Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vive la dette publique !

Vive la dette publique !

Un des sujets de la future campagne électorale des élections présidentielles de 2007 sera la dette publique française. Le rapport Pébereau de janvier 2006 veut nous en donner une vision catastrophique. Pourtant l’OFCE, dans sa lettre N°271 de janvier dernier, se pose la question suivante.

Faut-il réduire la dette publique ?

Selon les auteurs de cette lettre, Jérôme Créel et Henri Sterdyniack, le raisonnement sur l’endettement est erroné, il faut plutôt raisonner en termes d’efficacité et de productivité des dépenses publiques. Autrement dit, il faut considérer la dette publique comme créatrice de richesses soit directement, soit parce qu’elle permet l’existence et l’entretien d’infrastructures.

Contrairement à ce que certains voudraient faire croire, comparativement aux autres pays, la France est nettement moins endettée : la dette représente en France 66% du PIB, contre 72% dans la zone euro, 65 % aux Etats-Unis, 169 % au Japon...

En réalité, le problème de la dette n’en est pas un. Pourquoi ? Par ceci, tout d’abord, qu’un État ne peut être comparé aux autres agents économiques (ménages ou entreprises). Il n’est pas mortel et peut donc s’endetter sur une très longue période (cf. obligations à 50 ans) et même rester constamment endetté. Les arguments de certains hommes politiques, selon lesquels il faut gérer l’État comme le fait l’individu dans son budget familial, n’est pas logique. Pour la même raison, il ne faut pas ajouter les futures dépenses de retraites et de santé (900 milliards supplémentaires) comme certains le font, car ce coût sera supporté par des prélèvements qui existent déjà. De plus, on peut faire varier ces charges selon l’âge de départ à la retraite et la durée requise de cotisation, par exemple. Donc ces charges n’existeront peut-être pas. Qui plus est, si l’on veut retenir les dépenses futures hypothétiques, pourquoi ne pas prévoir le coût de la construction des écoles, les subventions versées aux entreprises, le coût des catastrophes naturelles ? Le choix de retenir ces dépenses n’est donc pas rationnel. L’État a le pouvoir de lever l’impôt, c’est une source de financement dont ne disposent pas les opérateurs privés.

La dette publique a une contrepartie qui est constituée d’actifs détenus par les ménages. S’il y a dette, il y a créance aussi pour ceux qui ont prêté. Il peut s’agir des ménages ou des entreprises qui trouvent dans les dettes publiques des outils de placement sûrs et de long terme. Bref, un bon placement qui génèrera dépenses privées et entrées fiscales. La baisse des dépenses publiques se traduirait par un effet dépressif sur la croissance, car toute dépense crée de l’activité. Dire que chaque nouveau-né français est endetté à hauteur de 17 000 euros est vrai et faux. Car en face il dispose d’infrastructures : routes, hôpitaux, écoles... Les auteurs évaluent la richesse de chaque nouveau-né à sa naissance à environ 166 000 euros (somme des patrimoines publics et privés divisée par le nombre d’habitants). Parler de la dette sans évoquer les infrastructures et l’activité qu’elle finance et dont tout le monde bénéficie est bien peu sérieux.

Les auteurs concluent à la nécessité d’une dette publique pour soutenir l’activité économique.

www.ofce.sciences-po.fr


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (174 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • faxtronic (---.---.127.73) 10 avril 2006 11:06

    Aaaah. Enfin quelqu’un qui reflechit et qui regarde autour de lui. je vis en Belgique, qui a 103% de dette, et ce n’est pas le psychodrame. Le principal moteur de l’économie, c’est la confiance. C’est une affaire de psychologie. Même avec des chiffres objectifs corrects, ce sont les hyenes qui hurlent qui detruisent l’économie. les déclinologues sont des des criminels économiques


    • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 10 avril 2006 11:29

      Surtout qu’un individu consommant plus quand il a confiance en son avenir, je ne vois pas l’intérêt du travail de ces déclinologues...


    • (---.---.193.90) 10 avril 2006 12:29

      « par Charpentier ... je ne vois pas l’intérêt du travail de ces déclinologues... »

      interêt des déclinologues , ultra liberaux etc , une piste de reflexion ici (le dernier message )

      http://www.oleocene.org/phpBB2/viewtopic.php?t=586


    • (---.---.0.184) 10 avril 2006 14:30

      Mort de rire.

      Je m’adresse à l’auteur de l’article.

      Dommage que vous ne touchiez pas un mot sur le racjket orchestré par les pays occidentaux sur les pays dits non développés.

      Coût de la dette exhorbitant, racket par les biais du service de la dette qui finance les pays dit développés qui sont plus qu’endettés.

      Effectivement, la dette des pays occidentaux n’est rien. Puisque ce sont d’autres qui paient.


    • (---.---.160.169) 10 avril 2006 15:32

      D’autant que la dette publique belge est très largement financée par des emprunts auprès des Belges, qui ont une épargne privée parmi les plus élevées du monde. En prêtant à l’Etat, les Belges ne font que se prêter à eux-mêmes...


    • L'enfoiré L’enfoiré 10 avril 2006 17:23

      Bonjour, Tout à fait d’accord (je suis Belge aussi). La dette est, en gros, une affaire en vase clos. L’Etat belge emprunte chez les particuliers belges et adapte les taux en fonctions du moment d’émission d’un nouvel emprunt pour rembourser le précédent. Donc, d’accord, à une remarque près. Que fait-on avec l’argent ? Est-ce pour l’amélioration de la vie des concitoyens qui deviendront plus productifs par le bien-être apporté par le financement de projet de maintien de l’emploi, par exemple. Je ne serais pas aussi franc dans le cas de la dette colloooossaaale des Etats-Unis. Et pourquoi faire ? Un pourcentage non négligeable va à l’effort de guerre en Irak et où ça chauffe ailleurs dans le monde. Pour une raison de prestige, les US se déchirent la bourse. Et, le plus fort, c’est que cela semble encore marché. L’économie tourne mieux que dans des pays plus économes. Donc tout est une affaire d’attribution ou d’imputation comptable. Le PIB et surtout la force du dollar sont les garde fous. Toujours le dollar comme base mondiale des échanges. S’il s’écroule parce qu’il ne trouve plus de répondant chez les emprunteurs, le chateau de carte s’effondre. Alors là, quand Wall Street s’enrhume, il y a de forte chance que le monde entier devra sortir ses mouchoirs. Trop imbriqués, les marchés s’entraineraient dans une chute déjà connues dans le passé. Confiance quand tu nous tiens ou nous lâche... A+


    • le-lointain (---.---.220.106) 11 avril 2006 09:59

      Qu’attend-on pour les guillotiner, que çà abreuve nos sillons ?!!


    • le-lointain (---.---.220.106) 11 avril 2006 10:00

      Il consomme plus chinois parce que c’est moins cher ...


    • le-lointain (---.---.220.106) 11 avril 2006 10:03

      les belges qui ont les moyens de prêter à leur Etat, ne s’enrichissent-ils pas au détriment de la Nation ? Essayez de voir comment l’argent peut circuler entre l’Etat emprunteur, le belge prêteur ... qui est aussi un consommateur de produits made in ... ?


    • le-lointain (---.---.220.106) 11 avril 2006 10:06

      La question de guillotine, c’est pour Faxtonic.


    • le-lointain (---.---.220.106) 11 avril 2006 10:07

      la question des consommateurs de produits chinois c’est pour Ludovic Charpentier.


    • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 11 avril 2006 10:31

      En effet, quand il y a consommation, il n’y a pas uniquement croissance car il y a principalement consommation d’importation... A moins de développer un protectionnisme sévère, ce que propose par exemple Bockel (aka ’le Blairiste de service’ au PS). Ce n’est pas si stupide, remarquez. Les Japonais nous ont eu pendant des années en appliquant un protectionnisme sévère vis à vis de tout produit européen, pourquoi ne ferions-nous pas pareil, au moins pour faire en sorte qu’un produit fabriqué par un enfant chinois coûte aussi cher que le même produit fabriqué en France (voire en Europe, plutot...) ?


    • le-lointain (---.---.220.66) 12 avril 2006 00:17

      A Ludovic Charpentier : Le protectionnisme s’il se généralisait dans le monde, ne pourrait-il pas exacerber les rivalités inter-nations et conduire à une guerre en armes au lieu qu’elle soit économique - avec l’ONU comme organisation de régulation de la guerre, à la place de l’OMC ? C’est une question ...


    • brice (---.---.112.217) 27 novembre 2006 16:28

      « Surtout qu’un individu consommant plus quand il a confiance en son avenir, je ne vois pas l’intérêt du travail de ces déclinologues... »

      Complètement faux : la consommation s’appuie sur les angoisses de gens. Si vous allez bien, vous n’avez pas besoin de consommer. Les pubs vous disent que vous allez être heureux en consommant. Il faut donc que vous ne le soyez pas pour y croire et passer à l’acte. Je fais vite et schématique, désolé.


    • Un simple invité (---.---.150.188) 10 avril 2006 11:47

      Merci pour cette analyse lucide face aux alarmistes qui nous hurlent (comme d’habitude...) que la France est un pays daubique et communiste...


      • le-lointain (---.---.220.106) 11 avril 2006 10:15

        A l’Invité : 1/Votre remarque est à l’image du chien de garde aboyant contre des loups qui hurlent. Ensemble, ils sont bien français ! 2/Jospin a bénéficié d’une relance à l’échelle européenne, non ? Et puis l’effet des 35 heures et de l’augmentation des effectifs de fonctionnaires sous sa gouvernance ont produit leurs effets ... sous Raffarin (que je ne défends pas !!!)


      • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 11 avril 2006 10:39

        « 2/Jospin a bénéficié d’une relance à l’échelle européenne, non ? Et puis l’effet des 35 heures et de l’augmentation des effectifs de fonctionnaires sous sa gouvernance ont produit leurs effets ... sous Raffarin (que je ne défends pas !!!) »

        Heureusement que vous ne défendez pas Raffarin car le gouvernement ’Raffarin I’ détient le record du nombre de ministres et de secrétaires d’Etat... 43 ! Pas mal, pour un gouvernement qui voulait réduire le nombre d’employés de la fonction publique... En plus, la plupart des débarqués ont soit touché de fortes indemnités de licenciement (Mer), soit retrouvé un emploi... dans le secteur public (Ferry, Aillagon) ! Les conseilleurs ne sont pas les payeurs...


      • machinchose (---.---.129.40) 11 avril 2006 10:49

        vous ne le défendez pas le Raffarin mais évidemment c’est la faute à la gauche (qui ne doit la qualité de son bilan qu’au contexte...)

        c’est un peu facile.


      • le-lointain (---.---.220.66) 12 avril 2006 00:21

        A l’invité : Vous me montrez du doigt l’arbre ... pour cacher la forêt. L’arbre est pourri, je vous l’accorde, mais ...


      • le-lointain (---.---.220.66) 12 avril 2006 00:22

        Pardon, c’était à Ludovic Charpentier !!!


      • folamour (---.---.179.33) 10 avril 2006 12:33

        • Un simple invité (---.---.150.188) 10 avril 2006 12:44

          Rien à voir avec le commentaire, mais en regardant le graphique on voit quelquechose de curieux... La proportion dette/PIB à diminué... Sous jospin, et c’est remise à augmenter sous rafarin... > :/ Etrange qu’un gouvernement de gauche soit plus économe qu’un autre de droite pourtant plus libéral... :s


        • alberto (---.---.32.151) 10 avril 2006 12:56

          Croissance sous Jospin : Canicule sous Raffarin !


        • x026790 (---.---.101.8) 10 avril 2006 12:43

          Cette analyse n’est pas lucide, elle est partisane.

          Partisane parce qu’elle sous-entend que nous nous somme endettes pour construire des infrastructure et investir dans l’avenir. Si seulement ! Si c’etait le cas, nous aurions des TGV dans toutes les regions, une recherche de pointe et des liaison interalpines de hautes qualite.

          Malheureusement, nous nous somme endettes pour maintenir le train de vie de l’Etat et de la fonction publique, pour depenser a but eletoral et clienteliste (CMU, 35 heures, Emplois d’jeuns).

          Bref, la France s’est endettee pour vivre au-dessus de ses moyens et hypothequant la generation avenir qui va devoir regler l’addition.

          Cette contribution est de plus irresponsable car elle sous-tend qu’il suffit d’augmenter la taxation pour regler la situation. Affirmation d’un grand aveuglement compte tenu de l’asphyxie deja evidente des entreprises ainsi que de la concurrence fiscale entre etats europeens et mondiaux : augmentez les impots et je vous promets 15% de chomage.

          Et pour finir, il s’agit d’anticipation : nous vivons 60 ans de prosperite, depuis 30 ans, les 30 piteuses a tout point de vue, plutot que de nous adapter en faisant des choix difficile, nous avons choisi la facilite, celle de consommer a credit. Qu’adviendra-t-il lorsque la conjoncture se retournera durablement ou qu’un coup du sort frappera notre notre pays : sans capacite d’endettement car deja endette, nous n’aurons pas de capacite de rebond, nous serons nus.

          Et cessez de vous cacher derriere des exemples pire a l’image de gamins de maternelle, ni la Belgique ni les US ne justifient notre mauvaise conduite.


          • (---.---.127.73) 10 avril 2006 13:06

            D’abord il faut des chiffres. Chiffre moi la comparaison en investissement selon les pays. Les infracstructures sont bonnes en france, pour un pays rural de faible densité. La recherche n’est pas tres bonne, mais l’investissement est la mais inefficacement engagée. Par exemple je suis parti de france ves la flandre car j’étais pas assez payé amon gout. Ici on me paye correctement et en 6 mois j’ai produit 2 brevet. Par contre il n’ya pas de personnel a vie, il n’y a que des contrats de 1 an, pour tout le monde même le chef, ce qui evite le pantouflage. J’ai fait parti de « sauver la recherche » en France. Au debut le but du mouvement venant du bas etait justement de supprimer le caractére fonctionnaire du systeme tout en doublant les investissements (meilleurs salaires, meilleurs matos). Mais le mouvement a été récupéré par les caciques. Les depenses publiques de santé sont lourdes, mais c’est notre choix. Quand a ne pas regarder ceux que font les autres, c’est idiot. Enfin, il y avait deux pays qui avait tres peu de dettes, la roumanie de Ceaucescu et la coréee du nord, ce n’est pas un gage de santé économique.


          • (---.---.100.188) 10 avril 2006 21:46

            Précisément.

            Personnellement ça ne m’intéresse absolument pas de posséder 160 000 euros de biens publics tant que j’en dois 1 seul euro. Je n’ai jamais emprunté un seul centime à personne parce que je trouve extrêmement immoral de consommer des biens avec un argent pas encore gagné. Dans cette société où on commence par emprunter pour acheter une voiture ou une machine à laver avant même de penser qu’on pourrait s’en passer, où l’on en arrive à plaindre les gens qui font des dettes et ne peuvent pas les rembourser, je suppose que je vais passer pour un extra-terrestre. Mais je trouve extrêmement déshonorant d’être citoyen d’un pays endetté, quelles que soient les analyses économiques (contradictoires) qu’on puisse faire de la situation.


          • eresse (---.---.120.64) 10 avril 2006 22:40

            « Dans cette société où on commence par emprunter pour acheter une voiture ou une machine à laver avant même de penser qu’on pourrait s’en passer »

            A mon avis, vous devriez rendre votre abonnement internet, votre micro, votre frigo, votre ..., vous eclairer a la bougie et vous chauffer a la bouse de vache sechee...


          • Christophe (---.---.58.18) 11 avril 2006 00:08

            ni la Belgique ni les US ne justifient notre mauvaise conduite.

            Ni la Grande Bretagne d’ailleurs. Comme l’écrit Philippe Auclair (journaliste d’investigation) dans son livre Le royaume enchanté de Tony Blair, la dette britannique s’élève à 644 milliards d’euros auquel il faut ajouter 1000 milliards d’euros (retraite des fonctionnaires totalement prise par l’Etat mais masquée), 145 milliards (sommes engagées dans les partenariats public-privé) et enfin 30 milliards d’euros (passif de Network Rail). Soit au total une dette de 1819 milliards d’euros.

            Finalement, Tony Blair, c’est Alice, celle du Pays des Merveilles ! smiley


          • (---.---.100.188) 11 avril 2006 00:34

            Aucun rapport. Je suppose que votre commentaire sous-entend que le fait d’emprunter est un corollaire de la modernité....hahahahaha !!!!!

            Je les ai payés comptant avec de l’argent déjà gagné. Et en plus, je fais rentrer de l’argent $$$$$ en France puisque je ne travaille qu’avec l’étranger.

            Si ça peut vous consoler ça fait 3 mois que je n’ai plus de congélateur, j’attends de rentrer quelques factures pour en racheter un. L’an dernier j’ai fait la lessive de 5 personnes à la main pendant 2 mois, j’ai *même* survécu à ça - ça vous dépasse ?

            L’état peut très bien adopter des stratégies d’économie à son niveau, seulement voilà les restrictions ne sont pas populaires et bien souvent les politiques pensent aux élections avant de penser au bien public à long terme.


          • Al-Capone (---.---.50.219) 10 avril 2006 12:50

            Lorsque le 2ème poste de depense du bugdet annuel de l’etat sert uniquement a payer les interets de la dette publique, soit plus que le budget de la defense, je me pose sincerement si cette dette est efficace.

            Est ce que cette dette set effectivement a payer des ecoles, ou est ce l’on emprunte pour payer uniquement les interets de cette dette.

            Le dette du japon est tres elevée, car pendant leur periode de recession, ils ont massivement investit sur la recherche. C’est en effet un investissement sur l’avenir.

            Ce qu’il serait interessant de voir, c’est comment en France, l’on continue d’augmenter la dette, qu’est ce que l’on paie avec cette dette.

            Si l’on s’endette juste pour maintenir le fonctionnement d’un systeme en place, ce n’est plus un ivestissement, c’est de l’imcompetence.

            Je trouve que j’en paie assez d’impot, et si c’est pour constater que l’ensemble des IR ne sert qu’a paié des interets, plutot qu’une ecole, ou des infirmieres, je ne comprends pas ce qu’on appelle investissement et efficacité !

            Bon alors, comment fait on pour s’endetté en France, et a quoi sert cette endettement ? Voila la vraie question !


            • Al-Capone (---.---.50.219) 10 avril 2006 12:55

              Il serait aussi interessant de comprendre la dette des US, et du Japon. Je suis sur que l’on verrait 2 types de gestions completement differents !

              Ne pas confondre investissement, et maintient d’un systeme banqualle par des emprunts. A long termes, on verras bien la difference, le Japon est et serat surement un meilleur exemple d’endettement « positif », autrement dit investissement. A suivre !

              Pensons donc au futur generation, tout de meme, c’est aussi cela etre solidaire.


            • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 10 avril 2006 12:56

              Déjà, c’est plus un endettement lié à une baisse des recettes qu’à une augmentation des dépenses... Il faut arrêter d’accabler Jospin, sous Jospin la France a pu être au rendez-vous des 60% d’endettement pour passer à l’Euro.

              Effectivement, un endettement massif pour la recherche vaut le coup, mais c’est loin d’être le cas actuellement... On préfère continuer à être l’un des rares pays d’Europe à avoir la Défense nationale comme premier budget, alors que la Défense est l’exemple type de secteur qu’il vaudrait mieux transférer au niveau européen pour plus d’économie, moins de dépense.

              Quand aux critiques sur la fonction publique qui coûte cher, je rappelle que le premier gouvernement Raffarin comportait 43 ministres et secrétaires d’Etat, un record sous la cinquième république, et ce n’est pas l’illustration d’une gestion des dépenses de bon sens...


            • (---.---.153.60) 10 avril 2006 17:35

              salut ! premièrement je trouve l’article assez décevant voir même partial : dire que s’endetter c’est pas grave, c’est pas comme pour les individus etc... et prendre l’exemple de quelques pays qui structurellement peuvent s’endetter est de mon point de vue démagogique.

              si vous aviez raison, pourquoi le Canada s’est serré la ceinture pour enrayer leur endettement, par pur masochisme ?

              les USA peuvent d’endetter parcqu’ils peuvent faire tourner la machine à billets verts sans risquer de forte dévaluation de leur monnaie qui reste la monnaie de référence mondiale.

              deuxièmement dire que le 2ème poste est la Défense : bravo ! le premier est l’éducation nationale (avec les résultats médiocres que l’on connait), le deuxième est le remboursement des intérets de la dette ensuite vient la défense

              les armes, avions, bateaux etc... achetées représentent plutôt un investissement puisqu’elles le sont dans des entreprises nationales où travaillent des français, cela ressemble plus à des grands travaux que ce que imaginez. si on venait à supprimer l’armée, il y aurait beaucoup de chômage (et pas seulement les militaires !!)


            • Al-Capone (---.---.50.219) 10 avril 2006 17:40

              petit rappel

              le budget annuel de l’etat est aux alentour de 250milliards€

              le 2ème poste de depense de l’etat, environ 50milliards €, seulement pour les interets de la dette, pas la dette, juste les interets !


            • (---.---.100.188) 10 avril 2006 21:57

              « La Défense nationale comme premier budget, alors que la Défense est l’exemple type de secteur qu’il vaudrait mieux transférer au niveau européen pour plus d’économie, moins de dépense. »

              Je vous rappelle que les Français ont voté « non » au référendum sur la Constitution Européenne, sans doute par pur masochisme mais c’est ainsi. Sans constitution, pas de défense commune - tout au plus quelques unités plus ou moins regroupées à la fantaisie de chacun mais aucune véritable stratégie de groupe n’est possible.


            • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 11 avril 2006 10:34

              Tout à fait. Mais dans les arguments du ’non’ (du moins dans ceux du ’non’ de gauche, le FN et autres nationalistes devaient sûrement penser autrement), je n’ai jamais entendu que la défense Européenne était en soi un problème. Le seul problème venait de l’affiliation de la défense Européenne à l’OTAN.


            • faxtronic (---.---.127.73) 10 avril 2006 13:11

              Je recherche la structure de la dette des pays suivants :
              - France
              - Japon
              - Us
              - UK
              - Allemagne
              - Italie

              Je cherche sur le net mais je ne trouve rien....


              • Jojo (---.---.2.219) 10 avril 2006 13:58

                Je ne sais pas si la « structure » d’une dette a un sens. C’est la difference entre dépenses et recettes. Difficile de distinguer une dépense particulière qui contribuerait plus qu’une autre.

                L’investissement, ça je comrends. C’est sur que l’investissement en terme de recherche de la France est relativement faible, mais principalement à cause du privé.


              • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 10 avril 2006 14:10

                Encore que l’investissement en terme de recherche peut avoir différentes particularités qui peuvent le rendre rentable ou non... L’un des problèmes de la recherche Japonaise est qu’elle est par exemple minée par les concurrences internes entre les différents groupes. Les Suédois, Allemands, et même Américains dépensent moins en une recherche plus efficace car moins concurrencielle...


              • Al-Capone (---.---.191.137) 10 avril 2006 14:22

                Pourriez vous expliquer en quoi le recherche public est penaliser par le privée ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès