Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Clarifications au sujet du concept du hallal en Islam

Clarifications au sujet du concept du hallal en Islam

Le hallal ne se vend pas, il se pratique comme conduite individuelle. Le hallal relève de la conception que le musulman se forge à partir de sa propre lecture des textes et de son identité individuelle. Consommer hallal relève donc, de la morale individuelle, il ne saurait faire l’objet d’un dictat collectif émanant d’une conscience externe à la conscience intime.

Définir les concepts puis déterminer à qui revient le droit de décision dans quelle matière et de quelle manière, ce sont des balises incontournables si l’on veut faire avancer le débat sur le hallal vers la clarté du jour. Ainsi, les responsabilités seront définies afin de dissiper ce brouillard à la fois conceptuel et législatif.

Au niveau législatif, il s’agit d’astreindre le producteur aussi bien à la traçabilité au niveau du produit que l’usage technique appliqué à ce même produit, le flou législatif actuel laisse la porte grande ouverte aux avidités mercantiles et sans scrupule des uns et des autres.

Côté consommateur, sa responsabilité est effectivement plus grande encore, il faut arrêter cette victimisation qui veut que les choses ne puissent changer que du haut, c’est bien au consommateur que revient en fin de compte d’encourager ou de boycotter un produit suspect ou malsain, au lieu de mordre les yeux fermés à l’appât du moindre prix. 

Le hallal, un concept qui relève de la morale et non du légal  

Le hallal ne se vend pas, il se pratique comme conduite individuelle. Le hallal relève de la conception que le musulman se forge à partir de sa propre lecture des textes et de son identité individuelle. Consommer hallal relève donc, de la morale individuelle, il ne saurait faire l’objet d’un dictat collectif émanant d’une conscience externe à la conscience intime.

L’Islam n’a pas institué un clergé officiel mais récuse également l’attitude cléricale. C’est bien au croyant que revient le droit en toute intimité de consommer ou pas un produit connoté hallal. Le rôle des experts en matière religieuse se limite à clarifier autant que possible le cas étudié, exposer toutes les pistes envisageables, mettre sur table les avis différents ainsi que leurs arguments en toute objectivité intellectuelle, puis donner leur point de vue comme un avis non contraignant parmi d’autres.

Le cas du jeûne du mois de ramadan est éloquent en la matière, en dehors de conditions extrêmes ou de maladies graves, seul le jeûneur peut juger s’il est en capacité ou non d’accomplir son jeûne lorsqu’il rencontre des difficultés pour pratiquer son culte.

Le qualitatif est une valeur indissociable du Hallal

Mettre l’accent uniquement sur l’abatage des animaux à consommer est réducteur de la position de l’Islam en la matière. Les versets coraniques[i]lient directement le hallal au tayyib qui signifie aussi bien pur, mûr, agréable, de bon goût que de bonne odeur, d’où Tayyiba épithète de la ville du prophète, Médine. Le parfum en arabe se dit tîb qui vient de la même racine.

D'un point de vue linguistique, les termes hallal et tayyib sont directement accolés l’un à l’autre comme attributs ou synonymes sans la moindre liaison. Il nous paraît dès lors abusif de ne retenir que le terme hallal dans ces versets, outre le fait que, souvent, le sens qui lui est attribué est galvaudé sans discernement.

Cette lecture n’est pas étrangère à la doctrine musulmane. Par opposition au consommable tayyib, la jurisprudence a recours à al-jallâla malsain à la consommation. Plusieurs hadiths existent à ce sujet, ce qui est une preuve tangible que le sens pratique du hallâl en Islam ne se limite pas seulement à la manière d’abattre l’animal.

« Le prophète a déconseillé de consommer la chair provenant d’aljallâla ainsi que son lait »[ii]. Le terme al-jallâla désigne la bête dont la consommation est hallal, mais dont la nourriture est constituée de produits impropres ou malsains. La mise en quarantaine est fortement recommandée pour rendre al-jallâla propre à la consommation, en la nourrissant le temps nécessaire par des aliments naturels et sains.[iii] 

Faut-il appelé donc hallâl un poulet dont la vie, de la naissance à l’abattage est un enchainement de processus industriel qui n’a rien de naturel sauf la forme ? Est-il hallâl de consommer un poulet qui n’a jamais foulé la terre de ses pattes, qui n’a jamais respiré l’air extérieur, qui n’a jamais goûté l’herbe fraîche, qui ne s’est jamais exposé à la chaleur naturelle du soleil,… ? À notre sens, un poulet dont la courte vie, huit semaines, se déroule confinée dans un espace artificiel, qui est nourri d’aliments suspects entre dans la catégorie d’al-jallâla.  

La question de l’abattage

Concernant la question de l’abattage rituel, il serait plus objectif d’exposer les avis différents en la matière. Nous les résumons ainsi sans soutenir aucun d’eux car ce n’est pas l’objectif de ses lignes.

Pour les uns, l’abattage par égorgement, n’est pas une condition sine qua non. Pour d’autres, seul l’abattage manuel par égorgement rend la consommation de la viande hallal, alors que certains acceptent l’abatage mécanique.

Nous avons dit plus haut que Le hallal ne se vend pas, il se pratique comme conduite individuelle. Il revient au musulman de vivre sa pratique selon ses valeurs propres. Cependant, le législatif doit imposer au fournisseur de décrire avec précision la manière dont l’animal a été abattu ainsi que la composition exacte des produits manufacturés. C'est-à-dire : sans viande de porc, par abattage manuel ou abattage mécanique.

En résumé, le hallal dépend du consommateur, c’est à lui seul que revient le droit de consommer quel type de hallal, du moment qu’on lui indique clairement la traçabilité du produit à tous les niveaux.

Les musulmans d’Europe, peuvent ainsi apporter un plus qualitatif à la qualité des produits consommables au lieu de s’enfermer dans une vision réductrice de pure forme, et deviennent de ce fait une proie facile pour qui le hallal est une question de business. 



[i] Coran, (S II, V168), (SV, V88), (SVIII, V69), (SXVI, V114).

[ii] Hadith, sunan Ibn Mâja, chapitre sur les animaux à consommer (adabâih), 3189. D’autres versions sont rapportées par : Ahmad, Thirmidhî, Abou Dâoud pour ne citer qu’eux.

[iii] J’ai connu personnellement cette pratique au Maroc. Dans ma famille, le poulet fermier élevé en pleine nature devait passer au régime pur grain pendant quelques jours avant sa consommation.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 6 mars 2012 10:46

    Bel exercice de sodomisation de diptères ! ! !...


    • Walid Haïdar 6 mars 2012 14:52

      Vous êtes un abruti monsieur Llabres. Cet article est parfaitement sensé et pertinent. C’est la réponse adéquate à la connerie ambiante sur le Hallal, qu’elle émane des bas du front ou des musulmans ignares.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 6 mars 2012 17:07

      À  Walid Haïdar (xxx.xxx.xxx.38) 6 mars 14:52

      Partant du fait que l’existence d’un « dieu » est absolument improuvée, je récuse toutes les religions ainsi qu’a fortiori tous leurs préceptes. C’est sur cette base que j’ai jugé cet article.


    • Robert GIL ROBERT GIL 6 mars 2012 11:23

      A l’heure où profitant d’une crise économique sans précédent, certains essaient de nous appauvrir un peu plus, d’autres ont lancé un sujet de réflexion des plus passionnant : hamburger hallal ou non hallal ? Ou comment détourner l’attention du pigeon pendant qu’on lui fait les poches !
      .......................
      http://2ccr.unblog.fr/2012/02/21/vous-le-voulez-hallal/


      • Al West 7 mars 2012 10:00

        Autant je juge véritablement inapproprié le thème du hallal soulevé pour cette campagne, autant il n’est pas possible de reprocher à Marine Le Pen de ne pas aborder la crise économique dans le même temps. 


      • Bilou32 Bibi32 6 mars 2012 12:58

        Le halal comme le casher est illégal en France et en Europe, c’est donc très simple. Pourquoi autorise t-on des dérogations a ces lois ? Existe -il des dérogations dans les pays musulmans où la charia est appliquée ? Quand ces religions vont-elles « évoluer » et supprimer ces abattages rituels non seulement condamnables au nom du bien être animal, mais dangereux pour les opérateurs ? Quand les juifs et musulmans reconnaîtrons que le porc n’est pas plus impur que les autres viandes ? ...
        Vive les athés et les agnostiques !!!


        • Nethan 6 mars 2012 19:08

          Malheureusement c’est faux, c’est l’Europe qui a demandé à ses membres d’inscrire la dérogation de l’étourdissement en cas d’abattage rituel dans leurs lois, par la directive 93/119/EC d’il y a déjà presque 20 ans.

          Et pour être certain que plus aucun pays ne soit contre cette dérogation (comme l’Autriche), l’Europe a conçu le réglement communautaire n°1099/2009 qui sera appliqué dès 2013. Or un réglement communautaire n’offre aucune concession et doit être appliqué sans délai, à l’inverse d’une directive qui offre parfois des marges de manoeuvre ou qu’on peut parfois oublier.

          Qu’on soit europhile ou non, l’Europe veut cette dérogation, et l’Europe imposera cette dérogation.

          Pour les autres questions, une religion ne peut pas évoluer car sinon elle doit admettre que son dieu se trompe. Comme ici avec le casher/halal, peu compatible envers un monde où ils ne sont pas les seuls et avec les contraintes de la production de masse, ce qui est surprenant pour un dieu prétendumment le « plus savant ». Il en va de même pour le reste. La seule chose qui puisse être fait, c’est la démystification de la population...


        • Nina888 7 mars 2012 13:51

          Mais la solution est simple : Le tout végétarien
          Il n’y as rien à récolter sur un porc sauf la viande , sur les autre animal à sabot fendu comme la chevre, la vache, le mouton , ce n’est pas le cas ; on peut y prendre le lait et la laine ... voilà ce qu’il faut récolter sur ces animeau sans les tuer ...
          Personne ne mangerait de viande si on voyait leur mort ...


        • Nethan 7 mars 2012 15:49

          Non ce n’est pas une solution car le café halal existe, les pâtes halal existent etc. A l’inverse de la viande, ce n’est pas une question de direction de la tête vers une ville, mais une question d’éviter que des produits qu’ils considèrent non-halal soient présents dans le résultat final.

          Et c’est maladif au point que même des médicaments halal existe, car même un simple comprimé vitaminique peut ne pas être halal si les vitamines proviennent du porc, alors que ça n’est que des molécules... La bêtise humaine à son paroxysme, mais c’est aussi une question économique car tout ce qui est halal impose le paiement d’une taxe à un organisme certificateur dépendant d’une mosquée, donc rendre tous les produits en rituel est un bon moyen d’accumuler l’argent pour faire du proxélytisme.

          Cela fait qu’on n’a pas le choix que de dire « stop » quelque soit le domaine, ou sinon le religieux s’invitera partout.


        • nenecologue nenecologue 6 mars 2012 13:01

          Merci pour ces éclaircissements.

          Donc , si j’ai bien compris , le hallal n’a pas besoin d’être étiqueté et donc la dîme prélevée par les religieux n’a pas lieue d’être ?

          Parce que ce qui me gêne le plus à titre personnel c’est que tout consommateur de viande dite hallal verse indirectement de l’argent à un culte.
          Les imams qui gagnent de l’argent par ce procédé vont forcément faire de la pub lors de leur prêche pour que leurs coreligionnaires consomment ces produits afin de conserver leur revenu.

          En fait le halal n’est que du mercantilisme, non ?

          • Farniente 6 mars 2012 16:06

            Donc , si j’ai bien compris , le hallal n’a pas besoin d’être étiqueté et donc la dîme prélevée par les religieux n’a pas lieue d’être ?

            Allez dans le rayon « Viandes »(si je peut m’exprimer ainsi) de n’importe quel Souk,vous trouverez des poulets vivants que le vendeur transformera avec le sourire et en un tournemain en « prêt à être enfourné »,hallal,sans imam et sans dime.

            Moralité,si des autorités religieuses autoproclamées perçoivent des sous,c’est des escrocs,il faut les mettre au trou !


          • OMAR 6 mars 2012 16:39

            Omar 33

            Tout-à-fait d’accord avec Farnienté...

            Donc, le halal est simplement un rite religieux que les musulmans doivent suivre.
            Et si une personne en fait du mercantilisme, c’est soit son métier -et cela sera considéré comme étant son salaire, soit un petit escroc occasionnel....

            Et vous avez parfaitement raison de dénoncer tout versement de dime à une quelconque structure, en raison de l’abattage halal.

            De toute façon, en l’absence de viande halal, le musulman peut consommer de la viande casher, ou à la rigueur, toute viande dont l’animal à été simplement immolé au nom de Dieu.


          • Farniente 6 mars 2012 16:46

            Pour autant que je sache,la viande casher est considérée Hallal,au Maroc en tout cas.


          • 65beve 6 mars 2012 18:42

            Bonjour nenecologue,

            vous nous dites :
            « c’est que tout consommateur de viande dite hallal verse indirectement de l’argent à un culte. »

            Savez vous que votre commune finance des écoles privées catholiques et que vos impots locaux sont utilisés pour l’entretien des églises et qu’en Alsace les curés sont des fonctionnaires ?

            Il ne faut pas critiquer d’un côté ce qu’on accepte benoitement de l’autre.

            cdlt


          • OMAR 6 mars 2012 16:52

            Omar 33

            LG, convenez-en, ce ne sont pas les français musulmans qui sont à l’origine de ce débat stupide mais perfide...

            D’ailleurs une fois le sujet « halal » épuisé, les hordes extrémistes trouveront un autre sujet pour vomir leur fiel islamophobe....

            Par contre, vous êtes immoral quand vous jouez sur les mots pour tourner en dérision, une religion qui ne vous demande rien et que plus d’un milliard d’êtres humains pratiquent.

            Pourquoi ne vous insurgez-vous autant, pas contre les pratiques barbares en cours en Occident, telles que la tauromachie, le gavage d’oie, le massacre de baleines, l’abandon d’animaux domestiques, etc....

            Peut-être parce que c’est Chrétin....


          • Nethan 6 mars 2012 19:11

            Une religion qui ne nous demande rien, soyons sérieux vu que l’islam veut rien de moins que la conversion du reste du monde. Comme les autres remarquez, mais les autres se sont un peu calmés sur leur appétit alors qu’on a encore un islam en pleine crise d’adolescence...


          • OMAR 6 mars 2012 17:01

            Omar 33

            Eh Toto, merci de nous indiquer quelles sont les bouts d viandes que les musulmans ne veulent ou ne consomment pas...


          • Denis Rezler 6 mars 2012 14:22

            Toute cette histoire démontre bien qu’il est hors de question d’accorder le droit de vote aux non Français.


            • Castel Castel 6 mars 2012 17:32

              citation : « INCROYABLE ! Un rabbin avoue sur son blog que les goys non-juifs sont là pour manger les restes des juifs ! »

              Critiquer autrui n’est intéressant qu’à partir du moment où l’on ne tombe pas dans le même travers...


            • signolab signolab 6 mars 2012 20:49

              et oui toto, un pays de dingue, je suis bien d’accord.

              alors que le rabbin l’écrit noir sur blanc, il se trouvera encore des abrutis pour le nier !
              incroyable...

            • signolab signolab 7 mars 2012 08:17

              « gaspiller de la viande de qualité » dites vous ? qui vous a dit qu’elle serait gaspillée ? 

              non, tout le monde n’en voudrait pas, mais d’autres ne verraient pas de problème à la consommer. 
              le prix ne serait pas le même, c’est tout. 

            • epicure 6 mars 2012 18:43

              @correcteur
              Hegel a oublié de mentionné que l’islam a enfermé de nombreux peuples dans la particularité d’un judaïsme arabe.
              Tiens c’est bizarre, mais les philosophes grecs ont pensé la liberté bien avant l’avènement de la soumission ... oups de l’islam. Et ce sont eux qui sont à l’origine de la pensée des lumières.

              Parce que bonjour l’idée de liberté entre :
              soumission de l’homme à dieu
              soumission du croyant au savant religieux
              soumission de la femme à l’homme
              soumission des autres religions à l’islam

              ça laisse peu de place pour une vrai pensée de la liberté.
              La vrai pensée de la liberté elle vient avec le concept d’individu, qui n’est pas vraiment la caractéristique d’une religion qui se veut communautaire avant tout.
              Je te rappelle que la particularité de l’Europe c’est la culture de l’indépendance vis à vis des empires qui n’existe pas en orient où se sont construits de grands empires. Et c’est particulièrement vrai pour la grèce antique avec ses cités indépendantes.
              Il n’y aucun empire qui a tenu, de la méditerranée à la Baltique, de la péninsule ibérique jusqu’à la Pologne.


            • Castel Castel 7 mars 2012 14:49

              « Il n’y aucun empire qui a tenu, de la méditerranée à la Baltique, de la péninsule ibérique jusqu’à la Pologne. »

              L’empire romain a tenu bien assez longtemps sur toute la méditerranée !


            • debase 6 mars 2012 14:51

              @auteur

              Vous dites « Consommer hallal relève donc, de la morale individuelle, il ne saurait faire l’objet d’un dictat collectif émanant d’une conscience externe à la conscience intime. »

              Stop ! Ce que vous dites n’est pas vrai en FRANCE et dans nos pays Européens qui ne sont pas des théocraties mais des états ’laïcs’ où les lois démocratiquement votées non seulement peuvent bien évidemment interdire certains comportement individuels mais également sont parfaitement susceptibles de s’opposer à des préceptes religieux.

              Or, ici, dans nos pays, la loi interdit de faire souffrir inutilement les animaux, la loi ne veut pas que des cultes soit financés à l’insu des consommateurs, la loi s’efforce de protéger au mieux les consommateurs contre les risques sanitaires.

              Un autre point essentiel est que ces pratiques sont considérées comme cruelles, barbares, immorales par 85% de la population.

              Vous êtes à même de comprendre qu’en toute logique et rigueur, dans notre pays, les abattages dits ’rituels’ devraient être strictement interdits et que les dérogations existantes devraient être supprimées.

              Vous pouvez être certain que la polémique ’hallal’, concernant d’ailleurs très logiquement aussi la viande ’kasher’, est loin d’être terminée, qu’elle va même s’amplifier, qu’un jour ou l’autre un référendum d’initiative populaire posera la question de l’interdiction de l’abattage dit ’rituel’ et que le résultat de ce référendum sera très clairement en faveur de l’interdiction...

              Je vous rappelle que l’interdiction de l’abattage ’rituel’ est déjà en vigueur dans d’autres pays européens : Hollande, Luxembourg, etc... (on doit trouver la liste sur internet).


              • michel 6 mars 2012 18:51

                @ debase,



                si ce que tu nous dit se concrétise un jour la filière viande en France sera en grande difficultés non, vu le nombre de client qu’elle perdra, alors il faut redescendre sur terre et reflechir un peu plus profondément.

              • goc goc 6 mars 2012 15:01

                Consommer hallal relève donc, de la morale individuelle

                alors pourquoi imposer a tout le monde, une philosophie ou une idéologie personnelle ??

                le fait d’imposer un mode d’abattage d’un animal à tous les consommateurs du dit bestiaux (et pour un bœuf ça fait beaucoup de consommateurs) , aux seuls motifs que l’un des consommateurs pratique la « pensée » hallal ou kascher, ne relève-t-il pas du fascisme intellectuel ??


                • Walid Haïdar 6 mars 2012 15:11

                  Encore une fois, le message de l’auteur, c’est que le soucis du Hallal, intelligemment compris, n’est pas différent du soucis du bio ou du produit sain : c’est exactement la même chose. LEs auteurs du Coran, à leur époque, on considéré que vider la bête de son sang était une bonne mesure d’hygiène, mais ils auraient été contemporains des élevages intensifs ils auraient plutôt insisté sur l’espace, la lumière, la nourriture adaptée (on ne fait pas manger des animaux à des vaches etc.).


                  Un aliment Hallal est un aliment sain. De ce point de vue, le seul qui fasse sens, on voit bien à quel point ce concept est dévoyé. Un poulet en batterie, même égorgé, ne peut pas être Hallal.

                  Le Hallal est devenu une escroquerie mercantiliste, bigote et obscurantiste. Mais il n’est pas interdit de progresser dans la vie, et les textes comme celui-ci permettent certainement de mettre un peu de lumière dans ce « débat » scabreux sur le Hallal.

                  Plus les musulmans comprendront authentiquement le sens du concept Hallal, mieux se porteront nos animaux, et nos petits blancs révoltés, non pas à l’idée de bouffer de la merde en batterie qui a grandi en enfer, mais de bouffer de la merde en batterie qui a grandi en enfer puis a été égorgée (quel scandale).

                • goc goc 6 mars 2012 17:19

                  @ walid

                  vous êtes en train de donner raison a Gueant/Fillion

                  la différence entre le « hallal » et le bio, c’est que le premier n’est qu’une philosophie alors que le second n’existe que parce qu’on a commencé à donner la priorité au productivisme à outrance au mépris de la qualité, et maintenant on a même été jusqu’à renier les fondements même de l’agriculture en obligeant les paysans a acheter leurs semences chaque année, d’où les procédures chimiques tel que stérilisation et OMG. Quand a l’élevage, si la viande est bien plus saine chez nous qu’aux siècles précédents, elle est devenue de mauvaise qualité

                  donc si le hallal n’a plus de sens en matière de risque sanitaire, le bio au contraire, va vite devenir obligatoire si on veut sauver la planète

                  bref, si le bio est une garantie de qualité de la viande, le « hallal » n’empêche nullement de consommer de la vache folle ou du veau aux hormones.


                • Walid Haïdar 6 mars 2012 15:03

                  A la lecture des commentaires, on se rend compte que les supporters FN n’ont même pas pris la peine de le lire, et qu’ils viennent troller en répétant leurs âneries primaires.


                  Et même un « debase » qui a lu l’article n’a rien compris.

                  L’auteur explique justement que ce label et ce cléricalisme sont des escroqueries qui arrangent les curés musulmans aux dépends de la lucidité des musulmans crédules et primaires.

                  Ce qu’explique l’auteur, c’est qu’en vérité, la préoccupation d’un musulman soucieux de manger Hallal, authentiquement, et dans l’esprit du Coran (lu avec un cerveau du 21ème siècle et doté de quelques neurones), c’est exactement la même préoccupation que celui de n’importe quel être humain qui veut manger des aliments sains.

                  Hallal est un concept dont la vertu et l’intérêt est simplement de s’attacher à produire et consommer des produits sains. Le reste, ce sont des balivernes de calotins.

                  Bravo à l’auteur, on a vraiment besoin de lire et d’entendre ce genre de messages pleins de bon sens, face à la connerie ambiante du manichéisme et de la peur permanente.

                  Le concept de Hallal, à condition de retrouver son sens originel et de se débarrasser des superstitions et technologies primaires concernant le détail de l’égorgement, est parfaitement convergeant avec les soucis de bien traiter les animaux, de leur donner de l’espace, de la lumière, de la bonne nourriture adaptée, bref, le Hallal est un concept intelligent, et ce serait bien que les musulmans d’une part, et les islamophobes d’autre part, s’en rendent compte et arrêtent leur fixette sur les moutons et les baignoires...

                  Ahh, la connerie humaine...

                  • Walid Haïdar 6 mars 2012 16:13

                    Bien évidemment Actias, mais justement, puisque vous faites ce constat, vous devez bien comprendre que le message intelligent à apporter à cette problématique n’est pas de dire :


                    « ouais mais on n’en veut pas de votre Hallal »

                    Mais plutôt :

                    « Votre concept de Hallal est un beau concept : celui de manger de la nourriture saine. Mais comment pouvez-vous accepter alors de manger de la nourriture produite ainsi sous prétexte qu’elle a été égorgée ? »

                    Mes amis musulmans les moins cons mangent de la viande labelisée bio ou « label rouge » et non pas Hallal, car la plupart des viandes labelisées Hallal sont de la merde industrielle.
                    Il faut encourager cette prise de conscience car elle est convergente de la prise de conscience du manger sain de manière générale.

                    A quoi bon diviser les gens pour les conforter dans leurs conneries respectives, et ensuite se plaindre du communautarisme qu’on entretient ?

                    Oui, il y a une tendance communautariste, et alors on fait quoi, on l’entretient en braillant dans la semoule, ou on y remédie par l’intelligence et le bon sens, commun à tous les êtres humains ?

                  • Serpico Serpico 6 mars 2012 15:25

                    Actias

                    D’accord. D’autant plus que l’Islam lui-même « halalise » la consommation de viande chrétienne ou juive (Soura 5, verset 5). Le « halalisme » actuel proné par la moqsuée de Paris n’est qu’une arnaque. Les musulmans se font gruger aussi sur la réalité du « halal ». Des tas de « sacrificateurs » agréés se sucrent dans ce business. Le halal n’est en réalité pas toujours halal : les certificats d’abattage sont souvent signés à blanc et faxés. Aucun contrôle n’est pratiqué.

                    De plus, les musulmans paient plus cher une viande qu’ils ne sont pas obligés d’acheter. Personnellement, je n’achète jamais halal (c’est vrai que je ne suis qu’un musulman « culturel »).


                  • Nethan 6 mars 2012 19:28

                    « la prise en compte SERIEUSE des intérêts de l’animal alors que le catholicisme se torche avec »

                    C’est d’ailleurs pour cette raison que le coran rabaisse le chien à l’image d’un âne pour critiquer les non-croyants (sourate 7)... Et que niveau hadiths (les authentiques bien connus), que le « prophète » le considère impur, au point d’ailleurs qu’il aurait ordonné une fois de faire abattre tous les chiens de Médine, et a indiqué que sa possession fait perdre des points d’accès au paradis.

                    Peut-être que c’est dans l’intêret du chien de crever.

                    Pour la défense du « prophète » quand même, ces hadiths sont parfois critiqués et considérés comme venant d’un des compagnons du « prophète » qui haissait les chiens (pauvre type va...). Mais dans ce cas le problème est énorme car les hadiths deviennent de plus en plus impératifs avec la montée du salafisme (et similaires) car il faut soit-disant suivre le « modèle » blablabla et donc s’y référer... alors que la quantité d’énormités inhumaines dans les hadiths est élevé.


                  • Le péripate Le péripate 6 mars 2012 15:19

                    On s’en tape du hallal.


                    • Le péripate Le péripate 6 mars 2012 21:57

                      Ben tiens. Si j’ai soif je bois de l’eau hallal. De toute façon c’est de la flotte. Mais je ne la paierai certainement pas plus cher pour ça... et si elle devait être plus chère j’en prends une autre. J’agis déjà comme ça pour les produits « bios ». Plus cher, pas meilleur, je ne prends pas.

                      Pas la peine de se prendre le chou.


                    • Nethan 7 mars 2012 00:35

                      Curieux pour un libéral comme vous, que vous ne voyez pas le problème. 

                      Qu’elle soit plus chère ou moins chère, la « flotte halal » comportera dans son prix la taxe à paier à l’organisme de certification dépendante d’une des trois plus grandes mosquées du pays, une taxe de quelques centimes par litre pompé du sous-sol, cela aussi pour la partie allée dans des marques classiques. Sa qualité ne changera pas, le risque sanitaire c’est à voir, mais vous financerez indirectement une religion.

                      Si c’est marqué sur la bouteille « flotte halal » pas de problèmes car n’importe qui pourra ou la prendre selon ses croyances, ou prendre une bouteille d’un type classique à côté. Mais dans le cas où ça n’est pas marqué, on s’asseoit alors sur les convictions des uns pour permettre les convictions des autres. Car si des gens ne veulent pas financer de religions pour des raisons propres à eux, ou ne veulent pas que la bête soit égorgée etc... ils doivent être capables de vivre selon leurs convictions, or on a des gens comme vous pour pratiquer la négation de leurs convictions sous prétexte que ça ne change rien au produit, tandis que la conviction des autres restera sauvée.

                      Je rappelle quand même que tout ce qui est le halal est comme le dit l’auteur avant tout un principe de vie, donc une conviction... Avec votre positionnement vous écrasez les convictions de certains alors que techniquement, il serait possible de trouver une solution qui plairait au plus grand nombre.


                    • Serpico Serpico 6 mars 2012 15:20

                      Quand l’un déplore qu’il soit grugé car il paierait une « dime » à un culte, l’autre se préoccupe du « bien-être » animal...

                      Il y a des baffes qui se perdent :

                      1. On paie bien un bénéfice, des taxes injustes et des surcoûts à l’Etat, à l’industriel, aux grandes surfaces, etc. en plus grosse quantité. Cette posture « anti-religion » est ridicule et artificielle. c’est juste pour faire « laïc » à la Simpson. On réagit pour avoir l’air « éveillé » et malin.

                      2. Le « bien-être » animal : c’est bien la meilleure. Quand on pense qu’on va le manger cet animal, je me demande quel degré d’hypocrisie contient ce soudain élan de sympathie exprimé par un consommateur de viande.

                      On va bouffer le mouton, le dévorer, mais on s’inquiète de son « bien-être ». Si c’était vrai, le plus cohérent serait d’interdire carrément de massacrer une race animale, avec abattage ou non, dans le seul but de la consommer. Le reste n’est que masturbation de faux laïc complètement décérébré (sans abattage).


                      • Serpico Serpico 6 mars 2012 16:02

                        Actias « Ce n’est parce que vous aller mourir un jour que votre vie n’a pas d’importance pour vous et par conséquent pour d’autres. »

                        ****

                        Quel rapport ?


                      • Walid Haïdar 6 mars 2012 16:21

                        Serpico : la question ne se pose même pas forcément, en fait, de savoir si c’est moral ou pas. La viande d’animal bien traité, c’est tout simplement meilleur et surtout plus sain, pour nous qui la mangeons, et pour notre écosystème qui se détériore sensiblement à cause de cette pression carnassière.


                        Je vous rassure, le bien être animal ne pourrait jamais « triompher » s’il ne convergeait pas avec l’intérêt bassement matériel (c’est à dire notre plaisir, notre santé physique, et notre soucis de préserver notre maison de biosphère), qu’il a pour nous les humains qui mangeons de la viande.

                        Mais entre nous, comme le dit Actias, lorsque vous faites la guerre, vous êtes obligés de tuer des êtres humains, c’est pas pour autant que vous avez pas envie d’éviter des souffrances inutiles aux êtres humains que vous massacrés. Pour avoir vu les conditions d’élevage industrielles, c’est franchement dégouttant, et je suis bien heureux de voir des poules gambader sereinement, même si je suis tout aussi heureux de contempler le magnifique poulet rôti en corollaire !

                        Soyez pas aussi manichéen qu’un électeur du FN...

                      • foufouille foufouille 6 mars 2012 18:06

                        "Serpico : la question ne se pose même pas forcément, en fait, de savoir si c’est moral ou pas. La viande d’animal bien traité, c’est tout simplement meilleur et surtout plus sain, pour nous qui la mangeons, et pour notre écosystème qui se détériore sensiblement à cause de cette pression carnassière."
                        tout a fait
                        et plus nourrissant aussi


                      • Serpico Serpico 6 mars 2012 20:40

                        Colignon

                        D’accord : les religieux ne devraient pas nous apprendre à penser mais ne faites-vous pas la même chose en les tançant sur leurs pratiques ?

                        Franchement, je suis anti-religieux mais de là à prétendre leur dire qu’ils ont tout faux, je ne me risquerai pas. Je n’en ai tout simplement pas le droit.

                        Je précise d’abord que la laïcité s’impose à l’Etat et non à l’individu : il doit traiter de manière égale tous ses citoyens, croyants ou pas. Cela posé, il est quand même curieux de voir que certains veulent donner des leçons aux religieux ou aux croyants en leur disant COMMENT ils doivent pratiquer leur religion (ce qu’a fait Fillon ce matin).

                        Je remarque aussi que la sur-réaction au sujet du halal est suspecte : que ne se sont bougé les fesses tous ces indignés du mauvais traitement à animal à propos du gavage d’oies ?

                        C’est quand même une indignation quelque peu à contre-temps, ne trouvez-vous pas ?

                        Juste pour dire que le « crime » de torture à animal n’est plus évident que s’il permet de laisser exprimer un rejet du musulman. Une sorte de prétexte.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès