• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Valéry Giscard d’Estaing brise trois dogmes de la religion (...)

Valéry Giscard d’Estaing brise trois dogmes de la religion européiste, mais cache encore l’essentiel

Dans un entretien au journal Les Échos du 19 février 2015, Valéry Giscard d'Estaing vient d’affirmer que « la Grèce ne peut régler ses problèmes aujourd'hui que si elle retrouve une monnaie dévaluable. Il faut donc envisager ce scénario très calmement, à froid, dans l'intérêt de la Grèce elle-même. »

Il a insisté sur le fait que « ce processus de sortie ordonnée doit et peut se dérouler de manière non conflictuelle, dans l'intérêt mutuel de chacun. C'est ce que j'appellerais une 'friendly exit', une sortie dans un esprit amical. »

LES 3 DOGMES BRISÉS

Ces déclarations ne sont pas à prendre à la légère. Elles sont très importantes, venant d’un homme qui a été président de la République (1974-1981), président du Mouvement européen (1989-1997), et président de la Convention sur l'avenir de l'Europe ayant rédigé le projet de Constitution européenne (2001-2004).

Elles brisent de façon sensationnelle trois dogmes parmi les plus sacrés de la religion européiste :

  • 1er dogme détruit : le dogme de l'irréversibilité de l'euro

Valéry Giscard d'Estaing vient de reconnaître qu’un État peut sortir de l’euro.

La Sainte Inquisition européiste - dont il fit partie lui-même - a pourtant toujours affirmé le contraire, à savoir :

- que « l’euro est une autoroute sans sortie » (dixit Yves-Thibault de Silguy, à l’époque Commissaire européen chargé de la mise en place de la monnaie unique, cité dans « Les dangers d’une schizophrénie monétaire » de Pierre-Antoine Delhommais, Le Monde du 22/01/99).

- que « l’euro est irréversible » (dixit Mario DRaghi, président de la BCE, le 21 juillet 2012

(cf. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/07/21/97002-20120721FILWWW00231-draghi-l-euro-est-irreversible-monde.php )

  • 2ème dogme détruit : le dogme de l'euro indispensable et protecteur

Valéry Giscard d'Estaing vient de certifier qu’une telle sortie peut se révéler indispensable pour permettre à un pays de sauver son économie.

Ce n'est donc plus une fantaisie, ni une option, et encore moins une folie.

C'est au contraire une décision indispensable pour sauver une économie et un peuple entier de la destruction.

Les Gardiens du Temple européiste - dont il fit partie lui-même - ont toujours affirmé le contraire, à savoir que « la crise aurait été bien plus dramatique sans l'euro ». (cf. http://www.lesechos.fr/23/12/2013/LesEchos/21590-024-ECH_herman-van-rompuy-----la-crise-aurait-ete-bien-plus-dramatique-sans-l-euro—.htm#4ctzk3sD8tH7kiQZ.99 )

  • 3ème dogme détruit : le dogme d'une sortie de l'euro synonyme d'Apocalypse

Enfin, Valéry Giscard d'Estaing vient d'assurer qu’une sortie de l’euro peut se faire « de manière non conflictuelle, dans l'intérêt mutuel de chacun, et dans un esprit amical ».

Ce langage posé et rassurant est extrêmement nouveau dans la bouche d'un européiste. Cela ressemble à s'y méprendre à ce que je ne cesse d'expliquer depuis des années, à savoir que la sortie de l'euro - mais aussi celle de l'UE - peuvent se faire de manière non conflictuelle et dans un esprit amical. C'est notamment l'une des idées centrales de ma conférence "Le Jour d'Après", à laquelle je renvoie mes lecteurs : https://www.upr.fr/conferences/le-jour-dapres-la-sortie-de-lunion-europeenne-fin-du-monde-ou-liberation

Or cette approche professionnelle et sérieuse de la sortie de l'euro - et de l'UE - est exactement ce que ne veulent surtout pas voir ni entendre les garde-chiourmes de l’européisme. Il savent que, pour maintenir leur pouvoir, ils doivent constamment plonger le peuple français dans l'angoisse et dans un effroi irraisonné à l'idée même que l'on puisse sortir de l'UE ou de l'euro. Ils affirment donc comme un dogme ne souffrant aucune discussion qu’une telle sortie ne pourrait provoquer que l’Apocalypse et ne pourrait engendrer que des conflits meurtriers.

Cette intimidation oppressante exercée par les européistes sur la population n'est pas nouvelle. On se rappelle, par exemple, qu'il y a 10 ans, lors de la campagne pour le référendum sur la Constitution européenne, le député UMP Pierre Lellouche avait affirmé que « Si vous votez "non" au référendum, on s’expose à un risque de guerre », tandis que le socialiste Jacques Delors affirmait qu'« une victoire du “non” provoquerait un cataclysme politique en France. » (cf. http://www.politis.fr/Il-y-a-six-ans-le-mensonge-et-la,14330.html#nh36 )

Cette propagande qui agit par la terreur est plus que jamais à l'ordre du jour chez les européistes qui sentent que la situation leur échappe. On n’en prendra pour preuve que l’émission de propagande éhontée, diffusée sur France 5 l’avant-veille des déclarations de Giscard, au cours de laquelle le service public de l’audiovisuel a osé affirmer aux Français que la sortie de l’euro équivalait à la fin du monde (cf. https://www.upr.fr/communiques-de-presse/emission-bye-bye-leuro-lupr-va-saisir-le-csa )

C'est justement aux auteurs de cette émission que l'ancien président de la République vient de faire un magistral bras d'honneur.

L'ESSENTIEL RESTE ENCORE CACHÉ

En ce 19 février 2015, il y a donc de quoi se féliciter des déclarations de Valéry Giscard d’Estaing.

Son soudain revirement résonne comme un hommage du vice à la vertu. N'oublions pas que leur auteur a été, tout au long de sa carrière, l'un des plus ardents promoteurs de la prétendue « construction européenne » et de l’euro.

En réalité, et pour dire les choses crûment, l'ancien président de la République vient de manger son chapeau. Il le fait crânement, certes, en assurant qu'il avait été contre l'entrée de la Grèce dans l'euro, mais il n'en mange pas moins son chapeau.

Il faut cependant noter que les déclarations de l’ancien président de la République font l’impasse sur deux aspects essentiels de la problématique soulevée.

  • D'une part, il ne dit pas un mot de la façon de régler juridiquement l’éventuelle sortie de la Grèce de l’euro, alors que les traités européens, à la rédaction desquels il a été mêlé, ont justement pris grand soin de ne pas prévoir de clause juridique de sortie de l’euro.

Que propose-t-il donc pour régler cette question ?

Procéder à une nouvelle forfaiture juridique en invoquant de façon abusive l’article 352 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) ? (cf. https://www.upr.fr/actualite/europe/quoi-joue-mme-merkel )

  • D'autre part, Valéry Giscard d’Estaing fait semblant de ne pas voir que le raisonnement qu'il tient sur la Grèce vaut aussi pour bien d’autres États de la zone euro.

Ainsi, l’ancien président de la République affirme que « la question fondamentale est de savoir si l'économie grecque peut repartir et prospérer avec une monnaie aussi forte que l'euro. La réponse est clairement négative (...) La Grèce a besoin de se donner la possibilité de dévaluer sa monnaie. Si elle ne le faisait pas, sa situation s'aggraverait et déboucherait sur une crise encore plus sévère. »

Ce raisonnement est parfaitement exact. Mais, même si l’acuité des problèmes y est un peu moindre qu’en Grèce, ce raisonnement s'applique à peu près exactement de la même façon à l’économie espagnole, à l’économie portugaise, à l’économie italienne, à l’économie française, etc.

Il est sans doute encore trop tôt pour que Valéry Giscard d’Estaing reconnaisse que son raisonnement vaut aussi, de proche en proche, pour la quasi-totalité des États de la zone euro. Car ce serait reconnaître que l’œuvre à laquelle il a consacré une grande partie de sa vie est vouée à s’effondrer prochainement. Mais un jour viendra, nécessairement, où cette chimère politique monstrueuse s'effondrera, que cela plaise ou ne plaise pas à M. Giscard d'Estaing.

CONCLUSION : LE BRAS DE FER DANS LES COULISSES

En conclusion, je crois utile de souligner que les déclarations de l’ancien président de la République s’inscrivent dans la droite ligne des analyses des dirigeants allemands, qui militent presque ouvertement désormais pour la sortie de la Grèce de l’euro.

Cependant, il faut aussi rappeler que les souhaits profonds de l’Allemagne en la matière sont contrecarrés par ceux de Washington et des élites euro-atlantistes. Ces derniers craignent en effet, par-dessus tout, l’effet de contagion qu’une sortie de la Grèce de l’euro pourrait très rapidement entraîner dans toute la zone euro. Un tel effet domino pourrait alors conduire à l’effondrement de tout le glacis géopolitique établi par les États-Unis depuis 1945 sur l’Europe continentale.

Le bras de fer qui se joue actuellement dans les coulisses oppose les tenants de ces deux Europe : celle voulue par Berlin – qui souhaite que la Grèce sorte de l’euro - et celle voulue par Washington – qui souhaite que la Grèce y reste.

Valéry Giscard d'Estaing a-t-il compris que la France, défigurée et affaiblie par son action passée et par celle de tous les européistes, ne peut plus assister qu'en spectatrice sans pouvoir à ce bras de fer ? Si oui, on comprend mieux qu'il y ait, dans son regard, des lueurs fugitives de remords et de désespoir.

François ASSELINEAU

Site Internet : http://www.upr.fr
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (100 votes)




Réagissez à l'article

236 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 20 février 2015 11:34

    La source de tous nos maux se trouve aux US, profondément marqués par la guerre de Sécession et le massacre des minorités ethniques.

    Il est de notoriété publique que les élites dirigeantes US contrôlant les 3 pouvoirs sont totalement corrompues par les riches actionnaires des multinationales à la recherche constante de nouvelles richesses à piller, de nouveaux peuples à exploiter.

    Il serait temps que les dirigeants européens prennent conscience du danger mortel que constitue la folie dominatrice US pour nos nations. Des décisions sont à prendre rapidement pour mettre fin à l’aventurisme destructeur des US.

    La première de ses décisions serait de mettre fin à l’UE telle qu’elle est, anti démocratique, anti nations, anti peuples et de la refondée en fédération de nations.

    Hélas, en France notamment, nos élus sont plus liés à leur parti qu’à leurs électeurs et les partis plus liés aux multinationales qu’à l’intérêt général.

    Nous en sommes réduits à attendre que les Grecs, puis les Espagnols, puis les Italiens, prennent les décisions que nous sommes incapables de prendre.


    • taktak 20 février 2015 13:41

      @Daniel Roux
      Votre point de vu me semble réducteur. La cause est plus profonde. Systémique. Et les USA qui sont la principale force géopolitique, le leader du système en sont donc à l’évidence une cause visible. En tant qu’impérialisme capitaliste dominant

      Mais la cause profonde, c’est le système capitaliste. Cette implacable dictature de la classe capitaliste contre les travailleurs. Qui ne se maintient que par une exploitation brutale, et un pouvoir toujours plus brutale et violent, n’hésitant pas au fascisme, pour conserver sa domination.

      la solution, c’est de changer de système, de faire la révolution pour faire place au peuple.
      Ce qui passe déjà par la sortie de l’UE du capital, de l’euro, de l’Otan et par la mise en œuvre d’une politique aux services des intérêts populaires.
      C’est ce que propose le PRCF de longue date.
      www.initiative-communiste.fr


    • Daniel Roux Daniel Roux 20 février 2015 14:33

      @taktak

      Il ne s’agit que d’un commentaire. Mes articles, si vous avez le temps et si cela vous intéresse, exposent un point de vue plus large.

      Concernant le Capitalisme, je ne suis pas aussi sévère que vous. C’est comme si vous jugiez le communisme à l’aulne de l’URSS.

      Les idéologies s’adressent à des hommes parfaits et parce que ces derniers n’existent pas, elles doivent rester dans le monde des idées.

      Par exemple, il existe des coopératives dans lesquelles les sociétaires mettent en commun leur capital et savoir faire, dans la réalisation d’une œuvre commune dont chacun partagera les bénéfices ou les échecs.

      Ce que vous dénoncez, c’est la cupidité et la brutalité. Celles-ci ne sont pas propres au Capitalisme ou au Communisme, mais à l’humain.


    • lotharingien lotharingien 20 février 2015 16:44

      @Daniel Roux nous n’avons plus le temps d’attendre ! François Asselineau est candidat à l’élection présidentielle de 2017 et c’est le seul à pouvoir rassembler les Français de toutes tendances politiques pour mettre fin à ce que vous dénoncez !


    • Daniel Roux Daniel Roux 20 février 2015 18:49

      @lotharingien

      Ce sont les électeurs qui décident ou du moins, qui le croient. Le moins que l’on puisse écrire est qu’ils ne semblent pas prendre le chemin de la révolution, ni même de l’évolution démocratique quand ils veulent bien prendre celui du bureau de vote.

      La gauche contestataire fait moins de 15% au premier tour de 2012, dont 11% pour le seul Front de Gauche plus imprécateur brouillon que réformateur crédible.

      La droite contestataire, hors FN, parti, par et pour la famille Le Pen, est pratiquement inexistante.

      Asselineau, malgré ses efforts, ses remarquables explications pédagogiques et Fifi, ne perce pas.

      La raison de cet immobilisme politique est que 80% des actifs ont encore du travail en France et le modèle français, malgré les attaques dont il fait l’objet, atténue un peu la misère des autres. 

      A mon avis, beaucoup de ces 80% n’ont qu’une idée en tête : « Pourvu que ça dure.. »


    • Vipère Vipère 20 février 2015 18:52

      @Daniel Roux


      La misère des uns fait le bonheur des autres, n’est ce pas Daniel Roux, et pourvu que ça dure ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 19:48

      @Daniel Roux
      « L’ UPR ne perce pas », pour cause de censure des médias.
      Malgré cela, le nombre d’adhérents à doublé dans l’année 2014, pour arriver à plus de 7000 aujourd’hui, soit bien plus que le NPA, les Verts ou Miss Boutin...


    • doctorix doctorix 20 février 2015 20:45

      La chose extraordinaire est que ce soir précisément l’homme a qui la France doit la totalité de sa dette et de sa déchéance, celui qui avec Pompidou a privé notre pays du contrôle de sa monnaie en 73, qui vienne ici donner cet excellent conseil.

      Oui Valy, t’as raison : une nation doit pouvoir maîtriser sa monnaie pour survivre.
      C’était déjà vrai en 73, ça l’est encore plus aujourd’hui.
      Et tu restes un traître à ton pays.

    • devphil30 devphil30 21 février 2015 06:44

      Pour compléter vos propos sur les massacres ethniques et la guerre de Sécession.

      La guerre de Sécession n’a en rien résolu le problème de liberté des noirs , ils ont juste été affranchi mais sans aucun droit civil.

      Je conseille la lecture de Contre histoire du libéralisme de Domenico Losurdo

      http://www.amazon.fr/Contre-histoire-du-lib%C3%A9ralisme-Domenico-LOSURDO/dp/2707173487

      Les USA est un pays profondément religieux , raciste et ségrégationniste qui entre en opposition avec les autres cultures et religions dans le monde avec la seule volonté de dominer l’ensemble du monde par la force , le dollar , l’économie , la culture et le mode de pensée.

      L’Europe est gangrénée par le mode de pensée ultra libérale et la culture américaine.
      Et maintenant c’est comme une tentacule qui s’étend maintenant vers l’Europe de l’Est et entre en conflit avec la Russie en Europe , avec la Chine en Asie et le Brésil en Amérique du Sud.

      Nos politiques le savent , le voient peuvent ils faire quelque chose ?
      Oui mais à trop entrer dans les intérêts US , il devient plus difficile de donner de la voix , le seul et dernier l’ayant fait fût De Gaulle.
      De Gaulle a subi des tentatives de déstabilisation dont certaines furent appuyés par les USA car De Gaulle gênait l’expansionnisme Américain

      Philippe

       


    • soi même 21 février 2015 14:40

      @Fifi Brind_acier, « L’ UPR ne perce pas », pour cause de censure des médias » en êtes vous si sur, ne serait pas en plus la médiocrité et le vide de réfection innovante et salutaire qui ne serait pas aussi une des principale clause, je vais te dire de à quoi me fait pensé l’UPR, à un partie de la haute bourgeoisie légitime qui vient de prendre conscience que leurs prè carré est brouté par des gros pros américains sans scrupule !


    • Tythan 21 février 2015 14:59

      @Michel Maugis

      Je crois que vous vous trompez lorsque vous dites que la Russie ou la Chine sont toujours des « pays marxistes ». Qu’il y ait encore des traces de cet héritage est une évidence, mais, au delà du décorum pour la Chine, il faut bien reconnaître que ces pays n’ont plus rien de marxistes. Même la Chine fait de moins en moins semblant.

      Enfin, ce n’est pas là dessus que je souhaitais réagir à votre commentaire.

      Vous écrivez en effet : 

      Seul, à l’ l´heure actuelle, ASSELINEAU a la possibilité de devenir le Président de la France.

      Et là, j’avoue avoir du mal à comprendre comment peut-on raisonnablement croire que François Asselineau, à la tête d’un parti qui a rassemblé moins de 70 000 voix au niveau national, après avoir rassemblé 17 parrainages (3 officiels) ait la possibilité de devenir Président de la République... Il faut vraiment avoir la foi du charbonier !


    • crac_1_bourre-pif crac_1_bourre-pif 21 février 2015 15:30

      @Tythan
      Au fait, c’est quand que Dupont Aignan sera disposé à débattre avec François Asselineau ?
      Histoire de comprendre un peu mieux quel est le projet de DLF(-DLR ?) concernant l’Euro, l’UE et l’OTAN.
      Car quoi que vous en disiez, c’est tout sauf clair !


    • crac_1_bourre-pif crac_1_bourre-pif 21 février 2015 15:35

      @soi même

      Ca vous va bien de parler de médiocrité quand on prend la mesure de votre nullité en orthographe, en grammaire et en vocabulaire.On ne comprend rien à ce que vous écrivez.


    • Tythan 21 février 2015 19:22

      @crac_1_bourre-pif

      Votre aggressivité n’aura aucun effet et ne m’impressionne absolument pas. Mes commentaires contiennent des fautes d’orthographe et des fautes de frappe. Parfois, je commence une tournure de phrase, puis je la modifie en oubliant le début. Cela arrive à tout le monde et personne n’en fait une maladie. J’ai malheureusement la déplorable habitude de ne jamais me relire. Mais en règle générale mes phrases restent tout à fait compréhensibles et jamais personne ne m’a reproché quoi que ce soit à ce sujet. 

      Surtout, je ne crois pas avoir de leçon à recevoir d’un type qui écrit « au fait, c’est quand que »...

      Au fait, c’est quand que Dupont Aignan sera disposé à débattre avec François Asselineau ?

      Il faut le lui demander. Maintenant, je pense que pour ma part qu’il y a tout de même une différence de niveau entre Nicolas Dupont-Aignan, qui a rassemblé 700 000 voix sur son nom par rapport à François Asselineau. Surtout, je ne comprends pas l’insistance qu’ont les partisans de François Asselineau à le voir débattre avec Nicolas Dupont-Aignan. Vous ne croyez pas qu’il serait plus utile que François Asselineau débatte avec un européiste ?

      Histoire de comprendre un peu mieux quel est le projet de DLF(-DLR ?) concernant l’Euro, l’UE et l’OTAN.

      Debout la République (DLR) a changé de nom pour adopter celui de Debout la France.

      Voilà bien la preuve qu’un débat entre François Asselineau et Nicolas Dupont-Aignan est totalement inutile, puisque ce que vous cherchez à comprendre est accessible très facilement sur internet, pour un peu qu’on s’éloigne des articles absurdes que l’UPR écrit continuellement contre Nicolas Dupont-Aignan.


      Bref, à DLR, les choses sont très claires et il n’y a que les militants bornés de l’UPR pour ne pas le reconnaître.

      Il est d’ailleurs étonnant de voir ce besoin qu’ont les militants de l’UPR de dénigrer et d’attaquer les programmes de leurs adversaires, comme s’ils étaient incapables d’exister par eux-mêmes.



    • crac_1_bourre-pif crac_1_bourre-pif 21 février 2015 19:31

      @Tythan

      Ce n’est pas votre orthographe que je critiquais mais celle de « soi même » (c’est son pseudo).
      Vous vous embrouillez un peu on dirait... mais ça, ce n’est pas une découverte, je dirais même que c’est le propre de DLF(-DLR ?) smiley


    • soi même 21 février 2015 19:43

      @crac_1_bourre-pif, oui,on me la déjà dit, même Charlemagne ne savait pas écrit !

       smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 février 2015 20:02

      @Tythan
      Si Dupont Aignan ne veut pas discuter, rassurez-vous, on n’en fera pas une maladie.


    • Geoffrey Degouy Geoffrey Degouy 22 février 2015 01:46

      @Tythan


      Sachez que l’euro est déjà une monnaie commune... Pour comprendre son fonctionnement il faut regarder dans le Système Européen de Banques Centrales, où l’on apprend que les Banques Centrales Nationales respectives ont été conservée, créant ainsi un système facilement réversible particulièrement désiré des allemands. L’euro est donc en apparence une monnaie unique, mais en réalité les euros créés en France sont des créances sur la Banque de France, ceux créés en Allemagne des créances sur la Bundesbank, et ainsi de suite pour les 17 pays de la zone euro.

       De plus, je vous invite à visionner cette vidéo très explicite de l’impasse du changement de l’Europe, que tous les partis politiques sans exception proposent depuis au moins 1979 : https://www.youtube.com/watch?v=5lrvDRnszEk
      Je tiens à vous avertir, l’idéologie d’un fédéralisme européen est dans sa conception, non seulement irréformable, mais est intrinsèquement antagoniste à la Démocratie. C’est la raison pour laquelle nous avons la même politique en France depuis le traité de Lisbonne pour ne pas dire depuis le traité de Maastricht.

      Enfin, je vous invite à vous poser cette question essentielle : Pourquoi les médias ne parle-t-ils toujours pas de l’UPR, parti plus représentatif que EELV avec à ce moment 7157 adhérents à son actif, après 8 ans d’existence ?

      Amicalement

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 février 2015 07:54

      @Michel Maugis
      Ne semez pas la confusion. Le PRCF veut la sortie de l’ UE & de l’euro.
      La différence entre l’UPR et le PRCF, c’est que l’un veut sortir de l’ UE par l’article 50 et l’autre par la révolution. Mais l’objectif est le même.


      Ce qui n’est pas du tout le cas de la Gauche dite radicale, PCF compris, qui rêve « d’ une Autre Europe à la St Glinglin ». J’espère que l’échec de Syriza à se débarrasser de la Troïka en fera réfléchir certains. Syriza voulait en plus changer l’ Europe, rêve !

    • Tythan 22 février 2015 12:06

      @Geoffrey Degouy

      Sachez que l’euro est déjà une monnaie commune

      Je l’ai déjà expliqué, mais le problème est terminologique. Pour l’ensemble de la société, l’euro est aujourd’hui une monnaie unique, que ce soit pour les hommes politiques, les économistes, les journalistes et même l’homme de la rue. La proposition est même inversée, puisque si vous intérrogiez à l’aveugle en demandant qu’est ce que la monnaie unique, tout le monde vous répondrait l’euro.

      Pour des raisons qui peuvent se comprendre, François Asselineau et Vincent Brousseau expliquent à qui veut l’entendre qu’en réalité l’euro n’est pas une monnaie unique mais n’est en fait qu’une monnaie commune. Libre à eux.

      Mais ils ne peuvent pas sérieusement imposer aux autres la signification qu’ils donnent des termes monnaie unique et monnaie commune.

      Oui, l’euro est une monnaie commune au sens où elle est commune entre les pays membres de la zone euro. Mais enfin cela n’a rien à voir avec l’alternative que proposent certains économistes dénommée « monnaie commune ».

      Pour comprendre son fonctionnement il faut regarder dans le Système Européen de Banques Centrales, où l’on apprend que les Banques Centrales Nationales respectives ont été conservée, créant ainsi un système facilement réversible particulièrement désiré des allemands. 

      A vrai dire, tout le monde le savait et il n’y a rien à apprendre, sauf pour les ignorants... Par ailleurs, croire que les banques centrales nationales ont été conservées dans le but de rendre réversible l’euro est une erreur, puisque les européistes ont tout fait pour rendre l’euro irréversible.

       De plus, je vous invite à visionner cette vidéo très explicite de l’impasse du changement de l’Europe, que tous les partis politiques sans exception proposent depuis au moins 1979 : https://www.youtube.com/watch?v=5lr...

      Voilà l’exemple type d’une vidéo pour neuneus faussement didactique racontant n’importe quoi et qui visiblement retournent le cerveau de certains. Je ne vais pas perdre mon temps à la commenter et je vous invite simplement à la revoir en exerçant votre esprit critique. Vous devriez pouvoir arriver tout seul à démonter les sophismes et contre-vérités énoncées par cette vidéos.

      Si vous n’y arrivez pas seul, je vous invite à simplement vous poser cette question : comment se fait-il, si cette vidéo disait vrai, que les traités européens aient été modifiées plus d’une dizaine de fois depuis l’origine (et alors que les majorités dans les différents pays n’avaient pas le même bord politique) ?

      Je tiens à vous avertir, l’idéologie d’un fédéralisme européen est dans sa conception, non seulement irréformable, mais est intrinsèquement antagoniste à la Démocratie.

      Je pense que nous sommes d’accords tous les deux pour condamner la politique Monnet-Schuman des « petits pas », qui effectivement vise à créer des situations de faits irréformables.

      C’est la raison pour laquelle nous avons la même politique en France depuis le traité de Lisbonne pour ne pas dire depuis le traité de Maastricht.

      Il y a quand même des différences dans les politiques menées depuis trente ans en France, et heureusement. On ne le mesure toujours pas bien, mais il est clair que l’instauration par exemple des 35h a été une faute économique majeure, amplifiée encore si besoin était par le contexte de l’UE.

      Mais là où vous avez raison, c’est qu’effectivement, et l’exemple des 35h le prouve, l’Europe de Maastricht ne laisse qu’une marge de manoeuvre étroite aux dirigeants, qui refusent pourtant de renverser la table (ce que proposent Nicolas Dupont-Aignan ou François Asselineau).

      Enfin, je vous invite à vous poser cette question essentielle : Pourquoi les médias ne parle-t-ils toujours pas de l’UPR, parti plus représentatif que EELV avec à ce moment 7157 adhérents à son actif, après 8 ans d’existence ?

      Cette question est essentielle pour vous et peut-être pour les 7 000 adhérents de l’UPR, mais elle ne l’est pas ni pour moi ni pour l’ensemble de la population.

      Il est faux de dire que l’UPR serait plus représentatif qu’EELV parce qu’elle aurait, ce qui reste d’ailleurs à prouver, plus d’adhérents qu’EELV. Le juge de paix des partis politiques, c’est l’élection et non pas le nombre d’adhérents. Et de ce point de vue, l’UPR ne mérite pas d’être médiatisée avec des scores confidentiels pour ne pas dire ridicules (0,4%).

      Les médias parlent, peu, mais parlent de l’UPR, qui d’ailleurs à chaque fois que cela arrive, s’en gargarise. Cette faible médiatisation s’explique par les résultats politiques liliputiens de l’UPR.

    • Tythan 22 février 2015 12:14

      @Michel Maugis

      Non, vous n’aviez pas, jusqu’ici, donné d’explications pour soutenir votre affirmation selon laquelle la Russie et la Chine seraient marxistes. Vous expliquez désormais que la Russie et la Chine serait marxiste parce que leurs dirigeants le seraient toujours.

      Moi je veux bien tout entendre, mais aux dernières nouvelles, Vladimir Poutine n’a pas professée son admiration pour les principes marxistes, qui restent, j’en suis désolé pour vous, ancré dans l’économie.

      Demain tant le PCF que le PRCF seront les responsables de la victoire de Sarkonazi, ou de Holandouille pour ne pas avoir miser sur la possible victoire de Asselineau.

      Dire que le PCF ou le PCRF pourraient être responsables de la victoire de Nicolas Sarkozy ou de François Hollande relève d’une méconaissance du poids politique réél de ces deux partis, qui est aujourd’hui marginal (et nul pour le PCRF).

      Par ailleurs, vos jeux de mot sur les patronymes de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy sont tout à fait déplacés et d’un mauvais goût certain.

      Le seul susceptible de gagner contre ses deux larbins des USA est Asselineau.

      Mais bien sûr !!! Et d’ailleurs, au premier tour, avec 80 % des voix !!! smiley smiley Je ne le fais d’habitude pas, mais j’insère un smiley parce que là, je ne vois pas comment vous exprimer mon état d’esprit !
       

    • Tythan 22 février 2015 12:15

      @Fifi Brind_acier

      Si Dupont Aignan ne veut pas discuter, rassurez-vous, on n’en fera pas une maladie.

      Alors pourquoi tous les membres de l’UPR, vous y compris, sembliez tant tenir à ce que Nicolas Dupont-Aignan débatte avec François Asselineau ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 février 2015 12:43

      @Tythan
      Puisque l’ UPR ne représente rien, pourquoi passez-vous autant de temps ici ?
      Votre présence méprisante autant qu’insistante montre bien que la progression de l’ UPR inquiète.
      Et pour vous, c’est quoi une monnaie commune ?


    • raymond 20 février 2015 11:53

      De plus en plus de ces personnes balancent sur leur lit de mort, c’est pitoyable, merci de votre article


      • pens4sy pens4sy 20 février 2015 12:07

        @raymond

        mieux vaut tard que jamais


      • Alren Alren 20 février 2015 12:13

        Les USA craignent que l’éclatement de l’euro et de la soumission qu’il impose aux pays assez sots pour y avoir souscrit (ce qui n’est pas le cas du Royaume-Uni, propriété de la City) fasse éclater en effet leur « glacis européen » mais remette aussi en cause la signature du TAFTA, traité transatlantique qui est à peu près leur dernière chance, en siphonnant l’Europe, de retarder la Grande Catastrophe Économique que leur politique monétaire a rendue inéluctable


        • doctorix doctorix 20 février 2015 20:48

          @Alren
          Je crois que la sortie de l’Euro est notre seule chance d’échapper au TAFTA.

          Article 50...Vite !

        • Pyrathome Pyrathome 20 février 2015 12:22
          Valéry Giscard d’Estaing brise trois dogmes de la religion européiste, mais cache encore l’essentiel

          .

          L’essentiel étant, comme tout le monde le subodore, que le diamantaire est obligé de porter une couche en raison de fuites récurrentes..


          • lejules lejules 20 février 2015 12:41

            @Pyrathome
            par courtoisie abstenons nous des critiques ad hominem ( contre la personne) qui en aucun cas ne sont un raisonnement.


          • 65beve 65beve 20 février 2015 18:50

            @Pyrathome ;


            « Valéry Giscard d’Estaing brise trois dogmes »

            bref, il nous les brise.

            cdlt.



          • Willien 20 février 2015 23:02

            Aparté : en fait « contre la personne » c’est plutôt ad personam. Ad hominem est utilisé en principe pour dénoncer les comportements d’une personne qui sont contraires à ce qu’elle professe, et non pas pour l’attaquer « en tant que personne ». Mais il est vrai que quasiment tout le monde fait cette confusion.


          • devphil30 devphil30 21 février 2015 06:46

            @Pyrathome

            Pathétique comme niveau de réflexion... !


          • dohc 20 février 2015 12:46

            Tout le monde se fout des positions d’un vieillard de 89 ans qui s’est trompé gravement en construisant un système qu’il n’est pas le mieux placé pour critiquer avec ses millions de neurones perdus... comme si le grand-père dans le fauteuil au coin du feu était consulté pour prendre les décisions d’avenir.

            Restent les Asselineau et autres ringards trop heureux de trouver des huiles à enduire, toujours à la recherche de cautions et de crédibilité....

            Mais ce que tout ce petit monde a visiblement du mal à comprendre comme une réalité possible (parmi d’autres mais les faits... en supposant également que j’aie, moi, tout compris...) est que la Grèce est un laboratoire.

            Dans un premier temps montrer aux autres jusqu’ou le système est prêt à aller pour appauvrir un peuple et maîtriser la révolte, dans la servitude des grands intérêts financiers.

            Et éventuellement, exclure ou obliger un pays à quitter le système, système se faisant une joie et un impératif de détruire tout espoir aux futurs candidats en bombardant les non-coopératifs.

            Et donc si la Grèce, et l’Espagne ont vu des nouveaux motivés, apportant une lecture plus pragmatique et moins idéologique de « la lutte », la France se traîne des Mélenchon, des Asselineau, des Le Pen, et toute un clergé tourné vers le passé, obsolète, qu’il va falloir remplacer.


            • lejules lejules 20 février 2015 13:09

              @dohc
              « un laboratoire.....Dans un premier temps montrer aux autres jusqu’ou le système est prêt à aller pour appauvrir un peuple et maîtriser la révolte, dans la servitude des grands intérêts financiers. »

              le bon sens nous indique une solution possible pour couper l’herbe sous le pied des intérêts financiers : quitter l’euro.
              la seule façon que la « révolte » s’exprime d’une façon pacifique c’est de quitter l’Europe.et de retrouver la démocratie française indépendante des usa donc de quitter l’OTAN

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 13:16

              @dohc
              Sinon, sans sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, vous proposez quoi ?


            • Le p’tit Charles 20 février 2015 12:51

              Bonsoir mesdames..bonsoir mesdemoiselles..bonsoir messieurs.. !


              • Vipère Vipère 20 février 2015 18:58

                 bonchoir le p’tit Charles


              • Spartacus Spartacus 20 février 2015 13:07

                Bon rappelons nous des résultats de ce personnage....



                Chômage de 400 000 à 1,4 millions, 
                Dette de 88 à 92 milliards, 
                Taxation de la société 33 à 41% du PIB.

                C’est certain avec une référence comme celle là !

                Il a juste oublié de dire que ceux qui partirons de l’€uro auront une monnaie de singe que personne ne voudra acheter pour faire des échanges. Que les produits importés vont augmenter de 90% et que le pouvoir d’achat des gens qui ne produisent que de l’huile d’olive va s’écrouler.

                Pauvres Grec, pris entre communistes et Keynésiens...
                Le pays révolving.

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 13:26

                  @Spartacus
                  C’est sûr qu’avec la fin des exportations agricoles vers la Russie, bloquées par les sanctions de l’ UE, plus un euro-mark, ça va sûrement faciliter les exportations...


                  Les carburants sont constitués essentielles de taxes, Sapir a calculé une augmentation de 7% à taxes constantes. Mais la Grèce dispose de réserves d’hydrocarbures.

                • lejules lejules 20 février 2015 13:39

                  @Spartacus
                  « une monnaie de singe » permet d’avoir des bas salaire et de produire moins cher comme le font les chinois : donc de redevenir compétitif . les produits importés vont effectivement augmenter mais les exportations vont faire de même et cela d’une façon plus importante. le consommateur européen préfère acheter un litre d’huile d’olive a 10 drachme qu’ a 10 euros. on peut penser qu’après une période d’adaptation le pouvoir d’achat des grecs remontera. 


                • Spartacus Spartacus 20 février 2015 14:13

                  @lejules
                  La monnaie de singe est une monnaie qui perd de sa valeur continuellement.

                  La perte de valeur crée l’inflation.
                  Les produits sont plus cher entre le début et la fin de semaine.
                  Cela entraîne le stockage par ceux qui ont les moyens, donc les pénuries, et le marché noir.
                  Le pouvoir d’achat s’écroule. Regardez le Venezuela. Marché noir et pénuries.
                   
                  La monnaie de singe empêche l’investissement productif. L’exportation dépend de l’étranger pour les matières premières des articles manufacturés. La monnaie ne valant rien les matières premières sont achetables FOB (au comptant). Les besoins financier des entreprises sont infinis pour des valeurs ajoutées instables et perd de la valeur dans le temps, qui empêchent l’accumulation nécessaire pour tous les investissements. 
                  L’inflation fait que la recette de vos ventes ne couvre pas les besoins futurs en augmentation. 

                  Le Venezuela est encore l’exemple. Il n’existe plus d’entreprises dans ce pays. Importe du café alors que c’est un pays tropical. Pas de papier toilette faute de rentabilité. Malgrès la 1ere réserve du monde de pétrole, l’inflation empêche l’investissement productif.

                  Le mieux est de laisser les Grecs faire leur faillite. Avec ou sans l’euro.

                • steph bigorneau steph bigorneau 20 février 2015 15:10

                  @Spartacus
                  Merci de nous montrer votre niveau économique, à peu près inexistant et basé sur les experts médiatiques qui se sont plantés depuis trente cinq ans.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 15:18

                  @Spartacus
                  Vous devriez de temps en temps croiser vos informations sur le Venezuela avec d’autres sources.
                  « Les files d’attente au Venezuela. »


                • Spartacus Spartacus 20 février 2015 17:18

                  @Fifi Brind_acier


                  http://leblogdjetliberte.blog.tdg.ch/archive/2015/01/14/le-venezuela-rattrape-par-la-realite-socialiste.html

                  C’est marrant votre lie n ne fait que de parler du « marché noir », conséquence du socialisme...sic...Je vous conseille plutôt que la lecture de la presse subventionnée de gauchiste la news-letter du panampost
                  Faut il être dans le déni des réalités pour ignorer l’absence d’offre dans les magasins d’état...

                • julius 1ER 20 février 2015 18:45

                  Article décevant de M Asselineau qui encense Giscard ......qui coûte encore à la collectivité 2,5 millions d’euros par an comme si ce « mossieur » n’avait pas encore assez profité de la bonté de la République !!!

                  vu son age vénérable je dirai : à quand le bénévolat ???????
                  mais je pense que là c’est une grossièreté de ma part .
                  d’autre part Mr Asselineau une chose manque dans votre analyse et dans le propos de Giscard que vous n’avez pas mentionné et qui ne vous choque pas le moins du monde .
                  Giscard dit que la Grèce devrait sortir de l’Euro quitte à y revenir plus tard.... 

                  mais Mr Asselineau vivez-vous dans un autre monde, ne vous rendez-vous pas compte du coût exorbitant que cela représenterait de sortir de l’euro, reprendre le drachme puis rentrer à nouveau dans l’euro un peu plus tard comme mentionné..... 
                  cela est un délire total je vous croyais sérieux ....mais je pense que vous êtes la copie conforme de tous ces politiques que vous prétendez dénoncer cad que vous êtes aussi dispendieux avec l’argent public(fusse-t-il grec) que vos congénères !!!!

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 19:51

                  @julius 1ER
                  Le sujet ce sont les dogmes européens concernant l’euro, pas Giscard.


                • doctorix doctorix 20 février 2015 20:57

                  Spartacus est un rentier, avec plein d’euros.

                  Il raisonne en rentier qui a peur de perdre ses euros.
                  N’imaginez pas un instant qu’il ressemble au beau Andy Whitfield de son logo.
                  Voyez le plutôt en Harpagon, Picsou, fripé et aigri... Vous serez surement plus proche de la réalité...

                • crac_1_bourre-pif crac_1_bourre-pif 21 février 2015 13:00

                  @Spartacus

                  Belle mentalité de colonisé ! Répondez donc à ces quelques questions avant de vous aplatir aussi docilement aux pieds de l’oligarchie Euro-Atlantiste et de vous enchaîner aussi promptement au boulet dénommé « Euro » :
                  - Pourquoi la France n’aurait pas le droit d’avoir sa propre monnaie, à savoir le Franc, contrairement à l’immense majorité des pays à travers le monde ?
                  - Pourquoi une monnaie imposée par une banque étrangère (la BCE) serait plus adaptée aux besoins de l’économie Française que le Franc ?
                  - Pourquoi les pays membres de l’UE mais qui ne sont pas dans l’Euro et qui ont leur propre monnaie nationale n’ont pas connu de montée spectaculaire du chômage comme dans la zone Euro ?
                  - Pourquoi la zone Euro est la zone de plus faible croissance au monde ?
                  - Pourquoi les pays qui ne font pas partie de la zone Euro refusent catégoriquement d’adopter l’Euro ?
                  - Pourquoi les pays qui tirent leur épingle du jeu de la prétendue « mondialisation inévitable » ont tous leur propre monnaie nationale ?
                  - Pourquoi un des rares économistes Français en charge des questions monétaires à BCE, à savoir Vincent Brousseau, a décidé de quitter la BCE pour rejoindre l’UPR et donner des conférences pour expliquer pourquoi il faut quitter l’Euro et revenir au Franc, en sortant de l’UE par l’article 50 du TUE ?


                • crac_1_bourre-pif crac_1_bourre-pif 21 février 2015 13:21

                  @Spartacus

                  - pourquoi le Franc durant la période de plus forte croissance que la France ait jamais connu, à savoir les 30 glorieuses, n’arrêtait pas de dévaluer par rapport au Mark Allemand et au dollar ?


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 février 2015 07:57

                  @Spartacus
                  Quand un opposant se permet de fomenter un coup d’état contre un gouvernement élu démocratiquement, sa place est en prison.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 13:14

                  La déclaration de Giscard va certainement animer le Landernau des critiques de l’euro, de plus en plus nombreux, mais, ô surprise, pas forcément pour revenir aux monnaies nationales...


                  En épluchant les déclarations des uns et des autres, économistes ou politiques, on découvre des trésors d’imagination pour remplacer l’euro par un bidouillage ou/et une autre mouture de monnaie plurinationale qui auront forcément les mêmes inconvénients que l’euro.

                  Nouvelle Donne.
                  Chevènement
                  Le M’PEP
                  Le Parti de Gauche
                  Le Front National
                  Christine Boutin
                  Cheminade
                  Lordon -Todd
                  Jacques Sapir
                  Myard UMP
                  Le RPF ( Vaneste- Ménard)
                  Debout la France
                  Lordon
                  Nous citoyens ne propose pas de sortir de l’euro, au moins c’est clair.
                  Pour la plupart d’entre eux, il n’est pas question de revenir au franc, encore moins de sortir des Traités européens en sortant de l’ UE.


                  Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

                  • taktak 20 février 2015 13:45

                    @Fifi Brind_acier
                    Le PRCF propose depuis sa création en 2004, la sortie de l’euro, a la suite logique du combat de ses militants pour sortir de Maastricht etc.

                    www.initiative-communiste.fr


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 14:19

                    @taktak
                    Merci de le préciser. La position du M’PEP est bien décevante.
                    Il n’y a donc que deux organisations qui veulent sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN définitivement, le PRCF et l’ UPR.


                    La liste que j’ai donnée ne concerne que ceux qui parlent de sortie de l’euro, refusent le retour au franc, tout en cherchant à bidouiller une solution pour rester encore dans l’ UE avec des monnaies uniques- communes- locales et je ne sais quoi.

                  • soi même 20 février 2015 16:30

                    @Fifi Brind_acier, au faites quand tu auras finie de polir avec de laine de fer le fourneaux du l’UPR, il serait intéressant de t’écoutes pensé, au lieux de rabâche les oreilles avec des liens de la propagande de pacotille, avec des discours de perroquet savant et pensé un peut les choses part vous même !

                    Le plus grand reproche et par la même occasion, il s’adresse aussi au mouvent UPR sans bronché, c’est que vous n’avez qu’une vision du monde qui ne s’arrête à une vision strictement économique politique, et bien cela ne suffit pas certes c’est important, mais promettre le retour à l’espérance paradisiaque, c’est bon d’autres sont chargés déjà de cette bessonne pour le plus grand malheurs de l’humanité et il serait bon d’élargie le débat et qu’il y aille au diable VG....
                    de tous façon, il ne joue plus dans la cour des grand !

                    Il est étonnant quand l’on pose un commentaire, une question , certes malicieuse car elle gêne la bien pensante du moment, les idées reçus, de voir, votre réaction à mon intervention, et bien cela est aussi un signe, et vous pouvez vous parés de toutes vos vertus, un signe ne trompe pas quand personne est là pour relever l’autre et bien vous êtres en réalité bien mal barré pour parlé de Liberté d’Égalité , Fraternité  !

                    Mussolini avait un discourt très social et humain tant qui ne brillait pas le pouvoir, le problème dans cette affaire c’est qu’il a eu accès au pouvoir !

                    Et bien je vous croyais guérie du Césarisme et bien , il a encore des beaux jours i !

                    Il y a un vieux dicton, l’Enfer est pavé de bonne attention !


                  • Tythan 20 février 2015 17:08

                    @Fifi Brind_acier

                    Nicolas Dupont-Aignan propose bien entendu la sortie de l’euro. Simplement et je le regrette, Nicolas Dupont-Aignan estime que le terme de sortie de l’euro, qu’il emploie lui-même parfois par commodité, n’est pas adapté pour définir ce qu’il souhaite, à savoir la transformation de la monnaie unique en monnaie commune.

                    Nicolas Dupont-Aignan souhaite la sortie de l’euro tel qu’il est organisé aujourd’hui pour mettre en place un système monétaire basé sur des parités stables mais ajustables, avec le retour des monnaies nationales.

                    Voilà, notre position est claire, et d’ailleurs le titre du lien que vous donnez, Fifi, est « Pourquoi il faut sortir de l’euro »...

                    Il est regrettable que vous cherchiez à semer la confusion autour de nos positions, qui sont bien entendu, comme tout choix politique, critiquables, mais dont on ne peut pas faire dire l’inverse de ce qu’elles disent.


                  • Spartacus Spartacus 20 février 2015 17:22

                    @Tythan


                    L’UPR le mouvement d’un « mis en disponibilité » de l’état pour toucher de la rente d’état de cumulard de régimes spéciaux....

                    La gamelle mafieuse des ENArques post marxistes frustrés pour ne pas avoir eu assez dans la gamelle de l’état.

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 18:44

                    @Tythan
                    L’UPR n’a qu’un seul but, sortir de l’ UE définitivement.
                    Il n’est donc pas question de rechercher, comme vous, une autre mouture de monnaie plurinationale.
                    Mais vous avez parfaitement le droit de le souhaiter, sous réserve de dire la phrase complète :
                    « Nous voulons sortir de l’euro pour créer une autre monnaie plurinationale, pas pour revenir au Franc. » Formulé ainsi, c’est clair.


                    Une monnaie unique correspond à une économie et un peuple.
                    Le dollar, le yen, le rouble, le Yuan, le bolivar sont des monnaies uniques.

                    Ce qui n’est pas le cas de l’euro : il n’existe pas de peuple européen, ni d’économie unique.
                    Et à moins d’inventer une pilule magique, on ne transformera pas les Grecs en Allemands de sitôt. Une monnaie qui fonctionne sur 27 pays aux économies et aux peuples différents, c’est une monnaie commune à ces pays, rien de plus. 
                    Pour l’ UPR, il n’est donc d’aucune utilité de vouloir ce qui existe déjà.

                    De plus l’ UPR veut revenir au Franc, sortir définitivement de l’ UE & de l’ OTAN, et pas fabriquer « une Autre Europe ». Vous voyez bien qu’il y a des différences importantes entre vos propositions et celles de l’UPR.

                  • Tythan 20 février 2015 18:50

                    @Spartacus

                    Il est clair que le fait que François Asselineau soit toujours payé par l’administration du ministère des finances alors que dans les faits il travaille à plein temps pour dévolopper son groupuscule politique est dérangeant. Cela pose problème, surtout quand on se prétend redresseurs de torts.

                    Pour autant, rien dans le parcours ni les idées de François Asselineau ne permettent de la qualifier de « post-marxiste » si tant qu’il soit possible de définir sérieusement ce à quoi cette catégorie fait référence.

                  • julius 1ER 20 février 2015 18:52

                    @Fifi Brind_acier
                    Ce qui n’est pas le cas de l’euro : il n’existe pas de peuple européen, ni d’économie unique.


                    il n’est pas de peuple européen ???? peut-être....mais existera t-il un peuple Français
                    si par hasard la Famille Le Pen arrivait au pouvoir ????
                    à tout prendre je préfèrerais une Europe baltringue avec des progressistes au pouvoir qu’une France moisie et sentant le rance !!!!!!!!!!!!!!!

                  • colere48 colere48 20 février 2015 18:59

                    @julius 1ER

                    ...une France moisie et sentant le rance....

                    Soyez rassuré, elle sentira probablement la bique !


                  • Tythan 20 février 2015 19:04

                    @Fifi Brind_acier

                    L’UPR n’a qu’un seul but, sortir de l’ UE définitivement.

                    Mais je ne l’ai jamais contesté. Par contre, François Asselineau n’est toujours pas clair sur ce qu’il souhaite instaurer après.

                    Il n’est donc pas question de rechercher, comme vous, une autre mouture de monnaie plurinationale.

                    Ce n’est pas ce que nous proposons. Nous proposons une monnaie commune, et je vous renvoie sur ce point au lien que vous avez vous-même donné.

                    Mais vous avez parfaitement le droit de le souhaiter, sous réserve de dire la phrase complète :
                    « Nous voulons sortir de l’euro pour créer une autre monnaie plurinationale, pas pour revenir au Franc. » Formulé ainsi, c’est clair.


                    C’est peut-être clair pour vous mais cela ne correspond pas à ce que nous souhaitons. Nous souhaitons transformer l’euro pour en faire une monnaie commune, ce qui implique de revenir au franc (ou l’euro-franc). Nous restons maîtres de ce que nous disons et de comment nous formulons. Si nous disons : DLR veut sortir de l’euro, cette phrase est indéniablement vrai, et dire que nous souhaitons l’instauration d’une monnaie commune n’est rien d’autre qu’une précision.

                    Ce qui n’est pas le cas de l’euro : il n’existe pas de peuple européen, ni d’économie unique.

                    Il est vrai qu’il n’y ni peuple européen ni économie unique, ce qui justement empêche le fait que l’euro, qui est bien aujourd’hui une monnaie unique, soit viable. Aujourd’hui, l’euro est construit comme une monnaie unique (commune à tous les pays la partageant) et non comme une monnaie commune.

                    On voit bien que vous essayer d’embrouiller les choses. Pourquoi faites-vous cela ?

                    Pour l’ UPR, il n’est donc d’aucune utilité de vouloir ce qui existe déjà. 

                      Et là, on ne comprend pas ce que vous voulez dire. Je comprends que vous qualifiez l’euro tel qu’il existe de « monnaie commune » (en inventant donc une signification de ce terme qui n’est pas celle usuellement admise), et que donc vous expliquez que le souhait de DLF d’instaurer une « monnaie commune » (en reprenant la définition usuellement admise) est inutile. Votre position est totalement incohérente : même si c’est bizarre, vous pouvez tenter de définir de manière nouvelle un phénomène, mais dans ce cas vous devez rester cohérent...

                      De plus l’ UPR veut revenir au Franc, sortir définitivement de l’ UE & de l’ OTAN, et pas fabriquer « une Autre Europe ». 

                      D’accord pour la volonté de sortie de l’UE, de l’Otan et de revenir au franc, mais par contre je ne suis pas d’accord sur votre dernière proposition. Il n’est pas clair que l’UPR ne souhaite pas fabriquer « une autre Europe ». François Asselineau reconnaît lui-même qu’il souhaite instaurer des coopérations avec les pays européens... Donc il souhaite bien fabriquer une « autre Europe »...

                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 19:30

                      @Tythan
                      Asselineau est toujours Inspecteur Général des Finances, en fonction, je ne sais pas d’où vous sortez vos délires ?


                    • Tythan 20 février 2015 19:38

                      @Fifi Brind_acier

                      Vous pourriez arrêter de jouer au troll ? Où aurais-je écrit que François Assselineau ne serait plus inspecteur général des finances ?

                      Arrêter de raconter n’importe quoi pour tenter de noyer le poisson et essayer plutôt de débattre !

                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 19:40

                      @Tythan
                      Si vous vous demandez ce que fera l’UPR, c’est que vous n’avez même lu son programme.
                      Jamais Asselineau n’a dit qu’il voulait rester avec les pays européens ! Merci, on a donné.


                      Si on sort de l’ UE, c’est pour pouvoir signer des accord de coopération avec d’autres pays dans le monde entier. Que voulez -vous que fassions de votre monnaie commune ? Le Franc suffit.

                      Regardez la vidéo « Le jour d’après la sortie de l’ UE », puisque vous voulez savoir ce que fera l’ UPR.

                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 19:44

                      @Tythan
                      Vous dites qu’il est payé sans faire son travail pour s’occuper uniquement de l’ UPR.
                      Quand on est en fonction, on travaille. Vos insinuations malsaines, ça commence à bien faire.
                      Allez répandre votre bave ailleurs !!


                    • Tythan 20 février 2015 20:56

                      @Fifi Brind_acier

                      Il n’y a absolument aucune insinuation quelconque dans ce que je dis, qui est d’ailleurs reconnu par François Asselineau lui-même.

                      François Asselineau se fait un titre de gloire d’avoir été mis au placard par Nicolas Sarkozy en raison de la non-conformité de ses analyses anti-européennes. Mais ce qu’il se garde bien de dire, c’est qu’il est toujours grassement payé par son administration d’origine. Et ça, c’est un fait...

                      Sa situation n’est d’ailleurs pas du tout exceptionnelle malheureusement au sein de l’administration française, qui ne sait plus quoi faire de certains de ses hauts fonctionnaires, à l’image de François Asselineau.

                      Encore une fois, si François Asselineau utilisait ce temps libre pour défendre la France et rassembler, il serait inattaquable. Malheureusement, à cause de son égo surdimensionné, il passe son temps à attaquer NDA ou Marine Le Pen ou à tenir des propos xénophobes totalement ridicules.


                    • Tythan 20 février 2015 20:57

                      @Fifi Brind_acier

                      Et sinon à part ça, quand est ce que vous vous déciderez à répondre à mes arguments de manière sérieuse plutôt que de tenter de noyer le poisson avec des posts dilatoires ?

                    • steph bigorneau steph bigorneau 21 février 2015 04:08

                      @Tythan
                      Je vais essayer de répondre à toutes vos interrogations, je ne suis pas Fifi mais je suis aussi encarté à l’UPR et je vais essayer de faire simple.

                      _ L’euro n’est pas une monnaie unique c’est une monnaie commune, quand le peuple comprendra ça il comprendra beaucoup de chose. Pour une simple raison, si c’était une monnaie unique nous n’aurions qu’une banque centrale unique, celle de Francfort, aux dernières nouvelles la banque de France existe encore, même si elle n’a plus aucun pouvoir décisionnaire elle n’a pas été dissoute, donc si nous revenions à une monnaie nationale nous aurions d’ors et déjà l’institution pour s’en occuper.

                      Cette précision est importante car elle permet de comprendre pourquoi en 2011 les marchés ont pu spéculer sur la dette grecque, si nous avions une monnaie unique ils auraient du spéculer sur l’euro en général et non la dette d’un pays de la zone euro. A ce moment là, la monnaie unique nous aurait protégé, les allemands parlent d’ailleurs de monnaie commune et non de monnaie unique (je ne suis pas bilingue et n’ait pas les termes en tête), c’est à leur initiative que l’on a pas dissout les banques centrales, ils voulaient que l’euro soit réversible en cas de coup dur.
                      Quand on a compris ça on comprend que la volonté de créer une monnaie commune est assez ridicule, c’est déjà le cas (Ps :si Vincent Brousseau un des économistes en charges de l’Euro est venu à l’UPR ce n’est pas pour rien, c’est qu’il comprenait ces « subtilités » qui sont essentielles).

                      Donc pour faire simple vous avez des euros-francs qui sont convertibles par la banque centrale française et les allemands ont un euro-deutschemark convertibles par la Bundesbank. Si ce n’était pas le cas les gros investisseurs grecs n’auraient pas transférés leurs actifs en Allemagne dès 2011 au cas où la Grèce sortirait de l’Euro. Ils prévoyaient une grosse dévaluation, après les effort structurels celle-ci sera moins importante, mais sera quand même de l’ordre de 30 à 20 % pour retrouver une compétitivité au niveau mondial.

                      _ L’UPR ne souhaite pas quitter l’Europe, c’est un continent, nous n’allons pas partir à la nage. Nous voulons garder de bonnes ententes avec nos partenaires européens mais aussi nous ouvrir à des coopérations en dehors de l’Union Européenne, en particulier les pays francophones. Actuellement notre voix est inaudible nous avons délégués tous nos pouvoirs régaliens à l’UE et cela nous affaibli bien plus que cela ne nous renforce, nous sommes encore la 6ème économie mondiale (grâce à l’UE avant nous étions 5ème) et nous ne pourrions pas avoir voix au chapitre dans le concert des nations ?

                      Avoir de bonnes relations avec les pays proches ne veut pas dire construire une autre Europe où nos déléguerons nos pouvoirs régaliens ( battre monnaie, décider de nos orientations économiques et culturelles, nos politiques migratoires, notre agriculture et nos relations diplomatiques) tout ce que nous à pris l’UE, enfin ce que nos dirigeants corrompus ont délégués.

                      _ Une démocratie c’est un peuple qui décide souverainement de ses politiques, actuellement nous sommes dans une dictature molle, c’est à dire que l’on peut dire ce que l’on pense, mais ce n’est pas pour ça que l’on pourra changer les choses en profondeur.
                      Les pouvoirs régaliens sont concentrés à Bruxelles entre les mains d’une minorité non élue. Quoi que l’on vote ce sera les GOPE (Grandes Orientations de la Politique Économique) décidées à Bruxelles qui s’appliquent. C’est pour ça que l’on vote PS ou UMP nous avons les mêmes orientations et les mêmes politiques.

                      _Pour finir, Asselineau est toujours inspecteur des finances, mais en fonction de ses activités il sera plus ou moins rémunéré. En tant que conseiller à inintelligence économique il touchait bien plus que maintenant. Hollande vous l’explique.
                      Personnellement je trouve qu’il n’en profite pas, avec son cursus et ses relations il pourrait être directeur d’une banque et toucher 10 fois plus qu’actuellement et faire plaisir à Spartacus, ce ne serait pas un fonctionnaire.
                      Il a préféré mettre son avenir en jeu (tout est relatif à ce niveau bien sûr) pour défendre ses idées.
                      Quant à NDA il a toujours été élu, à l’UMP, puis à DLR ce qui est bizzarre c’est le nombre d’élus UMP, chevainementistes ou socialistes qui ont décidé d’allouer leur réserve parlementaire à DLR. Suivant les années près de 400 000 euros sont versés à ce parti de la part de députés ou sénateurs qui ne font pas parti de ce mouvement. Je n’ai pas les liens sous les yeux, mais cherchez bien et vous trouverez tout est inscrit dans le site de l’assemblée nationale et du sénat.

                      Cordialement.


                    • Spartacus Spartacus 21 février 2015 09:13

                      @steph bigorneau
                      Mettre son avenir en jeu......Elle est bonne celle là ! 


                      L’un des premiers problème de la France est le statut et les discriminations en droits sociaux.....

                      C’est pas avec un profiteur social que ces points cruciaux vont être abordés.
                      Rien a attendre des frustrés ENARques. 

                      Ils phagocytent tous les partis, c’est une mafia et entravent le renouvellement politique. 
                      Remplacer des mulets par des mulets ne fait pas avancer plus vite.


                    • gorgonzola 21 février 2015 13:00

                      @Tythan : tiens ça faisait longtemps ^^

                      Bon on va remettre les justes choses à leur place : vos insinuations ou allusions consistant à dire que François Asselineau profite plus ou moins de son travail pour s’occuper de l’UPR (j’ai un pote qui gère un blog politique pendant ses horaire de travail vous allez le dénoncer ?) et qu’il ne fait quasiment que taper sur le FN ou votre cher DLR (ce qui a été démontré comme faux) parcequ’il serait « mégalo »... Si vous saviez comme c’est mesquin. On croirait lire du Jean Robin c’est dire.

                      Comparé à la somme d’analyses qu’a produite cet homme et les travaux qu’il a compilé (j’ai pas compté mais il doit en être à une vingtaine de conf’ différentes) et par rapport à ses 7 années sacrifiées à visiter tous les coins de France à ses frais pour apporter des clés de connaissances aux français (pris sur ses horaires hors travail, je vous vois venir)... par rapport aussi à l’exploit réel d’avoir crée de zéro un des mouvements politiques viable qui croît le plus vite à partir de rien (contrairement à MLP qui a hérité, à NDA qui a profité de l’UMP, et d’autres partis leurre comme le râteau du PS Nouvelle donne, ou de l’UMP Nous citoyens), sans l’aide de personne excepté les citoyens « ordinaires » qui l’ont accompagné et soutenu, et sans écouter ceux qui lui disaient que c’était impossible, le tout sans jamais avoir fait une seule concession sur son discours pour plaire aux médias ou être aller faire des conférences chez les franc-mac... Enfin par rapport à tout ce qu’il a sacrifié pour son mouvement et ses convictions (sa carrière, sa vie de famille)... Et tout cela est factuel et vérifiable...

                      ...je crois bien que là on touche le fond de la critique façon Tythan. Mais bon c’est les risques, quand on publie sur un médias comme internet, de se faire rabaisser par des branleurs, des égocentriques ou des « je sais tout » qui décollent pas les fesses de leur chaise d’ordinateur :O

                      Rappelez-vous que la critique est facile, mais que l’art est difficile...


                    • Tythan 21 février 2015 13:58

                      @steph bigorneau

                      Je vais essayer de répondre à toutes vos interrogations, je ne suis pas Fifi mais je suis aussi encarté à l’UPR et je vais essayer de faire simple

                      J’attends des arguments, ce dont Fifi me prive en récitant son catéchisme du militant de l’UPR. 

                      L’euro n’est pas une monnaie unique c’est une monnaie commune, quand le peuple comprendra ça il comprendra beaucoup de chose. Pour une simple raison, si c’était une monnaie unique nous n’aurions qu’une banque centrale unique, celle de Francfort, aux dernières nouvelles la banque de France existe encore, même si elle n’a plus aucun pouvoir décisionnaire elle n’a pas été dissoute, 

                      Arrêter de répéter sans comprendre le catéchisme du militant de l’UPR. L’euro est une monnaie unique, c’est comme cela qu’elle est appelée par tous. Il est ridicule de vouloir changer le sens des mots, et la persistance des banques centrales nationales (mais qui sont subordonnées à la BCE) ne change rien à ce fait. Aux Etats-Unis, les système est très différent, mais il existe également des regional federal reserve banks également, et jamais personne n’a eu l’idée saugrenue de dire que le dollar n’était pas une monnaie unique...

                      donc si nous revenions à une monnaie nationale nous aurions d’ors et déjà l’institution pour s’en occuper.

                      Cela va de soi.

                      Quand on a compris ça on comprend que la volonté de créer une monnaie commune est assez ridicule, c’est déjà le cas

                      Ce que vous dites est faux. Cf. mes précédents commentaires auxquels vous ne répondez pas.

                      Ps :si Vincent Brousseau un des économistes en charges de l’Euro est venu à l’UPR ce n’est pas pour rien, c’est qu’il comprenait ces « subtilités » qui sont essentielles

                      J’ai pu apprécier certaines vidéos de Vincent Brousseau, qui malheureusement n’est pas vraiment un orateur et parle de manière assez confuse. Son revirement est tout à fait louable, mais enfin il est tout de même extrêmement suprenant que l’UPR accueille à bras ouvert une personne aussi compromise...

                      Ok sur le reste de votre propos sur la monnaie. En fait, nous pensons la même chose, la seule différence, c’est que vous persistez à décrire l’euro comme une monnaie commune alors qu’il s’agit d’une monnaie unique... Bref, c’est une différence de terminologie.

                      L’UPR ne souhaite pas quitter l’Europe, c’est un continent

                      Malheureux, vous répétez exactement les propos de Nicolas Dupont-Aignan qui ont pourtant été condamnés par François Asselineau...

                      A lire vos propos sur l’Europe, je comprends que vous êtes égarés à l’UPR, qui est un parti europhobe. Votre place est plutôt à DLF !

                      Pour finir, Asselineau est toujours inspecteur des finances, mais en fonction de ses activités il sera plus ou moins rémunéré. En tant que conseiller à inintelligence économique il touchait bien plus que maintenant. 

                      C’est vrai, mais il reste tout de même très bien payé. Je ne connais pas son cas personnel, mais même s’il touche moins que s’il avait poursuivi sa carrière, il touche toujours sa solde de base qui doit être très élevée compte tenu de son grade. 

                      Personnellement je trouve qu’il n’en profite pas, avec son cursus et ses relations il pourrait être directeur d’une banque et toucher 10 fois plus qu’actuellement 

                      Je ne connais pas particulièrement François Asselineau, mais à mon humble avis ce que vous dites est improbable. Compte tenu de son âge et de son parcours, François Asselineau n’est plus employable dans une grande banque, même avec ses diplômes ronflants. Le temps est fini où les inspecteurs des finances avaient des places garanties dans les banques.

                      Il a préféré mettre son avenir en jeu (tout est relatif à ce niveau bien sûr) pour défendre ses idées.

                      Il ne s’agit pas de dénier à François Asselineau le courage de défendre ses convictions, mais lui-même reconnaît qu’il a fondé l’UPR après avoir été mis au placard. Et surtout, il l’a fait tout en sachant qu’étant fonctionnaire, il était invirable et payé à vie quoi qu’il fasse...

                      Ce qui est bizzarre c’est le nombre d’élus UMP, chevainementistes ou socialistes qui ont décidé d’allouer leur réserve parlementaire à DLR

                      La réserve parlementaire, c’est autre chose, une somme d’argent à la disposition des députés pour subventionner telle ou telle activité. D’ailleurs NDA est l’un des seuls à réclamer son abrogation puisque cette réserve sert en fait à des visées plutôt clientélistes, même si bien sûr la plupart des projets soutenus sont en soi tout à fait pertinents.

                      De nombreux parlementaires choisissent de se rattacher à DLR pour pouvoir bénéficier du financement public. Cf. lien de Laurent de Boissieu, un exellent journaliste http://www.ipolitique.fr/archive/2013/12/13/rattachement-financement-public-2013-2014.html

                      Suivant les années près de 400 000 euros sont versés à ce parti de la part de députés ou sénateurs qui ne font pas parti de ce mouvement.

                      La majeure partie de cette somme leur est reversée. Franchement, tout cela n’a vraiment qu’un intérêt minime, c’est de la tambouille. Tout est transparent, légal et tout à fait dans les clous. 

                    • Tythan 21 février 2015 14:26

                      Maintenant ça suffit, je n’insinue rien du tout, je relate des faits. Faits qui vous déplaisent, mais qui correspondent à la réalité. Est-ce que ce que j’ai écrit est faux ?

                      Non, jusqu’à preuve du contraire. Vous n’apportez pas cette preuve, donc taisez-vous !

                      (pris sur ses horaires hors travail, je vous vois venir).

                       Mais non mon petit, c’est là le problème. Il suffit de voir l’agenda de François Asselineau pour voir qu’il fait ses conférences en journée, pendant ses heures de travail. En soi, c’est tout à fait légal (F Asselineau n’est pas tenu de pointer), mais enfin il est quand même gênant que son activisme politique soit financé par la collectivité alors que François Asselineau n’est pas élu. C’est tout.

                      Par rapport aussi à l’exploit réel d’avoir crée de zéro un des mouvements politiques viable qui croît le plus vite à partir de rien 

                      Rassembler 7 000 adhérents est effectivement une performance (si ce chiffre est vrai). En revanche, faire 0,4% des voix à toutes les élections où l’on se présente peut difficilement être considéré comme un exploit.

                      (contrairement (...) à NDA qui a profité de l’UMP).

                      Et ça mon vieux, ça c’est une insinuation ridicule. Oui, NDA a d’abord été élu de l’UMP, ce en quoi tu serais bien bête de le critiquer puisque c’est également le cas de François Asselineau.

                      Maintenant, contrairement à l’UPR dont tout le monde se contrefout, NDA a lui dû faire face à de multiples pressions pour bâtir, à partir d’un club politique, un parti certes modeste mais infiniment plus important que l’UPR...

                      Enfin par rapport à tout ce qu’il a sacrifié pour son mouvement et ses convictions (sa carrière, sa vie de famille)

                      Sa carrière, François Asselineau ne l’a pas sacrifié, et il le reconnaît lui-même en expliquant avoir été mis au placard avant de s’être consacré au développement de l’UPR et d’entamer son cycle de conférence. 

                      Et encore une fois, il continue d’être payé, certes moins grassement que s’il n’avait pas été mis au placard, mais à un niveau de rémunération qui ne doit pas être insignifiant (compte tenu de son parcours, c’est tout à fait normal et n’est en soi pas choquant).

                      je crois bien que là on touche le fond de la critique façon Tythan.

                      Ce n’était qu’une remarque en passant, et c’est la seule à vrai dire que les militants de l’UPR essayent de contester. Pourquoi n’essayez-vous pas de répondre sur le fond ? Pourquoi n’avoir pas répondu par exemple sur le paradoxe que j’ai indiqué plus bas ?Je pense le savoir : vous en êtes incapables. 

                      Mis en face d’une contradiction, les militants de l’UPR sont incapables de sortir de leur catéchisme et ne peuvent que répondre à côté, noyer le poisson ou faire des copiés-collés des discours de François Asselineau n’ayant rien à voir avec la discussion.

                      Mais bon c’est les risques, quand on publie sur un médias comme internet, de se faire rabaisser par des branleurs, des égocentriques ou des « je sais tout » qui décollent pas les fesses de leur chaise d’ordinateur

                      On voit dans ce besoin d’insulter combien j’ai touché juste. Pourquoi n’essayez-vous pas de répondre sur le fond ?

                      Par ailleurs, permettez-moi de vous dire qu’il est particulièrement culoté, pour un militant de l’UPR ayant passé son temps à insulter Nicolas Dupont-Aignan de réagir aussi vivement alors que j’ai simplement rappelé le fait que François Asselineau était payé par l’Etat pour développer son parti politique alors qu’il n’est pas élu.

                      Rappelez-vous que la critique est facile, mais que l’art est difficile...

                      Maxime que l’UPR pratique depuis des années, elle dont le fonds de commerce est de critiquer les partis dont pourtant elle devrait se rapprocher…


                    • Tythan 21 février 2015 14:27

                      Le post ci-dessus s’adresse bien sûr à Gorgonzola. Puisse-t-il essayer de répondre de manière sereine et sans insulter !


                    • crac_1_bourre-pif crac_1_bourre-pif 21 février 2015 15:58

                      @Tythan

                      Vos posts sont aussi soporifiques qu’embrouillés. L’Euro est déjà une monnaie commune, ce n’est pas une monnaie unique, c’est non seulement François Asselineau qui le démontre, mais aussi Vincent Brousseau, ancien économiste en charge des questions monétaires à la BCE, qui sait bien mieux que DLF (DLR ?) de quoi il parle.

                      Donc DLF (DLR ?) et Dupont Aignan se moquent des Français en leur faisant croire qu’il voudrait changer l’Euro en une monnaie commune, ce que l’Euro est déjà par défintion !


                    • Tythan 21 février 2015 19:35

                      @crac_1_bourre-pif

                      Je veux bien tout entendre, mais je ne vois pas en quoi mes posts seraient embrouillés. 

                      Vous pourrez dire ce que vous voulez, mais l’euro est aujourd’hui une monnaie unique, terme qui est accepté par 99,99% des gens. François Asselineau et Vincent Brousseau le conteste. Libre à eux, mais pour le moment, personne ne le leur a encore donné raison...

                      Donc DLF (DLR ?) et Dupont Aignan se moquent des Français en leur faisant croire qu’il voudrait changer l’Euro en une monnaie commune, ce que l’Euro est déjà par défintion !

                      Le sophisme dans toute sa splendeur !! 

                      Pour vous faire comprendre combien vous vous trompez, je vais me mettre en prenant votre hypothèse que l’euro est déjà une monnaie commune. Vous dites que l’euro (€), qui est une monnaie unique (U) est également une monnaie commune (C). Pour vous, comme C comprend U il est ridicule de transformer C en U, ce qu’elle est déjà. Sauf que ce que vous ne comprenez pas, c’est que si C comprend U, cela ne signifie pas que U et C soient identiques.

                      Le problème est en fait terminologique (cf. mes commentaires précédents). 

                      Quoiqu’en disent Vincent Brousseau et François Asselineau, l’euro est aujourd’hui une monnaie unique. Et DLR souhaite que l’on passe à une monnaie commune telle, s’appuyant sur l’analyse de grands économistes (souvent d’ailleurs cités également par l’UPR). Jacques Sapir, André Orléans, Jean-Luc Gréau pour ne citer que ceux qui me viennent à l’esprit immédiatement...

                      Par ailleurs, si vous me répondez, je vous remercierais d’adopter un ton plus courtois. Je vous consacre du temps, merci de le respecter.

                    • soi même 20 février 2015 13:20

                      Bonjour François Asselineau, ce que vous décrivez , ce n’est que la procédure emploi un garagiste quand il enlève un ressort de suspension, il doit d’abot le comprimé si il veut l’ôté !
                      En langage diplomatique, c’est que l’on tiens à gardé le contrôle, c’est pour cela que l’on a une pompe qui explique comment faire !
                      Sonnes tous quelques choses de très classiques, quoi il arrive l’on doit garder la mains !

                      Maintenant chipoté sur les non dits où faire de la UElogie cela n"a pas beau d’intérêt ?

                      Ce qui est plus intéressant, c’est de savoir comment un pays peut recrée de la monnaie par exemple alors qu’il n’a pas d’Or comme garantie bancaire ?

                      C’est bien beau de dire que la monnaie , la devise se base sur la possession d’Or dans la Banque Central du pays, mais l’on sait aussi que la découverte de l’Or natif ne c’est pas fait dans les entrailles des coffres des Banques .....

                      Il y a bien un un système primaire, puis secondaire avant de trouver l’Or comme unique garant monétaire ?

                      Donc si il y a une évolution dans un sens, l’on peut tous à fait envisagé qu’il puisse avoir d’autre référence que la possession d’or où de valeur mobilière que immobilière pour crée la monnaie ?

                      Il y a un moyen simple pourtant, qui demande courage, labeur, renoncement, et qui au final ne coûte pas cher ; par contre il est évident c’est un cataclysme sans précèdent si cela est mit en place et l’on assisterait à toute financiarisation de la planète se transformer en marré de sable sans consistante.

                      Vous savez comme nous tout repose sur des conventions, et l’introduction d’une nouvelle pratique mettrait à mal les conventions anciennes, donc pourquoi toujours tablé sur les veilles, le temps n’est pas venue aussi d’innové humainement sur ce problème est mettre en chantier déjà une réflexion approfondie sur ce sujet.....
                      Peut t’on crée de la monnaie qui ne se base plus sur l’or et que cela ne soit pas de la monnaie de singe ?


                      • Daniel Roux Daniel Roux 20 février 2015 16:32

                        @soi même

                        Il est surprenant que ce commentaire attire autant de « moins » alors qu’il pose la question fondamentale de la « valeur » de la monnaie

                        A l’origine, la monnaie est un outil destiné à faciliter les échanges, c’est à dire le commerce à une époque où les promesses et les engagements devenaient trop complexes à gérer. Elle n’avait d’autre valeur que celle que les utilisateurs lui attribuaient.

                        Après l’abandon de l’étalon or, la valeur de la totalité d’une monnaie devait correspondre à la valeur des actifs négociables de celui qui l’émettait.

                        Le dollars était un cas à part. Sa puissance hégémonique impliquait une grande responsabilité pour celui qui l’émettait. Hélas, l’émetteur n’a pas été à la hauteur et le désordre qu’il a engendré par une émission surabondante n’est pas près de se résorber.

                        Aujourd’hui, les financiers ont pris le pouvoir, la monnaie, sous forme de crédits (c’est à dire de dettes) est un devenu un outil de pouvoir et de contrôle des nations et des peuples.

                        Les banques privées formant la FED impriment du papier sans valeur intrinsèque, le transfert au banques amies qui s’en servent pour acheter des actifs de valeurs, financer des déficits d’états mal gérés contre des intérêts provenant d’impôts prélevés sur de vraies valeurs et d’autres choses aussi scandaleuses.


                      • soi même 20 février 2015 21:59

                        @Daniel Roux, merci pour votre réponse, vous savez bien que quand l’on pose de véritable question , ceux qui sont habitués à des réponses toutes faites, non pas vraiment envie de ce cassé la tête et surtout de pas dépasser leurs références de pensé officiel !

                        Il est évident, qu’une utilisation unilatéral de l’argent en vue de maintenir sa suprématie hégémonique n’a pas plus de valeur légitime que de pensé que la valeur de l’argent trouve uniquement sa valeur dans le fond d’or que détient une banque central ?

                        Qui revient à cette question sur quoi en réalité se base véritablement sa valeur, si l’on tiens compte que la spéculation sur sa valeurs soit exclue , si par exemple cette banque central n’a plus d’or, donc sur quel valeurs réel l’on peut crée de l’argent monétaire ?


                      • steph bigorneau steph bigorneau 21 février 2015 04:29

                        @Daniel Roux
                        Je suis tout à fait d’accord avec les commentaires de soi même et le vôtre, je dois avouer que j’ai cliquer sur moins après avoir lu superficiellement le post, sans y réfléchir et me suis laissé entrainer par la note des autres, comme quoi il faut s’y reprendre à deux fois quand on voit un argumentaire un peu plus complexe que la moyenne et que l’on veut aller vite.

                        La valeur intrinsèque de la monnaie est une question complexe depuis l’arrêt de l’étalon or avec les accords de Bretton Woods, depuis c’est de la fiat monnaie, entièrement basée sur la confiance que l’on porte à un état d’où les spéculations sur les monnaies depuis 1974. Je devrais le savoir ma mère était cambiste (l’équivalent de trader mais uniquement sur la monnaie et malheureusement pour moi beaucoup moins payée ;)

                        Si plus de gens s’intéressait à la monnaie le pouvoir des financiers serait sûrement moins hégémonique car contrôlé.

                        Les banques centrales privées sont une honte tout comme le fait que les banques centrales publiques n’ont plus qu’une prérogative dans l’UE lutter contre l’inflation, pour avantager les rentiers, ce qui se répercute par une régression du pouvoir d’achat pour le peuple mais aussi un arrêt de ascenseur social...


                      • Daniel Roux Daniel Roux 21 février 2015 12:21

                        @ soi meme

                        J’ai traité de la valeur de la monnaie dans un article :

                        http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/le-hold-up-du-siecle-pour-financer-83574

                        Une valeur d’un objet ou d’une monnaie est relative. Elle n’existe que par rapport à quelque chose de tangible négociable facilement sur les marchés internationaux, comme les métaux précieux ou le blé. La valeur de l’or, par exemple, varie par rapport au blé, selon les années. 

                        La valeur de l’objet ou d’une monnaie peut-être déformée par la spéculation comme on l’a vu pour le pétrole et comme on le voit pour le dollars.

                        Imprimer des billets de monopoly et l’appeler dollars est une escroquerie pure et simple. Tous les pays le font dans le cadre de la guerre monétaire intense que se livre les grandes et les petites puissances.

                        En réalité, le dollar vaut sans doute que la moitié de sa valeur exprimé par rapport à l’or mais comme tous les pays en ont besoin pour commercer, sa valeur d’usage est plus importante.

                        @ steph bigorneau

                        L’inflation mine la valeur de la monnaie et donc la valeur du travail qui permet à tout à chacun d’économiser pour ses vieux jours ou pour des projets. C’est une sorte d’escroquerie de l’émetteur de la monnaie vis à vis des épargnants en faveur des emprunteurs (à condition qu’ils aient emprunté à taux fixe).

                        L’inflation est voulue par les gouvernements incapables de gérer convenablement un budget car elle gonfle artificiellement le PIB, diminue la valeur de la dette et abaisse la valeur des salaires.


                      • soi même 21 février 2015 13:05

                        @Daniel Roux, Une valeur d’un objet ou d’une monnaie est relative. Elle n’existe que par rapport à quelque chose de tangible négociable facilement, cela pourrait s’appeler la force de production d’une nation peut très bien en définir le taux de sa monnaie ?

                        pourquoi, je rabâche les oreilles sur le sujet,, c’est il est présente que le retour à une devise national ne serait plus un jeux d’intention politique et d’écriture, alors que ce n’est pas le cas, retourné à une économie national est certes souhaitable est salutaire , mais si c’est juste un jeux d’écriture et qu"il y a pas non plus une action en profondeur de réflexion sur les choix économiques, et bien dans ce cas il vaut mieux de resté dans l’Euro toxique que nous faire avalé que le franc du coup est atoxique puisse que c’est notre monnaie national !
                        C’est oublié trop vite, que le choix comptable de la France est aussi à revoir !


                      • crac_1_bourre-pif crac_1_bourre-pif 21 février 2015 16:09

                        @soi même

                        Le moins que l’on puisse dire est que vos écrits font un bras d’honneur à la langue Française. Je ne sais pas moi, faites quelque chose, prenez des cours d’orthographe, de grammaire, de vocabulaire, et aussi de conjugaison.
                        On ne comprend rien à ce que vous écrivez, allez donc troller ailleurs.


                      • soi même 22 février 2015 15:59

                        @crac_1_bourre-pif, tu as raision, quand l’on ne sais pas torché sa pensé , il est évident que c’est intolérante qu’un agrammaticale bouscule les neurones ! 

                        T’est conne Fifi, cela doit être simple, traditionnel et routinier, et bien non rien est simple, et surtout pas quand l’on parle de la monnaie, car dans chaque concept lié à l’argent, il y a une tentative de subordination des autres, ce pouvoir fait et défait les Rois, et si l’on veut qu’il soit a notre service, c’est notre devoir de pas nous embarqués dans des raisonnements simplistes !


                      • alberto alberto 20 février 2015 13:36

                        Article intéressant, surtout quand j’y lis ceci : 

                        "Cependant, il faut aussi rappeler que les souhaits profonds de l’Allemagne en la matière sont contrecarrés par ceux de Washington et des élites euro-atlantistes. Ces derniers craignent en effet, par-dessus tout, l’effet de contagion qu’une sortie de la Grèce de l’euro pourrait très rapidement entraîner dans toute la zone euro. Un tel effet domino pourrait alors conduire à l’effondrement de tout le glacis géopolitique établi par les États-Unis depuis 1945 sur l’Europe continentale« 

                        C’est d’autant plus intéressant qu’une fois virés de l’€, les grecs répondront aux (nombreux) appels du pieds des Russes, sans doute plus à l’aise avec une solidarité orthodoxe, qu’avec celle de l’UE dont leur éviction montre qu’elle ne l’était pas (solidaire)  !

                        C’est pour ça qu’Obama fait les gros yeux à Merkel : »Angela, je t’aime beaucoup, mais t’imagine le bordel si ces p... de grecs sortent de l’Otan, et rejoignent Poutine, déjà qu’avec l’Ukraine, ce n’est pas de la tarte, mais là ça serait le bouquet et donner des idées à d’autres..."

                        Si les grecs restent dans l’€, alors ça sera signe que l’Oncle Sam tient encore les rênes !

                        On prend les paris ?

                        A suivre...


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 14:10

                          @alberto
                          Je crois que pour faire tout ce que vous décrivez, en particulier sortir de l’ OTAN, il faudrait que les Grecs sortent de l’ UE, ce qui ne semble pas à l’ordre du jour....


                          Rien que la sortie de l’euro pose question. La déclaration de Giscard n’y répond pas, alors qu’il a participé à leurs rédactions, il doit connaître les traités par coeur.
                          Comment sortir de l’euro qui n’a pas de clause de sortie ?
                          Dans l’état actuel des Traités, il faut sortir de l’ UE (article 50), pour sortir ensuite de l’euro et de l’ OTAN.

                          Mais nos Mamamouchis trouvent des moyens de contourner leurs propres lois quand ça les arrange. Chypre par exemple, où l’euro, après le racket sur les comptes bancaires, n’a plus la même valeur qu’ailleurs, alors que c’était un dogme « inscrit dans le marbre des Traités ».
                          Pour l’instant personne n’explique comment cela peut se faire, une sortie de l’euro en restant dans l’ UE ?? Mystère...

                          Quand on regarde le taux de chômage avec ou sans l’ euro, on constate qu’il est plus important dans la zone euro que dans l’ UE sans l’euro.
                          Quoi qu’en dise Spartacus, avec une monnaie qui ne soit plus le mark, la Grèce ne peut aller que mieux. Ce sont les conseils d’ailleurs que donnait à la Grèce, l’ancien Ministre des Finances de l’ Argentine en comparant les deux pays.

                          Une économie grecque qui va mieux sans l’euro, c’est le mauvais exemple qui peut provoquer la contagion...

                        • Tythan 20 février 2015 17:19

                          @Fifi Brind_acier

                          Dans l’état actuel des Traités, il faut sortir de l’ UE (article 50), pour sortir ensuite de l’euro et de l’ OTAN.

                          C’est faux, les Traités ne disent pas cela même si les européistes le prétendent. Il est vrai que la sortie de l’UE implique logiquement et a priori la sortie de l’euro (encore qu’il soit tout à fait possible d’y déroger).

                          La seule chose qui est vraie, c’est que les traités ne prévoient pas la sortie d’un pays membre de la zone euro. Mais dire cela ce n’est pas dire que c’est impossible. Ce n’est juste pas prévu juridiquement.

                          Surtout, il faut bien comprendre que la question de la sortie de l’euro n’est pas juridique mais politique. Voilà pourquoi VGE n’en parle pas ! c’est tout simplement inutile, hors de propos. Attention, je ne dis pas que ce n’est pas important. Mais c’est une question secondaire.


                        • steph bigorneau steph bigorneau 21 février 2015 05:00

                          @Tythan
                          C’est toute la complexité de l’UE qui est visée là :

                          On peut être dans l’UE sans être dans l’euro ou dans l’espace Schengen, l’Islande à refusé au dernier moment.

                          On peut être dans l’UE sans être dans l’Euro et en étant dans l’espace Schengen, comme la Norvège.

                          On peut être dans l’UE sans être dans l’euro tout en ayant un accord limite sur l’espace Schengen, pas de libre circulation des personnes, comme le Royaume Uni et l’Irlande :
                          "Le Royaume-Uni participe notamment à la coopération policière et judiciaire en matière pénale, la lutte contre les stupéfiants et le Système d’information Schengen (SIS). L’Irlande, quant à elle, participe essentiellement au SIS."

                          On peut être dans l’euro sans faire partie de l’UE tout en étant dans l’espace Schengen comme Saint Marin.

                          Bref, on parle de 28 pays mais en faite même la Suisse fait partie de l’espace Schengen, sans être dans l’euro, ni dans l’UE et sa population a été assez choquée de voir que l’UE s’insurgeait qu’ils décident de sortir de cet espace pour décider quelle sera leur immigration.
                          Personnellement je ne suis pas partisan de l’arrêt de l’immigration, mais je ne comprend pas pourquoi un pays ne peut pas décider de sa politiques migratoire sans que l’UE ne s’en mêle, un pays et surtout un peuple est souverain aux dernières nouvelles.

                          Donc comment s’en sortir dans ce patchwork qui n’a ni queue ni tête.



                        • Tythan 21 février 2015 14:29

                          @steph bigorneau

                          L’Islande n’est pas dans l’UE Steph, elle a refusé d’y entrer.

                          Donc comment s’en sortir dans ce patchwork qui n’a ni queue ni tête.

                          Par la politique, tout simplement, en soutenant des hommes et des femmes qui se battent contre l’UE telle qu’elle se construit. J’ai choisi DLF, vous avez choisi l’UPR et ma foi pourquoi ne pas unir nos forces ?


                        • crac_1_bourre-pif crac_1_bourre-pif 21 février 2015 18:01

                          @Tythan

                          « pourquoi ne pas unir nos forces ? »
                          Parce que DLF (DLR ?) est une parti politique fantoche qui ne souhaite pas sortir la France de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN comme entend le faire l’UPR. Dupont AIgnan est un Young Leader de la French American Foundation, comme François Hollande, donc il n’y a pas de mystère quant à ce que ferait Dupont Aignan s’il arrivait au pouvoir, à savoir poursuivre docilement la politique de soumission aux traités Européens et à Washington.


                        • Tythan 21 février 2015 19:39

                          @crac_1_bourre-pif

                          Mais bien sûr !!! Et d’ailleurs, je suis en fait un agent américain, rémunéré par la CIA pour contredire l’UPR dont les Américains ont tellement peur qu’ils vont bientôt lancer une opération secrète pour la dissoudre.

                          Mais je ne peux pas vous en dire plus, c’est secret !!! Bon, aller, juste un indice : nous allons employer un des tueurs attitrés de Charles Pasqua, que François Asselineau connaît bien et qui pourra donc l’approcher sans risques !!!

                          L’opération sera coordonnée par notre agent François Hollande, qui se prélassait un peu trop dans les bras de sa maîtresse. On en avait assez de le payer à rien faire !!

                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 13:37

                          De nombreux Empires ont essayé de rassembler des Etats et des peuples différents avec une même monnaie, imposant une même langue, une même culture, les mêmes lois et niant les histoires différentes.
                          Ils se sont tous effondrés, chaque peuple reprenant ses billes.
                          « Histoire des monnaies- la tragédie de l’euro » par Asselineau


                          • taktak 20 février 2015 14:35

                            @Fifi Brind_acier
                            Sur la construction européenne, il faut revenir au source

                            Et regarder cette brillante conférence de l’historienne Annie Lacroix Riz sur les origines de la construction européenne.

                            http://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/video-les-origines-de-la-construction-europeenne-mythes-et-realites-une-conference-dannie-lacroix-riz/


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 15:04

                            @taktak
                            Oui, je la connais, j’aime beaucoup le travail de recherches d’ Annie Lacroix Riz.
                            Elle est venue faire une conférence sur ce sujet lors de l’ Université de l’ UPR en 2013.


                          • zygzornifle zygzornifle 20 février 2015 13:49

                            il brise ?? Plutôt il nous les brise l’amateur de diamant de Bokassa et de chasse à cours .....


                            • BA 20 février 2015 14:03

                              @zygzornifle
                              Vendredi après-midi, sur le site du journal « Der Spiegel », un article intitulé : « La BCE se préparerait à une sortie de la Grèce de la zone euro. »


                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 15:10

                              @BA
                              Cela se précise, la BCE prépare un plan de sortie pour la Grèce avec un contrôle des capitaux pour éviter leurs sorties.


                            • doctorix doctorix 21 février 2015 00:09

                              @Fifi Brind_acier

                              A mon avis, la Grèce a prévu de longue date sa sortie de l’Euro. Simplement, vu la diabolisation qu’on a fait d’une sortie de l’Euro, la terreur que du coup elle inspire, elle ne pouvait pas l’afficher dans son programme électoral.
                              Actuellement, elle montre toute sa bonne volonté pour y rester, afin que chaque grec constate que c’est l’intransigeance de l’Europe qui rend cette sortie inéluctable.
                              C’est du moins ainsi que j’aurais joué le coup.
                              Et je suis certain que le nouveau ministre des finances grec est au moins aussi retors que moi.
                              Sortie de l’Euro, contrôle des capitaux, imposition des armateurs et du clergé, et renationalisation de tout ce qui rapporte, ça doit être le programme.
                              Et nous autres, qui restons enfermés dans le poulailler avec les renards, nous allons voir ce qu’est une renaissance.
                              Après l’avoir blâmée, puis plainte, nous allons envier la Grèce.

                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 février 2015 07:50

                              @doctorix
                              Je crois que ta théorie des jeux n’est pas celle du Gouvernement grec...
                              Ils veulent rester dans l’UE & l’euro.
                              Tsipras n’est pas Poutine avec son obsession de la souveraineté.
                              Sinon, ils auraient déjà déposé un dossier à Bruxelles de sortie de l’UE par l’article 50.


                              Ils voulaient se débarrasser de la Troïka, ils vont l’avoir sur le dos à temps plein.
                              « Le plan signé entre l’ Eurogroupe et la Grèce » analyse de la Tribune

                            • doctorix doctorix 21 février 2015 09:53

                              @Fifi Brind_acier

                              A moins que Tsipras n’utilise ce délai de quatre mois pour faire les réformes utiles, c’est-à-dire soumettre à l’impôt ceux qui y échappent, ce qui fait partie de son programme et semble satisfaire l’Europe. Tsipras a besoin de temps et vient d’en gagner. Après ça, qui sait ?
                              Je suis convaincu que la sortie de l’Euro est prévue dans cette période, et qu’on le cache pour ne pas affoler les marchés (que Tsipras le veuille ou non).
                              Voir le Spiegel.

                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 février 2015 07:36

                              @doctorix
                              La Grèce est un pilier de l’ OTAN. « Ruinés, mais surarmés ».
                              Son budget militaire est le plus élevé de l’ UE, et au niveau mondial, il arrive derrière celui des USA.
                              En plus, les Grecs ont le malheur de dormir sur des réserves de pétrole.
                              Et l’odeur du pétrole est celle que préfère les Américains.
                              Le patrimoine des biens publics grecs est en train d’être pillé.


                              Tu peux toujours rêver qu’ Obama soutienne un gouvernement qui ne lui est pas soumis...
                              Les USA n’ont pas d’amis, ils n’ont que des vassaux.

                              Il existe en Grèce un Mouvement qui milite pour l’union sans condition des Grecs pour sortir de l’ UE & de l’euro par l’ article 50, c’est l’ EPAM. 

                              Si les médias ont choisi de propulser Syriza et pas l’ EPAM, c’est qu’il doit y avoir une raison : la soumission à l’ Empire.

                            • coinfinger 20 février 2015 14:00

                              Je ne sais pas vous , mais moi , voir VGE et Obama , soutenir la démarche Grecque , çà me pose question .
                              J’ai de fortes prévenances contre l’Euro , les mémes que ceux qui veulent une sortie , pour les mémes raisons , le procés de cette monnaie n’est plus à faire , il a d’ailleurs déjà été par Milton Friedman .
                              Cependant le pb number one dans le monde est celui du $ , qui contamine toutes les autres monnaies , y compris le franc Suisse , et qu’on ne peut pas régler définitivement tant que les Etats Unis peuvent terroriser, corrompre, subvertir , le reste du monde . Certes en reculant , mais çà recule en bon ordre , jusqu’à maintenant .
                              Nous sommes donc contraints les uns et les autres à des compromis , boiteux . L’Euro faut le considérer comme tel . Pour nous Français çà rend le prix du pétrole moins cher , çà assure des profits pour les placements de capitaux à l’étranger , mais çà emdommage nos capacités d’exportations , çà se couple avec des choix politiques intérieurs .
                              Certes il existerait une autre attitude possible , Gaullienne , d’indépendance , de concessions à la production , d’ambitions nationale ; mais De Gaulle a été expulsé suite au choix crucial sur la monnaie , et il n’existe toujours pas de consensus large pour revenir là dessus .
                              Paradoxalement , la servilité de Hollande est pédagogique , en ce sens , qu’elle améne à préciser ce qu’on ne veut pas . Mais le déclic n’a toujours pas eut lieu en France qu’il faut rompre définitivement avec les complaisances locales , depuis Miterrand on a régressé au girondisme , à l’esprit de la Fronde , contre le pouvoir central , oui , mais au profit de potentats locaux .
                              Tant que l’on aura pas rompus avec cette assimilation entre décentralisation et démocratisation à l’avantage de la décentralisation , nous resterons manipulables , c’est à dire gouverné par une instance supérieure , Europe/Etats Unis . C’est alors cette instance qui défend faussement les plus faibles de notre nation , d’autant mieux opprimés qu’ils le sont par leur proximité , en lieu et place de notre état .


                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 14:32

                                @coinfinger
                                On peut supposer qu’au vu du désastre que provoque l’euro, et soucieux de se réserver une place au paradis, il ait fait acte de contrition et reconnu qu’il nous avait vendu des salades.


                                Vu le nombre de soutiens à l’euro, avant qu’ils atteignent tous l’âge âge canonique de Giscard, on peut attendre encore longtemps pour qu’ils reconnaissent leur erreur... Mais les convertis de la dernière heure affirment toujours quand la situation devient irréversible : « Je vous l’avais bien dis ! »

                              • coinfinger 20 février 2015 14:26

                                Peut étre n’ai je pas suffisamment précisé ma problématique , les besoins monétaires Us croissent géométriquement , alors que leur base éco , y compris internationale se rétrecit , donc la pression devient plus forte , sur l’Europe et le Japon , entr’autres . Affaiblir l’Euro , par son maillon faible la Gréce , pour accaparer les placements de capitaux flottants parce que surnuméraires : impératif .
                                L’éclatement de l’Euro , encore mieux , sauf que le corrélatif pourrait étre la résurgence des nations : pire que tout . La Russie , l’Iran , la Chine etc c’est déjà trop .
                                Cas particulier ; l’Allemagne dans l’affaire est prise au portefeuille , sans pouvoir , çà lui est interdit , revenir au nationalisme , mais l’Allemagne ne peut plus payer . Si elle faisait du Schroder aggravé , faudrait la Linke pour faire passer la potion , ce serait non seulement l’évincement des conservateurs , mais le retour du nationalisme pathologique , savoir d’extréme droite : les vieux démons . VGE joue là un jeu douceureux d’innocence mais extrémement dangeureux .

                                La vraie solution serait de rompre tous ensemble en Europe , avec le pouvoir oligarchique et l’Allemagne est la mieux placée pour çà , sauf que çà ne passe pas ses frontiéres .


                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 14:44

                                  @coinfinger
                                  Savez-vous que le reste du monde n’est constitué que d’États souverains comme la Chine, la Russie ou l’ Iran ? Le nationalisme n’a rien à voir avec la souveraineté.


                                  Sinon tous les pays du monde seraient menacés par la xénophobie et le racisme.
                                  Ce sont justement les échecs de l’ UE, le chômage et les guerres de l’ OTAN provoquant des vagues migratoires, qui servent de terreau aux mouvements d’extrême-droite.

                                  Et pas la souveraineté, qui est simplement la possibilité de disposer des droits régaliens, sur la monnaie, les lois, les politiques économiques, les frontières etc.
                                  Ce sont les européistes qui font croire que souveraineté = racisme et xénophobie.

                                • julius 1ER 20 février 2015 20:47

                                  @Fifi Brind_acier

                                  Ce sont justement les échecs de l’ UE, le chômage et les guerres de l’ OTAN provoquant des vagues migratoires, qui servent de terreau aux mouvements d’extrême-droite. 

                                  Et pas la souveraineté, qui est simplement la possibilité de disposer des droits régaliens, sur la monnaie, les lois, les politiques économiques, les frontières etc. 
                                  Ce sont les européistes qui font croire que souveraineté = racisme et xénophobie.u e

                                  ma pov fifi tu es en plein délire populiste, c’est du Poujadisme pur sucre que tu nous sert avec Asselineau !!!

                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 21:25

                                  @julius 1ER
                                  Alors Chavez, à la tête d’un état indépendant et souverain, était nationaliste, raciste et xénophobe ?
                                  C’est vous qui mélangez tout et essayez de faire croire que la souveraineté, c’est le FN.

                                  Jaurès : « Patriotisme sans nationalisme ».

                                  Et puis, pour vous rappeler que ce sont les USA qui ont créé l’ UE, l’euro et l’ OTAN, et que c’est grâce à eux que nous sommes dans cette situation et en guerre : un petit discours de Chavez.


                                • doctorix doctorix 21 février 2015 00:29

                                  @Fifi Brind_acier
                                  Ah Chavez, quel bonheur de l’entendre encore !

                                  Il rappelle son ambassadeur par solidarité avec la Bolivie dont les USA ont expulsé l’ambassadeur, et déclare :
                                  « Allez vous faire foutre, yankees de merde, ici il y a un peuple digne, allez vous faire enc... cent fois !
                                  Ici il y a les enfants de Bolivar, de Gaylcaipuro, de Tupac Amaru, et nous sommes déterminés à être libres. J’accuse de tout ce qui pourrait se passer les USA, qui sont derrière toutes les conspirations contre notre peuple. De toute votre merde, yankees, ça suffit. J’espère que dans un jour proche, ce pays (les USA) aura un gouvernement qui respecte les peuples du monde. »
                                  Et la foule qui scande « C’est comme ça qu’on gouverne !!! »
                                  Eh oui, François Hollande, c’est comme ça qu’on gouverne quand on n’est pas un vendu, et ce sont ces paroles qu’on attend de vous.

                                • coinfinger 21 février 2015 18:22

                                  @Fifi Brind_acier
                                  Je vous l’accorde volontiers , nationalisme c’est tellement galvaudé , que patriotisme eut été préférable déjà et souverainiste alors encore mieux .
                                  j’hésite à l’employer cependant , il me semble que celà crée une association d’idée , pour ne pas dire une confusion avec une une autre idée , celle de peuple souverain . Et là je crains que ce ne soit abusif . En Chine , certainement pas , sauf à considérer que les intentions des dirigeants suffisent . En Russie , c’est un peu craignos quand méme , etc ...Je comprends que ces états étant cernés par un océan de liquidités faciles aient tout à craindre d’une subvertion , corruption intérieure , importée . Chez nous aussi c’est le cas , on y baigne d’ailleurs comme dans poissons dans l’eau , parce qu’au final , la corruption est largement partagée , générale , quoique de moins en moins bien . Toutefois c’est quand méme moins hard physiquement .
                                   


                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 février 2015 07:47

                                  @coinfinger
                                  « Le patriotisme, c’est aimer son pays ; le nationalisme, c’est détester le pays des autres »
                                  Les nationalistes se croient supérieurs aux autres, ils sont racistes et xénophobes.


                                  La confusion est volontairement organisée par les nationalistes eux-mêmes, qui se disent patriotes, le FN par exemple, use et abuse du terme.

                                  Et par les européistes de tous poils qui essayent de faire passer l’indépendance pour une idée d’extrême- droite. Les plus actifs sont les plus incohérents, ils sont pour un Etat Palestinien indépendant et souverain, mais pas pour une France indépendante et souveraine.
                                  Ils ne disent pas des Palestiniens qu’ils sont fachos, ni nationalistes, étonnant, non ?

                                • Jean Mohamed De La Bastille Jean Mohamed De La Bastille 20 février 2015 14:34

                                  Bonjour Mr Asselineau,


                                  Pour ma part, VGE est un clown et je pense cela depuis très longtemps...J’ai même du mal à croire qu’il ait pu être président de quoi que ce soit...

                                  Son intervention, je l’ai trouvée aussi inutile et stérile que toutes ses interventions depuis feu...Il est plus compétent en tant que diamantaire qu’en tant qu’homme politique...

                                  Son analyse sur l’Europe est comique autant que l’étais sa constitution europééenne qui a été un raté sans pareil depuis la naissance de l’Euorpe, à tel point que les bureaucrate de Bruxelle ont eu vite fait de l’enterrer et de la renommer « traité européen »...

                                  Son analyse sur la Grèce est du même accabit : d’une médiocrité sans nom. Son analyse est superficielle et simpliste car nous savons très bien que les choses ne sont pas aussi simple.

                                  Derrière l’Europe, vous le savez très bien puisque c’est un des paradigme sur lequel repose votre réflexion, il y a les Etats-Unis et en face, il y a la Russie...

                                  La sortie de la Grèce se fera nécessairement de manière conflictuelle car le risque pour les Etats-unis est voir la Russie renouveler ses ancrages en Europe de l’ESt, Europe de l’Est que l’on a invité en Europe dans le seul objectif de permettre aux Etats-Unis d’installer leur bouclier anti-missile et surtout d’encercler la Russie, dernière zone d’indépendance au monde..

                                  Alors bon, ce qu’en dit VGE...Dans quel papier a-t-il écrit cela que je me torche avec ?


                                  Je trouve cela bien dommage que vous lui accordiez tant d’importance...Fallait-il faire un article sur un politicien géronto-stupide ? Il me semble que vous nous avez servis des analyses bien plus opportunes et pertinentes...

                                  Cordialement

                                  • Jean Mohamed De La Bastille Jean Mohamed De La Bastille 20 février 2015 14:36

                                    @Jean Mohamed De La Bastille
                                    Le jour où VGE aura construit ou détruit quoi que ce soit, je veux bien qu’on me fasse signe....


                                    La seule chose qu’il a jamais détruit, c’est la démocratie comme tous ses collègues de la Veme...

                                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 15:00

                                    @Jean Mohamed De La Bastille
                                    OK, Giscard, on le sort du débat.
                                    Essayez de trouver parmi les hommes politiques de quelque bord qu’ils soient, ceux qui expliquent , à la fois :
                                    1- que l’euro est une mauvaise chose.
                                     2- qu’il faut que la Grèce en sorte pour pouvoir dévaluer sa monnaie.
                                     3- que l’euro est réversible.
                                     4- qu’il n’assure aucune protection économique & n’est pas indispensable.
                                     5- et qu’en sortir ne sera pas l’apocalypse...

                                    A ma connaissance, à part le PRCF et l’ UPR, je ne vois personne.
                                    Mais vous allez sans doute trouver...
                                    Bonne recherche !!


                                  • Tythan 20 février 2015 17:21

                                    @Fifi Brind_acier

                                    Si, il y en a d’autres : Marine Le Pen, Florian Philippot et l’ensemble des responsables politiques du FN, Nicolas Dupont-Aignan. Je n’ai pas vérifié, mais je suis près à parier que Jean-Pierre Chevènement doit être sur la même longueur d’ondes !


                                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 19:05

                                    @Tythan
                                    J’ai mis plus haut la liste des prises positions sur l’euro de tous ces Partis.
                                    Si vous aviez ouvert les liens vous auriez compris qu’ils sont comme vous, ils veulent sortir de l’euro pour créer une autre monnaie plurinationale ou des bidouillages divers genre « euro-franc », ou « franc local », ou « monnaie commune », ou« monnaie unique », chacun sa mouture.
                                    Tout en restant dans la construction européenne.


                                    Je ne sais pas dans quelle langue il faut vous expliquer que l’ UPR :
                                    ** ne veut plus de l’euro du tout DÉFINITIVEMENT, et veut revenir au Franc.
                                    ** ne veut plus du tout de la construction européenne, et veut la quitter DÉFINITIVEMENT.
                                    ** ne veut plus de l’ OTAN du tout, et en sortir DEFINITIVEMENT.

                                    Indépendance et souveraineté.
                                    On verra ensuite avec qui, dans le vaste monde, la France signera des accords de coopération...
                                    C’est plus clair ?

                                  • Tythan 20 février 2015 20:45

                                    @Fifi Brind_acier

                                    Ce que vous dites est faux, les propositions que vous indiquez ne sont absolument pas identiques. Arrêter de faire comme si mes commentaires précédents n’existent pas. 

                                    Pour ne prendre que l’exemple de DLR, nous ne souhaitons pas rester dans la construction européenne et l’alternative que nous proposons, la monnaie commune, est tout sauf un bidouillage. Nous avons élaboré cette proposition notamment avec l’aide de Jacques Sapir. C’est aussi la position de Frédéric Lordon ou Dominique Galabriol et de bien d’autres économistes.

                                    Vous écrivez ensuite ;

                                    On verra ensuite avec qui, dans le vaste monde, la France signera des accords de coopération... 

                                    Cette phrase est assez inquiétante quant à la crédibilité du projet de l’UPR... On verra !!! ça, c’est de l’anticipation !

                                    Plus sérieusement, vous dites que la France signera des accords de coopération. Or, il est évident que vous en signerez avec des pays européens. Donc, l’UPR ne souhaite pas la fin de toute construction européenne. Quelle clarté, vraiment ! 

                                    Si on en revient aux commentaires précédents, auriez-vous enfin la bonté de répondre aux arguments invoqués plus haut ? Parce que là, vos réponses ressemblent furieusement à une tentative de fuite...

                                  • Kenavo 21 février 2015 18:20

                                    @Tythan

                                    Cette phrase est assez inquiétante quant à la crédibilité du projet de l’UPR... On verra !!! ça, c’est de l’anticipation !


                                    Ah parce que vous pouvez prédire avec quel pays la France s’associera afin de mener un projet en coopération ? Chapeau bas ! 


                                    Plus sérieusement, vous dites que la France signera des accords de coopération. Or, il est évident que vous en signerez avec des pays européens. Donc, l’UPR ne souhaite pas la fin de toute construction européenne. Quelle clarté, vraiment !

                                    Hahaha, Je ne vois pas le rapport. Asselineau veut que la France sorte de l’UE, point. Si les autres décident de continuer dans l’UE, c’est leur choix ! Mais il y a fort à parier que si la France sort de l’UE, celle-ci pourrait exploser.

                                    Que la France signe des traités sur différents points ou projets avec des pays européens n’a rien à voir avec la construction européenne (= UE je vous rappelle). Ce que vous dite n’a aucun sens.

                                    Des coopérations ont été faites avant l’UE, il y en aura après.


                                  • Tythan 21 février 2015 19:46

                                    @Kenavo

                                    Ah parce que vous pouvez prédire avec quel pays la France s’associera afin de mener un projet en coopération ? Chapeau bas ! 


                                    A la différence de l’UPR, nous ne prétendons pas non plus tout savoir et tout maîtriser. Mais surtout, nous disposons d’un projet, d’une base de travail crédible et nous ne partons pas de rien.

                                    Hahaha, Je ne vois pas le rapport. Asselineau veut que la France sorte de l’UE, point.

                                      C’est là tout le problème. François Asselineau n’est pas suffisamment stupide pour s’arrêter à la sortie de l’UE. Il reconnaît que la France va devoir coopérer avec notamment ses voisins. Autrement dit, il souhaite lui aussi une nouvelle construction européenne (éventuellement élargie, si on comprend ses propos nébuleux, à l’Afrique du Nord).

                                      Le rapport est donc direct.

                                      Que la France signe des traités sur différents points ou projets avec des pays européens n’a rien à voir avec la construction européenne

                                      C’est différent, je vous l’accorde. Mais il y a un rapport, évident : c’est une autre forme de construction européenne.

                                      Des coopérations ont été faites avant l’UE, il y en aura après.

                                      Justement, c’est ce que propose Nicolas Dupont-Aignan. Pourquoi François Asselineau le critique-t-il alors ?

                                      En fait, quand je vous lis, je comprends que nous sommes exactement sur la même longueur d’onde. Vous souhaitez, tout comme moi, une Europe des projets, de la coopération, à la carte. Soit exactement ce que propose Nicolas Dupont-Aignan.

                                      Il est dommage que François Asselineau et quelques supporters bornés de l’UPR s’acharnent à nier ces convergences évidentes pour diviser.


                                    • Kenavo 21 février 2015 20:38

                                      @Tythan

                                      A la différence de l’UPR, nous ne prétendons pas non plus tout savoir et tout maîtriser. Mais surtout, nous disposons d’un projet, d’une base de travail crédible et nous ne partons pas de rien.


                                      Exactement comme Asselineau, donc.

                                      C’est là tout le problème. François Asselineau n’est pas suffisamment stupide pour s’arrêter à la sortie de l’UE. Il reconnaît que la France va devoir coopérer avec notamment ses voisins. Autrement dit, il souhaite lui aussi une nouvelle construction européenne (éventuellement élargie, si on comprend ses propos nébuleux, à l’Afrique du Nord).

                                      Évidemment que la sortie de l’UE n’est pas une fin, on est d’accord là-dessus. En revanche, il n’y a aucun rapport avec une construction européenne dans le projet d’Asselineau. Il y aurait une autre construction européenne s’il y avait formation d’une entité/institution/comme-vous-voulez qui chapeauterait le projet. Là il s’agit de coopération entre pays et non pas la création d’un truc supra-national. Donc aucune sorte de construction européenne

                                      Quand la France coopère avec le Japon, on a pas de « construction Franco-Japonaise » à ce que je sache.

                                      Par contre, pour être clair, quand vous dites « Europe » ça signifie UE ou continent ? Parce que ça change tout le propos. Ou alors on a pas la même définition de construction européenne.


                                      C’est différent, je vous l’accorde. Mais il y a un rapport, évident : c’est une autre forme de construction européenne.

                                      Non. Encore une fois, si la France coopère avec, par exemple, avec l’Allemagne, l’Italie et la Finlande (au hasard hein), ça ne fait pas une construction européenne


                                      Justement, c’est ce que propose Nicolas Dupont-Aignan. Pourquoi François Asselineau le critique-t-il alors ?

                                      Il le critique sur d’autres points, vous le savez.

                                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 février 2015 08:09

                                      @Kenavo
                                      Tythan est un européiste inculte, il n’a jamais lu les Traités européens. Il confond des Traités de soumission et de fin de souveraineté des Etats, avec des accords de coopération.


                                      Les BRICS n’ont jamais signé des accords qui suppriment les droits régaliens d’aucun d’entre eux.
                                      Petit détour par l’Organisation de coopération de Shanghai.

                                    • Tythan 22 février 2015 12:31

                                      @Kenavo


                                      Si vous aviez un tant soit peu lu les différentes « productions » de l’UPR, vous pourrez-y constater une morgue et un ton de donneur de leçons d’autant plus insupportable que lorsqu’il critique les autres partis qui ont le malheur de ne pas penser comme lui, François Asselineau se prend régulièrement les pieds dans le tapis en racontant n’importe quoi.

                                      Par ailleurs, après avoir visionné la conférence de François Asselineau sur « le jour d’après », je maintiens mon propos : François Asselineau n’a pas d’autres projets que de sortir de l’UE, il n’a donc aucune base de travail crédible.

                                      C’est d’ailleurs logique, puisque François Asselineau prétend que l’UPR est un mouvement au dessus des clivages qui n’a pour seul but que de quitter l’UE. Cette position est en soi tout à fait respectable, mais vous ne pouvez pas dans le même temps prétendre que l’UPR défend un projet...

                                      Évidemment que la sortie de l’UE n’est pas une fin, on est d’accord là-dessus.

                                      Là vous allez avoir un problème mon gars, parce que vous n’êtes pas dans la ligne de l’UPR pour qui la sortie de l’UE est une fin en soi...

                                      En revanche, il n’y a aucun rapport avec une construction européenne dans le projet d’Asselineau. Il y aurait une autre construction européenne s’il y avait formation d’une entité/institution/comme-vous-voulez qui chapeauterait le projet. Là il s’agit de coopération entre pays et non pas la création d’un truc supra-national.

                                      Oui mais coopérer avec un ou plusieurs pays, c’est créer un « truc » supranational, l’accord de coopération en lui-même qui est intrinséquement « supranational » (autrement il n’y a pas d’accord).

                                      Quand la France coopère avec le Japon, on a pas de « construction Franco-Japonaise » à ce que je sache.

                                      Que cela n’ait rien à voir avec la construction européenne telle qu’elle est aujourd’hui pratiquée est une évidence. Mais c’est une construction franco-japonaise. Autrement, qu’est ce que ce serait ? Par définition, une coopération est une construction humaine...

                                      On voit bien que vous avez l’esprit totalement retourné par le catéchisme de l’UPR dont vous n’arrivez pas à sortir. Exercez votre esprit critique bon sang !!

                                      Il(FA) le (NDA) critique sur d’autres points, vous le savez.

                                      Cela, je le sais bien puisqu’il suffit que NDA prenne position sur un sujet pour que François Asselineau, dans un réflexe pavlovien, prenne une position inverse et le critique.

                                      Toutefois il est un fait difficilement contestable : NDA propose l’instauration d’une Europe de la coopération, des projets (cf. liens ailleurs dans ce fil). François Asselineau le critique pour cela, alors pourtant qu’il propose lui aussi des coopérations.

                                      Pourquoi donc fait-il cela ? La raison en est simple : François Asselineau cherche tous les prétextes possibles pour attaquer Nicolas Dupont-Aignan, pour diviser au lieu de rassembler.


                                    • Gauche Normale Gauche Normale 22 février 2015 12:42

                                      @Fifi Brind_acier
                                      Je crois savoir la raison de la pirouette de Tythan : son parti propose une « Autre Europe » et comme c’est une mascarade, il veut masquer/justifier cette mascarade en accusant les autres d’en faire autant. Dans la pratique, ça donne : « mon parti est un leurre qui veut modifier l’UE sans jamais en sortir mais Asselineau veut faire pareil, donc vous voyez qu’on a raison ». Et il fait cela au moyen d’une confusion (volontaire ?) qui trahit sa totale ignorance que vous et Kenavo avez justement rappelée.


                                      Eh bien non : que DLR soit un leurre, c’est son problème, mais qu’il n’essaie pas de mouiller les autres au passage !

                                    • Tythan 22 février 2015 12:47

                                      @Fifi Brind_acier

                                      Le ton que vous employez avec moi est absolument inacceptable. Il montre à quel point vous êtes incapable de débattre sereinement sans tomber dans l’insulte. 

                                      Tythan est un européiste,

                                      Le terme d’européiste n’est pas une insulte, mais enfin depuis le temps que vous débattez avec moi, si vous aviez un minimum d’honnêteté intellectuelle, vous devriez reconnaître que je ne suis en rien « européiste ». Militant au sein de Debout la France, j’ai toujours combattu les dogmes européistes. Je suis eurosceptique et non européiste. 

                                      Et d’ailleurs, je remarque en passant que vous vous sentez obliger d’essentialiser les personnes, en disant « un tel est un européiste » alors qu’en fait il ne s’agit que d’un qualificatif. Arrêter de réduire la personnalité des gens. 

                                      inculte, il n’a jamais lu les Traités européens.

                                      Moi je veux bien tout entendre, mais il se trouve que ce n’est pas moi qui ait confondu commission et conseil européen sous ce fil.

                                      Il se trouve que si, j’ai lu les traités européens et rien d’ailleurs dans ce que j’ai pu écrire n’a pu vous indiquer que ce ne serait pas le cas quand beaucoup, dans vos commentaires, témoigne d’une méconnaissance des principes les plus élémentaires du droit européen.

                                      Ce que vous devez comprendre, c’est qu’il vous faut arrêter de lire les traités européens avec le prisme de lecture apporté par le catéchisme asselinien qui vous tient lieu de système de pensée.

                                      Pensez par vous-même bon sang !!

                                      Les BRICS n’ont jamais signé des accords qui suppriment les droits régaliens d’aucun d’entre eux. 

                                      Tout dépend de ce que l’on considère comme un droit régalien ou pas.

                                      Ce qui est certain, c’est que les BRICS sont entrés dans des organisation économiques internationales ayant parfois engendré une intégration très poussée même si elle n’est pas aussi forte qu’entre les pays de l’UE. L’exemple du Mercosur est l’un des plus parlants.


                                      Article nébuleux et n’ayant rien à voir avec le schmilblik.

                                    • Kenavo 22 février 2015 13:37

                                      @Tythan


                                      Si vous aviez un tant soit peu lu les différentes « productions » de l’UPR, vous pourrez-y constater une morgue et un ton de donneur de leçons d’autant plus insupportable que lorsqu’il critique les autres partis qui ont le malheur de ne pas penser comme lui, François Asselineau se prend régulièrement les pieds dans le tapis en racontant n’importe quoi.

                                      Comme je l’ai dit, c’est la grille de lecture de l’UPR.

                                      Par ailleurs, après avoir visionné la conférence de François Asselineau sur « le jour d’après », je maintiens mon propos : François Asselineau n’a pas d’autres projets que de sortir de l’UE, il n’a donc aucune base de travail crédible.

                                      Vous dites l’avoir vu mais vu vos propos concernant le fait que l’UPR considèrerait la sortie de l’UE et l’€ comme une fin, je suis extrêmement dubitatif. Il est effet clairement dit dans cette conférence que ce n’était pas une fin.

                                      C’est d’ailleurs logique, puisque François Asselineau prétend que l’UPR est un mouvement au dessus des clivages qui n’a pour seul but que de quitter l’UE. Cette position est en soi tout à fait respectable, mais vous ne pouvez pas dans le même temps prétendre que l’UPR défend un projet...

                                      Il y a un programme donc un projet pour l’après sortie de l’UE et l’€.

                                      Là vous allez avoir un problème mon gars, parce que vous n’êtes pas dans la ligne de l’UPR pour qui la sortie de l’UE est une fin en soi...

                                      Là vous vous discréditez complètement mon gars, parce que Asselineau et d’autres personnalités de l’UPR ont clairement dit que la sortie de l’UE et l’€ n’étaient qu’un prérequis nécessaire mais non suffisant pour changer les choses (donc pas une fin mais un moyen). Vous ne savez clairement pas de quoi vous parlez.


                                      Oui mais coopérer avec un ou plusieurs pays, c’est créer un « truc » supranational, l’accord de coopération en lui-même qui est intrinséquement « supranational » (autrement il n’y a pas d’accord).

                                      J’avoue que c’est assez fatiguant de répéter la même chose. Coopérer avec d’autres pays c’est créer un truc INTERnational et non pas SUPRA-national. Il n’y a pas un truc au-dessus des pays mais entre les pays.

                                      Que cela n’ait rien à voir avec la construction européenne telle qu’elle est aujourd’hui pratiquée est une évidence. Mais c’est une construction franco-japonaise. Autrement, qu’est ce que ce serait ? Par définition, une coopération est une construction humaine...


                                      Ok, je comprends mieux. Vous jouez sur les mots. Vous devriez savoir que « construction européenne » signifie UE donc non il n’y a pas de construction franco-japonaise selon ce sens.

                                      Après il est évident que le produit final (par exemple une voiture) impliquant la France et le Japon, est une construction franco-japonaise. Mais il n’y a rien de similaire à l’UE.


                                      On voit bien que vous avez l’esprit totalement retourné par le catéchisme de l’UPR dont vous n’arrivez pas à sortir. Exercez votre esprit critique bon sang !!


                                      Bla bla bla. C’est toujours les autres qui ont « l’esprit retourné » et vous n’avez jamais tors, on a compris. Mon esprit critique fonctionne très bien mais merci du conseil.


                                      Toutefois il est un fait difficilement contestable : NDA propose l’instauration d’une Europe de la coopération, des projets (cf. liens ailleurs dans ce fil). François Asselineau le critique pour cela, alors pourtant qu’il propose lui aussi des coopérations.

                                      Sachant que le mot « Europe » désigne le plus souvent l’UE, Asselineau critique NDA sur le fait qu’il ne veuille pas sortir de l’UE mais la modifier. Il me semble d’ailleurs avoir vu une vidéo où NDA disait clairement qu’il ne voulait pas sortir de l’UE.

                                      Pourquoi donc fait-il cela ? La raison en est simple : François Asselineau cherche tous les prétextes possibles pour attaquer Nicolas Dupont-Aignan, pour diviser au lieu de rassembler.

                                      Conclusion péremptoire basée non pas sur des certitudes mais des suppositions. Vous avez le droit de penser cela mais vous ne pouvez pas dire que c’est la seule conclusion valide.

                                    • Kenavo 22 février 2015 15:30

                                      @Kenavo

                                      Petite précision : Je viens de me rendre compte que certaines citations n’étaient pas en italique et pourraient faire croire que ce sont mes propos :


                                      Par ailleurs, après avoir visionné la conférence de François Asselineau sur « le jour d’après », je maintiens mon propos : François Asselineau n’a pas d’autres projets que de sortir de l’UE, il n’a donc aucune base de travail crédible.

                                      et

                                      C’est d’ailleurs logique, puisque François Asselineau prétend que l’UPR est un mouvement au dessus des clivages qui n’a pour seul but que de quitter l’UE. Cette position est en soi tout à fait respectable, mais vous ne pouvez pas dans le même temps prétendre que l’UPR défend un projet...

                                    • Tythan 22 février 2015 16:24

                                      @ Gauche Normale

                                      Je crois savoir la raison de la pirouette de Tythan : son parti propose une « Autre Europe » et comme c’est une mascarade,

                                      Eh bien non : que DLR soit un leurre, c’est son problème, mais qu’il n’essaie pas de mouiller les autres au passage !

                                      On voit bien là la mauvaise foi des partisans de François Asselineau, qui postulent que ce que proposent les autres partis est « une mascarade »... Quel mépris, quel fatuité et quelle ******ie.

                                      il veut masquer/justifier cette mascarade en accusant les autres d’en faire autant.

                                      Je ne cherche pas à masquer quoi que ce soit. J’aimerais simplement que les électeurs de l’UPR comprennent qu’ils ont une position en fait très proche de celle de DLF puisqu’ils souhaitent instaurer des coopérations entre les pays européens. 

                                       Et il fait cela au moyen d’une confusion (volontaire ?) qui trahit sa totale ignorance que vous et Kenavo avez justement rappelée.

                                      Et de quelle ignorance parlez-vous ? 

                                    • Tythan 22 février 2015 16:38

                                      @Kenavo

                                      Pour justifier les papiers aggressifs et factuellement faux de l’UPR, vous écrivez « Comme je l’ai dit, c’est la grille de lecture de l’UPR. »

                                        On ne va pas se mettre d’accord sur leur pertinence ou non. Mais êtes-vous au moins capable de reconnaître que ses papiers sont aggressifs ? Ce serait déjà un bon début !

                                        Vous dites l’avoir vu mais vu vos propos concernant le fait que l’UPR considèrerait la sortie de l’UE et l’€ comme une fin, je suis extrêmement dubitatif. Il est effet clairement dit dans cette conférence que ce n’était pas une fin.

                                          C’est tellement soporifique qu’effectivement, il se peut que mon attention ait sautée. Mais ce n’est pas parce que François Asselineau aurait démenti considérer la sortie de l’UE comme une fin en soi qu’il aurait raison. Et c’est d’ailleurs une position passablement contradictoire puisque François Asselineau rappelle souvent que l’UPR a été fondée comme un mouvement transitoire ayant pour but de rassembler les Français dans l’objectif de sortir de l’UE...

                                          Bref, l’UPR dans son ensemble est contradictoire sur ce sujet et je vois mal en quoi je pourrais m’être « discrédité » en pointant cette évidence.

                                          Ok, je comprends mieux. Vous jouez sur les mots. Vous devriez savoir que « construction européenne » signifie UE donc non il n’y a pas de construction franco-japonaise selon ce sens. 

                                          Après il est évident que le produit final (par exemple une voiture) impliquant la France et le Japon, est une construction franco-japonaise. Mais il n’y a rien de similaire à l’UE.


                                          Je comprends qu’enfin vous êtes d’accord avec ce que je me tue à vous expliquer. Jene joue absolument pas sur les mots, je les emploie dans leur signification usuelle (et j’ai d’ailleurs employé le terme de construction européenne dans l’acceptation que vous avez citée).

                                          Ce que je comprends de votre position, c’est que vous refusez toute instance supra-nationale... Ok, mais dans ce cas il faut également que la France sorte de l’ONU (avec le secrétariat général), du Conseil de l’Europe (avec notamment la CEDH)...

                                          Sachant que le mot « Europe » désigne le plus souvent l’UE, Asselineau critique NDA sur le fait qu’il ne veuille pas sortir de l’UE mais la modifier. Il me semble d’ailleurs avoir vu une vidéo où NDA disait clairement qu’il ne voulait pas sortir de l’UE.

                                              Et c’est là où François Asselineau est malhonnête, puisque NDA a toujours dit qu’il voulait clairement sortir de la logique actuelle de la construction européenne, mais pour fonder un autre type de construction européenne, basée sur la coopération (soit un objectif proche de ce que souhaite Asselineau). 

                                              C’est bien François Asselineau qui joue sur les mots et essaye de jeter la confusion là où il ne devrait pas y en avoir !!

                                              Conclusion péremptoire basée non pas sur des certitudes mais des suppositions. Vous avez le droit de penser cela mais vous ne pouvez pas dire que c’est la seule conclusion valide.

                                              Be my guest : pourquoi François Asselineau attaque-t-il en priorité Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen et l’ensemble des eurosceptiques en général si ce n’est pas pure jalousie ?

                                            • Kenavo 22 février 2015 17:40

                                              @Tythan

                                              On ne va pas se mettre d’accord sur leur pertinence ou non. Mais êtes-vous au moins capable de reconnaître que ses papiers sont aggressifs ? Ce serait déjà un bon début !


                                              Je ne suis pas sûr que agressif soit le terme à employer mais je suis à peu près d’accord avec vous sur l’idée générale

                                              [...] ce n’est pas parce que François Asselineau aurait démenti considérer la sortie de l’UE comme une fin en soi qu’il aurait raison. Et c’est d’ailleurs une position passablement contradictoire puisque François Asselineau rappelle souvent que l’UPR a été fondée comme un mouvement transitoire ayant pour but de rassembler les Français dans l’objectif de sortir de l’UE...Bref, l’UPR dans son ensemble est contradictoire sur ce sujet et je vois mal en quoi je pourrais m’être « discrédité » en pointant cette évidence.

                                              Il n’y a pas de contradiction. En effet, ce qui montre que ce n’est pas une fin est inclus dans vos « ... » où on trouve « pour rétablir la démocratie etc... ». Le « pour » montre que la sortie de tout ça à un but et permet de faire quelque chose. Mais évidemment, vous n’avez pas mis la suite :D

                                              Je comprends qu’enfin vous êtes d’accord avec ce que je me tue à vous expliquer. Jene joue absolument pas sur les mots, je les emploie dans leur signification usuelle (et j’ai d’ailleurs employé le terme de construction européenne dans l’acceptation que vous avez citée).Ce que je comprends de votre position, c’est que vous refusez toute instance supra-nationale... Ok, mais dans ce cas il faut également que la France sorte de l’ONU (avec le secrétariat général), du Conseil de l’Europe (avec notamment la CEDH)...

                                              On est d’accord si vous arrêtez de dire qu’une coopération internationale est une construction supra-nationale.

                                              Non, je ne suis pas contre toute instance supra-nationale stricto sensu mais contre toute instance supra-nationale qui confisquerait la souveraineté d’un pays et viendrait lui dire ce qu’il doit faire. Aujourd’hui c’est l’UE. Si demain c’est une autre chose, je serai aussi contre.

                                              Et c’est là où François Asselineau est malhonnête, puisque NDA a toujours dit qu’il voulait clairement sortir de la logique actuelle de la construction européenne, mais pour fonder un autre type de construction européenne, basée sur la coopération (soit un objectif proche de ce que souhaite Asselineau).

                                              Je ne sais pas si on peut dire que FA est malhonnête. Pour cela il faudrait montrer qu’il sait que ce n’est pas vrai mais qu’il le dit quand même. En revanche, vous pouvez dire qu’il se trompe. Je pense que FA pense que ce qu’il dit est juste.

                                              Pouvez-vous m’expliquer clairement ce que signifie « sortir de la logique actuelle de la construction européenne » ? Vous sortez de l’UE oui/non ? Parce que sortir de la logique actuelle de l’UE peut aussi vouloir dire « on garde l’UE mais on réoriente sa politique générale en la basant sur des coopérations internationales »

                                              Autre éclaircissement : vous voulez former un autre type de construction européenne donc instance supra-nationale ?

                                              Votre message n’est donc pas si clair que ça finalement :D


                                              Be my guest : pourquoi François Asselineau attaque-t-il en priorité Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen et l’ensemble des eurosceptiques en général si ce n’est pas pure jalousie ?

                                              Vous répondez vous même à votre question en concluant que ce serait par jalousie de façon a ce que ce soit la seule réponse logique. Il ne sert donc a rien que je réponde puisque vous n’en tiendrez pas compte.


                                            • GrandGuignol GrandGuignol 22 février 2015 18:46

                                              @Tythan

                                              "Be my guest : pourquoi François Asselineau attaque-t-il en priorité Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen et l’ensemble des eurosceptiques en général si ce n’est pas pure jalousie ?"

                                              La jalousie est un vilain défaut, encore faut il avoir une raison d’être jaloux....

                                              François Asselineau serait jaloux de qui ? de quoi ?

                                              Il dénonce simplement tous ces partis qui jouent au même jeu de l’UE, qui sont donc plus ou moins de connivence pour ne rien changer en profondeur et continuer dans une UE dictatoriale où la démocratie n’est qu’une illusion.

                                              Jaloux de quoi ? de ne pas participer à cette mascarade ? de vouloir redonner au peuple le choix de sa politique ? de n’être pas invité dans les médias qui encense ce système dictatorial ?

                                              Les positions de l’UPR sont claires et nettes :
                                              1/ on sort de l’UE par l’article 50 du TUE, de l’euro et de l’OTAN pour retrouver notre autonomie politique et ne pas se laisser entrainer dans des guerres voulues par les USA.

                                              2/Appliquer une politique dont le programme est inspiré du CNR et qui prévoit entre autres la renationalisation des services publics et nombre d’autres propositions favorables au peuple plutôt qu’aux oligarques.

                                              3/ Par le biais de débats et de referendums d’initiatives populaires permettre au peuple de choisir la politique qu’il souhaite, mais aussi de débattre des sujets clivant qui divisent notre société
                                              entres autres...

                                              Si FA souligne les incohérences des autres partis qui ne propose que des solutions confuses d’une manière quelque peu agressive, c’est qu’il est offusqué du manque de clarté de leurs propos et de la ligne politique de leur partis, c’est aussi surement par ce que ceux ci propose des solutions irréalisables dans l’espace de l’UE, et c’est aussi peut être par ce qu’aucun de ces partis ne propose clairement de sortir de lUE par l’article 50 du TUE...Ce qui les rends peu crédibles et peut donner à penser qu’il jouent donc le jeu du système.

                                              Une évidence s’impose : l’UE telle quelle est est une prison pour les peuples, détruisant leur identités, leurs choix politiques, leurs institutions, leurs cultures dans un mixer qui voudrait tous nous unifier dans le même moule de l’austérité et de la misère croissante....

                                              Et il y a de quoi être révolté !


                                            • Gauche Normale Gauche Normale 22 février 2015 19:37

                                              @Tythan

                                              Vous, quand vous avez une bêtise incrustée dans le crâne, vous ne l’avez pas ailleurs : on vous a expliqué x fois que la « construction européenne », c’est ce truc lancé par les USA sur 28 pays d’Europe qui consiste à les attacher les uns aux autres pur qu’ils ne puissent plus décider de rien. Les États ne maîtrisent plus leur monnaie, ni leur agriculture, ni leur industrie, ni leur politique diplomatique/militaire... Quand nous sortirons de cette machine par l’article 50, les centaines d’accords bilatéraux signés par la France avec d’autres États européens (qui n’ont rien à voir avec l’UE) ne seront nullement remis en cause. Belle preuve au passage, que, contrairement à ce que disent les européistes, il n’y a absolument pas besoin de se pacser ou de s’enchaîner avec 27 autres États comme on le fait actuellement (c’est-à-dire, en renonçant au droit régaliens cités plus haut dans ma liste non exhaustive) pour coopérer. C’est dire à quel point, la coopération peut très bien se passer de toute « construction européenne ». C’est le credo de l’UPR (et le mien). La sortie de l’UE n’empêchera pas de signer de nouveaux accords billlatéraux avec des pays d’Europe et il n’y pas besoin de lui ôter ses droits régaliens pour cela. Si vous ne comprenez pas la différence, je ne peux rien pour vous. Comme le dit à juste titre Kenavo, vous jouez à fond sur les mots. Mais ça ne marche pas.

                                              " On voit bien là la mauvaise foi des partisans de François Asselineau, qui postulent que ce que proposent les autres partis est « une mascarade »... Quel mépris, quel fatuité et quelle ******ie. »
                                              Oh, le pauvre petit chou qui, lui, n’a jamais qualifié dans ses posts la prose de l’UPR de « catéchisme » ! En plus d’être méprisant, vous vous permettez un mépris que je ne permets pas avec d’autres : j’ai beau ne pas approuver du tout la prose de DLR, je n’en suis pas à la traiter de « catéchisme ». Et oui, faire une « Autre Europe », c’est une mascarade, un mensonge, une arnaque, une duperie, car NDA ne peut pas ne pas savoir qu’il est impossible de changer une seule virgule des traités sans l’unanimité des 28.

                                              Quant à la « position très proche » : l’UPR veut sortir de l’UE unilatéralement et l’écrit dans ses affiches, tracts profession de foi et programme, pas DLR. L’UPR veut coopérer avec les pays du monde entier, DLR veut rester dans l’UE dans l’espoir vain de la changer. Sentez la différence.


                                            • Tythan 23 février 2015 11:20

                                              @GrandGuignol

                                              Il dénonce simplement tous ces partis qui jouent au même jeu de l’UE, qui sont donc plus ou moins de connivence pour ne rien changer en profondeur et continuer dans une UE dictatoriale où la démocratie n’est qu’une illusion.

                                              Je veux bien tout entendre, mais écrire qu’il y aurait une connivence entre l’UE et DLF et l’UE, ou plus encore entre l’UE et le FN, traité en pestiféré par les institutions européennes ne correspond pas à la réalité.

                                              Par ailleurs, il est ridicule de qualifier l’UE de dictatoriale. Les mots ont un sens et comme je le dis souvent, il y a des coups de pied au cul vers la Corée du Nord qui se perdent !

                                              Jaloux de quoi ? de ne pas participer à cette mascarade ? de vouloir redonner au peuple le choix de sa politique ?

                                              De quelle mascarade parlez-vous ? Celle des élections ? Vous ne feriez pas un très beau démocrate.

                                              de n’être pas invité dans les médias qui encense ce système dictatorial ?

                                              Encore une fois, ce reproche est infondé : François Asselineau est passé sur France 2 (20h et invité d’On n’est pas couché), F3 (Ce soir ou jamais), de nombreuses radios nationales... Il est faut de dire qu’il n’est pas invité.

                                              En revanche, il y a une chose de sûre : François Asselineau est frustré de ne pas être autant invité qu’il le voudrait. La seule chose, c’est qu’il est invité à l’aune de son audience électorale, qui reste très faible.

                                              Les positions de l’UPR sont claires et nettes :

                                              Et ça, c’est une affirmation de votre part hautement contestable. Quelles coopération l’UPR est-elle prête à accepter avec les autres pays européens ? Par exemple, quid de la zone de libre échange entre les pays de l’UE ? De la norme CE ? L’UPR est-elle un parti a-politique ou défend-elle un programme politique ? Son seul objectif est-il de sortir de l’UE ou de mener une politique ? On pourrait multiplier ces interrogations...

                                              1/ on sort de l’UE par l’article 50 du TUE, de l’euro et de l’OTAN pour retrouver notre autonomie politique et ne pas se laisser entrainer dans des guerres voulues par les USA.

                                              Objectifs en soi tout à fait respectable mais il y a une justification que vous avancez qui est fausse : l’OTAN est une alliance défensive, aucun pays ne peut être entraîné dans une guerre agressive.

                                              2/Appliquer une politique dont le programme est inspiré du CNR et qui prévoit entre autres la renationalisation des services publics et nombre d’autres propositions favorables au peuple plutôt qu’aux oligarques.

                                              L’UPR n’a absolument aucun titre, aucune histoire lui permettant de revendiquer l’héritage du CNR. Héritage qui date un peu, soit dit en passant et n’est tout de même pas un signe de modernité. Qu’y a t-il de comparable entra 1944 et aujourd’hui ?

                                              Par ailleurs, les options que vous proposez, nationalisations et « autres propositions favorables au peuple plutôt qu’aux oligarques » sont tout à fait clivantes et en contradiction avec la volonté affichée d’apolitisme de l’UPR.

                                              3/ Par le biais de débats et de referendums d’initiatives populaires permettre au peuple de choisir la politique qu’il souhaite, mais aussi de débattre des sujets clivant qui divisent notre société

                                              Bref, votre 2/ est en totale contradiction avec le 3/ et illustre si besoin est l’amateurisme de François Asselineau : dès qu’un sujet le gêne, il le qualifie de clivant et ne se prononce pas...

                                              Si FA souligne les incohérences des autres partis qui ne propose que des solutions confuses d’une manière quelque peu agressive,c’est qu’il est offusqué du manque de clarté de leurs propos et de la ligne politique de leur partis

                                              Le problème, c’est que presque systématiquement, les incohérencessoulignées n’existe que dans l’esprit de François Asselineau, ce qui rend leur côté agressif d’autant plus insupportable.

                                              c’est aussi surement par ce que ceux ci propose des solutions irréalisables dans l’espace de l’UE,

                                              Comme vous, je crois par exemple que les promesses de la gauche de modifier le cadre européen et atténuer l’aspect « libéral » de l’UE sont naïves et n’ont que très peu de chances de se traduire en réalité même si Jean-Luc Mélenchon arrivait au pouvoir. Pour autant, cela ne veut pas dire que les solutions qu’il préconise soient irréalisables dans le sens d’impossible. Le but des partis politiques, c’est de proposer un idéal, un objectif, et de tendre vers ce dernier, pas forcément de l’atteindre.

                                              et c’est aussi peut être par ce qu’aucun de ces partis ne propose clairement de sortir de lUE par l’article 50 du TUE

                                              A DLF, ce qui nous importe, c’est de sortir de la construction européenne telle qu’elle se construit. Si cela passe par la sortie de l’UE en utilisant l’article 50, pourquoi pas, et Nicolas Dupont-Aignan l’a clairement indiqué. Or, François Asselineau continue de lui chercher des poux dans la tête...

                                              Ce qui les rends peu crédibles et peut donner à penser qu’il jouent donc le jeu du système.

                                              Donc si je résume, soit on est à 100% d’accord avec François Asselineau, soit on fait le jeu du système ? François Asselineau est le seul homme politique crédible et tous les autres sont des branquignoles ? Vous ne trouvez pas ça un peu mégalo non ?

                                              Une évidence s’impose : l’UE telle quelle est est une prison pour les peuples, détruisant leur identités, leurs choix politiques, leurs institutions, leurs cultures dans un mixer qui voudrait tous nous unifier dans le même moule de l’austérité et de la misère croissante....

                                              Il y a un fond de vrai dans ce que vous dites, même si pour moi votre expression est tout à fait exagérée. L’UE ne fonctionne pas et ses résultats actuels sont catastrophiques effectivement. Mais enfin il est faux de dire que l’UE, en tant que telle, souhaite l’austérité et la misère croissante...

                                              Et il y a de quoi être révolté !

                                              De cela, nous sommes bien d’accord. Mais pourquoi cette révolte se transforme-t-elle, chez les militants de l’UPR, en une aggression à l’encontre de ceux qui combattent l’UE telle qu’elle se construit actuellement ?


                                            • Tythan 23 février 2015 11:22

                                              @Fifi Brind_acier

                                              Donc tous les autres partis sont des abrutis et seule l’UPR détient la vérité ?

                                              Vous êtes ridicule, permettez-moi de vous le dire. Sortez de votre catéchisme mal assimilé et exercez votre esprit critique !!


                                            • GrandGuignol GrandGuignol 23 février 2015 11:58

                                              @Tythan

                                              Vous avez l’art et la manière de tout mélanger un peu comme un cuisinier raté qui mélange la chèvre et le choux ( quoique c’est peut être bon...).

                                              Je ne vais pas répondre à toutes vos remarques qui ne me paraissent pas justifiées,mais simplement si vous ne voyez pas la dictature européenne, il est inutile de ébattre plus avant.
                                              Montrez moi donc la démocratie Européenne, ainsi que celle des peuples qui la compose.


                                            • Tythan 23 février 2015 12:12

                                              @Gauche Normale

                                              Vous, quand vous avez une bêtise incrustée dans le crâne

                                              Je serais curieux de voir de quelle bêtise vous parlez. J’ai beau me relire, je ne vois pas à quoi vous pourriez faire référence dans mes propos. Après, je ne suis pas parfait bien sûr, mais sous ce fil, vraiment je ne vois pas...

                                              on vous a expliqué x fois que la « construction européenne », c’est ce truc lancé par les USA sur 28 pays d’Europe qui consiste à les attacher les uns aux autres pur qu’ils ne puissent plus décider de rien.

                                              Votre proposition est d’autant plus ridicule que vous lancez dans la même phrase une énormité complotiste... Que les USA aient favorisés la construction européenne depuis ses débuts est une évidence, mais réduire la construction européenne à cela est ahurissant de bêtise. Vous feriez mieux de lire n’importe quel manuel d’histoire contemporaine plutôt que de vous abreuver des analyses naïves, simplistes et fausses de l’UPR.

                                              Les États ne maîtrisent plus leur monnaie, ni leur agriculture, ni leur industrie, ni leur politique diplomatique/militaire...

                                              Vrai pour la monnaie (mais cela a été démocratiquement accepté, en France par le référendum sur Maastricht de 1995), plutôt vrai sur l’agriculture, même si les Etats ont conservés des marges de manoeuvre, plutôt faux s’agissant de l’industrie (les marges de manoeuvre restent très importantes dans les faits, cf. sauvetage d’Alstom par Sarkozy et démantèlement sous Hollande), faux pour la politique diplomatique et encore plus militaire.

                                              Quand nous sortirons de cette machine par l’article 50, les centaines d’accords bilatéraux signés par la France avec d’autres États européens (qui n’ont rien à voir avec l’UE) ne seront nullement remis en cause.

                                              Ce que vous dites est vrai, mais le problème c’est que tous les accords patronnés par l’UE tomberont... Et ce n’est pas rien, ce sont eux les plus importants économiquement. Pour ne prendre qu’un exemple, la France sortira de la zone de libre échange interne à l’UE, quid de la norme CE, quid des projets de recherches organisés par l’UE...

                                              Belle preuve au passage, que, contrairement à ce que disent les européistes, il n’y a absolument pas besoin de se pacser ou de s’enchaîner avec 27 autres États comme on le fait actuellement (c’est-à-dire, en renonçant au droit régaliens cités plus haut dans ma liste non exhaustive) pour coopérer.

                                              Preuve que vous n’avez pas apporté, je suis désolé de le constater. Surtout qu’en plus vous vous trompez : il est nécessaire de s’enchaîner avec d’autres Etats par des accords de coopération, sans quoi ces derniers n’auront aucune valeur. Après, et là vous avez raison, il est possible de limiter le plus possible les atteintes aux droits régaliens de chaque Etat, ce que la construction européenne ne fait pas aujourd’hui.

                                              A vous lire, j’ai un peu l’impression que, comme tous les militants de l’UPR que j’ai croisé jusqu’ici, vous êtes adepte de la pensée magique : on sort de l’UE et ensuite on pourra coopérer facilement... Le problème, c’est que c’est tout sauf simple, et que les dérives actuelles de l’UE sont largement dues à cette complexité.

                                              La sortie de l’UE n’empêchera pas de signer de nouveaux accords billlatéraux avec des pays d’Europe et il n’y pas besoin de lui ôter ses droits régaliens pour cela.

                                              Le terme de « régalien » (qui désigne le coeur des compétences des Etats, à savoir Police, Justice, Diplomatie) est mal choisi dans votre phrase.

                                              Encore une fois, la signature d’un accord de coopération enlève forcément des droits aux Etats, même si des clauses de sauvegardes sont possibles. Pour prendre un exemple, si la France et la Suède s’accordent pour produire le nouveau Rafale/Grippen, chacun des deux pays devra faire des concessions et accepter un partage de technologie. Pour en prendre d’autres, si la France entre dans une zone de libre échange avec d’autres pays, elle devra accepter de négocier ses barrières externes, si elle entre dans la norme CE, elle devra faire des compromis, si elle signe un accord de coopération judiciaire, elle devra extrader un tel condamné par tel autre pays etc. On peut multiplier à l’infini.

                                              Tous le problèmes vient des limites à cette coopération, les clauses de sauvegardes à mettre en place, les droits fondamentaux sur lesquels chaque Etat n’acceptera pas de mettre en commun sa compétence.

                                              Si vous ne comprenez pas la différence, je ne peux rien pour vous. Comme le dit à juste titre Kenavo, vous jouez à fond sur les mots. Mais ça ne marche pas.

                                              Soyez honnête deux minutes et relisez le fil : vous pourrez y constater que je ne joue absolument pas sur les mots, et c’est au contraire moi qui restitue aux mots leur sens, corrigeant vos erreurs (et on voit un exemple dans votre commentaire ci dessus avec « régalien », ou avec la confusion monnaie commune - monnaie unique).

                                              Oh, le pauvre petit chou qui, lui, n’a jamais qualifié dans ses posts la prose de l’UPR de « catéchisme » !

                                              Sauf qu’il y a une différence de taille : à votre différence, je ne prétend pas détenir La vérité et c’est pour cette raison que je qualifie la prose de l’UPR de catéchisme... Visiblement, cela fait mouche !

                                              En plus d’être méprisant,

                                              Encore une fois, je suis loin d’être parfait, mais on peut difficilement me qualifier de méprisant. Si je prends autant de temps pour vous essayer de vous faire progresser (et je note des progrès dans votre argumentation et surtout celle de Kénavo), c’est bien parce qu’au contraire je vous respecte. Je réponds parfois un peu vertement à mes contradicteurs, mais en général ils l’ont bien cherché et ce n’est jamais bien méchant.

                                              vous vous permettez un mépris que je ne permets pas avec d’autres : j’ai beau ne pas approuver du tout la prose de DLR, je n’en suis pas à la traiter de « catéchisme ».

                                              Parce que vous trouvez que qualifier DLR de parti « leurre » est moins méprisant que de fustiger quelques unes des productions de l’UPR ? Il y a un problème de logique là, reconnaissez-le !

                                              Qui plus est le problème ne vient pas tellement de vous. Le terme de « leurre » est une reprise directe d’accusations sans queue ni tête de François Asselineau, lequel a accusé NDA (avec cette histoire lamentable des young leader) d’être un agent américain...

                                              Il ne faut jamais oublié que ce sont les partisans de l’UPR qui agressent les militants de DLF. NDA a toujours eu une attitude impeccable envers François Asselineau. Et moi aussi d’ailleurs : j’explique sur quels points il se trompe à mon avis, je le critique vertement sur certains (son anti-américanisme, son complotisme, son esprit diviseur pour n’en citer que quelques uns), mais je n’oublie jamais mes points d’accords avec lui.

                                              Et oui, faire une « Autre Europe », c’est une mascarade, un mensonge, une arnaque, une duperie, car NDA ne peut pas ne pas savoir qu’il est impossible de changer une seule virgule des traités sans l’unanimité des 28.

                                              L’exemple parfait de ce que je dénonce, cette prétention à détenir La Vérité, qui est à proprement insupportable.

                                              Commebnt se fait-il que les traités aient été modifiés des dizaines de fois depuis l’origine ? C’est donc bien qu’un compromis est possible !

                                              Et pourquoi NDA, s’il arrivait au pouvoir, serait-il incapable d’obtenir l’unanimité des 28 sur un texte de compromis ?

                                              D’autant que l’unanimité des 28 est une fiction, puisque seul l’avis des grands pays compte.

                                              Quant à la « position très proche » : l’UPR veut sortir de l’UE unilatéralement et l’écrit dans ses affiches, tracts profession de foi et programme, pas DLR. L’UPR veut coopérer avec les pays du monde entier, DLR veut rester dans l’UE dans l’espoir vain de la changer. Sentez la différence.

                                              J’ai beau sentir et je ne vois là qu’une différence de méthode. DLF souhaite une Europe de la coopération, tout comme l’UPR, ce qui n’empêche évidemment en rien les coopérations avec des pays extra-européens.

                                              Les différences que je vois, c’est que DLF est relativement précis sur le cadre de ces coopérations tandis que l’UPR ne l’est pas ou plutôt semble préciser qu’il n’y en aurait pas (ce qui est un peu inquiétant et non réaliste).

                                              La seule différence finalement est une différence de méthode : pour arriver à ces coopérations, vous pensez qu’il faut préalablement sortir de l’UE, nous que c’est peut-être une voie mais qu’elle n’est pas la seule.

                                              Si cette voie n’est pas prioritaire, c’est aussi parce que si la France sortait unilatéralement, sans négocier, de l’UE, alors elle risque de se trouver isolée face au bloc de l’UE. Ainsi, si l’UE survit au choc de la sortie de la France, notre pays ne trouvera personne d’autre que l’UE pour mettre en place les coopérations dont vous parlez. Et il est évident qu’il y aura là un risque très important !


                                            • Kenavo 23 février 2015 22:12

                                              @Tythan

                                              Vrai pour la monnaie (mais cela a été démocratiquement accepté, en France par le référendum sur Maastricht de 1995), plutôt vrai sur l’agriculture, même si les Etats ont conservés des marges de manoeuvre, plutôt faux s’agissant de l’industrie (les marges de manoeuvre restent très importantes dans les faits, cf. sauvetage d’Alstom par Sarkozy et démantèlement sous Hollande), faux pour la politique diplomatique et encore plus militaire.


                                              Il y aurait beaucoup à dire sur le « démocratiquement accepté ». Je ne vois pas en quoi l’exemple que vous citez montre « les marges de manœuvres très importantes dans les faits ». Pour le reste c’est en partie faux, pour le moment.


                                              Ce que vous dites est vrai, mais le problème c’est que tous les accords patronnés par l’UE tomberont... Et ce n’est pas rien, ce sont eux les plus importants économiquement. Pour ne prendre qu’un exemple, la France sortira de la zone de libre échange interne à l’UE, quid de la norme CE, quid des projets de recherches organisés par l’UE...


                                              Vous n’en savez rien. En appliquant l’article 50 il y a un délais de 2 ans qui permet de négocier. Rien ne dit que des accords ne pourraient pas être gardés (ou négociés) même si initialement patronnés par l’UE. Et bien d’autres choses peuvent être négociées.

                                              Preuve que vous n’avez pas apporté, je suis désolé de le constater. Surtout qu’en plus vous vous trompez : il est nécessaire de s’enchaîner avec d’autres Etats par des accords de coopération, sans quoi ces derniers n’auront aucune valeur. Après, et là vous avez raison, il est possible de limiter le plus possible les atteintes aux droits régaliens de chaque Etat, ce que la construction européenne ne fait pas aujourd’hui.


                                              Vous savez bien que dans le cadre d’une coopération, les pays qui s’enchainent (le mot est un peu fort quand même) ont les mêmes intérêts, les mêmes objectifs, ce qui n’a rien à voir avec ce qui se fait avec l’UE.

                                              Le terme de « régalien » (qui désigne le coeur des compétences des Etats, à savoir Police, Justice, Diplomatie) est mal choisi dans votre phrase.


                                              Résumer les fonctions régaliennes à celles que vous avez cité n’est pas exact. Elles peuvent aller bien au-delà. Le terme est adéquat dans sa phrase (ex : monnaie)


                                              Encore une fois, la signature d’un accord de coopération enlève forcément des droits aux Etats, même si des clauses de sauvegardes sont possibles. Pour prendre un exemple, si la France et la Suède s’accordent pour produire le nouveau Rafale/Grippen, chacun des deux pays devra faire des concessions et accepter un partage de technologie. Pour en prendre d’autres, si la France entre dans une zone de libre échange avec d’autres pays, elle devra accepter de négocier ses barrières externes, si elle entre dans la norme CE, elle devra faire des compromis, si elle signe un accord de coopération judiciaire, elle devra extrader un tel condamné par tel autre pays etc. On peut multiplier à l’infini.

                                              Tous le problèmes vient des limites à cette coopération, les clauses de sauvegardes à mettre en place, les droits fondamentaux sur lesquels chaque Etat n’acceptera pas de mettre en commun sa compétence.


                                              La question n’est pas la perte de droits « secondaires » mais de droits jugés primordiaux. Comparer un accord de coopération avec ce qu’il se passe maintenant n’a pas vraiment de sens.


                                              Soyez honnête deux minutes et relisez le fil : vous pourrez y constater que je ne joue absolument pas sur les mots, et c’est au contraire moi qui restitue aux mots leur sens, corrigeant vos erreurs (et on voit un exemple dans votre commentaire ci dessus avec « régalien », ou avec la confusion monnaie commune - monnaie unique).

                                              Vous ne restituez rien du tout. Sur le terme de « construction européenne » vous n’étiez pas clair du tout.

                                              L’euro ne répond totalement à aucune des 2 définitions (unique/commune).


                                              Encore une fois, je suis loin d’être parfait, mais on peut difficilement me qualifier de méprisant. Si je prends autant de temps pour vous essayer de vous faire progresser (et je note des progrès dans votre argumentation et surtout celle de Kénavo), c’est bien parce qu’au contraire je vous respecte. Je réponds parfois un peu vertement à mes contradicteurs, mais en général ils l’ont bien cherché et ce n’est jamais bien méchant.

                                              Ah ! M. le Pr nous fait progresser ! Bonne nouvelle ! « Élevé sérieux et impliqué. Des progrès ce trimestre. Continuez ainsi ! ». Il s’agirait de descendre de votre nuage smiley.

                                              Comment se fait-il que les traités aient été modifiés des dizaines de fois depuis l’origine ? C’est donc bien qu’un compromis est possible !

                                              Et pourquoi NDA, s’il arrivait au pouvoir, serait-il incapable d’obtenir l’unanimité des 28 sur un texte de compromis ?

                                              D’autant que l’unanimité des 28 est une fiction, puisque seul l’avis des grands pays compte


                                              C’est tout simplement parce que ces modifications allaient toutes dans le même sens : une augmentation du pouvoir de l’UE (de manière générale). Aucun lien avec un compromis.

                                              Parce qu’il y a fort à parier que tous les pays n’ont pas les mêmes positions que NDA et qu’ils en refuseront une ou plusieurs.

                                              Exemple au hasard :
                                              les délocalisations : des pays en souffrent, d’autres en bénéficient.
                                              Idem pour les mouvements de capitaux.

                                              C’est tellement une fiction qu’il me semble avoir lu qu’une tentative de modification de cet article 48 imposant l’unanimité a été proposée au parlement européen. Pourquoi vouloir modifier une fiction ?
                                              Désolé de vous décevoir mais l’avis de tous les pays ayant ratifié le même traité comptent et c’est bien normal.


                                              Les différences que je vois, c’est que DLF est relativement précis sur le cadre de ces coopérations tandis que l’UPR ne l’est pas ou plutôt semble préciser qu’il n’y en aurait pas (ce qui est un peu inquiétant et non réaliste).


                                              Ah, donc si je vous suis DLF et l’UPR auraient un projet similaire de coopérations entre les pays du monde mais, selon vous, l’UPR semble préciser qu’il n’y aurait pas de coopération après la sortie de l’UE ?
                                              J’ai raté quelque chose ou ce que vous dites n’a strictement aucun sens ?

                                              La seule différence finalement est une différence de méthode : pour arriver à ces coopérations, vous pensez qu’il faut préalablement sortir de l’UE, nous que c’est peut-être une voie mais qu’elle n’est pas la seule.

                                              Donc vous voulez renégocier les traités (comme l’a répété NDA lui même cette fin d’année dans une émission de TV) d’abord et sortir en cas d’échec des renégociations, c’est ça ?
                                              -Pourquoi ne pas le dire clairement alors ?
                                              -Pourquoi quand on demande à NDA s’il veut sortir de l’UE il répond « non, on veut renégocier les traités » ? (D’ailleurs sa position possiblement contradictoire avec celle de 2012)
                                              -Pourquoi voudriez-vous que NDA ait l’accord des 28 autres pays pour son projet si ce n’est qu’il veut renégocier les traités ?

                                              Non parce que c’est exactement ce sur quoi FA vous critique donc arrêtez de vous targuer de clarté quand c’est tout le contraire !


                                              Si cette voie n’est pas prioritaire, c’est aussi parce que si la France sortait unilatéralement, sans négocier, de l’UE, alors elle risque de se trouver isolée face au bloc de l’UE. Ainsi, si l’UE survit au choc de la sortie de la France, notre pays ne trouvera personne d’autre que l’UE pour mettre en place les coopérations dont vous parlez. Et il est évident qu’il y aura là un risque très important !


                                              Sauf que la voie dont vous parlez n’est proposée par personne ou en tout cas, pas l’UPR qui prévoit d’utiliser l’art.50 pour sortir de l’UE.

                                              Cet article prévoit une durée maximale de 2 ans pour négocier tout un tas de chose, dont des traités, des accords, ..., avec l’UE et/ou les pays membre. Votre paragraphe est clairement hors de propos


                                              Maintenant, pouvez vous répondre clairement à ces questions : 

                                              Pouvez-vous m’expliquer clairement ce que signifie « sortir de la logique actuelle de la construction européenne » ? Vous sortez de l’UE oui ou non ?

                                              Parce que sortir de la logique actuelle de l’UE peut aussi vouloir dire « on garde l’UE mais on réoriente sa politique générale en la basant sur des coopérations internationales » ce qui revient à « renégocier les traités »


                                              Autre éclaircissement : vous voulez former un autre type de construction européenne donc instance une supra-nationale ? Si oui, quels seraient ses pouvoirs ?


                                            • Tythan 24 février 2015 11:53

                                              @Kenavo

                                              Je ne vois pas en quoi l’exemple [Alstom] que vous citez montre « les marges de manœuvres très importantes dans les faits ».

                                              C’est pourtant simple : Nicolas Sarkozy a refusé le démantèlement d’Alstom malgré les pressions notamment du commissaire à la concurrence de l’époque. Il n’a pas hésité à faire prendre par l’Etat une participation directe et accorder ce qu’on appelle en jargon européen une aide d’Etat, et ce en violation avec les traités. Cette aide a été finalement validée, ce qui montre bien que le droit européen ne peut rien face à la volonté du politique.

                                              En revanche, quelques années plus tard, François Hollande a renoncé à empêcher le démantèlement d’Alstom, invoquant, notamment, le respect du droit européen.

                                              Cet exemple montre simplement que le droit européen peut tout à fait être tordu et qu’en réalité, les Etats ont des marges de manoeuvre pour peu qu’ils se donnent la peine de les employer.

                                              Vous n’en savez rien [que les accords patronés par l’UE tomberont]. En appliquant l’article 50 il y a un délais de 2 ans qui permet de négocier. Rien ne dit que des accords ne pourraient pas être gardés (ou négociés) même si initialement patronnés par l’UE. Et bien d’autres choses peuvent être négociées.

                                              Je ne sais pas si effectivement les accords tomberont, mais en tous les cas j’aurais plus de force pour le refuser puisqu’à votre différence je ne me serais pas mis hors jeu dans la négociation en déclarant que je quitterais l’UE quoiqu’il arrive.

                                              C’est toute la différence entre nous : je souhaite utiliser la sortie de l’UE comme une menace pour asseoir la position de la France dans la négociation, vous renoncez d’ores et déjà à la force de cette arme de dissuasion puisque vous annoncez vouloir l’utiliser dans tous les cas.

                                              Par ailleurs, vous vous trompez quand vous dites "il y a un délai de 2 ans qui permet de négocier" : en fait, le délai de 2 ans est le délai maximum que peuvent imposer à un Etat souhaitant sortir les autres Etats, sous le prétexte de la négociation, de différer sa décision. Ce n’est pas du tout la même perspective. [Vu votre commentaire en fin de commentaire, où vous confirmez mon interprétation]

                                              La question n’est pas la perte de droits « secondaires » mais de droits jugés primordiaux. Comparer un accord de coopération avec ce qu’il se passe maintenant n’a pas vraiment de sens.

                                              D’accord sur le distinguo droits secondaires primordiaux. Mais un accord de coopération peut tout à fait contenir des atteintes à des droits primordiaux. C’est en cela qu’il est tout à fait légitime d’en parler. Vous confondez la forme de l’accord avec le contenu.

                                              Vous ne restituez rien du tout.

                                              A l’évidence si, vous êtes de bien mauvaise foi de ne pas le reconnaître.

                                              Sur le terme de « construction européenne » vous n’étiez pas clair du tout.

                                              Au contraire, à chaque fois j’ai expliqué lorsque je m’écartais de la construction européenne « actuelle », sens qui est aujourd’hui le plus courant donné à ce terme.

                                               L’euro ne répond totalement à aucune des 2 définitions (unique/commune).

                                              Là n’est pas la question : certains militants de l’UPR cherchaient à semer la confusion en brouillant ces deux acceptions. J’ai simplement, du mieux que j’ai pu, 1) rappelé l’acception ordinaire de ces termes 2) expliqué aux membres de l’UPR qu’ils ne pouvaient jouer sur l’acception ordinaire/acception que donne l’UPR à ces termes pour tenter de semer la confusion sur les propos de NDA et de DLF.

                                              Ah ! M. le Pr nous fait progresser ! Bonne nouvelle ! « Élevé sérieux et impliqué. Des progrès ce trimestre. Continuez ainsi ! ». Il s’agirait de descendre de votre nuage

                                              Vous avez raison de vous moquer, j’en suis bien conscient. Mais malheureusement, à part vous, les échanges sous ce fil (et plus généralement avec les militants de l’UPR) me font vraiment penser que je suis dans cette position...

                                              C’est tout simplement parce que ces modifications allaient toutes dans le même sens : une augmentation du pouvoir de l’UE (de manière générale).

                                              Vous avez bien fait d’écrire « de manière générale ». Parce que justement, il y a eu des reculs, ce qui invalide bien votre belle théorie. Pour ne prendre que des exemples connus, Margaret Tatcher a bien obtenu sa money back et Charles de Gaulle a bien eu gain de cause après avoir pratiqué la chaise vide, des pays ont bien réussi à ne pas participer à l’euro alors qu’ils auraient dû le faire... Et il y en a beaucoup d’autres.

                                              Par ailleurs, et quand bien même auriez-vous raison, vous ne prouvez pas qu’un compromis plus respectueux des souverainetés nationales serait impossible... Ce n’est pas parce que les accords seraient toujours allés dans un sens inverse qu’un changement de direction est impossible.

                                              Aucun lien avec un compromis.

                                              Au contraire, tous les traités européens, sans exception, sont le fruit d’un compromis.

                                              les délocalisations : des pays en souffrent, d’autres en bénéficient.

                                              Dans mon esprit, je n’ai jamais cherché à interdire les délocalisations. Et Nicolas Dupont-Aignan non plus d’ailleurs. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas préoccupé par le phénomène, mais il est à notre avis dû à la concurrence déloyale. Si nous supprimons cette concurrence déloyale, les délocalisations seront réduites et je pense que cela serait suffisant. Les délocalisations n’ont pas attendu l’UE pour exister (et d’ailleurs, il n’existe pas d’article des traités autorisant en soi la délocalisation. C’est la résultante notamment de la liberté d’établissement, mouvements de capitaux et du droit des entreprises en difficulté).

                                              Idem pour les mouvements de capitaux.

                                              Bien sûr que vouloir mettre en cause cette liberté causera de très fortes résistances, à la fois au niveau interne (par les classes sociales y ayant intérêt) , ce qu’il ne faut pas oublier, et externe, avec des pays comme le Luxembourg par exemple.

                                              A titre personnel, je suis pour la liberté des mvts de capitaux, mais contrôlée, solution acceptable à mon avis par tous les grands pays de l’UE. Oui, le Luxembourg ne sera pas content. En même temps, le Luxembourg, combien de divisions ?

                                              Si le Luxembourg, la Suisse, Chypre et tant d’autres pays ont pu faire n’importe quoi, c’est parce qu’on les a laissé faire. Ne l’oubliez pas.

                                              Désolé de vous décevoir mais l’avis de tous les pays ayant ratifié le même traité comptent et c’est bien normal.

                                              Tous les avis comptent, bien sûr. Mais ils n’ont pas le même poids, vous en conviendrez. Le Luxembourg, c’est malheureux pour lui, mais s’il pourra essayer d’apporter sa pierre à l’édifice, mis en face des choix opérés par les grands pays, il sera dans la position de « take it or leave it ». Et encore, si les pays européens avaient des ********, ils devraient à mon avis le menacer, s’il n’accepte pas un compromis raisonnable, de prendre des mesures des rétorsions.

                                              J’ai raté quelque chose ou ce que vous dites n’a strictement aucun sens ?

                                              Vous avez raté quelque chose dans ce que je disais. C’est le terme « cadre » de la coopération européenne que souhaite mettre en place DLF. A DLF, nous nous sommes creusés la tête pour définir un traité alternatif qui définit le cadre de la coopération européenne. A l’UPR, on ne trouve rien de tel.

                                              Donc vous voulez renégocier les traités (comme l’a répété NDA lui même cette fin d’année dans une émission de TV) d’abord et sortir en cas d’échec des renégociations, c’est ça ? pourquoi ne pas le dire clairement ?

                                              Ne jouez pas à plus bête que vous n’êtes. C’est dit très clairement (cf. l’article du monde). Après, il est évident qu’il est maladroit, dans une négociation, d’envisager l’échec de cette dernière : voilà pourquoi NDA n’insiste pas sur ce thème.

                                              -Pourquoi quand on demande à NDA s’il veut sortir de l’UE il répond « non, on veut renégocier les traités » ? (D’ailleurs sa position possiblement contradictoire avec celle de 2012)

                                              Parce qu’il veut renégocier les traités, la réponse est dans votre question. Par ailleurs, je ne vois pas en quoi ce serait contradictoire avec sa position de 2012.

                                              -Pourquoi voudriez-vous que NDA ait l’accord des 28 autres pays pour son projet si ce n’est qu’il veut renégocier les traités ?

                                              Là, je ne comprends pas votre question. Encore une fois, jamais personne n’a supposé, à DLF, que si nous gagnions les élections (faut bien rêver de temps en temps), nous aurions facilement l’accord des autres pays sur notre projet à la virgule près. Nous chercherons à obtenir un compromis et je ne vois pas pourquoi ce serait impossible d’en obtenir un (ce qui ne veut pas dire que ce serait facile bien sûr).

                                              Non parce que c’est exactement ce sur quoi FA vous critique donc arrêtez de vous targuer de clarté quand c’est tout le contraire !

                                              On en revient toujours au même : seuls François Asselineau serait clair tandis que tous les autres hommes politiques seraient confus...

                                              Encore une fois, je suis bien d’accord pour dire que Nicolas Dupont-Aignan, comme tout un chacun, n’est pas parfait. Parfois, il n’est pas clair, exprime ses idées de manière un peu désordonnée. En revanche, il y a une chose de sûre  : DLF a toujours été constante dans son refus de la construction européenne telle qu’elle existe aujourd’hui mais que nous croyons à l’Europe construite autrement. Nous avons toujours affirmé que nous souhaitions y mettre fin pour construire une Europe respectueuse des souverainetés nationales.

                                              Nous dénier cette clarté, qui est reconnue par tous nos adversaires mêmes quand ils nous caricaturent, est d’autant plus ridicule que l’UPR est pourtant un mouvement qui est à l’évidence, sur bon nombre de sujets, proche de nous.

                                              Une dernière remarque : avez-vous remarqué à quel point Nicolas Dupont-Aignan a un comportement exemplaire face à François Asselineau qui pourtant passe sa vie à l’insulter ?

                                              Sauf que la voie dont vous parlez n’est proposée par personne ou en tout cas, pas l’UPR qui prévoit d’utiliser l’art.50 pour sortir de l’UE.

                                              C’est pourtant l’hypothèse que j’envisageais, celle d’une sortie par l’article 50.

                                              Cet article prévoit une durée maximale de 2 ans pour négocier tout un tas de chose, dont des traités, des accords, ..., avec l’UE et/ou les pays membre. Votre paragraphe est clairement hors de propos

                                              Déjà discuté plus haut. Ce que vous ne comprenez pas, c’est que vous serez en position de faiblesse pour négocier face à un bloc. Je ne vois pas en quoi d’ailleurs mon paragraphe serait hors de propos...

                                              Maintenant, pouvez vous répondre clairement à ces questions : 

                                              C’est un peu facile : quand je pose des questions, personne ne me répond. Par contre, on me somme à tout bout de champ de me justifier, de répondre à des questions... Cette inégalité de traitement est vraiment lassante, je vous le dis sincèrement et il serait bon que vous en preniez conscience.

                                              Comme je souhaite qu’on avance, je vais encore une fois céder, mais j’espère que vous mesurez à sa juste valeur l’effort que je vous consacre, d’autant que les questions que vous posées ont déjà été assez largement traitées...

                                              Pouvez-vous m’expliquer clairement ce que signifie « sortir de la logique actuelle de la construction européenne » ? Vous sortez de l’UE oui ou non ?

                                              L’alternative posée est trop simpliste.

                                              Ce qui importe, c’est l’objectif que nous souhaitons atteindre, à savoir l’instauration de coopérations entre pays européens respectueuses de la souveraineté nationale de chaque pays. Si cela passe par la sortie de l’UE, alors on sortira de l’UE pour ce faire. Mais a priori, la voie la plus raisonnable, la plus évidente et la plus crédible, c’est que pour ce faire il faudra dynamiter l’UE de l’intérieur.

                                              S’il faut vraiment répondre par oui ou par non, c’est donc oui, nous sortons de l’UE, avec les précisions apportées ci-avant.

                                              Parce que sortir de la logique actuelle de l’UE peut aussi vouloir dire « on garde l’UE mais on réoriente sa politique générale en la basant sur des coopérations internationales » ce qui revient à « renégocier les traités »

                                              Exactement. Pourquoi jouer à celui qui ne comprend pas alors que c’est le cas ? Vous n’avez pas l’impression d’enculer les mouches ?

                                              Autre éclaircissement : vous voulez former un autre type de construction européenne donc instance une supra-nationale ? Si oui, quels seraient ses pouvoirs ?

                                              Oui, ce serait un secrétariat. Je vous remercie de bien vouloir nous reporter au projet de traité alternatif qui en définit précisément les pouvoirs (ou plutôt d’ailleurs limite).

                                              Les instances supra-nationales sont nécessaires pour assurer la coordination des politiques mises en commun mise par les pays membres. En revanche, et vous avez raison sur ce point, il faut en limiter strictement les pouvoirs pour respecter la souveraineté des nations.

                                              Bien à vous,

                                              Tythan


                                            • troletbuse troletbuse 20 février 2015 15:52

                                              Giscard, c’est la loi Pompidou-Giscard-Rothschild de 73 ; qui empêche la France de battre monnaie.


                                              • Tythan 20 février 2015 17:23

                                                @troletbuse

                                                La loi de 1973 est un hoax complotiste et n’empêche pas la France de battre monnaie.

                                                Lisez l’article de Wikipedia sur le sujet et les différents liens qui expliquent le contexte de cette loi pour vous en convaincre.


                                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 19:10

                                                @Tythan
                                                La loi de 1973 se retrouve dans le Traité de Maastritch, article 104, puis dans le TFUE, article 123.
                                                Les Etats sont obligés emprunter au marché avec intérêts, et plus à leur Banque Centrale à 0%, d’où la dette.


                                              • Tythan 20 février 2015 19:42

                                                @Fifi Brind_acier

                                                Et non mon petit ! Renseignez-vous au lieu de dire des bêtises.

                                                Les Etats ont toujours été obligés d’emprunter au marché avec des intérêts...

                                                La seule chose que l’article 123 interdit, c’est la forme la plus frustre de la planche à billet, c’est tout.

                                                Si l’Etat emprunte à sa banque centrale, ce n’est pas un prêt, puisque l’Etat s’emprunte à lui-même...

                                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 20:00

                                                @Tythan
                                                Ben oui, mais c’est interdit par les Traités, alors « Jusqu’aux années 70, l’Etat empruntait à la Banque de France- »Les enjeux de la création monétaire" site banc public.


                                              • Tythan 20 février 2015 20:35

                                                @Fifi Brind_acier

                                                Lisez l’article wikipedia où tous les liens sont donnés, notamment vers les articles d’Alain Beitone ou bien encore de Lior Chamla, ancien adhérent à l’UPR, qui démontent cette affaire.


                                              • njama njama 20 février 2015 15:59

                                                Je pense qu’à priori rien n’interdit la création d’une deuxième monnaie (nationale) en plus de l’€uro
                                                Ce ne serait pas un cas de figure exceptionnelle dans l’histoire puisque par exemple l’or co-existait avec le franc, et toutes les autres devises.
                                                Reste à voir si l’introduction d’une seconde monnaie serait économiquement utile ? (je ne suis pas économiste)


                                                • Tythan 20 février 2015 17:35

                                                  Merci pour cet article, dans lequel je me retrouve très largement. C’est avec ce type d’article que je me rends compte combien je suis proche de François Asselineau, même si bien sûr je ne suis pas d’accord avec tout (et notamment avec sa conclusion).

                                                  Il y a cependant un point où François Asselineau se contredit : comment peut-il à la fois, et avec raison, fustiger les européistes lorsqu’ils présentent la sortie de l’euro comme étant l’apocalypse et dans le même temps accepter le dogme européiste selon lequel il serait impossible de sortir de l’euro sans sortir de l’UE ?

                                                  Parce qu’il faut bien comprendre que si c’était le cas, alors les européistes auraient raison de dire que quitter l’euro aurait des conséquences sinon apocalyptiques du moins graves...

                                                  Ainsi, si nous sortions de l’UE, nous sortirions de la zone de libre-échange, de Shengen, de l’ensemble des programmes européens (PAC, mais aussi projets européens comme Arianespace, Airbus, Galileo, des innombrables programmes de recherche européens, Erasmus)... Tous ces programmes sont aujourd’hui patronnés par l’UE, même si l’UE n’en est pas à l’origine : si nous sortons de l’UE, il faudra remettre en cause notre mode de participation.

                                                  Bien sûr, nous n’en serons pas forcément expulsés (le pas de tir d’Ariane restera à Kourou par ex) et il sera toujours possible de voyager ou d’échanger, mais enfin tout cela sera fortement chamboulé, avec des conséquences qui pourront être très lourdes. Je ne pense pas que ce serait l’apocalypse, mais enfin ça secouerait quand même, il faut avoir l’honnêteté de le reconnaître.

                                                  La vérité, c’est qu’il n’est écrit nul part qu’il soit obligatoire de quitter l’UE pour pouvoir quitter l’euro. La sortie de l’euro n’est pas interdite, elle n’est juste pas prévue.

                                                  Je préviens d’avance les zélotes de François Asselineau et particulièrement Fifi : si vous choisissez de me répondre, merci de le faire sérieusement (c’est-à-dire sans noyer le poisson, attaquer tel ou tel homme politique qui n’a rien à voir avec le schmilblik ou en anonant votre catéchisme de l’UPR).


                                                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 19:23

                                                    @Tythan
                                                     Vous trouverez toutes les analyses et les conférences sur le site de l’ UPR.


                                                  • Tythan 20 février 2015 19:39

                                                    @Fifi Brind_acier

                                                    Et quel est l’intérêt de votre post ? Quand serez vous capable d’argumenter par vous-même, en sortant du catéchisme de l’UPR (mal digéré en plus) ?

                                                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 février 2015 20:02

                                                    @Tythan
                                                    Vous n’avez même pas lu le programme de l’ UPR, vous vous imaginez que je vais vous raconter 7 ans de conférences ? Si vous vous voulez vous instruire, prenez vous par la main, aide toi, le ciel t’aidera !


                                                  • Tythan 20 février 2015 20:34

                                                    @Fifi Brind_acier

                                                    Je vous demande pas de réciter le catéchisme du parfait petit militant UPRien, mais de réfléchir par vous même. J’ai pointé un paradoxe dans le discours de François Asselineau.

                                                    Ce paradoxe est simple : François Asselineau dénonce avec justesse le dogme européiste selon lequel la sortie de l’euro serait synonyme de chaos et de regression. Or, dans le même temps, il accepte l’argument européiste, qui n’est que l’une des faces de ce dogme, selon lequel la sortie de l’euro signifierait la sortie de l’UE.

                                                    Soit vous êtes capables d’expliquer ce paradoxe, soit non. Mais dans ce cas alors, vous vous taisez plutôt que de faire le troll !!

                                                  • doctorix doctorix 21 février 2015 00:43

                                                    @Tythan
                                                    Vous ne voulez pas écouter les conférences d’Asselineau, mais vous vous faites fort d’en parler.

                                                    Il y a beaucoup de gens comme ça, qui parlent d’autant mieux des choses qu’ils n’en connaissent rien.
                                                    Moi, je me suis écouté au moins trente ou quarante heures de conférences, avec un rare bonheur, et je me suis senti au fur et à mesure beaucoup moins con qu’avant.
                                                    Faites-en autant, ça pourrait vous arriver aussi.
                                                    Asselineau ne veut ni de l’Euro, ni de l’Europe, (et bien sûr ni de l’OTAN) parce qu’il veut une France libre de ses choix.
                                                    Tout le reste est enculage de mouches, demies-mesures et replâtrage de façade.
                                                    C’est clair, comme ça ?

              Ajouter une réaction

              Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

              Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


              FAIRE UN DON






              Les thématiques de l'article


              Palmarès