasser ce fameux clivage gauche/droite qui induit un traitement différent du problème à chaque fois, alors que la complémentarité en ferait une force et un atout.

Un exemple frappant de cette complémentarité est la recommandation faite par la mission d’information de créer une véritable police de proximité. Entre l’approche sécuritaire et l’approche angélique, sans doute y a-t-il à creuser afin d’élaborer un système qui ne soit ni trop complaisant, ni trop répressif. C’est sans doute un des enjeux majeurs, car d’un côté, la police de proximité telle qu’on l’a connue n’était qu’un instrument pour lutter contre le sentiment d’insécurité, tandis que les objectifs affichés ces dernières années étaient résolument axés sur la résorption de la criminalité à coups de chiffres.

Au-delà de l’action sécuritaire, qui ne devrait pas être un objectif en soi, se pose la question plus générale du cadre de vie dans ce rapport, dont la sécurité n’est qu’une partie. Il met en avant la politique de la ville menée ces dernières années qui devrait à long terme porter ses fruits en mettant à l’index la Seine-Saint-Denis.

Seine-Saint-Denis, territoire spécial ?

Nous avons pris l’habitude d’entendre qu’il ne devrait plus y avoir de zones de non-droit en France, en particulier en Seine-Saint-Denis. Ce département est sans doute un des plus paradoxaux qui puissent exister.

Après les Hauts-de-Seine, il est le département le plus riche. Son PIB est plus élevé qui celui de la Grèce et représente 2,5% du PIB national. Sur ce plan, on pourrait se dire que tout va bien. A l’inverse, s’y concentrent le plus grand nombre de pauvres en France et s’y ajoutent pêle-mêle des questions sur l’éducation, le logement, l’insécurité ou même l’immigration. D’où la question suivante : comment faire pour « redresser » la situation alors que les politiques traditionnelles semblent vouées à l’échec ?

Nos chers sénateurs ont trouvé la solution en proposant d’en faire un territoire spécial, statut particulier qui serait décrété avec une loi Seine-Saint-Denis. Or sous ce coup d’annonce, rien ou presque. Les solutions divergent et restent très floues sur le pourquoi du comment. Bien sûr, des pistes sont évoquées, et notamment l’intercommunalité, qui restera sans doute une voie à explorer avec attention étant donné ses résultats plutôt encourageants dans la région lyonnaise. Au-delà des politiques guidées par l’État, les collectivités locales restent les mieux placées, avec les associations de terrain pour mener une politique adaptée.

C’est en cela sans doute que cette proposition de territoire spécial pourrait trouver son intérêt, car si cela n’a pour but que de promettre des crédits supplémentaires et de créer de nouvelles ZEP, quel intérêt ? N’est-ce pas cette même politique que nous menons déjà ?

Dépasser le clivage politique très fort dans ce département, dans une zone où tout se « touche » dans les villes, c’est un enjeu primordial. A travers la mise en avant des élus locaux, une action conjointe de leur part soutenue par l’État, en concertation avec les acteurs de terrain, une éclaircie se profilera peut-être.

Encore faudrait-il une plus grande transparence au niveau des crédits, de leur attribution et de leur gestion, et enfin l’instauration d’une « bonne gouvernance » si chère à notre diplomatie. La « rupture » est un joli sujet, alors pourquoi ne pas en faire un vrai programme ?

Depi.

P.S : Certains sujets ne sont, sciemment, pas développés dans cet article, même si je les les évoque. Il ne s’agit en effet pas d’un article de réflexion pure sur les banlieues.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Bill Bill 14 novembre 2006 11:17

    Article très intéressant

    Je vous cite : « Un exemple frappant de cette complémentarité est la recommandation faite par la mission d’information de créer une véritable police de proximité. »

    Une « véritable » police de proximité. Le mot est enfin laché ! Qu’a t’on à faire de clowns, gentils pantins destinés à jouer au foot avec les « jeunes » ! Par contre une vraie police, de ces flics là qui viennet pour faire le VRAI boulot des flics, les gardiens de la paix doivent assurer la sécurité des biens et des personnes, pas amuser la foule ! Mais les commissariats ne sont pas toujours situés au bon endroit. Il ne faut pas non plus se mentir, ce sera un travail de longue haleine de pacifier les banlieues ! Et qu’on aille pas encore inventer un territoire spécifique avec les grands frêre et les entuirbannés aux commandes ! Assez de toutes ces plaisanteries, la loi est la loi, c’est la volonté du peuple ! Elle doit être respectée et elle est la même pour tous ! Le territoire Français est un et indivisible, ne nous amusons pas avec ça !


    • mescalito (---.---.101.9) 14 novembre 2006 14:55

      la police de proximité toulousaine avait organisé un match de foot HORS des temps de travail des policiers. au lieu de faire des heures sup’ sur une enquete, ils ont fait une action de prévention. ne déformez pas tout.


    • Bill Bill 14 novembre 2006 16:44

      @ mescalito, Mon propos n’est pas de déformer leur travail, c’est ce qu’on m’oppose sur la police de proximité, je considère que jusqu’ici ça a été un gadjet...


    • (---.---.37.70) 14 novembre 2006 15:59

      La politique du papier peint ne peut pas marcher, elle n’a jamais marché, ces gens sont inassimilable, on le sait, on l’a même voulu officielement, alors inutile de jouer aprés les étonné. Une seule solution, l’expulsion.


      • Briseur d’idoles (---.---.168.42) 14 novembre 2006 17:39

        Et toi t’es assimilable en quoi ?


      • La Taverne des Poètes 14 novembre 2006 20:09

        Quand j’ai vu sur la page d’accueil d’Agoravox « Par Depi », j’ai craint que ce ne fut par dépit un énième article écrit sur le phénomène des banlieues. Mais non, vous vous en sortez bien pour un premier article.


        • Depi Depi 15 novembre 2006 13:27

          Tout d’abord merci. Et oui j’ai essayé de ne pas écrire un article redondant par rapport à ce qui était déjà proposé sur AgoraVox. Je l’ai écrit le 7 novembre et il a été publié le 14, entre temps il y a eu 1 ou 2 articles mais nous ne traitions pas le même sujet donc ça m’a aussi aidé ;)

          Peut-être écrirai-je par la suite quelques articles par dépit qui sait.. ;)


        • Maxime Verner Maxime Verner 15 novembre 2006 09:11

          Très bon article ! La vie dans les quartiers peut être amélioré par quelques unes de ces propositions, il faut que la population en ait conscience. Les politiques ont délaissés ces quartiers, mais il n’est jamais trop tard. J’espères juste (naïvement) que ce n’est pas encore une annonce en vue des élections et de l’électorat dans les banlieues (très fortement extrêmes, à gauche et à droite), mais plutôt un vrai ancrage des problèmes de ces zones géographiques et de nos concitoyens pour améliorer leur quotidien. Et il me semble que depuis 2002, on est sur la bonne voie, malgré les émeutes de l’année dernière.


          • Depi Depi 15 novembre 2006 13:29

            Il faudra suivre ce que donne le rapport à l’avenir, en espérant que cela ne sera pas éclipsé jusqu’aux élections et qu’il ne sera pas oublié après..

            Le point positif reste que ce rapport a été établi par des représentants de tous les partis du Sénat, c’est donc encourageant. A suivre.


          • Alex (---.---.150.51) 15 novembre 2006 09:33

            Les Français ont investit plus de 50 Milliards d’Euros en 40 ans dans les Banlieues. Aujourd’hui il faudrait ré-investir des milliards d’euros : Ou les trouver ? Et comme pour les Entreprises, arrêtons de dépenser sans contre-partie. En effet, qu’ont donc fait nos immigrés et nos Banlieusards de tout cet argent ? Qu’ont-ils fait pour s’intégrer ? s’éduquer ? Respecter leurs logements ? Personne ne pourra le faire à leur place ...C’est un peu trop facile ... Ils détruisent tout, brûlent tout et voudraient qu’on rénove tout ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès