Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Les femmes de Mahomet et leurs maisons

Les femmes de Mahomet et leurs maisons

Mahomet fut un redoutable chef de guerre. Honnête, courageux et miséricordieux, il fut celui qui réalisa l’unité d’une Arabie que les luttes tribales et les vendettas à répétition avaient plongée dans une mortelle anarchie. J’ai évoqué le sujet dans mes articles des 10 octobre et 16 novembre 2006 et je n’y reviens pas. Je rappellerai seulement les dernières paroles que Mahomet prononça sur son lit de mort : « Je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix. »

Redoutable chef de guerre, Mahomet fut aussi un habile politique et un fin stratège.

On raconte
que lorsque le prophète arriva à Médine, son chameau le conduisit tout droit sur un lieu sacré où il construisit par la suite une mosquée.

Ce passage se trouve dans le livre du musulman Tabari que je considère comme le récit le plus fiable et le plus authentique concernant la vie de Mahomet (Mohammed, sceau des prophètes, pages 134 et 135, éditions Sindbad, 1980).

Puis il alla loger dans la maison d’Abou-Ayyoud. Bien que sans ressources, Abou-Ayyout était le personnage le plus important de Médine. Mahomet lui laissa les parties hautes mais prit possession des pièces du rez-de-chaussée.

Admirons la grande humilité de Mahomet qui, dans un premier temps, a laissé à un pouvoir fragilisé par l’anarchie et par ses difficultés financières la responsabilité de la surveillance du haut de la terrasse, et donc, la responsabilité du maintien de l’ordre. A l’image d’Abraham, son illustre prédécesseur, Mahomet ne se présente pas comme un conquérant mais comme un invité, ou plutôt comme un hôte qui, en échange de l’hospitalité qu’on lui accorde, apporte son soutien militaire.

Comme on lui demandait comment il prenait la chose, Abou-Ayyoud avait coutume de dire : « Si vous demandez à quelqu’un comment il se trouve quand il a Dieu au-dessus de lui et le prophète de Dieu en dessous, que voulez-vous qu’il vous réponde ? »

 "Je suis un étranger, avait dit Abraham, mais néanmoins un résident (Gn 23,4)". Tabari dit à peu près la même chose. Il précise que le premier acte de Mahomet en s’installant à Médine fut d’élever une mosquée, puis tout à côté, sa propre maison (Tabari, page 125). De toute évidence, cette maison de Mahomet, chef de guerre, ne pouvait être que fortifiée et probablement très bien fortifiée. Abraham, lui aussi, prenait possession d’un territoire en commençant par y élever un autel (Gn 12,7-8) et ensuite, pour protéger cet autel dédié à Dieu, une fortification ; cela me semble évident.

Asad, fils de Zorâra du clan des Beni Naddjâr
fut le grand artisan de la venue à Médine du messager de Dieu. A sa mort, les Beni Nadjâr se tournèrent vers le prophète et lui dirent : « Ô apôtre de Dieu, donne-nous un naqib. » Mahomet leur répondit : « Vous êtes mes oncles. Je ne veux être que l’un des vôtres. » (Tabari, page 113).

Cette grande humilité de Mahomet va de pair avec une non moins grande habileté politique. Dans un premier temps, il refuse le pouvoir, mais cela pour mieux le saisir par la suite quand il sera en position de force. En effet...

En arrivant à Médine, Mahomet demanda à Abou Becker de donner l’ordre à sa fille Aïscha, qui se trouvait toujours à La Mecque, de le rejoindre (Tabari, pages 113 et 114).

Que signifie cette venue de la "famille" après la construction de la maison ? En tant qu’ancien militaire, j’avoue que cela me surprend. Ce dont avait besoin Mahomet pour rétablir l’ordre à Médine n’était pas d’une femme mais de partisans, les fidèles, ceux qui, à la Mecque, l’avaient accompagné dans son combat politique. En outre, s’il a acheté tout le terrain avoisinant, c’est bien pour y adosser des logements pour ses autres femmes, un logement par femme (pages 125, 169 et 353). Dans le langage militaire trivial de notre époque, on dirait aujourd’hui qu’il les a installées "à sa botte".

« O vous, femmes du Prophète, vous n’êtes pas comme les autres femmes. »

Cette phrase correspond très exactement au début du verset 32 de la sourate XXXIII de mon exemplaire du Coran. C’est une phrase qui fait débat dans le milieu musulman érudit. Cette sourate rappelle la situation des musulmans au moment de la guerre du fossé. Les adversaires de Mahomet qui détenaient le pouvoir à la Mecque avaient mis sur pied une très importante coalition en ralliant à leur cause des chefs de tribus victimes du blocus que Médine exerçait sur les voies du commerce. En outre, une partie de la population médinoise, qui avait à se plaindre des avantages que le prophète donnait aux musulmans immigrés, commençait à le lâcher plus ou moins "hypocritement". Certains semblaient même souhaiter la victoire des Mecquois qui les aurait délivré de Mahomet. Face à tous ces conjurés, Mahomet avait alors appelé l’ensemble des musulmans à l’union sacrée, ceux qui étaient venus à Médine et ceux qui se trouvaient encore à la Mecque. Car cette sourate est un véritable appel que Mahomet adresse à ses partisans, où qu’ils soient. Il leur demande de croire toujours en lui, d’agir mais tout en les mettant en garde contre les opérations "hypocrites" de l’adversaire. C’est une véritable guerre psychologique que Mahomet peut perdre ou gagner, une guerre où les combattants de l’ombre jouent un rôle important.... d’où l’évocation symbolique de voiles. Il s’agit, bien entendu, de mon interprétation. Je comprends qu’on puisse ne pas être d’accord, mais alors, qu’on m’explique ce que viennent faire ces femmes du prophète avec leurs voiles dans une sourate qui n’a pour objet que d’appeler des populations à soutenir des combattants défaillants face à des conjurés de toutes sortes qui menaçaient de les écraser ? Oui ! Je crains que le texte du Coran qui nous est parvenu ait été mal traduit, modifié, ou plutôt, mal interprêté.

L’histoire a une logique et, contrairement à tout ce que ses détracteurs prétendent, le Coran n’est pas un ramassis confus de citations égayées par des histoires de femmes. Quel est son message ? Dans le contexte de l’époque, cela ne peut être que celui-ci, selon moi. Bien entendu, je le répète , ce n’est que mon interprétation : « Populations musulmanes ! Vous n’êtes pas des femmes comme les autres. Si vous avez accepté de partager votre vie de tous les jours avec celui que Dieu a choisi comme messager, vous devez faire preuve d’un dévouement sans limite et d’une fidélité à toute épreuve. Prenez garde de ne pas tromper celui que vous avez épousé. »

Le Coran originel a-t-il été mal traduit, modifié, ou plutôt, mal interprêté ? Je le crains. Et cela depuis le début. En effet…

Mahomet avait vingt-cinq ans lorsqu’il unit sa destinée à Khadidja. Ayant acquis la réputation d’homme sûr, c’est tout naturellement qu’il se trouva chargé des nombreuses caravanes qui faisaient alors la prospérité de la ville.

Je me demande si Khadidja ne serait pas, en réalité, le nom de la grande bourgeoisie commerçante de la Mecque qui a soutenu Mahomet avant l’hégire. Première épouse du prophète, son union avec Mahomet correspond à une période de prospérité et de stabilité. Sa mort en marque la fin. Les luttes intestines au sein de la population mecquoise, la compétition des clans entre eux, ont ensuite affaibli un pouvoir qui ne tenait encore debout que grâce à Mahomet… jusqu’au jour où la situation politique le poussa à l’exil.

Qu’on relise l’histoire de Mahomet et l’on constatera que chacun de ses mariages correspond à une situation, à un événement ou à un acte politique en rapport avec une population.

Est-ce que derrière ces femmes qu’épousait le prophète, il n’y aurait pas des organisations, associations, cellules... publiques ou clandestines ?

Khadidja : organisation politique au sein de la classe commerçante dominante de la Mecque, avant l’hégire.
Aïscha : organisation politique des nouveaux partisans de Mahomet. Garde et entourage rapproché du prophète. Seule organisation n’ayant pas eu d’autres maîtres que Mahomet. Après la tentative de sédition d’Abdallah, a failli, dit-on, abandonner le prophète pour le jeune Cafwân. Est restée fidèle à Mahomet jusqu’à sa mort en dépit des difficultés de sa fin de règne.
Sauda : organisation politique regroupant les anciens musulmans du premier exil revenus d’Abyssinie.
Hafça : organisation traitant des affaires de justice selon la nouvelle loi.
Oumm-Salama : organisation politique liée au clan Makhzoum ralliée à l’islam. Après la mort de ses protecteurs au combat d’Ohod, recueillie par Mahomet.
Djouwaïriya : organisation des juifs amis du musulman Thâbit, rachetée par Mahomet.
Oumm-Habîba : anciens partisans d’Abou-Soufyan, grand adversaire de Mahomet, convertis à l’islamisme et accueillis par le prophète.
Zaïnab : organisation politique/réseau du fils adoptif de Mahomet passée sous les ordres directs du prophète.
Cafiyya : organisation politique des juifs convertis après la victoire de Mahomet sur les Juifs de Khaybar.
Maïmounna : organisation politique des convertis de la Mecque ralliés à Mahomet lors de sa visite de l’Accomplissement.

Essai de justification.

Ligue des vertueux, Parfumés, Confédérés, clans, tribus, familles, alliances, noms simples, complexes ou doubles, toute étude sur la société d’avant et du temps de Mahomet se perd dans les sables d’une extrême complexité d’où il ressort néanmoins une constatation : l’importance et le rôle des organisations et organismes du type réseau.

Cette culture des réseaux, Mahomet en a fait, d’après moi, un art de sa guerre. La belle jeune fille qui suit Mahomet après la défaite des Juifs Beni Qoraïzha, la belle Cafiyya qu’épouse le prophète après la chute de la forteresse juive de Kaybar, ne seraient (peut-être) pas seulement des femmes comme on peut le lire dans une lecture "en surface" de la sourate XXXIII mais également,et surtout, des organisations rassemblant des vaincus qui désormais se seraient mis au service de leur vainqueur. Lors de la visite de l’Accomplissement, pendant trois jours sur le mont Bat’hâ, le prophète attendit ceux qui, dans la population de la Mecque, voulaient venir à lui. Seule Maïmounna vint (s’inscrire)... autre organisation ??? (organisation plus ou moins secrète et d’autant plus efficace au sein de la population mecquoise).

Les épouses que Mahomet installe à Médine dans son entourage ne seraient-elles pas les comités directeurs de ces différentes organisations, réseaux plus ou moins clandestins restés sur place qui renseignaient le prophète et noyautaient les populations vaincues mises sous tutelle ?

Ainsi s’expliquerait le conseil qui était donné de ne s’adresser à ces femmes que derrière un voile (pour ne pas les compromettre, verset 53 de la sourate XXXIII). Ainsi s’expliquerait - Tabari, page 114 - qu’Aïscha ait pris parfois le visage de l’ange Gabriel (l’ange, agent de renseignement par excellence). Ainsi s’expliqueraient les dérogations matrimoniales accordées à Mahomet puisque ses alliances n’étaient des femmes que pour le symbole (verset 49 de la sourate XXXIII). Ainsi s’expliquerait le mariage du prophète avec Aischa, une organisation de fidèles qui n’avait que neuf ans d’existence.

Bien sûr, tout ce que je viens d’écrire n’est qu’hypothèses. Bien sûr qu’en tant qu’ancien militaire, je privilégie ce qui est stratégie au risque de l’erreur. Mais si les exégètes musulmans pensent que, mariée à quarante ans, Khadidja, après avoir eu sept enfants, pouvait encore, à cette époque, en avoir un huitième vers quarante-huit ans, eh bien, il faut croire au miracle.


Moyenne des avis sur cet article :  2.79/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

138 réactions à cet article    


  • ISRAËL 22 janvier 2009 13:35

    Nous notons qu’il y avait beaucoup de Juifs dans la péninsule Arabique avant que le fondateur de l’islam ne vienne au monde...

    Peut on en déduire que les islamiques ont chassé les juifs de chez eux ???


    • Winael 22 janvier 2009 14:02

      Notons qu’avant la naissance du prophète Muhammad, l’islam n’existait pas.
      Il y a eu une forte progression de l’Islam et de moins en moins de personnes de confession juive. L’explication la plus rationnel est non la chasse aux juifs, mais plutôt une conversion d’une grande partie des juifs de l’époque à l’Islam selon le principe des vases communiquant


    • ISRAËL 22 janvier 2009 14:09

      WINAEL...convertis par la force ou assassinés !

      idéologie politique de conquête et de soumission, l’islam a imposé son dogme (peuplement et/ou religieusement)


    • perditadeblanc perditadeblanc 22 janvier 2009 18:23

       Nous notons qu’il y’avait beaucoup d’arabes dans la péninsule Arabique et beaucoup de bérbéres au maghreb avant que les fondateurs du judaîsme ne viennent au monde...Peut on en déduire que les juifs autoproclamés ont chassé les arabes de chez eux ???


    • R.F 22 janvier 2009 18:40

      petitverredeblanc...il y a toujours beaucoup d’Arabes dans la péninsule et beaucoup trop ailleurs si l’on en les BERBERES...qui subissent l’arabisation-islamisation depuis la colonisation...


    • Odal GOLD Odal GOLD 22 janvier 2009 20:11


      >>> Pourquoi je ne suis pas musulman - de Ibn Waraq


       Comme il prenait de l’assurance et que son pouvoir politique et militaire grandissait, Muhammad malheureusement changea. « Il abandonna la persuasion pour dicter sa loi et imposer l’obéissance ». Les sourates II, IV, V, VIII, IX, XXII et XLVII trahissent la personnalité vindicative, dogmatique et intolérante de Muhammad.

       (nota : quand il y a contradiction apparente entre deux sourates, c’est la plus récente qui l’emporte)

       Les théologiens musulmans expliquent que la tolérance ne s’étend pas aux arabes idolâtres. Ces derniers n’ont le choix qu’entre la conversion à l’islam ou la mort. Ce sectarisme total est ignoré des apologistes qui continuent à vanter l’esprit de tolérance de l’islam.

       Le Coran est sans merci pour les incroyants. Il décrit avec force détails les châtiments atroces qui sont réservés aux païens.

       

       XXII.19 : « Des vêtements de feu seront taillés pour les incrédules. On versera sur leur tête de l’eau bouillante qui brûlera leurs entrailles et leur peau. Des fouets de fer sont préparés à leur intention. »

       Le Coran ordonne aux musulmans de combattre et de tuer les incroyants.

       XLVII.4 : « Lorsque vous rencontrez les incrédules, frappez-les à la nuque jusqu’à ce que vous les ayez abattus : liez-les alors fortement. »

       

       La guerre est un moyen de plaire à Allah. Les musulmans doivent se battre et tuer au nom d’Allah :

       

      IX.5-6 : « Tuez les polythéistes, partout où vous les trouverez. »

      IV.76 : « Les croyants combattent dans le chemin de Dieu »

      VIII.12 : « Je vais jeter l’effroi dans le cœur des incrédules : frappez sur leur cou ; frappez-les tous aux jointures. »

      VIII.38-39 : « Dis aux incrédules que s’ils cessent, on leur pardonnera ce qui s’est passé. S’ils recommencent, qu’ils se rappellent alors l’exemple des Anciens. Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sédition, et que le culte soit rendu à Dieu en sa totalité. »

       

       

       « Lors donc que vous rencontrez ceux qui mécroient, alors frappez au cols. Puis, quand vous les avez dominés, alors serrez le garrot… Et ceux qui seront tués dans le sentier d’Allah, alors Il fera que leurs œuvres ne s’égarent pas, et les fera rentrer au paradis qu’Il leur a fait connaître » (S. 47, v. 4-7).

       

         L’apostat, l’athée, le païen (le bouddhiste donc aussi) et le sceptique y sont donc résolument passibles de la mort.

       La femme a plus de chance :

       

      Verset IV. 34 du Coran :

       

       « Les hommes ont autorité sur les femmes, en vertu de la préférence que Dieu leur a accordé sur elles, et à cause des dépenses qu’ils font pour assurer leur entretien.

       Les femmes vertueuses sont pieuses : elles préservent dans le secret ce que Dieu préserve.

       Admonestez celles dont vous craignez l’infidélité ; reléguez-les dans des chambres à part et frappez-les. Mais ne leur cherchez plus querelle, si elles vous obéissent.

       Dieu est élevé et grand »



      >>> Pourquoi je ne suis pas musulman - de Ibn Waraq




    • Paradisial Paradisial 23 janvier 2009 05:40

      Toutes les affabulations, mauvaises lectures et interprétations de Ibn Waraq peuvent aisément être réfutées si on procéderait à les examiner de façon hautement académique.

      L’intégriste pseudo-musulman est souvent une personne illettrée ou une personne de petite culture et de petite intelligence, qui tente de camoufler son inculture générale et notamment son inculture religieuse par un excès de zèle dont l’Islam est innocent. Pour ce genre d’individus la lecture profonde du Coran est chose difficile, voire impossible. Ils ne peuvent se réconforter dans leur tentative de compréhension du texte du Coran que par une lecture superficielle, littérale, sans avoir aucune aptitude à procéder à une Analyse Linguistique et Etymologique, puis Historique et Circonstanciée, qui puisse les aider à discerner les vraies valeurs de ses Versets, et de distinguer surtout entre Versets temporels et versets atemporels.

      Les islamophobes reprennent bêtement, voire sciemment, la même lecture littérale du texte du Coran, pour manipuler - eux aussi de leur côté - les esprits.



    • Paradisial Paradisial 25 janvier 2009 10:14

      Monsieur Emile Mourey,

      Vous concluiez votre essai par cette phrase :

      "Mais si les exégètes musulmans pensent que, mariée à quarante ans, Khadidja, après avoir eu sept enfants, pouvait encore, à cette époque, en avoir un huitième vers quarante-huit ans, eh bien, il faut croire au miracle."

      Personnellement, je ne connais pas combien d’enfants le prophète eut avec son épouse Khadija, par contre Il est facile de répondre à votre exclamation.

      Je vous rappelle que les musulmans de l’époque utilisaient la datation lunaire uniquement.

      Faisons un peu de calculs :

      Une année lunaire fait 354,36 jours solaires, tandis que celle solaire fait 365,25 jours solaires.

      Donc pour obtenir l’âge de Khadija en années solaire il faudrait appliquer une règle de trois.

      • nb années solaires = nb années lunaires x 354,36 / 365,25
      Ce qui fait pour khadija :

      • 40 années lunaires un âge de 38,81 années solaires
      • 48 années lunaires un âge de 46,57 années solaires

      Donc cela change toutes vos supputations à cet égard.


    • Paradisial Paradisial 25 janvier 2009 10:15

      Pardon, texte mal placé. Pour réagir déscendre au bas de la file principale.


    • madara 31 janvier 2009 02:50

      tu te trompes israel.les mesulmans n’ont pas chasser les juifs.la preuve est ds le hadith:en effet qd les mesulman ont conqui l’arabi,mahomet a regroupe la population juive et a dit:n’ayez crainte de nous vous etes libres


    • frunner 22 février 2009 17:50

      Ah Israel ! Ne nous fait pas l ´injure de pouvoir justifier a posteriori des commentaires déasagréables vis à vis du peuple juif ! Heureusement ce n´est pas ton nom choisi qui justifie ta bêtise. Ils ne sont pas tous comme toi !


    • John Lloyds John Lloyds 22 janvier 2009 13:55

      Mourey, ce qui est détestable dans vos articles, c’est vos remises en question de phénomènes périphériques tout en prenant pour argent comptant et pour évidence des bases qui sont encore plus discutables.

      Tout comme Moïse, tout comme Jésus (pour ne pas faire de jaloux smiley ), l’authentification historique de Mahomet est loin d’être une évidence.

      Commencez donc par le début, au lieu de bâtir sur des sables mouvants.


      • Winael 22 janvier 2009 14:16

        Le phrophète Muhammad a bel et bien existé. On en tient pour preuve sa descendence.
        Il y a deux courant principaux dans l’Islam : Sunna et Chi’ia.
        Les Chiites reconnaissent Ali, gendre du prophète (mari de Fatmeh, la fille du prophète) et leur fils Hussein, le petit-fils assassiné de Muhammad. Chez les Chiites les familles nobles sont les familles qui descendent de Hussein. Les nobles Chiites portent le titre de "Sayed" et comme toute famille noble tienne à jour et depuis l’époque leur arbre généalogique.


      • John Lloyds John Lloyds 22 janvier 2009 15:39

        Mais Winael vous prétendez prouver du religieux par une argumentation religieuse. Tout comme personne au monde n’est capable de citer un seul témoin direct contemporain de Jésus qui en parle, il en va de même pour Mahomet. C’est un témoignage historique contemporain de Mahomet qu’il faut apporter.

        Je ne prétends pas que Mahomet n’a pas existé, ni son contraire, je prétends qu’il y a absence de preuve.


      • R.F 22 janvier 2009 16:42

        Tiens JOHNNY...des preuves


      • John Lloyds John Lloyds 22 janvier 2009 17:06

        "des preuves"

        Le mec qui a bossé sur cette liste, il en avait gros sur la patate smiley


      • fouadraiden fouadraiden 22 janvier 2009 17:45


        john


         et le coran n’est-il pas un indice fort de son existence ? si vs dites non , la thèse qui appuie cette l’hypothèse est bcp plus difficile à soutenir .


         qui est l’auteur du coran alors ?


      • John Lloyds John Lloyds 22 janvier 2009 18:19

        "et le coran n’est-il pas un indice fort de son existence ?"

        Quel Coran ? celui-ci a subi de nombreuses modifications durant l’histoire. Par ailleurs, le lien que j’ai cité indique :

        "Beaucoup de savants musulmans questionnent la pertinence des sources anciennes de la vie de Mahomet. La plus ancienne biographie, de laquelle aucune copie n’a survécu, date approximativement d’un siècle après sa mort en 632, et est connue uniquement pas des références citées dans des textes bien plus tardifs"

        En clair, rien qui date du contemporain de la supposée existence du Prophète.

        Aussi je me reformule : c’est une source non religieuse qui est demandée. Le problème pour Jésus est le même. A force d’utiliser des textes tardifs, on va finir par démontrer l’existence de Zeus, de Chronos, d’aphrodite ...


      • fouadraiden fouadraiden 22 janvier 2009 18:32



        JOHn ,



         votre raisonnement est un obstacle majeur. cette époque bedouine n’est pas traversée par des esprits positivistes comme les nôtres.


        le coran dont ns disposons date de Umar, contemporain du prophète et non d’un siècle après. d’ailleurs les luttes intestines de pouvoir sont nées directement après la mort du prophète et ni les chiites ni les kharijites ni personne d’autres n’a été en mesure de procurer une autre version coranique là ou les versions sont légion au moment de la naissance de tte religion.


        c’est donc justement par ce que les musulmans croyaient que le coran était la parole divine qu’il devient intéressant d’en abuser comme indice.ils ont réfléchi a deux fois avant de le tripatouiller.


         le coran se veut la parole directe de dieu dictée à son prophète , cette donnée vous comme moi et les bedouins d’alors en tenons compte .rien de tels pour les autres religions


      • perditadeblanc perditadeblanc 22 janvier 2009 18:36

         Non,bien sur que le prophéte de l’islam n’a pas éxisté,,,ni l’islam,,ni Jésus non plus ,,ni le christianisme d’ailleurs,par contre le Talmud,, Pinnochio,, Tarzan et tchita, Et ta soeur ET TOI éxisteNT ???


      • R.F 22 janvier 2009 18:47

        bien sur qu’il a existé...QUOIQUE


      • Philou017 Philou017 22 janvier 2009 22:43

        La controverse au sujet de l’existence de Jésus me parait exagérée. Cette Analyse me parait assez impartiale.
        Il n’est pas illogique que les "temoins" de l’époque parlent peu de Jésus, car ce n’était alors qu’un perturbateur peu connu sinon en Galilée.
        Quand à Mahomet, je ne connait pas son histoire. Mais il me parait illusoire de remettre son existence en question.

        Je m’éleve contre cette tendance à tout remettre en cause, sous pretexte qu’il y a quelques imprécisions dans les textes antiques. Les anciens étaient aussi intelligents que nous et n’avaient pas l’habitude d’inventer de fable. Beaucoup de chroniqueurs de l’époque avaient l’esprit aiguisé et se montraient capables d’observation intelligente et de fines analyses. Les anciens n’étaient pas moins raisonnables et sensés que nous. Je dirais même à mon avis qu’il y avait moins de désinformation à ces époques que maintenant.
        L’irrationalité "forcenée" des anciens colportée par certains n’est qu’une fable, même si leur façon de voir était tres differente de la notre.

        Mais on devrait se garder de leur donner des lecons. N’avons nous pas livré deux guerres mondialers récemment, et un certain nombre de pays civilisé n’ont-ils pas mis l’Irak à feu et à sang sous couvert de mensonges grossiers ?

        Les gens qui réinventent l’histoire cherchent plutôt à satisfaire des inclinations personnelles, genre atheisme agressif, plutôt qu’à faire preuve d’objectivité.

        Juste un exemple : qui croira dans deux mille ans que nous avons pu élire un dirigeant comme Sarkosy ? et pourtant...


      • Zalka Zalka 22 janvier 2009 14:37

        On a compris. Mahomet, c’est MAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAL. Alors que Moïse, c’est BIIIIIIEEEEEEEEEEN !

        Merci une fois de plus pour vos analyses fines, poussées, objectives et équilibrées. On dirait du hamas juif...


      • ISRAËL 22 janvier 2009 14:48

        Merci une fois de plus pour vos analyses fines, poussées, objectives et équilibrées. (ZALKA)

        ce ne sont pas mes analyses...mais l’histoire...
        Tu ne voudrais car même pas la nier ou la réviser ???


      • Jojo 22 janvier 2009 14:06

        A mes coreligionnaires qui passeraient par là. Salam.
        Je n’ai de leçons à donner à personne et chacun fait ce qu’il veut. Je voulais juste dire à ceux qui ne connaîtraient pas les thèses et la personne de Monsieur Emile Mourey, mon intime conviction qu’il n’y a aucune malveillance dans ses propos, ni intention de nuire et encore moins aux mères des croyants. Wa allahou aâlam.

        Alors que ceux qui souhaiteraient débattre avec lui de son article, le fassent si possible en en tenant compte. Merci à tous.


        • Le Concombre Masqué Le Concombre Masqué 22 janvier 2009 21:30

           Tiens Jojo nous prononçe une Fatwa smiley


        • Paradisial Paradisial 23 janvier 2009 05:20

          Jojo,

          Wa alayka ssalam.

          Emile Mourey est quelqu’un de bien.

          En effet, il n’y a aucune malveillance dans ces propos.

          Il a repris quelques a priori et fausses informations relayées par les orientalistes, il n’est pas à blamer pour cela : la plupart des occidentaux ne cherchent à découvrir intellectuellement l’islam que par le biais d’orientalistes, au lieu d’avoir à lire l’islam tel que ses propres vrais intellectuels le présentent.

          Pas mal de pseudo-intellectuels musulmans, cachés derrière la consonnance arabe de leurs noms, ne sont que des marchands et vendeurs de livres qui ne se soucient nullement de démystifier réellement l’Islam, mais plutôt font du Marketing appliqué à l’Islam, mystifiant davantage celui-ci, en se jouant de l’Exotisme de l’Orient dont certains occidentaux - peu soucieux de la vérité - sont si friands. L’exemple de l’auteur nommé dérisoirement « Sexologue de l’Islam » est le plus atypique de la démarche desdits intellectuels.

          Sinon, ici pour le cas de Monsieur Emile Mourey, personnage que j’apprécie beaucoup, la seule chose que je puisse lui reprocher, en toute amabilité, c’est le fait d’avoir calqué sa façon de relire l’histoire biblique en l’adaptant à celle islamique.

          Il y est pas mal de biais à relever ainsi que des conclusions erronnées à corriger. Mais bon, l’effort de l’auteur reste louable tant que ce pourrait susciter de très fructueux débats.

          Mais bon, il appartient de répondre aux questions et erreurs primaires, comme celles soulevées par John Loyds face à Fouad, pour passer après à celles secondaires relevant du défaut de compréhension et d’interprétation.

          Houla, ce soir je vais dormir que quelques courtes petites heures.

          Salutations les meilleures.


        • Paradisial Paradisial 23 janvier 2009 05:55

          Seb59,

          L’avis de quelqu’un d’aussi obtu que toi ne m’intéresse pas. Tes points de vue et foireuses conclusions sur des éléments que tu ne seras jamais à même d’appréhender par ton étroit cervelet ne m’éfleurent même pas pour que je puisse les prendre au sérieux voire te prendre toi-même au sérieux.

          Traces ta route sur laquelle tu es déjà parti en vrille. Je reste patiemment, paisiblement et sagement sur la mienne.


          - Ce qui suit n’est pas destiné à ta petite personne. T’es pas suffisament intelligent pour comprendre des choses d’une telle qualité.

          Le Vrai Sens de l’Islam. [pour les curieux il faudra lire toute la page, et non pas s’arrêter devant le mot soumission, qui a des acceptions largement plus riches en arabe qu’en français, et dont l’auteur livre les hauts sens philosophiques et théosophiques]


        • ASINUS 23 janvier 2009 06:52

          @paradisial
          bon reveil
          "au lieu d’avoir à lire l’islam tel que ses propres vrais intellectuels le présentent"


          vous pardonnerez mon entetement " vous avez d ailleurs l aval de fouadraiden"encore une fois je l interprete

          pour connaitre l islam il faut en etre


        • Paradisial Paradisial 23 janvier 2009 11:10

          Asinus,

          " pour connaitre l’islam il faut en être 							"

          Non mon cher. Une fois de plus vous interprétez mal mes propos.

          Si pour connaître l’Islam il faudrait en faire partie cette religion ne se serait pas étendue.

          Quand je reprochais à une grande majorité d’occidentaux de tenter de ne comprendre l’islam que sous la plume d’orientalistes, je déplorais par la même occasion leur absence d’orientation à aller découvrir l’Islam tel que expliquer par de vrais intellectuels musulmans qui se soucient de démystifier l’Islam et non de le mystifier [écartant d’emblée tous ces très sournois marketeurs de la frange de Malek Chebel qui noient le lectorat dans des exotismes qui l’éloignent des essences réelles de l’Islam au lien d’en le rapprocher].

          Mon propos était clair : un juge devrait entendre les deux parties.

          [j’exclue d’office de la deuxième partie les chebel & co, dont le seul soucis est le chiffre d’affaires]


        • Paradisial Paradisial 23 janvier 2009 11:31

          Georges Kaki,

          "Que dire d’un homme qui préfère obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, et qui en conséquence a la certitude d’entrer au Paradis en vous tranchant la gorge ?"

          La réponse est toute simple : risible et déplorable.

          Je t’invite à méditer une très intéressante réponse se trouvant dans la troisième partie du film "Al Rissalah" dont j’ai livré les références plus loin en bas.

          Cela se stitue exactement à minute 8:23.

          Bilal y disait :on ne contraint pas dans notre religion, un homme peut croire après des années ou quelques minutes à peine, c’est à Dieu qu’il appartient d’en décider, alors ces doutes doivent être respectés.

          Cela explique en partie pourquoi le christianisme et le judaïsme ont subsisté durant 1400 ans en terre musulmane.


        • Redj Redj 22 janvier 2009 14:24

          Vous me faîtes bien marrer à critiquer des moeurs d’il y a 800 voire 1000 ans. Ca a existé, et alors ? Ca existe encore, ah bon...Et chez qui ? Les musulmans ? Les catholiques ? Les juifs ? Tous sont pédophiles, demandez à nos curés ce qu’il en pensent.
          Critiquer une autre religion en pointant du doigt ce qui vous arrange est malhonnête. Balayer devant votre porte au lieu d’aller voir chez le voisin . !


          • Redj Redj 22 janvier 2009 14:28

            Et Jacob qui gueule qui s’excite derrière son clavier dès qu’on parle d’un musulman. "Ils sont tous pédophiles gna gna gna gna". Mais qu’attends-tu, lance ta croisade, va en Syrie, va en Iran, soit honnête envers toi-même. Qu’est-ce-qui t’en empêche ? Ah oui, la lâcheté...


            • ISRAËL 22 janvier 2009 14:53

              Apparemment EMILE...l’on ne peut débattre : histoire, avec certains...significatif !

              Obscurantisme quand tu nous tiens...


                • Bobland59 Bobland59 22 janvier 2009 16:51

                  Je suis bien heureux d’être un AHEE ...... à lire toutes ces fables me confirme me conforte dans mon incroyance ! :->


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 22 janvier 2009 17:31
                    Michel de Montaigne :
                     
                    "[...] quand Mahomet promet aux siens un paradis tapissé, paré d’or et de pierrerie, peuplé de garçes d’excellente beauté, de vins et de vivres singuliers, je vois bien que ce sont des moqueurs qui se plient à notre bêtise pour nous emmiéler et attirer par ces opinons et espérances, convenables à notre mortel appétit." (Essais, II, xii, 518)
                     
                    "Je ne m’étonne plus de ceux que les singeries d’Apollonius [de Tyane] et de Mahomet embufflarent. Leur sens et entendement est entièrement étouffé en leur passion." (Essais, III, x, 1013).

                  • Cogno2 22 janvier 2009 17:07

                    - WINAEL...convertis par la force ou assassinés !

                    idéologie politique de conquête et de soumission, l’islam a imposé son dogme (peuplement et/ou religieusement)


                    - Apparemment EMILE...l’on ne peut débattre : histoire, avec certains...significatif !

                    Obscurantisme quand tu nous tiens...



                    C’est la même qui personne qui écrit ces deux machins, si si, et à peu d’intervalle.
                    Je vois que a réussi à te décrire toi et tes semblables, je vois aussi que tu me surprendras toujours, je reste sans voix devant un tel manque de lucidité, c’est affligeant.



                    - "Je suis bien heureux d’être un AHEE ...... à lire toutes ces fables me confirme me conforte dans mon incroyance ! :->"

                    Tu m’étonnes, la religion ça rends con.


                    • Bobland59 Bobland59 22 janvier 2009 22:15

                      Je suis tellement convaincu que les religion rendent CON .... que je suis athée, anticlérical et que veux tu de plus ?  :->
                      Je n’ai pas envie de faire un laïus de trois pages pour m’expliquer et même je justifier . Sous notre République encore laïque nous avons encore le droit de ne pas croire aux sornettes .


                    • Forest Ent Forest Ent 22 janvier 2009 17:42

                      J’avais publié il y a quelque temps un papier sur Jésus vu par les historiens :

                      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=39016

                      En toute équité, j’aurais dû sortir le même sur Moïse et Mahomet. Mais ils auraient été bien vides. En effet, il n’y a strictement aucune source archéo sur Moïse qui est probablement un personnage légendaire. Et il n’y a strictement aucune source historique sur Mahomet, qui est néanmoins très probablement un personnage réel. Tout ce que l’on sait de Mahomet provient des hadiths et de la sira qui ont été rédigés et codifiés longtemps après sa mort, et sont donc des textes beaucoup plus politico-religieux qu’historiques, comme c’est aussi, je l’avais signalé, le cas des évangiles.

                      Supposer que ces textes soient des textes historiques cryptés revient à prêter une intention bizarre à leurs rédacteurs. Ceux-ci, qui vivaient à l’époque des premiers califes, avaient surtout comme impératif d’unifier la foi musulmane pour permettre son affermissement et son développement. Je ne vois pas très bien pourquoi ils se seraient amusés à jouer aux cryptogrammes.

                      La phrase "vous n’êtes pas comme les autres" avait peut-être pour seul but de justifier le fait que Mahomet ait eu beaucoup plus d’épouses que ce qu’il prescrivait ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès