Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Valéry Giscard d’Estaing brise trois dogmes de la religion (...)

Valéry Giscard d’Estaing brise trois dogmes de la religion européiste, mais cache encore l’essentiel

Dans un entretien au journal Les Échos du 19 février 2015, Valéry Giscard d'Estaing vient d’affirmer que « la Grèce ne peut régler ses problèmes aujourd'hui que si elle retrouve une monnaie dévaluable. Il faut donc envisager ce scénario très calmement, à froid, dans l'intérêt de la Grèce elle-même. »

Il a insisté sur le fait que « ce processus de sortie ordonnée doit et peut se dérouler de manière non conflictuelle, dans l'intérêt mutuel de chacun. C'est ce que j'appellerais une 'friendly exit', une sortie dans un esprit amical. »

LES 3 DOGMES BRISÉS

Ces déclarations ne sont pas à prendre à la légère. Elles sont très importantes, venant d’un homme qui a été président de la République (1974-1981), président du Mouvement européen (1989-1997), et président de la Convention sur l'avenir de l'Europe ayant rédigé le projet de Constitution européenne (2001-2004).

Elles brisent de façon sensationnelle trois dogmes parmi les plus sacrés de la religion européiste :

  • 1er dogme détruit : le dogme de l'irréversibilité de l'euro

Valéry Giscard d'Estaing vient de reconnaître qu’un État peut sortir de l’euro.

La Sainte Inquisition européiste - dont il fit partie lui-même - a pourtant toujours affirmé le contraire, à savoir :

- que « l’euro est une autoroute sans sortie » (dixit Yves-Thibault de Silguy, à l’époque Commissaire européen chargé de la mise en place de la monnaie unique, cité dans « Les dangers d’une schizophrénie monétaire » de Pierre-Antoine Delhommais, Le Monde du 22/01/99).

- que « l’euro est irréversible » (dixit Mario DRaghi, président de la BCE, le 21 juillet 2012

(cf. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/07/21/97002-20120721FILWWW00231-draghi-l-euro-est-irreversible-monde.php )

  • 2ème dogme détruit : le dogme de l'euro indispensable et protecteur

Valéry Giscard d'Estaing vient de certifier qu’une telle sortie peut se révéler indispensable pour permettre à un pays de sauver son économie.

Ce n'est donc plus une fantaisie, ni une option, et encore moins une folie.

C'est au contraire une décision indispensable pour sauver une économie et un peuple entier de la destruction.

Les Gardiens du Temple européiste - dont il fit partie lui-même - ont toujours affirmé le contraire, à savoir que « la crise aurait été bien plus dramatique sans l'euro ». (cf. http://www.lesechos.fr/23/12/2013/LesEchos/21590-024-ECH_herman-van-rompuy-----la-crise-aurait-ete-bien-plus-dramatique-sans-l-euro—.htm#4ctzk3sD8tH7kiQZ.99 )

  • 3ème dogme détruit : le dogme d'une sortie de l'euro synonyme d'Apocalypse

Enfin, Valéry Giscard d'Estaing vient d'assurer qu’une sortie de l’euro peut se faire « de manière non conflictuelle, dans l'intérêt mutuel de chacun, et dans un esprit amical ».

Ce langage posé et rassurant est extrêmement nouveau dans la bouche d'un européiste. Cela ressemble à s'y méprendre à ce que je ne cesse d'expliquer depuis des années, à savoir que la sortie de l'euro - mais aussi celle de l'UE - peuvent se faire de manière non conflictuelle et dans un esprit amical. C'est notamment l'une des idées centrales de ma conférence "Le Jour d'Après", à laquelle je renvoie mes lecteurs : https://www.upr.fr/conferences/le-jour-dapres-la-sortie-de-lunion-europeenne-fin-du-monde-ou-liberation

Or cette approche professionnelle et sérieuse de la sortie de l'euro - et de l'UE - est exactement ce que ne veulent surtout pas voir ni entendre les garde-chiourmes de l’européisme. Il savent que, pour maintenir leur pouvoir, ils doivent constamment plonger le peuple français dans l'angoisse et dans un effroi irraisonné à l'idée même que l'on puisse sortir de l'UE ou de l'euro. Ils affirment donc comme un dogme ne souffrant aucune discussion qu’une telle sortie ne pourrait provoquer que l’Apocalypse et ne pourrait engendrer que des conflits meurtriers.

Cette intimidation oppressante exercée par les européistes sur la population n'est pas nouvelle. On se rappelle, par exemple, qu'il y a 10 ans, lors de la campagne pour le référendum sur la Constitution européenne, le député UMP Pierre Lellouche avait affirmé que « Si vous votez "non" au référendum, on s’expose à un risque de guerre », tandis que le socialiste Jacques Delors affirmait qu'« une victoire du “non” provoquerait un cataclysme politique en France. » (cf. http://www.politis.fr/Il-y-a-six-ans-le-mensonge-et-la,14330.html#nh36 )

Cette propagande qui agit par la terreur est plus que jamais à l'ordre du jour chez les européistes qui sentent que la situation leur échappe. On n’en prendra pour preuve que l’émission de propagande éhontée, diffusée sur France 5 l’avant-veille des déclarations de Giscard, au cours de laquelle le service public de l’audiovisuel a osé affirmer aux Français que la sortie de l’euro équivalait à la fin du monde (cf. https://www.upr.fr/communiques-de-presse/emission-bye-bye-leuro-lupr-va-saisir-le-csa )

C'est justement aux auteurs de cette émission que l'ancien président de la République vient de faire un magistral bras d'honneur.

L'ESSENTIEL RESTE ENCORE CACHÉ

En ce 19 février 2015, il y a donc de quoi se féliciter des déclarations de Valéry Giscard d’Estaing.

Son soudain revirement résonne comme un hommage du vice à la vertu. N'oublions pas que leur auteur a été, tout au long de sa carrière, l'un des plus ardents promoteurs de la prétendue « construction européenne » et de l’euro.

En réalité, et pour dire les choses crûment, l'ancien président de la République vient de manger son chapeau. Il le fait crânement, certes, en assurant qu'il avait été contre l'entrée de la Grèce dans l'euro, mais il n'en mange pas moins son chapeau.

Il faut cependant noter que les déclarations de l’ancien président de la République font l’impasse sur deux aspects essentiels de la problématique soulevée.

  • D'une part, il ne dit pas un mot de la façon de régler juridiquement l’éventuelle sortie de la Grèce de l’euro, alors que les traités européens, à la rédaction desquels il a été mêlé, ont justement pris grand soin de ne pas prévoir de clause juridique de sortie de l’euro.

Que propose-t-il donc pour régler cette question ?

Procéder à une nouvelle forfaiture juridique en invoquant de façon abusive l’article 352 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) ? (cf. https://www.upr.fr/actualite/europe/quoi-joue-mme-merkel )

  • D'autre part, Valéry Giscard d’Estaing fait semblant de ne pas voir que le raisonnement qu'il tient sur la Grèce vaut aussi pour bien d’autres États de la zone euro.

Ainsi, l’ancien président de la République affirme que « la question fondamentale est de savoir si l'économie grecque peut repartir et prospérer avec une monnaie aussi forte que l'euro. La réponse est clairement négative (...) La Grèce a besoin de se donner la possibilité de dévaluer sa monnaie. Si elle ne le faisait pas, sa situation s'aggraverait et déboucherait sur une crise encore plus sévère. »

Ce raisonnement est parfaitement exact. Mais, même si l’acuité des problèmes y est un peu moindre qu’en Grèce, ce raisonnement s'applique à peu près exactement de la même façon à l’économie espagnole, à l’économie portugaise, à l’économie italienne, à l’économie française, etc.

Il est sans doute encore trop tôt pour que Valéry Giscard d’Estaing reconnaisse que son raisonnement vaut aussi, de proche en proche, pour la quasi-totalité des États de la zone euro. Car ce serait reconnaître que l’œuvre à laquelle il a consacré une grande partie de sa vie est vouée à s’effondrer prochainement. Mais un jour viendra, nécessairement, où cette chimère politique monstrueuse s'effondrera, que cela plaise ou ne plaise pas à M. Giscard d'Estaing.

CONCLUSION : LE BRAS DE FER DANS LES COULISSES

En conclusion, je crois utile de souligner que les déclarations de l’ancien président de la République s’inscrivent dans la droite ligne des analyses des dirigeants allemands, qui militent presque ouvertement désormais pour la sortie de la Grèce de l’euro.

Cependant, il faut aussi rappeler que les souhaits profonds de l’Allemagne en la matière sont contrecarrés par ceux de Washington et des élites euro-atlantistes. Ces derniers craignent en effet, par-dessus tout, l’effet de contagion qu’une sortie de la Grèce de l’euro pourrait très rapidement entraîner dans toute la zone euro. Un tel effet domino pourrait alors conduire à l’effondrement de tout le glacis géopolitique établi par les États-Unis depuis 1945 sur l’Europe continentale.

Le bras de fer qui se joue actuellement dans les coulisses oppose les tenants de ces deux Europe : celle voulue par Berlin – qui souhaite que la Grèce sorte de l’euro - et celle voulue par Washington – qui souhaite que la Grèce y reste.

Valéry Giscard d'Estaing a-t-il compris que la France, défigurée et affaiblie par son action passée et par celle de tous les européistes, ne peut plus assister qu'en spectatrice sans pouvoir à ce bras de fer ? Si oui, on comprend mieux qu'il y ait, dans son regard, des lueurs fugitives de remords et de désespoir.

François ASSELINEAU

Site Internet : http://www.upr.fr
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (100 votes)




Réagissez à l'article

241 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 20 février 2015 11:34

    La source de tous nos maux se trouve aux US, profondément marqués par la guerre de Sécession et le massacre des minorités ethniques.

    Il est de notoriété publique que les élites dirigeantes US contrôlant les 3 pouvoirs sont totalement corrompues par les riches actionnaires des multinationales à la recherche constante de nouvelles richesses à piller, de nouveaux peuples à exploiter.

    Il serait temps que les dirigeants européens prennent conscience du danger mortel que constitue la folie dominatrice US pour nos nations. Des décisions sont à prendre rapidement pour mettre fin à l’aventurisme destructeur des US.

    La première de ses décisions serait de mettre fin à l’UE telle qu’elle est, anti démocratique, anti nations, anti peuples et de la refondée en fédération de nations.

    Hélas, en France notamment, nos élus sont plus liés à leur parti qu’à leurs électeurs et les partis plus liés aux multinationales qu’à l’intérêt général.

    Nous en sommes réduits à attendre que les Grecs, puis les Espagnols, puis les Italiens, prennent les décisions que nous sommes incapables de prendre.


    • taktak 20 février 2015 13:41

      @Daniel Roux
      Votre point de vu me semble réducteur. La cause est plus profonde. Systémique. Et les USA qui sont la principale force géopolitique, le leader du système en sont donc à l’évidence une cause visible. En tant qu’impérialisme capitaliste dominant

      Mais la cause profonde, c’est le système capitaliste. Cette implacable dictature de la classe capitaliste contre les travailleurs. Qui ne se maintient que par une exploitation brutale, et un pouvoir toujours plus brutale et violent, n’hésitant pas au fascisme, pour conserver sa domination.

      la solution, c’est de changer de système, de faire la révolution pour faire place au peuple.
      Ce qui passe déjà par la sortie de l’UE du capital, de l’euro, de l’Otan et par la mise en œuvre d’une politique aux services des intérêts populaires.
      C’est ce que propose le PRCF de longue date.
      www.initiative-communiste.fr


    • Daniel Roux Daniel Roux 20 février 2015 14:33

      @taktak

      Il ne s’agit que d’un commentaire. Mes articles, si vous avez le temps et si cela vous intéresse, exposent un point de vue plus large.

      Concernant le Capitalisme, je ne suis pas aussi sévère que vous. C’est comme si vous jugiez le communisme à l’aulne de l’URSS.

      Les idéologies s’adressent à des hommes parfaits et parce que ces derniers n’existent pas, elles doivent rester dans le monde des idées.

      Par exemple, il existe des coopératives dans lesquelles les sociétaires mettent en commun leur capital et savoir faire, dans la réalisation d’une œuvre commune dont chacun partagera les bénéfices ou les échecs.

      Ce que vous dénoncez, c’est la cupidité et la brutalité. Celles-ci ne sont pas propres au Capitalisme ou au Communisme, mais à l’humain.


    • lotharingien lotharingien 20 février 2015 16:44

      @Daniel Roux nous n’avons plus le temps d’attendre ! François Asselineau est candidat à l’élection présidentielle de 2017 et c’est le seul à pouvoir rassembler les Français de toutes tendances politiques pour mettre fin à ce que vous dénoncez !


    • Daniel Roux Daniel Roux 20 février 2015 18:49

      @lotharingien

      Ce sont les électeurs qui décident ou du moins, qui le croient. Le moins que l’on puisse écrire est qu’ils ne semblent pas prendre le chemin de la révolution, ni même de l’évolution démocratique quand ils veulent bien prendre celui du bureau de vote.

      La gauche contestataire fait moins de 15% au premier tour de 2012, dont 11% pour le seul Front de Gauche plus imprécateur brouillon que réformateur crédible.

      La droite contestataire, hors FN, parti, par et pour la famille Le Pen, est pratiquement inexistante.

      Asselineau, malgré ses efforts, ses remarquables explications pédagogiques et Fifi, ne perce pas.

      La raison de cet immobilisme politique est que 80% des actifs ont encore du travail en France et le modèle français, malgré les attaques dont il fait l’objet, atténue un peu la misère des autres. 

      A mon avis, beaucoup de ces 80% n’ont qu’une idée en tête : « Pourvu que ça dure.. »


    • Vipère Vipère 20 février 2015 18:52

      @Daniel Roux


      La misère des uns fait le bonheur des autres, n’est ce pas Daniel Roux, et pourvu que ça dure ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 19:48

      @Daniel Roux
      « L’ UPR ne perce pas », pour cause de censure des médias.
      Malgré cela, le nombre d’adhérents à doublé dans l’année 2014, pour arriver à plus de 7000 aujourd’hui, soit bien plus que le NPA, les Verts ou Miss Boutin...


    • doctorix doctorix 20 février 2015 20:45

      La chose extraordinaire est que ce soir précisément l’homme a qui la France doit la totalité de sa dette et de sa déchéance, celui qui avec Pompidou a privé notre pays du contrôle de sa monnaie en 73, qui vienne ici donner cet excellent conseil.

      Oui Valy, t’as raison : une nation doit pouvoir maîtriser sa monnaie pour survivre.
      C’était déjà vrai en 73, ça l’est encore plus aujourd’hui.
      Et tu restes un traître à ton pays.

    • Michel Maugis Michel Maugis 21 février 2015 01:20

      @taktak, PRCF

      S’ il est exacte qu’ il faille lutter contre le capitalisme, cette lutte dans les circonstances actuelles doit être subordonnée à une lutte plus conséquente qui est celle de sortir de la domination impérialiste US. Sinon c’ est la Barbarie !. Et c’ est peut être ce que souhaite certains, à gauche comme à droite.

      Si des pays marxistes, comme le sont toujours la Russie et la Chine, ont décidé un retour vers le capitalisme, plus ou moins sous un contrôle de l’ État, c’ est qu’ il y avait une raison supérieur : la survie du Monde devant la menace fasciste US et des EX empires racistes Français et GB.


      Sans ce retour, la Russie aurait été attaquée avec l’acceptation tacite de la France et autres, en profitant de l’ anticommunisme stupide entretenue par l’ idéologie de la guerre froide.

      En coupant l’ herbe sous le pied de la classe fasciste bourgeoise, la Russie et la Chine ont sauvé le monde. ( une troisième fois pour la Russie). Et la Russie récupère ce qu’ elle est depuis 1917 son aura de pays pacifique qui n’ a jamais eu une raison économique pour faire la guerre, sauf pour ce défendre contre les rapaces français et autres.

      Le marxisme n’ a jamais eu une aversion systématique, universel et intemporel contre le capitalisme, puisque c’ est son développement qui autorise la construction du socialisme.

      C’ est pourquoi il faut mettre en avant tout le recouvrement de notre souveraineté et donc la sortie de l’ UE et surtout de l’ OTAN. Pas le renversement du capitalisme.

      Une décision dans ce sens du PRCF et de UPR, et d’ autres forces anti atlantistes,. serait un coup de massue sur les forces du Barbarisme.

      Seul, à l’ l´heure actuelle, ASSELINEAU a la possibilité de devenir le Président de la France.

      Asselineau le Président qu’ il nous faut !!


    • devphil30 devphil30 21 février 2015 06:44

      Pour compléter vos propos sur les massacres ethniques et la guerre de Sécession.

      La guerre de Sécession n’a en rien résolu le problème de liberté des noirs , ils ont juste été affranchi mais sans aucun droit civil.

      Je conseille la lecture de Contre histoire du libéralisme de Domenico Losurdo

      http://www.amazon.fr/Contre-histoire-du-lib%C3%A9ralisme-Domenico-LOSURDO/dp/2707173487

      Les USA est un pays profondément religieux , raciste et ségrégationniste qui entre en opposition avec les autres cultures et religions dans le monde avec la seule volonté de dominer l’ensemble du monde par la force , le dollar , l’économie , la culture et le mode de pensée.

      L’Europe est gangrénée par le mode de pensée ultra libérale et la culture américaine.
      Et maintenant c’est comme une tentacule qui s’étend maintenant vers l’Europe de l’Est et entre en conflit avec la Russie en Europe , avec la Chine en Asie et le Brésil en Amérique du Sud.

      Nos politiques le savent , le voient peuvent ils faire quelque chose ?
      Oui mais à trop entrer dans les intérêts US , il devient plus difficile de donner de la voix , le seul et dernier l’ayant fait fût De Gaulle.
      De Gaulle a subi des tentatives de déstabilisation dont certaines furent appuyés par les USA car De Gaulle gênait l’expansionnisme Américain

      Philippe

       


    • soi même 21 février 2015 14:40

      @Fifi Brind_acier, « L’ UPR ne perce pas », pour cause de censure des médias » en êtes vous si sur, ne serait pas en plus la médiocrité et le vide de réfection innovante et salutaire qui ne serait pas aussi une des principale clause, je vais te dire de à quoi me fait pensé l’UPR, à un partie de la haute bourgeoisie légitime qui vient de prendre conscience que leurs prè carré est brouté par des gros pros américains sans scrupule !


    • Tythan 21 février 2015 14:59

      @Michel Maugis

      Je crois que vous vous trompez lorsque vous dites que la Russie ou la Chine sont toujours des « pays marxistes ». Qu’il y ait encore des traces de cet héritage est une évidence, mais, au delà du décorum pour la Chine, il faut bien reconnaître que ces pays n’ont plus rien de marxistes. Même la Chine fait de moins en moins semblant.

      Enfin, ce n’est pas là dessus que je souhaitais réagir à votre commentaire.

      Vous écrivez en effet : 

      Seul, à l’ l´heure actuelle, ASSELINEAU a la possibilité de devenir le Président de la France.

      Et là, j’avoue avoir du mal à comprendre comment peut-on raisonnablement croire que François Asselineau, à la tête d’un parti qui a rassemblé moins de 70 000 voix au niveau national, après avoir rassemblé 17 parrainages (3 officiels) ait la possibilité de devenir Président de la République... Il faut vraiment avoir la foi du charbonier !


    • crac_1_bourre-pif crac_1_bourre-pif 21 février 2015 15:30

      @Tythan
      Au fait, c’est quand que Dupont Aignan sera disposé à débattre avec François Asselineau ?
      Histoire de comprendre un peu mieux quel est le projet de DLF(-DLR ?) concernant l’Euro, l’UE et l’OTAN.
      Car quoi que vous en disiez, c’est tout sauf clair !


    • crac_1_bourre-pif crac_1_bourre-pif 21 février 2015 15:35

      @soi même

      Ca vous va bien de parler de médiocrité quand on prend la mesure de votre nullité en orthographe, en grammaire et en vocabulaire.On ne comprend rien à ce que vous écrivez.


    • Tythan 21 février 2015 19:22

      @crac_1_bourre-pif

      Votre aggressivité n’aura aucun effet et ne m’impressionne absolument pas. Mes commentaires contiennent des fautes d’orthographe et des fautes de frappe. Parfois, je commence une tournure de phrase, puis je la modifie en oubliant le début. Cela arrive à tout le monde et personne n’en fait une maladie. J’ai malheureusement la déplorable habitude de ne jamais me relire. Mais en règle générale mes phrases restent tout à fait compréhensibles et jamais personne ne m’a reproché quoi que ce soit à ce sujet. 

      Surtout, je ne crois pas avoir de leçon à recevoir d’un type qui écrit « au fait, c’est quand que »...

      Au fait, c’est quand que Dupont Aignan sera disposé à débattre avec François Asselineau ?

      Il faut le lui demander. Maintenant, je pense que pour ma part qu’il y a tout de même une différence de niveau entre Nicolas Dupont-Aignan, qui a rassemblé 700 000 voix sur son nom par rapport à François Asselineau. Surtout, je ne comprends pas l’insistance qu’ont les partisans de François Asselineau à le voir débattre avec Nicolas Dupont-Aignan. Vous ne croyez pas qu’il serait plus utile que François Asselineau débatte avec un européiste ?

      Histoire de comprendre un peu mieux quel est le projet de DLF(-DLR ?) concernant l’Euro, l’UE et l’OTAN.

      Debout la République (DLR) a changé de nom pour adopter celui de Debout la France.

      Voilà bien la preuve qu’un débat entre François Asselineau et Nicolas Dupont-Aignan est totalement inutile, puisque ce que vous cherchez à comprendre est accessible très facilement sur internet, pour un peu qu’on s’éloigne des articles absurdes que l’UPR écrit continuellement contre Nicolas Dupont-Aignan.


      Bref, à DLR, les choses sont très claires et il n’y a que les militants bornés de l’UPR pour ne pas le reconnaître.

      Il est d’ailleurs étonnant de voir ce besoin qu’ont les militants de l’UPR de dénigrer et d’attaquer les programmes de leurs adversaires, comme s’ils étaient incapables d’exister par eux-mêmes.



    • crac_1_bourre-pif crac_1_bourre-pif 21 février 2015 19:31

      @Tythan

      Ce n’est pas votre orthographe que je critiquais mais celle de « soi même » (c’est son pseudo).
      Vous vous embrouillez un peu on dirait... mais ça, ce n’est pas une découverte, je dirais même que c’est le propre de DLF(-DLR ?) smiley


    • soi même 21 février 2015 19:43

      @crac_1_bourre-pif, oui,on me la déjà dit, même Charlemagne ne savait pas écrit !

       smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 février 2015 20:02

      @Tythan
      Si Dupont Aignan ne veut pas discuter, rassurez-vous, on n’en fera pas une maladie.


    • Michel Maugis Michel Maugis 21 février 2015 23:28

      @Tythan

      La Chine et la Russie sont marxistes parce que leurs dirigeants le sont toujours !
      J’ ai donné mon explication. Vous ne l’ avez pas réfuté. Être marxiste ne relève pas de l’ économie mais de savoir interpréter le monde.

      Quant à imaginer que le Front de gauche puisse accéder au gouvernement de la France avec un PC qui P« cf » qui a dit BRAVO à la chute de Khadafi, et donc VIVE l’ Otanazie, ce n’ est pas la foi du Charbonnier cela relève du ridicule.

      Demain tant le PCF que le PRCF seront les responsables de la victoire de Sarkonazi, ou de Holandouille pour ne pas avoir miser sur la possible victoire de Asselineau.

      Le seul susceptible de gagner contre ses deux larbins des USA est Asselineau.

    • Geoffrey Degouy Geoffrey Degouy 22 février 2015 01:46

      @Tythan


      Sachez que l’euro est déjà une monnaie commune... Pour comprendre son fonctionnement il faut regarder dans le Système Européen de Banques Centrales, où l’on apprend que les Banques Centrales Nationales respectives ont été conservée, créant ainsi un système facilement réversible particulièrement désiré des allemands. L’euro est donc en apparence une monnaie unique, mais en réalité les euros créés en France sont des créances sur la Banque de France, ceux créés en Allemagne des créances sur la Bundesbank, et ainsi de suite pour les 17 pays de la zone euro.

       De plus, je vous invite à visionner cette vidéo très explicite de l’impasse du changement de l’Europe, que tous les partis politiques sans exception proposent depuis au moins 1979 : https://www.youtube.com/watch?v=5lrvDRnszEk
      Je tiens à vous avertir, l’idéologie d’un fédéralisme européen est dans sa conception, non seulement irréformable, mais est intrinsèquement antagoniste à la Démocratie. C’est la raison pour laquelle nous avons la même politique en France depuis le traité de Lisbonne pour ne pas dire depuis le traité de Maastricht.

      Enfin, je vous invite à vous poser cette question essentielle : Pourquoi les médias ne parle-t-ils toujours pas de l’UPR, parti plus représentatif que EELV avec à ce moment 7157 adhérents à son actif, après 8 ans d’existence ?

      Amicalement

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 février 2015 07:54

      @Michel Maugis
      Ne semez pas la confusion. Le PRCF veut la sortie de l’ UE & de l’euro.
      La différence entre l’UPR et le PRCF, c’est que l’un veut sortir de l’ UE par l’article 50 et l’autre par la révolution. Mais l’objectif est le même.


      Ce qui n’est pas du tout le cas de la Gauche dite radicale, PCF compris, qui rêve « d’ une Autre Europe à la St Glinglin ». J’espère que l’échec de Syriza à se débarrasser de la Troïka en fera réfléchir certains. Syriza voulait en plus changer l’ Europe, rêve !

    • Tythan 22 février 2015 12:06

      @Geoffrey Degouy

      Sachez que l’euro est déjà une monnaie commune

      Je l’ai déjà expliqué, mais le problème est terminologique. Pour l’ensemble de la société, l’euro est aujourd’hui une monnaie unique, que ce soit pour les hommes politiques, les économistes, les journalistes et même l’homme de la rue. La proposition est même inversée, puisque si vous intérrogiez à l’aveugle en demandant qu’est ce que la monnaie unique, tout le monde vous répondrait l’euro.

      Pour des raisons qui peuvent se comprendre, François Asselineau et Vincent Brousseau expliquent à qui veut l’entendre qu’en réalité l’euro n’est pas une monnaie unique mais n’est en fait qu’une monnaie commune. Libre à eux.

      Mais ils ne peuvent pas sérieusement imposer aux autres la signification qu’ils donnent des termes monnaie unique et monnaie commune.

      Oui, l’euro est une monnaie commune au sens où elle est commune entre les pays membres de la zone euro. Mais enfin cela n’a rien à voir avec l’alternative que proposent certains économistes dénommée « monnaie commune ».

      Pour comprendre son fonctionnement il faut regarder dans le Système Européen de Banques Centrales, où l’on apprend que les Banques Centrales Nationales respectives ont été conservée, créant ainsi un système facilement réversible particulièrement désiré des allemands. 

      A vrai dire, tout le monde le savait et il n’y a rien à apprendre, sauf pour les ignorants... Par ailleurs, croire que les banques centrales nationales ont été conservées dans le but de rendre réversible l’euro est une erreur, puisque les européistes ont tout fait pour rendre l’euro irréversible.

       De plus, je vous invite à visionner cette vidéo très explicite de l’impasse du changement de l’Europe, que tous les partis politiques sans exception proposent depuis au moins 1979 : https://www.youtube.com/watch?v=5lr...

      Voilà l’exemple type d’une vidéo pour neuneus faussement didactique racontant n’importe quoi et qui visiblement retournent le cerveau de certains. Je ne vais pas perdre mon temps à la commenter et je vous invite simplement à la revoir en exerçant votre esprit critique. Vous devriez pouvoir arriver tout seul à démonter les sophismes et contre-vérités énoncées par cette vidéos.

      Si vous n’y arrivez pas seul, je vous invite à simplement vous poser cette question : comment se fait-il, si cette vidéo disait vrai, que les traités européens aient été modifiées plus d’une dizaine de fois depuis l’origine (et alors que les majorités dans les différents pays n’avaient pas le même bord politique) ?

      Je tiens à vous avertir, l’idéologie d’un fédéralisme européen est dans sa conception, non seulement irréformable, mais est intrinsèquement antagoniste à la Démocratie.

      Je pense que nous sommes d’accords tous les deux pour condamner la politique Monnet-Schuman des « petits pas », qui effectivement vise à créer des situations de faits irréformables.

      C’est la raison pour laquelle nous avons la même politique en France depuis le traité de Lisbonne pour ne pas dire depuis le traité de Maastricht.

      Il y a quand même des différences dans les politiques menées depuis trente ans en France, et heureusement. On ne le mesure toujours pas bien, mais il est clair que l’instauration par exemple des 35h a été une faute économique majeure, amplifiée encore si besoin était par le contexte de l’UE.

      Mais là où vous avez raison, c’est qu’effectivement, et l’exemple des 35h le prouve, l’Europe de Maastricht ne laisse qu’une marge de manoeuvre étroite aux dirigeants, qui refusent pourtant de renverser la table (ce que proposent Nicolas Dupont-Aignan ou François Asselineau).

      Enfin, je vous invite à vous poser cette question essentielle : Pourquoi les médias ne parle-t-ils toujours pas de l’UPR, parti plus représentatif que EELV avec à ce moment 7157 adhérents à son actif, après 8 ans d’existence ?

      Cette question est essentielle pour vous et peut-être pour les 7 000 adhérents de l’UPR, mais elle ne l’est pas ni pour moi ni pour l’ensemble de la population.

      Il est faux de dire que l’UPR serait plus représentatif qu’EELV parce qu’elle aurait, ce qui reste d’ailleurs à prouver, plus d’adhérents qu’EELV. Le juge de paix des partis politiques, c’est l’élection et non pas le nombre d’adhérents. Et de ce point de vue, l’UPR ne mérite pas d’être médiatisée avec des scores confidentiels pour ne pas dire ridicules (0,4%).

      Les médias parlent, peu, mais parlent de l’UPR, qui d’ailleurs à chaque fois que cela arrive, s’en gargarise. Cette faible médiatisation s’explique par les résultats politiques liliputiens de l’UPR.

    • Tythan 22 février 2015 12:14

      @Michel Maugis

      Non, vous n’aviez pas, jusqu’ici, donné d’explications pour soutenir votre affirmation selon laquelle la Russie et la Chine seraient marxistes. Vous expliquez désormais que la Russie et la Chine serait marxiste parce que leurs dirigeants le seraient toujours.

      Moi je veux bien tout entendre, mais aux dernières nouvelles, Vladimir Poutine n’a pas professée son admiration pour les principes marxistes, qui restent, j’en suis désolé pour vous, ancré dans l’économie.

      Demain tant le PCF que le PRCF seront les responsables de la victoire de Sarkonazi, ou de Holandouille pour ne pas avoir miser sur la possible victoire de Asselineau.

      Dire que le PCF ou le PCRF pourraient être responsables de la victoire de Nicolas Sarkozy ou de François Hollande relève d’une méconaissance du poids politique réél de ces deux partis, qui est aujourd’hui marginal (et nul pour le PCRF).

      Par ailleurs, vos jeux de mot sur les patronymes de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy sont tout à fait déplacés et d’un mauvais goût certain.

      Le seul susceptible de gagner contre ses deux larbins des USA est Asselineau.

      Mais bien sûr !!! Et d’ailleurs, au premier tour, avec 80 % des voix !!! smiley smiley Je ne le fais d’habitude pas, mais j’insère un smiley parce que là, je ne vois pas comment vous exprimer mon état d’esprit !
       

    • Tythan 22 février 2015 12:15

      @Fifi Brind_acier

      Si Dupont Aignan ne veut pas discuter, rassurez-vous, on n’en fera pas une maladie.

      Alors pourquoi tous les membres de l’UPR, vous y compris, sembliez tant tenir à ce que Nicolas Dupont-Aignan débatte avec François Asselineau ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 février 2015 12:43

      @Tythan
      Puisque l’ UPR ne représente rien, pourquoi passez-vous autant de temps ici ?
      Votre présence méprisante autant qu’insistante montre bien que la progression de l’ UPR inquiète.
      Et pour vous, c’est quoi une monnaie commune ?


    • Michel Maugis Michel Maugis 22 février 2015 13:56

      @sampiero

      « Si tu croit que c’est en insultant toute la classe politique, soit 98% des votes des français, »

      Ou avez vous lu que j’ ai insulté 98% toute l classe politique soit 98% des votes des français

      Quant à votre dernière phrase, elle correspond à « un pauvre homme » dépourvu d’ analyse rationnelle,

      On a tous compris que vous ne votez pas pour des idées mais pour celui qui a des chances de gagner !

      Hollandouille comme Sarkonazi, sont effectivement des CRAPULES, larbins des USA.

      Que voulez vous que j’ y fasse, c’ est ainsi.

    • Michel Maugis Michel Maugis 22 février 2015 14:17

      @Tythan

      « Moi je veux bien tout entendre, mais aux dernières nouvelles, Vladimir Poutine n’a pas professée son admiration pour les principes marxistes, qui restent, j’en suis désolé pour vous, ancré dans l’économie. »

      Et non, justement !. Les principes marxistes NE SONT PAS ANCRÉS DANS l’ECONOMIE.

      Ils sont ancrés dans l’ analyse de la réalité du monde, et aujourd’hui, ce n’ est pas la lutte pour instaurer le socialisme, mais pour vaincre l’ impérialisme US et de ses toutous racistes occidentaux, qui poussent à une guerre mondiale.

      Le retour en arrière de l’URSS répond à la nécessité de couper l’ herbe sous le pied des pseudo vainqueur de la guerre froide et de regagner les coeurs des gens sincères qui furent abusés par deux siècles de calomnies sur le marxisme.

      Car en dernière analyse, les responsables des guerres sont ceux qui ne s’ en indignent pas, et qui n’ appellent pas un chat un chat et Hollande UNE CRAPULE SIONISTE qui défend sa classe sociale de traitres, comme Mélanchon, d’ailleurs.

    • Michel Maugis Michel Maugis 22 février 2015 14:29

      @Fifi Brind_acier

      Je n’ ai pas dit que le PRCF ne veut pas sortir de l’ EURO.

      Quant au P« CF » ne me parlez pas de ce parti qui a approuvé a postériori la chute du régime de Kahdafi ( « personne ne regrettera...... »"), avec des termes qui démontrent son fauxculisme et soumission aux pressions de ceux qui financent le torchon social démocrate qu’ est devenu l’ Humanité.

      Je préfère lire le Figaro... et Asselineau


    • raymond 20 février 2015 11:53

      De plus en plus de ces personnes balancent sur leur lit de mort, c’est pitoyable, merci de votre article


      • pens4sy pens4sy 20 février 2015 12:07

        @raymond

        mieux vaut tard que jamais


      • Alren Alren 20 février 2015 12:13

        Les USA craignent que l’éclatement de l’euro et de la soumission qu’il impose aux pays assez sots pour y avoir souscrit (ce qui n’est pas le cas du Royaume-Uni, propriété de la City) fasse éclater en effet leur « glacis européen » mais remette aussi en cause la signature du TAFTA, traité transatlantique qui est à peu près leur dernière chance, en siphonnant l’Europe, de retarder la Grande Catastrophe Économique que leur politique monétaire a rendue inéluctable


        • doctorix doctorix 20 février 2015 20:48

          @Alren
          Je crois que la sortie de l’Euro est notre seule chance d’échapper au TAFTA.

          Article 50...Vite !

        • Pyrathome Pyrathome 20 février 2015 12:22
          Valéry Giscard d’Estaing brise trois dogmes de la religion européiste, mais cache encore l’essentiel

          .

          L’essentiel étant, comme tout le monde le subodore, que le diamantaire est obligé de porter une couche en raison de fuites récurrentes..


          • lejules lejules 20 février 2015 12:41

            @Pyrathome
            par courtoisie abstenons nous des critiques ad hominem ( contre la personne) qui en aucun cas ne sont un raisonnement.


          • 65beve 20 février 2015 18:50

            @Pyrathome ;


            « Valéry Giscard d’Estaing brise trois dogmes »

            bref, il nous les brise.

            cdlt.



          • Willien 20 février 2015 23:02

            Aparté : en fait « contre la personne » c’est plutôt ad personam. Ad hominem est utilisé en principe pour dénoncer les comportements d’une personne qui sont contraires à ce qu’elle professe, et non pas pour l’attaquer « en tant que personne ». Mais il est vrai que quasiment tout le monde fait cette confusion.


          • devphil30 devphil30 21 février 2015 06:46

            @Pyrathome

            Pathétique comme niveau de réflexion... !


          • dohc 20 février 2015 12:46

            Tout le monde se fout des positions d’un vieillard de 89 ans qui s’est trompé gravement en construisant un système qu’il n’est pas le mieux placé pour critiquer avec ses millions de neurones perdus... comme si le grand-père dans le fauteuil au coin du feu était consulté pour prendre les décisions d’avenir.

            Restent les Asselineau et autres ringards trop heureux de trouver des huiles à enduire, toujours à la recherche de cautions et de crédibilité....

            Mais ce que tout ce petit monde a visiblement du mal à comprendre comme une réalité possible (parmi d’autres mais les faits... en supposant également que j’aie, moi, tout compris...) est que la Grèce est un laboratoire.

            Dans un premier temps montrer aux autres jusqu’ou le système est prêt à aller pour appauvrir un peuple et maîtriser la révolte, dans la servitude des grands intérêts financiers.

            Et éventuellement, exclure ou obliger un pays à quitter le système, système se faisant une joie et un impératif de détruire tout espoir aux futurs candidats en bombardant les non-coopératifs.

            Et donc si la Grèce, et l’Espagne ont vu des nouveaux motivés, apportant une lecture plus pragmatique et moins idéologique de « la lutte », la France se traîne des Mélenchon, des Asselineau, des Le Pen, et toute un clergé tourné vers le passé, obsolète, qu’il va falloir remplacer.


            • lejules lejules 20 février 2015 13:09

              @dohc
              « un laboratoire.....Dans un premier temps montrer aux autres jusqu’ou le système est prêt à aller pour appauvrir un peuple et maîtriser la révolte, dans la servitude des grands intérêts financiers. »

              le bon sens nous indique une solution possible pour couper l’herbe sous le pied des intérêts financiers : quitter l’euro.
              la seule façon que la « révolte » s’exprime d’une façon pacifique c’est de quitter l’Europe.et de retrouver la démocratie française indépendante des usa donc de quitter l’OTAN

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 13:16

              @dohc
              Sinon, sans sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, vous proposez quoi ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès