Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Belgique : la vaccination des enfants continue de faire débat

Belgique : la vaccination des enfants continue de faire débat

La colère et le mécontentement grondent en Belgique au sujet des obligations vaccinales des enfants pour l'admission en crèche mais aussi en raison du déni récurrent des instances officielles en matière de risques vaccinaux.

En effet, après la décision du Jury d'Ethique Publicitaire qui nous a donné raison et qui a reconnu le caractère trompeur de la publicité des autorités régionales au sujet des vaccins, justement parce que celle-ci taisait les risques, c'est à présent l'Office de la Naissance et de l'Enfance qui supervise les milieux d'accueil et qui se charge de la vaccination de la moitié des jeunes enfants en Belgique francophone, qui a osé répondre qu'il n'y avait "PAS d'effets secondaires graves des vaccins" ! Et ceci à l'aube de l'ouverture du procès d'une vingtaine de parents belges contre la politique vaccinale de cet organisme.

Jamais encore la vaccination des enfants n'avait fait l'objet d'un si vif débat en Belgique.

2011 est décidément une année de controverse vaccinale par excellence si l'on veut bien regarder quelques instants dans le rétroviseur. En mars dernier déjà, le journal La Libre Belgique publiait une interview croisée d'Initiative Citoyenne et du Pr Ramet, président de la Société belge de pédiatrie, ce dernier qualifiant alors la non vaccination des enfants d'"acte de maltraitance". Le ton était donné.

Quelques mois plus tard, deux autres professeurs infectiologues continuaient d'ailleurs sur le même ton dans un journal néérlandophone en accusant les non vaccinés de "négligence coupable" (schuldig verzuim).

Entretemps avait eu lieu une autre confrontation des plus animées sur un plateau radio sous le titre "Vaccination des enfants : faut-il en avoir peur ? " Cette émission radio faisant d'ailleurs suite à la victoire retentissante d'une maman acquittée en correctionnelle (le 16 mars) alors qu'elle n'avait pas satisfait à l'obligation de vaccination anti-polio pour son enfant.

Moins d'un mois plus tard, une vingtaine de parents citaient la Communauté Française en justice pour administration de substances dangereuses, contestant ainsi l'obligation vaccinale imposée par l'ONE pour l'admission en crèches. Une obligation de nature discriminatoire qui plus est puisque l'ONE exige 8 vaccins pour tous les enfants admis là où son équivalent néerlandophone (Kind & Gezin) accepte les enfants n'ayant reçu que le seul vaccin polio.

Avant d'en arriver là, ces parents avaient pourtant écrit à divers Ministres de la Santé, de la Petite Enfance et de l'Aide à la jeunesse, leur posant une série de questions logiques et légitimes. C'est parce qu'ils n'ont pas reçu de réponse qu'ils ont dû se résoudre à s'adresser à la justice.

Les premières plaidoiries avaient lieu ce 7 décembre 2011. Un tel procès comporte donc un énorme enjeu sanitaire et démocratique avec, en toile de fond, la question de savoir s'il est légitime de demander aux parents de choisir entre le droit de faire garder leurs enfants en milieu d'accueil et le fait de prendre les meilleures décisions qu'ils estiment pour la santé de leurs enfants.

Cette question n'est d'ailleurs pas neuve puisqu'en 2009, la Libre Belgique publiait la tribune d’une mère de famille indignée intitulée «  Mineurs et vaccinés  » qui dénonçait déjà, avec fracas, le dogmatisme et les réponses inconsistantes de l’ONE en matière de sécurité vaccinale.

Mais il faut aussi rappeler que plus tôt encore, en 2002, une autre procédure judiciaire était en cours en Belgique contre cette même obligation vaccinale pour l'admission en milieu d'accueil. A l'époque, des parents poursuivaient la Communauté Française pour défaut de base légale à de telles exigences. C'est ce qu'on pouvait notamment lire dans le livre "Les vaccinations en question ; synthèse du colloque au parlement européen sous la direction de Paul Lannoye" aux éditions Frison Roche. Un ouvrage qui réunissait plusieurs interventions dont celle de Mme Del Marmol, juriste, qui expliquait en ces termes le sens de sa démarche :

« Si j’interviens, c’est parce qu’il y a plusieurs mamans qui ont ce problème de crèche. Je voulais simplement donner mon témoignage. Nous avons, dans un premier temps, réussi à louvoyer avec les premières crèches dans lesquelles étaient nos enfants. Mais cela remonte à il y a bien quatre ans. Notre second enfant a été exclu de la crèche parce que nous avions refusé le ROR (rougeole, oreillons, rubéole). Plutôt que de se soumettre ou de présenter un certificat bidon ou de complaisance, nous avons préféré analyser la situation au niveau juridique et avons fait la démonstration, en tout cas en Belgique, qu’il n’existait pas de base légale qui permettent aux crèches d’obliger les parents à vacciner leurs enfants hormis l’obligation légale de vaccination contre la poliomyélite.[…] Bien sûr- et nous en avons été les victimes- il y a une pression très forte dont, par exemple, le chantage fait par l’Office National de l’Enfance (ONE) sur les crèches, qui menace ces crèches de suppression de subsides si elles n’excluent pas l’enfant non vacciné. Mais nous avons choisi de soumettre la question aux tribunaux. L’affaire est en cours. Nous attendons la mise en état du procès ; Je voudrais donc dire ici que s’il y a d’autres parents qui souhaitent également mettre ce problème devant le tribunal, ils peuvent venir me poser les questions juridiques nécessaires. Nous pouvons éventuellement joindre nos forces.  »

Mme Del Marmol fut déboutée bien qu’il n’y avait effectivement pas de base légale et très vite après, le Gouvernement de la Communauté Française sortit de son chapeau l’Arrêté de février 2003 portant réglementation des milieux d’accueil, une sorte d’arrêté-fourre-tout comportant un article (art. 31) ainsi passé quasi inaperçu pour le public mais qui donnait ainsi carte blanche à l’ONE pour ses exigences vaccinales.

Cette situation de blocage politico-judiciaire continue de donner lieu à une véritable hypocrisie puisqu’elle fait le terreau d’une situation où les parents débrouillards fournissent de faux certificats là où les enfants des autres doivent se taper toute la panoplie vaccinale, avec toutes sortes de conséquences fâcheuses possibles.

Et bien sûr le chantage dont parlait Mme Del Marmol, exercé par l’ONE sur les crèches, continue de jouer à plein, comme l’a encore illustré, cet été, le cas d’un autre enfant exclu d’une crèche alors qu’il disposait pourtant d’un certificat de contre-indication médicale suite à de précédentes injections de cocktails vaccinaux qui avaient déclenché chez lui un eczéma généralisé assez agressif. La pédiatre de la crèche où cet enfant était accueilli ne voulait rien entendre, prétextant simplement que l’eczéma était « une fausse contre-indication à la vaccination ».

Là encore, cette situation a créé un inévitable débat par médias interposés.

Le recours en suspension des parents a été rejeté par le Conseil d’Etat alors que l’ONE devait pourtant s’en tenir à son propre règlement selon lequel un enfant sous contre-indication médicale peut être exempté. Mais voilà, c’était sans compter le « tiroir secret » de l’ONE avec autant de « fausses contre-indications » !

Fin novembre de cette année éclatait une nouvelle affaire mettant en lumière le possible rôle des vaccins : le décès d’une petite fille de deux mois et demi, une semaine après ses 3 premiers vaccins, administrés dans le cadre d’une consultation de l’ONE, dans la banlieue de Charleroi. Les parents, qui se sont confiés à la presse, ont décidé de porter plainte contre X afin que les responsabilités soient mises en lumière. Une autopsie devrait être diligentée.

Ces parents estiment ne pas du tout avoir été informés par l’ONE des risques graves des vaccins, l’Office se contentant en fait d’étiquettes pseudo-informatives collées dans les « carnets de l’enfant » sur lesquelles les seuls effets secondaires explicitement évoqués sont la fièvre, la douleur ou la rougeur au point d’injection.

En outre, les parents ont bien précisé que la petite avait été vaccinée alors qu’elle était malade. La télévision a relayé cette affaire. Elle a fait la une des journaux.

Très vite, l’ONE a tenu à « se défendre  » mais les outrances de ses propos témoignent assez bien de la panique qui a dû alors s’emparer de l’institution puisque celle-ci a osé affirmer que « pour la quasi-totalité du monde médical à l’échelle de la planète, il n’y a pas d’effets secondaires graves des vaccins. » ce qui est bien sûr allègrement contredit par la littérature médicale mondiale.

Choquée par de tels propos aussi irresponsables et finalement aussi méprisants pour les nombreuses victimes de vaccins, l’équipe d’Initiative Citoyenne a tenu à écrire à l’ONE dès ce lundi 5 décembre dernier, par recommandé. La lettre ouverte que nous avons ainsi adressée à Mr Benoît Parmentier, Administrateur général, au Dr Marie-Christine Mauroy, médecin-coordinateur ainsi qu’à tous les médecins, infirmières et travailleurs de cette institution, comporte 11 questions extrêmement concrètes auxquelles nous estimons qu’il est indispensable et urgent que l’ONE réponde si elle entend maintenir son obligation vaccinale de 8 vaccins pour l’admission en crèches.

A défaut, nous pensons que l’ONE doit être cohérente et conséquente, qu’elle doit pouvoir se remettre en question et abandonner ses obligations pléthoriques qui, une fois encore, n’ont pas cours en Flandre où il n’y a guère plus d’épidémies.

Le 6 décembre, jour de la Saint Nicolas, l'ONE, dont le slogan est "Pour un bon départ dans la vie", persistait toujours à nier les effets secondaires graves des vaccins (hormis l'anaphylaxie), indiquant en gras sur son site, que les 8 vaccins restent obligatoires pour TOUS les enfants admis en milieu d'accueil, sans la moindre mention par ailleurs des cas de contre-indications médicales. Cet extrêmisme est un triste cadeau aux enfants. Car certains auront au contraire un très mauvais départ dans la vie avec les vaccins, comme en témoigne cette plaque officielle du Jardin des Frères Tremante à Vérone (en Italie) à la mémoire de Marco & Andrea, décédés à la suite d'une vaccination obligatoire...

JPEG - 47.6 ko
Plaque commémorative Tremante
Plaque inaugurée au second semestre à Vérone en Italie

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 8 décembre 2011 14:38

    Info de dernière minute : l’avocat des parents belges s’étant adressés à la justice en 2011 au sujet des obligations vaccinales en crèche (contre la Communauté française) ayant eu un contretemps, les premières plaidoiries sont donc reportées au 8 février prochain. Merci de votre compréhension et merci au Groupe des Objecteurs de Croissance de nous l’avoir signalé.


    • Lovyves 8 décembre 2011 15:49

      Bonjour

      Et problème aussi pour les adultes :

      BBC’s Man in Greece became psychotic and believed he was Jesus after

      yellow fever jab

      Read more :

      http://www.dailymail.co.uk/news/article-2069712/BBCs-Man-Greece-psychotic-believed-Jesus-yellow-fever-jab.html#ixzz1fgTNQ3an

       

      La presse n’en parle pas, même s’il s’agit de l’un des leurs !


      • Ptetmai 8 décembre 2011 17:32

        Les vaccins qui enrichissent les laboratoires abîment l’organisme quand ils ne tuent pas


        Il y a plus d’accidents vaccinaux déclarés à Kehl ( Allemagne) qu’à Strasbourg. 

        Cocorico ? Non

        Lamentable culture médicale pasteurienne, plus puissance des laboratoires .

        Mais Pasteur était un triste sire malhonnête

        • sagesse 8 décembre 2011 19:30

          Mon fils a été victime d’un accident de vaccination, le pédiatre qui le suivait à l’époque n’a jamais voulu le reconnaître comme tel : la vaccination ne peut être « que » bénéfique aux yeux du monde médical, oser dire ou même penser le contraire est très mal perçu, faisant de moi une mère suspecte. Pitoyable.....
          La santé publique a bon dos, la sécu récupère de l’argent par tous les moyens, mais le système continue à rembourser à 100 % des vaccins de plus en plus onéreux (ex. : le simple DTPolio qui a disparu et qui est remplacé par un autre beaucoup plus cher, tant qu’à faire....)


          • stetovaccinare 10 décembre 2011 16:54

            L’one na pas peur de son ombre ! C’est vraiment extraordinaire qu’une institution officielle se permette ce genre d’affirmation :« que pour la quasi totalité du monde médical à l’échelle de la planète, il n’y a pas d’effet secondaire grave de vaccins ». Certes avec cette affirmation, la quasi totalité du monde médical... l’one essaye de ratisser large pour impressionner ! Mais tout le monde sait que plus un médicament est puissant et actif plus le risque d’effets secondaires est facilement présent. L’actualité nous en montre l’évidence avec ces retraits de médicaments qui font la une des journaux de plus en plus souvent. Mais comme par hasard l’one ( et bien d’autres institutions du même genre !) ose prétendre que les vaccins ne font pas courir de risques. Les vaccins pourraient donc se soustraire miraculeusement aux lois de la nature ? Or les vaccins sont parmi les médicaments ceux qui sont les plus puissants, car ils ont une action qui s’étend sur plusieurs années le plus souvent. Et par ailleurs les vaccins agissent directement au coeur du système immunitaire dont nous avons bien du mal à apprécier la complexité. La présence d’anticorps après vaccination ne dit pas tout. Depuis 20 ans grâce aux travaux sur le stress la médecine sait maintenant que le système immunitaire correspond à un complexe dit psycho neuro hormono immunitaire. Toute action sur cet axe peut perturber fortement et à distance dans le temps l’équilibre général des personnes dans ce vaste espace de régulation central. Cela pourrait bien expliquer l’augmentation importante des maladies chroniques et particulièrement des maladies auto immunes. Pourquoi alors cette omerta sur les effets secondaires des vaccins ? Aux USA le VAERS ( Vaccine Adverse Events Reporting system.... Chacun peut aller y voir, sauf L’ONE sans doute apparemment ! ) recense un nombre conséquent d’effets secondaires pour les différents vaccins. L’ONE serait elle la seule à ne pas en avoir connaissance ? 


            • oliver 14 décembre 2011 01:52

              All over the world the doctors are facing CONFRONTATION. Yes, they do not have any legal legitimation, it is just therapeutic terrorism !

              http://www.spkpfh.de/All_the_doctors_rubbish_to_the_dump.htm


              http://www.spkpfh.de/Fini_avec_la_guerre_iatrobiontique.htm


              If You see a doctor, knock him down at once


              • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 27 décembre 2011 00:42

                Sachez que l’ONE nous a envoyé une pseudo-réponse . Lecture et analyse de cette « dérobade » :ICI


                • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 13 janvier 2012 14:39

                  TRES IMPORTANT : LE 20 JANVIER PROCHAIN A Bruxelles, grande marche citoyenne pour la liberté vaccinale & l’information. Un évènement à ne pas manquer et pourquoi pas à reproduire dans votre localité...

                  Toutes les infos sur le lieu exact et les heures : ICI


                  • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 8 avril 2012 21:17

                    Les choses bougent en Belgique et en parlant du mécontentement et de la colère de parents qui gronde, alors que le verdict dans l’affaire des Objecteurs de Croissance contre la Communauté Française n’a toujours pas été rendu, voici deux nouvelles contestations juridiques des obligations vaccinales médiatisées. Voir ici ce que la presse belge a abondamment relayé :
                    http://www.initiativecitoyenne.be/article-vaccins-en-creches-plainte-penale-contre-l-one-autres-plaintes-en-vue-103020632.html

                    Inutile de dire que l’ONE peine à convaincre, se réfugiant derrière la prétendue « protection collective », une notion à géométrie variable puisque ni l’ONE ni les officiels ne protègent ni ne proposent le moins du monde de système d’indemnisation des victimes qui seront inévitablement rangées à la rubrique des « coïncidences ». L’ONE a admis notamment dans la presse belge du 6 avril dernier (La Meuse, édition Namuroise) -quel aveux !- que le calendrier vaccinal était constamment revu, notamment en fonction, nous citons « des progrès de la médecine » ce qui, en d’autres mots signifie «  : revu à la hausse de façon à ce que les enfants servent de tremplins commerciaux malgré eux à des vaccins qui sans ça, feraient un bide commercial total. C’est donc bien revu constamment mais surtout à la hausse. Alors dans ces conditions bien sûr, on comprend que les vaccins combinés soient défendus bec et ongle par l’ONE, moins pour le »confort de l’enfant" comme ils disent que par nécessité commerciale, car un calendrier vaccinal équivalent qui serait uniquement composés avec des monovaccins permettrait à trop de parents de prendre compte de l’exagération totale qui règne en la matière.
                    En cela, on peut dire que les vaccins combinés repoussent donc l’éclatement de la bulle vaccinale (inévitable, comme toutes les bulles) mais ils ne pourront cependant l’empêcher.


                    • Initiative Citoyenne Initiative Citoyenne 15 avril 2012 23:56

                      Encore du neuf... un gros camouflet pour l’ONE puisque la Ville de Bruxelles semble quelque peu s’en désolidariser pour des crèches de la ville de Bxl, normalement aussi soumises aux diktats de l’ONE (compétence normalement d’ordre communautaire ici en Belgique), cfr ici :

                      http://www.initiativecitoyenne.be/article-vaccins-en-creches-le-moratoire-de-la-ville-de-bruxelles-un-serieux-camouflet-pour-l-one-103466394.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès