Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Antibiotiques et autisme, la recherche avance ?...

Antibiotiques et autisme, la recherche avance ?...

Début 2012 des médecins et chercheurs créaient l’espoir en dévoilant des travaux en cours sur un lien possible entre infections bactériennes et l’autisme. Dans leur hypothèse, une partie significative des cas d’autisme pourraient s’expliquer par une attaque infectieuse qui créerait des dommages neurologiques. Le même type de phénomène pourrait également contribuer à d’autres affections neurologiques comme la schizophrénie ou Alzheimer. 18 mois plus tard où en est la recherche scientifique sur ce sujet ?
 

L’idée d’une origine infectieuse dans certains cas d'autisme remonte à plus de 7 ans et est développée, en France, par un groupe de médecins et scientifiques regroupés sous le nom de « Chronimed  ». Ils étudient la piste des infections chroniques comme cause possible de plusieurs affections du cerveau. Un protocole de diagnostic d'éventuelles infections et de traitement a été minutieusement mis au point au fil des années afin, de déterminer, pour chaque enfant, quel(s) agent(s) infectieux pourraient être présent et comment les combattre le plus efficacement possible. Souvent, le traitement repose sur la prise d’antibiotiques sous forme de cures allant de plusieurs mois à plusieurs années selon l'ancienneté des infections.
Ces traitements sont lourds, doivent être prescripts par des médecins spécialisés et adaptés et à l'état du système immunitaire du patient, avec une grande connaissance des bactéries mises en causes.

Aujourd’hui environ 1500 enfants sont suivis par Chronimed et traités selon leur protocole, suivis par plus de 50 médecins, en France, en Europe et dans les pays du Maghreb. Chronimed revendique "50% de très bons résultats" pour les traitements mis en place au plus jeune âge.

L'histoire a souvent montré que l'observation clinique ne suffit pas pour étayer ou non une hypothèse : il est nécessaire de valider scientifiquement ce protocole, comme pour tout traitement médical. Pour cela, il faut evaluer la procédure de diagnostic, les traitements et leurs dosages, les effets bénéfiques et les effets secondaires éventuels. Il faut savoir sélectionner la population de personnes porteuse d’autisme susceptible de bénéficier du traitement.

Le groupe Chronimed a donc préparé depuis juin 2012 un programme de recherche appelé « Autobiotique », selon les protocoles de la médecine fondée sur les preuves (essai en double aveugle contre placebo). Cette étude officielle est coordonnée par l’INSERM de Bordeaux, repose sur une cohorte de 30 enfants autistes de moins de 6 ans, provenant de 3 centres hospitaliers renommés (Hôpital Charles Perrens, à Bordeaux, CHRU de Tours et Hôpital Robert Debré à Paris). Le protocole est validé (répond aux critères obligatoires de rigueur scientifique et de contrôle des risques pour les participants), les autorisations ont été obtenues et l’étude peut démarrer… sauf que les 350 000€ nécessaires à sa réalisation restent à trouver.

En effet le précédent gouvernement avait prévu de financer cette étude, mais lors du changement de majorité la décision a été annulée par le Ministère de la Santé. L’étude a donc été inscrite au Programme Hospitalier de Recherche Clinique national 2013. Mais malgré son importance, les chances d'acceptation sont faibles : les budgets disponibles sont très serrés et ce n’est pas la seule étude importante en lice. Les laboratoires pharmaceutiques ne sont pas intéressés non plus, compte tenu qu’aucun développement de nouvelle molécule n’est en jeu, et que bon nombre d’antibiotiques sont désormais dans le domaine public et produits sous forme de génériques.

Les Plans Autisme successifs mettent en avant la nécessité de poursuivre les recherches dans tous les domaines pour faire progresser les connaissances sur les causes et les traitements. Il est donc particulièrement regrettable qu’une équipe de scientifiques sérieux, en pointe dans leur domaine, ne puissent bénéficier de financements publics pour vérifier une hypothèse aussi prometteuse. Les causes de l'autisme sont multifactorielles, avec des interactions complexes entre facteurs de prédisposition génétiques et causes environnementales. Pour une fois qu'un programme de recherche pointe un facteur environnemental crédible, il semblerait logique d'évaluer cette piste avec la rigueur professionnelle indispensable et qu'il soit financé par exemple par le nouveau plan autisme 3.

C’est d’autant plus dommage qu’on sait très bien que des hypothèses bien plus hasardeuses sur l’autisme servent de justification à des prises en charges psychanalytiques inefficaces et obsolètes, abandonnées par le monde entier et non recommandées dans les « bonnes pratiques » publiées par la Haute Autorité de Santé en 2012 sur l’autisme. Ces prises en charges sont pourtant toujours allègrement pratiquées dans bon nombre de services de pédopsychiatrie français. La Sécurité Sociale les finance sans sourciller malgré l’absence totale de preuves scientifiques d’efficacité et la contestation de ces méthodes depuis plus de 30 ans par les associations de familles.

C’est encore plus désolant quand on se souvient que le PHRC 2007 a quant à lui entériné le financement d’une étude sur le packing, technique extrêmement controversée et dénoncée par les familles. Cette technique a été désavouée par la Haute Autorité de Santé dans ses recommandations de 2012, mais le programme de recherche se poursuit, malgré le peu d’empressement des candidats pour y participer – ce qui explique qu’il dure depuis si longtemps sans qu’un résultat tangible ait été encore publié.

On peut également faire le parallèle avec l’étude prometteuse sur les effets d’un diurétique, le bumétanide. Cette étude a été portée par le Pr Yehezkel Ben-Ari et le Pr Eric Lemonnier. Après des débuts difficiles de premiers résultats sont disponibles et permettent d’envisager un essai de grande ampleur à l’échelle européenne. Là encore les laboratoires pharmaceutiques ne sont pas intéressés (le bumétanide est connu depuis longtemps), et on se souvient que malgré le soutien des associations de familles, le Pr Lemonnier a été écarté sans grands égards du Centre Ressources Autisme de Bretagne l’année dernière.

On peut donc se demander si les mêmes blocages souterrains seraient à l’œuvre dans le domaine de la recherche autour de l’autisme, que dans le domaine de sa prise en charge. Il est certainement plus facile de naviguer dans le milieu pédopsychiatrique français si on est « dans la ligne » des mandarins dont l’influence se fait sentir jusque dans les couloirs du Ministère de la Santé, et qui prennent souvent la plume ces derniers temps pour conspuer la HAS et un Plan Autisme qui semble leur donner des boutons.

Gageons que le public ne s’y laissera pas prendre ; il est plus que probable que les familles concernées mettent une fois de plus la main au portefeuille pour financer la recherche Chronimed à la place du Gouvernement. Mais comme beaucoup financent déjà à leurs frais la prise en charge de leur enfant, cela risque de ne pas suffir.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • reveil 7 octobre 2013 16:56

    Pour combattre efficacement l’autisme, il faut s’attaquer à la cause. Elle est maintenant connue, ce sont les campagnes de vaccinations forcenées sur les nouveaux nés avec des produits non controlés. cf http://www.initiativecitoyenne.be/articles-blog.html
    Lisez bien tous ces témoignages, Il faut absolument mettre fin immédiatement à ce scandale.


    • EgaliTED EgaliTED 7 octobre 2013 18:23

      Assertion fausse. La propagande anti vaccins est a ce jour sans fondement malgré 25 ans de recherches et d´accusations a tort et a travers. 


    • gaijin gaijin 7 octobre 2013 18:40

      assertion étonnante et très tranchée !!
      «  nous sommes indépendants de toute association, mouvement politique ou religieux. »
      est ce que par hasard il y aurait une raison pour laquelle vous ne mentionnez pas indépendants de toute industrie pharmaceutique ?
      si non un peu de lecture on ne sait jamais .... smiley
      http://www.editions-tredaniel.com/autisme-et-vaccination-p-3371.html


    • EgaliTED EgaliTED 7 octobre 2013 21:42

      Nous sommes indépendant de toute industrie qu’elle qu’elle soit. Nous nous basons sur les preuves scientifiques et pas sur les théories du complot.


    • gaijin gaijin 8 octobre 2013 09:28

      théorie du complot ?
      tss tss
      c’est pas gentil de vouloir discréditer vos contradicteurs aussi brutalement
      après le point godwin pour accusation de nazisme il faudrait en créer un pour accusation de théoricien du complot........
      le pouvoir des lobbys pharmaceutiques, agroalimentaires, militaro-industriels ..........est réel !
      les centaines de millions d’euros investis pour influencer les décisions politiques aussi !
      les milliards de bénéfices aussi !
      que vous ne soyez pas d’accord avec une thèse ou une autre s’ argumente mais passer directement a théorie du complot ......
      c’est suspect ....


    • gaijin gaijin 8 octobre 2013 09:34

      si la lecture c’est trop dur une petite vidéo
      http://www.youtube.com/watch?v=x5YofOVvTkY


    • EgaliTED EgaliTED 8 octobre 2013 13:03

      Et vous même, comment qualifieriez vous vos grossières insinuations de collusion avec l’industrie pharmaceutique dès qu’on contredit la thèse vaccinale ?


      Nous vous le répétons :
      - primo : nous sommes indépendant de touts et toutes, nous ne percevons aucun financement de quiconque
      - secundo : la thèse vaccinale pour l’autisme n’a jamais donné lieu à des preuves scientifiques crédibles malgré plus de 15 ans de recherches dans ce sens.

      Libre à vous d’exprimer vos idées où vous le souhaitez, libre à nous de ne pas les juger crédibles en regard des connaissances disponibles.

    • Theodore 7 octobre 2013 18:19

      Bien du courage à ces médecins, ils a fallu + de 10 ans et bien des vicissitudes professionnelles à Warren et Marshal (prix nobel 2005) pour faire reconnaître l’origine infectieuse des ulcères. Pour toutes ces maladies à l’étiologie inconnue, il y à probablement un micro organisme (virus, bactérie) ou une contamination environnementale when you have eliminated the impossible, whatever remains, however improbable, must be the truth


      • lylly bulle lylly bulle 7 octobre 2013 19:25

        Très bon article comme d’habitude au Collectif EGALITED :)


        • Lilie ashai 7 octobre 2013 19:56

          Très bon article, merci ! 


          • marianne 8 octobre 2013 10:21

            Très bon article et malheureusement d’actualité. Que l’on donne les moyens à la recherche et de façon urgente surtout si celle ci propose des traitements efficaces. Que les priorités de la recherche médicale et de la CPAM s’aiguillent autrement. N’oubliez pas que vous dépensez l’argent des françaises et des français. il est temps de l’investir dans du concret.


            • pigripi pigripi 8 octobre 2013 21:23

              Bizarre, bizarre, cet article ne colle pas avec les infos données sur Arte l’année dernière, un excellent documentaire mais je n’y connais pas grand chose ...et je l’admets smiley

              http://laconnectrice.wordpress.com/2012/06/14/autisme-le-soigner-en-maitrisant-les-bacteries-intestinales/

              Depuis une dizaine d’années, des parents et des médecins ont découvert que la flore intestinale avait une incidence sur le cerveau et que leur composition pouvait être responsable de l’autisme. En effet, l’autisme se développe à un rythme inquiétant dans les pays développés et en particulier dans les populations migrantes qui ont complètement changé leur mode alimentaire. Ces découvertes sont porteuses d’un extraordinaire espoir pour les parents d’enfants autistes. La piste bactérienne s’avère particulièrement prometteuse.

              Attention, ces découvertes n’attribuent pas le déclenchement de l’autisme à un microbe ou une bactérie mais plutôt à l’absence de certaines bactéries ou à leur dysfonctionnement qui produirait des substances toxiques pour le cerveau et modifieraient le génotype.

              Des régimes à base de probiotiques et d’aliments fermentés avec l’élimination d’OGM ont permis de rétablir du mieux être et une certaine autonomie chez des enfants autistes. Pour l’instant, on ne parle pas de guérison mais d’amélioration certaine de la vie des autistes.

              L’incidence de la composition de la flore intestinale sur la physiologie du cerveau commence à faire l’objet d’intérêt et d’études qui ont déjà une application grand public à travers les probiotiques, et les différentes sortes de yaourts et laits fermentés que l’on peut trouver dans les super marchés.

              Voir le documentaire

              Je vous recommande vivement de visionner dans son intégralité l’émission diffusée ce soir sur Arte, elle est passionnante et très informative.


              • Simple citoyenne Simple citoyenne 13 octobre 2013 15:19

                Bonjour, je suis également étonnée par l’article ci-dessus, j’ai également regardé le reportage sur Arté, qui est édifiant et stupéfiant, et le combat des parents qui mettaient en cause les antibiotiques donnés trop tôt à leur enfant et dont peut-être, ceux-ci, auraient conduits à l’autisme, car en cause, des antibiotiques qui déséquilibrent la Flore intestinale des tout petits si ceux-ci sont donnés trop tôt !


              • pigripi pigripi 8 octobre 2013 21:58

                http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-autisme-le-pr-montagnier-se-sert-de-l-academie-de-medecine-6536.asp?1=1

                Que penser de la critique du prof. Luc Montagner par ses pairs ? vu par le journaliste Jean-Yves Nau ?

                • pigripi pigripi 8 octobre 2013 22:05

                  Et que penser de l’emprise des sectes qui sous couvert de régimes alimentaires anti-autisme s’emparent des malheureux parents d’enfants autistes ?


                  • volpa volpa 13 octobre 2013 11:20

                    Il y a de l’argent pour toutes leurs conneries.

                    Combien nous coute les privilèges de nos « chers » élus. ?


                    • Blandinemarierenee 14 octobre 2013 00:31

                      Utiliser les antibiotiques ... plutôt à l’aveugle, si j’ai bien compris.

                      La résistance des bactéries aux antibiotiques est de plus en plus importante ... c’est évident qu’en donner dans ces conditions ne risque pas d’améliorer les choses. Sans compter qu’il n’y a guère de solutions de rechanges pour tout arranger.

                      Bientôt les infections que les antibiotiques combattaient facilement vont devenir résistantes à tout, et il y a des gros risques qu’on se retrouve dans une situation franchement alarmante.

                      mais ce n’est pas grave, continuons à abuser des antibios pour tout et n’importe quoi ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès