Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > A-t-on le droit de contester les religions ?

A-t-on le droit de contester les religions ?

Doit-on considérer que la diffusion d’informations factuelles en contradiction avec les dogmes religieux est de l’intolérance condamnable et qu’elle mérite d’être censurée ?

Auteur du livre « Dieu et les religions à l’épreuve des faits  », j’ai eu le plaisir de constater qu’un lecteur, Gérard Pascetto avait écrit, au mois de septembre sur Agoravox, un article intitulé « Est-il réellement impossible de démontrer l’inexistence de Dieu ?  » en mentionnant mon livre. Un véritable débat s’en est suivi et je ne peux qu’encourager tous les membres à le poursuivre.
 
 La croyance en Dieu ne restant pas dans le domaine privé et influençant en permanence la vie quotidienne des individus dans le monde entier, n’a pas à être un domaine où la moindre critique est considérée comme de l’intolérance, quand elle n’est pas violemment rejetée par certains.
 
Si je me permet d’intervenir maintenant, c’est qu’un autre lecteur m’a indiqué avoir fait l’objet de censure en ayant ses articles purement et simplement effacées sur plusieurs sites internet de discussions qui intègrent pourtant un thème « religions » dans leur menu tel que forumfr.com. Cette censure me parait particulièrement grave et montre qu’il existe aujourd’hui un risque très sérieux de retour à l’obscurantisme.
 
 A l’inverse, on ne peut que se féliciter de l’existence du site Agoravox, que je ne connaissais pas et que des lecteurs m’ont permis de découvrir. Il me semble essentiel de soutenir Agoravox afin qu’il puisse continuer à être une tribune où la liberté d’expression a tout son sens.
 
Ce lecteur censuré m’a adressé le texte qu’il voulait communiquer :
 
Doit-on se prosterner devant celui qui a tué des centaines de milliers d’enfants ?
 
La question ne mérite-t-elle pas d’être posée quand on lit la Bible ? Exode (12,12-14)
 
« Cette nuit-là je parcourrai l’Egypte et je frapperai tous les premiers-nés dans le pays d’Egypte, je ferai justice, moi Yahvé. Le sang sera pour vous un signe sur les maisons où vous vous tenez. En voyant ce signe, je passerai outre et vous échapperez au fléau destructeur lorsque je frapperai le pays d’Egypte. Ce jour-là, vous en ferez mémoire et vous le fêterez comme une fête pour Yahvé, dans vos générations vous la fêterez, c’est un décret perpétuel. »
 
Qui dit et fait cela ? Dieu lui-même. Ainsi Dieu a bien tué tous les enfants, ainés des familles égyptiennes en une nuit.
Qu’avaient fait ces enfants ? Rien. Dieu les a massacrés uniquement pour montrer qu’il était capable de le faire. C’est clairement expliqué dans la Bible.
 
La question subsidiaire est :
 
Pourquoi les croyants juifs fêtent-ils ce massacre tous les ans à l’occasion de leur fête de Pâques ? Parce que c’est un ordre de Dieu ? Car Dieu demande clairement de fêter ce massacre d’enfants égyptiens où il a épargné les enfants juifs.
A l’occasion de cette fête, la plus importante de la religion juive, les pères de chaque famille, lisent solennellement la Haggadah de Pessach à leurs enfants qui entendent tous les mots suivants :
 
« Combien de faveurs Dieu ne nous a-t-il pas accordées !
S’il nous avait tirés d’Egypte sans infliger des punitions aux Egyptiens, cela eût été assez.
S’il leur avait infligé des punitions sans les exercer sur leurs idoles, cela eût été assez.
S’il avait exercé des punitions contre leurs idoles sans faire mourir leurs premiers-nés, cela eût été assez.
S’il avait fait mourir leurs premiers-nés sans leur donner la fortune, cela eût été assez…
Combien plus grande est la bonté de Dieu pour nous. Il nous a tirés d’Egypte, a infligé des punitions aux Egyptiens, a exercé des punitions contre leurs idoles, a fait mourir leurs premiers nés, nous a donné la fortune… »
 
Est-il raisonnable de lire un tel texte à des enfants ? Tous ceux, ils sont des millions, qui lisent un tel texte à leurs enfants se rendent-ils compte de l’horreur de ce qu’il raconte tous les ans ?
 
Pour ceux qui douteraient de la pertinence de ce qui est écrit dans la Bible, il est écrit sur le site internet officiel de l’Eglise Catholique de France :
 
« La Bible est le livre le plus lu dans le monde. Elle imprègne notre culture et notre civilisation. Elle appartient au patrimoine de toute l’humanité. Elle est porteuse des valeurs de justice, de liberté et de fraternité.
La Bible raconte l’histoire de l’alliance que Dieu a faite avec les hommes. Pour les chrétiens la Bible c’est la parole de Dieu : ils croient que Dieu est quelqu’un qui peut communiquer avec eux. Dieu s’est révélé à Israël par Moïse et les prophètes et pour les chrétiens, par Jésus le Christ. Elle témoigne des relations entre les hommes et Dieu : relation faite de fidélité et de reniement. C’est un long cheminement vers la liberté et l’amour.
C’est un livre porteur de sens pour ceux qui cherchent tout au long de leur vie, la vérité et la volonté de Dieu… »
 
J’aimerais que les croyants m’expliquent comment ils peuvent parler d’un Dieu d’amour et se prosterner devant lui ? Car il s’agit bien de Dieu, et non des hommes, qui a massacré des enfants.
J’ai découvert tout cela et plein d’autres réalités dont je n’avais aucune conscience, en lisant le livre d’Olivier Bach, « Dieu et les religions à l’épreuve des faits ». Comme son titre l’indique, il n’expose que des faits, mais quels faits... ?
 
Ce texte mérite-t-il d’être censuré ? Il ne fait que présenter des textes extraits de la Bible, de la Haggadah de Pessach et du site internet officiel de l’Eglise catholique et poser des questions sur leurs conséquences.
 
Est-il acceptable d’interdire la publication d’articles parce qu’ils posent des questions pertinentes sur des pratiques et des textes religieux ?
 
Je reçois de nombreux mails de croyants ayant lu mon livre. Ils expriment tous l’importance des informations qu’ils y ont trouvées. Ils m’indiquent clairement n’avoir eu pratiquement aucune connaissance des réalités qui y sont exposées, que ce soit au niveau des textes sacrés, de l’enseignement et de l’éducation, de la contestation des sciences et surtout de la falsification de l’histoire des religions jusqu’à nos jours par de nombreux historiens. Je ne compte plus ceux qui me disent « C’est effrayant, je ne savais pas ».
 
En écrivant ce livre, qui est le résultat de plus de 5 années de recherches, mon seul objectif était d’informer sur des faits incontestables. De ces informations, chacun en tire les conséquences qu’il veut. Cela s’appelle la liberté, sachant que l’on est naturellement aussi libre de ne pas vouloir être informé des réalités.
 
J’ai un profond respect pour les croyants sincères à qui je propose seulement de se poser certaines questions à la lumière de faits qu’ils ne connaissent peut-être pas. Par contre je tenterai toujours de m’opposer à ceux qui cherchent à falsifier les réalités. On est tous à un moment ou un autre de notre vie, manipulé par d’autres et il est rare que l’on en soit conscient parce que l’on manque d’informations. Il est toujours plus facile de « faire confiance » mais il faut admettre que ce n’est pas toujours sans conséquences. J’en prendrais pour seul exemple les affaires de pédophilie, qui ont concerné des dizaines de milliers d’enfants dans des établissements religieux, et que j’aborde également dans mon livre en donnant des informations ayant fait l’objet d’une censure quasi totale de la part des médias quand elles ont été dévoilées en Angleterre.
 
J’ai cherché aussi à comprendre les mécanismes de la croyance en Dieu car elle est pratiquement impossible à supprimer contrairement à l’adhésion à des religions. Comment ne pas constater que ceux qui s’éloignent de leur religion deviennent rarement athée mais agnostique toute leur vie ? Je pense en donner une explication objective dans mon livre grâce aux dernières découvertes sur le cerveau et essentiellement celles d’Eric Kandel qui lui ont permis d’avoir un prix Nobel. Là encore, ce sont des réalités qu’il me semble important de connaître et qui nous concernent tous quelles que soient nos opinions.
 
J’ai lu avec attention toutes les réponses à l’article de Gérard Pascetto. Il en ressort que le dogme de l’impossibilité de prouver l’inexistence de Dieu est bien ancré. J’estime que ce dogme est faux quand on parle du Dieu des monothéistes, soit celui des chrétiens, des musulmans et des juifs. On peut en trouver une démonstration dans mon livre.
 
Elle part d’une définition précise de ce Dieu qu’en donne les croyants eux-mêmes, à savoir qu’il est d’amour, qu’il aide les faibles et les pauvres, qu’il donne la vie et décide de la mort, et qu’il a créé l’univers et l’homme. Ou ces caractéristiques sont vérifiées et Dieu existe, ou elles ne le sont pas et Dieu n’existe pas et est un mythe. L’analyse factuelle, que je développe dans le livre, montre que ces caractéristiques ne sont pas vérifiées. On ne peut qu’en conclure que ce Dieu, défini précédemment, n’existe pas. 
 
Mais on ne doit pas en conclure pour autant qu’il n’existerait aucun dieu. Ceux qui veulent croire en un dieu doivent lui trouver une définition invérifiable car on ne peut alors effectivement rien prouver. Au cas où ils lui donneraient une définition vérifiable, ils doivent accepter qu’il soit possible de démontrer son existence ou inexistence.
 
Pour illustrer mon propos, il me semble que l’exemple du Père Noël mérite d’être analysé. Faut rappeler, à l’instar de la grande majorité des philosophes et même de nombreux scientifiques, ce qu’a écrit André Conte-Sponville à ce sujet dans son livre « L’esprit de l’athéisme » :
 
« Si vous rencontrez quelqu’un qui vous dit : « je sais que Dieu n’existe pas », ce n’est pas d’abord un athée, c’est un imbécile. »
Il ajoute qu’il en est de même pour celui qui prétend savoir que Dieu existe, mais aussi :
« Essayez, par exemple, de prouver que le Père Noël n’existe pas, ni les vampires, ni les fées, ni les loups-garous…Vous n’y parviendrez pas. »
 
Or jusqu’à preuve du contraire, le Père Noël est défini comme un être surnaturel qui donne tous les ans des cadeaux aux enfants sages. Cette définition est tout à fait vérifiable à partir du moment où l’on ne peut que constater qu’aucun enfant sage dans le monde entier n’a jamais reçu de cadeaux dont la provenance ne serait pas humaine. On peut donc clairement prouver que ce Père Noël, défini de cette manière, n’existe pas.
 
Les analyses d’André Conte-Sponville sont en général très pertinentes mais dans ce cas, il participe malheureusement à la perpétuation du dogme de l’impossibilité de l’inexistence de Dieu qui se trouve être faux dans le cas du Dieu des monothéistes.
 
Je ne veux pas terminer cet article sans remercier tous les membres d’Agoravox qui ont aidé et aident encore à la diffusion de mon livre grâce au transfert de fichier ou à l’indication du téléchargement gratuit sur le site inexistencededieu.com. 
 
S’il a déjà été lu par des dizaines de milliers de personnes en seulement quelques mois grâce aux efforts des lecteurs pour faire connaître les informations qu’il contient, doit-on s’étonner qu’aucun média, hors internet, n’ait estimé intéressant de les diffuser ? Je tiens à préciser que ce n’est pas mon livre qu’il est important de diffuser mais les informations qu’il contient.
 
Olivier Bach

Moyenne des avis sur cet article :  3.05/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

142 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 10 novembre 2009 12:24

    Mais bien sûr...


    • abdelkader17 10 novembre 2009 12:55

      On a le droit de tout contester mais en y apportant une critique constructive ,un regard mesuré,
      sans se perdre dans des appels à la haine à ’incompréhension, et sans céder au conformisme des modes intellectuelles du temps présent.


      • Halman Halman 10 novembre 2009 16:07

        C’est pourtant bien ce que vous faites à chaque commentaire Abdel


      • projetX projetX 10 novembre 2009 16:33

        @ abdl

        « des modes intellectuelles du temps présent »

        Vous voulez parler de votre passion pour l’islam et la palestine ?


      • abdelkader17 10 novembre 2009 17:22

        @Halman
        Un traitement spécial s’impose pour le sionisme malfaisant.


      • Big Mac 10 novembre 2009 13:09

        Encore un type qui sous un titre impartial "a-t-on le droit de critiquer les religions", nous ressort la vieille ruse éculée de les critiquer toutes sauf une, celle d’amour de paix et de tolérance.

        Bizarre quand même sur ce site la prolifération d’articles laïcs tout droit sortis d’une madrassa !


        • plancherDesVaches 10 novembre 2009 13:38

          Laïque... ??? en faisant du prosélitisme, il faudra que vous m’expliquiez...

          Mais : bien vu, cette guerre de religion qui ne peut qu’exister et commence à nous gaver sec.

          Tout le monde a bien compris qu’une religion est une secte qui a réussit... Sauf l’auteur.

          Les US sont un exemple d’ailleurs flagrant de raccrochage aux religions pour deux motifs :
          -quand on a plus de racines et qu’on est dans la merde, ne reste plus que dieu...
          - quand on est riche et qu’on a besoin d’une excuse hypocrite, on dit que de la faute de dieu.

          Et quand on se prend pour dieu, c’est encore mieux.
          http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/11/09/le-patron-de-goldman-sachs-en-mission-divine_1264690_1101386.html#ens_id=1224260
          « Le patron de Goldman Sachs en mission divine »


        • Olivier Bach 10 novembre 2009 14:24

          J’ai analysé les religions chrétiennes, musulmanes et juives avec le même esprit critique dans mon livre. En vous lisant, je me rends compte que mon article peut sembler indiquer que la religion musulmane n’est pas concernée. Je peux vous assurer qu’elle l’est tout autant que les autres.


        • Big Mac 10 novembre 2009 17:42

          Oui évidemment toute ressemblance avec de l’auto-censure serait fortuite.


        • plancherDesVaches 10 novembre 2009 22:17

          Et l’auteur s’enfonce lui-même :
          « Je peux vous assurer qu’elle l’est tout autant que les autres. »

          Aussi destructrice et conquérante.. ???

          Allons. Essaies de réfléchir par toi-même, mon gars, de façon consciente et responsable par rapport à un éventuel dieu dont tu veux la domination.

          Sodome et Maso te saluent bien.


        • abdelkader17 10 novembre 2009 13:14

          @MCM
          tu as jeté l’éponge, Cluzet c’est pas de tarte hahaha
          La défense des intérêts du sionisme c’est plus ce que c’était.


          • Big Mac 10 novembre 2009 15:24

            Ben comme Gary Coupeur sortait les ciseaux, à quoi poster pour voir ces billets disparaitre ?


          • morice morice 10 novembre 2009 13:22

            pour répondre à votre question : non, c’est un DEVOIR.


            • K K 10 novembre 2009 18:17

              ah non papy, K c’est moi ! Je n’habite pas Tourcoing....


            • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 10 novembre 2009 13:23

              Le droit de critiquer les religions n’est pas en questionnement.

              Ce droit est inscrit dans la Constitution qui garantit la liberté de conscience et d’expression.

              Cette liberté, donc, de critiquer les religions, vaut pour chacune d’entre elles exactement au même titre.

              Même si Ghabel Bencheick le réformiste stipule dans Alors, c’est quoi l’islam que « la morale islamique prévient aussi la moquerie et la raillerie », citant Les appartements, 49,11.


              • Furax Furax 10 novembre 2009 15:26

                Constitution de la République Française

                Article 1
                La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances


              • docdory docdory 10 novembre 2009 18:15

                @ Furax 

                Le mot respecter est un mot polysémique qui a trois significations principales :

                1°) Avoir une considération particulière pour quelqu’un en raison de ses mérites :

                exemple : le nouveau Prix Nobel est unanimement respecté par ses collègues

                2°) Obéir à un règlement 

                exemples : l’automobiliste n’a pas respecté le feu rouge, les élus de la République doivent respecter la Constitution 

                3°) Tolérer quelque chose sans donner son opinion :

                exemple : le père de famille dont la fille lui présente pour futur mari un toxicomane chômeur, aux cheveux teintés en verts fluorescents, au pantalon rose, dont le visage et la langue sont agrémentés de divers corps étrangers métalliques à type de « piercings » dira éventuellement à sa fille, s’il est gentil ou hypocrite : « ma fille , je respecte ton choix ! » 

                Il est évident que dans la phrase « elle ( la France ) respecte toutes les croyances » , ce n’est pas le premier sens qui s’applique puisque en tant que République laïque ,la France ne reconnaît aucun culte , elle n’a donc aucune considération particulière pour quelque chose qu’elle ne reconnaît pas !

                Ce n’est pas non plus le deuxième sens qui s’applique , c’est à dire que la République n’est nullement tenue à respecter le moindre règlement religieux , puisque ce sont les citoyens qui décident des lois et non les dieux ( à supposer qu’il ou ils existent, ce qui n’est pas le problème de la République ) . Elle serait bien en peine d’ailleurs de respecter les règlements de toutes les religions puisque ceux-ci se contredisent d’une religion à l’autre !

                C’est au contraire le troisième sens qui s’applique puisqu’il est la résultante directe de la déclaration des droits de l’homme :

                Article X

                Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.

                Autrement dit , la République respecte , c’est à dire tolère dans l’indifférence la plus totale, toutes les croyances tant qu’elles ne sèment pas le désordre .


              • morice morice 10 novembre 2009 18:40

                Même si Ghabel Bencheick le réformiste stipule dans Alors, c’est quoi l’islam que « la morale islamique prévient aussi la moquerie et la raillerie », citant Les appartements, 49,11.


                le jour où elle arrêtera de jouer à l’intello, celle-là, n’est pas encore arrivé..

              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 10 novembre 2009 19:02

                Si j’ai donné cette précision, momo, c’est bien évidemment parce que je n’ai pas du tout l’intention de m’en tenir à une sourate stipulant que les uns ne doivent pas se moquer des autres, l’humour étant, ainsi que vous l’ignorez, la politesse du désespoir.

                Que ces culs-bénis exigeant le respect en sus de la tolérance aillent... au diable.


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 10 novembre 2009 19:03

                Saine piqûre de rappel, Doc.


              • Louise Louise 10 novembre 2009 19:16

                Le véritable humour, c’est se moquer de soi d’abord...

                Se moquer des autres ? Bof, quel intérêt ? Se défouler, c’est tout, c’est peu...


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 10 novembre 2009 19:20

                L’autodérision est en effet un signe de bonne santé psychique smiley

                Avez-vous souvent rencontré des zélateurs religieux aptes à cet exercice ? En avez-vous lus ?


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 10 novembre 2009 19:25

                Il n’est pas ici question, Louise, de se moquer des autres, mais de se moquer des religions. De la même façon, sous la férule de l’Union soviétique, Polonais et Tchécoslovaques avaient développé un humour ravageur. Et salvateur. Leur permettant de survivre aux contraintes totalitaires, et de conserver la seule part de liberté qu’il leur restait.

                Il est vrai qu’à cette époque, nulle loi contre le « blasphème » ne cherchait à percer et réduire encore un peu plus la liberté de s’exprimer à une peau de chagrin. Et quel chagrin...


              • Furax Furax 10 novembre 2009 22:46

                Comic (hi hi hi) dancer
                Quelle poilade, votre humour est ravageur.
                Il est un fait que ces salopards de « culs bénits » polonais, russes, tchèques, roumains etc. ne déportaient pas les vertueux athées si respectueux d’autrui dans les goulags.
                Je vous respecte pour votre animation...comique


              • Gabriel Gabriel 10 novembre 2009 13:30

                L’humour et la dérision c’est un peu l’art de remettre la vie sur pied, alors rire des religions et de leurs bigots fanatiques, persuadés qu’ils sont de détenir la vérité, me fait le plus grand bien ! Et plus certains deviennent fanatiques et plus cela m’amuse, bien que le con qui se persuade finit par en être dangereux  …. 


                • Olivier Bach 10 novembre 2009 14:40

                  Oui, il faut de l’humour et de la dérision mais je ne pense pas qu’il faille rire des religions. C’est un sujet qui nous concerne tous par ses conséquences dangereuses. S’il existe des fanatiques qui risquent de nous entraîner dans un conflit nucléaire et qui tuent tous les jours des dizaines de personnes, c’est uniquement parce que des individus croient en la vérité de textes où il est écrit qu’il ont des droits sur les autres et le devoir de leur imposer leur croyance. Certains diront que ces fanatiques se trompent sur les textes. En réalité, ils ne font que les respecter comme d’autres l’ont fait depuis 2000 ans. Ont-ils tort à partir du moment où l’ensemble de nos dirigeants occidentaux considèrent aussi ces textes comme sacrés et inattaquables ?


                • Gabriel Gabriel 10 novembre 2009 16:00

                  Mon cher Olivier, c’est vrai que je doute que tous ces religieux nous fassent autant rire qu’ils nous pourrissent la vie. Certains prêchent un Dieu infiniment bon mais qui a été assez sadique pour créer l’enfer et la damnation éternelle. D’autres l’amour d’un Dieu et sa grandeur mais ils massacrent en son nom. Alors ces gens là me gonflent, j’ai un profond respect pour la foi mais les religions sont un ersatz de la politique et sont les plus grandes criminelles de l’histoire humaine et personnellement je n’ai aucun respect pour les assassins. Alors oui je continuerai à rire de ce folklore jusqu’au jour ou leur devise sera : » Agit avec les autres comme tu aimerais qu’il agissent avec toi ».  


                • Olivier Bach 10 novembre 2009 22:57

                  Vous avez raison Gabriel mais si l’on ne fait que rire, on risque de permettre à certains de nous empêcher de rire.


                • claude claude 11 novembre 2009 01:40
                  •  Certains prêchent un Dieu infiniment bon mais qui a été assez sadique pour créer l’enfer et la damnation éternelle
                  ce sont les prêtres et homme d’église, qui ont inventé l’enfer, le purgatoire et la damnation éternelle ( c’est ce fanatique schizophrène, misogyne et paranoïaque de paul qui s’est monté le bourrichon et qui l’a brandi à tout va !!!))... pour faire de la religion un outil de coercition et de gouvernement. ils se sont servi des croisades, plus, pour conquérir de nouvelles provinces (croisade contre les albigeois), que pour porter la parole de Dieu !

                  satan est une figure chaldéenne empruntée par les juifs esclaves de Babylone qui ont assimilé le mot qui définit une fonction judiciaire (celle d’accusateur), ne nomme pas un dieu mais présente une divinité qui en assiste une autre dans le jugement du Job mythologique.
                  Dans la Bible, le passage de Job présentant un Seigneur et un accusateur correspond à une scène de jugement réaliste.. (wikipédia)

                  Belzébuth est tout simplement la continuité du dieu Baal-Zebub.

                  lucifer, porteur de lumière, est un archange déchu, car emporté par son orgueil, il défia dieu et fut banni hors de la vue de Dieu.
                  l’enfer, ce n’est pas tant les flammes, que de vivre loin de la lumière et de l’amour divins.

                  enfin la critique des religions est nécessaire pour les faire évoluer, et sortir de l’obscurantisme, comme don helder camara l’avait entrepris en promouvant la théologie de la libération.

                  www.heldercamara-actualites.org


                • Shaytan666 Shaytan666 11 novembre 2009 11:33

                  En disant « hommes d’Église » vous faites uniquement référence à la religion catholique, le terme exacte aurait du être « les hommes de religion », dans le sens, les hommes qui édictent les lois et usages d’une religion quelconque.


                • dom y loulou dom 11 novembre 2009 13:08



                  Vous ne dites pas que Lucifer est une imagerie issue seulement du moyen âge et de l’inquisition espagnole barbare


                  le même personage qui semble avoir droit à toutes les opprobres s’appelle du temps des romains Neptune, dieu des abysses maritimes... ou Poseidon chez les grecs le dieu des océans oubliés... et il faut descendre jusqu’aux sumeriens en passant par Enoch qui l’appelle l’ange des eaux.

                  à Sumer il est Anunaki, Ea, le porteur d’eau, avec un titre ronflant accroché à lui : Enki, prince de la terre, bienfaiteur de l’humanité et son récit de la mémoire du monde et de l’origine de l’humanité aura insipiré tous les prophètes et surtout st.jean qui nous renvoie dirctement à lui dans son apocalypse.

                  Ce qui fera de l’esprit des eaux l’esprit de vérité des chrétiens, une mémoire dormante depuis longtemps donc.

                  Précécisément le porteur d’eauannoncé par le christ « celui qui expliquerit tout ce qu’il en est du jugement »

                  intéressant non ?

                  Hormis Dieu il y a la conscience des aom, celle-ci peut s’éveiller et joindre l’entier de la conscience,cette conscience complète qui fut appelée cristos par les grecs, le logos solaire, faisant de lui le fils etc.


                   et les institituions religieuses, pharisiens, romains, inquisiteurs, se sont apparemment acharnés à priver les ouailles de leur libre arbitre pour les placer en rangs d’oignons pour mieux les taper et les faire travailler docilement dans la crainte d’un châtiment infect.

                  Surtout ne pas être le rebelle à leurs insititutions divines !!!

                  Cette distortion commence en Egypte où on voit les foules être mystifiées dans les grands mystères d’Eleusis et la croyance en un autre monde post-mortem qu’il faudarit atteindre en acceptant docilement tous les esclavages.

                  Je m’emploie pour ma part à observer objectivement les faits historiques de tout ce qui fut répertorié, je n’y rattache aucune bataille idéologique ou géographique comme le font les fanatiques. Mais si on veut me prver du droit de comprendre je me défends par tous les moyens possibles. je déteste être mystifié pour vivre dans la crainte !! Et je ne comprendrai jamais ceux qui défendent un état pareil de leur être qui les liène et les rend dédpendants de « ceux qui savent ».

                  Ce qui est certain c’est que le dieu de l’ancien testament est un sadique et que le christ le rencontre sur la croix, tandis qu’il meurt pour la mémoire du principe créateur, l’Amour.
                  .
                  Voilà des faits. Pas besoin d’y croire, ce sont les faits répertoriés.

                  Cet alliage de l’ancien et du nouveau testament n’est opéré que sous Constantin, en l’an 1000 que la bible est rapiècée comme elle est présentée encore aujourd’hui, lessivée de la moité de ses textes, ceux dits « apocryphes » parce qu’ils auraient empêché le sadisme d’état.

                  On conseille la lecture de l’apocalypse d’Esdras aux petits malins qui aiment tant jouer avec nos nerfs.

                  l’église elle-même a fait ce que les prophètes interdisaient à quiconque d’en rajouter ou d’en enlever une ligne sous pene d’être maudits.

                  Aujourd’hui l’instant présent est bien plus probant que des textes rapiécés à l’infini et qui n’ont de sacré que le sacré que les ouailles y mettent, souvent pour justifier n’importe quoi et surtout leur flemme de réfléchir.

                  Les enseignements sont sacrés, ceux du christ particulièrement, mais les ouailles ne veulent même pas se souvenir de pourquoi Jesus fut appelé cristos par les grecs. Le logos solaire, la conscience radiante. Voilà qu’il ne reviendrait,pas en superflic comme les aliénés du starsystem le voudraient et qui nos vaudra l’infect messie du grand supermarché, mais comme conscience radiante qui élèvera l’humanité... si elle ne fat pas tout elle-même pour s’autodétruire, comme certains le voudraient.

                  Les asiatiques auraient dit qu’il est devenu un Bouddha sans autre.

                  Mais avoir prétendu que le dieu d’Abraham, historiquement ne laissant aucune trace de son existence hormis Amenemhet, pharaon hixos d’Egypte, est le même dieu que celui du Christ fut vraiment une des pires supercheries réalisées dans l’histoire.

                  Et comme je déteste la manipulation je le mets en lumière.

                  Et on conseille vivement de sortir de ces dépendances liées à des textes vieux de 3000 ans et de renouer avec les conseils pertinents qui composent les enseignements. « ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’ils te fassent » etc. Des sagesses comme cellre-là, quelques’unes suffisent pour mener une vie équilibrée. Il faudr la folie de la consokmmation pour dire que personne n’a besoin de sagesse dans sa vie.

                  Oubliez-les et vous voilà à la merci de votre ignorance, car nul n’a jamais su quoique ce soit sans apprendre.Ce que le star sysem prétend pourtant. Y qu’à débiliter devant Britney et tout ira bien. Les matchs de foot vont nous remplir de fierté... (!)


                  Si vraiment on cherche un regard objectif sur tous ces récits mystificateurs à l’extrême, il faut retourner à leurs sources premières, les récits sumeriens qui apparaissent de plus en plus comme une civilisation nettement plus avancée même que la nôtre et qui ont laissé des vestiges et des monuments d’architecture que nous ne sommes pas en mesure de reproduire.

                  Pensez à Puma Punku et le myriades de pyramides construites partout dans le monde..Il y a eu une autre civilisation bien antérieure à babylone qui a laissé bien ds traces etd des inspirions pour les génératins qui ont succédé. mais cela n’est pas enseigné dans les écoles, tiens donc, pourquoi ? En quel honneur ?

                  http://www.youtube.com/watch?v=jjs5Rv_DMzg&feature=related

                  Les aom ont le droit de savoir ce qui existait avant babylone, présentée dans nos manuels comme le commencement de toute réelle civilisation. C’est complètement faux. C’est donc la première des croyances infligées, croyances qui ne servent qu’à mettre des oeillères aux aom afin qu’ils soient dans l’incapacté de comprendre qui ils sont et d’où ils viennent et qu’ils puissent se souvnir de leur unité première. 

                  En êtres libres parce que les foindateurs de la civilisation sumerienne étaient manifesement tout le contraire des babyloniens esclavagistes et amateurs de guerre éternelle et de soumission des peuples devant eux. Leur délire continuera jusqu’à Alexandre. Les deux cent immortels vaincus à Tehrmopilès où l’histoire de la conscience des aom débute réellement,


                  la mystification de l’HISTOIRE aura amené les aom à apprendre à croire toutes sortes de choses tandis que le livre du vivant s’étale devant eux et qu’ils n’ont qu’à y puiser pour OBSRVER et SAVOIR.

                  Il y en a d’autres qui se sont échinés à sauvegarder la civilisation et depuis 4000 ans ils sont traités comme le mal en personne.par ceux-là même qui adorent tenir l’humanité à leur botte en se vantant d’être des dieux supérieurs ou des anges ou des êtres radieux enfermés dans un corps de chair qui leur semble obscur parce qu’ils n’ont jamais fait l’effort d’en apprendre quoi que ce soit.

                  Chez les bouddhistes le corps a le même nom que les enseignements, le dharma.

                  Je préfère, je me dis que le père de tout, AMOUR, m’a donné vie pour que j’utilise tous les aspects qu’il a donné à mon être, pas pour me scléroser dans des terreurs de petits bourreaux sadiques qui aiment jouer les dieux.

                  Oui l’imagerie qui habite l’humanité et donne sens à leur perception de la réalité est vitale ou... 

                  fatale quand elle est utilisée pour uniquement plonger les êtres dans la terreur de pouvoirs parfaitement temporels qui aiment se prendre pour Dieu en personne. Tout babylone, semble être rattrapée par cette maladie sans arrêt dans son histoire... mal à dieu... cette folie des grandeurs sans l’humilité qui devrait nous faire apprendre de notre environnement au lieu de vouloir décider de ce qu’il est.

                  Très dangereux pour la survie de l’espèce à l’heure où l’on manie des armes atomiques comme il y a 4000 ans, come le racontent les sumeriens. Ce qui fut appelé « faute originelle »... rien à voir pourtant avec ce qui en fut fait ans l’ancien testament et ce grotesque cartoon symbolique d’Adam et d’Eve culpabilisant l’humanité à jamais, n’est-ce pas ?

                  On peut bien dire que ces textes sumeriens sont des mystifications comme les textes plus tardifs...

                  MAiS ALORS POURQUOI ON NOUS LES A CACHé PENDANT QUATRE MILLéNAIRES ??




                  pouf ... vous m’en faites dire des choses... je prie pour qu’un jour je puisses me taire et que les rectiifications de ces mensonges millénaires trouvent une fin.


                • Frabri 10 novembre 2009 13:38

                  Parce qu’on n’a pas le droit de contester les religions, et l’athéisme dans les démocraties ! ! ! ! ? ? ? ?


                  • Olivier Bach 10 novembre 2009 15:01

                    On a eu ce droit il y a quelques dizaines d’années, mais je pense que ce droit n’est plus aussi respecté aujourd’hui. Les religions ont réussi à ce que toute critique envers elles soit considérée comme de l’intolérance. Et en dehors de la censure exercée par certains médias, comment ne pas constater une auto-censure de la part de la plupart des non-croyants. L’athéisme n’est pas une philosophie et n’est en rien comparable aux religions. Il y a autant d’athéismes, si on comprend ce mot comme une doctrine de vie, que d’athées. La seule chose que les athées ont en commun est de ne pas croire en Dieu. C’est la raison pour laquelle je prefère le terme non-croyant à athée car on ne peut pas y adjoindre un « isme ».


                  • Furax Furax 10 novembre 2009 15:16

                    à Olivier Bach,

                    « L’athéisme n’est pas une philosophie »
                    C’est une croyance.
                    Un non- croyant est agnostique.


                  • JL JL 10 novembre 2009 15:18

                    « Un non- croyant est agnostique » (signé furax)

                    Et un agnostique, c’est quoi selon vous ?


                  • Furax Furax 10 novembre 2009 15:22

                    Un non-croyant.


                  • zelectron zelectron 10 novembre 2009 16:51

                    agnostique = ne sait pas (si dieu existe ou n’existe pas)
                    c’est le sens d’origine et c’est très bien ainsi.


                  • JL JL 10 novembre 2009 18:06

                    Un agnostique, contrairement à un athée et à un croyant est quelqu’un qui n’a pas choisi. Un athée a choisi de ne pas croire ; et il existe deux sortes de croyants : ceux qui ont la foi et ceux qui ont choisi de croire.

                    Ma question évidemment s’adressait à furax qui met dans le même paquet tous ceux qui ne croient pas.

                    Comme pour ma part je suis plutôt discret, je ne lui demanderai pas de nous dire dans quelle catégorie de croyants il se classe.


                  • morice morice 10 novembre 2009 18:42

                    agnostique = ne sait pas (si dieu existe ou n’existe pas)
                    c’est le sens d’origine et c’est très bien ainsi.


                    bref, il ne se mouille pas de beaucoup quoi ...

                  • Furax Furax 10 novembre 2009 18:48

                    « il existe deux sortes de croyants : ceux qui ont la foi et ceux qui ont choisi de croire. »

                    S’cuzez moi mais là, je rame !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès