Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Ces gens qui n’éprouvent ni sentiments ni émotions (ou presque) et (...)

Ces gens qui n’éprouvent ni sentiments ni émotions (ou presque) et que nous subissons sans savoir pourquoi

 Les aveugles et les sourds qui chercheraient à cacher leur cécité ou surdité ne pourraient pas duper leur entourage bien longtemps. En revanche, les personnes n’éprouvant ni sentiments ni émotions (appelées pervers narcissiques, manipulateurs ou encore psychopathes) peuvent cacher leur déficience très facilement. N’importe qui, devant son miroir par exemple, peut s’amuser à mimer la peur, la joie, l’inquiétude, la tristesse, l’amour, la haine... sans ressentir ces états au moment de les mimer.
 
 Depuis quelques décennies, la psychologie, la médecine et la biologie étudient ces cas psychopathologiques qui représenteraient 1 à 5 % de la population. Malheureusement, ces études restent encore peu connues de l’opinion publique.
 Pour un non initié, un psychopathe est un être dont le comportement déviant est si évident qu’il n’échappe à personne. Il n’en est rien. D’après Robert HARE, grand spécialiste en psychopathie, seulement 10 % d’entre eux sont en prison (il les appelle les "psychopathes ratés"), les autres sont autour de nous et souvent à des postes de responsabilité.
 
 Leur insensibilité sentimentale et émotionnelle (démontrée par l’imagerie médicale IRM) les rend incapables d’empathie, c’est pourquoi ils n’éprouvent aucun remords ni sentiment de culpabilité. Ils sont indifférents au mal qu’ils font et se croient dès lors tout permis.
 
 Lorsqu’ils prennent conscience de leur différence, ils cherchent à contrecarrer leur infériorité naturelle en dominant ceux qui, contrairement à eux, éprouvent des sentiments et émotions. Cette volonté de domination les conduit à développer (de façon plus instinctive que raisonnée) des techniques de manipulation qu’ils perfectionnent au fil de leurs expériences. Ils deviennent si doués en la matière qu’ils en paraissent diaboliques (alors que nous avons affaire à de grands enfants envieux de n’avoir pas les mêmes jouets que leurs copains).
 Pour asservir leur entourage proche, ils usent de l’intrigue et du harcèlement moral. Les plus ambitieux s’investissent dans la politique, les finances, dirigent des entreprises et s’entourent de gens choisis pour leur manque d’esprit critique, leur carriérisme... c’est-à-dire des gens qui se rendront aisément complices (faites le rapprochement avec l’expérience de MILGRAM).
 
 Pour des raisons stratégiques évidentes, ils cachent leur vraie personnalité derrière un masque de normalité (The mask of sanity, de H. CLECKLEY). Pourtant, un minimum de bon sens et de connaissances en la matière suffiraient à les reconnaître. Je vous propose quelques pistes :
 - Ils ne font pas preuve d’humilité, sauf par stratégie.
 - Leurs actes ne sont pas en adéquation avec leurs paroles. Ils promettent toujous la lune mais on ne voit jamais rien arriver exceptées quelques vélléités destinées à nous leurrer.
 - Ils nous demandent de faire le maximum alors qu’eux ne font rien ou presque (le presque étant là encore destiné à nous induire en erreur).
 - Ils mentent avec un aplomb déconcertant même lorsque leur mensonge est flagrant. Ex : "Nous avons signé des accords avec les banques, désormais il n’y a plus de paradis fiscaux !"
- Ils se contredisent tout le temps.
- Ils surjouent les émotions (comme vous faites devant la glace quand vous jouez au petit jeu dont j’ai parlé au premier paragraphe).
- Bien qu’excellents stratèges, ils sont très souvent d’intelligence médiocre (c’est là l’un de leurs points faibles et donc, l’un de nos points forts). Ils peuvent dire des phrases qui ne veulent rien dire parce qu’ils ne s’en rendent pas compte.
 - Etant peu curieux, leur érudition est faible. Ils font fi des connaissances scientifiques. Ex : "Il faut rendre constructif les zones inondables !" ou "L’environnement, ça commence à bien faire !"
 
 Leur puissance et leur dangerosité sont proportionnelles à notre ignorance sur leur cas psychologique. Aussi, je vous invite à vous documenter en tapant "pervers narcissique" et "ponérologie" sur votre moteur de recherche, et vous propose cette liste non exhaustive de livres traitant du sujet : 
 - Echapper aux manipulateurs, de Christel PETITCOLLIN,
 - Les manipulateurs sont parmi nous, d’Isabelle NAZARE-AGA,
 - La ponérologie politique, d’Andrew M. LOBACZEWSKI,
 - Snakes in suits, de Paul BABIAK et de Robert HARE,
 - The mask of sanity, de Hervey CLECKLEY.
 
 Je vous renvoie aussi à cet article de Denis ARCAND "Dans le cerveau des méchants" qui constitue une bonne introduction. : lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/200901/06/01-684925-dans-le-cerveau-des-mechants.php
 
 Au sujet de la corruption des cols blancs, je vous conseille les livres d’Eva JOLY que l’on trouve à des prix abordables dans la collection du Livre de poche.

Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Marineau Marineau 20 mars 2010 15:43

    A Vilistia : 

    « Comment les français ont-ils fait pour choisir leur Chef au niveau national rentrant dans ce cadre ?  »

     Je pense que c’est pas méconnaissance et par manque de raisonnement. Lorsque Sarko a dit à plusieurs reprises qu’il fallait nettoyer les halls d’immeuble avec un Karcher, il a fait preuve de total irrespect à l’égard des jeunes visés. J’ai pensé à l’époque qu’il allait s’excuser, ce qu’il n’a pas fait. Cela aurait dû mettre la puce à l’oreille des électeurs. Mais certains ont dû voir là une sorte de stratégie politique, d’autres (haineux) ont cautionné ces propos. Mais les gens haineux ne sont pas forcément des psychopathes. Ce sont souvent des gens qui souffrent et et qui se vengent sur les « têtes de turc ».
     Dès qu’il a été élu, Sarko a confirmé son manque d’égard envers autrui par un bras d’honneur à tous les français (augmentation de 200 % de son salaire, vacances dans un yacht luxueux prété par Bolloré).
     Et on attend encore quelques surprises après les élections .... 
     A suivre ... 
     


  • Affreujojo Affreujojo 20 mars 2010 12:27

    @ l’auteur :
    Article intéressant, mais un peu incomplet, connaît-on les causes de cette pathologie ? Est-ce physiologique ? Naît-on avec ça ? Ou cela provient-il de traumatismes liés à l’enfance ? Peut-on soigner ces « malades » ?


    • Marineau Marineau 20 mars 2010 16:51

      A Affreujojo,

       Les causes de la psychopathie semblent multiples. Lobaczewski, dans « La ponérologie politique » distingue les déviances acquises qui résulteraient d’un endommagement du tissu cérébral lié à un traumatisme crânien ou à une infection, des déviances héritées qui seraient héréditaires. La psychopathie la plus grave appelée « psychopathie essentielle » serait héréditaire.
       Dans la préface du livre mentionné, l’éditeur écrit que certains chercheurs pensent « qu’il est important d’étudier les psychopathies non pas dans un cadre de catégories pathologiques, mais plutôt comme des traits généraux de la personnalité dans l’ensemble de la communauté ».
       D’autres chercheurs encore pensent que l’environnement humain dans lequel on grandit peut expliquer ces déviances psychologiques. Un enfant n’ayant pas été aimé et ayant subi des violences pourrait devenir psychopathe. 
       
       Bref, à propos des causes de la psychopathie, on en est encore à la théorie. 
       
       Quant à la possibilité de soigner ces déviances psychologiques (qui je vous le rappelle ne sont pas considérées comme une maladie par tous les experts), les chercheurs sont plutôt pessimistes. En effet, pour pouvoir guérir, il faut d’abord prendre conscience de sa maladie. Or les psychopathes se considèrent (à tord ou à raison) différents et non atteints d’une pathologie.

       J’ai écrit cet article pour faire savoir qu’il existe de nombreuses personnes incapables d’éprouver d’empathie et qui, dès lors, se moquent complétement de la souffrance que leurs comportements génèrent, ceci pour que l’on comprenne mieux pourquoi ce monde (guerres qui n’en finissent pas, pauvreté et précarité croissantes,...) va si mal. L’appât du gain qui expliquerait certains agissements n’est pas une explication suffisante.


    • Pyrathome pyralene 20 mars 2010 12:47

      Passionnant , certains se sentiront visés.... smiley
      Les égos démesurés sont une vraie plaie , l’histoire du monde le montre parfaitement...
      Ces malades qui nous gouvernent..


      • paul 20 mars 2010 13:22

        Le tableau clinique de ces gens qui n’éprouvent ni sentiments ni émotions correspond en bonne
        partie au profil du pervers narcissique .
        Serge Hefez , psychiatre , en a fait la description à propos de sarkozy , même si ce dernier a fait
        du « compassionnel » , son fond de commerce .


        • Monica Monica 20 mars 2010 15:25

          Merci pour ce texte.

          Ajoutons sur ce sujet les travaux de Marie-France Hirigoyen, qui a développé le concept de harcèlement moral et bien décrit les pervers narcissiques et la façon d’échapper à leur emprise...

          Elle s’est intéressée à cette forme de violence très particulière qui est difficile à repérer et surtout à nommer. Dans son premier livre le Harcèlement moral, la violence perverse au quotidien, elle a mis un nom sur cette souffrance psychique, révélant un processus particulier.

          Dans son deuxième livre Malaise dans le travail, harcèlement moral : démêler le vrai du faux, elle a étudié spécifiquement ce phénomène dans le monde du travail.


          • astus astus 20 mars 2010 15:25

            A Marineau :

            Vous évoquez avec justesse l’insensibilité émotionnelle des pervers narcissiques et psychopathes mais sans mentionner que celle-ci, du point de vue de quelqu’un de normal, est tout autant dirigée vers l’intérieur (eux-mêmes) que vers l’extérieur (autrui). Ce phénomène s’origine dans le déni de leur dépression qui leur fait mélanger ce qui se passe au dedans et au dehors du soi en raison de limites identitaires floues (personnalités borderlines). En clair la persécution des autres les protège de la confrontation avec leur propre image dépréciée, projetée sur autrui, ce qui justifie leur violence.
            Pour avoir étudié ces sujets je ne puis donc partager votre point de vue quand vous écrivez : "Lorsqu’ils prennent conscience de leur différence, ils cherchent à contrecarrer leur infériorité naturelle en dominant ceux qui, contrairement à eux, éprouvent des sentiments et émotions".
            Il serait à mon avis plus exact de dire que ces sujets, malheureusement pour la société, ne prendront jamais pleinement conscience de leur différence, car s’ils le pouvaient ils se déprimeraient et guériraient plus facilement (ces sujets sont extrêmement difficiles à soigner pour cette raison précise)
            Cordialement.


            • Marineau Marineau 20 mars 2010 17:37

              A Astus,

               Merci pour ces précisions. 
               
               En effet, je me suis peut-être trop avancée en insinuant que leur déviance comportementale avait pour origine une sorte de vengeance. J’ai appuyé ma réflexion sur la lecture du livre de Lobaczewski, mais concernant les causes de la spsychopathie, tous les chercheurs ne sont pas d’accord. Nous avons affaire à une réalité complexe.
               
               A propos de leur prise de conscience de leur différence, là aussi c’est ambigu. Ils semblent le savoir sans vraiment se l’admettre à eux-mêmes. C’est un peu comme les fumeurs qui savent que fumer est très mauvais pour leur santé mais continuent à faire comme si de rien n’était. 

               Toutefois, là où les psychologues sont d’accord, c’est sur la manifestation de la psychopathie (manipulation, harcèlement moral,...) et sur l’absence de sentiments de culpabilité.

               Cordialement !


            • Philou017 Philou017 21 mars 2010 00:27

              Astus : «  »une façon particulière de se mettre à l’abri des conflits internes en se faisant valoir aux dépens de l’entourage.«  »

              Je ne vous suis pas sur ce terrain-là. Tout montre que ce genre de personne n’a guère de conflit interne à gérer, et ne connait guère le remords. Ce sont au contraire des personnes qui considerent la manipulation et la domination des autres comme un mode de fonctionnement naturel. Et leur manque d’empathie et de sensibilité les rend très efficaces.

              Selon moi, ces caractéristiques s’expliquent par une qualité d’âme différente de la majorité des gens. La science psychologique veut encore ignorer l’âme, mais elle va ainsi encore pédaler dans la choucroute pendant longtemps sur un certain nombre de sujets « incompréhensibles ».


            • astus astus 21 mars 2010 10:36


              A Philou017

              La psychologie s’intéresse au fonctionnement du psychisme qui est un domaine scientifique, même relatif, et non à l’âme qui est un domaine religieux. Les pervers narcissiques ou les psychopathes (ce n’est pas exactement pareil) ne sont pas incompréhensibles et ont été étudiés et compris depuis longtemps par des spécialistes français comme Racamier qui ont découvert que ces personnes sont aux prises avec de très importants conflits qui sont la résultante d’histoires infantiles subies, chaotiques et généralement violentes. Car il est très facile de « fabriquer » des psychopathes. D’ailleurs les relations modernes qui suscitent des carences ou distorsions relationnelles nombreuses en produisent malheureusement beaucoup.

              Il faut préciser aussi que tous les conflits ne sont pas apparents et manifestes, car on sait depuis longtemps qu’il existe des conflits inconscients (tous les fous ne portent pas un entonnoir sur la tête pour montrer leur folie). Les conflits inconscients de ces sujets (avec la culpabilité) sont enkystés, déniés puis projetés sur l’extérieur parce ces personnes borderlines ont une image mentale insupportable d’eux-mêmes (gravement dépressive, détériorée). Ces mécanismes de défense leur permettent de se protéger des conflits internes et ce sont les autres qui deviennent l’objet de leur mépris. Ils échappent ainsi à la dépression en l’inoculant psychiquement à autrui. Dans un couple, ou dans une entreprise, il est très difficile de se protéger de ces sujets qui vivent de manière parasite sur le dos d’autrui et à leur profit exclusif, parce que c’est pour eux une question de vie ou de mort psychique (et souvent physique).

               
              Cordialement


            • Marineau Marineau 21 mars 2010 16:11

              A Artus,

              Encore merci pour ces informations. J’avoue m’être posé la question de savoir quelle différence il y avait entre les pervers narcissiques et les psychopathes dits essentiels. En comparant la description des deux, j’ai fini par me dire qu’il s’agissait de la même chose mais qu’on utilisait l’expression « pervers narcissiques » en France et « psychopathe essentiel » aux Etats-Unis.

              Si vous pouviez me donner quelques références afin que je creuse un peu plus le sujet, je vous en saurais gré.

              Cordialement Jean Moulin.


            • astus astus 21 mars 2010 18:51

              Pour Marineau ( et les curieux) ces quelques ouvrages :

              Paul-Claude Racamier : « La perversion narcissique » revue Gruppo N°3 1987
              Marie-France Hirigoyen : « Malaise dans le travail » 2001 et « Femmes sous emprise » 2005
              Jean-Pierre Chartier : « Psychoses et psychopathie » Dunod 2003
              Alberto Eiguer : « Le pervers narcissique et son complice » Dunod 2004
              Jean-Charles Bouchoux : « Les pervers narcissiques » 2009

              Bien à vous


            • De Bredevan marc (L'INFOTOX) INFOTOX 20 mars 2010 15:39

              Cet article pouvait sembler intéressant en ce qu’il remet au jour une cruauté morale exercée surtout par des hommes envers leurs compagnes sans que cela soit relevé dans l’article.
              Par contre, il est paradoxal d’associer, comme le fait ce court article, le faible degré d’intelligence avec l’ambition de faire de la politique ou encore de diriger des sociétés.
              Sauf à déconsidérer totalement la politique et à méconnaître la sphère économique...
              INFOTOX. The WebMag.
              http://tinyurl.com/INFOTOX 


              • Marineau Marineau 20 mars 2010 18:16

                 A infotox,

                 Je pense qu’il y a plusieurs formes d’intelligence. On peut être capable de comprendre Nietzsche et être un piètre stratège, et inversement. 
                 Les pervers narcissiques que j’ai personnellement connus étaient d’intelligence médiocre. D’après les psychologues, c’est souvent le cas bien qu’il y aurait des exceptions.

                 Concernant la politique et l’économie, il me semble que, comme dans tous les domaines, il y a les bons et les mauvais.
                 Selon moi, la politique et l’économie doivent viser le bien général. A partir de ce moment, peut-on considérer les chefs d’entreprise qui licencient alors qu’ils ont fait des bénéfices comme de bons entrepreneurs ? Il y a débat.

                 Je précise également que je n’insinue pas que tous ceux qui s’engagent en politique ou qui dirigent des entreprises sont des pervers. Je dis simplement que les manipulateurs aspirent à des postes de pouvoir et que c’est en grande partie notre ignorance sur leur cas psychologique qui leur permet d’accéder à ces postes.

                 Par ailleurs, mon article a volontairement mis l’accent sur les conséquences macro-sociales de la psychopathie. Cela ne signifie pas que la violence morale et physique n’existe pas au sein des familles. 

                 Je vous remercie pour vos critiques car la psychopathie est une réalité très complexe qui exige la réflexion et la controverse.

                 Cordialement !


              • Halman Halman 20 mars 2010 15:59

                Il y a d’autres façons de se rendre compte des psychopathes qui nous entourent.

                Effectivement ils surjouent, ils exagèrent leurs réactions, leurs semblants d’émotions.

                Ils ont un catalogue d’imitations de nos comportements absolument remarquable.

                En les observant bien on se rend compte par exemple que lors d’un évènement, ils testent avec une rapidité stupéfiante tout un répertoire de comportements pour arriver à trouver l’adéquat. On voit leurs yeux courir d’une personne à l’autre avec une rapidité de l’éclair.

                Les émotions que nous éprouvons de manière innée devant un Cézane, ils ne l’ont pas. Mais ils l’apprennent à la vitesse de l’éclair en nous regardant et le reproduise tout aussi rapidement pour donner le change.

                Un psychopathe ne réagit pas devant un Cézane, sauf lorsqu’il a appris à le faire en nous observant.

                Quelqu’un de malade il le prend pour un faible et n’a pas le moindre scrupule pour le détruire, sauf si socialement les effets lui retombent dessus. Alors là seulement il change de stratégie.

                Je suis étonné des 5%. Vu ma famille je penserai plutôt 50%.


                • Le vénérable du sommet Le vénérable du sommet 20 mars 2010 16:53

                  Je suis étonné des 5%. Vu ma famille je penserai plutôt 50%
                  Bon ben, je ne suis pas tout seul alors. Je ne sais pas si c’est rassurant du coup ...

                  Le problème du psychopathe est aussi sa relation au réel, ce dernier croit que la réalité provient de lui alors que c’est faux. Du coup, cela amène aux thèses complotistes pensant que les « élites mondiales » cherchent à nous détruire. Effectivement, ces dernières mettent en application des idées ridiculement néfastes et non viables pensant que cela ne peut que fonctionner puisqu’ils l’on décidé. Un peu comme ces bébés qui essayent de mettre le cube à la place du rond ou de l’étoile en tapant dessus. Voila pourquoi le N.O.M ne pourrait prêter qu’a sourire si ce dernier joujou ne risquait pas de faire de graves dégâts avant fatalement de s’écrouler.
                  Comme on dit si souvent, les faits sont têtus !!!


                • Marineau Marineau 20 mars 2010 19:02

                  A Halman,

                   Lobaczewski met l’accent sur le phénomène de contamination de la psychopathie. Quelqu’un qui a grandi dans un environnement violent à l’échelle familiale et sociétale va avoir tendance à trouver ça normal et se comporter violemment aussi.

                   C’est par cette contamination que Lobaczewski explique l’escalade de la violence collective qui caractérise la première moitié du siècle dernier. Toutefois, tout le monde n’est pas « contaminable » (la Résistance pendant l’occupation en est la preuve).

                  Je tiens à préciser que les cas « contaminés » ne sont pas incurables. Une analyse de leur personnalité alliée à la réflexion leur permet de comprendre les causes de leur déviance et de rectifier leur vision du monde et leur comportement.

                  Cordialement !


                • ddacoudre ddacoudre 20 mars 2010 17:12

                  bonjour marineau

                  je ne suis pas allé jusqu’au bout de ton article : "Leur insensibilité sentimentale et émotionnelle (démontrée par l’imagerie médicale IRM) les rend incapables d’empathie, c’est pourquoi ils n’éprouvent aucun remords ni sentiment de culpabilité. Ils sont indifférents au mal qu’ils font et se croient dès lors tout permis.".

                  je n’avais nul besoin d’aller plus loin. F. Mitterran avait reproché a un de ses collaborateurs d’avoir montré son émotion, du coup il mettait devenu sympathique bien qu’il n’est pas la sympathie des français.

                  nos constructions de modèle matheux excluent le sentiment, et nous suggèrent comme guide des gens qui n’en n’ont pas ou sont capable des les cacher.
                  c’est l’image culturelle du guide que nous nous sommes construites.
                   quand l’on voit qu’un dirigeant à besoin de s’entoure de représentation d’enfants pour faire état de sa capacité émotionnelle il vaut mieux s’en méfier.

                  bien sur il faut relativise cela pour ne le rapporter qu’au cas avéré, car il y a des écoles de manifestation d’indifférence, l’on reconnait à leurs gestes ceux qui y sont passés, ce n’est pas le cas de notre président.

                  tu soulèves une interrogation fabuleuse qui est que les hommes qui détiennent le pouvoir construisent leur monde à leur image, nous nous nous sommes un peu préservé de cela en ayant une administration stable, mais dans des situations de crise elle c’est montré docile et est peut enclin à la rebéllion.

                  cordialement.


                  • fifilafiloche fifilafiloche 20 mars 2010 18:48

                    J’ ai une autre question professeur...


                    Croire que tous ceux qui nous provoquent de l’antipathie seraient des cas pathologiques est il révélateur d’une névrose ? Y a t il un nom d’oiseau pour ce réflexe ostracique ? 

                    Derrière l’humour quelque peu agressif se cache un vrai débat. Un gouvernement démocratique est il condamné à l’empathie pour se faire élire...Le courage politique, celui qui consiste à prendre les mesures difficiles en anticipation des crises, malgré la douleur qu’elles provoquent, n’est il la qualité première d’un dirigeant ?

                    Les réflexes manipulateurs s’apprennent dès l’enfance. La cause en est souvent la faiblesse des parents, qui, en voulant trop bien faire, créent des pathologies irréversibles. Celle de l’enfant gâté qui n’a pas appris la contrainte et utilisera l’arme de la manipulation sentimentale dès qu’il rencontrera une opposition, une résistance.

                     L’Etat providence a t’il créé une génération pathologique, narcissique, se préoccupant peu des conséquences de ses actes au nom du progrès social permanent, quelqu ’en soit le prix à payer pour les générations futures ?

                    Voila un débat qui mérite d’être approfondi...même si assurément il n’est pas populaire, puisqu’il invite à se remettre en question.
                     smiley

                    • Marineau Marineau 20 mars 2010 21:20

                       A Fifilafiloche, 

                       

                      Comme je l’ai déjà écrit dans mes commentaires, la psychopathie est quelque chose de complexe. C’est pourquoi il faut être vigilant et ne pas faire de conclusions trop hâtives.

                      Il ne faut pas voir des psychopathes partout (je crois que ce serait faire preuve de paranoïa).

                      Le comportement égocentrique de l’enfant gâté, pour reprendre votre exemple, tient plus de la puérilité et d’une mauvaise éducation que d’une réelle incapacité à l’empathie.

                      De même, c’est un excès d’obéissance à l’autorité et un manque d’esprit critique qui expliquent les 60 % des gens qui ont envoyé une décharge de 450V à leur partenaire lors de l’expérience de Milgram.

                      Quant à la stratégie économique dont vous faites référence, je ne me prononce pas. La seule chose que je peux dire est que dans une démocratie, un chef d’Etat doit viser, non pas son intérêt personnel et celui de sa famille et de ses amis, mais l’intérêt général (Est-ce le cas en France ?).

                      S’agissant du comportement de plus en plus violent de la nouvelle génération, il faut y voir aussi plusieurs causes. Voilà comment deux jeunes d’une vingtaine d’année qui ont tué et torturé « gratuitement » un auto-stoppeur ont « expliqué » leur geste à leur procès : « C’était comme si on regardait un film qui ne s’arrête pas. » L’autre a dit : « On voit des choses comme ça dans les films, mais là ça arrive en réel. » (L’écho républicain du 20 mars 2010)

                      Ces jeunes sont complètement déconnectés de la réalité. La télé et les jeux vidéo y sont certainement pour quelque chose.

                      Donc, dans une certaine mesure, nous sommes tous responsables de cela. Si la France a le Président qu’elle mérite, à nous de devenir plus méritant !  smiley

                       Cordialement !


                    • fifilafiloche fifilafiloche 20 mars 2010 22:39

                      Merci pour votre réponse.


                      Je pense en effet que l’intérêt général impose une certaine insensibilité, un manque d’empathie, pour les intérêts particuliers. Reporter la douleur des réformes sine die, par empathie pour les couches de la population qu’elles toucheront, c’est sacrifier l’avenir de la société à ces groupes de pression.

                      C’était le sens du rapport ATTALI sur les rentes de situation qui parasitent la croissance française. Il serait intéressant de faire une check list des progrès effectués deux ans après sa parution.

                    • Philou017 Philou017 21 mars 2010 00:42

                      Pauvre fifilafiloche.
                      Toujours à s’en prendre aux « nantis » de l’état-providence, quand le système et l’état lui-même font tout pour favoriser la voracité financière de castes déjà aisées.
                      Tout cela sur le dos de la population, dont une partie cherche à défendre ses acquis, en face de ce racket organisé.
                      Mais fifilacloche ne s’en prend pas à ces élites manipulatrices mais aux fonctionnaires « qui ne soucient pas de l’avenir des générations futures ».
                      Ca se nomme comment, ce genre d’aveuglement ? une obsession compulsive ?
                      Faites une analyse.


                    • hunter hunter 20 mars 2010 19:02

                      Merci Marineau pour ce papier, que j’ai trouvé vraiment intéressant, et qui m’a appris des choses.

                      Je voulais vous poser une question, ainsi qu’à Astus dont les commentaires furent très pertinents :

                      Le terme de « psychopathe », est assez galvaudé de nos jours. Il est employé à tort et à travers, par beaucoup de locuteurs, alors que vous avez montré que c’est une pathologie complexe.

                      Pour simplifier, je dirai que traiter quelqu’un de « psychopathe », c’est un peu comme qualifier d’idiot ; le fait que de nombreux locuteurs l’emploient, implique que son sens est dévoyé.

                      Mais ma question est la suivante : peut-on dire, que suite à vos explications, un certain chef d’état français, peut relever de cette pathologie ?

                      Je n’ai pas de formation psy (justes quelques notions à la fac), mais ma formation en linguistique et ma simple expérience d’être humain, m’ont toujours fait réagir, quand cet individu a commencé à émerger dans la sphère publique :en le voyant parler, agiter son corps de convulsions, de tics (ce qu’on appellerait le « body language »), et enfin sa façon d’agir au quotidien par ses décisions, ses orientations, qui vont pratiquement tout le temps à l’exact opposé de ce qu’il a déclaré avant, tous ces éléments m’ont laissé penser que ce monsieur est.. ;eh bien n’ayons pas peur de le dire, un malade qui de plus, peut être dangereux  !

                      La réaction de Vilistia plus haut (très cash, mais O combien vraie !), exprime bien ce que beaucoup de gens ressentent !

                      Dans ce cas, n’y aurait-il pas moyen que des individus ayant la compétence requise (médecins psy, experts psys, profs en fac de médecine, etc, etc...), s’engagent en dénonçant que notre pays, est dirigé par un malade mental ?
                      Suite à ça, et là je m’adresse plutôt à des spécialistes du droit, existe-t-il une procédure dans nos textes, semblable à « l’impeachment » de la constitution US ?

                      Parce que réellement, je trouve que la pathologie de cet individu évolue, et que le danger que ça représente pour le pays et ses habitants, lui aussi évolue....et malheureusement pas en bien !

                      Merci de votre attention.

                      H /


                      • Romain Desbois 20 mars 2010 19:13

                        bah moi quand j’entends psychopathe je pense fou dangereux.


                      • Marineau Marineau 20 mars 2010 23:00

                        A Hunter,

                        Pour être vraiment sûr que quelqu’un est un manipulateur pervers narcissique, il faut pouvoir l’observer dans ses relations avec ses proches (famille et amis). Ne faisant pas partie de ces derniers, je ne peux donc être complètement certaine du cas SarKo. Toutefois, la probabilité qu’il en soit est très grande (mensonges, trahisons, « décomplexion » etc).

                        De la même manière que l’on interdit aux aveugles de piloter un avion, on devrait interdire aux gens faisant fi de la souffrance d’autrui d’accéder à des postes à responsabilité.

                        Donc, s’il s’avère que notre Président est un homme dangereux de par son incompétence et particularités psychologiques, il devrait être viré. Mais juridiquement, je ne sais pas ce que prévoit la loi dans un tel cas.

                        Pour l’instant, nous devons continuer à nous documenter, à réfléchir sur ces questions de manière à ne plus nous faire avoir comme des bleus. L’enjeu en vaut la chandelle !

                        Bon courage !


                      • Romain Desbois 20 mars 2010 19:10

                        Très bonne analyse qui ne peut être exhaustive.
                        Je conseille ce petit traité de manipulation à l’usage d’honnêtes gens
                        lien


                        • appoline appoline 20 mars 2010 19:25

                          @ L’auteur,


                          Je vous remercie pour votre article qui a le mérite de mettre en avant cette pathologie. Cette dernière peut être considérée comme la plus dangereuse car psychotiques et autres baissent le masque rapidement. Peu d’études, écrivez-vous, cela se comprend, la plupart des psychopathes et des border-line se fondent dans la masse et bien évidemment pourrissent la vie de leur entourage. Une étude sérieuse sur les suicides ne serait pas sans démontrer le lien entre le suicidé et un psy traînant dans son entourage, leur soif de pouvoir et de domination est tant présente qu’elle tue à petit feu à voir même plus rapidement. Pour les moins intelligents, ils trouvent encore le moyen de se former un cercle d’amis encore plus atteints qu’eux afin de pouvoir exercer leur ascendant. Ils sont dangereux car ils sont prêts à tout même avec de la patience pour arriver à leur fin. Dans les cas de divorce aussi, on peut s’apercevoir des dérapages de l’un des deux, de la colère cela passe à l’acharnement, de l’acharnement, cela passe au harcèlement et à la violence ; le pire qu’il puisse arriver à un psychopathe : est que sa proie se réveille et mette des voiles, impensable pour lui.

                          • toupitig 20 mars 2010 22:25

                            @ appoline


                            « Le pire qu’il puisse arriver à un psychopathe : est que sa proie se réveille et mette des voiles, impensable pour lui. »

                            C’est bien pour ça que demain je n’irai pas voter, ce sera ma façon de mettre les voiles. LOL !




                          • m1m1 20 mars 2010 21:22
                            Excellent article sur un sujet que j’avais creusé il y a quelques mois et qui m’avait donné pas mal d’outils pour mieux comprendre certains comportements...


                            Concernant les élites au pouvoir :

                            (une idée que j’avais lu je ne sais plus où mais probablement autour de la Ponérologie)

                            On dit souvent « le pouvoir corrompt » ... mais n’est ce pas aussi et plutôt les personnes les plus corrompus moralement (notamment les psychopathes) qui accèdent au plus hautes sphères de pouvoir  ? 
                            Pour gravir les échelons le manque de scrupules semble être un avantage de taille...

                            La psychopathie et la ponérologie sont des sujets à creuser pour mieux comprendre comment certaines personnes peuvent s’affranchir des cas de conscience que devraient poser certaines décisions ou prises de responsabilités : par exemple tuer des milliers de personnes innocentes (guerre, famine, empoisonnement, faux attentats ...) en gardant la tête froide.
                             Cela pourrait aussi expliquer la façon de mentir de certains : ouvertement ridicule voir surréaliste pour le commun des mortels...
                            Je ne donnerais pas de noms la liste est trop longue et semble couvrir une bonne proportion des élites dirigeantes...

                            • Philou017 Philou017 21 mars 2010 00:51

                               « On dit souvent »le pouvoir corrompt" ... mais n’est ce pas aussi et plutôt les personnes les plus corrompus moralement"

                              Bien vu. Le genre de psychopate décrit par l’article s’infiltre aisément dans les systèmes corrompus, dont ils arrivent à tirer les ficelles sans vergogne. Disons que les systemes susceptibles d’être corrompus leur vont à merveille, et le notre malheureusement contient pas mal de corruption, d’immoralité et d’hypocrisie.
                              Une bonne proie pour les prédateurs sans conscience. Il y a donc une causalité réciproque. De tels prédateurs auraient beaucoup plus de mal dans un système sain, car leur manque d’empathie et d’honnêteté se verrait beaucoup plus.


                            • sycander sycander 20 mars 2010 23:39

                              La branlette intellectuelle a de beaux jours devant elle.
                              Et si les... comment les appeler ? Ah, oui. Si les gens normaux se sortaient les doigts du fion pour changer la donne ? Je veux dire, pour diriger à la place de ces psychopathe affreux et horribles, dénués de toute empathie humaine (des gens de droite, assurément.)... plutôt que de nous sortir des machins du style ?

                              Ah, j’oubliai. S’ils le faisaient, avec leurs états d’âme « normaux », on sombrerait vite dans le tiers monde des bisounours.

                              Le problème de nos jours, c’est que ces individus sont stupides. S’ils étaient plus malin, leur « maladie » serait un plus.


                              • Marineau Marineau 21 mars 2010 14:58

                                A Sycander, 

                                 Oh ! Je suis offusquée, scandalisée. Je crois que je ne m’en remettrai jamais. smiley
                                Non, je plaisante. Il y a belle lurette que les gens comme vous ne me blessent plus. J’ai assez souffert pour ça.

                                Mais dites-moi, cet anti-intellectualisme, ce langage ordurier, ça vous vient d’où exactement ?

                                Il est vrai que ça n’est pas simple d’aimer son prochain, je vous l’accorde, mais ce n’est pas une raison pour ne pas faire d’efforts.

                                Je ne connais pas les bisounours, je connais mieux les gnomes, ces petits êtres hargneux qui ne supportent pas la lumière ...  smiley


                              • Lianshen 24 novembre 05:27

                                @sycander
                                La psychopathie est déjà un plus.


                              • Marineau Marineau 21 mars 2010 14:36

                                A huitante-huit

                                Je pense respecter mieux la psychologie que vous ne respectez l’orthographe. Mais les fautes d’orthographe (notamment nombreuses dans votre syllabus) sont des fautes mineures.

                                Cet article fait un effort de vulgarisation avec l’inconvénient que cela suppose, celui de simplifier exagérément une réalité en vérité bien plus complexe.

                                Tous les experts en psychopathie affirment la nécessité d’être avisés de ces réalités pour atténuer les effets dévastateurs de ces gens. C’est pourquoi j’ai écrit cet article, imparfait soit, mais qui se veut informatif.

                                Quant à l’intelligence des pervers narcissiques, beaucoup d’experts sont d’accord pour dire qu’elle n’est pas très élevée dans la plupart des cas. Mon expérience confirme leurs dires (On dirait que ça vous agace).

                                Par ailleurs, je n’ai jamais écrit qu’il y avait 10 % de psychopathes dans la population. Non seulement vous ne savez pas écrire, mais vous ne savez pas lire non plus.

                                Lorsqu’Artus m’a tapé sur les doigts, il a été bien plus courtois que vous. Mais Artus est un résistant, ce que vous n’êtes manifestement pas.

                                Vous aimeriez que je vous traite de psychopathe, avouez, c’est ça. Comme ça, vous pourriez confirmer ce que vous insinuez, à savoir que je ne suis qu’une sorte d’inquisiteur nuisible prêt à conduire tous ceux qui me paraissent louches au bûché (quel rapport avec ouioui ?) et discréditer ainsi mon propos.

                                Ouais, bizarre, bizarre ...

                                Je me pose des questions, est-ce un crime docteur ?


                                • Marineau Marineau 22 mars 2010 16:34

                                  A huitante-huit,

                                   

                                  Merci pour cette réponse,

                                  Je ne suis pas spécialisée en psychologie comme vous l’avez remarqué. J’ai voulu sensibilisé (plus ou moins adroitement, d’accord) les gens à ces réalités parce que je juge cela nécessaire. Il est vrai que c’est aux spécialistes et non aux amateurs comme moi de le faire. Toutefois, me rendant compte de l’ignorance réelle de l’opinion publique sur ces sujets et encore une fois de l’importance d’être informé de ces sujets, je me suis permis d’en parler et d’inviter les gens à s’y intéresser en donnant une liste de livres que vous avez jugés respectables dans votre premier post.

                                  Ensuite, je considère (comme les spécialistes) que les personnes n’éprouvant pas de culpabilité sont dangereux pour leur entourage et également dans certains cas à l’échelle macro-sociale comme le montre Lobaczewski et l’histoire de l’humanité.

                                  Je n’ai jamais dit, ni pensé (sauf sous l’effet de la colère) qu’il fallait les abattre. Ce que je veux c’est les comprendre et réfléchir à la façon de s’en protéger, notamment en les aidant (vous semblez dire qu’ils sont curables, contrairement à ce que j’ai lu à plusieurs reprises, mais les recherches ont peut-être avancé. Je souhaite sincèrement que ce soit le cas).

                                  Je ne doute pas une seconde que ces gens souffrent, mais je suis surprise de votre ignorance à propos de la souffrance qu’eux-mêmes génèrent de par leur comportement.

                                  Si je suis sensible à ce problème, ce n’est pas pour le plaisir de me « taper une tête de turc ». C’est parce que j’ai été victime d’un père qui me traitait plus bas que terre et qui n’avait aucune considération pour ce que je pouvais éprouver. Vous devez savoir, si vous connaissez vraiment le sujet, que les gens comme moi ayant souffert de sérieuses carences affectives dans leur enfance, ont tendance, dans leurs relations amoureuses, à choisir (inconsciemment) des partenaires qui ne pourront pas les rendre heureux (cela s’appelle la « dépendance affective » je crois).

                                  Autrement dit, lorsqu’on a été durablement victime de quelqu’un de violent, on rentre dans un processus vicieux duquel il serait préférable de sortir.

                                  Par expérience, je sais que lorsque l’on comprend mieux les « motifs » de l’agression dont on a été victime et le mécanisme psychologique qui nous conduit à revivre ces situations douloureuses, on va beaucoup MIEUX (et aux vues de tous les témoignages que j’ai lu, je ne suis pas la seule à l’avoir constaté).

                                   A l’échelle sociale, je pense que cette incapacité à l’empathie est une clé intéressante pour comprendre les agissements dont nous sommes (ou serons) tous victimes. J’entends trop souvent dire que c’est l’égoïsme et la cupidité qui expliquent le comportement de certains traders, banquiers, dirigeants politiques ou industriels . Selon moi, l’incapacité de se mettre à la place des autres y est pour beaucoup.

                                  Les gens n’ayant pas de considération pour la souffrance d’autrui ne devraient pas avoir des postes à responsabilité, ceci pour l’intérêt de tout le monde (cela me semble tellement logique que je m’étonne que certains en doutent).

                                   Vous semblez insinuer que la psychologie est une affaire exclusivement réservée aux psychologues. Cela m’étonne quelque peu. Nous avons tous une psyché, nous sommes donc tous concernés par cette science. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’en 1960, C. G. Jung dans « Présent et avenir » s’étonne du peu d’intérêt porté par le grand public envers ces recherches absolument passionnantes et à même de nous amender.

                                   J’espérais bien en écrivant ce « torchon » comme vous dites, que des gens mieux informés que moi interviennent pour rectifier, apporter des précisions sur ce sujet très important qui concerne tout le monde. Je vous remercie d’avoir précisé que mon approche était « légère », insuffisante voire erronée, toutefois je ne suis pas sûre que vous ayez vraiment fait avancé le « schmilblick »...

                                  J’ai l’impression que vous ne saisissez pas la gravité du sujet, ce qui est inquiétant de la part d’un spécialiste.

                                  Cordialement !


                                • vinvin 22 mars 2010 02:11

                                  (@L’ AUTEUR).


                                  Merci pour votre très bel article. 

                                  CES GENS QUI N’ ÉPROUVENT NI SENTIMENTS, NI ÉMOTIONS ( OU PRESQUE,) ET QUE NOUS SUBISSONS CAQUES JOUR ......

                                  Tout a fait, je bien placé pour le savoir, car j’ ai croisé dans ma vie pas mal de ce genre d’ energues humaines....

                                  J’ ai lu votre article ainsi que les différents commentaires, et certaines personnes vous reproche un peu de ne pas avoir plus argumenté sur ce sujet. J’ ai bien compris que vous avez voulu simplifié le sujet afin qu’ il soit accessible a la majorité des internautes, car pour traité d’ un tel sujet, de toutes façons il faudrait tout un livre.

                                  Dans votre texte, ainsi que dans certains commentaires, en parlant des gens qui n’ éprouvent ni sentiments ni émotions, certains font allusion a nos politiques, homme d’ affaires, banquiers, directeurs de grandes entreprises, qui exploitent leurs employés sans aucune conscience, etc, etc.... 

                                  Je suis d’ accord bien sur pour ce qui concerne ces gens, mais il n’ y a pas que dans ce milieu que cela existe. Ce genre de personnes se trouvent meme dans le milieu rural, dans les familles, etc.....

                                  Par exemple, on dit souvent que dans chaque familles il y a au moins « une brebis galeuse » !

                                  A titre d’ exemple, je pourrais vous citer l’ une de mes Tante du coté de ma mère qui m’ a escroqué de 10.000 euros, et qui raconte a tout le monde que je ne suis pas son neveu !... ( Enfin moi après analyse je me suis dit que finalement ça m’ arrangeait qu’ elle ne me considère pas comme son neveu, ( comme ça le jour de ses obsèques je ne serais pas son neveu non-plus ce qui m’ évitera d’ aller me faire chier pendant une heure a l’ église ! ).

                                  Bien sur je sais qu’ il y a des gens comme ça qui n’ ont ni coeur, ni âme, mais que voulez-vous qu’ on y fasse ?

                                  Pour ce qui concerne ce genre de personnes, entre ma Tante, ou mes deux ex épouse, j’ ai déjà suffisamment donné.....

                                  Mais c’ est long sujet, car les gens dénués de tout sentiments ou émotions sont pour moi bien en dessous de race humaine, et meme en dessous de race animale.

                                  Mais là encore tout est relatif : Il est vrais que certains animaux éprouvent plus de sentiments et d’ affection, que certains humains.

                                  (Lorsque mon Parrain est décédé, son chat c’ est laissé nourrir !....)


                                  Mais tout est relatif , car si vous prenez certaines phrases on en arrive a ça :

                                  MEME LA BÊTE LA PLUS FÉROCE CONNAIT LA PITIÉ, MOI JE NE LA CONNAIT PAS ET JE NE SUIS DONC PAS UNE BÊTE. 

                                  (RICHARD III WILLIAM SHAKESPEARE ).

                                  C’ est vrai, car si vous soigner un bébé loup, ou un bébé tigre lorsqu’ il est encore petit, cet animal ne vous agressera jamais.

                                  Or, combien de fois on rend des services a des gens qui nous enculent en guise de remerciement ?



                                  Sinon on peut aussi dire : MEME CHEZ L’ ETRE HUMAIN LE PLUS PERVERTI ET LE PLUS CRUEL, UNE INFIME PARCELLE D’ AMOUR ET DE COMPASSION SUBSISTE QUI, UN JOUR, FERA DE LUI UN BOUDDHA.

                                  ( LE DALAI-LAMA).

                                  Oui, c’ est a la foi vrai, et faux !

                                  C’ est peut- être vrai pour certaine hommes d’ affaires ou des politiques, qui je suppose aiment quand-meme leur famille et leurs enfant, ( c’ est faux pour ce qui concerne ma Tante qui n’ aime absolument aucun membre de notre famille,) mais si c’ est vrai pour nos politiques, pour les banquiers, traders, certains chefs de grosse entreprises, etc, etc,....

                                  A ce compte là, ( excusez moi si cela peut choquer,) mais je ne sais pas, mais je suppose que des personnages comme SADDAM HUSSEIN, ou HITLER devaient également aimé leur famille, leurs enfants, neveux, et nièces ? Donc si on tiens compte de la phrase du DALAI-LAMA, ces deux personnages, ( pour ne citer qu’ eux,...) sont aussi des BOUDDHAS !

                                  Comme quoi le sujet de votre article est très complexe et demande beaucoup d’ études et de réflexion.

                                  Comme je l’ ai écrit au début de mon « post » c’ est un sujet très compliqué, relatif suivant comment on peut l’ analyser, et un livre entier ne suffirait pas a décortiquer tout ça.


                                  Bien cordialement.



                                  VINVIN. 



                                  • Selrahc2828 28 octobre 01:56

                                    @vinvin

                                    je trouve ton avis sur les personne ne ressentant aucune emotions tres tranche, les considerer comme en dessous de tout etre humain et meme en dessous des animaux est peut etre exagere... je suis de ces gens la et comme tu peu t’en douter je ne l’ai pas choisis, ma vie et celle des gens autour de moi serais sans doute plus simple si j’etais normal, mais voila je ne le suis pas ... et pense bien que bien que je n’ai aucune emotion, je sais reconaitre une insulte.. va voir quelqu’un qui ne ressent rien en face et dis lui qu’il vaut moin qu’un animal... tu va etre bien recu, il ne sera pas blesse moralement car il ne peu pas l’etre mais il ne va pas rester sans rien dire non plus


                                  • Hermes Hermes 22 mars 2010 15:55

                                    Bonjour,

                                    Article intéressant. A noter que la psychiatrie récente a tout fait pour éliminer la notion de psychopathes sociaux pour ne garder en lumière que ceux qui commettent des crimes horribles qui peuvent faire la une des journaux.

                                    Ce rappel est donc indispensable.

                                    Toutefois il faut quand même considérer que même les gens normaux ont du mal à ressentir de l’empathie, car c’est à la base des mécanismes de la personnalité de se différencier et de juger les autres avant même de les considérer comme être humains (et ça se saurait si l’empathie était facile d’accès). Certains peuvent aller très loin dans ce sens avant de se rendre compte de leur propre égarement. D’autres n’ont pas de limite semble-t’il, effectivement.

                                    Avant de réaliser ce qu’ils font, certains (et pas forcément psychopathes) peuvent faire beaucoup de mal. Attention donc à ne pas tomber toutefois dans le piège de l’Explication (avec un grand E) à tous les maux de la terre.

                                    Une vigilance s’impose quand même, et je vous rejoins.

                                    Amicalement.


                                    • Hermes Hermes 22 mars 2010 16:54

                                      Je souhaite rajouter une précision pour les curieux : le classement connu comme « DSM » confondait les psychopathes (criminels violents) et les sociopathes (nuisibles dont la violence n’est pas nécessairement visible). Le célèbre Dr Hare a souhaiter les séparer et aujourd’hui seul son test PCL-R est reconnu. Il sert à reconnaître exclusivement les psychopathes. Bien sûr ce sont des gens moins intelligents en général.

                                      J’ai cru comprendre que vous vous intéressez plutôt aux sociopathes Vous laisez croire que les sociopathes ne seraient pas très intelligents. Ce trait ne concerne que les psychopathes.

                                      A bon entendeur !


                                    • boris boris 22 mars 2010 22:45

                                      Ne pas aimer l’humain tel qu’il est aujourd’hui peut se concevoir.

                                      Oscar Wilde ne disait il pas « Au plus je connais les hommes au plus j’aime mon chien ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès