Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Quand l’Etat perd, c’est Dieu qui gagne

Quand l’Etat perd, c’est Dieu qui gagne

La prophétie prêtée à Malraux, selon laquelle le XXIème siècle serait religieux ou ne serait pas, prophétie, qui selon l’enquête de Claude Tannery, n’a jamais été prononcée par Malraux, semble avérée : le religieux, en ce début de siècle, progresse partout.

Entre d’un côté l’Islam et les évangélistes qui semblent engagés dans un prosélytisme de tout instant, et de l’autre, les classes aisées d’Occident qui s’amourachent des philosophies orientales, l’attrait du religieux semble universel.

Comment expliquer cette progression ?

Il y a naturellement la "quête de sens" que poursuit tout un chacun :

- aussi bien les pauvres, pour qui l’espoir placé en l’existence d’un autre monde est devenu une condition de survie ;

- que les riches, pour qui l’accumulation de biens ne saurait constituer une philosophie de l’existence.

Au-delà de cette quête de sens, qui n’est pas nouvelle, il existe aussi, je crois, une autre cause à la progression du religieux : la faiblesse des Etats, qui, encouragée par la mondialisation, est une caractéristique de ce début de siècle.

En effet, là où l’Etat se désengage, le religieux s’investit :

- en Amérique latine, les évangélistes remplissent souvent des tâches, en matière d’éducation ou de santé, normalement dévolues à l’Etat ;

- au Proche-Orient, les organisations islamiques s’investissent également dans le champ social délaissé par les structures gouvernementales. Le Hamas ou le Hezbollah sont d’abord populaires parce qu’ils ont mis en place un réseau d’entraide structuré et efficace ;

- c’est aux Etats-Unis, pays d’Occident où l’Etat est le moins présent dans le champ social, que les communautés religieuses sont le plus investies ;

- il est intéressant de noter, enfin, que c’est le leader français du courant libéral de droite, Nicolas Sarkozy, qui prend soin ces dernières années de rappeler l’importance des religions, le même qui prône moins d’Etat.

Ainsi, avec la mondialisation, le religieux tend à devenir la "béquille sociale" de l’Etat.

Cela n’est pas sans risque : là où l’Etat soignait ou éduquait, sans préjugés et sans volonté de dicter des règles spécifiques de comportement, le religieux impose, quant à lui, ses propres critères d’action.

Ce sont les évangélistes qui prônent l’abstinence ou le créationnisme. Ce sont les islamistes qui imposent leur vision du monde dans les écoles coraniques.

L’Etat est neutre quand les religions, sous couvert de bonnes actions, sont d’abord soucieuses d’imposer leurs croyances.

Réhabiliter le rôle de l’Etat dans le champ social, ce n’est alors pas instaurer un frein au développement. C’est, au contraire, assurer une forme de sécurité sans laquelle aucun développement n’est durablement possible.

Ce que même un ancien néo-conservateur comme Francis Fukuyama reconnaît, avec un certain art du contre-pied, dans son dernier ouvrage "State Building".


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • citoyen citoyen 25 août 2005 21:16

    Je partage ton analyse. La science a pensé tuer l’idée de Dieu en faisant naître le concept de progrès. Seulement, la réalité est toute autre, le progrès scientique et technique s’est révélé incapable de répondre aux aspirations d’utopies que générent toutes civilisations humaines. Le politique et la religion ont de tout temps constituaient les piliers de la société. Aujourd’hui, nous assistons certainement à la fin d’un cycle, celui où l’homme a cru en l’utopie politique (marxisme, capitalisme). Le marxisme à vécu, la capitalisme aujourd’hui s’appuie effectivement sur les béquilles qu’il trouve. Pas étonnant que ce soit aux Etats-Unis où la proximité Etat / religion est la plus malsaine. Le grand mystère reste pour la Chine qui s’affirme de plus en plus comme la seule superpuissance en mesure à terme de prendre la place des Etats-Unis.


    • (---.---.193.25) 5 septembre 2005 16:10

      Ah oui ????

      Vous écrivez : « ...là où l’Etat soignait ou éduquait, sans préjugés et sans volonté de dicter des règles spécifiques de comportement, le religieux impose, quant à lui, ses propres critères d’action. » Soins : les vaccins obligatoires, le tout puissant ordre des médecins qui refuse sur le sol français des systèmes autres que l’allopathie, le bourrage de crâne médiatique pour telle ou telle pratique remise en cause 10 ans plus tard par les mêmes qui prônaient le contraire, la liste est tellement longue....

      Education, comportement : libre à vous de penser que l’état ne dicte pas des règles spécifiques. Je reste consterné devant de tels propos ... On pourrait citer des milliers d’exemples qui montrent les règles, les comportements, la culture que l’état, le système républicain, la culture athée actuelle française distillent chaque jour aux gens.

      « L’Etat est neutre » écrivez-vous. L’état n’est pas plus neutre ou moins neutre qu’une religion. Aucun système social, culturel, étatique, gouvernemental, religieux, spirituel n’est neutre !

      De grâce, parcourez le web à la recherche d’informations autres que la propagande officielle des medias au pouvoir...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès