Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Comment les spiritualités Japonaises font face à la Tragédie…

Comment les spiritualités Japonaises font face à la Tragédie…

JPEG - 34.3 ko
Une statue religieuse dans une région dévastée par le tsunami dans la ville de Natori, le long de la côte.

Face au tremblement de terre qui a frappé le Japon, le 11 mars dernier, suivi d'un tsunami dévastateur et d'une crise nucléaire sans précédent, il serait intéressant de jeter un coup d’œil à la façon dont ce peuple fait face. C’est un peuple une société qui n’est pas religieuse selon le modèle américain ni selon le mode européen où la religion s’exprime encore de manière différente.

Les japonais ne s’identifient à une religion dogmatique la majorité d’entre eux, lors de moments important dans leurs vies se tournent vers le bouddhisme « une spiritualité qui n'impose pas de sanctions et sans dieu vengeur. Cependant, les actions déterminent le statut des réincarnations futures, les bonnes actions sont recommandées comme étant en conformité aux huit étapes présentes sur la voie de la connaissance, jusqu’à une éventuelle transcendance de toutes les renaissances et l'obtention du Nirvana. Ainsi, si le Bouddhisme encourage un comportement éthique, il laisse pourtant une large latitude à l'individu, une considérable liberté de comportement « moral » et celui-ci n'est pas soumis au type de censure morale qui prédomine dans les contextes chrétiens ni à l’illicite existant dans l’islam avec son cortège d’interdits et de diktats allant parfois jusqu’à ordonner chaque attitude de la vie.  »

Le shintoïsme, est la religion fondamentale la plus ancienne du Japon, le nom de cette religion se compose deux mots SHIN qui est un autre mot pour Kami qui se réfèrent aussi au sens « figuré » à des esprits bons et mauvais symbolisant ceux qui est en réalité nos propres peurs et autres états destructeurs mais aussi à des "http://www.equi-nox.net/t3022-le-shintoisme" Kamis malveillants, démons et esprits vengeurs : responsables de toute une série de maladies mortelles, comme les oni, ou ogresLa seconde partie du mot Do se réfère au Tao, techniquement nous parlons du chemin de « l’être dans un sens divin » où la voie des dieux…

Les Japonais ont un grand respect pour leurs ancêtres qu’ils honorent lors des cérémonies funéraires, car dans le shintoïsme on trouve la croyance de la présence des esprits des ainés.

En ces temps tragique, de destruction massive, les japonais se tournent vers leurs traditions anciennes plus complexes qu’ils ne semblent de prime abord, ils adhèrent à des principes où l’on cherchera les outils les plus adaptés, les plus appropriés, pour répondre à une situation donnée… Ils suivent un mélange de préceptes bouddhistes et Shinto, formalisé au cours du 15eme siècle

Tandis que dans les religions monothéistes christianisme, judaïsme et islamique ont cherchera à comprendre la raison du désastre on se demandera pourquoi le dieu monothéiste a-t-il permis ce tremblement de terre, dans la tradition Buddhiste et Shinto on mettra l’accent sur le comportement en réaction à la tragédie. Il est très important dans la vie japonaise de réagir de façon positive, d'être persistant dans l'adversité, tiens à souligner Bocking University College de Cork. "Ils diront que nous devons développer une puissance,une attitude de joie dans l'adversité."

D’ailleurs les commentaires des médias sur la pseudo insensibilité, voir fatalisme ou encore retenue de ce peuple n’étaient que des propos engendrés par l’ignorance d’une culture et son corollaire la diffusion d’informations incorrectes.

Malgré le penchant japonais pour le mélange de leurs traditions religieuses - même avec les traditions occidentales comme le catholicisme - l'écrasante majorité est enterrée selon les traditions bouddhistes la crémation et l'inhumation.

Après l'enterrement, le japonais en général continue de pratiquer les rituels, la plupart des Japonais gardent des autels bouddhistes dans leurs maisons pour rendre hommage aux ancêtres morts.

Beaucoup de jeune japonais s’étaient détournée de la tradition estimant que le prêtre ne jouait plus son rôle. Le tremblement de terre est une occasion pour les prêtres bouddhistes de renforcer et de montrer qu'ils sont toujours pertinents »

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • apopi apopi 28 avril 2011 10:54

     Les religions ont toujours été une arme très efficace pour lutter contre les radiations. Il faudrait poser la question aux liquidateurs de Tchernobyl et de Fukushima.

     Comme disait un certain : la religion c’est l’asservissement de l’homme par l’homme et le communisme c’est exactement le contraire.


    • Lorelei Lorelei 28 avril 2011 12:26

      En effet les religions peuvent servir à ça mais là ce n’est pas du tout le propos de l’arcticle, svp lire


      • beo111 beo111 28 avril 2011 13:00

        Pour ceux qui s’intéressent à certains aspects de ces croyances orientales (réincarnation, communication avec les esprits des défunts etc.) mais qui veulent garder un point de vue chrétien je conseille les excellents bouquins d’Allan Kardec.


        • tikhomir 28 avril 2011 13:03

          Ce qui est « marrant » c’est que je ne reconnais pas le christianisme dont vous parlez (mais rassurez-vous, ce n’est pas qu’avec vous...).

          Citation : Tandis que dans les religions monothéistes christianisme, judaïsme et islamique ont cherchera à comprendre la raison du désastre on se demandera pourquoi le dieu monothéiste a-t-il permis ce tremblement de terre, dans la tradition Buddhiste et Shinto on mettra l’accent sur le comportement en réaction à la tragédie.

          Pour les autres religions, je ne sais pas, mais pour le christianisme ce n’est pas ça. Le pourquoi le mal arrive a déjà été discuté longuement et encore de nos jours. Ce sont des discussions à part et lorsque des catastrophes arrivent, les chrétiens sont là. Il suffit pour s’en convaincre de voir le nombre d’œuvres caritatives, le nombre d’interventions sur les lieux de catastrophes des associations chrétiennes, etc.. Par contre, on cherchera toujours l’intervention des bouddhistes, les associations caritatives bouddhistes, etc. Vous avez vu un équivalent du secours catholique mais bouddhiste vous ? Moi pas, mais je manque peut-être d’informations à ce sujet. Vous avez vu des missions bouddhistes pour aller prendre soin des pauvres, des malades et autres éclopés de la vie ? Moi pas. Même chose pour le shintoïsme.

          Citation : celui-ci n’est pas soumis au type de censure morale qui prédomine dans les contextes chrétiens

          Quelle censure morale ? La morale est effectivement étudiée et discutée dans l’Eglise, où est donc la censure si on en discute clairement ? Le fait que l’Eglise indique une morale aux fidèles ne signifie pas qu’elle ne peut pas évoluer ni que chaque fidèle se voit excommunié dès qu’il sort du cadre, bien au contraire. Où est donc la censure ici aussi ? C’est la même chose pour l’éthique, sujet largement discuté dans l’Eglise.

          Citation : se tournent vers le bouddhisme « une spiritualité qui n’impose pas de sanctions et sans dieu vengeur.

          Au cas où ce propos concernerait aussi les chrétiens (j’espère me tromper), alors les chrétiens non plus ne croient pas au Dieu vengeur. Pour les autres religions peut-être, ils en parleront mieux que moi.

          Au vu des propos sur le christianisme, comment faire confiance à l’auteur en ce qui concerne le bouddhisme et le shintoïsme ?


          • Lorelei Lorelei 28 avril 2011 13:28

            Les propos sur le christiansime, humm l’histore parle plus que moi...


            • tikhomir 28 avril 2011 13:43

              Nous sommes d’accord, vous admettez donc vous être trompée. Merci.


            • Kalevala 28 avril 2011 14:14

              Les 2 Milliaires due Christianisme se se résume pas heureusement à cela, il y a une confusion entre confections religieuses issue du Christianisme et Christianisme.
               Les confections religieuses qui se réclament du Christianisme sont devenus aux fils du temps la caricature du véritable Christianisme. Il suffit de lire les évangiles et l’on voie le grand écart que se sont permis les différentes Église dite Chrétienne pour ce rendre à l’évidence qu’il y a que de vieux reste chrétiens mort qui l’habite. Les religions dite Chrétiennes sont morte mais pas le Christianisme.
               


            • hankouneko hankouneko 28 avril 2011 16:17

              merci de rappeler l’histoire noire du christianisme que les chrétiens occultent totalement et s’ils pouvaient en faire disparaitre les traces et témoignages le feraient volontiers...

              je vais être hors sujet pas grave juste pour une comparaison avec ce tout petit exemple de quelle manière parle t on de l’histoire de l’inquisition dans les cours d’histoire des établissements catholiques ? Et pourquoi pas un exemple plus récent la collaboration au régime nazi des instances dirigeantes de l’église catholique ?

              Allons medames et messieurs les bons chretiens donneurs de leçons regardez bien en face l’histoire abominable et sanguinaire de votre religion.


            • Rounga Roungalashinga 28 avril 2011 17:00

              merci de rappeler l’histoire noire du christianisme que les chrétiens occultent totalement et s’ils pouvaient en faire disparaitre les traces et témoignages le feraient volontiers...

              Etrange commentaire...Il me semble pourtant que les cathos sont bien les croyants qui connaissent le mieux l’histoire de leur religion et qui l’assument le mieux, parfois même avec un certain excès d’auto-flagellation. (Je dis les cathos, parce que les protestants ne se sentent pas tenus d’endosser le fardeau de culpabilité de l’Eglise, même si le nombre de chasses aux sorcières a explosé après la Réforme...)


            • tikhomir 28 avril 2011 17:20

              "je vais être hors sujet pas grave juste pour une comparaison avec ce tout petit exemple de quelle manière parle t on de l’histoire de l’inquisition dans les cours d’histoire des établissements catholiques ?« 

              De la même manière que dans les autres écoles, cela s’appelle »le programme de l’éducation nationale"...


            • Kalevala 28 avril 2011 14:19

              Il est toujours conique de lire un article qui parle de spiritualité écrit par un athée, il y a à la fois un savant mélange de cliché ridicule et de naïveté crasse.


              • Lorelei Lorelei 28 avril 2011 14:28

                il est toujours curieux de lire des propos si peu argumentée et au passage athée veut juste dire ne pas avoir de dieux dieu


              • tikhomir 28 avril 2011 14:34

                Il y a quand même des spiritualités athées, ou en tout cas des gens qui essayent. Ce qui est paradoxal c’est que les athées parlent plus des autres spiritualité que de la leur. J’aimerais vraiment qu’il y ait plus d’auteurs (d’articles, de bouquins, etc.) qui nous parleraient de leur spiritualité athée.

                Après, je vous l’accorde, l’athéisme, conduit souvent à la superstition, à l’astrologie (et les horoscopes dans les magazines et journaux aident beaucoup) au New Age, à la méditation transcendantale ou au néo-paganisme pour essayer de retrouver un semblant de spiritualité...


              • Lorelei Lorelei 28 avril 2011 14:47

                le buddhisme est athée le mot veut juste dire pas de dieu « x » et rien d’autres, en un mot pas de maitre, et donc la spiritualité n’a aucun lien avec avoir un dieu devant lequel vous êtes un soumis


              • tikhomir 28 avril 2011 15:01

                Tellement athée que la vie du bouddha raconte les apparitions divines. Le bouddhisme n’est pas athée, le dieu est un dieu éloigné des Hommes, alors les Hommes font sans Dieu. Dieu reste le Créateur. Evidemment, ce n’est pas la même notion de Dieu que pour les religions abrahamiques pour lesquelles Dieu se soucie de ses créatures. Mais la notion de Dieu n’est pas absent dans le bouddhisme.

                Certaines traditions bouddhiques divinisent le bouddha, pas le bouddha historique mais le bouddha en tant qu’état de l’être.

                je vous suggère cet article sur wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Notions_de_dieu_et_de_divinit%C3%A9_dans_le_bouddhisme


              • Kalevala 28 avril 2011 16:29

                Au fait que faites vous des dieux Bouddhistes car il y en a, et en autre il y a tous un panthéon de Dieux infernaux. Le Bouddhisme est vaste mosaïque de chapelle, et il ne faut pas confondre le Bouddhisme Zen, avec le Bouddhisme Chan, et les deux écoles du Bouddhisme Tibétain, les Bonnets Jaune et les bonnets Rouge ainsi que le Bouddhisme Indien, chacun à leurs traditions, leurs particularités et ils ont tous le panthéon de Dieux infernaux, MÂRA : Grand dieu qui régit le monde du désir et les destinées infernales.

                 Je pense que vous vous apprend rien que les Bouddhistes sont tous dans l’attente du futur Bodhisattvas qui va remplacez 
                Gautama Bouddha, 5 milles ans après son illumination.


              • Darim 28 avril 2011 23:46

                bonsoir....
                juste pour dire:au Tibet il y a 4 grandes lignées principales ....
                pas 2 ... les bonnets jaunes sont une des ces 4 mais les bonnets rouges correspondent aux 3 autres... De plus les 3 autres sont elles mêmes subdivisées en de nombreuses sous lignées...
                c’est pas simple le bouddhisme Tibétain...
                pour ce qui est de la croyance sur un dieu ou des dieux, je pense que dans le bouddhisme il sont bien présent mais en tant qu’être étant toujours dans le cercle du Samsara... (google est mon ami pour l’explication du samsara...) donc il en ai fait mention oui mais le bouddhiste « moyen » ne se tourne pas vers eux comme le « catho » moyen si je puis dire.... ces dieux là viennent surtout de la cosmologie Hindou. et important dans le Bouddhisme il n’y a pas de dieu créateur...
                merci cordialement
                darim


              • amipb amipb 29 avril 2011 03:47

                Il n’y a pas de dieux dans le bouddhisme, seulement des incarnations et des représentations.

                La branche Vajrayana, tibétaine, dans laquelle un grand nombre de bouddhas et boddhisattvas sont présents, utilise ces « entités » comme supports de méditation (intégration de la compassion de Tchenrezi, de la bienveillance de Tara, etc.). Seuls les profanes divinisent Bouddha et ses avatars.

                J’ajouterai que le Ch’an/Zen met à bas très rapidement cette divinisation : on ne compte pas les statues de Bouddhas brûlées pour se réchauffer, le « rien de sacré » de Bodhidarma (ou Daruma en japonais, fondateur du cette branche du bouddhisme), le « bâton à récurrer les toilettes » pour parler de Bouddha, et j’en passe.


              • Lorelei Lorelei 28 avril 2011 16:22

                vous semblez ne pas compendre le mettraya est un homme et il se veut homme et non un dieu, maintenant que des gens puissent l’adorer ne change rien aux propos...buddha n’a jamais dit qu’il etait autre chose qu’un homme ce qui rend le message d’autant plus interessant...


                • tikhomir 28 avril 2011 17:16

                  Peut-être, ce qui ne change rien aux apparition divines et à la création de l’univers par Dieu dans la bouddhisme... C’est pas très athée tout ça...

                  Le bouddhisme n’est pas athée.


                • Darim 28 avril 2011 23:51

                  "Par tikhomir (xxx.xxx.xxx.34) 28 avril 17:16

                  Peut-être, ce qui ne change rien aux apparition divines et à la création de l’univers par Dieu dans la bouddhisme... C’est pas très athée tout ça...

                  Le bouddhisme n’est pas athée."

                  réponse

                  euh vous pouvez citer où il est fait mention d’un dieu créateur dans le bouddhisme ?????????

                  non là ça m’intéresse.... non non vraiment....


                • amipb amipb 29 avril 2011 03:50

                  @tikohmir : la vie du Bouddha est remplie de miracles, certainement pas d’appariions divines.

                  Le bouddhisme est athée car ne nécessitant pas de dieu pour parvenir à ses fins : la libération de la souffrance. Il n’est, par contre, jamais dit que DIeu n’existe pas.

                  Lire à ce sujet l’excellent « Le silence du Bouddha » de Raimon Panikkar : http://www.amazon.fr/Silence-Bouddha-introduction-lath%C3%A9isme-religieux/dp/2742765239


                • tikhomir 29 avril 2011 10:25

                  Je l’ai expliqué, Dieu est présent dans le bouddhisme et vous dites ce qui est juste : il n’est pas nécessaire pour se libérer. Simplement parce que Dieu est éloigné. On peut donc être athée et être bouddhiste, mais le bouddhisme en lui-même n’est pas athée puisqu’il y a un dieu créateur.


                • Darim 29 avril 2011 16:20

                  Par tikhomir (xxx.xxx.xxx.228) 29 avril 10:25

                  Je l’ai expliqué, Dieu est présent dans le bouddhisme et vous dites ce qui est juste : il n’est pas nécessaire pour se libérer. Simplement parce que Dieu est éloigné. On peut donc être athée et être bouddhiste, mais le bouddhisme en lui-même n’est pas athée puisqu’il y a un dieu créateur.

                  question ?

                  euh j’insiste : mais d’où vous sortez le dieu créateur ?????

                  non vraiment donnez moi des titres d’ouvrages ou des liens mais il n’y a pas de dieux créateur dans le bouddhisme... merci pour les futurs citations ça m’enrichira.

                  cordialement

                  Darim


                • Lorelei Lorelei 28 avril 2011 16:33

                  bodhi veut juste dire celui qui atteint l’etat de liberé, c’est à dire qu’il n’est plus selon cette spiritualité sous le joug des reincarnations


                  • Rounga Roungalashinga 28 avril 2011 17:26

                    Il est vrai qu’on peut pratiquer le bouddhisme en étant athée. En effet, le bouddhisme se veut d’abord comme un chemin spirituel ayant pour but de libérer les êtres de ce qui s’appelle « l’ignorance ». La croyance en un dieu n’est pas nécessaire pour cela, mais elle n’est pas non plus proscrite. A cela, deux remarques :
                    -le bouddhisme a tout de même dégénéré en une sorte de polythéisme populaire avec ses légendes, ses dieux, ses démons, sa cosmologie, et cet aspect-là du bouddhisme, qu’il faut bien prendre en compte même si ce n’est pas tout le bouddhisme, est donc un théisme.
                    -les textes de la mystique bouddhiste, qui appartiennent donc à ce côté du bouddhisme sinon athée, au moins agnostique, font état de considérations sur le Dharma qui rappellent étrangement les textes de nos mystiques chrétiens ainsi que du soufisme. En allant plus loin, on pourrait même faire remarquer qu’une lecture bouddhiste de l’Ecclésiaste est possible. Dans ces textes en effet, c’est la côté spirituel de la religion qui est mis en avant, et non pas les bondieuseries serviles glorifiant une espèce de Papa Noël surpuissant censé apporter toutes sortes d’aantages matériels si l’on se comporte bien. La notion de Dieu dans les religions monothéistes peut sembler primaire au premier abord, mais il n’empêche que la foi en Dieu permet à l’esprit de se mettre dans un état de lâcher-prise capable d’entamer une recherche spirituelle authentique et qui peut se rapprocher de celle du bouddhisme. Plus le mystique approfondit sa relation avec Dieu et plus la notion « Papa Noël » disparaît, laissant la place à l’Ineffable. Après je ne dit pas que des différences doctrinaires rendent à partir d’un certain niveau le bouddhisme et le christianisme incompatibles, mais il faudrait que les occidentaux comprennent ce que j’explique ici maladroitement avant de considérer comme archaïques nos religions monothéistes (ils ne voient que le côté « Papa Noël », bien souvent).


                  • amipb amipb 29 avril 2011 03:53

                    Très bonnes réflexions. La « nature de Bouddha » peut d’ailleurs être envisagée comme notre partie divine.

                    Toutefois, ces considérations sont plus un obstacle dans le bouddhisme qu’une aide réelle à l’Eveil.


                  • Lorelei Lorelei 28 avril 2011 17:40

                    Par Roungalashinga 


                    le buddhisme est en effet l’une de ses spiritualité attirante ^pour un athée sans dogme et sans le tralala, mais il faut savoir que ce n’est pas une religion monothéiste mais bel et bien un chemin dont le but est d’etre un liberé

                    •  C BARRATIER C BARRATIER 28 avril 2011 17:49

                      Le fait de vivre sur un sol instable invite forcément au dépassement perpétuel de soi, les Japonais vivent ce que peut être nos lointains ancêtres ont vécu au temps des volcans ou des glaciations. L’homme doit s’adapter à son milieu, s’en protéger, maîtriser ce qu’il peut maitriser. Mais cela n’est possible qu’avec une adaptation de sa mentalité aux difficultés. Il a appris à le faire, et la catastrophe qu’il a vécue est surmontée à la lumière de l’expérience passée.
                      C’est ce qu’on peut comprendre dans le rôle fondamental de la pensée des ancêtres, rôle que l’on retrouve en Chine partout. Leur pensée est retransmise par le récit, et le lieu familial de mémoire constiue un lien pour une continuité de la pensée. La pensée est une organisation particulière de l’énergie, elle se communique par la tradition mais sans doute aussi par des transmissions échappant aux formes codifiées de communication (geste, verbe, écrit...).

                      J’ai toujours compris ainsi le « sens de la vie, inséparable du sens de l’univers », voir la new ci dessous

                      http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=59

                      C’est bien entendu un aspect primordial de ce que les religions appellent la spiritualité, qui de mon point de vue n’est pas liée par essence à l’existence ou à l’inexistence de dieux.

                      Ce qu’il y a de moche chez les missionnaires, c’est qu’ils imposent (en général le goupillon suit le sabre) une mentalité à des peuples qui ont la leur, forgée par leur hisoire et celle de leur environnement. Je pense aux horreurs de la conversion des Indiens d’Amérique chez lesquels a été méthodiquement détruite une harmonie sociétale et personnelle qui ne peut exister que par l’héritage lent du vécu de la lignée.

                      Pour en revenir aux Japonais, ils sont en harmonie avec la dureté de leur milieu, et leur bonheur va avec la maîtrise de leur comportement, de leur pensée, inséparables de leur milieu.

                      Le théisme ou l’athéisme sont des aspects secondaires de cette spiritualité propre à tous les hommes qui sont de toute façon plus grands que leur destin. Le bon sens dit chez nous : « on fait avec » (ce que l’on n’a pas pu éviter, le destin qui n’est pas écrit à l’avance mais qui s’impose quand même avec « le hasard et la nécessité ».).

                      Il n’y a aucune raison de penser que ce soit là le propre de l’homme (un tantinnet prétentieux trop souvent). Beaucoup de ces acquis de l’histoire d’une société dans son environnement sont profondéments inscrits dans l’héritage génétique et ne demandent qu’à s’épanouir dans le milieu qui les a produits. Il est probable que cela soit le fait de tous les êtres vivants.

                      Pour conclure, je dirai que chacun secrète une philisophie qui est essenteillement un héritage collectif.


                      • ung do 29 avril 2011 01:51

                        Autre aspect de la religiosité japonaise
                        Dans l’antiquité , c’était un pays isolé et très pauvre . Les Japonais qui sont plutôt végétariens étaient pacifiques à l’origine . Vers l’an 600 , ils ont importé et imité la quasi -totalité de la culture chinoise qui était celle des Tang , c’était l’apogée de la civilisation chinoise et même mondiale [ L’écriture japonaise se fait avec des caractères chinois ou des syllabaires , simplifications de caractères chinois ;la transcription latine sert à enseigner la langue aux étrangers ] Parmi les apports , il y avait le boudhisme et en particulier le boudhisme Zen qui prône de se concentrer sur le moment présent ,de ne pas s’appesantir sur le passé et de ne pas trop anticiper sur l’avenir ; comme cela , on ne perd pas d’énergie mentale à regretter le passé ou à se laisser paralyser par l’incertitude à venir . Les sinistrés du tsunami malgré qu’ils aient tout perdu luttent dans l’instant présent sans se décourager . Les soldats aussi vont à la guerre sans trop penser à la mort , ce qui les rend plutôt vaillants


                        • amipb amipb 29 avril 2011 03:59

                          L’énorme différence est que le Zen est une branche du bouddhisme, et que le bouddhisme interdit le meurtre ou le suicide.

                          Le bushido, code réglementant les actes des samouraïs, dénature donc totalement le Zen pour ajouter à l’oubli de soi l’oubli de l’autre

                          J’ajouterai que les kamikaze japonais se basaient moins sur la religion que sur l’alcool et la naïveté de la jeunesse, manipulés qu’ils étaient par les autorités militaires.


                        • Lorelei Lorelei 29 avril 2011 16:53

                          Il n’existe pas de dieu dans le buddhisme, on parle pas de religion monotheiste ça n’a rien à voir, on parle d’une idée que l’homme peut se liberer de ceux qui fait de lui un être dominé par certaines pulsions negatives etc...et la seule façon d’introduire la notion d’un dieu on parlera alors de celui qui est boddhi


                          • Laratapinhata 30 avril 2011 18:56

                            Non, les cathos sont en général complètement ignorants de leur religion... c’est pas au catéchisme qu’on leur explique comment , par exemple, Irénée de Lyon n’a gardé que 4 évangiles sur la trentaine existant...et pourquoi. Les cathos en général, ne savent rien de l’origine historique de leurs dogmes... bref le catholicisme est une secte qui a réussi. Pour les protestants, c’est selon...mais la bible n’est que la compilation de textes empruntés à différentes cultures du moyen orient + des « chroniques hébraïques » tellement locales qu’elles n’ont eu aucun échos chez les peuples voisins... Les gens du christianisme croient par tradition familiale, par choix identitaire...Les plus sincères que je connaisse, me semblent plutôt portés par une spiritualité universaliste...pas très éloignés de ce que nous percevons des religions extrême-orientales.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès