Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Celance : un autre scandale dans l’industrie pharmaceutique (...)

Celance : un autre scandale dans l’industrie pharmaceutique ?

L'affaire du Mediator aura agi comme un révélateur des pratiques dans le monde de la santé et du médicament. Mais peut-être que le déchaînement médiatique a occulté d'autres scandales que tout le monde règle en coulisses, à l'abri du regard du public. Dans le cas du Celance (pergolide) ont peut effectivement se poser quelques questions

Le Celance® (pergolide) est un médicament dérivé de l’ergot de seigle utilisé pour le traitement de la maladie de Parkinson.

Les dérivés de l’ergot de seigle sont utilisés depuis longtemps en pharmacie. En particulier, ceux basés sur l’ergoline (substance qui sert également à produire le L.S.D.) qui servent ou ont servi à traiter migraines et maladie de Parkinson. 

Développé par le laboratoire américain Eli Lilly, le Celance® a été mis sur le marché aux Etats-Unis en 1989, et en France en 2000 (alors que l’autorisation de mise sur le marché date du 13 février 1995).

Aux Etats-Unis, plusieurs études ont démontré le lien entre la prise de pergolide et le développement de valvulopathies. Dès 1974, une étude avait mis en évidence le risque de fibroses endocardiaques associées à la prise de méthysergide, un autre dérivé de l’ergot de seigle (Cardiac murmurs and endocardial fibrosis associated with methysergide therapy, American Heart Journal, 1974). En 1992, une nouvelle étude fait le lien entre valvulopathie et dérivés de l’ergot de seigle (Valve disease associated with ergot alkaloid use : echocardiographic and pathologic correlations, Annals of Internal Medicine, 1992).

En 2003, une publication du Mayo Clinic Proceedings (The US Food and Drug Administration’s registry of patients with pergolide-associated valvular heart disease, Mayo Clinic Proceedings, 2003 ;78:730-731) fait état, fin 2002, de 15 cas de valvulopathies cardiaques signalées au laboratoire américain et à l’agence du medicament américaine. Onze de ces cas provenaient de pays européens, notamment la Belgique. Cet article a été largement repris dans des publications ultérieures avec au moins 33 citations dans des publications majeures dans les années qui ont suivi.

Le 29 mars 2007, l’agence française du médicament (AFSSAPS) annonçait que le laboratoire Eli Lilly retirait le Celance® du marché américain, « suite à de récentes publications confirmant le risque de valvulopathie cardiaque sous pergolide »[1] . En France, l’AFSSAPS renforce la surveillance du médicament et encadre plus strictement la prescription, mais maintient le médicament sur le marché français.

Officiellement, aucun cas de valvulopathie sous pergolide n’a été détecté en France, cependant l’AFSSAPS a décidé, suite à deux réunions du Comité technique de pharmacovigilance les 11 janvier 2011 et 8 février 2011, de lancer une enquête officielle de pharmacovigilance sur le risque de fibrose et de valvulopathies associés aux dérivés ergotés. Cette décision intervient alors même qu’Eli Lilly informait l’AFSSAPS de son intention de retirer le Celance® du marché français, retrait qui sera effectif le 2 mai 2011.

Il est difficile de ne pas faire le lien avec l’affaire du Mediator® également pointé du doigt pour le risque de valvulopathies. Dans ce contexte, il est légitime de s’interroger sur plusieurs éléments :

  •  Comment Eli Lilly a pu mettre sur le marché en France le Celance® à une époque ou de nombreux cas de valvulopathies sont déjà signalés ? Ces cas ont-ils alors été cachés à l’AFSSAPS ?
  •  Pourquoi l’AFSSAPS a attendu 2011 pour lancer une enquête de pharmacovigilance sur les risques de valvulopathies associés à la prise de pergolide alors que ce risque est clairement identifié dès 1992 (cf étude mentionnées précédemment) ?

Pour mémoire, les valvulopathies sous Mediator ont fait l’objet de 8 signalements dans le système de pharmacovigilance français. Et les études réalisées à la suite de celle d’Irène Frachon, montre qu’en France le nombre de victimes pourrait se monter à 500 voire 2000 morts. Avec 15 cas signalés entre 1989 et 2002, on peut légitimement s’interroger sur le nombre réel de victimes du pergolide même en France où aucun cas n’est officiellement déclaré. Et il est alors étonnant que le retrait du Celance® s’opère dans un tel silence et en l’absence de déclaration officielle du Ministre de la santé.



[1] Extrait du communiqué de l’AFSSAPS du 30 mars 2007 « Maladie de Parkinson – retrait du marché américain des spécialités contenant du pergolide ».


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Lucie


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès