Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Mère Teresa, sainte parmi les saintes

Mère Teresa, sainte parmi les saintes

« La vie est une chance, saisis-là ! » (Mère Teresa).

_yartiMereTeresa01

C’est ce dimanche 4 septembre 2016 qu’a lieu, au Vatican, une grande cérémonie pour la canonisation de Mère Teresa. Des manifestations ont lieu aussi dans d’autres endroits du monde. On pourra toujours disserter sur la pertinence, ou pas, de ce genre de cérémonie (béatification et canonisation) et se dire que les hommes restent les hommes et que Dieu reconnaîtra les siens (ce sujet ne regarde après tout que ceux qui ont la foi, les catholiques ici, les autres devraient s’en moquer).

C’est plutôt l’occasion de revenir sur ce parcours exceptionnel d’humanité de Mère Teresa, nommée "une icône mondiale de l’amour" par Violaine des Courières, journaliste du magazine "La Vie" (dans son article du 31 août 2016).

Mère Teresa a raconté à l'un de ses biographes, Malcolm Muggeridge, qu'elle savait ce qu'il se passerait après sa mort. Elle se présenterait devant saint Pierre qui lui dirait : "Vous ne pouvez pas entrer au paradis car il n'y a pas de taudis". Alors, elle lui répondrait : "Pauvre saint Pierre ! Je vais remplir le paradis des pauvres gens de mes bidonvilles et vous serez bien forcé de m'y laisser entrer !".

En quelques sortes, Mère Teresa faisait partie des personnes qu’on savait saintes de leur vivant, par leur manière de concevoir la vie, de prendre attention aux autres, aux plus fragiles. D’ailleurs, les hommes l’ont aussi "consacrée" dans sa sainteté en lui attribuant le Prix Nobel de la Paix le 17 octobre 1979 (je rassure les inquiets : les Prix Nobel de la Paix ne sont pas tous des saints, loin de là, bien sûr !).

Elle-même, dans son humilité, a accepté toutes les récompenses, pas par orgueil mais pour rester dans sa voie, aider les plus défavorisés, considérant que tout honneur qu’elle pouvait recevoir était d’abord une reconnaissance des plus modestes, des plus défavorisés (elle revendait même ses médailles). Après sa mort, elle a même eu un aéroport international prenant son nom, celui de Tirana, la capitale de l’Albanie, pays qui lui avait refusé le visa pour se rendre au chevet de sa mère lorsque c’était une dictature communsite.

_yartiMereTeresa07

Mère Teresa est née le 26 août 1910 à Skopje, à l’époque dans l’Empire ottoman, sous le nom d’Anjezë Gonxha Bojaxhiu. Elle était alors albanaise, d’une famille bourgeoise catholique qui aidait beaucoup les défavorisés (beaucoup de pauvres étaient invités à leur table : « Ma fille n’accepte jamais une bouchée qui ne soit partagée avec d’autres. »).

La guerre des Balkans et la Première Guerre mondiale ont appauvri la famille, le père est mort d’une mauvaise santé et ses entreprises ont fait faillite. À 12 ans, Anjezë (Agnès) décida à se consacrer entièrement à aider les plus pauvres. Elle quitta sa famille à l’âge de 18 ans, le 25 septembre 1928, pour entrer chez les Sœurs de Notre-Dame de Lorette, près de Dublin (malgré l’opposition de son grand frère). Elle y apprit notamment l’anglais et dès le 1er décembre 1928, elle partit en Inde pour son noviciat. Elle découvrit l’extrême pauvreté qui l’a beaucoup choquée : « Si les gens de nos pays voyaient ces spectacles, ils cesseraient de se plaindre de leurs petits ennuis. ».

Elle est devenue religieuse le 23 mai 1929, puis le 25 mai 1931, elle prit le nom de Sœur Mary-Teresa, en souvenir de Thérèse de Lisieux (1873-1897) qui venait d’être canonisée le 17 mai 1925 et considérée comme patronne des missions. Ses vœux définitifs ont été faits le 24 mai 1937.

_yartiMereTeresa02

Le nom de "Mère Teresa" lui est venu naturellement de son activité d’enseignante auprès des enfants de Calcutta, elle était devenue une sorte de seconde mère pour eux. Rapidement, elle fut nommée pour enseigner la géographie dans une école pour des filles de familles aisées, mais elle passa beaucoup de temps, parallèlement, à s’occuper des défavorisés des bidonvilles.

Sa vocation de se consacrer totalement aux plus pauvres est survenue le 10 septembre 1946 : « Soudain, j’entendis avec certitude la voix de Dieu. Le message était clair : je devais sortir du couvent et aider les pauvres en vivant avec eux. C’était un ordre, un devoir, une certitude. ».

Elle reprit la dernière parole du Christ sur la Croix comme une devise personnelle : « J’ai soif. » : elle parla alors de sa soif du Christ et de son besoin d’aider les pauvres : « Pour moi, ils sont tous le Christ. Le Christ dans un déguisement désolant. ». Dans une lettre rédigée le 26 mars 1993, elle expliqua : « Retenez ceci : "J’ai soif" est bien plus profond que Jésus vous disant "Je vous aime". Tant que vous ne savez pas au plus profond de vous que Jésus a soif de vous, vous ne pouvez pas savoir qui il veut être pour vous. Ou qui il veut que vous soyez pour lui. Jésus a soif, même maintenant, dans votre cœur et dans les pauvres, il connaît votre faiblesse. Il veut seulement votre amour, il veut seulement la chance de vous aimer. ». Cette parole du Christ a fait écho dans sa conscience : « Dans la mesure om vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Matthieu 25, 40).

Le 8 août 1948, après avoir convaincu son archevêque (de Calcutta), elle a convaincu le pape lui-même Pie XII qui accepta qu’elle prît une sorte d’année sabbatique hors de sa communauté religieuse. Elle la quitta effectivement huit jours plus tard, le 16 août 1948, avec très peu d’argent en poche.

Elle suivit une formation d’infirmière, créa des écoles dans des quartiers pauvres, et fonda le 7 octobre 1950 une nouvelle communauté religieuse, les Missionnaires de la Charité. En mars 1963, une communauté de frères missionnaires fut créée parallèlement avec les mêmes règles. En 1965, le pape Paul VI en a fait une société de droit pontifical dépendant directement du Vatican. Des centres furent créés à l’étranger, en particulier en Amérique latine (le premier fut au Venezuela). La congrégation compte de nos jours environ 5 000 religieuses réparties sur 132 pays. Le 4 mars 2016, elle fut victime, comme d’autres organisations, d’un attentat (pas revendiqué par Daech) à Aden, au Yémen, qui a tué seize personnes dont quatre religieuses.

Dans son journal, elle notait : « L’extrême pauvreté vide progressivement l’homme de son humanité. ». Chaque rencontre qui l’a émue a été le point de départ d’une nouvelle action : un mouroir pour accueillir les personnes en fin de vie trop pauvres pour être acceptées par un hôpital (le mouroir de Kalighat fut ouvert le 22 août 1952), un orphelinat pour recueillir et soigner des enfants abandonnés (l’orphelinat de Nirmala Shishu Bavan fut ouvert le 24 novembre 1955), elle proposa des ambulances pour soigner les lépreux (en 1957), etc.

Mère Teresa, qui était opposée à l’avortement, a toujours cherché des solutions alternatives par l’adoption des enfants non désirés : « Toute vie est vie de Dieu en nous. Même l’enfant non encore né a la vie de Dieu en lui. Nous n’avons pas le droit de détruire cette vie, quel que soit le moyen employé et pour quelque raison que ce soit. ».

_yartiMereTeresa03

Au début des années 1960, Mère Teresa développa ses activités humanitaires au-delà de Calcutta, reçut le soutien du Premier Ministre indien Jawaharlal Nehru. Elle commença à s’exprimer dans des médias (en particulier la BBC) pour rechercher de l’aide (pas seulement financière) et les premières récompenses arrivèrent pour soutenir son action de solidarité. À partir du début des années 1970, Mère Teresa a gagné beaucoup de notoriété internationale. Elle créa en 1976 un nouvel ordre religieux des sœurs contemplatives.

Écoutée et médiatisée, elle a pu ainsi se permettre de fustiger le matérialisme et de prôner un retour sur les valeurs essentielles : « L’amour naît et vit dans le foyer. L’absence de cet amour dans les familles crée la souffrance et le malheur du monde aujourd’hui. Nous avons tous l’air pressé. Nous courons comme des fous après les progrès matériels ou les richesses. Nous n’avons plus le temps de bien vivre les uns avec les autres : les enfants n’ont plus de temps pour les parents, ni les parents pour les enfants, ni pour eux-mêmes. Si bien que c’est de la famille elle-même que provient la rupture de la paix du monde. ».

Prônant la pauvreté pour ses religieuses et refusant une organisation efficace dans la collecte des dons, elle refusa toutes les aides qui se contentaient de lui apporter seulement un soutien financier. Ce qu’elle voulait, c’était une aide humaine concrète : « C’est un capital d’amour qu’il faut réunir. Un sourire, une visite à une personne âgée. Les vrais coopérateurs du Christ sont les porteurs de sa charité. L’argent vient si l’on recherche le royaume de Dieu. Alors tout le reste est donné. ».

Au-delà de son humanisme et de sa grande charité, Mère Teresa fut aussi une personne exceptionnellement courageuse. En 1982 à Beyrouth, elle s’avança avec la Croix-Rouge sur la ligne de front entre l’armée israélienne et les milices palestiniennes pour évacuer de la zone et sauver 37 enfants malades ou blessés. De même, malgré de graves problèmes cardiaques, elle n’a jamais cessé ses activités, voyageant à travers le monde pour apporter son enthousiasme et son espérance.



Courageuse et toujours attentive aux malheurs de l’actualité. Elle se déplaça par exemple le 11 décembre 1984 pour aider les victimes de la catastrophe chimique de Bhopal. Elle aida les victimes du tremblement de terre au Guatemala en 1977, protégea les aborigènes en Australie, s'occupa des réfugiés palestiniens à Amman en 1970, était à Cuba en 1986. Elle n’hésitait pas non plus à accepter de l’aide de pays parfois sous la coupe de dictateurs avérés, car dans son action, elle rejetait toute considération politique.

Insistant sur l’importance de la prière qui était pour elle une nécessité à l’action, elle a en 1995 expliqué assez simplement pourquoi : « Le fruit du silence est la prière. Le fruit de la prière est la foi. Le fruit de la foi est l’amour. Le fruit de l’amour est le service. Le fruit du service est la paix. » ("Un Chemin tout simple"). Jean-Paul II a résumé ainsi : « Contemplation et action, évangélisation et promotion humaine : Mère Teresa proclame l’Évangile à travers sa vie entièrement offerte aux pauvres, mais, dans le même temps, enveloppée par la prière. » (19 octobre 2003).

Le philosophe Emmanuel Lévinas témoignait : « Cette femme peut réunir les hommes beaucoup plus que les livres sacrés et leurs versets. ». Elle disait simplement : « Nous sommes le plus beau des marchés, nous vendons de l'amour. » (1986).

_yartiMereTeresa08

Mère Teresa est morte à 87 ans le 5 septembre 1997 aux urgences de l’hôpital de Calcutta, quelques jours après l’accident tragique de son amie, Lady Diana (qui a couvert médiatiquement la disparition de la religieuse). Sainte Thérèse de Lisieux qui fut son modèle est morte de tuberculose à 24 ans le 30 septembre 1897, quasiment cent ans auparavant. Malgré quelques critiques sur sa notion de souffrance, Mère Teresa a reçu un hommage unanime à sa mort. De très nombreuses personnalités internationales sont venues à ses obsèques, dont Hillary Clinton (en tant que Première dame des États-Unis).

Parce que tout le monde la considérait déjà comme une sainte, l’Église catholique a accéléré la procédure de béatification et de canonisation. Elle fut béatifiée le 19 octobre 2003 à Rome par le pape Jean-Paul II (qui célébrait également son vingt-cinquième anniversaire de pontificat). Le 15 mars 2016, le pape François a pris la décision de la canoniser, et la cérémonie est prévue ce dimanche 4 septembre 2016. Canonisée moins de vingt ans après sa mort, la procédure fut très rapide, mais pas la plus rapide puisque Jean-Paul II lui-même fut canonisé le 27 avril 2014, moins de dix ans après sa mort.

Son identité, voici ce qu’elle en disait elle-même : « Par mon sang, je suis albanaise. Par ma nationalité, indienne. Par ma foi, je suis une religieuse catholique. Pour ce qui est de mon appel, j’appartiens au monde. Pour ce qui est de mon cœur, j’appartiens entièrement au Cœur de Jésus. » (Mère Teresa).

_yartiMereTeresa04

Elle pouvait aller au Vatican sans rendez-vous. Jean-Paul II, dans son homélie de béatification, a ainsi raconté : « Elle se rendait partout pour servir le Christ chez les plus pauvres parmi les pauvres. Même les conflits et les guerres ne réussissaient pas à l’arrêter. De temps en temps, elle venait me parler de ses expériences au service des valeurs évangéliques. » (19 octobre 2003).

Et de rappeler : « Sa vie est un témoignage de la dignité et du privilège du service humble. Elle avait choisi d’être non seulement la dernière, mais la servante des derniers. Véritable mère pour les pauvres, elle s’est agenouillée auprès de ceux qui souffraient de diverses formes de pauvreté. Sa grandeur consiste dans sa capacité à donner sans compter, à donner "jusqu’à souffrir". Sa vie était une façon radicale de vivre l’Évangile et de le proclamer avec courage. » (Jean-Paul II).

Près de vingt ans après sa mort, la société matérialiste a encore progressé, avec son lot de petits appareils communicants et technologiques qui permettent à fois d’échanger avec l’autre bout du monde mais aussi de ne même plus voir son voisin dans une rame de métro. La canonisation de Mère Teresa a cet intérêt ainsi de revenir sur une destinée humaine extraordinaire qui se dépouille de tout ce qui est inutile pour ne voir que l’essentiel, l’humain en tant que tel.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (01er septembre 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Biographie du Vatican (19 octobre 2003).
Mère Teresa.
Pape François.
Sœurs de Saint-Charles.
Père Gilbert.
Frère Roger.
Concile Vatican II.
Jean XXIII.
Paul VI.
Jean-Paul II.
Benoît XVI.
Monseigneur Romero.
Sœur Emmanuelle.
Abbé Pierre.
Le dalaï-lama.
Jean-Marie Vianney.
Jean-Marie Lustiger.
Albert Decourtray.
Le Pardon.
La Passion.

_yartiMereTeresa05


Moyenne des avis sur cet article :  1.55/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • fred.foyn fred.foyn 1er septembre 10:10
    Mère Teresa va finir dans un canon...la pauvre !

    • tashrin 1er septembre 11:17

      @fred.foyn
      pas si on dépasse la campagne de com pour s’interesser à ce qu’elle pensait, disait et faisait réellement


    • Pere Plexe Pere Plexe 1er septembre 14:53

      Soyons honnête :
      Sa contribution à populariser le Burkini est sans équivalent !
      Pas une photo sans cette seyante tenue...


    • tashrin 2 septembre 09:45

      @Pere Plexe
      vous allez finir sur un bucher, faites gaffe :)


    • sparker808 (---.---.48.194) 1er septembre 11:32

      • sparker808 (---.---.48.194) 1er septembre 11:34

        • Agafia Agafia 1er septembre 14:26

          @sparker808

          On peut toujours farfouiller, interpréter, et casser les mythes... Quand on a un soupçon de cerveau, on sait très bien que Mère Thérésa était avant tout humaine, et donc loin d’être parfaite. Elle avait certainement ses défauts, ses contradictions, ses ombres, etc.

          Mais les arguments avancés dans l’article.... manquent beaucoup de preuves concrètes...

          Quant à son avis sur l’avortement, il est tout à fait logique. Quelle religieuse, ou religieux irait prôner le droit à l’avortement ? Ce serait ridicule... Et moi-même, je suis pour le droit à l’avortement mais je comprend tout à fait que ce n’est pas leur rôle... 

          Enfin...

          Elle aura toujours fait plus de Bien que de Mal que la majorité des gens, surtout parmi ceux qui la critiquent ... Que font-ils pour les autres ?

        • Agafia Agafia 1er septembre 14:36

          @ suite)

          Et je soupçonne que ceux qui cherchent les ombres au tableau le font avec des arrières-pensées et des buts bien précis et pas toujours avouables...

          La moindre des choses serait de le faire avec un esprit neutre et totalement objectif, en toute honnêteté, ce dont je doute fortement dans la plupart des cas.

        • hunter hunter 1er septembre 15:05

          @Agafia

          Oui mais elle a un énorme défaut : ici, les « sensibilités » de gauche n’ont pas fait leurs mises à jour système depuis 1905 : ils croient qu’il faut encore bouter le cureton et ses ouailles hors de France, pour le progrès, les droits de l’homme, la liberté........
          Ils croient que la religion d’origine du pays est encore une putain de menace.....il y a des arsenals dissimulés dans les églises, et demain des hordes de cathos armés jusqu’aux dents, vont jaillir pour brûler des homos, des musulmans, des gauchos....bref, ça va être l’enfer sur terre quoi !

          Ici, il est de bon ton de conchier la religion dans laquelle le pays s’est construit, comme il est de bon ton de chier aussi sur le dit pays (raciste, colon, collabo....)

          Ils ne se sont pas rendus compte que la religion d’origine de la France était achevée et morte, mais comme ce sont des grands courageux, ils continuent de frapper sur une dépouille déjà à terre !

          Et bien sur, ils encensent une religion exogène importée, déjà majoritaire par le nombre de pratiquants, et connue pour son progressisme, sa tolérance, son adaptabilité, sa souplesse.....

          Vous aurez remarqué immédiatement que Tashrin vient tout de suite pratiquer le teasing, dans le genre « ouh là là , une sainte ?.... si vous saviez..... », et suivront sans doute des liens comme quoi en fait c’était une reptilienne crypto-sioniste, travaillant pour la CIA sous couverture

          C’est curieux, Tashrin vient rarement sur d’autres papiers, genre sur ceux sur Macron ou sur la détresse des personnels infirmiers....

          Après je pense que Philoule viendra, pour baver quelques bonnes saloperies bien grasses, car forcément une Sœur de cette religion qu’ils détestent, ça ne peut être que du pipeau, et en fait simplement la haine dissimilée...la haine pour les autres bien entendu, car c’est vrai il y a eu les croisades, l’inquisition, toussa toussa !

          Voilà grosso modo vous avez le schéma !

          Adishatz

          H/


        • jmdest62 jmdest62 1er septembre 17:18

          @hunter
          salut Hunter

          A trop généraliser je crains que vous ne perdiez en crédibilité ...
          il y a aussi des gens qu’ils soient de gauche ou pas qui se méfient des « Icônes » et qui aimeraient surtout qu’on « leur foute » la paix avec les « bondieuseries ».(Toutes religions confondues)
          Je ne nie pas que cette personne ait fait du bien autour d’elle (après tout c’était son boulot) mais alors , faire de la politique ou être syndicaliste pour essayer d’améliorer le quotidien de milliers de gens ..est-ce que ça ne mériterait pas , à vos yeux , une canonisation ?
          Pour moi la reconnaissance et le respect suffisent .

          cordialement

          @+


        • Fergus Fergus 2 septembre 09:19

          Bonjour, jmdest62

          « après tout c’était son boulot »

          Non, son boulot, c’était d’enseigner à des jeunes filles de la bourgeoisie. Ce qu’elle a fait ensuite relève d’un engagement personnel et totalement bénévole très perturbant pour une religieuse car le spectacle de la misère remet forcément en cause la foi la plus enracinée.

          Comme vous, l’athée que je suis a beaucoup de respect pour cette femme et son action auprès des démunis. Et tant mieux si elle n’a pas été parfaite car cela la rend plus humaine.

          Pour ce qui est de la canonisation, cela relève du folklore catholique. Autrement dit, cela n’a d’intérêt que pour les croyants. A cet égard, ce genre d’évènement ne devrait pas bénéficier d’un traitement médiatique national.


        • tashrin 2 septembre 09:55

          @hunter
          faut vraiment arrêter votre delire de persecution cher monsieur, ca se soigne
          tous les commentaires que j’ai postés sont librement accessibles à qui veut les lire, et il est tout à fait aisé de constater que ce vous dites est faux. J’ai tout autant contribué sur les posts relatifs à la religion (n’importe laquelle d’ailleurs), que les posts plutot axés éco/lberalisme, et encore plus sur ceux relatifs à la politique, ou meme encore la liberalisation du cannabis, ou encore...
          Hier vous me reprochiez de ne poster que sur des sujets relatifs à l’islam
          Aujourd’hui d’avoir posté sur un sujet qui parle de mere teresa...
          Quant à votre delire paranoiaque sur les techniques de manipulation de je ne sais quoi c’etait d’un ridicule consommé.

          vous êtes ridicule


        • tashrin 2 septembre 10:00

          @tashrin
          quant au fond du sujet, je n’ai pas fait autre chose que faire remarquer exactement la même chose que les commentateurs ci dessous (Jean Pierre, etc...). Qui ne font eux mêmes que relayer des informations que tout le monde peut librement trouver.
          Dsl si ca heurte votre conception de la beatification


        • jmdest62 jmdest62 2 septembre 10:03

          @Fergus

          « A cet égard, ce genre d’évènement ne devrait pas bénéficier d’un traitement médiatique national. »

          D’accord sur ce point mais ....je crains que les anti-burkini de la p’tite bande à Sarko , aidés par les médias , ne profitent de cet évènement pour nous en remettre une couche sur les « racines » de France.
          et qu’on reparte dans des débats stériles et des tensions néfastes pour le pays
          @+


        • njama njama 2 septembre 10:36

          @Fergus
          Pour ce qui est de la canonisation, cela relève du folklore catholique. Autrement dit, cela n’a d’intérêt que pour les croyants. A cet égard, ce genre d’évènement ne devrait pas bénéficier d’un traitement médiatique national.

          C’est people c’est tout.
          Un jour le sport, le jour suivant autre chose.
          Je ne partage pas une bonne partie des convictions catholiques, mais je ne vois pas d’inconvénients à ce que les médias en parlent, et d’une façon générale de sujets touchant aux religions. Il me paraît sain que les médias soient très ouverts sur ces sujets, et tous azimuts ; ils ne sont pas astreints à une neutralité laïque qui en principe dans la Loi de 1905 ne concerne que l’État et ses représentants.

          Je suis bien plus choqué de voir par exemple par le bigotisme forcené d’un ministre de l’intérieur devenu premier ministre, qui, dans l’exercice de ses fonctions, s’est affiché dans des cérémonies de béatification (du père Louis Brisson) ou de canonisation (Jean 23 -Jean-Paul 2) aux frais de la république, alors même qu’il est censé refléter dans le protocole la neutralité laïque de l’État par rapport à un culte ou un autre. Certes rien ne lui interdirait d’y aller à titre personnel ...


        • Fergus Fergus 2 septembre 13:03

          Bonjour, njama

          « je ne vois pas d’inconvénients à ce que les médias en parlent »

          En réalité, moi non plus, à condition que cela prenne une place raisonnable et ne constitue pas l’une des pages principales - voire le sujet majeur - des journaux radio-télévisés. 


        • petit gibus 2 septembre 14:45
          @Fergus

          en phase sur la même onde
          rien à rajouter

        • Pere Plexe Pere Plexe 2 septembre 15:42

          @hunter
          « ici, les « sensibilités » de gauche n’ont pas fait leurs mises à jour système depuis 1905 »

          Même si tel était le cas,c’est un réel progrès comparativement à ceux qui sont resté à la période antérieur à la révolution française !
          Cela dit j’approuve parfaitement votre combat pour cette femme voilée, tant son action est remarquable.Je n’avait pas détecter en vous cet capacité à dépasser l’apparence vestimentaire.

          Dommage que pour canoniser cette dame l’église catholique impose toujours « des miracles ». qui entache la crédibilité de la chose.Les religions ont bien du mal à se moderniser...


        • Pere Plexe Pere Plexe 2 septembre 18:38

          @hunter
          J’allais oublier de vous féliciter pour votre impayable

          « ils encensent une religion exogène importée... »
          C’est à la finesse de leur humour que l’on reconnait les comiques.
          Et là j’avoue que vous c’est d’un bon niveau.

          A moins que ce rappel que les trois « grandes religions » sont importés soit involontaire... ?Ce serait décevant.

        • sampiero sampiero 1er septembre 13:32

          Certainement une de la poignée d’humains qui sont des véritables chrétiens appliquant les recommandations du christ. 

          Tous les autres sont des catholiques.

          • Pere Plexe Pere Plexe 2 septembre 18:43

            @sampiero
            Dans cette poignée d’humains je mets volontiers Mandela et Gandhi.

            Mais je suis pas certain qu’ils soient chrétiens...

          • amiaplacidus amiaplacidus 1er septembre 14:26

            En ce moment, le catholicisme, ce n’est plus la multiplication des pains, mais la multiplication des saints.


            • Agafia Agafia 1er septembre 14:30

              Quand je regarde la photo de Jean-Paul et Thérésa, je me dis :


              En voilà une belle paire de Saints ! ^^

              • Agafia Agafia 1er septembre 14:30

                Quand je regarde la photo de Jean-Paul et Thérésa, je me dis :


                En voilà une belle paire de Saints ! ^^

                • François Vesin François Vesin 1er septembre 14:33

                  Un couple de mes amis voulait adopter un enfant (en 1993).

                  Ils ont automatiquement pensé à la « sainte » (à laquelle ils envoyaient
                  chaque année l’équivalent de 500€ de don). Après avoir pris des
                  renseignements et découvert que le mari était athée et ancien
                  franc maçon (dans sa jeunesse) et que son épouse était de confession
                  protestante (non pratiquante) la « sainte » leur a annoncé qu’il pouvaient
                  prétendre adopter MAIS exclusivement des enfants trisomiques...

                  • Agafia Agafia 1er septembre 14:42

                    @François Vesin

                    Et je peux vous raconter exactement l’inverse. Des amis à mes parents ont adopté un enfant via Mère Thérésa... Ils n’étaient ni baptisés, donc pas pratiquants, et ils ont pu adopter sans problème... 
                    Alors....

                  • François Vesin François Vesin 1er septembre 15:04

                    @Agafia
                    Il ne faut pas vous fâcher ! Mon exemple n’a d’autre but que de relativiser

                    l’image dûment concoctée par des huiles vaticanes peu regardantes ...
                    Par ailleurs, où avez vous lu qu’en évoquant le cas de mes amis j’ai jamais
                    évoqué l’existence d’un « problème » ? Ils voulaient un enfant, pas un produit
                    de haut de gamme à options multiples !!

                  • rocla+ rocla+ 1er septembre 15:13

                    Normalement Thérèse c ’ est celle qui rit quand on la b.....


                    Mais là c’ est Théresa qui nous a montré son Calcutta .

                    La vie extraordinaire d’ une femme de dévouement . 

                    Bravo Thérèsa . 

                    • zygzornifle zygzornifle 1er septembre 17:20

                      cette femme en une vie passé au service des déshérités aura fait bien plus de bien que tous les politiques de la planète pendant 1000 ans ..... 

                      Heureusement qu’on a eut l’abbé Pierre fondateur d’Emmaüs et Coluche avec ses restos du cœur ......

                      • Jean Pierre 1er septembre 23:18

                        Après cette hagiographie céleste, il convient de redescendre sur terre. 

                        Recueillir des enfants abandonnés permettait au passage de les baptiser. De nombreux témoignages attestent que les fonds versés pour lutter contre la pauvreté servaient surtout à financer des campagne contre l’avortement et la contraception ce qui ne pouvait qu’améliorer le chiffre des futures adoptions. C’est ainsi que la charité faite dans des pays non chrétiens permettait à l’église d’y augmenter ses parts de marché. 


                        • njama njama 2 septembre 09:40

                          Béatification et canonisation ne se rattachent qu’aux convictions des catholiques, chacun sait que le culte des saints n’a jamais fait l’unanimité dans le christianisme, que la Réforme a été schismatique sur cette question et a divisé l’Europe (cf Concile de Trente). C’est d’ailleurs une décision d’une délibération collégiale et l’aboutissement d’une procédure définie par le Vatican.

                          N’empêche que les non-catholiques, croyants ou non, peuvent s’associer à l’hommage rendu à la personne, sans adhérer d’un atome au rite.
                          A-t-elle combattu la pauvreté ? ses causes je ne crois pas, ses conséquences oui. On ne peut pas être au four et au moulin, faire la guerre et s’occuper de l’ambulance.

                          Le seul « Mère Téresa » faisait sa popularité, un peu comme « l’abbé Pierre » ... un « sainte mère Téresa » y ajoutera-t-il une auréole de charisme ?

                          Oui selon la théologie catholique le culte de dulie (véritable nom du culte accordée au saints, du grec ancien δοῦλος / doulos, « l’esclave, le serviteur ») revêt deux formes :
                          la vénération : témoignage du respect dû à un saint ;
                          l’invocation : demande d’intercession en vue d’obtenir un avantage particulier.

                          L’HYPERDULIE étant réservé à Marie

                           


                          • njama njama 2 septembre 10:40

                            En 1982 à Beyrouth, elle s’avança avec la Croix-Rouge sur la ligne de front entre l’armée israélienne et les milices palestiniennes pour évacuer de la zone et sauver 37 enfants malades ou blessés.

                            et dire que les agresseurs israéliens ont failli la tuer !
                            Heureusement qu’elle avait un gilet pare-balles Céleste smiley


                            • alanhorus alanhorus 3 septembre 11:21

                              http://knowledgenuts.com/2013/09/27/mother-teresa-was-a-crook-and-a-fraud/

                              traduction rapide

                              Les mots « Mère Teresa » sont modernes sténographie pour des choses comme « bon », « bon cœur » et « désintéressé ». Malheureusement, la vraie Mère Teresa était un escroc autoritaire qui palled avec certains des hommes les plus méprisables de sa journée.
                              Mère Teresa est célèbre pour être l’un des véritables altruistes de l’histoire. Elle a consacré sa vie aux pauvres, en ouvrant ses premiers Missionnaires de la Charité à la maison dans les années 1950 Calcutta, et de passer à ouvrir des centaines d’autres à travers le monde. Comme mot de sa mission la propagation, il a attiré l’imagination du public et des millions de dollars a commencé à verser, qui est allé aider ceux qui en ont le plus besoin. Au moins, c’est la version officielle.

                              La réalité est beaucoup plus sombre. Selon ceux qui y ont fait du bénévolat, les missions de Mère Teresa sont sordides fosses d’aisances courent le long des lignes autoritaires violents. Il y a des rapports d’enfants indisciplinés étant attachés à des lits et battus, des équipements obsolètes ne sont pas remplacés, et d’aiguilles être réutilisés dans les pays avec des taux élevés d’infection à VIH (comme Haïti) jusqu’à ce qu’ils étaient si émoussée ils ont causé la douleur. Tout cela enveloppé dans une culture de l’obéissance aveugle, le secret et le contrôle qui est dit à ressembler à un culte.

                              Cela peut tous être d’accord si les missionnaires faisaient quelque chose de bon, mais ils ne sont pas. En 1991, le magazine allemand Stern a révélé que seulement 7 pour cent des dons à l’organisation ont été utilisés pour la charité. Le reste a été acheminé dans des comptes bancaires secrets ou utilisé pour construire plus de missions. Il y a des rapports que les missions ne seront même pas acheter du pain pour nourrir leurs détenus, préférant se reposer uniquement sur des aliments donnés.

                              Et d’où vient tout cet argent vient-il ? Eh bien, certaines d’entre elles proviennent de régulières folk, bon cœur donnant ce qu’ils peuvent. Un diable de beaucoup plus venu de quelques-uns des hommes les plus mauvais qui ait jamais vécu. Mère Teresa elle-même a pris personnellement des dons importants du dictateur haïtien psychopathe « Baby Doc » défendre publiquement son règne imbibé de sang en retour. Dans les années 1990, fraudeur Charles Keating a fait don de 1,25 million $ de l’argent volé aux missionnaires. Lorsqu’on lui a demandé de retourner l’argent frauduleux, Mère Teresa tout simplement resté silencieux.

                              Mère Teresa sans doute fait quelques bonnes choses dans son temps, mais ils peuvent encore être éclipsé par son héritage terrible. En 2010, Forbes a révélé que la première maison, elle avait mis en place un taux de plus de 40 pour cent de la mortalité. Pour paraphraser un vieux dicton, si les pauvres ont des amis comme elle, ils ont besoin de plus d’ennemis.

                              http://www.leparisien.fr/societe/dans-le-retro-le-combat-de-mere-teresa-a-calcutta-30-08-2016-6080181.php

                              quand j’ai vu la photo je me suis dit c’est un homme.



                              • zygzornifle zygzornifle 6 septembre 16:56

                                le pape canonise Mère Térésa pendant qu’Hollande tire au canon sur les pauvres Syriens .... 


                                • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 15:38

                                  Maintenant qu’elle n’est plus la la France a pu vendre 16 avion Rafales a l’Inde histoire d’aider les miséreux ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès