Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Ramadan et mosquée : les liaisons dangereuses de la République (...)

Ramadan et mosquée : les liaisons dangereuses de la République laïque

En France, le principe de laïcité est gravé dans le marbre de la loi : au terme de l’article 2 de la fameuse loi de 1905 de séparation des églises et de l’Etat, « la République ne reconnait, ne salarie ni ne subventionne aucun culte » (1)

Tous les républicains que nous sommes sont (en principe du moins) attachés à cet acquis, et il n’est plus temps en France, qui souffre de tant d’autres maux, de rouvrir la guerre religieuse… La laïcité, qui définit le périmètre d’action de chacun, n’est toutefois pas l’athéisme et ne saurait d’ailleurs se circonscrire à une bienveillante « neutralité » envers les religions : si le Sacré ne doit pas s’immiscer dans le profane, si les religions ne doivent pas s’occuper des affaires publiques de l’Etat républicain (rappelons qu’avant la loi de 1905 la religion chrétienne catholique a été pendant longtemps « religion d’Etat » en France, voire « celle de la grande majorité des Français » sous le Régime du Concordat Napoléonien, lequel perdure en Alsace-Lorraine) si la religion doit se limiter au domaine du privé, l’Etat Républicain ne se détourne pas pour autant totalement du fait religieux, puisque toujours aux termes de la dite loi, la République « garantit le libre exercice des cultes » en France (2)

La frontière n’est donc pas totalement étanche, et si la France est aujourd’hui laïque, elle est aussi « bonne fille » (d’aucuns diront quelle est la « fille ainée de l’Eglise ») puisqu’elle consacre dans sa Constitution la liberté de conscience et « respecte toutes les croyances ».

Donc, il convient d’organiser les choses, le « bien vivre ensemble » entre l’Etat laïc et les croyants de ce pays (dont on ne saurait cependant nier les racines judéo-chrétiennes).

Rappelons également que la liberté de religion est consacrée par la Convention Européenne
des Droits de l’Homme (article 9) : il s’agit d’un Traité international ratifié par la France.

Dès lors, si la loi de 1905 interdit tout financement public des cultes en France, et donc tout versement de subventions directes ou indirectes, comment l’Etat laïc peut-il assurer le libre exercice des religions ? Le législateur a prévu toute une batterie de mesures que je ne détaillerai pas ici mais on peut néanmoins avancer deux axes intéressants :

. d’une part, l’Etat est propriétaire des édifices du culte (essentiellement pour ce qui concerne la grande majorité, des églises, des cathédrales… construites bien avant 1905) et à ce titre en assure l’entretien et la conservation.

. d’autre part, la liberté de l’enseignement existe en France, et si depuis les lois de Jules FERRY l’école est laïque, gratuite et obligatoire, des établissements privés existent néanmoins et ceux-ci, généralement sous contrat d’association avec l’Etat et bien que soumis aux programmes de l’enseignement public, voient une partie de leur financement assuré par les collectivités territoriales.


Par conséquent, l’on voit bien que la césure n’est pas totale entre le « laïc » et le « religieux » en France… à ceci près que la loi de séparation Eglise-Etat de 1905 a été votée dans un contexte très particulier d’anticléricalisme, visant le catholicisme : de fait, pour reprendre les deux axes précités, on observe que la grande majorité des lieux de cultes dont l’Etat est propriétaire sont chrétiens ; quant aux établissements privés, la grande majorité (97% des élèves) relèvent de l’enseignement catholique (3)

Je n’aborderai pas dans cet article les autres cultes existants en France (judaïsme, bouddhisme…) afin de consacrer ma réflexion à celui qui constitue désormais la seconde religion de France : l’islam.

Certes, la religion musulmane et ses adeptes étaient connus depuis des temps immémoriaux en France : les premiers peuplements musulmans sont attestés dans le Sud de la France dès le 8ème siècle ; puis vinrent les Croisades, l’Alliance franco-ottomane dès François 1er, la campagne d’Egypte de Bonaparte… mais aussi les premières traductions françaises du Coran : tous ces évènements permirent petit à petit à la France, pays au catholicisme profondément enraciné, d’appréhender la « dernière des grande religions monothéistes »

Les vagues d’immigration de travail (pour motif économique essentiellement) des musulmans en France s’effectuèrent d’abord au sortir de la Guerre de 14, puis surtout à partir des années 50 : c’est à partir de cet instant, à savoir globalement depuis 40 ans, qu’on peut dire que l’islam devient « visible » en France.

Par conséquent, si la loi française garantit le libre exercice des cultes, il est parfaitement
légitime que nos concitoyens musulmans puissent pratiquer leur Foi Toutefois, l’islam fait indéniablement débat aujourd’hui dans la société française : des thèmes récurrents tels que la viande halal, le foulard islamique, etc… agitent régulièrement l’opinion ; deux sujets susceptibles de faire polémique, peuvent ainsi être abordés :

La pratique du Ramadan et la construction des mosquées en France

Concernant le ramadan (la pratique du jeûne), rappelons d’abord qu’il s’agit d’un des cinq « piliers de l’islam » (avec la profession de foi, la prière, l’aumône et le pèlerinage) que tout musulman pratiquant doit observer.

A cet égard, on peut dire que le « mois du Ramadan » est entré de plain-pied dans le paysage public français depuis plusieurs années : l’annonce en est faite par les représentants de la communauté musulmane, les médias en parlent… jusqu’aux plus hautes autorités de l’Etat souhaitant un « bon ramadan » à nos concitoyens musulmans.

Ainsi, on peut y voir un signe indéniable de pérennisation de l’islam en France (à défaut de sa sécularisation totale) ce qui n’est d’ailleurs pas sans poser quelques difficultés dans son application : les entreprises notamment doivent s’adapter (repas, horaires de travail…) à la pratique du ramadan par une partie de leurs salariés, et un « business mercantile » autour du ramadan a tendance à s’instaurer (4) avec des hausses de prix sur certaines denrées alimentaires et des répercussions potentielles en terme de santé publique.

Qu’en est-il à la lumière de la laïcité ?

En effet, si les entreprises privées s’organisent comme elles peuvent, l’Etat laïc doit lui concilier « la garantie du libre exercice du culte » avec l’interdiction de son financement : or, le cas du ramadan n’est pas anodin, la frontière peut être ténue entre ces deux exigences républicaines, je prendrai deux exemples flagrants pour illustrer mon propos :

D’une part, la RATP vient d’accepter en son sein une campagne publicitaire (5) à grand renfort d’affiches dans les stations du Métro parisien notamment, intitulée « je peux gassar* sans compter » : on y voit une jeune musulmane voilée vantant les mérites d’une carte téléphonique prépayée, ce qui en soit n’a rien de répréhensible, sachant que le ramadan est justement une période propice à l’envoi d’argent « au pays d’origine » (geste satisfaisant ainsi à la zakât, l’aumône musulmane).



Au-delà du caractère dérangeant de cette femme voilée (qui tendrait à sous-entendre que la plupart des femmes musulmanes en France le sont ou en phase de l’être) on peut légitimement s’interroger sur les motivations de la Régie parisienne dans cette affaire : opportunisme ? clientélisme ? on attend la réponse du Service Communication de la RATP.

En effet, à l’heure où la Cour Européenne des Droits de l’Homme vient de donner raison à la France quant à l’interdiction du voile intégral dans l’espace public (6) on se trouve ici de mon point de vue face à une violation flagrante du principe de laïcité (pris ici dans son acception de neutralité religieuse) de l’espace public : au travers d’une publicité d’apparence anodine, qui ne suscitera probablement que l’indifférence quasi-générale, la RATP (établissement public auquel le contribuable français contribue à son financement à travers notamment l’acquittement d’un titre de transport) se paye le luxe de faire la promotion du ramadan… et donc d’une religion, en l’occurrence l’islam*.

La dite religion ne doit pas s’immiscer dans l’espace public laïc français, car telle est la garantie du respect de la liberté de conscience, liberté fondamentale inscrite dans la Constitution, auquel tout citoyen a droit, notamment au sein de l’espace public.

D’autre part, un autre exemple flagrant d’entorse au principe de laïcité est celui du fameux « Ramadan de la Mairie de Paris » : organisé depuis 2001 à l’initiative de l’ancien édile Bertrand Delanoë, il s’agit d’une réception organisée à l’hôtel de ville pour fêter le début du ramadan… présentée comme une soirée « artistique et festive » et à vocation « culturelle et non cultuelle » cette initiative a coûté en 2013 la bagatelle de 100.000 euros aux contribuables parisiens !

Certains élus de la Capitale, notamment du Parti Radical de Gauche, s’en émeuvent (7) en vertu du principe selon lequel toute religion quelle quelle soit ne doit pas pénétrer l’espace public, et des associations réclament même son interdiction pure et simple*.



Selon le document officiel de la Mairie de Paris « les dépenses effectuées au titre du présent marché seront imputées sur le budget de fonctionnement de la Ville de Paris ».

Tout est dit, difficile d’être plus explicite !



Ainsi, présenter cette réception comme une manifestation « culturelle », avec buffet et concerts reflétant la diversité des cultures de l’islam (sic) est un non-sens total : en effet, le mois du ramadan n’est pas culturel mais pleinement cultuel, s’agissant de la fête du Coran durant laquelle le jeûne, prescription religieuse, doit être observé par tout musulman.

Pourquoi ne pas organiser cette manifestation par exemple à l’IMA (Institut du Monde Arabe) à l’initiative d’associations musulmanes, ou à la Grande Mosquée de Paris ? Le tout sans prélever aucun centime sur les deniers publics Anne Hidalgo se grandirait en annulant cette réception initiée par son prédécesseur : ici encore, le soupçon de clientélisme n’est pas loin et la laïcité ouvertement méprisée.

Concernant la construction des mosquées en France, il s’agit là aussi d’un sujet épineux, où la laïcité française se trouve également mise à rude épreuve : en effet, encore une fois, comment concilier le libre exercice du culte, à savoir ici la mise à disposition aux fidèles de lieux de prière décents, avec la loi interdisant le financement des cultes ?

L’islam, religion d’apparition récente en France, ne peut bien évidemment pas se prévaloir d’un « parc » d’édifices cultuels, à l’instar de la religion chrétienne : tout est donc à construire ou presque, ne serait-ce que pour résoudre la problématique de « l’islam des caves » (avec les dangers d’y voir prospérer un islam radical) et des prières de rues D’une part, on estime actuellement à 2200 mosquées environ en activité sur le territoire national, ainsi qu’à quelques 200 projets de constructions nouvelles en cours (8) et le mouvement ne devrait pas s’arrêter là, car les besoins vont croissant.

D’autre part, contrairement à une idée reçue, le financement afférent à la construction des mosquées n’émane pas que des pays musulmans étrangers : les fonds viennent aussi d’emprunts contractés par les responsables musulmans, mais aussi de dons des fidèles Certes, il convient de veiller tout particulièrement à l’argent provenant de l’étranger, notamment du Qatar ou du Sultanat d’Oman : le « coup de pouce » donné à la construction de mosquées en France n’étant sans doute pas dénué d’arrière-pensées prosélytes (8)

JPEG - 33.9 ko
Projet de mosquée de Roissy en Brie, financée par le Sultanat d’Oman à hauteur de 1,8 M€

 

JPEG - 29 ko
Mosquée de Cergy, financée par un emprunt et les dons des fidèles


Qu’en est-il au regard de la laïcité ?

Puisque tout financement public est interdit, comment les maires peuvent-ils soutenir un projet de construction de mosquée dans leur ville ? Certes, ici encore, les enjeux électoralistes ne sont jamais bien loin… mais pas seulement, car tout maire comptant dans sa ville une communauté musulmane significative recevra probablement une sollicitation à accompagner la réalisation d’un tel projet : le volontarisme municipal répond alors à unedemande, et pour paraphraser une ancienne candidate à la Présidence de la République, c’est en quelque sorte du « gagnant-gagnant ».

Le législateur a prévu une batterie de mesures : le maire peut d’abord apporter sa garantie à un emprunt bancaire contracté par les associations musulmanes, il peut également louer un terrain, via un bail de droit commun, qui servira à la construction ultérieure de la mosquée, il peut aussi depuis 2006, via la signature d’un bail emphytéotique de longue durée (a) et en faisant payer un loyer modéré (modique, selon le Conseil d’Etat) louer un terrain, qui à l’expiration du bail reviendra à la commune, il peut enfin subventionner des activités culturelles (et non cultuelles) s’inscrivant dans le cadre du projet de construction de la mosquée : dans ce cas, les subventions publiques pour des activités culturelles étant parfaitement légales, les aides allouées par la commune iront à la partie « culturelle » du projet de construction, les associations musulmanes s’engageant en contrepartie de ces subventions à construire, en plus de la salle de prière, des équipements culturels (salle de lecture, hammam, salle d’exposition…) au sein même de l’enceinte de la mosquée De fait, on voit bien ici que, encore plus que pour le ramadan, la frontière entre l’interdiction de tout financement public et le libre-exercice du culte est particulièrement ténue.

Le cas du BEA (bail emphytéotique administratif) institué par une ordonnance de 2006 est particulièrement intéressant et peut donner lieu à différents montages juridiques – A noter que celui-ci est réservé aux opérations exclusivement cultuelles, il s’agit d’un bail en vue de l’affectation à une association cultuelle d’un édifice du culte ouvert au public : on parle alors de « BEA cultuel » -L’argument d’une subvention publique déguisée peut être récusé, puisque quand bien même le loyer annuel serait d’un euro symbolique, le maire pourra en fin de bail récupérer le bâtiment et le revendre au prix du marché.

Par conséquent, le BEA « cultuel » est la réponse idéale à une association musulmane qui éprouverait des difficultés à financer son projet de construction d’une mosquée : le terrain est déjà acquis, pourrait-on dire… à peu de frais, restant ensuite à financer la constructionde l’édifice et à en assumer le coût de l’entretien.

Toutefois, nous pouvons ici affirmer sans hésiter qu’à travers ce « BEA cultuel » le principe de laïcité se trouve sérieusement malmené : il est manifeste en effet qu’il s’agit de faire la « courte-échelle » à la construction de mosquées en France, et s’il n’y a rien de choquant en soi dans le fait que nos concitoyens musulmans puissent pratiquer leur culte dans un lieu digne de ce nom (la loi de 1905 trouve alors à s’appliquer en « garantissant le libre exercice des cultes ») il n’en est pas moins choquant qu’un terrain communal (donc public) soit loué à un prix dérisoire, sans aucune mesure avec les prix du marché – De surcroit, l’argument de rétrocession du terrain à l’issue du bail est quelque peu fallacieux, car qui peut raisonnablement penser qu’au terme d’un bail emphytéotique de 99 ans, le terrain sera restitué, revendu, voire la mosquée détruite ?

-
Non, celle-ci est appelée à s’inscrire dans le paysage français pour des siècles : en dépit du caractère légal du montage juridique, on peut donc considérer qu’il s’agit d’une forme de subvention indirecte d’un culte, car louer un terrain pour une somme « modique » revient bien à subventionner partiellement la construction du bâtiment : l’association musulmane n’a pas à acheter le terrain, c’est à mon sens un dévoiement de la loi de 1905.

Enfin, si toutes ces voies ont été épuisées sans succès, il subsiste une possibilité afin de parvenir à construire une mosquée : l’argument culturel Rappelons en effet ici qu’une mosquée n’est pas qu’un lieu de culte, c’est aussi pourrions nous dire un « lieu de vie » : la mosquée n’abrite pas qu’une salle de prière, c’est aussi une institution sociale, éducative : elle peut ainsi souvent accueillir dans ses locaux une madrassa (école coranique), une bibliothèque, pourquoi pas un hammam, etc…

C’est ici que le législateur intervient de nouveau avec le BEA (encore lui) : en effet, il est possible de conclure un BEA cultuel en vue de la construction de la mosquée proprement dite, et un second BEA « culturel » en vue d’une opération d’intérêt général portant sur les bâtiments annexes à la mosquée (bibliothèque, salle de séminaires, commerces…) C’est dans cet ordre d’idée que les mosquées de Créteil et de Nantes notamment ont pu voir le jour : à Nantes par exemple, la municipalité a accordé une aide à l’investissement de 200.000 € pour la construction d’une mosquée : comment cette aide directe a-t-elle pu être versée sans tomber sous le coup de la loi ? Tout simplement car la mairie l’a fait en soutien à des équipements culturels -à Créteil, la ville a alloué une subvention d’équipements culturels d’un million d’euros, couplé avec la signature d’un bail emphytéotique pour le terrain.

On le voit bien, il s’agit clairement de subventions indirectes à la construction de mosquées, car qui pourrait raisonnablement prétendre que le volet « culturel » de l’opération soit prédominant ? in fine, il s’agit bien de construire une mosquée….

Enfin, last but not least, il convient d’évoquer la récente inauguration par la Mairie de Paris, rue Stephenson dans le 18ème arrondissement, de l’ICI : l’Institut des cultures d’Islam, un espace hybride, à la fois salle de prière et centre d’art contemporain municipal.

Petit retour en arrière…. Cet édifice étant situé en plein quartier multiculturel de la Goutte d’Or, ce projet entend clore la polémique engendrée par le phénomène des prières de rue : en effet, depuis des années, devant la petite mosquée de la rue Myrha le vendredi jour de prière, les fidèles prient à même le sol, la rue étant bloquée à la circulation par des barrières.

JPEG - 56.2 ko
Prières de rue, rue Myrha à Paris 18ème


Face aux risques de trouble à l’ordre public et afin de trouver une alternative à cette « mosquée en plein air », la Mairie de Paris propose un lieu provisoire : une ancienne caserne militaire désaffectée, à proximité Boulevard Ney, en attendant de réaliser un projet de lieu de culte décent : ce sera l’ICI (Institut des Cultures d’Islam) ouvert en 2013.

Selon le magazine Marianne qui a publié un article très complet sur le sujet (b) la Ville de Paris a investi la somme de 13,5 millions d’euros dans ce bâtiment, qui accueille un centre d’art contemporain et une salle de prière de 300 mètres carrés, laquelle a été revendue pour 2,2 millions d’euros à une association musulmane, soit 16% du coût total.

De surcroit, cette expérience inédite de laïcité architecturale coutera 1,3 millions d’euros au titre des frais de fonctionnement pour 2014… c'est-à-dire aux contribuables parisiens !

Le premier étage de l’édifice est consacré à la salle de prière, et le deuxième étage à l’espace d’exposition (peintures, photographies…) mais comment ne pas s’interroger face à la confusion des genres, lorsque notamment le vendredi jour de prière le hall d’entrée est fermé au public non pratiquant et de facto le deuxième étage aussi ?

Dans ce cas, le journaliste de Marianne laisse entendre que des casiers à chaussures sont ajoutés, des rideaux blancs recouvrent les oeuvres culturelles exposées…. Ce qui revient à dire que la superficie dévolue à la salle de prière empiète sur l’espace d’exposition ?

S’il s’agit de faire plus de place aux pratiquants musulmans, de louer des espaces modulables pour permettre d’accueillir plus de fidèles, cela s’appelle…. une mosquée !

Certains élus de la Capitale se sont émus de ce projet, notamment du Front de Gauche (c) pour dénoncer un « coup de canif dans la loi de 1905, une combine juridique ».

Il est intéressant d’ailleurs de relever comment un site internet musulman évoquait sans ambages dès 2010 « deux nouvelles salle de prière pour Paris 18ème » :

http://www.ajib.fr/2010/05/mosquee-paris-gouttedor/

JPEG - 78.8 ko
Institut des Cultures d’Islam, 56 rue Stephenson à Paris


Toujours selon le journaliste de Marianne, 542 curieux auraient visité chaque semaine l’ICI au cours des quatre premiers mois d’exploitation : soit huit mille entrées environ…

N’aurait-il pas été plus judicieux de séparer clairement les deux édifices, le cultuel du culturel ? La vocation de l’ICI est de faire « la promotion de la diversité des cultures musulmanes actuelles » : pour cela, n’existe-t-il pas déjà l’IMA (Institut du Monde Arabe) ?

Cet Institut des Cultures d’Islam, véritable cache-sexe de la construction d’une mosquée parisienne financée sur fonds publics, en violation flagrante du principe de laïcité posé par la loi de 1905, doit être dénoncé avec la plus grande vigueur.

Pour conclure, nous dirons simplement que, si nos concitoyens musulmans doivent pouvoir pratiquer leur religion décemment, cela ne doit pas se faire au détriment de notre laïcité, qui elle doit demeurer un principe intangible : l’Etat républicain doit garantir le libre-exercice du culte mais non le financer, ou bien alors il faut le dire clairement !

(1) – La laïcité, Michel Miaille, DALLOZ 2014
(2) – « La laïcité républicaine au secours des mosquées » TERRA NOVA -5 Avril 2011
(3) – « enseignement privé en France » source WIKIPEDIA – Juin 2014
(4) – « le ramadan, bon pour le business ? » Capital.fr – 30 Juin 2014
(5) – « quand la RATP accepte la retape du voile » Marianne.net – 28 Juin 2014
(6) – « la CEDH valide l’interdiction du voile intégral en France » Francetv info 01/07/14
(7) – « nouvelle polémique autour de la fête du ramadan » METRONEWS – 23 Mai 2014
(8) – « 200 projets de mosquées en cours en France » Le Monde.fr – 24 Juillet 2012
(9) – « comment le Qatar finance les mosquées en France » L’Opinion – 20 Mai 2013

*discuter, passer un bon moment (dialecte marocain, algérien)

*à noter que deux autres campagnes publicitaires relatives au Ramadan s’affichent actuellement dans les couloirs du Métro parisien : Samia (une gamme de plats cuisinés halal) et Western Union (le leader mondial de transfert d’argent)

*un appel à manifester le 9 juillet prochain devant le parvis de l’hôtel de ville de Paris a été
lancé par diverses associations laïques

(a) « le recours au bail emphytéotique pour la construction d’édifices religieux » fichier PDF
Contrats Publics n°108 mars 2011
(b) « quand profane et religieux se mélangent à Paris » Marianne N°897 du 27 Juin 2014
(c) « le futur ICI, contraire au principe de laïcité ? » METRONEWS 21 Avril 2013
 


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • citizenzen 17 juillet 2014 12:17

    « la République ne reconnait, ne salarie ni ne subventionne aucun culte » ? Faux ! Tout édifice religieux construit avant 1905 est toujours à la charge de l’Etat/Collectivités territoriales. Soit 99% des églises, par exemple.


    • bourrico6 17 juillet 2014 12:34

      Et on fait des concessions pour le Ramadan, entre autre.

      Concessions qui peuvent être dangereuses, et qui sont supportées par nombres de gens.

      Exemples :

      - Un animateur en centre de loisir, en plein mois d’aout, en plein ramadan, le type refuses les activités extérieures .... sympa pour les collègues et pour les mômes.
      Moi je le vire direct, il est pas foutu s’assumer son poste, il dégage, ramadan ou pas !

      -Les types qui vont travaillent sur les chantiers, avec des machines, non seulement travaillent au ralentis, mais leur affaiblissement physique, et leur vigilence en berne peuvent causer de graves accident... A dégager aussi.

      On peut en trouver pleins d’autres.

      Alors oui, je conchie le Ramadan, j’en ai plein le cul de devoir moi, un athée, assumer les conséquences de ces croyances d’un autre âges.
      Quand on croit au père noël, on en assumes les conséquences, on ne fait pas porter le fardeau de sa naïveté ni de sa crédulité à la société dans son ensemble, surtout dans le cas du Ramadan, à une société qui vous accueille.

      La France est un pays certes laïc, mais de culture chrétienne, je ne vois rien de choquant à ce que les anciennes églises soient en partie du ressort de l’Etat, ce sont des monuments de notre Histoire.
      Par contre, rien pour la nouveauté, pas de nouvelles églises, pas de mosquée ni de synagogues, qu’ils se démerdent.


      • mmbbb 17 juillet 2014 13:58

        Je ne vais vous decevoir mais le probleme est plutot devant nous Nos ediles comme Delanoe Hidalgo ainsi que les medias qui en font des tonnes adressent un tres mauvais mauvais message Ces deux elus en particulier devraient etre d’une neutralite exemplaire et ne pas favoriser l’expression religieuse d’une commaute particuliere Quand les Femen se baladent seins nu dans a notre dame hollande ce fourbe sent que le ribicon a ete franchi et prononce un message de « fermete » A t on vu ces memes femen dans une mosquee A t on vu des clandestins faire le siege dans une mosquee Ces elus font ceci a dessein quoique l’adpotion du mariage gay a fait recule la confiance Comme je l’ai dit Muslimadieu il y a dans ce pays quand meme un dévoiement de la laicite Le traitement n’est plus egalitaire Meme Elisabeth Badinter pourtant de gauche a eu le courage de le reconnaitre


      • bourrico6 17 juillet 2014 15:23

        Ben sur que ce n’est pas égalitaire.

        Et oui, les politiques rampent devant les lobbys religieux.
        Pour caricaturer, la droite lèche le cul des Cathos, la gauche celui des musulmans, quand aux Juifs, ma foi, ils se font sucer par un peu tout le monde.

        C’est pitoyable de lâcheté, la tolérance de la république ne saurait s’appliquer à l’intolérance des religions.


      • mmbbb 17 juillet 2014 15:53

        et oui il en est ainsi mais moi je perds ma foi de laicard et les principes republicians qui devraient nous faire vouloir vivre ensemble dans cette nation pour reprendre la thematique de Renan semblent bien tenus et certes se sont les lobbies qui desormais gouvernent dans un jeux pernicieux.


      • MuslimADieu MuslimADieu 17 juillet 2014 12:42

        Bon, l’article est un chouia islamophobe mais c’est bien fait.


        citation :
        ******************************
        « Concernant le ramadan (la pratique du jeûne), rappelons d’abord qu’il s’agit d’un des cinq « piliers de l’islam » (avec la profession de foi, la prière, l’aumône et le pèlerinage) que tout musulman pratiquant doit observer »
        *****************************

        Ca, en revanche, c’est une connerie. De la pure science poilue.
        Je reconnais que c’est reconnu par la majorité des « musulmans » mais c’est non pratiqué par une majorité de musulmans, mis à part la stupide profession de foi qui ne coûtes pas cher.
        Quant l’occidental parles d’islam, il généralise inconsciemment une caricature médiatique sur l’ensemble des musulmans de son pays. Les bars en France sont bourrés de gens qui se disent musulmans. Il ne faut pas tout mélanger.
        L’article fait donc l’erreur monstrueuse de considérer l’islam comme UN et tous les musulmans comme sortant d’un même moule.

        Perso, je pense que l’Etat doit se mêler de religion, au sens la gérer et l’empêcher de déborder. Il ne faut pas être un fanatique de la laïcité. L’islam est un grand fourre tout où se mélanges différentes doctrines. L’Etat devrait trier dans le fourre tout et interdire certains trucs totalement incompatibles avec la loi (par exemple, un imam qui ne renie pas le hadith qu’il faut zigouiller les apostats ne devrait pas avoir le droit de prêcher. Cet islam là doit être interdit).

        Les occidentaux devraient se rendre compte une bonne fois pour toutes que le travail qu’ils ont à faire avec l’islam est exactement le même qu’ils ont fait avec le christianisme. Ils n’ont pas à se laisser impressionner par « le droit à la liberté religieuse » si c’est pour prêcher des saloperies. L’islam sauvage, en France, sera un islam du golfe. Et celui là est clairement incompatible avec la république.
        Bref, la liberté religieuse est une liberté comme les autres qui doit avoir le même genre de limites que les autres libertés.


        Et franchement, Delanoe qui organise un petit gueuleton à l’occasion du ramadan, c’est franchement pas ce qu’il y a de plus dangereux pour la laïcité. L’islam est là. Il y a plein de musulmans dans le pays qui sont français. Le « foutez les tous dehors est » car « on est chez nous ici » est devenu un slogan pour imbéciles qui refusent de voir la réalité et de penser .Et ceux qui pensent en France devraient penser autrement que les anciens qui ont pensé pendant les deux siècles derniers. Les données ont changé. Et la laïcité qui confond passivité et neutralité est suicidaire.



        • mmbbb 17 juillet 2014 13:32

          A une nuance pret je suis d’origine catholique et votre religion n’etait pas aussi visible qu’aujourd’ hui Je suis alle au Lycee et les hussards de la republique nous mettaient dans le droit chemin en dehors de la laicite point de salut a l’instar du concile de Trente En autre le fait religieux discours signes vetements n etaient pas toleres dans l’enceinte de l’ecole et non plus dans l’espace public Si une personne croyante avait portee une croix tres visible elle se serait fais conspuer en particulier par les gauchos qui bouffaient du cures J’habite pres de Lyon a la part Dieu je vois assez souvent des femmes voilees, j’ai meme vu de mon bureau un employe de la ville arreter son travail etaler un sac de plastique et faire sa priere En tant que francais de souche ces faits ces accoutrements me choque puisque nous n’aurions pas tolere le 10 ieme de ce genre d’actions en tant que francais Quant a votre remarque sur Delanoe c’est ce cochon de contribuable qui paie vous semblez l"oublier Mais dernier point ce sont nous francais qui avont accepte cette immigration en particulier economique ( ma region d’enfance est ocupee par des Turcs Foulard de Nantua premiere affaire et iman expulse sous Pasqua ) et nous devons accepter nos choix quoi qu’il en soit je ne battrai pas pour la laicite nous sommes trop con les blancs,mon maire ne m’a jamais invite


        • MuslimADieu MuslimADieu 17 juillet 2014 14:14

          le cochon de contribuable peut être musulman et la mairie du contribuable musulman payes souvent pour des trucs chrétiens comme la décoration des rues pendant Noel.


          la loi française doit s’adapter. Par exemple, le droit de se prosterner devant un cube en pierre dans le sahara au bureau pourrait être associé au devoir de compenser par une heure de travail en plus (ça leur ferait des heures supps non payées à fournir). Y a pas de raison qu’ils soient payés pendant qu’ils font ça.
          Les gauchos ont tout à fait le droit de conspuer les porteurs de croix. ils ont aussi le droit de conspuer les porteuses de torchons sur la tête. C’est de la liberté d’expression et les pieux n’hésitent pas conspuer aussi. l’histoire le prouve. Moi, j’adore conspuer aussi bien les athées que les zélés dans la piété.
          Tout est dans la façon de conspuer et dans ce qu’il faut interdire et ne pas interdire.

          PS : Ma religion n’a pas de signes visibles. En plus, Allah dit qu’il est le seul à savoir qui est vraiment croyant et qui ne l’est pas. C’est celle des islamistes qui en a. Et la plupart des musulmans ne portent pas des signes visibles en France. Et puis, de toute façon, aucun islamiste vénérant le gros cube et faisant le ramadan n’est de ma religion. Rien à foutre qu’ils se disent musulmans. 


        • mmbbb 17 juillet 2014 15:45

          Ce n’est pas au musulman que j’en veux mais aux politiques et aux francais qui pour diverses raisons trops longues a evoquer ont laisse instrumentaliser cette religion C’est le refus ou la faiblesse de pas vouloir su imposer notre laictite strictu sensu je vous le repete Mme Badinter l’affirme Il y quelques annees il n’y avait aucune femme voilee a Lyon par exemple Durant mon enfance nous ne parlions pas de ramadan dans les medias comme maintenant et j’observe que les feministes et personnages de gauche sont beaucoup moins vindicatifs avec les musulmans Avez vous entendu autant de commentaires sur le careme Hildago va t elle recevoir les cathos a la mairie de paris ? Des que Boutin parle elle est qualifie d’integriste de retrograde C’est en regardant simplement notre societe que nos ediles font le lit du morcellement et du repli identaire cette diference de traitement saute aux yeux Paradoxe des parodoxes l’ecole s’est vu assigner l’histoire des religions


        • bourrico6 17 juillet 2014 16:29

          la loi française doit s’adapter.

          Je suis curieux de savoir ce que vous entendez par « s’adapter »
          Encore plus curieux de savoir à quel point ces adaptations constituent en fait une substitution, à savoir, la loi de la république calquée sur le loi divine.

          Je trouve qu’on en a déjà trop fait, trop de règlements égalitaires et républicains ont été sacrifiés pour satisfaire aux exigences ubuesques des culs bénis.

          Les bénéficiaires les plus visibles sont les musulmans, de part la masse qu’ils représentent.
          En conséquence, tous ces passes droits ont pour effet d’augmenter le ras le bol, ce qui pousse les gens au FN par dépit.


        • MuslimADieu MuslimADieu 17 juillet 2014 17:15

          s’adapter veut dire prendre en compte.

          Par exemple, vacances laïques de Toussaint, Noel et pâques c’est une façon de s’adapter. Ceci dit, c’est normal puisque c’est la majorité.

          Les lois ne sont pas immuables surtout si c’est des élus humains qui les écrivent.
          S’adapter ça peut aussi dire interdire des trucs qu’on a pas pensé à interdire avant. 
          S’adapter consiste aussi à identifier les culs bénis dangereux des culs bénis pas dangereux et faire dans la frappe législative chirurgicale sans dommages collatéraux et surtout sans remettre en cause ses propres principes.


        • bourrico6 18 juillet 2014 12:01

          surtout sans remettre en cause ses propres principes.

          Mais c’est bien de ça dont je parle, et non vacances calquées sur on ne sait quels motifs religieux ou économiques dont la majorité ne se souvient même pas.

          Ce que je constate, c’est que virée par la grand porte, la religion reviens par la fenêtre.

          Donc non, les lois n’ont pas s’adapter aux délires l’illuminés qui ont vu la vierge ou je ne sais quoi, ça constitue clairement un retour en arrière.


        • popov 20 juillet 2014 05:00

          @MuslimADieu

          Perso, je pense que l’Etat doit se mêler de religion, au sens la gérer et l’empêcher de déborder. Il ne faut pas être un fanatique de la laïcité. L’islam est un grand fourre tout où se mélanges différentes doctrines. L’Etat devrait trier dans le fourre tout et interdire certains trucs totalement incompatibles avec la loi (par exemple, un imam qui ne renie pas le hadith qu’il faut zigouiller les apostats ne devrait pas avoir le droit de prêcher. Cet islam là doit être interdit).

          Pour une fois, je suis 100% d’accord avec toi.

          La laïcité, ça fonctionne avec les religions traditionnelles (catholicisme, judaïsme, et protestantisme) qui sont passées par la révolution française au cours de laquelle tous leurs biens (terres et bâtiments) ont été confisqués. Cette période a été suivie pas le Concordat de Napoléon qui est encore en vigueur en Belgique, et plus ou moins en Alsace Lorraine et en Allemagne. L’état ne rend pas les biens confisqués, mais en compensation il entretient les églises qui lui appartiennent et il paye les curés, pasteurs et rabbins comme des fonctionnaires d’état. A condition que ces curés etc. soient soumis à certaines restrictions. Par exemple, ne pas faire de politique dans leurs sermons. Pour l’état, c’était une façon de se réconcilier avec les croyants tout en gardant un droit de regard sur le clergé.

          Les associations musulmanes existant en France devraient être liquidées à moins qu’elles ne renoncent publiquement à toute activité politique et communautariste, à la jihad, à la charia, à l’interdiction des mariages mixtes et à l’interdiction de l’apostasie. Les imams qui ne suivent pas cette ligne devraient être déportés comme des agents d’une puissance étrangère qui nous a déclaré la guerre et avec laquelle nous n’avons pas de relations diplomatique (le fameux califat). Au lieu de faire payer une amende aux femmes qui se promènent couverte d’une bâche noire, il vaudrait mieux fermer la mosquée qu’elles fréquentent, choper l’imam par le paletot et l’expulser comme un malpropre.

          La majorité silencieuse des musulmans ne s’en porterait que mieux.

          Maintenant, est-ce possible dans un pays où les politiciens sont soupçonnés de recevoir des pots de vin du Qatar, je n’en sais rien. Ce que je sais, c’est que si on ne fait rien, on se dirige tout droit vers la guerre civile.


        • El_Arabi_El_Acil El_Arabi_El_Acil 17 septembre 2014 17:35

          tes écrits , fiston , sentent mauvais et ...de loin.

          comment t’arranges tu avec ces nauséabondes odeurs ?
          faire l’intéressant , pas plus !!!

          Avant de parler d’un sujet qui te dépasse , et de très loin , faire tes ablutions et , sois propre d’esprit et de corps. ...euh...propreté ? Oui mais pas avec du papier !!!

          Islam ....fourre tout ? ceci est langage des ignares 

        • Gabriel Gabriel 17 juillet 2014 14:01

          Sujet toujours très sensible, touche pas à ma religion ! On ne s’en sortira jamais. Qui a raison, le Chrétien, le Musulman, le Juif, l’Hindouiste, l’Orthodoxe, le Sikh etc... Je ne les cite pas tous sinon demain on y serait encore. Je respecte toutes les croyances et toutes les religions dés l’instant ou elles sont tolérantes envers ceux qui pensent différemment, qu’elles n’interfèrent pas sur la vie communautaire en général et qu’elles appliquent le précepte de base à toutes vies libres en société : « Agit avec autrui comme tu aimerais qu’il agisse avec toi. » Malheureusement, elles ne sont pas nombreuses, voir inexistantes à penser comme cela. Il n’y a pas de tolérance à avoir avec une religion intolérante.


          • OMAR 17 juillet 2014 18:44

            Omar33

            Bonjour Philippe

            J’ai bien apprécié le début de votre article jusqu’à ce que vous commencez à déborder...

            Quelle relation trouvez vous entre une personne qui fait le Ramadan et une image publicitaire montrant une femme voilée...

            Où voyez-vous de la pub pour le jeûne ?

            Puis vous sautez à cette unique journée organisée par la Mairie de Paris.
            Et que dire des fêtes de Pâques, de la Pentecôte, de Noël ?

            Pire, je n’ai jamais vu Sarko ou Hollande porter une djellaba dans une mosquée, mais ils portent régulièrement la kippa lors de la fête juive de la hannouka..
            Sans parler des diners du CRIF...

            Enfin, vous papillonner sur la construction de mosquées, totalement hors sujet avec votre titre.

            Je me permets de vous rappeler certaines choses :
            Le contenu de votre article a déjà été présenté et traité en long en large et surtout, de travers.
            Donc vous faites dans le réchauffé.
            Par contre, il s’inscrit très bien dans cette volonté d’entretenir en permanence, ce climat d’anti-Islam, même si vos flèches sont d’abord trempées dans du miel avant d’être tirées....

            Philippe, parlez nous du chomage, par exemple, vous seriez plus utile, plus intéressant, plus humain.


            • philouie 17 juillet 2014 20:26

              une personne qui fait le Ramadan et une image publicitaire montrant une femme voilée...

              Bon en même temps, vouloir transformer le muslim en vil consommateur (comme les autres des citoyens), c’est autant islamophile que de vouloir apprendre à un Arabe à aimer le cochon.


            • karibo karibo 17 juillet 2014 19:21

              Bonsoir.

              Une seule réponse, qu’ ils se plient à la laïcité et qu’ ils arretent de nous faire iech .
              S’ il veulent pratiquer leur archaique religion, la charia, la polygamie et voiler leur fatmas, il y a l’ indonésie, ou le pakistan, qui les attend, tout comme le qatar , notre démocratie leur offre même le droit de partir des que possible, au lieu de rapatrier toute la famille sous couvert du rapprochement famillial, il est plus facile de faire rentrer celui qui est venu s’ incruster, que faire venir toute l’ asmala .
              Quant à hidalgo comme delanoe , comme exemple de boones moeurs : bonjour ℅ vous, à l’ image de leur loukoum normal : irréprochable ...
              Pour Info :

              Aucun commentaire sinon le silence complice de la presse, de la radio, et de la télévision,
              Aucune protestation émanant de nos partis politiques.
              Qui a donné l’autorisation de créer un parti des musulmans de France (PMF) ?
               
              Ils ne voteront ni droite ni gauche.
              Ils voteront ethnique et islamique !
               
              Leur logo est un drapeau français sur lequel apparaît nettement une femme voilée.
              L’utilisation de symboles n’est jamais anodine et nous voyons bien là que la question du voile islamique
              Est avant toute autre chose, une revendication politique renvoyant à une volonté de prosélytisme.
               
              Nouvelle manifestation à Paris... !!! Mais la presse n’en a pas parlé.

              Nous pouvons admirer les significatives pancartes du PMF (Parti Musulman de France) ..
              et cela ne fait que commencer pour la prise du pouvoir politique de notre pays 
              (le leur, maintenant disent-ils, comme en Belgique ) 
               
              Ce PMF qui semble avoir beaucoup d’argent pour posséder d’aussi sympathiques banderoles
              qui n’ont rien d’artisanal.
              Manifestation autorisée, place de la République à Paris. !




              • karibo karibo 17 juillet 2014 19:29

                Si ce n’ est voulu ...

                Ce sont nos confrères du journal La Montagne1, Carole Eon-Grolier et Jean-Baptiste Ledys, qui révèlent le scandaleux pot aux roses, confirmant une fois de plus que ce qui reste du journalisme se trouve en province, et non à Paris où les médias n’ont même plus le ressort pour tenter de retrouver un peu de crédibilité auprès du public…

                Hier2, nous indiquions que le terroriste (islamiste bien entendu) en résidence surveillée à Brioude aux frais des Français, s’était échappé, et que la police est en alerte totale pour le retrouver.

                Philippe Nicolas, le patron de la Vieille Auberge, où Saïd Arif résidait depuis six mois, a déclaré « Lorsque je suis arrivé vers 8h30 sur le parking de l’hôtel, j’ai aussitôt vu que la voiture de société flambant neuve de ma femme avait disparu ».

                « Je ne sais pas pourquoi mais j’ai aussitôt fait le lien avec Saïd Arif. J’ai filé dans sa chambre mais il avait disparu. » Le restaurateur prévient alors les gendarmes, il est 8h45.

                Un quart d’heure plus tard, Saïd Arif ne se rend pas à la gendarmerie de Brioude comme il en a l’obligation, quatre fois par jour.

                A 9h30, le plan Milan (un variante du plan épervier) est activé sur l’ensemble du département de la Haute-Loire.

                Trop tard, l’islamiste avait décampé depuis samedi, à 22 heures.

                Premier scandale :

                Saïd Arif a été condamné en 2007 pour plusieurs tentatives d’attentats en France, puis libéré en 2011.

                La France avait prévu de l’expulser vers l’Algérie, mais son gentil avocat a saisi la Cour européenne des droits de l’homme, qui s’estopposée à son expulsion, en raison de risques de torture.

                Depuis, Saïd Arif vit à l’hôtel, en « résidence surveillée » mais pas si bien surveillée que ça, et aux frais des contribuables français qu’il veut massacrer..

                Second scandale :

                A sa sortie de prison, il a d’abord habité dans un hôtel à Millau, en résidence surveillée, et il s’en est échappé en janvier 2012. Cela n’a pas suffit à décider les cons qui font le mur de le coller en taule. Donc ils l’ont mis dans un autre hôtel, toujours en résidence surveillée, à Brioude (Haute-Loire) en octobre 2012.

                Troisième scandale :

                Le terroriste vient de s’enfuir une seconde fois. Il devait pointer quatre fois par jour à la gendarmerie, mais lundi matin, il avait disparu. Et sa fuite semble avoir été programmée, car le mois dernier, il a été aperçu en compagnie de trois islamistes radicaux, apparemment sans soulever les soupçons.

                Pourtant, les trois islamistes radicaux qui sont venus lui rendre visite ont été reconnus, ils sont de Lyon. Ils ont été surveillés, car on sait qu’ils ont tenu leur conversation dans une voiture pour être l’abri de micros indiscrets. Ils ont été suivis, car ils ont été aperçus sillonnant la cité Saint-Julien. Et d’autres signaux clairs ne trompaient pas : Saïd Arif n’utilisait plus son téléphone portable depuis quelque temps mais une cabine téléphonique pour passer ses appels.

                Et avec ça, on nous servira que les services de renseignement ont beaucoup appris de leurs erreurs et bavures de l’affaire Merah. Le gendarme de St Tropez n’aurait pas fait mieux…

                Quatrième scandale : plus con que ça, tu meurs (notez la couleur rouge) :

                Saïd Arif venait de percevoir 5.000 euros de l’agence Pôle Emploi de Brioude qui lui a servi à s’enfuir.

                C’est à dire qu’en France, un islamiste condamné pour avoir tenté de tuer des Français est non seulement logé à l’hôtel, nourri, blanchi, à vie et avec vos impôts, mais il reçoit en plus, de l’argent de Pôle Emploi !!!

                Le mur du con a été franchi.

                 


                • mmbbb 18 juillet 2014 21:08

                  La France est un pays de merde Cette histoire est incomprehensible Pour faire chier le ciyoyen ordinaire il y toujours des fonctionnaires zeles La il s’agit de gentil terroriste comme Merah et le gars se promene tranquille Les francais sont vraiment des veaux Moi je dit un mot de travers en public direct tribunal peut etre condamnation a la prison pour incitation a la haine a la violence puisqu il y aura toujours des associations qui se charge se porter partie civile Ce pays est un pays de merde ou l’ordre de grandeur des valeurs est cul par dessus tete


                • karibo karibo 17 juillet 2014 19:32

                  l’ enrichissement de la diversité .


                  • karibo karibo 17 juillet 2014 19:32

                    l’ enrichissement de la diversité .


                      • philouie 17 juillet 2014 20:24

                        Et bien, notre auteur ne regarderait-il pas le monde à travers le gros bout d’une lunette pour borgne qui donnerait raison à sa petite fixette phobique des familles ?

                        Mais quoi, il nous rappelle que la loi de 1905 est gravé dans le marbre et que tout républicain y est attaché...
                        sauf qu’elle n’est pas appliqué en Alsace Moselle. et ça n’a l’air de déranger personne...
                        donc on a une loi, qu’on nous sort que chaque foi qu’il est question d’Islam, mais qui n’est pas appliquer sur tout le territoire.

                        n’y aurait-il pas une exception musulmane ?

                        Mais quoi, l’on nous apprends que lorsque des représentants de l’état viennent à la rencontre de leurs concitoyens musulmans à l’occasion d’une de leur fête, dans un acte du bien vivre ensemble dont tout humaniste devrait se réjouir ce serait enfreindre la laicité et mettre en péril la paix religieuse .... rho.... l’autre avec ses allumettes qui a peur que Delanoé rallume les guerres religieuses. rho...

                        Sauf que les arbres de noël à la mairie, le diner du crif, la visite de Hollande à Rome,
                        non, ça, non.

                        c’est bien....

                        n’y aurait-il pas une exception musulmane ?

                        Mais quoi, on nous apprend que certaines municipalités favorisent la création de mosquées pour que les musulmans - qui sont nos concitoyens les plus pauvres - puissent avoir des lieux de cultes décents, et que là encore ça bat en brèche la sainte laîcité.

                        mais le salariat des curés en Alsace-Mozelle, non.
                        Mais que le ministère de la culture répare le clocher de la cathédrale, non .

                        n’y aurait-il pas une exception musulmane ?

                        Ah, mais l’auteur nous donne l’explication de ce deux poids deux mesures.

                        La France est d’héritage judéo-chrétien.

                        Parfait.

                        Mais il en sait quoi, l’auteur, de l’avenir de la France,

                        il est peut-être musulman.


                        • OMAR 17 juillet 2014 22:04

                          Omar22

                          « ..ce pays (dont on ne saurait cependant nier les racines judéo-chrétiennes)... ».

                          Tiens, on m’a toujours enseigné que mes ancêtres étaient les gaulois et que la France avait des racines gréco-romaines.

                          Philippe, les rafles du « Vel d’Hiv » sont à mettre au compte des racines judéo-chrétiennes ?


                          • Emmanuel Glais 18 juillet 2014 10:11

                            Vous attendez des explications du service RATP ? Vous trouverez ici des éléments nouveaux sur cette publicité : http://www.panamza.com/280614-ramadan-drahi-israel


                            C’est un milliardaire israélien, résident fiscal en Suisse, qui propose gracieusement de gassar sans compter.

                            • Crab2 18 juillet 2014 11:47
                              Phallocratie sacralisée par les religions monothéistes

                              Le terme phallocratie désigne la domination sociale, culturelle et symbolique exercée, en s’appuyant sur la religion, par les hommes sur les femmes. Par extension, elle est utilisée pour désigner une structure sociale misogyne, patriarcale, sexiste et hétéro-sexiste

                              La femme aussi apte que l’homme à représenter l’universel, oui, mais voilà, ce critère, semble -t-il, n’est pas partagé de tous

                              http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/07/phallocratie-sacralisee.html

                              ou sur :

                              http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/07/11/phallocratie-sacralisee-5408857.html


                              • soi même 18 juillet 2014 11:57

                                Vous êtes en retard , l’utilisation des communautés religieuses en France est devenue une manipulation politique.
                                Et je trouve que vous y rajouter une gros poignée de gros sel.
                                Ce que vous décrivez est en réalité une minorité, et si vous voulez que cela devienne une majorité continue dans se sens, comme le FN qui stigmatise non plus l’Arabe mais politiquement correct les musulmanes.
                                Comme cela là boucle est bouclé, d’un côté en stigmatisant les Musulmans, on provoquera de se fait le basculement de la grande majorité modérer dans une radicalité bien utile pour alimenté une autre radicalité victimaire qui tire les ficelles à son profit !

                                Qui fait en France , maintenant le fait de triée le bon grain de l’ivraie, c’est à dire que les choses et les éventements qui secouent notre quotidien , il n’est plus licité aujourd’hui de prendre position serrement sans être taxé d’extrémiste de Droite.

                                Qui fait que cela donne cela comme résultat ce que dénonce cette vidéo :

                                Incidents synagogue : nouvelles révélations 
                                D’où la question, comment sortir de ce guêpier qui apparaît maintenant au grand jour sans pour autant donnée raison à la violence ?

                                 


                                • soi même 18 juillet 2014 21:29

                                  @ l’auteur, Votre silence est éloquent !


                                • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 18 juillet 2014 20:48
                                  Le coût économique de la religion musulmane

                                  Bourguiba, du temps de sa splendeur, avait déclaré que le retard du monde musulman était dû principalement au fait que, durant le mois de ramadan, le musulman est improductif. Donc, depuis l’apparition de l’islam il y a 14 siècle, les musulmans ont perdu 1400 mois d’inactivité, totalisant plus de 116 ans de retard sur les sociétés non musulmanes. Il était loin du compte : car il ne décomptait ni les heures de prière, ni le coût des pèlerinages à la Mecque, ni l’inactivité forcée des femmes, ni les guerres de religion entre musulmans.
                                  Pendant le ramadan, la productivité des entreprises dans le monde arabe baisse de 78%. Quelles sont les principales raisons de cette baisse ? La diminution des heures de travail, l’absentéisme et les congés de maladie. Durant cette période, les pathologies liées au cholestérol et au diabète augmentent de 27,65% en raison de la suralimentation. Les crimes de sang sont multipliés par 1,5% et les vols par 3,5%, et des experts affirment que cette hausse est principalement attribuable à l’abstinence de cigarette. Ces résultats figurent dans un rapport de l’Institut du monde arabe des études sociales au Caire qui a été publié le 7/9/2009 par Leaders, un site internet tunisien bien connu.

                                  Total des pertes annuelles dues à la religion musulmane : 341 + 11 + 625 = 1067 Milliards $, soit 60% du PIB/PPA total des pays arabes.


                                  • Philippe Barthélemy Philippe Barthélemy 18 juillet 2014 23:25

                                    Par soi même : Merci à tous pour vos commentaires, mais perso je n’en ferai aucun

                                    Mon texte se suffit à lui même, j’ai essayé de faire le + objectif possible, le + équilibré, ce qui me semblait juste juridiquement et le reflet de ma pensée

                                    Alors évidemment, c’est comme l’auberge espagnole, chacun peut y trouver ce qu’il veut....

                                    on voit bien en tout cas que l’islam suscite des débats dans notre société actuelle... mais la laicité ne doit pas en souffrir : exemple, la décision récente à propos de Baby Loup, etc....

                                    Bonne soirée

                                     smiley


                                    • soi même 19 juillet 2014 15:55

                                      Vous oublier quelques réflexions, ( mais la laicité ne doit pas en souffrir ) quand la religion se mêle de politique et que la politique se mêle de religion, vous évitez de parler d’une singularité bien français qui est un tabou politique !
                                      L’évoquer et soulever ses ambiguïtés est aussi mettre de l’ordre dans cette mascarade laïcisé, qui est devenue un véritable gruyère d’intérêt internationaliste !

                                       


                                    • Philippe Barthélemy Philippe Barthélemy 19 juillet 2014 08:43

                                      ANTI ECERVELE (décervelé serait + adéquat comme pseudo) : un torrent de haine, de débilités, bourré de fautes d’orthographe et de syntaxe

                                      Heureusement, « la bave du crapaud »... etc

                                      LOL


                                      • philouie 19 juillet 2014 10:46

                                        mais la laicité ne doit pas en souffrir : exemple, la décision récente à propos de Baby Loup, etc....

                                        tout à fait.

                                        là ou des choses simples comme la liberté individuelle, la tolérance, l’écoute de l’autre et pourquoi pas l’amitié, devraient être les règles élémentaires du bien vivre ensemble, on a crispation, replis sur soi et exclusion.

                                        le retour des guerres religieuses est là.

                                        mais,

                                        ceux qui veulent la guerre auront la guerre.

                                        qu’ils se le tiennent pour dit.

                                        et qu’ils ne viennent pas se plaindre, ensuite.


                                        • Philippe Barthélemy Philippe Barthélemy 19 juillet 2014 18:38

                                          philouie : toujours la violence des religions depuis 3000 ans !

                                           smiley


                                          • soi même 19 juillet 2014 20:08

                                            Expert en mission pélagique, en quette ce que les anars Arovox pensent de ce sujet, cela fait belle lurette, il y a un vice de forme dans notre République, la laïcisé, elle s’adresse en réalité aux religions de confection chrétiennes , cela devient tous autres chose pour les deux autre religions où il y a bien un mélange de genre qui frise l’indécence vis à vis de nos institutions .

                                             


                                          • philouie 21 juillet 2014 13:03

                                            Non, il ne s’agit pas de violence des religions mais de violences humaines.
                                            (même lorsqu’on donne un aspect religieux à la guerre)
                                            ce que j’ai voulu dire ici, en parlant de baby loup, c’est que de telles attitudes - crispations - exclusions, sont de celles qui produisent un cercle vicieux entrainant plus encore de crispation et d’exclusion.

                                            Pour le reste, la guerre, même lorsqu’on la voir venir au loin, est d’abord une guerre que l’on porte en soi.
                                            Le sage, lorsqu’il crée le paradis dans sa tête, trouve la paradis partout où il va, même au milieu de la guerre.
                                            Le fou jappe, abois, menace et croit qu’il peut faire fuir l’ennemi, là ou en réalité il ne fait que l’appeler parce que la guerre est son désir.


                                          • Crab2 20 juillet 2014 13:27

                                            [ L’islam wahhabisée est en marche sémantiquement - Elle répond enfin aux exigences de son identité arabo-musulmane, celle qui la conduit inexorablement sur la voie des enfers dantesques - Amazigh - 19-07-2014 09:57 ( internaute tunisien )
                                            - lire la suite : *1 ]

                                            La même chose écrite, dans notre pays, par une française ou un français je vous laisse deviner les suites (…)
                                            Ne manquez pas de faire lire cet historique pamphlet, histoire de leur donner un peu de vocabulaire, à nos islamo-gauchistes et plus particulièrement à nos « élites médiatisées de la société civile ou politique »

                                            *1 :

                                            http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/07/une-religion-raciste.html

                                            ou sur :

                                            http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/07/20/une-religion-raciste-5413876.html


                                            • Pierre Régnier Pierre Régnier 11 août 2014 15:22

                                              De retour devant mon ordinateur après un éloignement de quelques semaines, je vois que le nouvel article annoncé par Philippe Barthélémy a été publié par Agoravox. Je vois aussi que l’auteur y assume les mêmes contradictions que dans son article précédent.

                                              Il met en évidence et condamne des violations de la laïcité au profit de l’islam - pas celle, cependant, qui est selon moi la pire de toutes : l’organisation de la ségrégation dès l’enfance dans les cantines des écoles - mais il ne défend pas ceux qui luttent pour un retour à la laïcité républicaine (et qu’il combattait dans son article précédent).

                                              Plus que jamais cette précieuse laïcité doit être pensée en termes de reconquête, ce qu’exprime René Marchand, je le rappelle, dans ce livre important :

                                               

                                              RECONQUISTA ou mort de l’Europe : L’enjeu de la guerre islamique

                                              par René Marchand (éditions Riposte Laïque 2013)

                                               

                                              Mais nous devons être bien conscients que cette reconquête doit être menée, désormais, dans des conditions plus difficiles, puisque l’odieuse assimilation de l’islamophobie à du racisme et à de la xénophobie donne lieu à des envois de plus en plus fréquents devant les tribunaux, et à de très sévères condamnations, de ceux qui résistent au sabotage de la laïcité et à l’islamisation du pays qui en est la cause principale (Pierre Cassen, Pascal Hilout, Christine Tasin...)

                                              Je crois alors que l’on peut déjà se poser la question de l’importance de l’implantation, en France et en Europe, des composantes les plus belliqueuses et les plus barbares des conquérants de l’islam telles que Al Qaïda, Boko Haram ou « l’Etat Islamique ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès