Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Pie XII : la béatification de la discorde

Pie XII : la béatification de la discorde

Benoît XVI est peut être un pape conservateur, voir rétrograde mais, il n’ignore rien des techniques modernes de marketing. Pour mieux faire passer la béatification très controversée de Pie XII, le Vatican veut la lier à celle de Jean-Paul II. Une vente groupée qui mélange deux personnalités, deux parcours face à l’histoire radicalement différents. L’attitude très ambiguë de Pie XII à la tête de l’église catholique pendant le deuxième conflit mondial peut-elle être effacée demain par une canonisation difficilement compréhensible sinon, explicable ?

Qui connait le mieux Pie XII ? Le Vatican évidemment. Très logiquement, l’Etat d’Israël vient de demander l’ouverture des archives du Saint-Siège afin de pouvoir jugersur pièces la personnalité de l’ancien souverain pontife. Une demande pleine de bon sens formulée par le porte-parole des Affaires étrangères israélien Yigal Palmor :”Le processus de béatification ne nous regarde pas, c’est une question qui ne concerne que l’Eglise catholique. Quant au rôle de Pie XII, c’est aux historiens de l’évaluer et c’est pourquoi nous demandons l’ouverture des archives du Vatican durant la guerre mondiale.”

L’empressement de Benoit XVI à vouloir faire aboutir la béatification de Pie XII intrigue. Pourquoi en effet, ne pas attendre 2013 et l’ouverture au public des archives de l’église catholique ? Ne serait-ce pas la solution la plus sage pour rendre éventuellement justice à un Pape dont l’image est ternie par sa passivité supposée face à la Shoah ?

A l’inverse, le Vatican avance que, loin d’être passif face à l’extermination des Juifs, Pie XII aurait oeuvré en toute discrétion , par crainte qu’une action ouverte ne nuise aux juifs et aux catholiques d’Europe.

Pari osé. Dans l’état actuel des connaissances du grand public, l’approbation samedi par Benoît XVI d’un décret reconnaissant les “vertus héroïques” de Jean Paul II et surtout du pape Pie XII, prélude à leur canonisation, suscite un malaise légitime dans toute l’Europe.

Les représentants de la communauté juive italienne ont fait part de leur émoi et de leur incompréhension. “Nous n’oublions pas les déportations de Juifs d’Italie et en particulier le train qui a déporté 1.021 personnes le 16 octobre 1943, qui est parti de la station de Rome Tiburtina pour se rendre à Auschwitz dans le silence de Pie XII“, ont-il souligné alors que les défenseurs de Pie XII avancent qu’il ne connaissait pas la destination du convoi.

Au-delà de Pie XII, l’attitude très politique et polémique de Benoît XVI est pointée. Tentative de réécrire l’histoire pour les uns, tentative d’imposer un jugement définitif et unilatéral sur l’oeuvre historique de Pie XII pour les autres, le bon sens revient à des associations juives qui demandent simplement que le processus de béatification concernant Pie XII soit mis entre parenthèses, le temps d’examiner de façon approfondie les archives de l’époque.

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), s’inscrit sur cette ligne. Richard Prasquier juge dans une interview à paraître lundi dans La Croix que la décision de béatifier Pie XII est “prématurée” et témoigne d’une “négligence” du Vatican.

Que Benoît XVI tente de restaurer et de corriger la vérité sur le pontificat de Pie XII est une chose. Qu’il s’évertue à vouloir faire saint un Pape dont le Pontificat restera marqué par une grande impuissance face aux nazis en est une autre. Car, pour faire un saint, il faut un miracle. Or, de ce côté, Pie XII, n’en n’a pas fait.

Le pouvait-il ? Dans le carcan diplomatique d’un micro Etat tout juste toléré , il a sans doute, c’est aux archives de le démontrer, entrepris tout ce que, humainement, il pouvait faire pour sauver les juifs sans mettre en cause les biens matériels de l’église catholique. “Humainement”, … ce ne serait déjà pas si mal.

Pour être complet, il convient,de rappeler que Benoît XVI n’est pas à l’origine de la procédure de béatification de Pie XII. Celle-ci a été lancée en 1967.

 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • Yann Amare 21 décembre 2009 11:13

    Un pape réac peut en cacher un autre encore pire, ils peuvent toujours se béatifier entre eux quelle importance. La béatification c’est comme la légion d’honneur en Franceu, tout les salauds l’ont à la boutonnière.

    JP2 a pendant son trop long règne promu l’Opus Dei, secte fascisante, en échange ils ont renfloué les caisses (vidées par une éminence indélicate) du Vatican. Quand JP2 s’est pété le goupillon l’Opus Dei, qui était aux manettes, a décidé de coller la marionnette Benoit16 sur le saint siège afin qu’il y fasse leurs besoins. Donc rien d’étonnant au fait qu’ils s’auto-béatifient, le prochain pape fera de même à ne pas en douter... Aucune importance, les chrétiens n’ont qu’à demander le droit de vote pour élire le nouveau pape... 


    • DESPERADO 22 décembre 2009 01:21

      Si Israel ne veut pas, alors il faut le béatifier, juste pour rire.


    • caramico 21 décembre 2009 11:13

      C’est quoi cette manie de vouloir sanctifier tous les papes ?

      Autant leur décerner les deux « titres » en même temps. ça aura autant de valeur que la légion d’honneur !


      • ARMINIUS ARMINIUS 21 décembre 2009 11:30

        Un petit rappel concernant quelques points historiques :
        1937 : Devant la montée du nazisme, Pie XI ordonne à ses prêtres de lire en chaire son cyclique : « Mit brennender Sorge » (« Avec une brûlante inquiétude ») rédigée en Allemand par Mre Pacelli, donc futur Pie XII, nonce apostolique à Berlin et qui apprécie beaucoup l’Allemagne de Goethe mais pas du tout celle de Mr Hitler. Résultat : des centaines de prêtres incarcérés voir déportés...1939 Pie XII, le nouveau pape condamne l’invasion de la Pologne, levée de boucliers des évêques Allemands car la fureur de l’âme damnée d’Hitler le sinistre Reinhard Heydrich se déchaine contre « les curetons » 1942 : les évêques Hollandais condamnent les déportations, résultat direct : les déportations redoublent.Le Noël de cette même année Pie XII dans ses vœux radiodiffusés avec une voix brisée par l’émotion déplorera« la situation d’une centaine de milliers de personnes, qui sans aucune culpabilité de leur part mais seulement pour des raisons de nationalité ou de race sont destinés à la mort ou à un progressif dépérissement.
        A l’immédiat après-guerre, le gouvernement juif témoigne de sa reconnaissance à Pie XII pour avoir sauvé quantité de Juifs ( plus que toutes les autres églises réunies...) remerciements réitérés par Mme Golda Meir en 1956.
        En 1963 parait une pièce de théatre écrite par Rolf Hochut »Der Stellvertreter« charge contre l’attitude passive de Pie XII face à la Shoah. Cette pièce remporte un succès énorme en Europe et aux Etas-Unis. Le Film »Amen« de Costa Gavras reprend quarante cinq ans plus tard le même thème. Rappelons qu’il s’agit là d’œuvres de fiction. Le Deutsch Tagespost du 3/02/2007 soulève un lièvre quant à cette pièce : d’après un général Roumain des services secrets elle serait une »commande" de Nikita Kroutchev visant à décrédibiliser l’église catholique...les pays satellites s’appuient trop sur elle ( on le vérifiera un peu plus tard avec, entre autres,le soulèvement Polonais) pour contester l’ordre communisteFin de semaine dernière, Serge Klarsfeld, ne soulève aucune objection contre Pie XII, notant au passage que Saint- Louis avait fait bien pire, ce qui n’avait pas empêche sa canonisation.
        En matière de canonisationet à titre personnel, je suis d’ailleurs plutôt d’accord avec celles de Saint-Estèphe, Saint-Emilion et autres Saint-Pourçain, puissent-ils veiller sur notre foie en ces périodes d’extrêmes... libations.


        • papaxx 27 décembre 2009 17:06

          A Arminius

          Où sont tous les discours prononcés par Pie XII pendant la seconde guerre mondiale contre les crimes nazis envers les juifs et tous les déportés - Il était au courant des atrocités : faites nous lire ses discours de morale chrétienne contre la violence la haine le racisme - et pas une « brûlante inquiétude » de sa part - mais une vrai prise de position non pas politique mais morale c’était la moindre des choses dans une telle situation non ?


        • jullien 21 décembre 2009 11:45

          Une correction : Israël ne vient pas de demander l’ouverture des archives du Vatican, elle vient de renouveler sa demande pour la énième fois depuis 1993. On remarquera la contradiction soulignée par Arminius entre le comportement d’Israël du vivant de Pie XII et son attitude actuelle. Je vois peut-être le mal partout, mais cette contradiction ne proviendrait-elle point du soutien moral apporté par le Vatican aux droits des Palestiniens.


          • JL JL 21 décembre 2009 11:46

            Moi ce que je ne comprends pas c’est comment la communauté juve peut-elle s’opposer à une décision de l’église catholique.

            En ces temps où l’on s’interroge sur l’identité nationale, la question de l’identité juive pourrait-elle être pertinente ? En effet : ou bien c’est une communauté religieuse, et elle n’a pas à se mêler des autres religions, ou bien ce n’est pas une communauté religieuse, mais alors c’est quoi ? Une communauté qui ne serait pas un communautarisme ?

            Ps. Evidemment, je condamne l’attitude de l’église pendant le deuxième conflit mondial. Mais est-elle la seule à devoir être condamnée ?


            • goc goc 21 décembre 2009 11:51

              Une correction : Israël ne vient pas de demander l’ouverture des archives du Vatican, elle vient de renouveler sa demande pour la énième fois depuis 1993

              j’aimerais savoir ce que dirait la communauté juive si le pape exigeait de se mêler du fonctionnement des synagogues.

              le pape fait ce qu’il veut au sein de la communauté catholique, cela n’a aucun rôle sur la constitution française, ni aucun rôle juridique, donc au lieu de crier aux « sacrilèges » les rabbins feraient mieux de faire le ménage chez eux et de virer les rabbins racistes appelant au massacre des palestiniens, car là ce n’est pas plus glorieux que de béatifier le premier pape venu.


              • goc goc 21 décembre 2009 11:58

                j’ai oublié, le Vatican étant un etat indépendant, on est en droit de se demander de quel droit un pays se permet-il d’exiger de voir les archives d’une autre état. J’imagine les réactions, si la France** demandait a voir les archives israéliennes des massacres faits par son armée a Gaza. Il suffit de voir comment israel a traité le rapport Goldstone

                ** (c’est juste un exemple, c’est pas demain la veille que la France de sarkozy/kouchner aura des cou..lles, pour exiger de telles choses).


              • non666 non666 21 décembre 2009 13:32

                Amplifions ta remarque goc.
                L’etat religieux d’israel , en Asie « exige » d’un etat Europeen Chretien qu’il publie ses archives.
                Au nom de quoi ?
                Au nom des victimes juives, en revendiquant son statut d’etat juif , de syndicat des prejudices fait aux juifs .
                Bien donc effectivement, Nous autres chretien pourrions exiger de NOTRE etat français, ou du vatican , si nous sommes chretien d’EXIGER l’ouverture des archives israeliennes sur les massacres de Sabrah et Chatillah, le massacre des phalangistes chretiens, le tirs aux sous munitions sur le liban chretien etc.etc, etc ?
                Non ?
                Pore nous pourrions et nous DEVRIONS meme EXIGER l’internationnalisation des recherches sur les manuscrits de la mer morte.....
                Trouvés en terres palestinienne, ces maniscrit sont sous sequestre de l’etat juif et ne sont revelés que s’ils ne nuisent pas aux mythes fondateurs de l’Etat juif.
                On peut meme dire que les seuls elements qui sont rendu public sont ceux qui nuisaient aux interets de l’eglise catholique, en fait....
                D’ou illusion que les deux religions seraient complices dans cette affaire.

                Car si des manucrits prouvaient que les revendications de legitimité d’un foyer juif en Palestine etaient infondées, croyez vous qu’ils seraient rendu public ?
                Je rappele que TOUS les chercheurs qui trvaiallent sur ces documents sont non seulement des juifs, mais aussi et surtout des rabbins specialisés et que leur « labo » est une veritable forteresse.
                On comprends tous les enjeux.
                Imaginez que la theorie d’un royaume juif soient infondée et que le seul Roi juif de cette region n’ait regné que sur une seule ville, par exemple, au nom de quoi serait il legitime de donner la TOTALITE de la palestine au peuple juif ?
                Or les enjeux des maniscrits de la mer morte sont de CE Type...

                Du coup, tout ce qui peut contribuer a ridiculiser NOTRE religion sur NOTRE terre , grace a des relais dans NOS medias ne sert que des interets qui ne sont pas les notres.
                ...Sauf a etre de ceux qui ont des solidarités avec le peuple juif, evidemment.
                Mais en dehors de ce syndicat d’interets egoistes, a qui cela sert il ?


              • appoline appoline 21 décembre 2009 18:10

                @ Non,

                Il est vrai que certains écrits, tenus au « secret », feraient frémir certaines religions. Mais, il faut toujours voir plus loin, quand le peuple ne croit plus, sa torpeur une fois passée se transformerait en colère et en haine.
                Bien contente d’avoir été excommuniée il y a pas mal de temps, je n’ai de compte à rendre à personne surtout pas à des salopards qui n’ont plus rien de charitable, bien au contraire, ils exploitent la crédulité du peuple pour mieux le dominer.


              • Henri François 21 décembre 2009 12:51

                Qu’ils aillent se faire voir ailleurs, que diable. Le plus loin possible dans les catacombes et labyrinthes de leur foi aux relents de folie.
                Prêtres, rabbins et imams !
                Avec leurs saints de pacotille, leur mémoire courte, borgne et comme toujours larmoyante, leurs minarets et « burkas » !
                Et voilà que les uns et les autres, dans une infernale spirale, exigent de nous que nous prenions parti pour les uns ou les autres, de reécrire l’histoire à leur façon, au risque de nous faire brandir, à nouveau, le glaive de la vengeance.
                lls nous emmerdent.
                Pie XII et Benoît XVI (on aime bien les chiffres romains dans cette tribu de vieillards renifleurs), Shoah (mais il n’y a pas eu que le pape qui l’ait oubliée en son temps, n’est-ce pas messieurs les « alliés-passifs »), foutez-nous la paix une bonne fois pour toutes !


                • non667 27 décembre 2009 20:34

                  à riri
                  l’autruche ,la tête dans le sable, le cul en l’air ,faut pas qu’elle s’étonne de ce qui va lui arriver !!


                • jullien 21 décembre 2009 13:08

                  « on aime bien les chiffres romains dans cette tribu de vieillards renifleurs »
                  Si je comprends bien ce que vous dites M. Henri François, quand un instituteur déclare à ses élèves « Louis XIV a fait construire le château de Versailles » ou « Louis XVI a été guillotiné sous la Révolution » il n’est qu’un viellard renifleur ? Il y a des réflexions vraiment stupides sur Agoravox de temps en temps...


                  • Henri François 21 décembre 2009 15:37

                    Mais bon sang nous sommes au 21°siècle et non plus en 1789 ou 90 !...


                  • Loan 28 décembre 2009 09:34

                    Il faut obligatoirement compter en chiffres hallal ?


                  • Internaute Internaute 21 décembre 2009 13:11

                    Il n’y a aucune polémique sur les décisions de B16. Comme toujours le pouvoir juif essaye de polémiquer sur ce que font les autres mais il est bien le seul à essayer de faire monter cette mayonnaise.

                    Au fait, que pense-t-on du silence coupable de la presse juive occidentale pendant qu’en Russie le judéo-communisme assassinait à l’échelle industrielle ? Je suppose qu’on n’en pense rien et qu’il vaut mieux passer ce détail de l’histoire sous silence. Les habituels humanistes qui tolèrent les pires exactions quand elles viennent de l’Israël ou des républiques démocratiques sont outrés que Pie XII n’ai pas eu le comportement qu’ils souhaitaient. Bientôt ils vont nous poser la question fatale : combien de juifs sont-ils morts gazés dans les souterrains du Vatican ? Au point où vous en êtes, allez-y, ne vous gênez pas, l’Eglise a bon dos.

                    Selon Haaretz , en Israël il y a actuellement une lutte farouche des rabbins contre les signes, mêmes laïcs, qui rappellent Noël. Les restaurateurs qui osent mettre un arbre de Noël sont menacés par le rabbinat du retrait de leur licence cachère. Quelle légitimité ont ces gens-là pour venir juger et réclamer des comptes ? Décidément, la laïcité est battue en brêche en Israël et les guerres de religions risquent d’être ranimées si on les laisse faire.


                    • baska 21 décembre 2009 15:54

                      A propos de shoa, il faut savoir que les survivants de la barbarie nazie vivent dans l’extrême pauvreté en israel. La Cour Suprême d’Israël rend justice aux milliers de survivants de la Shoah Par Ftouh Souhail
                      Ces sionistes osent donner de leçons de morale, industrie de l’holocauste !


                    • Ornithorynque Ornithorynque 21 décembre 2009 13:15

                      La raison de cetted écision de la part de Benoit XVI vient peut être justement de l’exhortation de Jean Paul II : « N’ayez pas peur ! »

                      L’église catholique est la SEULE institution internationale qui ait pris position en discours et en actes (qui d’autre que les cathos a caché des juifs de façon constante et massive pendant la guerre) en faveur des Juifs durant la shoa.

                      Et Benoit XVI n’a pas peur : il veut simplement que les faits soient révélés : les historiens (y compris, et surtout les juifs) (américains notamment) on depuis longtemps réhabilité l’action de Pie XII, certains même demandent à ce qu’il soit considéré comme un juste parmi les nations !

                      L’Eglise n’a vraiment pas à rougir de son passé... en revanche l’auteur de cet article, qui continue, avec cette image, à véhiculer la manipulation la plus véreuse de l’après guerre, il ne se grandit pas.
                      Le Nazisme et le communisme se sont toujours tenu la main pour lutter contre l’église qui les avait réuni dans une même condamnation.

                      C’est peut être ça qui énerve.

                      QUand au président du CRif, il devrait demander à Serge Karsfeld avant de proférer des accusations aussi abjectes... Le Cahsseur de Nazis a reconnu cette semaine qu’il ne voyait pas ce que l’on pouvaitr eprocher à l’Eglise pendant la shoa...

                      QUe la vérité éclate, l’Eglise n’a vraiment rien à craindre !


                      • ARMINIUS ARMINIUS 21 décembre 2009 13:49

                        Exactement, il veut que les faits soient révélés, comme de lui reprocher d’avoir appartenu aux jeunesses hitlériennes, alors que c’était devenu aussi obligatoire que le service militaire !
                        De plus ce pape n’a , contrairement à son prédécesseur, rien à foutre du qu’en dira-t’on ! Qu’on aime, qu’on aime pas là n’est pas la question : un pape, par définition ne peut pas être progressiste, ce serait comme demander à un musulman de manger du porc !


                      • ZEN ZEN 21 décembre 2009 13:29

                        A l’heure où la crise ne sévit pas sous les lambris dorés de la Cité romaine, la cuisine vaticane est vraiment d’un anachronisme dérisoire et d’un christianisme discutable quand elle se distingue ici comme


                        • yo83 21 décembre 2009 14:18

                          bizarre cet article que les sionistes apprennent a fermer leur grande bouche

                          2 points à méditer pour eux

                          http://fr.wikipedia.org/wiki/Israel_Zolli

                          http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/11/16/trois-banques-israeliennes-rendent-une-partie-des-fonds-des-victimes-de-la-shoah_1267715_3218.html

                          qu’ils osent la ramener cela ne m’étonnes pas d’eux mais que leur propagande puisse fonctionner cela m’épates


                          • non666 non666 22 décembre 2009 13:57

                            Yo83.
                            Les convertis , le lendemain de la seconde guerre mondiale ont été legion.
                            Cela s’est fait bruyamment , en vantant « l’integration ».
                            Regardez Sege Dassault (ex-Bloch) et lisez « le trèfle a 4 feuilles »
                            Cela a t’il empeché la Famille Dassault de livrer des Mirage III et des pieces detachées a l’Etat D’israel, malgrès l’Embargo decrete par DeGaulle, en violation des lois de NOTRE pays pour des solidarités raciales, ethniques et religieuses qui ne nous concernent pas ?

                            Pourquoi le groupe Dassault, aujourd’hui a t’il été le seul a vendre la thèse de l’attentat de toulouse (en version islamiste bien sur) dans ses journaux (Le Figaro, Valeurs actuelles...)
                            A qui profite CETTE thèse la quand la guerre du golfe est en jeu et que les français derriere Chirac refusent le suivisme derriere les anglo-saxons !?....
                            Qui etaient sur TOUTES les radios, sur tous les plateaux Tv a defendre la politique US en France ?
                            Le groupe du « devoir d’ingerence », le lobby dont le nom ne doit pas etre prononcé, non ?
                            denoncons les : Finkielkraut, BHL, Gluxmann , Bruckner, Kouchner, Klarsfeld.....
                            1 + 1 = 2
                            La convertion de certaion a peut etre été sincere, plus surement tactique.
                            Les actes parlent d’eux memes.
                            Il y en a d’eutres des convertis celebres ; les Fabius par exemple.....

                            Qui croit en leur nouvelles solidarités et en la rupture des anciennes ?


                          • King Al Batar Albatar 21 décembre 2009 14:30

                            Personellement cela me gonfle un peu cette histoire.


                            Je suis juif et je ne comprend pas ce qu’Israel demande... ?
                            En fait j’ai du mal à comprendre ce qu’ils entendent par « passivité ». Mon ignorance me fait peut etre default, mais qu’attendait il d’un Pape ?
                            Qu’est ce qu’un pape aurait pu faire contre les deportation et en quoi est ce que cela le concernait... ?
                            Il est bien evident que ce qu’il s’est passé durant la 2nd WW est l’horreur absolue, n"anmoins en quoi est ce que le pape aurait il pu etre autre chose que passif ? S’il avait été actif qu’est ce que cela aurait donné. Il defend les juif et après ? A mon sens il n’avait aucun pouvoir sur cde qu’il se passait et en plus en etait il réellement informé ? Apparement si on ne m’a pas menti à l’ecole, peu de gens savaient reellement ou allaient les juifs non ? 

                            Alors pourquoi faire chier pour un mec qui est mort il y a bien longtemps, qu’on a déjà pas mal sali et dont l’eglise souohiate rendre hommage. 
                            En ce qui me concerne j’en ai rien à foutre....


                            • ZEN ZEN 21 décembre 2009 15:24

                              Une passivité quand même très particulière...
                              On n’oublie pas non plus la filière du Vatican pour certains gros bonnets nazis cherchant une nouvelle vie sous d’autres cieux, l’Argentine en particulier.


                              • Loan 28 décembre 2009 09:32

                                Jean-Dominique Durand est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin-Lyon III. Il est spécialisé dans l’histoire du catholicisme. Il fait notamment partie de la commission d’historiens sur Pie XII mise en place par le mémorial Yad Vashem de Jérusalem. Il répond à LCI :

                                « Il est surtout le témoin de la montée du nazisme -il est en poste à Munich lors du putsch d’Hitler en 1923. Les rapports qu’il envoie au Vatican lors de cette période sont très violents contre le nazisme. Lorsqu’il revient à Rome pour être secrétaire d’Etat du Saint-Siège, l’équivalent d’un Premier ministre, il est confronté à l’arrivée des nazis et d’Hitler au pouvoir. [...] En mars 1933, deux mois après la victoire d’Hitler aux élections, il signe un concordat pour protéger l’Eglise catholique, menacée par le nouveau régime. Mais il sait aussi être très ferme. En 1937, il tape du poing sur la table en étant le principal auteur de l’Encyclique Mit brennender Sorge, que l’on peut traduire par »avec une très grande inquiétude". C’est une position forte contre le nazisme. Nous ne sommes alors plus dans la diplomatie. [...] Fin 39-début 40, Pie XII a, de fait, participé indirectement à un complot visant à tuer Hitler. Il a en effet été contacté par la résistance allemande, qui lui demandait de servir de relais avec l’Angleterre en transmettant la question suivante à Londres : quel serait le sort de l’Allemagne si Hitler mourrait ? Mais Churchill n’a pas donné suite. [...]

                                Ce supposé « silence » est à la fois vrai et pas vrai. Il a bien pris position et s’est exprimé sur le massacre des Juifs, mais de manière peu claire pour le grand public. A Noël 1942, dans un discours relayé par la radio, il utilise le mot italien « stirpe », que l’on peut traduire par la « race », au sens très fort du terme. Cela fait bien sûr référence aux Juifs. Mais comme le fait alors remarquer un diplomate américain, c’est incompréhensible pour les non-initiés. Ce message de Noël, aujourd’hui fortement critiqué, est un message de diplomate. Il a d’ailleurs été très bien compris par les nazis puisque la presse allemande se déchaîne contre le pape. [...] Plutôt que taper du poing sur la table, le pape fait le choix de mobiliser les catholiques pour sauver le maximum de Juifs. Les nonciatures participent au sauvetage, notamment en Grèce ou en Bulgarie, et les congrégations religieuses cachent des réfugiés. Cela a même été le cas de femmes cloîtrées, qui ont accueilli des hommes. Or, vu le fonctionnement de l’Eglise à l’époque, c’est impossible que Pie XII n’ait pas donné son accord. On peut donc bien parler de stratégie diplomatique et souterraine plutôt que celle du choc frontal. A titre de comparaison, début 1943, la Croix-Rouge a également choisi la même option pour continuer à pouvoir intervenir dans les camps de prisonniers.

                                TF1 News : Au lendemain de la guerre, il n’y a pas de polémique.
                                J.-D. Durand :
                                Pie XII est même remercié par les Juifs. Fin 1945, il reçoit des rescapés des camps de la mort et prononce un discours important qui renforce son image positive auprès d’eux."


                              • baska 21 décembre 2009 15:47

                                Qu’exigent-ils encore les extremistes de l’entité génocidaire ? Que le Vatican rénonce à la béatification d’un pape qui n’est pas de ce monde car il n’aurait pas sauvé tous les juifs pendant la seconde guerre mondiale. Ils ont la memoire très courte ces gens là, faut-il rappeler que shamir et beghin ont collaboré avec les nazis et pourtant cela ne les a pas empêché de gouverner l’entité sioniste. A-t-on condamné ces collabos ? Non, ils ont été au contraire propulsés à la tête de la primauté israelienne pour service rendu à la nation. Allez comprendre quelque chose à ça !


                                • Mohammed MADJOUR Mohammed 21 décembre 2009 16:58

                                  Au dela des « pour » et des « contre » compte tenu des contenus biographiques des papes en question, c’est surtout le principe et la pratique de cette chose qu’il faut abandonner !  

                                  En effet, on ne décide pas bénoitement à accorder la béatification comme on accorde une distinction ou une médaille !

                                  D’abord, on ne peut pas accorder à l’autre ce qu’on n’a pas soi-même, ensuite ce qui relie l’homme à Dieu ne se discute pas « démocratiquement » !

                                  La hiérarchie humaine est une chose, le mérite de chacun devant Dieu en est une autre ! Le relatif ne se confond jamais avec l’absolu !

                                  Mohammed.


                                  • Shaytan666 Shaytan666 21 décembre 2009 17:55

                                    En effet, on ne décide pas bénoitement

                                    Le jeu de mot est involontaire I Presume  smiley  smiley


                                  • Shaytan666 Shaytan666 21 décembre 2009 18:03

                                    Bon ! Sérieusement maintenant. Étant athée je trouve ces choses tout à fait débiles vous pouvez également le penser mais ce n’est pas à vous de juger ce qui est bon ou mauvais pour la religion catholique. Si cette religion a envie de béatifier ou de canoniser des personnes qui à ses yeux ont été « méritantes » c’est leur problème et pas celui d’un athée ou de l’adepte d’une autre religion. J’ai toujours considéré Pie XII et Jean-Paul II comme deux c*** tout à fait rétrogrades et qu’ils soient saints ou bienheureux ne changent rien à mon opinion.
                                    Pour une fois je vais prendre la défense des musulmans (n’ayez crainte je n’en ferais pas une habitude), on dit toujours que les musulmans modérés doivent s’opposer aux « islamistes » et bien dans ce cas ci les catholiques doivent faire de même, qu’ils fassent savoir au pape qu’ils sont contre cette béatification.


                                  • Ornithorynque Ornithorynque 21 décembre 2009 18:09

                                    Cher Mohamed,

                                    ce qui fait la fragilité et donc la force de l’église catholique, c’est qu’elle est organisée, avec un « magistère », c’est à dire un sommet hiérarchique qui assume (parfois ce n’est pas facile !) les bêtises ou les grandeurs de l’ensemble de la communauté, y compris dans le temps.

                                    Du coup ça lui évite d’en faire de trop grosses malgré ce que l’on peut dire ça ou là, mais ça implique une très grande lenteur dans les décisions et évolutions.

                                    C’est la grande différence avec l’Islam où chacun est libre devant son coran, sorte de livre-dieu.

                                    Donc « on n’accorde pas à l’autre... » est une notion qui n’a rien à faire ici : désigner un Saint, c’est surtout montrer un exemple à ceux qui sont vivants. Et jusqu’à maintenant, quand on le fait, il n’y a pas trop de déchet...


                                  • Shaytan666 Shaytan666 21 décembre 2009 18:17

                                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Magist%C3%A8re_de_l%27%C3%89glise

                                    Dans l’Église catholique, c’est le pape qui a tout à dire et il est déclaré infaillible quand il s’agit de dogmes. Un catholique qui ne reconnait pas l’autorité du pape ne peut se dire catholique, il devient protestant (au sens large)


                                  • bob 21 décembre 2009 18:02

                                    Article belliqueux qui stigmatise une fois de plus l’église catholique. Outre le rôle de la majorité catholique durant l’occupation nazi, l’auteur pense que le micro-état vatican qui n’était pas envahi mais sous embargo aurait du se jetter à l’attaque des forces de l’axe qui avaient elles-mêmes écrasé toute forme d’opposition dans toute l’Europe. On reste dans le domaine du doux délire.
                                    Quant à l’aggressivité du CRIF, il ne s’agit jamais que de la représentation minoritaire d’une communauté religieuse. Je pensais bien naivement que les guerres de religions étaient éteintes en Europe, y-aurait-il certains fanatiques prêts à la rallumer et seraient-ils à même d’en payer les conséquences ?

                                    Enfin, la canonisation d’un pape est du domaine des affaires intérieures de cette communauté religieuse et il apparait prioritaire de s’attaquer d’abord aux phénomènes de société plus urgent que de discuter du sexe des anges dans une communauté qui ne concerne que les catholiques.


                                    • Shaytan666 Shaytan666 21 décembre 2009 18:08

                                      Si le bas clergé comme on disait sous l’ancien régime, c’est pour une grande majorité opposé au nazisme il n’en est malheureusement pas de même pour le haut clergé.


                                    • Shaytan666 Shaytan666 21 décembre 2009 18:12
                                      La grâce du Président de la République [modifier]

                                      Les années passent, et pour l’ancien condamné à mort, en 1967, arrive l’heure de la prescription de ses condamnations. Il reste cependant, et ceci pour la vie, sous le coup d’une interdiction de séjour dans la région de Lyon et de la confiscation de tous ses biens. Durant des années, Touvier va consacrer son énergie, et ses relations ecclésiastiques pour obtenir sa grâce auprès du Président de la République avec la volonté de recueillir sa part d’héritage, ce que les peines accessoires lui interdisent.

                                      L’élément clé de cette opération sera Monseigneur Charles Duquaire, ancien secrétaire du diocèse de Lyon, et proche collaborateur du cardinal Jean-Marie Villot. La rencontre a lieu en 1957, par l’intermédiaire de l’abbé Duben. Ému par l’histoire de la famille[réf. nécessaire], il va faire de la grâce de Paul Touvier la grande affaire de sa vie (avec lui le père Blaise Arminjon, provincial des jésuites qui entretient avec Paul Touvier une correspondance suivie, et dom André Poisson, supérieur de la Grande Chartreuse). Une partie du lobby catholique, qui soutient Paul Touvier, parviendra à obtenir une grâce du président Georges Pompidou le 23 novembre 1971.

                                      .......

                                      Les circonstances de l’arrestation [modifier]

                                      Avec l’accord du juge Jean-Pierre Getti, le colonel Recordon placera sous écoutes téléphoniques les principaux dirigeants des Chevaliers de Notre-Dame, y ajoutant Gérard Lafond, devenu en décembre 1985 supérieur, puis père abbé de Wisques, dans le Pas-de-Calais, et qui, depuis cette date, ne joue plus aucun rôle actif au sein de l’Ordre qu’il a fondé, ainsi que Jean-Pierre Lefebvre, ancien de la division Charlemagne devenu par la suite un chrétien fervent, visiteur de prison et président de l’Association N-D. de la Merci à Paris. Suite à l’article du « Canard enchaîné », et au trouble provoqué par cette affaire parmi les chevaliers de Notre-Dame, les gendarmes engrangent assez d’informations pour passer à l’action.

                                      Le 22 mai 1989, l’abbaye de Wisques est investie, mais ils n’y découvrent aucune trace de Touvier, puis le domicile de Jean-Pierre Lefebvre. En suivant la piste de l’argent versé par la Fraternité N-D. de la Merci, les gendarmes remontent à Geneviève Penou, qui fut la secrétaire de l’abbé Duben (qui maria l’ancien milicien). Geneviève Penou est responsable de « l’aumônerie de l’éducation spécialisée », un organisme rattaché à la conférence des évêques et logé par le Secours catholique. Les enquêteurs se rendent au monastère traditionaliste de Saint-Michel-en-Brenne, où une partie des bagages de Touvier se trouve encore. Il est finalement arrêté le 24 mai 1989 au Prieuré Saint-Joseph, à Nice[2]. Les deux derniers lieux sont très liés au mouvement intégriste, conservateur, et traditionaliste de Mgr Marcel Lefebvre : la fraternité sacerdotale Saint-Pie-X. Ceci permet de défendre à tort la thèse d’un soutien des seuls catholiques ultra et catholiques intégristes à la cause de Paul Touvier.

                                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Touvier

                                    • Shaytan666 Shaytan666 21 décembre 2009 19:56

                                      Le régime nazi a tenté avec un certain succès, il faut le dire, d’éliminer tout ce qui n’était pas conforme à ce que eux considéraient comme étant le modèle de l’Homme. aryen.
                                      On parle des juifs, des tziganes on oublie bien souvent les homosexuels, les handicapés....


                                    • bob 21 décembre 2009 23:18

                                      @ Shaytan666

                                      Avec un pseudo pareil, je ne m’attend pas à ce que vous défendiez l’église. Qu’est-ce qui vous fait dire que la majorités des prélats étaient des collaborateurs ?


                                    • bob 21 décembre 2009 23:23

                                      Touvier comme certains autres catholiques étaient collaborateurs, nul n’a jamais dit que la communauté catholique parlait d’une seule voix et s’est unifiée en défaveur des juifs. Mon propos est de dire que la doctrine papale était d’aider dans la mesure du possible les réfugiés juifs et de s’opposer à la doctrine hitlérienne. malheureusement tout le monde ne l’a pas écouté.

                                      Quant à dire que Touvier était représentatif des catholiques : c’est quelque peu excessif.


                                    • Shaytan666 Shaytan666 22 décembre 2009 10:46

                                      Je n’ai pas écrit que tous le prélats étaient des collaborateurs, disons plutôt qu’ils ont fait preuve d’un neutralité bienveillante envers l’envahisseur. Ils faisaient d’abord passer l’intérêt de l’Église catholique avant la sécurité de certaines personnes, notamment les réfractaires au travail obligatoire.
                                      Concernant Touvier, je n’ai non plus jamais écrit qu’il reflétait l’ensemble des catholiques mais il ne fut pas nier non plus que pendant sa cavale il a bénéficié d’une aide non négligeable de la part de certains membres de cette Église.


                                    • bob 22 décembre 2009 22:32

                                      @ Shaytan666

                                      Donc, je reprend, qu’est-ce qui vous fait dire que les prélats étaient bienveillants envers les nazis ? Hormi une délégation diplomatique ( aussi effectuée par d’autres pays européens qui n’ont jamais été importuné pour cela d’ailleurs), avez-vous connaissance d’une collaboration entre le vatican et Hitler ( qui soit dit en passant souhaitait effectuer une razzia sur tout ce qui était catholique).

                                      Quant aux complicités de Touvier, au dela de certains catholiques non representatifs de l’Eglise, il a aussi bénéficié d’aides de laics.
                                      D’aileurs, puisque l’on parle de collaborateurs, parlons de Mitterand qui a joyeusement fait son devoir envers l’ennemi jusqu’en 1943 ( la France a été libéré en 1944) mais qui a été élu président à deux reprises et dont la progéniture continue d’infecter les rouages de la France. Aurez-vous une pensée pour ce personnage peu catholique ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès