Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le suaire de Turin : la preuve de la fraude ?

Le suaire de Turin : la preuve de la fraude ?

Un documentaire, La nuit du suaire, vient de sortir en DVD en Italie. Grâce à des documents et des témoignages inédits, la réalisatrice Francesca Saracino remet en cause la validité scientifique de la datation au radiocarbone, qui en 1988 avait donné un âge médiéval, entre 1260 et 1390, à ce tissu qui porte l’image d’un homme crucifié.

JPEG - 18.5 ko
Le visage sur le Turin

Les ténèbres de la science

 Ne cherchez surtout pas la clarté et la rigueur scientifiques. Votre quête serait vaine. Avec la radiodatation du suaire de Turin, tout n’est qu’ombres, faux-semblants, mensonges, par omission ou non, bévues statistiques, protocole scientifique jeté aux orties, luttes de pouvoir et d’argent, et même un suicide douteux. C’est une bataille homérique mais secrète que Francesca Saracino nous révèle. Elle a lieu dans les coulisses de la science et du Vatican. Elle commence au début des années 1980 et, aujourd’hui encore, le combat continue. Un vainqueur se dessine. Des scientifiques prestigieux semblent pris à leur propre piège. En avant pour les ténèbres de la science !

La plus grande fraude scientifique de tous les temps ?

 « C’est la plus grande fraude scientifique de tous les temps ». Franco Faia, qui participa au prélèvement de l’échantillon du suaire en tant que technicien expérimental dans la cathédrale de Turin, ne mâche pas ses mots. En 1988, et après d’innombrables luttes d’influence et des années de double jeu, quelques centimètres carrés sont prélevés sur un l’objet le plus controversé au monde : le suaire de Turin, dont la tradition rapporte qu’il enveloppa le corps de Jésus. On confie ces échantillons à ce qu’on suppose être les trois meilleurs laboratoires spécialisés dans l’analyse au radiocarbone. Et vogue la galère…

Un protocole scientifique jeté aux orties

  La nuit du suaireD’emblée, le protocole scientifique est mis à la poubelle : alors que trois échantillons de contrôle étaient prévus, on adjoint à la dernière minute un quatrième échantillon. Alors que toutes les étapes devaient être documentées pour ne laisser aucune place au doute, les scientifiques s’abstiennent et se renvoient la balle. Les trois laboratoires avaient signé un accord officiel pour dater les échantillons en même temps et pour ne pas communiquer entre eux ? Ils les testeront l’un après l’autre, et se communiqueront leurs résultats. Malgré la clause de confidentialité, un pasteur protestant, farouche opposant de l’authenticité, assiste au processus de datation à l’université d’Oxford, et la presse est constamment tenue au courant, certains scientifiques ne semblant pas résister aux offres sonnantes et trébuchantes des journalistes.

Des « mafieux »

 Le résultat de tout ceci est évidemment catastrophique : le processus entier devient contestable, des données aussi essentielles que le poids des échantillons sont incohérentes. On en vient à se demander s’il n’y a pas derrière cela une réelle volonté de dissimulation. Et pour couronner le tout, Michael Tite, directeur du laboratoire d’Oxford, se voit accorder par de mystérieux donateurs la somme d’un millions de livres sterling pour fonder une chaire d’université. Luigi Gonella, professeur d’université et conseiller scientifique du cardinal en charge du dossier, s’emporte : « Les laboratoires se sont conduits comme des chiens… Ce sont des mafieux ! » Gonella aura le sentiment d’avoir été berné, d’avoir péché par excès de naïveté. Bref, le documentaire n’écarte pas d’emblée la thèse du complot. Au vu de tous ces éléments, on ne peut logiquement pas rejeter cette hypothèse. La faute à qui ?

La bévue statistique

 S’essuyer les pieds sur le protocole et la déontologie pourrait à l’extrême limite être pardonné si les résultats ne prêtaient pas à controverse. Mais ils ne sont pas impeccables, et loin de là. Un des laboratoires, celui d’Arizona, présente des données qui clairement ne sont pas cohérentes avec les deux autres. L’article publié dans Nature comporte ce qu’on appelle une erreur. Mais attention ! Pas une petite faute de frappe ou un mot à la place d’un autre. Non, une erreur qui change tout. Une bévue. Pier Luigi Conti, professeur de statistiques à l’université de Rome, la résume ainsi : il s’agit d’une erreur de calcul qui si elle n’avait pas été opportunément présente aurait amené à une conclusion opposée à celle de l’article : à savoir que les résultats des trois laboratoires étaient incohérents entre eux, et donc non valides.

 Pour se défendre, Timothy Jull, directeur du laboratoire d’Arizona, a publié en 2010, dans la revue qu’il dirige, un papier qui laissa perplexes même les partisans du faux médiéval. Jull révéla après plus de 20 ans qu’il détenait encore un échantillon du suaire, ce qui contredit l’article de Nature

Une autre radiodatation

 Le documentaire révèle aussi, grâce à des témoignages inédits, qu’une autre radiodatation a eu lieu quelques années avant l’officielle. Ses résultats furent eux aussi incohérents puisque sur un même fil, deux dates furent trouvées : l’une fut l’an 1000 et l’autre l’an 200 après J.-C. Cet échantillon se situe juste à côté du morceau prélevé en 1988. Il est fort probable que le tissu a fait l’objet, dans le coin des prélèvements, d’un rapiéçage au XVIème siècle qui rend les résultats incohérents.

"Aveuglés par la passion"

 Au sortir de ce voyage dans les ténèbres de la science, on ne peut s’empêcher de se désoler de l’immense gâchis qui entoure cette affaire de radiodatation. Plus généralement, le suaire est aujourd’hui un des objets anciens les plus étudiés au monde par les scientifiques de tous bords. Malgré cela, il n’est pas encore sorti de cette « nuit du tombeau » à laquelle le documentaire de Francesca Saracino fait allusion par son titre. C’est aux chercheurs d’introduire grâce à leur méthodologie et à leur technologie de la clarté dans la nuit du suaire de Turin. Mais pour cela, ils devront apprendre, avant tout, à ne pas être aveuglés par la passion.


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

138 réactions à cet article    


  • Gollum Gollum 19 octobre 2012 09:33

    Hum, de toute façon montrer que le Suaire est authentique en emmerderait plus d’un. Les Juifs, les musulmans (puisque ceux-ci nient la crucifixion), les athées, et d’autres... même certains chrétiens qui se trouveraient ainsi dépossédés du « mérite » de croire.. 


    On comprend dans ce cas qu’il doit y avoir des forces qui n’en veulent pas de cette authenticité.

    Finalement on se dit que si il avait été faux, le montrer devrait être facile non ?

    • Neymare Neymare 19 octobre 2012 11:15

      Je ne comprends pas votre logique Gollum : meme s’il s’avérait que le suaire est bien authentique, ça prouverait quoi ?
      Que Jésus a existé ? On sait que le titre de Jésus (c’est un titre et non un prénom) n’est apparu qu’au 2ieme siècle
      On sait aussi que le personnage (ne s’appelant donc pas Jésus) a existé

      Que le sus nommé Jésus était bien le fils de Dieu, né d’une vierge et bla bla bla ? le suaire ne permettrait en aucun cas de l’affirmer

      Qu’il fut crucifié ? et alors c’est pas parce qu’une partie de l’histoire est vraie que toute l’histoire l’est
      Certains pensent que le suaire est celui de Jacques de Molay, torturé et peut etre crucifié par la « sainte » inquisition, et c’est vrai qu’il lui ressemble alors que vraisemblablement Jésus devait etre de type sémite, ce qui ne semble pas etre le cas du personnage du suaire.
      EN outre, la datation présumée correspondrait parfaitement à la mort de De Molay. 


    • tikhomir 19 octobre 2012 12:10

      « On sait que le titre de Jésus (c’est un titre et non un prénom) n’est apparu qu’au 2ieme siècle »

      Vous savez de drôles de choses... Jésus, de son vrai prénom Yeshoua ben Yosef (ou « bar » pour les hébreux), à savoir « Jésus, fils de Joseph » (nom latin) n’était pas un titre.

      Le prénom « Yeshoua » existait déjà depuis bien longtemps et c’était même plutôt un prénom courant (avec des variantes type « Yeshou »).


    • Gollum Gollum 19 octobre 2012 12:41

      Vous n’y êtes pas Neymare. 


      Ce qui est en jeu est la façon dont l’image s’est imprimée sur ce Suaire. Il semble qu’il y ait eu comme un « flash » violent, de nature lumineuse, sur le tissu...

      Ce qui ne peut qu’embarrasser vous en conviendrez.. (Moi ça ne m’embarrasse pas, je n’ai peur de rien...)

    • Gollum Gollum 19 octobre 2012 12:43

      Les pollens sur le tissu sont typiquement d’origine de la contrée. Cela a été montré mainte et mainte fois. De même que les pièces de monnaie sur les yeux sont d’époque.. 


      Alors Jacques de Molay, bof...

    • Furax Furax 19 octobre 2012 13:08

      Bonjour Gollum !
      Vous allez toujours vous heurter à la même « altitude » des commentaires smiley
      C’est pourtant simple :
      http://www.suaire-science.com/
      Je ne suis même pas certain que l’auteur, le docteur Heimburger, soit lui-même chrétien.
      Ils démontre simplement que toutes les accusations de faux sont...fausses.
      Il a rédigé une partie très technique dans « Le linceul de Turin, complément d’enquête » où il décrit ses travaux personnels sur le tissus. Le tissus daté est un morceau de rapiéçage.
      Pour le reste, tout est clairement traité dans son site remarquable.


    • Furax Furax 19 octobre 2012 13:23

      On peut relever, entre autres, sur le site, concernat le tissus lui-même :
      "Madame Flury-Lemberg, une des meilleures spécialistes mondiales des tissus anciens, occupe probablement la première place parmi les spécialistes du textile ayant pu étudier le suaire...

      ...Sa découverte la plus importante c’est que la finition du tissu au niveau de l’ourlet ainsi que le type de couture et de piquage sont très spéciaux et ressemblent fortement à ce qui peut être observé sur des restes de textiles antiques, datés de 40 avant JC à 73 après JC, découverts dans la forteresse de Masada en Judée, où les derniers combattants juifs résistèrent à l’occupant romain en 73 après JC. Elle ne fut plus occupée par la suite.

      Ce type de finition semble inconnu en Europe au Moyen-Age.

       

       

      Pour Flury-Lemberg la ressemblance est si frappante qu’elle peut affirmer : « mon opinion est que le suaire n’est pas un faux médiéval. Les ressemblances que j’ai découvertes indiquent qu’il pourrait avoir existé au temps de Jésus et là où se trouve ce qui est maintenant Israël ».


    • Gollum Gollum 19 octobre 2012 13:46

      Que Jésus a existé ? On sait que le titre de Jésus (c’est un titre et non un prénom) n’est apparu qu’au 2ieme siècle


      Première fois que je vois une débilité pareille, déjà relevé par thikomir.. Vous le voulez en hébreu ?

      Voilà : ישוע

    • Gollum Gollum 19 octobre 2012 13:55

      Bonjour Furax smiley On finit toujours par se retrouver sur les grands sujets..


      Arnaud-Aaron Lupinsky avait montré que le Suaire ne pouvait qu’être authentique en utilisant une méthode quasi policière.. ça fait déjà longtemps. Mais les inerties sont gigantesques et surtout comme le Suaire perturbe le paradigme dominant...

    • Gollum Gollum 19 octobre 2012 13:57

      Certains pensent que le suaire est celui de Jacques de Molay, torturé et peut etre crucifié par la « sainte » inquisition, 


      Jacques de Molay a fini sur un bûcher. Décidément l’histoire et vous ça fait deux.

    • 1984 19 octobre 2012 16:39

      A Gollum et tous ceux qui croient à l’authenticité de ce truc ;

      1 Barbouillez vous le visage avec de la peinture.

      2 Appliquez ensuite un drap sur votre visage.

      3 Retirez le drap ;

      Vous verrez l’empreinte de votre visage en déplié (élargie).

      Donc si le suaire est authentique il faut en conclure que Jésus était plat !


    • magma magma 19 octobre 2012 23:21

      a 1984

      oui mais la c’est magique !


    • verdad 19 octobre 2012 23:31

      Pourquoi de type Sémite ?

      Jesus était Rabbin certes mais, sa mère était arrivée de Bretagne donc,Celte !
      Pourquoi aurait-il eu le type Sémite  ?


    • scharff 20 octobre 2012 16:40

      Bonjour Neymare, je souhaiterais répondre à vos affirmations au sujet de Jésus.

      -Le titre de Jésus a été donné au 2e siècle : ça serait extrêmement étonnant sachant que les évangiles sont datés entre 65 et 110 après Jésus Christ (encore lui !) et que Flavius Josèphe en parle à la fin du 1er siècle. Vous confondez peut être avec le titre de Christ, et encore, je sais pas…

      -Jésus était de type sémite, ce qui ne correspond pas à l’homme du suaire : Bon déjà vous avez de bons yeux félicitations, moi j’arrive pas à voir de quel coté il crèche. Sans compter qu’on sait pas vraiment à quoi ressemblaient physiquement les Sémites au premier siècle, et que le profil sémitique va du maghrébin au pachtoune en passant par les Perses, ce qui laisse quand même un grand champ de manœuvre. Ceci dit si ça peut vous faire changer d’avis sur ce détail, certains juifs talmudistes ont avancé l’hypothèse que Jésus était le fils d’un soldat romain et de Marie, soit par viol soit par adultère suivant le cas. Donc Jésus dans cette optique aurait un profil plus latin.

      - Ca serait le suaire de Jacques de Molay : Le procès de Molay est connu en détail torture comprise, on sait qu’il a été brulé par les chroniqueurs de l’époque, d’où la légende de la malédiction énoncée sur son bucher. Mais admettons. Jacques de Molay est mort à l’âge de 70 ans, mais admettons aussi que ce n’est pas recevable. Mais alors imaginer qu’un mec qui est condamné à mort par la « Sainte Inquisition » pour avoir renier Jésus, cracher sur la croix et sodomiser des aspirants Templiers, a pu être mis en croix (dans quel but, quel est le projet ? on ne sait pas !) en singeant les tortures et la crucifixion subies par Jésus selon la Bible, la c’est vraiment c’est du dernier ridicule.


    • gaijin gaijin 19 octobre 2012 10:35

      l’objectivité scientifique ...... ?????
      ben ou qu’elle est passée ?
      il semblerait que les scientifiques puissent aussi être sujets après tout !
      mais alors .......


      • Romain Desbois 19 octobre 2012 11:51

        Mais c’est quand même à ceux qui affirme que ce chiffon est ce qu’ils affirment qu’il est.
        Le manque de rigueur et le manque d’esprit critique m’a toujours étonné chez les croyants.


        • Furax Furax 19 octobre 2012 12:37

          « Le manque de rigueur et le manque d’esprit critique m’a toujours étonné chez les croyants. »
           smiley smiley smiley
          Lisez soigneusement ceci :
          http://www.suaire-science.com/
          L’auteur en est le docteur Heimburger.


        • Gollum Gollum 19 octobre 2012 13:48

          Le manque de rigueur m’a toujours étonné chez les athées. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils sont athées... Pour eux c’est toujours du « ce n’est que... »


        • Gollum Gollum 19 octobre 2012 17:56

          ça ne vaut même pas la peine de s’y attarder .



          Mais ne vous attardez surtout pas espèce d’attardé, personne ne vous retient.. Et bon vent.

        • barrere 19 octobre 2012 18:43

          les athées me font peur par leur intransigeance et leur irrespect venant d’une trouille de la mort. Je ne me suis pas marié a l’eglise et mes enfants ne sont pas baptisés, je précise ........


        • Furax Furax 19 octobre 2012 19:07

          Gollum,
           « Et bon vent »
          Vous êtes encore bien sympa ! smiley
          Jean-Paul II parlait de «  provocation à l’intelligence ».
          Euh...


        • ETIENNE 19 octobre 2012 19:53

          L’athéisme est une croyance comme les autres.


        • Romain Desbois 19 octobre 2012 20:34

          je me rends compte que la première phrase , c’est du n’importe quoi .

          Mais c’est quand même à ceux qui affirment une chose d’en apporter la preuve, voulais-je écrire.

          Que l’on soit contre ce principe m’effare.


        • ETIENNE 19 octobre 2012 21:28

          L’athéisme est une croyance, par opposition à un savoir. Personne ne peut prouver que Dieu n’est pas, il s’agit d’un dogme.

          Il y a aussi une chapelle que les athées défendent avec ardeur, et en bons intégristes, ils tentent de convaincre que leur croyance (sans preuve donc) est la plus vraisemblable



        • NICOPOL NICOPOL 19 octobre 2012 22:58

          Mon Dieu (si je puis dire) !

          Moi qui croyait qu’Agoravox était un site infesté de prosélytes fondamentalistes islamistes !

          Je m’aperçois maintenant que c’est un site infesté de prosélytes fondamentalistes islamistes ET de prosélytes fondamentalistes chrétiens !

          Ce n’est plus Agoravox ici, c’est Abrahamavox... Quelle tristesse...

          Plus sérieusement, dire que c’est aux athées de prouver que Dieu n’existe pas est l’un des sophismes les plus détestables que je connaisse, et qui n’a d’égal que celui des théoriciens du complot qui attendent qu’on leur « prouve » que leurs théories farfelues sont fausses, et quand on ne le fait pas, exultent et prennent ça comme une preuve. Je renvoie chacun à l’hypothèse de l’existence d’une théière orbitant entre la Terre et Mars, ou de l’existence d’un dieu en forme de spaghetti volant. Dans les 2 cas, PERSONNE, je dis bien PERSONNE, n’a été en mesure d’apporter la preuve définitive qu’ils n’existaient pas. 

          Mais après tout, l’existence de « Dieu » n’est-elle pas la plus vieille et tenace théorie du complot ?


        • magma magma 19 octobre 2012 23:31

          y a quand même 2000 d’avance sur la connerie humaine en condionnement, ça s’évapore pas comme ça.

          Toujours cette connerie de prouver que dieu n’existe pas... prouvez moi que le schtoumps ne vivent pas sur alpha du centaure et mangent des barbapapa a a la mayonaise par les oreilles !

          Vous affirmez un fait fantastique, prouvez le ! concretement.


        • EricB 20 octobre 2012 00:08

          « Lisez soigneusement ceci :
          http://www.suaire-science.com/
          L’auteur en est le docteur Heimburger. »

          Et moi, ce qui me fait toujours rire, c’est quand les croyants en viennent à chercher des (pseudo) cautions scientifiques pour accréditer leurs irationnelles lubies....


        • Furax Furax 20 octobre 2012 11:27

          @ Eric B
          « L’auteur en est le docteur Heimburger. »

          Chez moi, c’est comme cela qu’on désigne un médecin eh, banane !


        • ETIENNE 22 octobre 2012 18:19
          @ NICOPOL
          Je ne dis pas que c’est au athées de prouver que Dieu n’existe pas. En revanche, si on énonce une vérité qu’on ne peut pas prouver, j’appelle ça une croyance, un dogme, pas un savoir, sans jugement de valeur.
          On peut dire la même chose de l’affirmation de l’existence de Dieu, personne ne peut le prouver.
          Partant de ces deux constats , croire que Dieu existe ou qu’il n’existe pas est une croyance.
          J’essaie de reposer ma vie sur des savoir, mais dans ce domaine, il n’y a pas de savoir, alors je ne cherche pas de réponse à cette question. S’il fallait choisir, je pense qu’il est plus probable (donc démontrable, peut être un jour« ) que l’existence, l’univers sont issus d’un évènement absurde (par opposition à mystique en l’occurrence).
          Honnêtement, la manière dont vous défendez votre athéisme, votre véhémence et votre haine (détestable », ma position agnostique, vous exagérez) fait de vous un intégriste de la pire espèce.



        • ETIENNE 22 octobre 2012 18:22

          ...font de vous...


          (oups)


        • luluberlu luluberlu 19 octobre 2012 12:27

          Non mais vous vous rendez compte, garder le linceul d’un mort même si de son vivant il était trés cool, çà tournerait à la nécro manie aux yeux des contemporains du dit cadavre. A l’époque le charpentier un peu allumé, n’était pas encore un dieu ayant vécu...et donc qui aurait pu garder ce tissus sanguinolent ????, ;


          • Furax Furax 19 octobre 2012 13:51

            Clément VII, qui s’appuyait sur des on-dit de l’évêque Pierre d’Arcis a, par deux fois, corrigé son propos et imposé le "silence perpétuel à Pierre d’Arcis.
            Quant au datage carbone 14, il est très très contesté (voir l’article du jour)


          • barrere 19 octobre 2012 18:44

            vous le faites expres ? vous n’avez même pas lu le sujet ..........


          • webrunner webrunner 19 octobre 2012 13:44

            le problème de la datation au C14 expliquée ici


            • Neymare Neymare 19 octobre 2012 13:51

              @Tikhomir et Gollum
              Effectivement, Yeshua était un prénom, mais qui a une signification particulière. Or ce prénom, je l’affirme ici de façon tout à fait catégorique et péremptoire n’est apparu pour qualifier celui que l’on appelait auparavant le christ qu’au 2 ieme siècle, afin de le désigner comme sauveur, ce qui pour les juifs étaient a peu près synonyme de Christ/messie.
              Comme je l’ai dejà mentionné ici, il suffit de relire l’évangile (en particulier Jean) pour se rendre compte que Jean Baptiste / Jésus sont en fait une seule et unique personne. Jésus désignant comme le titre de Bouddha pour sidartha, le Jean « éveillé ». (c’est pour ça que les juifs n’arretent pas de demander à Jean s’il est le messie, ou Eli ou je ne sais qui d’autre).

              Il y a eu à un moment donner, peut etre du fait des disciples de l’exécrable saul de Tarse, escroc notoire déjà à l’époque, une séparation des 2 figures que sont Jean et Jésus, mais seul Jean est resté (et pour cause) dans les textes historiques de Flavius Josephe, ainsi que chez les mandéens qui étaient alors aux premières loges
              Par conséquent Jésus / Jean était un homme comme vous et moi (du moins à l’origine) puis il s’est éveillé, chose qui arrive à certaines personnes de par le monde sans qu’elles n’émettent la moindre lumière ou flash visible une fois placée dans un linceul, ni qu’elles ressuscitent une fois mort.
              Celà étant, un grand éveillé, peut éventuellement etre un grand émetteur de bio photons, mais vraisemblablement plutot de son vivant.


              • Neymare Neymare 19 octobre 2012 13:58

                J’ajouterai que c’est vraisemblablement ceux qui ont séparé le seul et unique Jean/christ en 2 individus jean et jésus qui ont ajouter le prénom de Jésus à ce personnage, pour lui donner une consistance, et surtout un prénom.
                L’homme aime à inventerdes histoires à dormir debout meme en partant des histoires les plus simples et il y en a toujours pour y croire sans se poser de questions.
                Je vous conseille de relire l’évangile de Jean avec dans la tete le fait que Jean et Jésus ne sont qu’un, vous verrez que de nombreuses choses (les fameux mystères de la foi smiley ) s’expliquent alors


              • Furax Furax 19 octobre 2012 14:10

                Je vous conseille très vivement de consulter le site du docteur Heimburger...
                 smiley


              • Gollum Gollum 19 octobre 2012 14:23

                docteur Heimburger...


                C’est un psychiatre ? smiley Sinon Neymare devrait faire part de ses thèses à Émile Mourey. Il adore lui aussi reconstruire l’histoire en la faisant encore plus invraisemblable que nature... Lui il n’y va pas avec le dos de la cuiller ce sont souvent des groupes entiers qui sont reconvertis en un personnage unique.. C’est sa spécialité smiley

              • Neymare Neymare 19 octobre 2012 14:33

                Ce site est en effet très interessant. Néanmoins la conclusion est moins scientifique que le reste : (je cite)

                Nous affirmerons donc que :

                1. Si la science peut affirmer avec une certitude raisonnable que le suaire de Turin n’est pas un faux (c’est à dire une fabrication humaine ayant pour but conscient de représenter le corps crucifié du Christ, quelle qu’en soit la motivation, la date etc.),
                2. Et si la science peut dater le tissu de l’époque du Christ,
                3. Alors le suaire est authentique  : c’est le linge mortuaire du Christ et l’image est bien celle du Christ réel, quelle que soit la façon dont elle s’est « imprimée ».

                1 et 2 n’implique pas 3, en effet, de nombreuses personnes furent crucifiées à cette époque. Et ce qui me met le plus de doutes c’est justement la ressemblance bien trop frappantes avec les blessures supposées du christ :

                on sait en effet que les clous n’étaient pas plantées dans les mains contrairement à ce que disent les évangiles (les mains se seraient déchirées sinon), or cette erreur est reproduite sur ce suaire. A mon sens, quelqu’un a voulu reproduire avec un véritable etre humain la crucifixion, en suivant ce qui était écrit dans les évangiles. Le procédé pour obtenir une telle image a d’ailleurs été reproduit plusieurs fois ces derniers temps.

                Enfin, aucun corps humain, que ce soit celui du christ ou autre n’est revenu à la vie après etre définitivement mort. La resurrection dont parlent les évangiles est symbolique et non à proprement parlé : ce genre de symbole est encore en vigueur chez les francs maçons. Cette résurrection concerne l’ame et non le corps :

                Votre ame est endormie, elle n’est que conscience pure et s’ignore. Les pratiques des esseniens dont faisait partie Jean /Jésus consistaient à faire revenir l’ame à la vie, à la ressusciter, pour que l’homme s’éveille. C’est le véritable sens de la resurrection.

                Malheureusement, le sens de ces symboles a été perdu, par les ignorants qui prenaient tout au pied de la lettre. Comme on dit avec justesse :

                « Quand le sage montre le ciel, l’imbécile regarde le doigt »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès