Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Bioinitiative Report : L’arnaque scientifique ?

Bioinitiative Report : L’arnaque scientifique ?

Vous avez sans doute entendu parler du rapport Bioinitiative, la fameuse étude qui en 500 pages prouverait à elle seule et en vrac les dangers des téléphones mobiles et fixe sans-fil, des antennes relais, du Wifi, des ampoules fluo…

Les différentes associations Robin des toitsCRIIREM… ne jurent que par cette étude, mais qu’en est-il réellement ?

Bioinitiative : Un simple recueil d’articles

Si l’étude se donne l’apparence d’être une étude collective internationale, en réalité, elle ne rentre pas du tout dans ce cadre (cf Le rapport BioInitiative, ou l’apparence de sérieux scientifique (1)), elle est selon l’aveu même de Pr Michael Kundi, l’un des scientifiques Bioinitiative, qu’un « recueil d’articles »(2), puisque chaque article a été écrit indépendamment et sans relecture par les autres chercheurs.

Une synthèse d’ensemble rédigée par une non-scientifique

Pour rendre lisible ce recueil, Cindy Sage, la coordinatrice du projet, a eu l’intelligence d’en faire une synthèse grand public (cf Summary for the Public (3)), sauf que cette dite « experte » n’est pas une scientifique… Ainsi, deux chercheurs Bioinitiative ont même déclaré être en désaccord avec les conclusions (5), qui sont trop engagées pour avoir une apparence scientifique(4).

La coordinatrice Cindy Sage en grave conflit d’intérêts

Si les associations sont toujours promptes à dénoncer les éventuels conflits d’intérêts des chercheurs, pourquoi ont-elles éludées le grave conflit d’intérêts de Cindy Sage ? Il est pourtant simple de retrouver son cabinet de conseil spécialisé dans l’« EMF Design » (EMF=Champ Électromagnétique), qui n’est pas peu fier de ses clients : sociétés, institutions, particuliers, et même célébrités tel Tom Cruise (6). Aucun chercheur ne peut se permettre un tel conflit d’intérêts, Cindy Sage le fait sans peur.

L’AFFSET n’est pas tendre avec le rapport Bioinitiative

Les conclusions du rapport Bioinitiative sont clairement déconnectés des articles, ce qui fait dire à l’un de ses chercheurs Michael Kundi « le rapport propose une valeur limite, allant au-delà de ce que les scientifiques auteurs auraient eux-mêmes pu avancer » (p319 (5)). Selon l’AFFSET, « sur de nombreux points, ces conclusions sont plus affirmatives que celles de chacun des chapitres qui composent le rapport » (5), concluant « Le rapport BioInitiative doit donc être lu avec prudence : il revêt des conflits d’intérêts dans plusieurs chapitres, ne correspond pas à une expertise collective, est de qualité inégale selon les chapitres et est écrit sur un registre militant. »

Le rapport n’a pas de reconnaissance scientifique internationale non plus

Le parlement Européen « est vivement interpellé par le rapport international Bio-Initiative » (9) et l’Agence Européenne pour l’Environnement considère que « les preuves actuelles, bien que limitées, sont assez fortes pour remettre en cause les bases scientifiques sur les limites actuelles d’exposition aux CEM, d’après le groupe de travail BioInitiative » (11). Néanmoins, il faut rappeler que ce ne sont pas des organismes scientifiques : au niveau Européen, le seul habilité à émettre un avis scientifique est le « Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux » (CSRSEN ou SCNIHR en anglais)) (12).

Sur le rapport Bioinitiative, les positions des organismes internationaux sont tranchées :

EMF Net « le résumé pour le public est écrit en termes alarmistes et émotionnels et ses arguments n’ont pas de support scientifique provenant d’une recherche bien conduite »(5).

Danish National Board of Health « Le rapport BioInitiative n’apporte aucune raison de changer l’évaluation actuelle du risque pour la santé de l’exposition aux champs électromagnétiques, ne comporte pas de nouvelles données, et n’a pas pris en considération de la manière habituelle la qualité scientifique des travaux cités » (4).

Office fédéral allemand de radioprotection « Le rapport BioInitiative a des faiblesses scientifiques claires, y compris un biais de sélection dans plusieurs domaines de recherche » (5) (10)

Health Council of the Netherlands « BioInitiative n’est pas un reflet objectif et équilibré de l’état actuel des connaissances scientifiques, et il n’apporte donc aucune base pour réviser les points de vue actuels sur les risques de l’exposition aux champs électromagnétiques. » (5) (8).

Australian Centre for Radiofrequency Bioeffects Research (ACRBR) « le rapport contient des prises de position qui ne sont pas en accord avec l’opinion scientifique standard, mais le rapport ne fournit pas de raisons de rejeter l’opinion scientifique standard pour adopter les vues épousées dans le Rapport. » (5) (7)

HPA (Health Protection Agency, UK) « le rapport Bioinitiative est un réexamen approfondi de la littérature effectué sur la base d’études sélectionnées par ses auteurs. Toutefois, il ne s’agit pas d’un rapport indépendant, car Mme Cindy Sage et le Docteur David Carpenter Directeur de l’Institute for Health and Environment de l’Université d’Albany (New York) ont résumé leur point de vue qu’ils ont présenté comme un travail collectif, ce qui n’est pas le cas. » (2)

EPA (Environment Protection Agency, USA) « tout en jugeant crédible la majorité des scientifiques concernés, ont estimé néanmoins que la principale difficulté soulevée par ce rapport résidait dans la question des liens financiers de ses auteurs. » (2)

Pour conclure, si certains contenus du rapport Bioinitiative sont scientifiques, l’ensemble et la synthèse ne le sont pas. Les chercheurs Bioinitiative ont sans doute la volonté noble de tenter de faire avancer les choses, mais court-circuiter ainsi les protocoles scientifiques pour sélectionner les études les plus alarmistes n’est pas la meilleure manière de donner confiance en la science, ni de la rendre compréhensible.

PS : On notera, par ailleurs, que pour ce type de (« bio ») initiative, il peut paraître étonnant de rendre l’accès à son rapport payant, même si ce n’est que 2$.

Sources

(1) Association AFIS - Le rapport BioInitiative, ou l’apparence de sérieux

(2) Assemblée Nationale - Les incidences éventuelles sur la santé des radiofréquences – Partie sur Bioinitiative de la téléphonie mobile

(3) Rapport Bioinitiative, synthèse p8 à 28

(4) Page 4 : « The purpose of this report is to assess scientific evidence on health impacts from electromagnetic radiation below current public exposure limits and evaluate what changes in these limits are warranted now to reduce possible public health risks in the future. »

(5) Rapport de l’AFSSET sur les Radiofréquences (PDF de 467p), Bioinitiative de p318 à 328

(6) Sage Associates - Clients

(7) Bioinitiative : Avis complet du ACRBR

(8) Bioinitiative : Avis complet du Health Council of the Netherlands

(9) Résolution du Parlement européen du 4 septembre 2008

(10) Bioinitiative : Avis complet de l’Office fédéral allemand de radioprotection (DE)

(11) « Current evidence, although limited, is strong enough to question the scientific basis for the present EMF exposure limits, according to the BioInitiative Working Group. » Agence Européenne de l’Environnement - Radiation risk from everyday devices assessed

(12) Le Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux (CSRSEN)


Moyenne des avis sur cet article :  1.84/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • jako jako 20 septembre 2010 11:08

    C’est le nouveau lucilio ?


    • jako jako 20 septembre 2010 11:53

      Bonne idée Perseus, je classe cet article 3 olives smiley


    • Gollum Gollum 20 septembre 2010 11:38

      De toute façon quand on choisit Steve Ballmer pour logo, c’est qu’on a le cerveau dérangé...


      • foufouille foufouille 20 septembre 2010 11:56

        peripate sort de ce corps !


        • Voltaire Voltaire 20 septembre 2010 15:31

          Tout conflit potentiel d’intérêt se doit d’être explicitement signalé. Cela concerne aussi bien les scientifiques que les défenseurs de l’environnement.
          En l’état, ce « rapport » semble transgresser les règles élémentaires de la déontologie scientifique, ce qui est fort regrettable.


          • Filterman 30 septembre 2010 01:32

            Je précise que les deux associations citées ici ont aussi parlé de l’étude REFLEX qui elle est INCONTESTABLE, détail que semble avoir oublié l’auteur très impartial de cet article.

            C’est aussi dommage que cet article ne parle pas du tout des conflits d’intérêts du côté des experts officiels, et je me propose donc de réparer cet oubli bien involontaire de l’auteur de l’article ci-dessus. Pour cela ils suffit de consulter mes liens 164, 165, 175, 176, 177, 179, 181
            sur mon site http://filterman.ifrance.com/gsm.htm

            Vous aurez ainsi un bilan sur tous les liens entre nos experts officiels indépendants et très compétents (surtout que certains n’ont jamais manipulé la moindre source micro-ondes) qui sont tous membres des comités scientifiques des industriels ou opérateurs, quand ils ne se font pas payer leurs études par ces mêmes industriels.

            Pour ce qui est de la prétendue innocuité des micro-ondes, je précise que nous avons des techniciens qui se sont retrouvés à l’hôpital, certains sont handicapés à vie et ne travaillent plus, d’autres ont des invalidités à 100 %, confirmé pour un cas par la cour suprême du Canada et pourtant à un seuil non thermique avec une source de seulement 90 watt. Pourtant les experts nommés qui ont reconnu les risques étaient en plus membres pour certains de l’organisation IEEE, que les opérateurs connaissent très bien et pour cause.

            Je précise que sur les manuels de certains de mes systèmes, dès la fin des années 60 déjà il était précisé que les ondes émises étaient dangereuses, et qu’il ne fallait pas resté à côté de l’antenne, et encore moins regarder dans les guides d’onde. Ceux qui prétendent que ces ondes sont inoffensive sont ni plus ni moins que des charlatans, et devraient être révoqués pour faute professionnelle LOURDE. Il n’y a que nos académiciens français qui l’ignorent, mais c’est vrai qu’ils n’ont jamais travaillé et été exposé au M-O, ils ne peuvent donc pas connaître les consignes de sécurité de nos manuels.

            L’augmentation des mutuelles et le déremboursement des soins par les caisses maladie va tout simplement servir à compenser les dépenses supplémentaires liées à l’augmentation des tumeurs du cerveau, et des cancers leucémie à côté des antennes relais, voilà une vérité dissimulée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès